Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Stéphan Beaud, La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017), La découverte, 2018, 352 p

Anne de Rugy

Texte intégral

1La France des Belhoumi se lit comme un roman : le lecteur est pris par l’histoire des cinq sœurs –Samira, Leïla, Dalila, Amel et Nadia- et des trois frères –Rachid, Azzedine et Mounir- au point de terminer le livre en restant habité par ses personnages. On voudrait encore en savoir un peu plus : qui sont-ils, quelle est leur « vraie » identité ? Leur vérité nous les rend familiers, on croit les avoir déjà croisés. Mme Belhoumi a-t-elle obtenu la nationalité française ? Le refus discrétionnaire, par deux fois, de l’administration française, nous paraît tellement incompréhensible au regard de son parcours et de celui de ses enfants. Et la troisième génération, les enfants de Samira, Leïla, Rachid, Mounir, Dalila et Nadia, qui sont-ils ? Il nous faudrait un deuxième tome !

2Mais le livre de Stéphane Beaud a bien sûr toute sa place au rayon de la sociologie. Si le point de départ est celui d’un récit –l’histoire d’une famille d’Algériens arrivée en France, en 1971 pour le père, et en 1977 pour la mère et les trois aînés-, il s’agit bien d’une enquête sociologique. Le croisement entre l’histoire singulière qu’il raconte et les questions sociologiques qu’il pose lui donnent sa force. En quoi le récit d’une histoire familiale peut-il enrichir l’art de l’enquête ? Comment un cas particulier peut-il à la fois illustrer des lois sociales et montrer la richesse sociologique des petits écarts à la norme ? Et enfin, comment une histoire singulière renouvelle-t-elle les questions que pose la sociologie ? Ce sont ces allers-retours entre terrain et analyse sociologique, explicités ou parfois discrètement suggérés, qui font la richesse de l’ouvrage.

Imaginer une enquête : la singularité d’une biographie familiale

  • 1 Younes AMRANI, Stéphane BEAUD, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, La Découve (...)

3Ce livre a pour point de départ une rencontre : c’est à la suite d’un débat célébrant les trente ans d’existence d’une Mission Locale pour l’emploi d’une ville de Seine-Saint-Denis, que Stéphane Beaud est abordé par trois femmes, qu’il ne sait pas encore être trois des cinq sœurs Belhoumi, qui engagent la discussion sur l’exacte correspondance entre les éléments d’analyse sociologique de l’immigration en France qu’il a livrés et leur propre histoire familiale. À son tour curieux de cette famille ordinaire, à la fois typique de l’histoire de l’immigration algérienne en France et éloignée des stéréotypes (les huit enfants, inégalement diplômés, ont tous un emploi stable), Stéphane Beaud entrevoit la possibilité d’une enquête. Ce désir d’enquête est partagé : l’aînée des cinq sœurs, Samira, espère aussi du sociologue qu’il écrive finalement l’histoire de sa famille qu’elle ne peut écrire elle-même par manque de temps. L’immigration, les classes populaires, les destins scolaires des enfants d’ouvriers et même le détour sociologique par une histoire familiale – dans sa thèse sur les enfants d’ouvriers de Sochaux-Montbéliard, Stéphane Beaud s’intéressait aussi à une famille algérienne en France- sont déjà familiers du sociologue. Mais cette fois, c’est le terrain qui vient au sociologue, sans qu’il l’ait préalablement cherché, ni qu’il se soit adonné à un long travail de construction de l’objet. C’est la situation qui fait l’enquête tout comme les échanges épistolaires avec un « jeune de cité » avaient donné lieu à Pays de malheur !1. L’importance du travail d’écriture et de mise en ordre de l’histoire familiale des Belhoumi, tout comme la maturité du parcours sociologique de l’enquêteur, produisent une enquête originale et féconde.

  • 2 Claude GRIGNON, Jean-Claude PASSERON, Le Savant et le populaire. Misérabilisme en sociologie et en (...)

4Originale, cette enquête s’inscrit aussi pleinement dans la tradition ethnographique : elle pourrait avoir pour sous-titre « Autobiographie d’une famille d’Algériens en France », en échos au livre d’Oscar Lewis, Les enfants de Sanchez. Autobiographie d’une famille mexicaine (1961). En effet, la famille Belhoumi a aussi le statut d’un « échantillon pris au hasard » selon l’expression de Lewis, qualifiant la famille Sanchez, et qui semble illustrer à elle seule la plupart des problèmes sociaux des populations pauvres des vecindades de Mexico. L’histoire de la famille y est racontée par la voix de quatre des enfants de Jesus Sanchez, Manuel, Roberto, Consuelo et Marta par la méthode de ce que Lewis nomme « l’autobiographie à plusieurs faces » et où la confrontation des différents récits de la fratrie fait œuvre de « vérification interne » – une technique largement sollicitée par Stéphane Beaud pour avancer dans le récit. Ce récit de l’intérieur permet, selon Lewis, d’éviter deux écueils, d’une part le sentimentalisme –tout misérabilisme est résolument tenu à distance2-, et d’autre part, le « jargon conventionnel » –autant le livre de Stéphane Beaud se nourrit d’une somme de travaux sociologiques, autant il ne se situe pas dans un courant sociologique qui imposerait méthodes, concepts et types de démonstrations. Le fil du récit de l’histoire familiale autorise cette liberté sociologique. Quand Oscar Lewis se réjouissait de l’intérêt du magnétophone pour recueillir un genre nouveau de « littérature orale », spontanée, naturelle, désinhibée, Stéphane Beaud mobilise toutes les techniques d’échange de nature à mieux comprendre et suivre chacun des enfants Belhoumi : l’entretien, enregistré au domicile des enquêtés, au sien, dans les cafés, mais aussi les mails, les textos, les discussions sur les réseaux sociaux qu’il rejoint momentanément, l’appel téléphonique parfois.

  • 3 Stéphane BEAUD, « Raconter l’histoire d’une famille algérienne en France. Parcours réflexif sur une (...)
  • 4 La méthode de l’égalité : entretien avec Laurent Jeanpierre et Dork Zabunyan, Bayard, 2012.
  • 5 Le maitre ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Jacques RANCIERE, Fayard, 10/18, (...)
  • 6 Op.cit. p. 7.
  • 7 Stéphane BEAUD, 2017, op. cit., p. 14.

5Paradoxalement, cette situation d’enquête si singulière dessine une forme d’investigation transposable dans bien d’autres situations. En effet, le « pacte d’enquête »3 entre le sociologue et les membres de la famille Belhoumi et plus particulièrement la fille aînée, Samira, définit une forme de « méthode de l’égalité » pour reprendre la formule de Jacques Rancière4. Certes, Stéphane Beaud n’est pas « sociologue ignorant », mais à l’instar du maître qui place l’élève en situation de devoir apprendre et se laisse surprendre par les techniques d’apprentissage qu’il découvre par ses élèves5, le sociologue ne joue pas ici d’abord le rôle d’éclaireur dévoilant des déterminismes cachés. D’une part, ces mécanismes sont bien connus des acteurs eux-mêmes qui identifient clairement la domination sociale par le « beau langage » dans un lycée de centre -ville, la ségrégation scolaire des « enfants de l’immigration ʺbennésʺ vers l’enseignement professionnel » (Leïla, p. 66) ou encore la socialisation genrée pour ne citer que quelques exemples. Mais surtout, l’enquête est une expérience commune, et en cela égalitaire, et même une « aventure intellectuelle », selon les termes de Jacques Rancière6, une sorte d’énigme partagée qui avance de ses interactions. Ainsi ce livre est-il d’abord la restitution d’une parole : à travers ces portraits (au pluriel) de famille, il donne la parole à des enfants d’immigrés algériens. Le sociologue veut écrire le « récit ordinaire », le plus précis possible, « d’une famille algérienne ordinaire en France » (p. 84) et, les membres de la famille – à l’exception peut-être de Mounir, resté un peu en retrait de ce « truc d’intellos » qu’il tient pour une initiative de sa sœur Samira, douée pour se faire « des nœuds dans le cerveau » - ont chacun leurs raisons de tenir au récit. Chacun a à cœur, et Samira la première, comme le sociologue, de « comprendre » des points particuliers de l’histoire familiale comme par exemple les destins scolaires et professionnels si différents des filles et des garçons –Samira s’interrogeant sur cette « pulsion de mort chez les garçons d’origine maghrébine et surtout les Algériens » (p. 158). Comprendre mais aussi transmettre, notamment aux petits-enfants, la mémoire familiale. Et enfin, « faire comprendre », à un public anonyme, qu’il faut se garder de stéréotypes faciles sur les immigrés d’Algérie et à un public de semblables, qu’il existe une histoire partagée des enfants de l’immigration : « Si ça peut aider d’autres personnes, si ça peut essayer de faire comprendre notre chemin » dit Azzedine pour justifier son plaisir à se raconter (p. 138). Ce désir d’enquête partagé produit une enquête vivante aux participations croisées. L’enquête est déjà avancée que les entretiens avec une des cadettes, Amel, viennent rétablir l’importance de la seconde des filles, Leïla, dont l’aînée pourrait avoir minoré le rôle ! La recherche d’une simple date, certes pas anodine, l’année d’arrivée du père en France donne lieu à un dispositif en plusieurs épisodes : après l’insuccès de l’entretien entre le père de famille et Stéphane Beaud à Sardan, qui achoppe sur la difficulté du père à parler français, a fortiori dans le cadre impressionnant d’un entretien enregistré avec « l’écrivain », c’est Samira qui se charge de l’entretien, préparé de concert avec Stéphane Beaud et réalisé en arabe puis traduit par Amel. Les recoupements événementiels permettent de conclure que le père est venu en France en 1971, un an après la naissance de Samira (« Tu étais grande, ta mère ne te donnait plus le sein… », p. 33). Cette riche relation d’enquête, inscrite dans le temps long (2012-2017), faite parfois de doutes et de blocages, confère sa singularité au livre, exercice d’écriture à plusieurs mains, à mi-chemin entre sociologie et littérature. La finalité de l’enquête, c’est aussi se comprendre : il y a, dans le plaisir à se livrer à l’enquêteur, une recherche de soi, un soi individuel mais aussi collectif, qui avance avec l’enquête. « Ça m’a fait du bien de parler, ça m’a libéré » confie Azzedine7. Comme un récit romanesque, ce récit sociologique peut tenir lieu à la fois d’illustration vivante et exemplaire des théories sociologiques mais aussi devenir laboratoire sociologique où s’inventent et se renouvellent les questionnements.

Illustrer : donner vie aux analyses sociologiques

6Si un cas singulier ne peut être considéré comme représentatif d’une population toute entière, la focale sur une famille permet néanmoins d’illustrer finement mécanismes, théories et constats établis par d’autres recherches. Ainsi, c’est avec jubilation que Stéphane Beaud note, et le lecteur avec lui, ces correspondances entre observation microsociologique et analyses plus larges, qui concernent le processus migratoire, les réussites scolaires paradoxales, les différences de genre ou de génération, ou encore le rapport au politique pour ne citer que quelques grands thèmes sociologiques qui peuvent d’ailleurs être croisés entre eux.

  • 8 Abdelmalek SAYAD, La double absence. Des illusions de l’immigré aux souffrances de l’immigré, Seuil (...)

7La famille Belhoumi, « moins ouvrière qu’immigrée » du fait de l’invalidité du père qui cesse de travailler en 1978, soit un an après l’arrivée en France de sa femme et de ses trois aînés, illustre donc, par foison de détails, le processus migratoire de l’Algérie vers la France. Stéphane Beaud reconstitue son histoire migratoire à partir de la situation avant l’immigration. Comme l’ont montré les premiers sociologues de l’immigration à Chicago, ou, plus proche de nous, Abdelmalek Sayad, fin analyste de l’immigration algérienne en France, la trajectoire migratoire est un processus en plusieurs étapes dont l’arrivée dans le pays d’accueil ne peut être analysée isolément. Ainsi l’histoire de la famille Belhoumi est-elle exemplaire du « troisième âge de l’immigration algérienne »8, qui est d’abord immigration des fils de paysans (les fellahs) vers la ville avant de se prolonger vers la France. Le père, né en 1942 dans un village de l’ouest algérien, a une enfance pauvre et une activité précoce de berger, qu’il fuit avant même d’avoir dix-huit ans pour gagner la ville de Mostaganem. La mère, née en 1952, est aussi issue de milieu rural mais n’y grandit pas car elle est confiée à une famille de Mostaganem plus fortunée jusqu’à ses quatorze ans, ce qui la conduit, fait atypique, à fréquenter l’école française et même le collège lui conférant ainsi un niveau d’éducation élevé pour sa génération et sa condition, qu’elle mobilisera en de nombreuses occasions. Marié en 1968, le couple vit pauvrement du travail du père comme ouvrier à Mostaganem dans une usine de bonbons. L’immigration, rendue possible par le statut de père de famille marié et par la demande organisée de travailleurs algériens par la France, confère l’espoir d’une amélioration des conditions de vie. Aller travailler en France n’est pas complètement nouveau pour M. Belhoumi : c’est à Strasbourg qu’il a fait son service militaire avant l’indépendance de l’Algérie. Le regroupement familial se fait en 1977, à l’initiative de Mme Belhoumi qui vit comme une relégation son maintien au pays avec les enfants et menace même de divorcer si son mari ne trouve pas de logement pouvant l’accueillir avec les trois aînés. La suite de l’histoire migratoire de la famille est typique de la double absence mais aussi du double attachement des familles algériennes de France. D’un côté, M. Belhoumi ne cache pas son admiration pour la France et inculque son respect à ses enfants notamment à travers le profond désir de se soumettre aux normes –le bref épisode carcéral de son fils Rachid est vécu comme infiniment honteux. De l’autre, les liens avec la famille d’Algérie sont continûment maintenus : vacances en Algérie chaque année qui font manquer la rentrée aux enfants, construction d’une maison à Mostaganem, préférence pour les chaînes de télévision algérienne sauf en présence des petits-enfants. Quand Samira obtient la nationalité française son père ne le prend « pas très bien » car, pour lui, elle « appartenait à l’Algérie » alors qu’elle-même le vit comme une reconnaissance : « Je me sens un peu ‘entre-deux-je’… Du coup avec la naturalisation, je me sens vraiment avec les deux et de manière très forte, je me sens pas du tout en déséquilibre, vous voyez… » (p. 81).

  • 9 Voir par exemple les travaux de Bernard Lahire ou Jean-Pierre Terrail.

8Ensuite, la trajectoire scolaire des filles est illustration des réussites scolaires paradoxales en milieu ouvrier par ailleurs bien documentées9. Ainsi, dans la famille Belhoumi, toutes les filles sont bachelières puis, au moins titulaires d’un diplôme bac +3, une situation qui tranche avec celle des garçons. Les deux aînées, Samira, née en 1971 et Leïla, née en 1973, ont obtenu un bac B. Samira obtient ensuite un diplôme d’infirmière puis, plus tardivement, en 2012, un Master, pour finalement devenir cadre infirmière. Leïla a une maîtrise de sciences de l’éducation et un Master obtenu en 2004. Elle est également cadre du secteur social (chargée de Mission locale). Les plus jeunes sœurs sont également bachelières (bac STT pour Dalila, née en 1983, et Amel, née en 1984 puis bac L pour Nadia, née en 1986). Dalila est infirmière, Amel assistante sociale et Nadia conseillère pôle emploi. Dans leur histoire scolaire et particulièrement celle des deux aînées, on retrouve tous les facteurs explicatifs des réussites paradoxales. Ainsi, la mobilisation de la famille est un déterminant clef : elle s’organise subtilement au cœur d’une socialisation familiale où la mère est lettrée mais où c’est le père, illettré, qui valorise l’acquisition de diplômes, y compris pour ses filles, pour la possibilité qu’ils confèrent d’échapper à sa condition. Pour les jeunes sœurs, ce sont les sœurs aînées qui se mobilisent constamment pour veiller à l’encadrement scolaire et au soutien des plus jeunes jusqu’à aller voir les enseignants en tant que parents de substitution. L’éducation de la mère joue moins par l’encadrement scolaire direct que par la légitimité qu’elle lui donne aux yeux d’elle-même et des autres. Ainsi prend-t-elle fermement la défense de sa fille Amel, quand celle-ci risque le renvoi du lycée, en faisant état de sa proximité avec un « inspecteur d’Académie » dont elle connait la femme par son travail de femme de ménage de collège. On peut aussi reconnaître un « effet établissement » dans la sectorisation scolaire de l’école élémentaire : le logement, près d’un quartier pavillonnaire, en bordure de cité et non à l’intérieur, comme s’en félicitait M. Belhoumi dès son obtention, envoie les enfants dans une école au profil social plus mixte. Enfin, la stabilité résidentielle permet à tous les enfants de bénéficier d’un « effet maître » : Anne-Claire Trillet, institutrice née en 1948, mariée à un professeur de sciences du collège, habitant le quartier, féministe de gauche –Stéphane Beaud l’a rencontrée- s’engage tout entière pour la réussite de ses élèves particulièrement les filles issues de l’immigration. « C’était NOTRE maîtresse » écrit Leïla au sociologue (p. 92). Ce qui fait sans doute l’exemplarité de ces réussites scolaires et de la mobilité sociale et géographique qui en découle, c’est l’imbrication de leurs ressorts multiples, formes originales de mobilisation familiale, effet de génération, contexte scolaire et résidentiel, relations sociales qui les éloignent aussi du caractère exceptionnel d’une représentation mythique et très improbable de la mobilité sociale qui verrait le fils de berger devenir polytechnicien.

9Justement, la mobilité sociale des garçons est moins affirmée car, à la différence des filles Belhoumi, l’école n’a « jamais été [leur] fort » (Mounir). C’est là un des points marquants de l’enquête, la mise en évidence de différences de genre dans la famille Belhoumi. Elles sont nombreuses et imbriquées, citons-en quelques-unes : différence de socialisation familiale qui laisse les garçons plus libres de leurs mouvements mais aussi plus livrés à la socialisation de quartier, valorisation très importante du mariage endogame pour les filles par la mère, réussite scolaire différenciée pour les filles et enfin, renvoi à une identité « d’Arabe », souvent discriminatoire, pour les garçons beaucoup plus que pour les filles. Sur le plan scolaire, la différence de parcours, à l’origine de l’enquête, est saisissante : Azzedine, né en en 1979, est le seul garçon de la famille à avoir obtenu un bac, professionnel (vente), quand Rachid, né en 1975, a quitté l’école en fin de 5ème et Mounir, né en 1981, n’a pas fini son BEP. Cette différence illustre les données quantitatives de la DEPP sur la cohorte des élèves de 6ème en 1995 : 44 % des garçons issus de l’immigration maghrébine ont un « retard » d’un an à l’entrée en 6ème contre seulement 30 % des filles. Statistiquement typique, dans ses manifestations comme dans ses explications, ce relatif échec scolaire des garçons ne se traduit pas par une exclusion du marché du travail. Si tous les garçons ont connu des épisodes de chômage, ceux-ci sont relativement brefs et ils appartiennent aux classes populaires stables : Azzedine est chauffeur de bus RATP, Mounir vendeur et Rachid commercial ; sans doute en raison des puissantes solidarités familiales orchestrées par les deux sœurs aînées pour les sortir des passes difficiles (prison, chômage, dépression). Les différences de genre se traduisent dans deux autres domaines notoires : celui des discriminations et celui du mariage. Alors que les discriminations ne sont pas évoquées par les filles dans leurs premiers entretiens, l’assignation à la figure de l’Arabe ou du « gars des cités » est au cœur du discours des garçons tout comme les contrôles d’identité plus fréquents. Détail à la fois drôle et désolant, Azzedine raconte comment, soumis à un contrôle d’identité musclé dans les transports parisiens alors qu’il avait mis un blouson sur sa veste RATP, il voit le policier se rétracter à la vue de sa cravate RATP : « Mais monsieur… Fallait me dire que vous étiez de la RATP ». Azzedine conclut sur ces contrôles d’identité incessants : « J’y ai droit tout le temps… […] apparemment j’ai une tête de délinquant donc ! » (p. 204). Renvoi au faciès qui n’arrive jamais aux filles de la famille Belhoumi, de façon aussi frontale, même si Leïla, engagée à Sardan, ville communiste, croit comprendre qu’en politique, le flirt avec les enfants de l’immigration ne devient jamais mariage ! Enfin, une différence notoire dans les destins matrimoniaux des garçons et des filles : si les quatre filles en couple ont épousé, civilement ou religieusement, des hommes d’origine algérienne, ce n’est pas le cas des garçons, qui pour Mounir et Rachid, ont des femmes de parents non immigrés. Cette différence provient sans doute du coût psychologique pour les filles à transgresser l’injonction au mariage endogame et de la nécessité de trouver des arrangements avec cette injonction. À l’inverse, la vie matrimoniale des garçons ou l’instabilité conjugale de Rachid (qui a cinq enfants de trois mères différentes) ne crée pas de drame familial. Le père s’en amuse même, a posteriori, dans une conversation rapportée par Leïla, évoquant le « crêpage de chignon » à son domicile, entre deux femmes enceintes de Rachid à la même période : « C’est drôle la vie, il y a quelques années, on avait même pas le droit de lever les yeux sur les filles françaises, les filles de colons… Et aujourd’hui deux femmes se battent [ici en France] pour mon fils » (p. 25) faisant écho à l’analyse de son fils qui se voit comme « trophée » pour les filles « françaises ».

  • 10 Ce qui confirme, selon Stéphane Beaud les résultats d’enquêtes récentes sur les ambiguïtés du rappo (...)
  • 11 Céline BRACONNIER et Jean-Yves DORMAGEN, La démocratie de l’abstention, Folio, Gallimard, 2007.

10Évoquons enfin, parmi beaucoup d’autres analyses sociologiques qui se trouvent ici illustrées, la question du rapport au politique. La politique n’est pas très présente dans la vie familiale des Belhoumi, ce qui ne signifie pas indifférence face à la politique10. Néanmoins, les commentaires bien ciblés de M. Belhoumi devant la télévision, en arabe, sur des politiques français, ne suffisent pas à faire socialisation politique et à compenser le double sentiment d’illégitimité, par la nationalité et la position sociale. Conformément aux enquêtes quantitatives sur le sujet, le vote à gauche est ancré dans la famille, au moins jusqu’en 2012. Le degré de politisation des enfants n’est pas lié à la socialisation familiale mais aux différences de contextes et de générations. Prenons l’exemple de trois des filles. Leïla, née en 1973, est socialisée par l’encadrement municipal de Sardan, banlieue communiste d’une ville de province située à 400 km de Paris. Elle est la « tête politique » de la famille, elle « baigne dedans depuis toujours » (selon Azzedine). Elle-même rit de ses différents lieux d’habitation, Sardan, Saint-Denis, Bagnolet : « Ça se répète, que des villes communistes ! » (p. 223). Son premier contexte socialisateur : les manifestations contre la loi Devaquet alors qu’elle a treize ans. Ensuite, la socialisation municipale prend le relai. La politique la « botte » : « monter des expositions sur Mandela, monter des expos sur la Palestine… Tenir des stands… C’est vraiment ce qui me bottait ! » (p. 225). C’est elle qui, même après avoir quitté Sardan, en 1996, continue d’appeler ses frères et sœurs plus jeunes les jours d’élection pour les inciter à aller voter –confirmant l’acte même du vote et l’intégration de la norme participationniste comme affaire familiale11. Amel, née en 1984, n’a pas connu des structures d’encadrement municipal aussi fortes, elle ne vote pas systématiquement, n’a pas voté en 2002, année de ses dix-huit ans. Elle raconte son éloignement de la politique lorsqu’elle était étudiante en sociologie à Préville et qu’elle a voulu, avec une amie, participer à un débat sur la démocratie alors qu’elle n’avait pas de « lexique », pas de « transmission des parents » et qu’elle a senti des « sourires hautains » : « Il n’y avait pas de Maghrébins, pas de Blacks ! », « c’est très sélect pour y entrer… C’est costaud !... J’ai tenté une fois… Je me suis faite humilier, je n’y retournerai pas » (p. 238-239). Sa position d’assesseure en 2015, comme salariée municipale, dans un bureau de vote de la région parisienne, pourrait peut-être changer la donne. Nadia enfin, née en 1986, illustre une forme de désenchantement du rapport au politique : par sympathie pour un maire qu’elle qualifie « d’UMP de gauche » et par l’intuition que cela pourrait lui être utile pour avoir une place en crèche ou un logement HLM, elle « passe à droite » selon ses mots, et adhère à l’UMP, tout en votant finalement Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017. Cette différence générationnelle du rapport au politique se traduit aussi dans une attitude différente, au sein de la fratrie, au moment des attentats de 2015 en France. Alors que les deux sœurs aînées sont meurtries et « évidemment Charlie », qu’elles se rendent avec Amel, « fière, ivre de joie des gens qui [l]’entourent », à la manifestation du 11 janvier 2015, les plus jeunes sont plus distants voire franchement critiques, notamment Azzedine, qui ne s’est pas « senti Charlie », mais « il a toujours eu ce côté, ‘la société est pourrie, les hommes politiques sont corrompus’«  écrit Leïla. Et elle ajoute, donnant la clef des ambigüités de ces clivages familiaux et intimes, particulièrement vifs pour les enfants de l’immigration maghrébine : « Mais quand on creuse et que l’on pousse la discussion [avec lui], il reconnaît être plutôt « Charlie »… j’avoue qu’aujourd’hui [un an tout juste après les attentats], même moi, je ne me sens pas Charlie… Enfin [avec] la définition qui en a été faite » (p. 278). C’est là un des apports principaux du livre que de montrer finement la dimension générationnelle du rapport au politique qu’il s’agisse du vote et de son orientation (chapitres 8 et 9), de l’attitude vis-à-vis des attentats djihadistes (chapitre 10) ou des usages de l’islam (chapitre 11). Il contribue ainsi à remettre en question toute analyse homogénéisée –voire en simples stéréotypes disqualifiants- des populations immigrées et de leurs enfants comme toute exacerbation de clivages (« Charlie »/ « pas Charlie ») qui s’avèrent plus flottants que structurants.

Questionner : contribuer à une sociologie de l’émancipation

  • 12 Anne BARRERE et Danilo MARTUCCELLI, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’i (...)
  • 13 Federico TARRAGONI. « L’émancipation dans la pensée sociologique : un point aveugle ? », Revue du M (...)

11L’intérêt de ces portraits de famille est aussi de questionner la manière de faire de la sociologie tout comme les personnages romanesques interrogent les représentations des sciences sociales12. On peut regretter ici que le livre laisse au seul lecteur le soin de penser les apports théoriques de l’enquête. L’auteur semble osciller, sans jamais trancher tout à fait, entre une présentation croisée de portraits de famille –ce que sont les deux premières parties, l’une consacrée au récit des sœurs, l’autre à celui des garçons de la fratrie- et une analyse thématique comme l’est la troisième partie qui porte sur le rapport au politique et à la religion. Ainsi, l’apport théorique se dessine-t-il plutôt comme une simple ouverture possible. La question de l’émancipation, par exemple, discrètement invitée dans le titre de la première partie (« Les cinq sœurs : école et émancipation ») n’est jamais sortie de son « point aveugle »13. Plusieurs voies pourraient pourtant dessiner les contours d’une analyse sociologique de l’émancipation.

12La première tient à la possibilité d’articuler dominations subies et émancipation individuelle. En effet, l’occupation de positions socialement dominées (pour les parents comme pour les enfants) n’empêche pas les nombreuses manifestations d’un désir individuel d’émancipation : tentatives de mouvement, de refus de l’ordre établi ou d’assignations vécues comme arbitraires et qui apparaissent comme multitude de micro-résistances, à l’opposé d’une intériorisation de la domination. Il peut s’agir pour Samira d’échapper à son enfermement social, familial et géographique, sa vie « école-maison » : « La seule chose à laquelle je pensais à ce moment-là, c’est comment devenir ‘libre’. Je crois que j’avais conscience que le passeport de l’émancipation, c’était la réussite de ma scolarité » (p. 53). Décrivant ses conditions matérielles d’existence comme collégienne, difficiles et très contraignantes, elle ajoute : « Seul le DÉSIR d’apprendre comme pulsion de vie peut permettre de résister à ces conditions » (p. 145). Aspiration à s’affirmer contre l’institution qui se manifeste aussi chez Leïla « viscéralement » lorsqu’elle refuse d’inscrire une autre orientation que seconde générale en fin de troisième pour ne pas risquer une orientation en lycée professionnel : « J’ai posé mon premier acte de refus, d’insoumission, de rébellion (…) : ils ne m’auront pas ! » (p. 67). Azzedine ne cesse de vouloir se démarquer de son assignation directe (dans les contrôles d’identité) ou symbolique à la catégorie des « voleurs, dealers ». Il se souvient les avoir observés de la fenêtre de l’appartement familial : « hors de question que je devienne comme eux… » (p. 183). À l’inverse, c’est le sentiment d’être soumise à un contrôle social qu’elle nomme « communautarisme », à son retour dans la ZUS à Sardan après une séparation conjugale, que Dalila vit comme un étouffement et une oppression : elle déplore des formes diffuses du contrôle social de voisinage (« ils s’imposent »), l’absence de gêne à « poser des questions indiscrètes », le recadrage malveillant (« tu es divorcée, tu as un enfant, tu n’es pas remariée », p. 126). Ainsi, le désir de dé-placement, mouvement de refus d’assignation à une place octroyée par la société, touche toutes les dimensions de la vie sociale et individuelle et toutes les possibilités de mobilité (géographique, professionnelle, sociale, conjugale, etc.). L’enquête sociologique recense toutes ces micro-conquêtes où l’agent social, à tous les moments de la vie, tente de saisir des espaces de liberté pour desserrer l’étau de la contrainte et lutter contre la dépossession de son destin. Ces tentatives individuelles de sortie sont parfois vouées à l’échec. Quand le fils d’émigré (Rachid) est renvoyé à la reproduction sociale et s’embauche comme ouvrier du bâtiment au début de sa vie active, le père pleure, éprouvant la fatalité du destin comme une souffrance subjective intense. Les stratégies scolaires des sœurs aînées pour contribuer à sortir leurs frères de leur condition peuvent ne pas conduire aux résultats escomptés : il est possible que le choix de Leïla pour son jeune frère Mounir de l’allemand (puis du latin) en 6ème, pour lui éviter d’être relégué dans une « classe d’Arabes » (p. 147), puisse aussi avoir contribué à accentuer son échec scolaire au collège en le faisant apparaître comme « mauvais élève » dans une « bonne classe ». Le désir d’émancipation ne concerne pas seulement la mobilité sociale mais porte aussi sur le desserrement des contraintes familiales : pour les deux aînées, l’entrée dans la vie de couple et la maternité reportées sont une manière d’éloigner les injonctions traditionnelles et familiales qui définissent la femme par le travail domestique. Aussi ces formes de résistance individuelle ne sont-elles pas toujours victorieuses dans leur issue mais elles n’en sont pas moins présentes et nourrissent les discours « de soi à soi » des enfants Belhoumi.

13La deuxième voie porte sur l’énoncé des conditions de possibilité de cette émancipation et sur son articulation avec les déterminismes sociaux. L’enquête suggère que l’existence de déterminismes sociaux ne s’oppose pas à la manifestation d’une volonté individuelle qui jalonne les entretiens. L’analyse minutieuse des conditions de vie d’une fratrie et des discours énoncés par les acteurs montre comment structures sociales et comportements individuels sont imbriqués pour produire ou non, car l’échec des stratégies individuelles est fréquent, une échappée. Pour Samira, c’est la correspondance entre valorisation familiale de l’école et expérience scolaire heureuse dans un contexte institutionnel et générationnel particulier qui lui permet l’appropriation des savoirs scolaires au-delà du désir d’ascension sociale. Ainsi en est-il de sa pratique de la lecture (« intérieure et en dedans de moi ») pratiquée « en dehors de toute « obligation scolaire » mais contribuant à ses bons résultats notamment en français (p. 57). Pour Leïla, c’est davantage le contexte social et politique de sa commune et l’offre culturelle, sportive et associative, explicitement conçue comme éducative et émancipatrice, qui lui donnent l’occasion d’une découverte de soi comme femme engagée. Ces configurations positives, vécues comme telles par les sœurs et ouvrant les voies de la mobilité sociale, sont aussi le fruit de compromis et de jeux serrés. Ainsi, c’est le hasard d’une rencontre dans le bus, associée à des dispositions sociales et personnelles, qui informe Samira de la possibilité de faire des études d’infirmières avec un baccalauréat économique. Puis elle « ruse » avec l’ignorance parentale sur le système éducatif, pour s’inscrire dans une ville plus grande et plus éloignée du domicile familial pour gagner en autonomie et se libérer des contraintes familiales.

  • 14 Voir par exemple Estelle FERRARESE et Sandra LAUGIER, Formes de vie. Du biologique au social, CNRS (...)

14Enfin, ces portraits pourraient contribuer à nourrir une sociologie des formes de vie en rendant compte de la manière dont les individus cherchent, dans des conditions sociales données, à donner une forme à leur vie14 : comment les individus s’approprient-ils des idéaux sociaux, les contestent éventuellement, pour se construire une vie qui leur convient et qui ne leur échappe pas totalement ? L’enquête montre la richesse de la réflexivité individuelle sur tous les domaines de la vie (travail, consommation, vie conjugale, etc.) et sur la perception que les agents en ont pour définir une forme de philosophie personnelle de la « vie bonne ». Prenons l’exemple du travail –et c’est là peut-être un léger regret sur l’enquête, l’absence de développements systématiques sur la perception de leur travail (à l’instar de la longue analyse qu’en fait Azzedine, chauffeur de bus à la RATP) et sur les types de consommation qui sont seulement esquissés. Dans les cas des filles, la mobilité sociale n’est pas seulement recherche de conditions de vie meilleures et stables, c’est aussi le choix d’une profession d’assistance à autrui (infirmière, cadre sociale, assistante sociale, conseillère pôle emploi), perçue comme utile socialement. Le cas du père fournit un exemple assez étonnant de l’importance du sens donné à une activité et de ses conditions d’exercice. Ainsi, celui qui voulait fuir le « travail avec la pioche » pour inciter ses enfants à travailler « avec le stylo », se retrouve, par sa longue invalidité qui l’éloigne définitivement du travail ouvrier, à incarner la figure du « jardinier philosophe » (il cultive un jardin ouvrier) qui le préserve à ses propres yeux du déclassement (au moins relativement). Libre et sans dépendance salariale, le « travail avec la pioche » peut, associé à une reconnaissance de sa culture traditionnelle faite de contes et de dictons mais aussi de perceptions personnelles, être rehaussé dans l’échelle des légitimités. Le discours d’Azzedine sur sa situation professionnelle en est un autre exemple. Après dix ans à la RATP, il porte un regard négatif sur sa profession de chauffeur de bus, a l’impression de « stagner », de ne pas « évoluer » et relie cette perception à des « questions existentielles » : « Pourquoi est-ce que je suis là ? Est-ce que j’ai un but dans ma vie ? […] Est-ce que j’ai évolué intellectuellement ? Non ! » (p. 196-197). Sa volonté « d’évoluer » ne peut se réduire au désir d’augmenter ses revenus ou de monter hiérarchiquement. C’est un sens de vie qu’il associe à ce désir de changement. Ainsi l’analyse de la mobilité sociale, exercée au plus près des représentations sociales, des pratiques et des discours des acteurs, pourrait s’en trouver enrichie : il ne s’agit pas seulement de gravir les échelons d’une hiérarchie sociale des professions mais de revendiquer aussi un classement propre qui, en lien avec des styles de vie, participe à la définition de sa forme de vie.

  • 15 Pierre BOURDIEU, Images d’Algérie. Une affinité élective, Actes Sud/Sinbad/Camera Austria, 2003.

15Touffue, l’enquête de Stéphane Beaud atteint au moins deux objectifs. Le premier est sociologique : se nourrissant de pratiques et théories très variées, elle invite à renouveler la manière de faire de la sociologie et à dépasser des clivages conceptuels, par exemple entre choix individuels et déterminismes, ou disciplinaires, entre philosophie et sociologie. Le second est plus politique dans la mesure où la question de l’immigration et plus récemment celle de l’islam de France se sont largement invitées dans le débat politique. Certes, un cas familial ne peut représenter la France. Mais si la diversité des situations et des attitudes (par exemple envers la religion, la politique ou encore la manière d’être ou non « Charlie ») traverse une famille, il est probable qu’elle traverse la France. Aussi, le légitime intérêt pour des faits socialement et politiquement préoccupants comme la relégation scolaire, l’émergence d’un Islam politique dans les banlieues, la ségrégation spatiale ne doivent pas devenir stéréotypes et invisibiliser la diversité des situations des descendants de l’immigration en France, du point de vue de la mobilité sociale, des diplômes, des lieux d’habitation, de la croyance religieuse, etc. Enfin, La France des Belhoumi participe aussi de l’« affinité élective », pour reprendre les mots de Pierre Bourdieu15, entre la France et l’Algérie : le regard compréhensif et empathique du sociologue envers une famille d’Algériens de France livre une vision de l’enchevêtrement de liens intimes et historiques entre les deux pays.

Haut de page

Notes

1 Younes AMRANI, Stéphane BEAUD, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, La Découverte, 2004.

2 Claude GRIGNON, Jean-Claude PASSERON, Le Savant et le populaire. Misérabilisme en sociologie et en littérature, Seuil, 1989.

3 Stéphane BEAUD, « Raconter l’histoire d’une famille algérienne en France. Parcours réflexif sur une enquête hybride », Idées économiques et sociales, 2017/3, n° 189, p. 11-19 et « Les trois sœurs et le sociologue. Notes ethnographiques sur la mobilité sociale dans une fratrie d’enfants d’immigrés algériens », Idées économiques et sociales, 2014/1, n° 175, p. 36-48.

4 La méthode de l’égalité : entretien avec Laurent Jeanpierre et Dork Zabunyan, Bayard, 2012.

5 Le maitre ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Jacques RANCIERE, Fayard, 10/18, 1987.

6 Op.cit. p. 7.

7 Stéphane BEAUD, 2017, op. cit., p. 14.

8 Abdelmalek SAYAD, La double absence. Des illusions de l’immigré aux souffrances de l’immigré, Seuil, Liber, 1999.

9 Voir par exemple les travaux de Bernard Lahire ou Jean-Pierre Terrail.

10 Ce qui confirme, selon Stéphane Beaud les résultats d’enquêtes récentes sur les ambiguïtés du rapport ordinaire au politique : voir par exemple, François BUTON, Patrick LEHINGUE et Nicolas MARIOT, L’Ordinaire du politique. Enquête sur les rapports profanes au politique, Septentrion, 2016.

11 Céline BRACONNIER et Jean-Yves DORMAGEN, La démocratie de l’abstention, Folio, Gallimard, 2007.

12 Anne BARRERE et Danilo MARTUCCELLI, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Septentrion, 374 p., 2009.

13 Federico TARRAGONI. « L’émancipation dans la pensée sociologique : un point aveugle ? », Revue du MAUSS, vol. 48, no. 2, 2016, pp. 117-134.

14 Voir par exemple Estelle FERRARESE et Sandra LAUGIER, Formes de vie. Du biologique au social, CNRS Editions, 2018.

15 Pierre BOURDIEU, Images d’Algérie. Une affinité élective, Actes Sud/Sinbad/Camera Austria, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Rugy, « Stéphan Beaud, La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017), La découverte, 2018, 352 p »Terrains/Théories [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/1474

Haut de page

Auteur

Anne de Rugy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals