Navigation – Plan du site
Dossier

Paroles d’intervenants civils de paix : repenser l’impartialité comme espace paradoxal

Cécile Dubernet

Résumés

Cet article interroge le concept d’impartialité dont se réclament la majorité des ONG internationales actives dans les zones de conflit. Par impartialité on entend l’absence de parti pris et la poursuite d’un mandat non-discriminant. Principe fondamental de l’action humanitaire, l’impartialité associe un fort engagement terrain à un rapport de précaution et d’équilibre envers les acteurs du conflit. Plus clair en théorie que celui de neutralité, le concept se décline néanmoins difficilement dans des zones complexes où se combinent urgence et danger. La question est particulièrement sensible pour les ONG spécialisées dans le travail de présence (observation, médiation, accompagnement, interposition, etc.), travail que l’on nomme aujourd’hui intervention civile de paix (ICP). Or peu d’études se penchent sur ces pratiques de protection civile dont le cœur de métier est la relation, et moins encore sur leur mise en œuvre de postures dites impartiales.

Construit sur l’expérience de l’auteure, formatrice en ICP et sur plusieurs entretiens approfondis d’intervenants de retour de mission, cet article identifie des tensions et contradictions qui émergent de terrains de conflit aussi variés que la Colombie, le Soudan du Sud, l’Irak, le Kosovo ou encore les Philippines. L’auteure y restitue et y analyse des paroles d’acteurs de terrain tant sur le concept lui-même, que sur sa mise en pratique. Ces témoignages sont également confrontés à quelques définitions et intuitions théoriques sur le concept. Sans se prétendre représentatif statistiquement, le texte identifie plusieurs enjeux liés à l’impartialité et formule une nouvelle hypothèse à offrir en test à la communauté scientifique : l’idée que les tensions mêmes soulevées par cette posture créent un espace paradoxal permettant de nouvelles options locales de transformation de conflit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 AUTESSERRE Severine, Peaceland, New York, Cambridge University Press, 2014. LEADER Nicholas, The Po (...)

1Alors que les débats sur la neutralité humanitaire font rage depuis la fin de la guerre froide, la majorité des ONG internationales actives dans les zones de conflit se réclame toujours du principe d’impartialité1. Par ce dernier on entend l’absence de parti pris et la poursuite d’un mandat non-discriminant tel que l’observation, la médiation, la livraison d’aide humanitaire, etc. Principe fondamental de l’action humanitaire, l’impartialité associe un engagement terrain fort à un rapport de précaution et d’équilibre envers les acteurs du conflit.

  • 2 GOLDRICK Claudia, « The future of humanitarian action : an ICRC perspective », International Review (...)
  • 3 WEISS Thomas, « Principles, Politics and Humanitarian Action », Ethics and International Affairs, V (...)

2Si le concept juridique d’impartialité semble relativement clair2, sa mise en œuvre dans des zones de tension est néanmoins délicate. Sur des terrains complexes, rien n’est jamais acquis : la posture impartiale et la confiance qui en découle doivent se renouveler chaque jour3. De plus, tenir cette attitude est particulièrement difficile lorsque le mandat de l’organisation relève de l’immatériel. Par exemple une mission d’observation du respect des droits humains, le suivi d’une élection ou d’un procès se mesurent à l’aune de présences et d’absences, de déclarations et de silences, bref de regards et de mots toujours sujets à interprétations et rumeurs. Ce type de missions, que l’on nomme aujourd’hui ‘Intervention civile de paix’ (ICP, en anglais Unarmed Civilian Peacekeeping ou UCP) cumule les difficultés en matière d’impartialité.

  • 4 MULLER Jean-Marie, Principes et méthodes de l’intervention civile, Paris : Desclée de Brouwer, 1997

3L’ICP consiste en l’envoi d’équipes non-armées mais formées à l’accompagnement, la protection civile, l’observation internationale ou encore la médiation locale dans des zones de conflit4. Lorsqu’elle est pratiquée par des ONG, l’ICP se caractérise par une primauté donnée aux acteurs locaux. Or, à ce jour, peu d’études systématiques existent sur ce travail de terrain et sur ses déclinaisons du principe d’impartialité.

  • 5 MULLER Jean-Marie, « La non-violence dans l’intervention civile de paix », Alternatives non-violent (...)
  • 6 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, Uppsala : (...)
  • 7 FURNARI Ellen (dir.), Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices (...)

4L’enquête présentée dans cet article a été initialement pensée pour une formation annuelle à laquelle l’auteure contribue depuis 2009. Mais, au-delà du cadre pédagogique, l’écoute et l’analyse de témoignages récents sur l’exigence d’impartialité peut enrichir nos conceptions théoriques. Tout en réflexivité, cet article ne se prétend pas une étude statistique représentative de l’ensemble des pratiques. Il s’agit plutôt de faire remonter quelques témoignages récents du terrain afin d’approfondir certaines hypothèses sur la réalité du principe d’impartialité, voire d’en formuler de nouvelles à offrir en test à la communauté scientifique. Les extraits choisis et présentés permettent d’éclairer l’idée de double-empathie5, de revisiter le lien entre équidistance et crédibilité6, ou encore la tension clarté-flexibilité7. Surtout, ils témoignent du rôle maïeutique d’une posture complexe. Ensemble, et éclairées du regard du philosophe François Jullien, ces paroles dessinent une nouvelle forme d’impartialité plus pragmatique. Une impartialité qui se joue par le bas ou de côté, dans la fragilité de l’accompagnement, dans l’incertain de la négociation et des traductions maladroites. Étonnement, c’est dans cet espace imparfait, paradoxal, qu’émergent parfois de nouvelles options de transformation du conflit.

I Impartialité et intervention civile de paix : comprendre les termes de l’équation

5Depuis la fin de la guerre froide, le nombre d’acteurs intervenant dans les zones de conflit a fortement augmenté et leurs missions se sont démultipliées. Au-delà du soin médical donné aux victimes, de la fourniture de matériaux de première nécessité, certaines organisations s’engagent pour assurer une présence proactive auprès de populations civiles dans l’espoir de limiter les actes de violence à leur encontre. Ce travail de prévention de la violence a pour cœur de métier la relation aux acteurs du conflit, y compris aux acteurs armés et violents. La question de l’impartialité s’y pose donc de façon renouvelée. Afin de saisir ce qui se joue entre posture et réalité, il m’a semblé essentiel d’écouter les personnes qui reviennent de mission et qui, avec un peu de recul, réfléchissent à leur travail. Les paragraphes qui suivent présentent et articulent les enjeux d’une telle étude.

I-A Le défi : la protection non-armée de civils en zone de conflit

  • 8 WEBER Thomas, Gandhi’s Peace Army : the Shanti Sena and Unarmed Peacekeeping, New York : Syracuse U (...)
  • 9 COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analys (...)
  • 10 Sur les méthodes voir MAHONY Liam, Proactive Presence : field strategies for civilian protection, G (...)
  • 11 DUBERNET Cécile, « Sans arme face à la violence : l'intervention civile de paix », Silence, n° 446, (...)
  • 12 ONU, Uniting our Strengths for Peace Politics, Partnership and People, Report of the High Independe (...)

6L’intervention civile de paix ou ICP est une forme relativement récente d’intervention dans des conflits. Dans les années 1940, Gandhi avait imaginé l’organisation de volontaires formés à la non-violence, très disciplinés, pour s’interposer dans des zones de conflit. Cette idée d’armée de la paix, ou Shanti Sena, s’est décliné de façon plus ou moins politique en Inde mais aussi à l’international à partir des années 19808. Lors de la guerre du Nicaragua, des citoyens américains et canadiens se positionnent physiquement et visiblement auprès de communautés nicaraguayennes rurales pour limiter les attaques des rebelles Contras, soutenus par le gouvernement américain. Jouant de leur nationalité, de leur réseau à l’international, ils s’offrent intelligemment en dissuasion9. L’organisation Peace Brigades International (PBI) naît de ce premier travail et, en lien avec d’autres organismes tels les Witness for Peace, les Christian Peace Makers Teams, développe et perfectionne des méthodologies de dissuasion non-armée dans plusieurs pays (Colombie, Guatemala, Indonésie, Haïti, Népal..)10. La fin de la guerre froide conduit nombre d’organismes inter-étatiques, l’OSCE, l’OAE, l’UE, à adopter, adapter, étendre ces outils. Se développent ainsi l’observation y compris l’observation électorale, l’accompagnement international, l’interposition, les systèmes d’alerte précoce, etc. Aujourd’hui l’ICP s’entend comme l’envoi d’équipes non-armées mais formées à la protection civile dans des zones de conflit11. Peu connues du grand public, ces opérations sont principalement financées par les institutions internationales12.

  • 13 Nonviolent Peaceforce et UNITAR, Unarmed Civilian Protection, Strengthening civilian capacities to (...)
  • 14 La description des projets se trouve sur les sites des organisations : www.pbi.org et www.nonviolen (...)

7Si elles ont perdu l’exclusivité de leur innovation, les ONG restent néanmoins actives dans ce champ dans lequel elles sont reconnues parce qu’elles donnent la primauté aux acteurs locaux13. Depuis une dizaine d’années, des pionniers en ont même élargi les pratiques : l’organisation Nonviolent Peaceforce a montré qu’il était possible d’intervenir efficacement dans des contextes chaotiques tels le Soudan du Sud ou l’Irak en guerre. PBI intervient actuellement au nord du Mexique auprès de défenseurs des droits des migrants, dans un contexte de violence criminelle plutôt que politique, ce qui requiert des outils d’analyse et un positionnement remaniés14.

8L’essence de l’ICP est la ‘mise en relation’ pour dissuader de l’usage de la violence, pour influencer les comportements et encourager les initiatives locales non-violentes. Cependant être impartial lorsque le mandat de l’organisation relève de l’immatériel génère des contraintes particulières : en effet, observer, suivre un processus électoral ou encore accompagner des défenseurs locaux menacés se concrétisent en circulations sur des terrains politiquement minés, en rapports plus ou moins confidentiels, en déclarations publiques et en silences, toujours sujets à interprétations et rumeurs.

9Ces difficultés ne sont pas nouvelles. Différents groupes ont bataillé avec leur posture de terrain. Lisa Schirch note que lors du conflit le long de la frontière entre le Honduras et le Nicaragua, l’organisation Witness for Peace s’était progressivement alignée du côté des populations du Nicaragua attaquées par les Contras.

  • 15 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy , op. cit., (...)

« En étant présents avec eux, dans leurs villes, dans leur coopératives agricoles, les membres de l’équipe de Witness for Peace ont perdu l’apparence de leur impartialité. Néanmoins, ils ont maintenu une certaine impartialité en étant des étrangers, non-armés, qui maintenaient leurs distances par rapport au gouvernement sandiniste au pouvoir15. »

10Outre la question du positionnement spatial, l’usage des termes, le choix des canaux de communication, la fréquence du contact avec les acteurs, restent des questions sensibles. La mesure de l’impartialité se cristallise donc souvent sur les dimensions les plus visibles du travail : la présence et la parole. Où sont les équipes ? Sont-elles des deux côtés du conflit ? Agissent-elles de la même manière ? Ont-elles des discours similaires ? Cohérents ?

  • 16 COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analys (...)

11Mises à part celles d’Anderson and Olson (2003), de Schirch (2006), ou plus récemment de Furnari (2016), peu d’études abordent systématiquement l’ICP, et moins encore ses déclinaisons terrain de l’impartialité. Celle de Patrick Coy néanmoins pose l’importance de la posture d’impartialité tant pour la sécurité des intervenants que pour l’efficacité de la mission16. J’ai décidé de sonder ce postulat.

I-B L’enquête : ressources pédagogiques et entretiens d’acteurs de terrain

  • 17 Formations organisées par le Comité Français pour l’Intervention Civile de Paix.

12L’enquête a pour objet de creuser le concept d’impartialité, en écoutant des acteurs de terrain. Elle repose sur deux sources majeures d’information : d’une part une documentation pédagogique accumulée depuis 2009 dans le cadre de formations organisées en France avec des organisations de terrain17, d’autre part des entretiens approfondis avec des intervenants. Ce travail constitue une synthèse de retours de terrain sur la question de l’impartialité et ne prétend pas représenter l’ensemble d’une position de la communauté ICP (elle-même en construction). Il s’agit plutôt d’identifier et d’illustrer quelques tensions que le terme induit dans les zones de conflit actuelles.

13La recherche s’appuie sur la littérature grise des premières analyses d’impact de ce genre de mission (notamment les rapports d’évaluation d’opérations et des cas d’études fournis par les intervenants). En effet, formatrice de volontaires de l’ICP, l’auteure est constamment confrontée à la nécessité de fournir des illustrations de ce qu’agir impartialement signifie concrètement. L’information accumulée au cours des années est complétée par des entretiens approfondis d’intervenants en mission ou retour de mission. Compte tenu des thèmes dominants dans la littérature, la grille d’entretien est structurée autour de questions de définition, de formation et d’application du concept d’impartialité. Comme le montre l’encadré ci-dessous, les entretiens semi-structurés abordent le parcours de la personne, sa compréhension du concept d’impartialité (y compris la différence avec la neutralité), l’expérience terrain avec une attention particulière portée aux contradictions rencontrées.

Grille d’analyse des entretiens (français)

I Trajectoire professionnelle

Pouvez-vous décrire votre trajectoire professionnelle depuis vos études ?

Quelles ont été les périodes de mission de type intervention civile de paix ?

Que faisiez vous concrètement lors de ces missions ?

II Définition et compréhension du concept d’impartialité

Où, dans quel contexte et/ou dans quelle formation avez vous entendu parler d’impartialité ?

La notion était-elle présentée distinctement de celle de neutralité ?

Comment définissez vous chacune des deux notions aujourd’hui ?

Diriez-vous que cette conception a évolué au fil des expériences ?

III Impartialité sur le terrain

Quand avez-vous été confronté(e) pour la première fois à une question d’impartialité au cours de votre carrière ?

Comment avez-vous réagi ?

Avez-vous été confronté à des incidents / tensions liés à des questions d’impartialité ? De manque d’impartialité ou de rigidité dans l’interprétation d’un mandat ?

Cette notion vous paraît-elle essentielle pour votre travail aujourd’hui ?

Comment expliquez-vous votre posture à votre entourage et à vos partenaires en mission ?

Souhaitez-vous partager une autre pensée/idée en lien avec cette question ?

14Les entretiens ont été réalisés entre juillet et novembre 2017 dans le cadre de la préparation et du suivi d’une session de formation. En anglais ou en français, les échanges restaient très libres et la prise de note manuelle. Les personnes interviewées ont eu la possibilité de réagir à la transcription de leurs interviews. Ce sont donc les formulations consolidées et approuvées de ces entretiens qui sont utilisées dans cet article. Si le nombre de personnes interrogées (8) reste modeste, la grande majorité des interlocuteurs a l’expérience de plusieurs terrains. Certains ont cumulé jusqu’à 20 ans de mission sur plusieurs continents. Le temps imparti à chaque entretien (environ 90 minutes pour 7 d’entre eux, 1 heure pour le dernier) a permis de comparer les missions, les postures adoptées et les difficultés rencontrées. Ces remontées récentes du terrain (notamment d’opérations d’un nouveau genre telle la contre-offensive contre Daesh) illustrent de nouvelles réalités et soulèvent des questions inédites. Elles ouvrent donc des pistes de réflexion quant à ce principe fondateur des engagements humanitaires et diplomatiques qu’est l’impartialité.

I-C Impartialité, clé d’un engagement crédible et efficace ?

  • 18 Comité International de la Croix Rouge (CICR), The Fundamental Principles of the Red Cross : Commen (...)
  • 19 Ibid. Voir également AUTESSERRE, Séverine, Peaceland, op. cit., p 234-238.

15Depuis plusieurs décennies, la distinction civil-militaire s’est obscurcie et les populations civiles sont au cœur des conflits (nettoyage ethnique, sièges de zones urbaines, trafics et contrôle des migrations, etc.). Peu d’acteurs humanitaires prétendent encore nourrir et protéger des civils sans impacter aucunement le rapport de force. Le mouvement de la Croix Rouge, de part son histoire, et le Comité International de la Croix Rouge (CICR) parce qu’il est le gardien du Droit International Humanitaire (DIH), continuent de se poser comme neutres dans la présentation de leur mandat18. Quasiment tous les autres intervenants en zones de conflit insistent plutôt sur leur impartialité. Par impartialité on entend l’absence de parti pris et la poursuite d’un mandat non-discriminant tel que l’observation, la médiation, la livraison d’aide humanitaire, etc19. Comme le rappelle Françoise Boucher-Saulnier, l’impartialité n’est pas neutre.

  • 20 BOUCHER-SAULNIER Françoise, Dictionnaire pratique du droit humanitaire, Paris, La découverte, 2000, (...)

« L’impartialité ne doit pas être confondue avec une neutralité arithmétique de l’aide qui consisterait à donner des secours de façon égale à chaque partie en présence, sous prétexte de n’en favoriser aucune. L’impartialité exige que les secours soient donnés de façon prioritaire aux plus nécessiteux, quelle que soit leur appartenance20. »

16Au-delà de la distribution des secours, la notion d’impartialité régit la parole publique des intervenants dans les zones de conflit. Ainsi, il est théoriquement possible pour une organisation observatrice d’un accord de cessez-le-feu, d’en dénoncer la violation par une seule des parties prenantes (si tel est le cas) sans pour autant être partiale. Dans cet exemple, l’observateur remplit son mandat : observation et rapport. De fait, la poursuite du mandat reste la ligne directrice de la prise de position, le cadre qui permet d’agir, de choisir, voire de critiquer sans prendre parti. Le mandat est donc une balise importante qui justifie la présence et encadre l’action. Il est souvent construit sur du droit (DIH, droit des réfugiés, droit local) et les intervenants s’y réfèrent souvent.

  • 21 Entretien numéro 8, 07/11/2017.

« Toute la formation est élaborée sur cela : La neutralité et l’impartialité doivent être des critères pour orienter notre action, et ce dans le sens global ou le DIH l’entend. Le DIH est l’arbitre21. »

  • 22 Entretien numéro 2, 08/08/2017. La référence à l’usage de la force s’explique parce que la personne (...)

« Le but essentiel est d’appliquer le mandat aux deux parties de façon égale ; y compris appliquer la force contre l’acteur qui agresse le mandat22. »

  • 23 Entretien numéro 6, 10/10/2017. Le MILF est le mouvement indépendantiste Moro, aux Philippines.

« Notre mandat était clair ; nous faisions partie de la mission de monitorat du cessez-le-feu. Nous étions mentionnés dans l’accord de cessez-le-feu et nous avions une position claire. On travaillait avec les populations et nos interlocuteurs étaient le gouvernement et le MILF23. »

17Si le concept juridique d’impartialité semble relativement clair, sa mise en œuvre dans des zones de tension reste néanmoins délicate, et ce pour plusieurs raisons. En premier lieu, neutralité et impartialité sont souvent confondues dans l’usage courant. Même les intervenants, à qui j’ai également demandé de définir la neutralité, formulent cette dernière de façon très variée.

  • 24 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

« La neutralité c’est l’idée de ne pas prendre parti pour l’un ou pour l’autre des protagonistes ; on est pour la paix24. »

  • 25 Entretien numéro 2, 08/08/2017.

« La neutralité, c’est ne pas prendre parti ; en Yougoslavie, on a fait un peu trop de neutralité […] Je pense que cela a évolué : c’est important d’avoir une certaine neutralité mais cela ne doit pas remettre en cause le mandat25. »

  • 26 Entretien numéro 4, 28/08/2017.

« La neutralité, c’est d’arriver dans une zone de conflit avec l’esprit ouvert, et d’être vraiment prêt à aborder leurs problèmes avec leurs perspectives26. »

18On note que ces trois extraits commencent sur le thème de l’absence de parti pris, puis enchaînent rapidement sur l’action, sur « pourquoi on est là » : la paix, le mandat, l’écoute. Le désir d’engagement fait donc surface. En même temps, ces témoignages illustrent le fait que la distinction neutralité/impartialité est difficile. J’ai aussi interrogé une jeune étudiante qui sortait d’une formation de préparation à une mission d’observation de checkpoints à Jérusalem. La question de l’impartialité y avait été largement débattue, mais elle a remarqué que si les formateurs parlaient d’impartialité, les étudiants eux utilisaient l’un ou l’autre mot sans claire distinction.

  • 27 Entretien numéro 8, 07/11/2017.

« Je pense qu’il y avait souvent des confusions quand nous parlions. Nous utilisions les deux termes impartialité et neutralité de façon interchangeable27. »

19Une autre intervenante, plus expérimentée, a exprimé la même idée en repensant à ses années d’études sur les conflits.

  • 28 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

« Je comprenais ce terme (impartialité) comme signifiant neutralité. En fait, je pense que j’utilisais les deux de façon interchangeable28. »

20Cette confusion se comprend, car les deux principes partagent l’idée de ne pas prendre parti. De plus, elle s’entretient puisque certaines organisations et intervenants préfèrent le qualificatif de non-partisan à celui d’impartial (surtout dans le monde anglo-saxon).

  • 29 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

« Peace Brigades International n’utilise pas vraiment le mot impartialité, l’organisation se définit plutôt comme ‘non-partisane’. Comment traduire ? Ce n’est pas facile. Mais en gros l’approche reprend les dimensions classiques de l’impartialité ; il s’agit d’agir sans préjugé et sans discrimination envers aucune des parties au conflit ; il faut être le plus objectif possible ; il faut s’abstenir d’émettre un jugement lorsqu’il y a des problèmes, des abus. PBI ne dénonce jamais personne : on peut exprimer des préoccupations aux responsables mais sans accuser personne[..] PBI ne dénonce jamais mais parle de faits29. »

21Il est intéressant de noter que cette variation fait écho au travail de Jullien sur la sagesse dans la pensée chinoise. Pour lui, la non-partialité, mieux encore la ‘non-partiélité’, est marque du sage plus que l’impartialité à l’occidentale.

  • 30 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, Paris, Seuil, 1998, p. 24. It (...)

« car notre notion se restreint à l’idée d’une équitabilité du jugement, un camp face à l’autre, entre deux côtés (que l’enjeu soit la justice ou la vérité), alors que l’opposé chinois de la partialité est qu’on garde ouvert tous les possibles sans les laisser réduire d’aucun côté30. »

  • 31 Entretien numéro 6, 10/10/2017.

22Nous reviendrons sur l’apport de la pensée de Jullien en deuxième partie de l’article. À ce stade, il convient juste de souligner que la multiplication de termes ajoute à la confusion. Pour clarifier le champ, neutralité et impartialité sont donc souvent représentées comme les faces négatives/positives de l’opération. La neutralité induirait un retrait, une distance alors que l’impartialité se jouerait dans l’engagement. Comme le précise cet intervenant « Quand nous parlons de neutralité, nous disons que nous ne prenons pas part au conflit ; pour l’impartialité, nous disons que nous travaillons avec les bénéficiaires partout31. » Ici c’est l’action qui distingue impartialité de neutralité. En théorie donc, l’impartialité associe un engagement terrain fort, impactant, à un rapport de précaution et d’équilibre envers les acteurs du conflit. Ceci-posé, les questions pratiques émergent immédiatement. Car, si la proactivité est la marque de l’impartialité, elle se décline de multiples façons, notamment dans son rapport aux protagonistes.

  • 32 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, op. cit., (...)

« Certains affirment que l’impartialité signifie n’entretenir aucune relation avec aucun des groupes. On suppose alors que les intervenants extérieurs sont impartiaux parce qu’ils n’ont pas de relations avec les acteurs du conflit ou d’intérêts dans le résultat. On pense aussi souvent que les locaux ne peuvent être impartiaux. L’impartialité pourrait aussi signifier maintenir des relations équivalentes avec tous les groupes. Les intervenants ont besoin de crédibilité pour accéder au conflit32. »

23Outre les deux formulations classiques de l’impartialité (pas de relations aux acteurs de conflit ou établissement de relations équivalentes), on remarquera ci-dessus l’insistance sur la notion de distance perçue comme sine quoi non d’une posture crédible. À priori, ne peut être impartial que celui qui vient de loin, de l’extérieur. Ce postulat sur la distance comme source d’impartialité (distance par rapport au conflit, équidistance par rapport aux acteurs), de même que la question de la crédibilité mentionée par Schirch, sont des questions récurrentes que nous explorons en deuxième partie de cette étude.

  • 33 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, op.cit, p. (...)
  • 34 COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analys (...)
  • 35 LEDERACH John Paul, The Moral Imagination, the art and soul of building peace, Oxford, Oxford Unive (...)

24Dans le monde humanitaire, l’impartialité reste donc présenté comme clé de crédibilité vis-à-vis des interlocuteurs armés33. Être perçu comme impartial dans un contexte chaotique rassure les parties prenantes, car elles anticipent mieux les réactions de l’intervenant. En théorie, le cadre d’impartialité est donc source de confiance, une donnée essentielle tant pour la sécurité des humanitaires ou diplomates que pour l’accès aux populations civiles. Pourtant plusieurs auteurs soulignent la fragilité de la posture d’impartialité qui dépend de la perception de populations locales sous pression et des vues (parfois manipulatrices) d’autorités locales34. La crédibilité se joue donc moins sur une posture décrétée que perçue et négociée sur le terrain dans la durée35. Et, pour compliquer le tout, le travail humanitaire se décline dans ces contextes changeants ou rien n’est jamais acquis.

  • 36 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

« Le postulat d’impartialité est bien pratique. Cependant, sur le terrain, les contextes et le travail changent très rapidement. Par exemple, au Sud Soudan, l’accord de paix ne mentionnait pas les conflits internes et locaux. Et pourtant ces derniers sont très vite devenus le cœur du travail36. »

25De même, on peut se trouver confronté(e) à des contextes non-anticipés malgré plusieurs missions exploratoires :

  • 37 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

« L’État Kényan a changé la loi pendant que nous étions là, obligeant chaque ONG a devenir une ONG locale, donc avec des Kényans dans le conseil d’administration. C’était déjà un problème d’intégrer des locaux dans l’organisation car c’est contraire à nos principes. Nous avons donc redéfini les choses et circonscrit leur rôle. Mais s’est ensuite posée la question ethnique : quelle répercussion pour la perception de notre impartialité et de notre neutralité si nous n’avons pas un équilibre dans notre répartition ethnique dans le Conseil d’Administration37 ? »

26L’impartialité peut se décréter d’en haut, d’à-priori, dans un mandat ou une déclaration. Mais elle n’est effective et crédible que dans la façon dont elle se décline sur le terrain, au jour le jour. C’est d’en bas que se construit la confiance, la crédibilité. Est-ce possible dans le cadre de l’ICP ? Est-ce faisable ? Si oui, comment ?

II L’impartialité en zone de conflit : un espace paradoxal ?

27Les quelques citations mentionnées en première partie mettent en évidence l’importance que les intervenants ICP accordent à la posture d’impartialité inscrite dans leur mandat mais, déjà, certaines de ses ambiguïtés. En théorie la posture est comprise comme garante d’accès aux populations, de sécurité et d’efficacité de la mission. Cependant, les entretiens montrent que c’est une position souvent confuse à expliquer aux interlocuteurs et humainement difficile à tenir dans le temps. Lors des échanges, les intervenants sont revenus longuement sur trois thèmes porteurs de tensions : l’engagement (la décision d’y aller, d’y rester), la genèse de la crédibilité et de la confiance, enfin la question des limites.

II-A Repenser l’engagement : une présence à 200 %

28Pour le philosophe Jean-Marie Muller, être impartial signifie prendre parti à 100 % pour chaque acteur du conflit.

  • 38 MULLER, Jean-Marie, « La non-violence dans l’intervention civile de paix », Alternatives non-violen (...)

« Les membres d’une mission de paix qui vise sinon à la réconciliation, du moins à la conciliation des deux parties engagées dans un conflit n’ont pas pour mandat de ne prendre parti pour « aucun des deux » adversaires, mais de prendre parti pour « tous les deux ». Ils s’engagent aux côtés de l’un et de l’autre : ils s’engagent deux fois, ils prennent deux fois parti38. »

29Cette idée de double empathie (ou multi-partialité) trouve écho chez les intervenants, dont la plupart soulignent l’importance de travailler avec tous ou, au moins, d’être perçu comme tel :

  • 39 Entretien numéro 5, 25/09/2017.

« On était très clairs sur le fait [..] qu’on travaillait avec tout le monde, on avait des relations avec tous les acteurs de la communauté39. »

  • 40 Entretien numéro 2, 08/08/0217.

« En tant qu’observateurs au début nous n’étions placés que du côté serbe ; j’ai décidé d’être représenté des deux autres côtés aussi (croate et bosniac)40. »

  • 41 Entretien numéro 8, 07/11 :2017.

« Pendant toute notre formation on nous a dit qu’il fallait aller dans Israël lorsque nous avions du temps libre. On nous a dit et répété qu’il était très important d’écouter les histoires des deux côtés. C’est fondamental pour comprendre ce qu’il s’y passe et pour ne pas juger trop rapidement41. »

  • 42 Entretien numéro 5, 25/09/2017.

« L’Irak, c’est la première fois ou nous étions au milieu du conflit sans avoir accès à un côté (au Soudan du Sud, aux Philippines, au Sri Lanka, on était des deux côtés).[..] Le concept d’impartialité était déjà brouillé42. »

30Au-delà des mots du mandat, la déclinaison spatiale de la présence est essentielle. D’où on parle/vient compte parfois plus que ce que l’on dit/fait. Et cela se comprend dans des contextes dans lesquels la confiance locale est au plus bas. Seule compte alors la cohérence d’une posture. Mais être présent des deux côtés suffit-il ? Encore faut-il s’engager authentiquement auprès des protagonistes, discerner, agir et surtout circuler comme le soulignent ces intervenants :

« Certaines ONG de protection ont limité leur engagement [sur des sites contrôlés par des militaires] de peur de l’image qu’elles pourraient donner et parce que cela pourrait remettre en cause leur accès humanitaire ou irriter des acteurs de la sécurité. Elles préfèrent s’appuyer sur la présence onusienne.

AUTEUR : Et cela marche ?

  • 43 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

INTERVENANT : Pas vraiment. Ou disons que c’est très lent43. »

  • 44 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

« C’était plus difficile de travailler dans le camp contrôlé par l’ONU que lorsque nous naviguions entre les différentes communautés ; pouvoir traverser les frontières permet plus facilement de rester impartial. On voit la souffrance des deux côtés. C’est mieux de ne pas être dans un camp [...] cela donne une chance plus grande de vraies conversations avec les communautés locales, plus d’espace pour construire des relations. Dans les camps, les locaux instrumentalisent des ONGs44. »

  • 45 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, op. cit., p. 29.
  • 46 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie , ibid., p. 32.

31Ce qui est souligné ci-dessus est le risque de paralysie lorsque, au-delà du déploiement spatial, on ne trouve pas le « juste milieu », soit la posture intellectuelle que Jullien situe dans « l’égale possibilité des extrêmes45. » L’enjeu n’est donc pas simplement de faire acte de présence à gauche comme à droite, encore moins de s’accrocher à un milieu (médian, médiocre) mais plutôt de circuler, de mettre en acte une approche « permettant, par variation d’un pôle à l’autre [...], de déployer le réel dans toutes ses possibilités46. » Compréhension et crédibilité semblent en dépendre. Ceci-dit, l’exigence d’itinérance active, spatiale et intellectuelle, soulève immédiatement la question des ressources. S’étaler géographiquement engendre l’épuisement et peut nuire à la crédibilité des ONG. Ce risque est d’autant plus important que, contrairement à l’ONU ou l’OTAN, ces dernières n’ont pas d’autorité institutionnelle. Elles travaillent d’en bas en partant d’un capital confiance minimum. La construction et le maintien de la confiance sont donc des sujets constants de réflexion.

II-B Repenser l’équilibre distance-crédibilité, ou comment la confiance s’accorde

  • 47 AUTESSERRE Séverine, Peaceland, op. cit., p. 237.

32La littérature humanitaire pose la distance aux enjeux et l’équidistance aux acteurs comme sine qua non de la crédibilité et de la confiance. Par conséquent, au nom de l’impartialité, certains opérateurs tendent à éviter/limiter le contact avec les locaux47. Au contraire, les intervenants ICP insistent sur le fait que le contact reste la priorité du travail, et clé de toute relation productive.

  • 48 Entretien numéro 4, 28/08/2017.

« Un incident a montré notre différence avec les militaires. Les réfugiés revenaient escortés par des militaires [internationaux] et, en tant que responsable de l’opération de retour, j’ai dû imposer au commandant militaire de venir dans le bus avec les réfugiés pour gérer les questions de contact et de communication, etc. Le commandant militaire et les troupes auraient préféré rester le plus loin possible des réfugiés au nom de leur impartialité48. »

  • 49 Entretien numéro 2, 08/08/2017.

« Ce qui compte ce n’est pas d’appliquer le règlement, mais de se positionner de façon crédible49. »

  • 50 FURNARI Ellen, Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices in Una (...)

33Ici, la nécessité d’interpréter le mandat de façon souple est évidente. On priorise le contact, si nécessaire au détriment de la procédure, au risque de brouiller les cartes de l’équidistance. Ces extraits illustrent une tension connue entre clarté du mandat et flexibilité dans son interprétation, deux ‘bonne pratiques’ de l’ICP50. En effet, une approche engagée est risquée car tout contact mal interprété peut devenir source de difficultés :

  • 51 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

« Alors que nous accompagnions une organisation proche des FARC [Colombie], nos accompagnateurs ont été interdits de zone par un autre groupe. Le travail des défenseurs a du être stoppé ; il y a eu des alertes sur la sécurité des défenseurs. En fait nous étions perçus comme partisans et il y avait une demande d’accompagnement des deux côtés [...] Le problème a été résolu parce que les deux organisations nous ont demandé de travailler avec elles se sont regroupées [temporairement] dans une sorte de plate-forme51. »

34Ce témoignage illustre plusieurs points d’importance : l’illusion de la distance, l’importance de la perception locale du travail de l’ONG, enfin le paradoxe : le fait qu’une situation tendue liée à une perception de partialité ait pu se transformer positivement via plus d’intervention (avec un ré-équilibrage de l’implication), plutôt qu’une sortie de zone (prise de distance) qui, au final, n’aurait arrangé personne. Au fond, c’est la difficulté même qui a créé les conditions d’une innovation.

35On le voit, dans l’ICP, il s’agit de passer par-dessus la dimension top-down et narcissique de l’impartialité, au nom de laquelle peut s’ériger une bulle confortable d’inaction. Si la majorité des personnes interrogées reconnaît l’importance théorique de la distance, c’est autrement qu’elle la formule : la distance est vue comme fiction théorique. Plus important ici est le mouvement. C’est « aller vers » dans le respect des acteurs locaux (y compris armés) qui se paye en respect. Ceci implique, entre autres, de respecter l’autorité dominante d’une zone même si ce n’est pas toujours confortable. Un intervenant ayant travaillé avec le Danish Refugee Council au Kosovo, a souligné qu’il était illusoire de forcer des retours de population (en l’occurrence Serbes) au nom du droit au retour. Ces impositions s’étaient souvent soldées par des émeutes et des agressions de réfugiés provoquant de nouvelles vagues d’exil. Bien plus important pour la pérennité du retour fut la capacité des intervenants à écouter les acteurs locaux :

  • 52 Entretien numéro 4, 28/08/2017.

« Nous avions des discussions interminables avec des représentants locaux ; on a beaucoup écouté, écouté leurs ressentis, comment ils percevaient les autres, comme des bandits etc. Et c’est seulement lorsque les ressentis avaient été exprimés, après beaucoup de temps, que nous pouvions identifier des zones ou les réfugiés pourraient rentrer et être acceptés. La majorité albanaise a mis très longtemps à nous accepter comme intermédiaire [...] Mais c’est très important pour la sécurité à long terme des réfugiés52. »

  • 53 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

« La façon dont nous travaillons avec le temps, comme notre matière première ; le temps et l’écoute, une écoute authentique des personnes [...] avant de construire quoi que ce soit, avant d’essayer d’imposer une solution. Je me rappelle quand je suis arrivée, j’étais une américaine excitée et extravertie, parlant toujours de comment aider. Mon responsable m’a juste dit : "arrête, écoute et essaie de comprendre"[...] Je pense que beaucoup d’ONG n’écoutent pas parce qu’elles sont trop stressées par leurs livrables. Elles ne prennent pas le temps de construire des relations53. »

36Présence, cohérence, temps sont donc des « matières premières ». Paradoxalement, la fragilité des intervenants en est une autre : non-armés ils se savent vulnérables et ne peuvent prétendre apporter une protection par le haut (militaire). Ils abordent la sécurité des personnes (y compris la leur) en anticipant le danger, en développant un réseau de contacts toujours d’actualité : jour après jour, ils évaluent la sûreté de telle route de nuit, la possibilité de faire confiance à tel acteur, de négocier une évacuation de civils via un territoire hostile, etc. Ils travaillent constamment un réseau local, une toile permettant d’insérer les acteurs du conflit dans du relationnel.

  • 54 Ibid.

« À la London School of Economics, j’ai étudié le management de l’aide humanitaire mais c’est dans la brousse que j’ai pu comprendre comment cela se combine avec le développement local. Être dans la brousse, travailler avec l’intervention civile de paix, construire des relations. Il y a quelque chose dans cette méthodologie qui connecte tout54. »

  • 55 LEDERACH John Paul, The Moral Imagination, the art and soul of building peace, op. cit., p. 56.

37Ici on est loin d’une équidistance linéaire. On travaille une toile de relations invisibles ancrée sur des acteurs locaux, une toile fragile qui casse souvent comme le démontre l’exemple sur la Colombie. Étonnement l’incident lui-même a été source de nouveaux contacts. Dans le meilleur de leur pratique, les équipes ICP sont des « spider-humans » qui illustrent la notion de « proxemix » de John Paul Lederach, la juste distance permettant respect et émancipation55. Et, comme le souligne la dernière citation, c’est sur le terrain, et non à l’université que l’on peut expérimenter ces tensions créatrices. Un autre intervenant insiste même sur la nécessité de déconstruire le concept :

  • 56 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

« L’impartialité donne un cadre commun aux occidentaux, un langage commun [...]. Mais il faut faire un gros travail avec les intervenants occidentaux lorsqu’ils arrivent sur le terrain [...] En utilisant le cadrage impartialité, il y a un risque de diminuer l’expérience vécue sur le terrain, il y a un risque de diminuer sa complexité [...] d’aborder le conflit dans un style missionnaire en voulant résoudre les problèmes avec des solutions toutes faites56. »

38Ces extraits illustrent bien le travail horizontal sans imposition verticale du droit ou du mandat. La présence n’est pas surplombante mais accompagnante, diplomate de proximité, sage-femme. Le respect se forge dans l’écoute qui prend du temps. Dans le meilleur des cas, si la mission reste cohérente, si les limites sont claires, alors la confiance peut émerger.

  • 57 Ibid.

« La confiance est liée à l’impartialité. Mais la confiance vient de la transparence et de la consistance. Il est essentiel d’être ouvert sur ses limites. Je ne peux pas faire XYZ. Dans ce travail, on dit non constamment57. »

II-C Repenser les limites ou les habiter ?

39Engagement à 200 %, travail multilatéral en réseau, gestion de l’urgence et du temps long, l’impartialité en ICP se décline en injonctions souvent contradictoires. La dernière section de cet article revient sur des limites du travail mais aussi sur des brèches ouvertes par la vulnérabilité, l’incompréhension ou l’épuisement.

40La posture d’impartialité reste souvent un lieu de grandes tensions :

  • 58 Ibid.

« En pratique le concept d’impartialité manque d’une compréhension du pouvoir, c’est-à-dire de la position à adopter lorsqu’un groupe est clairement dominateur, marginalise et exploite un autre groupe ; en tant qu’intervenant civil de paix […] Vous devez accepter leur autorité [il s’agit d’acteurs armés] et user de votre présence au mieux pour qu’ils fassent leur travail de façon plus humaine. Vous ne dites pas tout ce que vous pensez. Mais le fait de se taire plutôt que de dénoncer immédiatement des violations des droits humains ne signifie pas que vous ne pensez pas. C’est un compromis pour maintenir une relation aux acteurs de terrain58. »

41La présence en quasi-silence peut devenir insoutenable. La fine ligne qu’il faut longer chaque jour entre compromis et compromission est moralement épuisante. Car tous les protagonistes du conflit cherchent à s’approprier l’intervenant et ses ressources.

  • 59 Entretien numéro 6, 14/10/17.

« À propos de « non ». Tout le monde vit un moment ou dire « non » devient difficile. Là, il faut partir, ou au moins faire une pause [..] Dire non 90 % de son temps est épuisant moralement, en particulier face à des personnes dans l’extrême besoin59. »

  • 60 FURNARI Ellen, Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices in Una (...)

42Certaines organisations partent, d’autres relâchent parfois cette tension et adoptent une position dite de solidarité avec des opprimés60. D’autres fois, la posture d’impartialité s’affiche comme un demi-mensonge, un terme juridique, rassurant par lequel, au fond, on justifie un travail de solidarité.

  • 61 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

« En fait c’est une façon différente de décrire une mission de solidarité afin que plus de personnes soutiennent et participent à ce travail. Nous avions des personnes plus âgées, des personnes qui s’étaient engagées via leurs groupes d’églises, des personnes qui n’auraient pas été très à l’aise avec une rhétorique sur la solidarité mais qui répondaient bien à des arguments légaux, juridiques ; le Droit International Humanitaire est monnaie courante61. »

43Les personnes et organisations qui tentent de ne rien lâcher sont condamnées à la pédagogie : expliquer et ré-expliquer la nature complexe de la mission. Un collègue formateur raconte souvent que lors de son déploiement au Guatemala pendant une période électorale, les paysans qu’il accompagnait lui demandaient tous les jours pour qui il allait voter. La même incompréhension se retrouve sur d’autres terrains

  • 62 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

« Au Soudan du Sud, les personnes avec qui nous étions ne pouvaient même pas imaginer que nous travaillions pour l’autre côté aussi. Nous devions constamment leur rappeler que nous avions des équipes partout, y compris avec les autres tribus62. »

  • 63 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

« Vous passez beaucoup de temps à expliquer et ré-expliquer ce qu’est votre organisation ce qu’est votre mandat, pas seulement aux acteurs locaux mais aussi aux autres organisations63. »

  • 64 Entretien numéro 5, 25/09/2027.

« Il y a toujours cette peur de vous donner de l’information, peur que vous soyez des espions [...]. Quelqu’un de l’armée irakienne me l’a dit un jour : "Tout ce que vous voulez c’est de l’information"64. »

  • 65 Motto des Brigades de Paix internationales.

44Confusion, soupçons d’espionnage, c’est précisément parce qu’elles doivent constamment se justifier que les équipes d’ICP sont connues dans les communautés. Ces temps d’éclaircissement répétés dessinent des routines et des lieux de rencontre, forgent du lien, parfois créent un ‘espace pour la paix’65. Un intervenant le souligne :

  • 66 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

« On venait simplement et on disait que l’on voulait parler aux gens. Ils trouvaient cela parfois étrange mais, quelque part, cela rendait notre vie plus simple que de s’inquiéter d’avoir distribué (ou non) la même chose à chaque partie prenante66. »

45Paradoxes : ne rien donner ouvre des espaces ; l’incompréhension peut être source d’échange. Même les tentatives fréquentes de manipulation peuvent conduire à de l’humour, voire de la complicité :

  • 67 Entretien numéro 2, 08/08/2017.

« Un jour des Croates ont voulu me faire croire que des Serbes avaient tiré sur une église. Et quand nous y sommes arrivés, j’ai vu qu’il y avait un tank croate à côté de l’église. J’ai levé les yeux au ciel et il a compris67. »

  • 68 Entretien numéro 1, 02/08/2017.
  • 69 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, op. cit., p. 102.
  • 70 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, ibid.

46Il est intéressant de noter ici que l’intervenant est resté silencieux. Cet exemple d’ailleurs fait écho à d’autres remarques déjà citées sur l’importance du silence. Celle-ci encore : « En tant qu’européen et en tant qu’étranger, cela vous fait du bien de rester et d’écouter68. » Car, comme le souligne Jullien, « dire interrompt »69 or « c’est en silence qu’on "réalise"70. » De fait, la combinaison entre l’espace de dialogue forgé par la présence et la retenue de l’intervenant interroge, suspend l’acte violent, encourage l’initiative locale. Au Soudan du Sud, lors de réunion de villages, des femmes réfugiées ont imaginé elles-mêmes la création de patrouilles féminines pour se protéger, patrouilles qu’elles ont ensuite organisées et qui s’avèrent plus pérennes que celles de l’ONU. À ma question sur l’origine de l’idée l’intervenante a répondu :

  • 71 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

« Vous savez, cette façon de s’asseoir et de parler ; comment on en est arrivés à ces patrouilles de femmes et à tout le travail sur l’alerte précoce ; on est venus et on a offert un espace et un temps pour parler de leurs questions de sécurité. Quelles étaient leurs inquiétudes ? On voulait comprendre, et ensuite cela s’est construit de discussion en discussion. Et ces équipes ne sont pas des équipes de notre organisation, ce sont leurs équipes71. »

47Ne nous méprenons pas. La préparation et les efforts investis dans cette façon de s’asseoir, de boire le thé sont colossaux. Les extraits cités restent trop brefs pour donner la pleine mesure de la force nécessaire pour être au plus près des populations sans prendre parti, pour comprendre les enjeux sans donner de solutions. En bref, pour tenir ouvert l’espace paradoxal. Ce dernier est physique (lieux de rencontres, de croisement, canaux de communication) et symbolique (protocoles d’interaction, règles du jeu, préalables, rituels, histoires). Il est paradoxal, car des adversaires, des contraintes et autres ultimatums contraires s’y croisent, s’y frottent.

48Il faut donc activer cet espace/temps inédit sans garantie qu’une option viable ne surgisse. Il faut tenir dans le temps malgré les pressions des directeurs et sponsors de programme. Tout en portant le poids des injonctions contradictoires : expliquer/être discret sur ce que l’on voit/vit ; aller vers/laisser venir ; être patient dans l’urgence, calme dans le danger, écouter quand tout le monde hurle. L’impartialité de l’ICP, circulante, flexible et négociée reste ambiguë. Cependant, quand elle est tenue, même imparfaitement, elle « donne à penser » et peut devenir source de visions nouvelles : conscience de partager les mêmes paramètres de sécurité que les « autres » (Colombie), que l’on peut agir pour sa propre sécurité en tant que femme réfugiée (Soudan du Sud), qu’une fois la douleur et le ressenti exprimé, il y a de la place pour le retour de l’adversaire (Kosovo).

  • 72 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, op. cit., p. 180.

49Tous les intervenants soulignent néanmoins que ces moments lumière restent fragiles, et surtout difficiles à reproduire. On peine à les ériger en « good practices » ou « lessons learned » car ils ne génèrent pas de vérité qui tienne au-delà des circonstances qui les font émerger. C’est un défi tant pour les praticiens qui rêvent de processus de paix en forme de recettes de cuisine que pour les analystes avides de connaissances stables. Et c’est là que l’éclairage de Jullien touche encore au plus juste. En effet, comme le sage, l’intervenant civil de paix n’offre rien de tangible. Il n’est lui-même que paradoxe : d’ailleurs et disponible, présent et en déplacement, signifiant et silencieux. S’il est vraiment sage, il saura « comprendre les différences, les tenir ensemble, en user selon le moment »72. Étonnement, alors que l’ICP et son impartialité sont des outils d’intervention fondamentalement occidentaux, ancrés dans du droit, axés sur du changement politique, leur force terrain se joue dans une posture proche de celle du sage confucéen. Une piste à creuser. Car, dans cette perspective, il devient moins important de résoudre le paradoxe, de le dépasser comme le voudrait la science politique (peut-être même la philosophie) que de le susciter et d’apprendre à le vivre.

Conclusion

  • 73 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

« L’impartialité c’est fondamental mais la théorie n’envisage pas tous les cas de figure. L’impartialité, c’est une notion toujours à interpréter et à ré-interpréter sur le terrain73. »

  • 74 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

50Les acteurs de l’humanitaire préfèrent parler d’impartialité que de neutralité, car la notion combine l’absence de parti pris et l’engagement physique dans la défense d’un mandat juridique. Elle offre donc un cadre solide et rassurant à de multiples formes d’intervention. Pourtant, les perspectives d’intervenants civils de paix recueillies dans ce texte nous invitent à questionner cette impartialité théorique, extérieure et supérieure ainsi que ces « éclairés qui interviennent tout en évitant de se mêler du problème74. » Le monde de l’intervention civile de paix, parce qu’il est du terrain, relève d’une impartialité d’accompagnateur, pragmatique, voire maïeutique. Toute son ambition semble tenir dans la création de micro-zones de sécurité encourageant des dynamiques de paix endogènes.

51L’idée est belle, la réalité plus complexe. Les témoignages retracent des hauts et bas d’une telle ambition. Dans les zones de violence, l’impartialité, reconnue pourtant comme essentielle au travail d’ICP, reste une posture fondamentalement intenable. Elle génère des remises en cause permanentes, de l’incompréhension, de constants déplacements. Mais, paradoxalement, l’incongruité même de la posture, toute la tension dans laquelle l’ICP se situe, ouvre parfois des options locales de transformation du conflit. En ICP, l’injonction d’impartialité génère donc un espace paradoxal source de frictions, parfois de transcendance et de sagesse. Un potentiel fragile où tout se joue dans un équilibre instable. Mais un potentiel réel encore à explorer.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Mary, Do no harm : how aid can support peace -or war (1999), Boulder CO, Lynne Rienner Publisher, 1999.

ANDERSON Mary, OLSON LARA, Confronting War, Critical Lessons for Peace Practitioners, Cambridge (USA) The Collaborative for Development Action, 2003, 98 p.

AUTESSERRE Severine, Peaceland, New York, Cambridge University Press, 2014.

BOUCHER-SAULNIER Françoise, Dictionnaire pratique du droit humanitaire (2000), Paris, la Découverte, 2000.

CICR Comité International de la Croix Rouge, Les principes fondamentaux du mouvement international de la croix rouge et du croissant rouge, principes éthiques et outils de l’action humanitaire (2016), Genève : CICR, Ebook, Ref 0513, 2016.

COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analyses of Peace Brigades International, Christian Peace Maker Teams and the International Solidarity Movement », The International Journal of Human Rights, Vol 16, Issue 7, 2012, p. 963-981.

DUBERNET Cécile, « Sans arme face à la violence : l'intervention civile de paix », Silence, n° 446, juin 2016, p. 5-7.

EGUREN Enrique -PBI BEO, Protection Manual for Human Right Defenders (2005), Dublin, Front Line, 2005.

FURNARI Ellen (dir.), Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices in Unarmed Civilian Protection, Nordestedt, BoD, 2016.

GOLDRICK Claudia, « The future of humanitarian action : an ICRC perspective », International Review of the Red Cross, 93, 2011, p. 965-991.

JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, Paris, Seuil, 1998.

LEADER Nicholas, The Politics of Principle : The Principles of Humanitarian Action in Practice (2000), Londres, Overseas Development Institute.

LEDERACH John Paul, The moral imagination, the art and soul of building peace, Oxford, Oxford University Press, 2005.

MACAK Kubo, « A matter of principle(s) : the legal effects of impartiality and neutrality on states as humanitarian actors » International Review of the Red Cross, 97, 2016, p. 157-181.

MAHONY Liam, Proactive Presence : field strategies for civilian protection, Genève : Center for Humanitarian Dialogue, 2006.

MULLER Jean-Marie, Principes et méthodes de l’intervention civile, Paris : Desclée de Brouwer, 1997.

MULLER Jean-Marie, « La non-violence dans l’intervention civile de paix », Alternatives non-violentes, No 124, Automne 2002, p. 23-29.

Nonviolent Peaceforce et UNITAR, Unarmed Civilian Protection, Strengthening civilian capacities to protect civilians against violence, Manuel de formation, 2016, 286 p.

ONU, Uniting our Strengths for Peace Politics, Partnership and People, Report of the High Independent panel of Peace Operations, juin 2015, 111 p.

RIEFF David, A Bed for the Night, Humanitarianism in Crisis, New York : Simon and Schuster, 2002.

SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, Uppsala : Life and Peace Institute, 2006.

WALLENSTEEN Peter, Quality Peace, Peace Building Victory and World Order, New York : Oxford University Press, 2016.

WEBER Thomas, Gandhi’s Peace Army : the Shanti Sena and Unarmed Peacekeeping, New York : Syracuse University Press, 1996.

WEISS Thomas, « Principles, Politics and Humanitarian Action », Ethics and International Affairs, Vol 13, No 1, 1999, p. 1-22.

Haut de page

Notes

1 AUTESSERRE Severine, Peaceland, New York, Cambridge University Press, 2014. LEADER Nicholas, The Politics of Principle : The Principles of Humanitarian Action in Practice, Londres, Overseas Development Institute, 2000.

2 GOLDRICK Claudia, « The future of humanitarian action : an ICRC perspective », International Review of the Red Cross, 93, 2011, p. 965-991. CICR Comité International de la Croix Rouge, Les principes fondamentaux du mouvement international de la croix rouge et du croissant rouge, principes éthiques et outils de l’action humanitaire, Genève : CICR, Ebook, Ref 0513, 2016.

3 WEISS Thomas, « Principles, Politics and Humanitarian Action », Ethics and International Affairs, Vol 13, No 1, 1999, p. 1-22. RIEFF David, A Bed for the Night, Humanitarianism in Crisis, New York : Simon and Schuster, 2002.

4 MULLER Jean-Marie, Principes et méthodes de l’intervention civile, Paris : Desclée de Brouwer, 1997.

5 MULLER Jean-Marie, « La non-violence dans l’intervention civile de paix », Alternatives non-violentes, No 124, Automne 2002, p. 23-29.

6 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, Uppsala : Life and Peace Institute, 2006.

7 FURNARI Ellen (dir.), Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices in Unarmed Civilian Protection, Nordestedt, BoD, 2016, p. 256.

8 WEBER Thomas, Gandhi’s Peace Army : the Shanti Sena and Unarmed Peacekeeping, New York : Syracuse University Press, 1996.

9 COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analyses of Peace Brigades International », Christian Peace Maker Teams and the International Solidarity Movement », The International Journal of Human Rights, Vol 16, Issue 7, 2012, p. 963-981.

10 Sur les méthodes voir MAHONY Liam, Proactive Presence : field strategies for civilian protection, Genève : Center for Humanitarian Dialogue, 2006, 169 p.

11 DUBERNET Cécile, « Sans arme face à la violence : l'intervention civile de paix », Silence, n° 446, juin 2016, p. 5-7. EGUREN, Enrique -PBI BEO, Protection Manual for Human Right Defenders, Dublin, Front Line, 2005.

12 ONU, Uniting our Strengths for Peace Politics, Partnership and People, Report of the High Independent panel of Peace Operations, juin 2015, 111 p. WALLENSTEEN Peter, Quality Peace, Peace Building Victory and World Order, New York : Oxford University Press, 2016.

13 Nonviolent Peaceforce et UNITAR, Unarmed Civilian Protection, Strengthening civilian capacities to protect civilians against violence (2016) Manuel de formation, 286 p.

14 La description des projets se trouve sur les sites des organisations : www.pbi.org et www.nonviolentpeaceforce.org.

15 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy , op. cit., p. 64.

16 COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analyses of Peace Brigades International », art. cit., p. 977.

17 Formations organisées par le Comité Français pour l’Intervention Civile de Paix.

18 Comité International de la Croix Rouge (CICR), The Fundamental Principles of the Red Cross : Commentary, https://www.icrc.org/eng/resources/documents/misc/fundamental-principles-commentary-010179.htm#a1

19 Ibid. Voir également AUTESSERRE, Séverine, Peaceland, op. cit., p 234-238.

20 BOUCHER-SAULNIER Françoise, Dictionnaire pratique du droit humanitaire, Paris, La découverte, 2000, p. 349.

21 Entretien numéro 8, 07/11/2017.

22 Entretien numéro 2, 08/08/2017. La référence à l’usage de la force s’explique parce que la personne travaillait dans le contexte d’une opération de maintien de la paix onusienne.

23 Entretien numéro 6, 10/10/2017. Le MILF est le mouvement indépendantiste Moro, aux Philippines.

24 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

25 Entretien numéro 2, 08/08/2017.

26 Entretien numéro 4, 28/08/2017.

27 Entretien numéro 8, 07/11/2017.

28 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

29 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

30 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, Paris, Seuil, 1998, p. 24. Italiques dans l’original.

31 Entretien numéro 6, 10/10/2017.

32 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, op. cit., p. 141. AUTESSERRE, Séverine, Peaceland, op. cit., p. 234-238.

33 SCHIRCH Laura, Civilian Peacekeeping Preventing Violence and Making space for Democracy, op.cit, p. 63.

34 COY Patrick, « Non-partisanship, interventionism and legality in accompaniment : comparative analyses of Peace Brigades International », art. cit., p. 977.

35 LEDERACH John Paul, The Moral Imagination, the art and soul of building peace, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 51-63.

36 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

37 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

38 MULLER, Jean-Marie, « La non-violence dans l’intervention civile de paix », Alternatives non-violentes, No 124, Automne 2002, p. 23-29.

39 Entretien numéro 5, 25/09/2017.

40 Entretien numéro 2, 08/08/0217.

41 Entretien numéro 8, 07/11 :2017.

42 Entretien numéro 5, 25/09/2017.

43 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

44 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

45 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, op. cit., p. 29.

46 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie , ibid., p. 32.

47 AUTESSERRE Séverine, Peaceland, op. cit., p. 237.

48 Entretien numéro 4, 28/08/2017.

49 Entretien numéro 2, 08/08/2017.

50 FURNARI Ellen, Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices in Unarmed Civilian Protection, op. cit., p. 256.

51 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

52 Entretien numéro 4, 28/08/2017.

53 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

54 Ibid.

55 LEDERACH John Paul, The Moral Imagination, the art and soul of building peace, op. cit., p. 56.

56 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Entretien numéro 6, 14/10/17.

60 FURNARI Ellen, Wielding nonviolence in the midst of violence, case studies of good practices in Unarmed Civilian Protection, op. cit., p. 239-240.

61 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

62 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

63 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

64 Entretien numéro 5, 25/09/2027.

65 Motto des Brigades de Paix internationales.

66 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

67 Entretien numéro 2, 08/08/2017.

68 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

69 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, op. cit., p. 102.

70 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, ibid.

71 Entretien numéro 7, 14/10/2017.

72 JULLIEN François, Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie, op. cit., p. 180.

73 Entretien numéro 3, 16/08/2017.

74 Entretien numéro 1, 02/08/2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Dubernet, « Paroles d’intervenants civils de paix : repenser l’impartialité comme espace paradoxal », Terrains/Théories [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 11 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/teth/1642 ; DOI : 10.4000/teth.1642

Haut de page

Auteur

Cécile Dubernet

Unité de Recherche Religion, Culture et Société, EA7403, Institut catholique de Paris, 75270 Paris Cedex.

Cécile Dubernet est enseignante-chercheuse en science politique et relations internationales à la Faculté des Sciences Sociales et Économiques de l’Institut catholique de Paris. Spécialisée dans l’étude des conflits, elle a consacrée sa thèse aux politiques internationales envers les personnes déplacées internes. Ses travaux actuels se concentrent sur les modes d’action non-violents dans les zones de conflit. Elle a récemment publié, avec Michel Drain, Relations internationales, Bruylant 2018, 540 p.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals