Navigation – Plan du site
Dossier

Processus de neutralisation, pratiques de distinction : en musique et en marche, les fanfares protestantes d’Irlande du Nord

Marion Sarrouy

Résumés

Cet article se propose d’envisager la neutralité telle qu’elle se construit en Irlande du Nord, société post-conflictuelle traversée par des prises de positions antagonistes. Plus qu’une absence de parti-pris la neutralité doit être envisagée comme un processus qui vise à assurer le bon fonctionnement de l’ensemble social par l’intermédiaire de pratiques de neutralisation, régulièrement remises en question dans les sphères publiques comme privées. Enjeu politique de plus en plus important, la culture n’échappe pas à ces processus d’autant plus lorsqu’elle est dite traditionnelle et propre à une seule communauté et au courant politique qui lui est associé. En nous intéressant aux fanfares protestantes qui tous les ans défilent pendant plusieurs mois sur les routes nord-irlandaises nous chercherons à interroger la neutralité comme pratique déployée dans l’espace politique et social nord-irlandais avec la neutralité réélle et/ou imaginée de l’art musical.

Haut de page

Texte intégral

L’espace politique et social nord-irlandais : neutralisation et institutionnalisation des antagonismes

1L’Irlande du Nord est un espace géographique et social marqué par trente années d’un conflit, les Troubles, durant lesquels la souveraineté du Royaume-Uni et de la majorité protestante sur la région fût contestée par une frange importante de la minorité catholique de l’île. Parmi ces derniers les nationalistes souhaitaient substituer à l’union avec la Grande-Bretagne un (ré)union avec le sud de l’île, République indépendante depuis le traité de partition de 1921. Ponction de six des neufs départements de la région Ulster, devenue suite à cela « Ulster historique », l’Irlande du Nord est une création administrative et politique, née comme une tentative de résolution à une problématique coloniale vieille, dans l’imaginaire nationaliste irlandais, de plus de 800 ans. Après trente années de violence militaire et paramilitaire L’accord de paix du Vendredi saint de 1998 parvint à trouver un terrain d’entente entre nationalistes (catholiques) et unionistes (protestants), qui vit ces adversaires de longue date prendre la tête de l’assemblée nord-irlandaise reconstituée après des années d’un régime de gouvernement direct de Westminster.

  • 1 Bien que le parlement nord-irlandais soit suspendu depuis janvier 2017 certaines lois concernant l’ (...)
  • 2 BRYAN, Dominic, « From Civil Rights to Carnival : The Anthropology of Public Space in Belfast », Et (...)

2Pour autant l’espace social et politique nord-irlandais continue d’être organisé du point de vue d’un antagonisme profond et d’une incompatibilité entre unionistes et nationalistes, protestants et catholiques. Suspendu à plusieurs reprises entre 1998 et 2005, date de mise hors service finale des armes de l’Irish Republican Army (IRA), le parlement nord-irlandais traverse de nouveau une crise et ne parvient plus, depuis janvier 2017, à s’engager dans une politique commune1. Dans la sphère privée catholiques et protestants continuent à vivre leur quotidien en parallèle, la ségrégation du système scolaire et de l’habitat assurant la reproduction de relations endogames. Si les espaces privés ou communautaires continuent d’être uni-traditionnels, les espaces publics communaux et nationaux ont été amenés à rectifier une définition du public, prévalente jusqu’alors, basé sur la marginalisation de la minorité catholique. Dans la capitale, Belfast, ces changements se sont traduits dans la pratique par une ouverture des « routes de la Reine » à des rassemblements nationalistes auparavant interdits2.

  • 3 BELL, Desmond, Acts of Union : Youth Culture and Sectarianism in Northern Ireland, New-York, Spring (...)

3La neutralité peut dès lors être mobilisée comme une notion pertinente permettant de rendre compte des amendements apportés à cette définition du public et à l’accès à l’espace qui lui est associé. Plus qu’une valeur poursuivie en tant que telle, la neutralité apparaît comme un ensemble de pratiques mises en place pour assurer le fonctionnement de la société nord-irlandaise, par le biais d’une « neutralisation », dans la sphère politique et dans l’espace public, du dissensus. Les pratiques de neutralisation prennent ici une forme particulière : elles consistent à conforter des prises de position antinomiques tout en en éloignant les éléments les plus extrêmes. Le processus de paix a en effet reposé, en autres choses, sur l’institution de mesures permettant d’assurer la représentation des « deux principales traditions » dans le domaine public, politique et dans les secteurs professionnels aussi bien publics que privés. Dans un tel contexte la neutralité ne cherche pas à dépasser une dialectique communautaire érigée en fondement social. Elle apparaît au contraire comme un ensemble de processus institutionnels visant à rendre fonctionnel un partage de l’espace social basé sur le parti-pris. Si la neutralité est avant tout une pratique elle s’inscrit également dans un système éthique qui valorise la possibilité du dialogue dans le désaccord : s’oppose à cela le sectarisme, notion péjorative peu théorisée mais régulièrement employée en Irlande du Nord, désignant un ensemble de positions et d’actions discriminantes dont la part de violence, non négligeable, varie cependant en intensité3.

Fanfares et défilés : mises à l’épreuve de la neutralité de et dans l’espace public

  • 4 WITHEROW, Jacqueline, « Band Development in Northern ireland : Ethnographic Researcher to Policy Co (...)
  • 5 La population nord-irlandaise est chiffrée à 1.811 million au census 2011 : https://www.nisra.gov.u (...)

4Tous les ans entre avril et septembre les rues des villes et villages nord-irlandais deviennent la scène de défilés de fanfares protestants venant mettre à l’épreuve le partage équilibré de l’espace public qui en assure d’habitude sa neutralité. Ces défiles, édifiés en tradition culturelle, sont animés par, et destinés à, la communauté protestante. Durant cette période celle-ci est donc sur-représentée dans l’espace public : au terme d’une enquête ethnographique au long cours, Jacqueline Witherow est parvenue à recenser 633 fanfares, et 2 386 défilés de la tradition protestante ont été officiellement déclarés en 20174. Il faut préciser que l’Irlande du Nord comptait en 2011 une population de moins de 2 millions d’habitants et que sa superficie équivaut à celle de l’Ile de France5. Le déséquilibre est flagrant si les plus de deux milles défilés protestants sont mis en perspective avec les 127 défilés catholiques déclarés la même année. Pendant la saison des défilés, dans certaines villes qui sont des hauts lieux de tradition de fanfares, les notes de flûtes et de tambours et les bus de jeunes hommes vêtus d’uniformes colorés font partie chaque semaine du paysage sonore et visuel.

  • 6 BRYAN, Dominic, Orange Parades : the Politics of Ritual, Tradition and Control, Londres, Pluto Pres (...)

5Les défilés ne sont pas seulement une tradition du groupe identifié comme protestant : ils sont organisés par la fraternité protestante et unioniste de l’Ordre d’Orange et affichent en cela un caractère religieux et politique. Le 12 juillet, célébration clé de la communauté protestante, est une commémoration de la victoire de la Boyne qui, en 1690, assura l’accès du roi protestant Guillaume d’Orange au trône britannique. Lorsqu’ils passent par des quartiers majoritairement catholiques les défilés deviennent des sujets de controverses publiques et sont soumis à la législation de la Parade Commission. Mise en place en 1998 dans le sillage de l’accord de paix celle-ci est en charge d’autoriser, d’interdire ou bien de limiter l’ensemble des processions prenant place dans l’espace public6.

6Les fanfares qui jouent lors de ces défilés font partie de la scène des marching bands comprenant quatre type de fanfares organisées par famille d’instruments, présentées ici par ordre décroissant : flute bands, pipe bands, accordion bands et silver bands. Toujours suivant le recensement de J. Witherow, l’Irlande du Nord compterait 144 pipe bands ou « fanfares de cornemuse ». Les données présentées ici sont issues d’un travail de terrain effectué entre 2015 et 2017 en Irlande du Nord auprès de musiciens de pipe bands, et se rapportent à un travail de thèse sur la socialisation musicale comme socialisation politique dans un espace social post-conflit.

Jouer fort et jouer plus fort : la musique comme enjeu politique

  • 7 NIC CRAITH, Mairead, Culture and identity politics in Nothern Ireland, Houndmills, Palgrave Macmill (...)
  • 8 L’Ulster-scots est une langue proche de l’anglais et du scot, dont l’usage est essentiellement ora (...)

7La création d’un espace partagé promulgué par les accords du Vendredi saint a concrètement consisté en la création d’institutions transfrontalières – un conseil ministériel nord/sud –, composé d’organismes dédiés à la culture, Foras na Gaeilge et l’Ulster-Scots Agency. Le principe de reconnaissance des traditions culturelles a été critiqué en cela qu’il favorise un renforcement du paradigme des deux traditions7 : en effet les deux organismes mentionnés subventionnent et facilitent l’apprentissage de la langue, la danse et la musique irlandaise d’un côté ; la langue ulster-scots8, les marching bands et la danse écossaise de l’autre. Cette construction en miroir propose une version de la culture traditionnelle d’un groupe comme un ensemble homogène et réifie l’association entre une communauté et une culture qui lui serait propre.

8Depuis 2017 le projet politique en faveur de l’extension de la langue irlandaise dans les sphères de la vie publique (panneaux de signalisation, traduction de documents officiels, etc) divise. La neutralité des institutions, dont on a vu qu’elle prend la forme d’un équilibre de représentation, de droits et de pouvoir entre les communautés politiques, religieuses et culturelles, protestantes et catholiques, semble menacée par la (sur)représentation d’une langue. Le projet culturel, compte-tenu de l’importance de la langue dans la fondation des Etats-nations, est soupçonné de n’être qu’une continuation sous une forme policée du projet politique nationaliste. Utilisée dans certains médias l’expression culture war identifie le culturel comme nouveau terrain de conflit9.

9Pour autant, afin être soutenus par des institutions qui se veulent neutres et échapper au qualificatif stigmatisant de sectaire, les projets culturels doivent se présenter comme ouverts à tous et s’abstenir de privilégier une position plutôt qu’une autre quant à l’avenir de la question nationale. Dans un contexte post-conflit où les pratiques exclusives à une communauté sont souvent de fait excluantes, les célébrations du 12 juillet occupent une place inconfortable et cherchent à neutraliser leur dimension politique en faisant appel à la tradition. Conscients d’une certaine impopularité auprès d’un public non-protestant, des représentants de l’Ordre d'Orange ont choisi de travailler avec l’aide de la mairie de Belfast pour transformer le 12 juillet en une célébration ouverte et en attraction touristique. Rebaptisée Orangefest la célébration elle-même a cependant peu changé et reste le même défilé d’orchestres, de bannières ornées de symboles religieux et militaires et de drapeaux britanniques associés à la position politique unioniste.

  • 10 Ce message est peint sur un mur du quartier populaire protestant East-Belfast : « OUR MESSAGE IS SI (...)
  • 11 BRYAN, Dominic, « From Civil Rights to Carnival : The Anthropology of Public Space in Belfast », ar (...)
  • 12 RAMSEY, Gordon, Music, Emotion and Identity : Flutes, Drums and Loyal Sons, Oxford, Peter Lang, 201 (...)

10La culture, et ici la musique des fanfares, est donc en Irlande du Nord au cœur d’enjeux politiques. Une interprétation de la musique comme l’art abstrait par excellence, doté d’un langage particulier lui permettant d’échapper aux références hors-musicales, est rapidement contredite par cette phrase que l’on rencontre sur le mur d’un quartier populaire protestant de Belfast : « NOTRE MESSAGE EST SIMPLE : là où notre musique est la bienvenue nous joueront fort, là où notre musique est contestée nous joueront plus fort10. » Les défilés ont été pensés à partir de leur composante orangiste et en tant que cristallisant des conflits liés au territoire et à des définitions changeantes de l’espace public11. Peu d’études se sont cependant intéressées à la musique au sein de ces conflits laissant de côté la tâche difficile d’avoir à caractériser celle-ci comme objet social et politique pouvant être mobilisé par les acteurs lors de ces controverses12.

  • 13 RAMSEY, Gordon, Music, Emotion and Identity : Flutes, Drums and Loyal Sons, op. cit.

11C’est pourtant sur ce qui peut ou non être joué que la Parade Commission applique son décret lorsqu’elle cherche à atténuer les tensions des défilés les plus conflictuels. Les fanfares sont au fait de ce potentiel de la musique quand elles décident, provocation et volontaire pas de côté eu égard aux tentatives de neutralisation de la commission, de jouer tel ou tel air particulier en passant devant une église catholique ou face aux manifestants qui s’opposent à leur passage,. Pour autant, l’activité musicale dans ce qu’elle contient d’émotionnel offre une résistance à toute forme de parti-pris. Dans un des seuls ouvrages s’intéressant aux fanfares et aux défilés du point de vue des musiciens, Gordon Ramsey reprend le concept de flow issu de la psychologie positive qui décrit l’état physique et émotionnel atteint lors d’une performance13. Le plaisir comme expérience collective occupe en effet une place importante dans l’expérience des défilés, comme le décrit Victoria, joueuse de cornemuse de 19 ans :

  • 14 Extrait d’entretien, Victoria, 19 ans, 17/05/2016

« Je crois que mon défilé préféré est le 12 juillet. C'est comme noël pour les musiciens et musiciennes (bandsmen and women) protestants. Ca n’arrête pas du matin jusqu’au soir. Tout le monde est de super bonne humeur, on rit, on boit, on fait la fête, on joue. Il y a toujours du monde dans les rues et dans les bars, l’atmosphère est électrique !14 »

12Cette description met en avant les valeurs du lien collectif célébrées dans et par la fête. Pour autant les drapeaux irlandais brûlés lors des festivités préparatoires au 12 juillet semblent indiquer une résistance du réel aux interprétations des acteurs. Si nous avons parlé de la performance, se trouvent aussi en amont les espaces de répétitions également situés dans la dialectique communautaire. Pour une majorité de ces fanfares les répétitions se font en effet à l’année dans des halls orangistes, dans un décor fait de portraits de la reine et autres symboles du protestantisme unioniste. L’idéal d’une musique représentant une pratique neutre en cela qu’elle serait transcendante et dénuée de toute détermination sociale, et d’une musique qui serait aussi porteuse d’une telle neutralité comme valeur, se heurte ainsi à la réalité de performances qui prennent place dans des espaces situés. Nous allons voir auprès des musiciens de pipe bands comment ceux-ci vivent leur musique lorsqu’elle est jouée dans ces espaces politisés et de quelle manière la musique parvient à être mobilisée pour assurer une position neutre, malgré la résistance des pratiques.

Se distinguer des autres fanfares : « Les pipe bands, ce n’est pas ça » 

13Issus de la tradition nord-irlandaise des marching bands et de celle des pipe bands écossais, les pipe bands sont des groupes constitués de six à vingt et plus cornemuses et d’une section rythmique de caisses claires et tambours basse et ténors. Leur répertoire varie en fonction de leur niveau et de l’événement auquel ils participent mais on y retrouve souvent des marches, héritage de leur origine militaire. Les pipe bands en Irlande du Nord se sont développés au début du 20ème siècle suite au contact entre régiments nord-irlandais et régiments écossais pendant la première guerre mondiale. Les liens étroits entretenus avec l’Ecosse et la structure des marching bands orangistes déjà existante ont permis leur développement et ancrage dans la région, mais le désir de se rapprocher de l’émulation compétitive du modèle écossais a amené une partie des pipe bands à s’émanciper de la structure orangiste, entraînant des tensions entre tradition et compétition. Les pipe bands ont donc ce statut particulier en Irlande du Nord qu’ils appartiennent à la fois à la scène nord-irlandaise des marching bands et à l’univers compétitif des pipe bands dont le centre d’activité et l’origine se trouve en Ecosse.

14Perçus comme des fanfares au même titre que les plus nombreux et plus visibles flute bands, les musiciens de pipe bands mettent en avant, face à la confusion du public, un statut distinct :

  • 15 La collerette est l’écharpe orange portée par les orangistes.
  • 16 Extrait d’entretien Rab, 28/10/2016

« On a la scène des marching bands ici, et à chaque fois que tu dis que “je joue dans un pipe band” les gens supposent directement que tu es dehors à défiler, tu sais, avec la collerette15, et dans ces cas là tu dois les éduquer et dire non, “je joue dans un pipe band de compétition”, et c’est autre chose que les défilés et tout ça. Sans vouloir critiquer non plus, ça fait partie de la tradition après tout.16 »

  • 17 Extrait d’entretien Kerry, 12/07/2016

« Je trouve que les gens m’acceptent plus comme un musicien de fanfare (bandsperson) ici dans le nord que dans le Donegal. Même quand je jouais avec Letterkenny, qui est une ville majoritairement catholique. Mais c’est drôle parce que quand on a joué pour la St Patrick, tout le monde nous prenait pour une fanfare orangiste alors qu’on ne l’était pas, on était une fanfare communautaire avec des membres de toutes les religions. Dans la ville les gens voyaient ça comme quelque chose d’appartenant à un côté mais ça ne l’était pas. Certaines personnes dans le Donegal voient encore les choses de cette manière, ce serait encore étiqueté comme étant juste d’un côté, ce qui ne devrait pas être le cas.17 »

  • 18 Extrait de carnet de terrain, Cameron, 11/08/2016
  • 19 BOURDIEU, Pierre, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979

15Comme le proclame un autre enquêté, Cameron, lorsque je mentionne les défilés : « Les pipe bands, ce n’est pas ça !18. » L’appartenance au milieu des fanfares semble ainsi vécue, pour reprendre le concept développé par Pierre Bourdieu, sur le mode de la distinction19. La différenciation d’avec les autres marching bands n’est pas seulement le résultat de la composition du groupe et du type de performance privilégiée mais est aussi une question de technique musicale, comme l’indique cette note prise après une répétition avec un pipe band :

  • 20 Extrait de carnet de terrain, 21/07/2017

« Le drum sergeant fait jouer les trois batteurs et leur dit : “Ça n’aurait pas dû nous prendre aussi longtemps pour en arriver là. Il faut pas que ça prenne plus d’une demi-heure pour jouer ça correctement. Demain, c’est trois minutes de concentration pour le grade 4b. Si vous ne pouvez pas faire ça, retournez dans un flute band.20 »

  • 21 Extrait d’entretien Amanda, 24/02/2017
  • 22 Extrait d’entretien Hughie, 25/11/2016

16Les flute bands sont en effet réputés pour être d’un abord plus accessible que les pipe bands, ce qui fait par ailleurs leur popularité. La cornemuse étant un instrument difficile à apprendre il faut attendre plus de temps avant de pouvoir jouer en public avec le groupe. Cette différence technique est le plus souvent avancée concernant les sections percussives : « tu peux imaginer qu’une flûte ou une caisse claire, c’est assez limité… La musique qu’ils jouent dans les flute bands, et en particulier les percussions, c’est assez limité21. », explique une joueuse de cornemuse. Une conception confirmée par un percussionniste pour qui « la percussion dans les pipe bands est bien au-dessus de celle des autres fanfares, flûte et le reste22 ». Les sections percussives étant communes à toutes les fanfares autrement différenciées par l’instrument qui leur donne leur nom, l’importance accordée à la différence technique entre percussions de flute bands et percussions de pipe band fait ici office de critère de distinction à la fois musical et social.

  • 23 Conversation avec Harry, carnet de terrain 22/06/2017
  • 24 Extrait d’entretien, Sam, 19/02/2017
  • 25 Extrait d’entretien Alyson, 18/02/2017

17Les flute bands sont en effet associés à une musique de moindre qualité mais aussi à un type de comportements : « on partageait le hall avec un flute band, ce qui a entraîné son lot de problèmes23 », m’explique Harry, ancien joueur de pipe band et juge de compétitions de 75 ans. L’interlocuteur ne prends pas la peine de décrire les « problèmes » mentionnés, donnant l’impression qu’il existe un lien avéré de causalité avec les flute bands. Problématiques, les flute bands sont aussi décrits comme étant politiques contrairement aux pipe bands qui, comme l’indique ce joueur novice, « n’ont pas l’air d’avoir une base politique comme les flute bands, qui sont plus organisés politiquement24 ». Pour autant les pipe bands sont eux aussi pris dans des problématiques communautaires ainsi qu’en atteste l’exemple d’Alyson, pipe major, qui tout en ne voulant pas « devenir la première personne à laisser un catholique se joindre au groupe et entrer dans le hall25 », prit la décision d’admettre un joueur catholique malgré l’avis contraire de la loge orangiste et perdit ainsi l’accès au hall comme lieu de répétition.

Les mécanismes de neutralisation : goût et obligation

18Face une certaine résistance du réel à la façon dont ils et elles conçoivent leur pratique les joueurs mettent en place différentes stratégies qui viennent symboliquement tenir à l’écart la participation effective aux défilés. Plaisir et obligation, goût et dégoût, sont mobilisés comme autant de mécanismes de neutralisation visant à créer une distance entre le sujet et sa pratique. Ainsi Chloé, joueuse de cornemuse de 16 ans explique que :

  • 26 Extrait d’entretien Chloé, 25/07/2016

« Je ne fais pas vraiment de défilés... J'ai fait celui du 12 avec mon père et mon frère, juste nous trois menant la loge, mais je ne fais pas vraiment de défilés avec le pipe band. Je ne pense pas... je ne crois pas en avoir déjà fait. (...) Je préfère les concerts et les festivals et les événements de ce genre (...) Juste je ... les défilés ne m'attirent pas vraiment. Ça n'a jamais été le cas en fait.26 »

19La performance musicale dans un défilé orangiste ne suffit donc pas à indiquer un attachement à la tradition : comment on joue et l’importance qu’on y met apparaissent ici comme tout aussi importants. Le fait de jouer avec son frère et son père et non avec son pipe band permet à Chloé de se positionner dans une démarche relevant du privé à l’opposé d’une participation collective à la tradition. De fait, il s’agissait ici d’un contrat de travail entre les joueurs et une loge n'ayant pas de fanfare.

20Le contrat de travail permet de se placer dans le domaine de l’intérêt et de l’obligation et de neutraliser un éventuel plaisir qui risquerait de laisser supposer une adhésion à la tradition. Ainsi, lorsque je parle à Cameron, 19 ans, de la fête d’un flute band à laquelle j’ai été conviée le soir du 12 juillet où, à la fin de la soirée après avoir dansé sur des rythmes de musique pop, tout le monde se leva, main sur le cœur, pour l’hymne national :

CAMERON : Tu vois je déteste ce genre de choses (…) Tout le monde pense que les pipe bands sont protestants, mais ce n’est pas ça ! [traduction : « they’re not about that »]

MOI : Les répétitions se font dans des halls orangistes.

CAMERON : Oui, mais c’est parce que c’est facile de les avoir.

MOI : Tu fais le 12 juillet ?

  • 27 Conversation avec Cameron, carnet de terrain 11/08/2016

CAMERON : Je le ferais si j’étais payé pour le faire. Je ne le ferais pas par plaisir. Mais je me fais 150 £ en une journée.27 

21Cameron se réfère ici à une pensée du travail comme nécessité, dont la poursuite justifie les moyens mis en œuvre pour l’atteindre. Le recours au travail comme motif permet aussi, grâce au professionnalisme investit dans la pratique, de garantir la possibilité d’une distance critique par rapport à celle-ci. A l’opposé de cela le plaisir indique une participation joyeuse, celle citée plus haut de Victoria, et cultive la proximité et l’implication de soi.

  • 28 Le pipe major est le chef d’orchestre du groupe.
  • 29 Extrait d’entretien, John 22/11/2016
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

22John fait participer le pipe band dont il est le pipe major28 aux défilés orangistes en expliquant que : « on joue pour le 12 juillet mais là-dessus, on est complètement mercenaires ! On joue le 12 juillet par ce qu’on se fait de l’argent29. » Cette présentation de soi en tant que « mercenaire », rencontrée plusieurs fois pendant l’enquête sur cette même question des défilés, permet de se rattacher à une image d’amoralisme qui contraste avec les valeurs de l’Ordre d’Orange. Pourtant, John évoque l’intégration du pipe band dans une communauté avec laquelle il entretient un contrat moral de soutien mutuel : « on soutient cette communauté et on soutient la communauté qui nous soutient, c’est comme ça que je vois les choses, c’est de cette communauté qu’on vient30. » La participation au 12 juillet en elle-même n’est pas présentée comme une corvée. Le pipe major explique en effet que « comme tout le monde », il apprécie un jour de sortie comme le 12, mais : « ce n’est pas notre identité. Beaucoup de fanfares c’est leur raison d’être mais pas nous, on fait ça pour l’argent et je crois qu’on a déjà prouvé qu’on va là où la paye est la meilleure !31 » La motivation par l’intérêt financier développe une identité parallèle et permet d’adopter une position neutre dans un univers de performances situées. Ainsi plus que les pratiques c’est la valeur qui leur est accordée qui, d’après les enquêtés, distingue les fanfares entre elles.

  • 32 Ibid.

23Il est intéressant de noter que bien que John laisse à ses joueurs le choix de la participation ou non aux défilés, reconnaissant ainsi le caractère politique des festivités, il exclut toute discussion sur la question : « tu joues là où tu peux et si tu ne veux pas jouer, tu ne joues pas. Tu n’as pas à me dire pourquoi, tu n’as pas à me donner de raisons, c’est simple soit tu es disponible, soit tu ne l’es pas.32 » La formulation d’une opinion politique sur le sujet est ainsi rare au-delà d’un constat de désaccord :

  • 33 Extrait d’entretien, Lesley 22/03/2017

« Je n’ai fait que le 12 une fois parce que je ne… Je ne suis pas d’accord, et aussi, c’est horrible de défiler ce jour là (…) C’était presque trois kilomètres, et c’était horrible, et c’est pour ça que les groupes ont arrêté, c’était trop long. Et la pluie, (rire) c’était affreux ! Mais maintenant non, c’est vraiment dur de faire défiler un groupe, et personnellement je n’aime pas ça donc…33 »

  • 34 Extrait d’entretien, Alastair, 19/03/2017
  • 35 Ibid.

24Si la pratique du défilé doit être neutralisée il en est de même de la discussion politique, mise de côté par l’invocation, ici, du déplaisir physique lié à la marche, qu’avance également Alastair : « c’est trop dur de jouer de la cornemuse sur un défilé, trop long. Le 12 l’année dernière, j’ai compté avec une app, on a fait 13 kilomètres. On a parcouru la ville en long en large et en travers et j’ai perdu un ongle de pied !34 » De la même manière que Cameron, Alastair ne fait pas les défilés pour le plaisir mais compte-tenu d’une obligation qu’il présente comme relativement douloureuse : « c’est très long, il faisait très chaud. On a souffert, mais on a pas le choix malheureusement.35 » Cette obligation provient d’un contrat ancien liant le groupe à la loge orangiste dans un rapport ici décrit comme une forme d’asservissement :

  • 36 Ibid.

« Tu vois dans le temps la loge orangiste ici possédait la fanfare. Ils achetaient tous les instruments, tu étais à eux et il fallait faire ce qu’ils te demandaient de faire. C’est encore le cas jusqu’à un certain point, parce qu’on a accès au hall gratuitement, et en retour il faut qu’on fasse quelques défilés pour eux.36 »

25Les joueurs peuvent imposer leurs conditions au moment de rejoindre le groupe, mais la participation aux défilés est supposée par défaut. La plupart des loges défilent trois fois environ dans l’année (défilé de la loge, church parade, 12th of july) et attendent de leur groupe, en échange de l’accès au hall orangiste pour les répétitions, qu’il les mène durant ces journées. Si le groupe peut mettre en avant l’impératif des compétitions, la loge, si ses membres ne sont pas aussi dans le pipe band, ne cultive pas d’intérêt particulier pour celles-ci. Au contraire la Royal Scottish Pipe Band Association (RSPBA) qui organise les compétitions cherche à se distancier de la tradition orangiste, donnant naissance à des tensions, signes d’un mouvement d’autonomisation des pipe bands de leurs origines orangistes. Les relations entre pipe band et loge sont à prendre au cas par cas mais il reste que de nombreux joueurs participent régulièrement aux défilés du fait du lien structurel qui unit les fanfares aux loges orangistes. Il est alors difficile de savoir ce qui de l’obligation du contrat et/ou de la tradition familiale et communautaire motive effectivement les joueurs.

Appartenir au monde de la compétition

  • 37 RSM MCCLURE WATTERS, GRAND LODGE OF IRELAND, BRYAN, Dominic, A Report on the Socio-Economic Impact (...)

26Bien que les défilés, de part leur dimension politique et religieuse, encouragent l’entre-soi, ceux-ci prennent place dans l’espace public ce qui en fait des événements controversés mais en principe accessibles à tous. Occupant la rue, les fanfares défilent sur des kilomètres devant un public installé sur le bord des routes, principal destinataire d’une performance musicale pensée comme spectacle. Le répertoire varie en fonction des groupes mais les morceaux traditionnels et les chants populaires, que le public peut reprendre en chantant et dansant, sont privilégiés. Certains des défilés sont organisés en journée mais souvent aussi le soir, donnant l’occasion de poursuivre les festivités à l’occasion de soirées disco organisées dans des pubs. En dehors des défilés orangistes les fanfares organisent leurs propres événements et se déplacent pour participer à celles des autres groupes, créant un tissu d’échanges sur l’ensemble de la région37.

27L’univers compétitif s’il se veut intercommunautaire évolue cependant, en comparaison, en cercle restreint et dans un espace contrôlé. Lors des compétitions souvent organisées dans des parcs publics, les groupes hiérarchisés par niveau jouent un répertoire prescrit dans une zone circulaire délimitée appelée the green. Chaque groupe s’avance selon un cérémoniel bien précis, héritage militaire, et entre dans le green à l’appel de « By the right, quick, march ! » du pipe major qui dirige le groupe. Dans la zone de jeu le pipe band joue entre trois et sept minutes en fonction du niveau pendant que trois à quatre juges écoutent et notent la performance. Les compétitions, qui ont lieu en journée, les samedis entre avril et août, sont aussi des moments de sociabilité avec les membres de son pipe band –chaque groupe a un point de rassemblement et parfois une tente où accorder les instruments et laisser ses affaires – ou avec les autres musiciens dans le bar le plus proche. Le cadre des compétitions définit cependant un entre-soi quantitativement plus restreint que celui des défilés. Sur le plan musical le spectacle des pipe bands se fait de soi à soi. Le public est en effet surtout constitué des membres des autres pipe bands, des familles et amis des joueurs, et des anciens joueurs qui continuent d’assister à ces rassemblements. Le public hors joueurs de pipe bands n’est pas très nombreux : visuellement une compétition offre à voir au moins autant de personnes en kilt que de personnes sans uniforme. L’importance du classement et du prix – symbolique – à gagner font du juge et des autres pipe bands les destinataires principaux de la performance. Celle-ci suit un rituel codifié et est limitée en temps : de quatre à huit minutes en fonction du niveau du groupe. Prenant place dans des parcs ou sur des terrains de sport, les compétitions peuvent être excentrées et difficiles d’accès.

  • 38 Source : entretien avec Dorothy et Billy 18/07/17

28Les compétitions sont organisées par la Royal Scottish Pipe Band Association et son antenne nord-irlandaise. Bien qu’une large majorité des pipe bands qui lui sont affiliés en Irlande du Nord soient de dénomination protestante, la RSPBA cherche à éviter tout rapprochement avec la tradition protestante unioniste. Lors d’une compétition dans la ville majoritairement catholique de Newcastle, le drapeau RSPBA du camion d’information central de l’espace de la compétition fût enlevé pour satisfaire les représentants de la commune gênés par le préfixe Royal évoquant l’unionisme38.

29L'anecdote suivante, tirée de mon journal de terrain montre comment se dressent deux types d’activités musicales et deux types de joueurs en fonction de l’intérêt porté soit aux défilés soit à la compétition. La discussion a lieu lors de l'assemblée générale annuelle du pipe band Topp Star of the North et porte sur un conflit avec la loge quant à la participation au 12 juillet :

  • 39 Extrait de carnet de terrain, Assemblée générale du pipe band Topp Star of the North, 23/08/2016

« Assemblée générale du Topp, 23/08/2016. La plupart de la discussion porte sur le positionnement du groupe par rapport aux compétitions et aux défilés. Au sujet de ces derniers, Timmy rapporte un mécontentement de la loge –qu’il a l’air de partager dans un premier temps– du fait de l’absence de certains musiciens pour le 12. Les autres se justifient : Dessie avait annoncé en rejoignant le Topp qu’il ne ferait pas le 12 ici et pour Hughie, c’était sa seule semaine de vacances. Stephen rappelle qu’il existe un accord avec la loge : le groupe a accès aux locaux et en échange doit défiler avec celle-ci le jour J. Il dit avoir entendu que certains de la loge voudraient faire payer un loyer - SJ et Robbie sont outrés : “on était là !”, et d’ajouter “on était mauvais, mais on était là !”. Alan [le pipe major] dit qu’il n’aime pas les défilés : “Je dépense beaucoup de temps et d’argent chaque année pour ça [jouer de la cornemuse]. C’est quelque chose de sérieux pour moi, et, quand tu vas à un défilé et que les gens rient parce que tu portes une jupe… Je ne fais pas ça pour ça.”. Alan demande un vote : qui veut faire des compétitions ? La majorité se prononce pour et la discussion se concentre alors sur le choix car il est difficile de faire les deux, aller à une compétition en journée et enchainer avec un défilé le soir. Alan dit, “il y a des fanfares qui peuvent être des fanfares de rue et il n’y a aucun problème avec ça, mais, il faut choisir”. Timmy, qui n’a pas le temps ni le niveau pour participer à des compétitions semble comprendre, mais il est nostalgique, “Avant ici quand on parlait du Topp tout le monde savait qui on était, mais maintenant…”39 »

30Défilés et compétitions sont souvent présentés, comme c’est le cas ici, comme étant incompatibles. S’il peut s’agir d’une question de temps passé et de difficulté à s’investir dans un nombre trop élevé de performances, cet extrait indique que la question n’est pas seulement un problème d’emploi du temps mais conduit chacun à se positionner en tant que musicien. Compétitions et défilés proposent en effet deux définitions de l’esthétique musicale, favorisant d’un côté le registre du spectacle, de l’autre celui de la performance technique. La tradition culturelle des défilés, laisse une place importante au visuel et à une relation avec un public, éléments à part entière du spectacle musical. Dans l’univers compétitif au contraire, le spectacle est annexé au profit d’une esthétique basée sur la performance instrumentale. Les critères d’appréciation esthétique préférés dans l’une ou l’autre situation viennent influencer le rapport au public : alors qu’Alan pense le public des défilés moqueur, Timmy y trouve une source de reconnaissance et de statut social. En mettant en avant l’aspect monétaire Alan donne une indication du sérieux qu’il accorde à sa pratique, opposant dans un rapport hiérarchique un registre professionnel aux défilés définis en creux comme activité de loisir.

  • 40 Extrait d’entretien, Amanda, 24/02/2017

31De l’incompatibilité réelle et symbolique de ces deux pratiques découle une classification entre pipe bands de compétition et street ou road band. L’activité de ces fanfares de rue est située par les enquêtés en dehors du domaine musical : « ils sont là par habitude, parce que mamie est là, papa est là, les oncles – d’abord pour la familles. Personne n’est vraiment là pour l’amour de la cornemuse.40 » La participation aux compétitions prend ainsi un ressort identitaire par lequel les pipe bands dit « de compétition » s’érigent en une catégorie singulière. Cette différenciation, comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, est un processus de distinction dans lequel sont réactualisés des jugements de valeur, mettant en avant la technique et le savoir expert, qui structurent la relation hiérarchique existante entre musique savante et musique populaire.

Espace neutre ou nouvel espace de valeurs ? Hiérarchie, genre et classe moyenne

  • 41 Les tambours-majors (drum majors), dont la fonction initiale est de diriger la fanfare en mouvement (...)
  • 42 Extrait d’entretien Amanda, 24/02/2017

32La distinction opérée sur le plan de l’esthétique et de la technique musicale est aussi, comme l’a montré Bourdieu dans d’autres contextes, une distinction culturelle qui sert à affirmer un statut social. Le milieu des pipe bands de compétition présente en effet des valeurs généralement associées à la classe moyenne conservatrice : importance de la famille, relations hiérarchiques, pondération et travail. L’engagement que nécessite la pratique instrumentale dans un milieu compétitif, le jeu collectif, le port de l’uniforme, appellent au développement d’une éthique de travail, de ponctualité et de bonne tenue. En attestent pour ceci les tambours-majors, qui ont leur propre section compétitive et dont un des enjeux est le port de l’uniforme calculé au centimètre près41. Les pipe bands également, bien qu’ils y prêtent, en fonction des grades, plus ou moins attention, reçoivent une note sur la qualité de leur marche et de leur tenue. Quant au travail, le dépassement de soi est placé en valeur essentielle et requiert d’être besogneux : « entraîne toi, entraîne toi, c’est tout, il n’y a rien d’autre à dire !42 », me conseille-t-on.

  • 43 Extrait d’entretien Stephen, 24/02/2017
  • 44 RAVET, Hyacinthe, Musiciennes, enquête sur les femmes dans la musique, Paris, Autrement, 2011
  • 45 Ibid, p. 47

33Les compétitions, qui ont toujours lieu en journée, sont des moments de sortie autour d’un pique-nique ou d’un barbecue, généralement organisé par les familles des membres du groupe. Ce rôle de soutien est souvent celui des mères, comme le raconte Stephen sur sa mère, aujourd’hui décédée : « elle était vraiment ce qu’on appelle la mère du groupe, parce qu’elle s’occupait de tout ce qui ne concernait pas le fait de jouer. Elle s’occupait des uniformes, des choses dont on n’avait pas le temps de s’occuper en tant que joueurs, et c’était vraiment sa passion, elle aimait vraiment les pipe bands.43 » Bien que l’activité devienne de plus en plus mixte et que l’on trouve également dans les pipe bands des pères dans un rôle de soutien, les instruments, comme l’a montré Hyacinthe Ravet au sujet des instruments d’orchestres, ont un genre et font l’objet de processus de féminisation/masculinisation44. Ainsi dans un pipe band une part essentielle du jeu des tambours ténors, section presqu’exclusivement féminine, consiste, pour ornementer le jeu, à faire tourner dans les airs des bâtons de percussion. Les ornements aériens font partie intégrante du jeu des tambours ténors mais ne sont pas notés dans la compétition. Le tambour ténor est aussi un des instruments les moins techniques avec le tambour basse, mais le rôle essentiel de soutien à l’ensemble du groupe ainsi que l’imaginaire associant le grave au masculin45 en fait un instrument surtout joué par des hommes. Tout comme la section des tambours ténors les tambours-majors font de l’ornement le centre de leur pratique et sont également en grande majorité des femmes et jeunes filles.

34Les espaces de compétitions donnent à voir les hiérarchies de genre et d’activité qui sous-tendent le milieu. Aux championnats du monde, qui se déroulent tous les ans à Glasgow, un espace dédié à la danse, milieu féminin, est installé en périphérie du green, tout comme l’espace des compétitions de tambours-majors. Il faut cependant noter que les compétitions des grades les plus bas et un tournoi d’«  hommes forts » (strongmen) sont également situés en périphérie d’un espace concentré d’abord sur les pipe bands de haut niveau, eux-mêmes composés presqu’exclusivement d’hommes. Cette hiérarchie des grades se retrouve au sein de chaque pipe band organisé selon une chaine de commande pré-définie. Très peu de femmes occupent le rôle de commande de pipe major – Alyson, mentionnée plus haut, est la seule en Irlande du Nord. Cette situation sera cependant peut-être amenée à évoluer du fait de la féminisation progressive de l’apprentissage de la cornemuse et, dans une moindre mesure, de la caisse claire.

La musique comme valeur neutre, de la déclaration à la pratique

  • 46 Thèse en cours, « Du dissensus au consensus, les performances musicales des pipe bands en Irlande d (...)

35Nous avons vu comment les pipe bands de compétition se pensent musicalement supérieurs aux pipe bands de rue et aux flute bands, suivant une perception de la musique qui place l’excellence technique au centre de la définition du musical. Cette hiérarchie entre musical et non-musical est corollaire d’une hiérarchie entre valeurs associées aux classes populaires et valeurs associées aux classes moyennes. Les flute bands sont pour beaucoup issus de la jeunesse populaire urbaine masculine et les pipe bands, sans que la différence en terme de catégories socio-professionnelles et de revenus soit déterminante, sont issus de communautés rurales et sont intergénérationnels. Nous explorons, dans le travail de thèse auquel cet article correspond, l’hypothèse d’un mouvement de pipe bands qui fût dès son origine un mouvement d’ascension sociale46. Mais les valeurs liées à la musique sont également mobilisées par les musiciens de pipe bands de compétition en grande majorité protestants, pour se suppléer aux valeurs politiques et religieuses de leur tradition communautaire. Ors si cette mobilisation se fait en négatif par une dépréciation des autres fanfares, comme nous l’avons vu, celle-ci se fait aussi de façon positive :

  • 47 Extrait d’entretien Rab, 28/10/16

« Pour autant qu’on soit divisés dans nos opinions on est tous d’accord sur une chose, c’est pour la musique. Au final, tu gagnes ou tu perds une compétition, ce n’est pas vraiment important, on se retrouve tous autour d’une bière à la fin (rire)47 »

  • 48 Extrait d’entretien Dean, 12/04/2015
  • 49 Cette dimension de la compétition comme espace permettant de sublimer et résoudre les tensions liée (...)
  • 50 Extrait d’entretien William, 18/04/17
  • 51 Extrait d’entretien Killian , 22/07/17

36Être là « pour la musique » est présenté comme une motivation fondamentale, un modèle de comportement décrit et une règle dans le milieu des pipe bands : « quand tu intègres un pipe band on ne te demande pas ta religion ni en quoi tu crois. On te demande juste si tu joues et si tu veux jouer.48 » La musique est ici dotée du pouvoir d’apaiser les tensions et de transcender les divisions alors que la mise en scène et la résolution de celles-ci dans l’espace de la compétition transforme ce dernier en un succédané du conflit qui se joue alentour49. La musique est ainsi investie d’un pouvoir de neutralisation érigé en valeur positive. Pour autant, elle continue d’être convoquée dans le discours des acteurs en réponse aux spécificités du contexte. Un des musiciens explique ainsi que : « en général les défilés dans ce pays sont orientés politiquement (…) Moi je fais ça pour la musique, pas pour l’aspect défilé.50 » Par cette remarque le musicien renforce la vision commune des défilés en tant qu’événements politiques et en opposition construit le musical comme politiquement neutre. S’oppose également à la politisation des pratiques le plaisir de faire de la musique et plus généralement l’importance de faire ce qu’on aime : « on fait ce qu’on aime faire et on aime la musique. Si tu aimes la musique c’est le principal et si certains veulent se mettre à débiner et à gémir à propos de … politique, laisse les faire.51 »

  • 52 Sur la socialisation les articulations entre socialisations primaires et secondaires voir DARMON, M (...)

37Mais la musique n’est pas seulement mobilisée dans le discours pour affirmer certaines valeurs et s’opposer à d’autres. Elle est aussi faite de répétitions et de performances qui forment un monde d’interactions pouvant amener à des reconfigurations des valeurs et des pratiques. Mon propre parcours d’apprentissage et de jeu au sein de plusieurs pipe bands laisse entrevoir comment la socialisation musicale peut aussi être une socialisation venant neutraliser certaines dispositions politiques et éthiques52. Durant mes deux années de présence sur le terrain j’eu l’occasion de jouer avec trois pipe bands sur une durée de plusieurs mois pour chaque, et de faire une saison de compétition avec l’un d’entre eux. De ce fait, et ceci sans compter les moments d’observation de répétitions de nombreux autres pipe bands, je fût amenée à fréquenter régulièrement les halls orangistes. L’austérité de ces lieux mal chauffés en hiver était, dans mon expérience, d’autant plus rude que les murs étaient ornés d’un décor typiquement unioniste donnant à voir le roi Guillaume d’Orange sur son cheval blanc, la reine Elizabeth II ou encore des coquelicots en mémoire des soldats de la première guerre mondiale. Cette antipathie envers les symboles unionistes n’était pas seulement fondée sur une interprétation du conflit mais s’était trouvée confirmée, entre autres, par ma participation au défilé du 12 juillet 2016, qui, prenant place dans une ville majoritairement catholique, nous amena à croiser des affiches placardées sur lesquelles étaient dessinées un orangiste barré avec le sous-titre : « March where you’re welcome. »

38Préalable à ce défilé ma réserve quant aux célébrations du 12 juillet et leur dimension conflictuelle avait été mise de côté pour laisser place à mon désir de jouer de la cornemuse, suite à mon apprentissage commencé quelques mois plus tôt, avec le groupe. La question du défilé se posa de nouveau un an plus tard, en juillet 2017. A ce stade membre du pipe band avec lequel je fis une saison de compétition, je tentais de m’y soustraire au vu de mon expérience de l’année précédente et d’un désir de jouer avec le groupe déjà satisfait par la compétitions. Mais engagée dans le groupe j’y avais développé des relations d’intimité à partir de l’expérience collective du jeu et le partage de l’angoisse et de l’émulation propres à la compétition. En m’expliquant que lui non plus ne souhaite pas défiler mais qu’il le fait pour Lexie, doyen du groupe, Alastair m’inclut dans un positionnement collectif du pipe band envers les défilés. Par cet échange Alastair me rappelle que la loyauté envers le groupe et le partage des bons moments comme des moins bons doit primer sur les motivations individuelles, et m’appelle à vivre comme lui ce défilé sur le mode du devoir et de l’ennui. Bien qu’il me reste quelques réticences face à l’injonction d’Alastair, je constate que mon expérience du défilé correspond à celle qu’il m’enjoint à vivre. Si je m’ennuie et y trouve très peu d’intérêt je ne ressens cependant plus ni aversion ni gêne face à des symboles autrefois dérangeants. De la même manière, le hall orangiste de mon pipe band est devenu un lieu dans lequel je me sens à l’aise. Les symboles de l’unionisme sont des symboles comme d’autres auxquels je ne suis ni attachée ni opposée, faisant partie du décor somme toute banal de mon activité. Ce changement d’attitude semble montrer que l’activité musicale collective régulière m’a socialisée avec succès à une neutralité prenant ici la forme d’une indifférence face aux marqueurs d’un contexte religieux et politique.

39Le désir de jouer et de « faire » de la musique amène à s’engager régulièrement dans des situations concrètes qui parfois viennent chambouler les habitudes établies, comme par exemple le fait, pour un catholique, de pénétrer dans un hall orangiste. Killian, 19 ans, joueur de cornemuse, explique ainsi :

MOI : Ça ne t’as jamais gêné de jouer dans un hall orangiste ?

KILLIAN : Pas du tout ! Je suis là pour la musique et papa aussi. Ça ne me gêne pas du tout non.

MOI : Est-ce que c’était la première fois que tu allais dans un hall ?

KILLIAN : Oui c’était la première fois que j’allais dans un hall

MOI : Ce n’était pas étrange ?

KILLIAN : Non ça allait. Je n’ai fait aucun remarque, c’était un peu… sans doute dans ta tête la première fois tu te dis que c’est un peu bizarre mais maintenant c’est comme une seconde nature.

MOI : Oui j’ai trouvé ça bizarre la première fois.

  • 53 Entretien Killian 22/07/17

KILLIAN : Ah oui ? Oui tu vois les photos, à Bessbrook il y a une photo du roi Guillaume et tout ce genre de choses mais bon…juste, tu regardes autour de toi et tu te dis ok, je suis juste là pour la musique. Papa c’est pareil, c’est juste la musique tu vois, il n’y a pas de raison de bloquer là-dessus.53 

40Malgré un malaise initial auquel Killian ne souhaite pas accorder d’importance, celui-ci parvient quoi qu’il en soit à neutraliser l’espace du hall orangiste pour en faire un espace exempt de détermination politico-religieuse, avant tout consacré à la musique. En affirmant qu’ils sont « là pour la musique », en opposition implicite ou explicite aux motivations politiques des autres, les joueurs de pipe bands de compétition créent une nouvelle catégorie au sein de leur milieu entre ceux dont les motivations sont purement musicales et les autres :

  • 54 Ibid.

« Les protestants, les vrais loyalistes purs et durs, voient Annsborough comme un pipe band catholique et ils ne joueraient jamais pour eux… C’est sans doute pour ça qu’Annsborough galère à trouver des joueurs, tu sais toi-même que les pipe bands sont 80 à 90 % protestants. Il n’y pas beaucoup de pipe band catholique. Mais en même temps il y a des protestants qui sont contents d’être là pour la musique.54 »

41Le désir de jouer et de poursuivre la musique telle que proposée dans l’univers compétitif est donc susceptible d’intervenir comme une socialisation d’ordre politique quand il en résulte des décisions allant à l’encontre des positions orangistes, comme dans ce fut cas pour Alyson, mentionné plus haut, qui laisse un catholique rejoindre son pipe band et rompt ainsi avec la loge orangiste avec laquelle celui-ci était lié. La décision d’Alyson n’est pourtant pas une prise de position à l’encontre de l’orangisme, dont celle-ci continue à faire partie au sein d’une autre loge. Cette action située donne cependant une idée de ce qu’il peut advenir du croisement de milieux musicaux construits autour de valeurs divergentes, et quand l’activité musicale amène à des rencontres et situations qui viennent déstabiliser la socialisation politique initiale.

Conclusion

42La neutralité en Irlande du Nord peut être pensée comme ce qui vise à assurer la coexistence de parti-pris opposés. Nous avons dans cet article envisagé celle-ci comme une pratique de neutralisation constamment renouvelée et testée à l’aune de nouvelles situations d’interaction. La musique est une des ces situations dans lesquelles les acteurs définissent ensemble les (bonnes) manières d’agir. Les musiciens de pipe bands auxquels nous nous sommes intéressés doivent, reflétant les normes en usage dans la société dans laquelle ils évoluent, faire exister ensembles des pratiques en apparences contradictoires. Nous avons essayé de montrer par quels mécanismes, au niveau macro-sociologique des actions et dans le discours, ces derniers parviennent à neutraliser leurs pratiques. La musique qui déjà possède une aura de neutralité, permet de suppléer les valeurs du goût, du plaisir et de l’excellence technique à celles d’un communautarisme à valeur péjorative. Elle tend aussi à invisibiliser le caractère politique de certaines pratiques, en l’occurrence un recours à la distinction culturelle pour asseoir une position de classe. Malgré tout la musique est une activité qui, lorsqu’elle devient prépondérante dans les parcours des individus, est poursuivie en elle-même et prends ainsi le pas sur tout autre considération, menant à des prises de position à l’encontre des traditions établies.

Haut de page

Bibliographie

BELL, Desmond, Acts of Union : Youth Culture and Sectarianism in Northern Ireland, New-York Springer, 1990. 

BOURDIEU, Pierre, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979

BRYAN, Dominic, Orange Parades : the Politics of Ritual, Tradition and Control, Londres, Pluto Press, 2000 

BRYAN, Dominic, « From Civil Rights to Carnival : The Anthropology of Public Space in Belfast », Ethnologie Française, vol. 41, 2011/2, p. 289-300

CAIRNS, David, « The Object of Sectarianism : The Material Reality of Sectarianism in Ulster Loyalism ». The Journal of the Royal Anthropological Institute, n° 6/3, 2000,

p. 437-452

DARMON, Muriel, La Socialisation, Paris, Armand Colin, 2006

JARMAN, Neil, Material Conflict : Parades and Visual Displays in Northern Ireland, Oxford, Berg Publishers, 1997

KAUFMANN, Eric P., The Orange Order  : a Contemporary Northern Irish History , Oxford, Oxford University Press, 2007

MCKAY, George, « ‘A soundtrack to the Insurrection’ : Street Music, Marching Bands and Popular Protest », Parallax, vol. 13, 2007, p. 20-31

MCVEIGH, Robbie, « The Undertheorisation of Sectarianism ». The Canadian Journal of Irish Studies, n° 16/2, 1990, p. 119–122

MOORE, Paul, « Sectarian Sound and Cultural Identity in Northern Ireland », in BULL, Mike and BACK, Les (dir.) The Auditory Culture Reader, Oxford, Berg Publishers, 2003, p. 265-279

NIC CRAITH, Mairead, Culture and identity politics in Nothern Ireland, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2003

RAMSEY, Gordon, Music, Emotion and Identity : Flutes, Drums and Loyal Sons, Oxford, Peter Lang, 2011 

RAVET, Hyacinthe, Musiciennes, enquête sur les femmes dans la musique, Paris, Autrement, 2011

RSM MCCLURE WATTERS, GRAND LODGE OF IRELAND, BRYAN, Dominic, A Report on the Socio-Economic Impact of the Traditional Protestant Parading Sector in Northern Ireland, Belfast, May 2013

SAVARIC, Michel, « Racism and Sectarianism in Northern Ireland » in The Politics of Ethnic Diversity in the British Isles, Palgrave Politics of Identity and Citizenship Series, Londres, Palgrave Macmillan, 2014, p. 174‑188

WITHEROW, Jacqueline, « Band Development in Northern ireland : Ethnographic Researcher to Policy Consultant », Anthropology in Action, n° 13/1-2, 2006, p. 44-54

Haut de page

Notes

1 Bien que le parlement nord-irlandais soit suspendu depuis janvier 2017 certaines lois concernant l’Irlande du Nord peuvent être voté au parlement britannique de Westminster où siègent 18 Members or Parliament (MPs) nord-irlandais https://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-politics-45169397, consulté le 10 septembre 2018

2 BRYAN, Dominic, « From Civil Rights to Carnival : The Anthropology of Public Space in Belfast », Ethnologie Française, vol. 41, 2011/2, p. 289-300 

3 BELL, Desmond, Acts of Union : Youth Culture and Sectarianism in Northern Ireland, New-York, Springer, 1990 ; CAIRNS, David, « The Object of Sectarianism : The Material Reality of Sectarianism in Ulster Loyalism », The Journal of the Royal Anthropological Institute, n° 6/3, 2000, p. 437‑452. ; MCVEIGH, Robbie, « The Undertheorisation of Sectarianism », The Canadian Journal of Irish Studies, n° 16/2, 1990, p. 119–122 ; SAVARIC, Michel, « Racism and Sectarianism in Northern Ireland », The Politics of Ethnic Diversity in the British Isles, Palgrave Politics of Identity and Citizenship Series, 2014, p. 174‑188

4 WITHEROW, Jacqueline, « Band Development in Northern ireland : Ethnographic Researcher to Policy Consultant », Anthropology in Action, n° 13/1-2, 2006, p. 44-54. Les statistiques sur les défilés proviennent de la Parade Commission, https://www.paradescommission.org/Press-Releases/There-were-4394-parades-notified-in-2017-click-her.aspx, consulté le 12 septembre 2018

5 La population nord-irlandaise est chiffrée à 1.811 million au census 2011 : https://www.nisra.gov.uk/sites/nisra.gov.uk/files/publications/2011-census-results-key-statistics-press-release-11-december-2012.pdf, consulté le 12 septembre 2018 ; La superficie de l’Ile de France est de 12 012 km2, celle de l’Irlande du Nord de 5 156 miles2 soit 13 354 km2 , sources : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1405599 ?geo =REG-11 ; http://cain.ulst.ac.uk/ni/geog.htm, consultés le 12 septembre 2018

6 BRYAN, Dominic, Orange Parades : the Politics of Ritual, Tradition and Control, Londres, Pluto Press, 2000 ; JARMAN, Neil, Material Conflict : Parades and Visual Displays in Northern Ireland, Oxford, Berg Publishers, 1997 ; KAUFMANN, Eric P., The Orange Order  : a Contemporary Northern Irish History, Oxford , Oxford University Press, 2007

7 NIC CRAITH, Mairead, Culture and identity politics in Nothern Ireland, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2003

8 L’Ulster-scots est une langue proche de l’anglais et du scot, dont l’usage est essentiellement oral et rural. L’irlandais est une langue gaélique, langue officielle avec l’anglais de la République d’Irlande.

9 https://sluggerotoole.com/2013/12/09/northern-ireland-culture-wars-part-1-paul-burgess-on-the-battleground-in-contemporary-ni/ ; https://www.theguardian.com/politics/2017/jun/28/culture-war-sticking-point-northern-irish-power-sharing-talks, consultés le 15 octobre 2017

10 Ce message est peint sur un mur du quartier populaire protestant East-Belfast : « OUR MESSAGE IS SIMPLE : where our music is welcome we will play it loud, where our music is challenged we will play it louder ». Cette traduction comme les suivantes sont de l’auteure.

11 BRYAN, Dominic, « From Civil Rights to Carnival : The Anthropology of Public Space in Belfast », art. cit.

12 RAMSEY, Gordon, Music, Emotion and Identity : Flutes, Drums and Loyal Sons, Oxford, Peter Lang, 2011 ; MOORE, Paul, « Sectarian Sound and Cultural Identity in Northern Ireland », in BULL, Mike and BACK, Les (dir.) The Auditory Culture Reader, Oxford, Berg Publishers, 2003, p. 265-279 ; MCKAY, George, « ‘A soundtrack to the insurrection’ : street music, marching bands and popular protest », Parallax, vol. 13, 2007, p. 20-31

13 RAMSEY, Gordon, Music, Emotion and Identity : Flutes, Drums and Loyal Sons, op. cit.

14 Extrait d’entretien, Victoria, 19 ans, 17/05/2016

15 La collerette est l’écharpe orange portée par les orangistes.

16 Extrait d’entretien Rab, 28/10/2016

17 Extrait d’entretien Kerry, 12/07/2016

18 Extrait de carnet de terrain, Cameron, 11/08/2016

19 BOURDIEU, Pierre, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979

20 Extrait de carnet de terrain, 21/07/2017

21 Extrait d’entretien Amanda, 24/02/2017

22 Extrait d’entretien Hughie, 25/11/2016

23 Conversation avec Harry, carnet de terrain 22/06/2017

24 Extrait d’entretien, Sam, 19/02/2017

25 Extrait d’entretien Alyson, 18/02/2017

26 Extrait d’entretien Chloé, 25/07/2016

27 Conversation avec Cameron, carnet de terrain 11/08/2016

28 Le pipe major est le chef d’orchestre du groupe.

29 Extrait d’entretien, John 22/11/2016

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Extrait d’entretien, Lesley 22/03/2017

34 Extrait d’entretien, Alastair, 19/03/2017

35 Ibid.

36 Ibid.

37 RSM MCCLURE WATTERS, GRAND LODGE OF IRELAND, BRYAN, Dominic, A Report on the Socio-Economic Impact of the Traditional Protestant Parading Sector in Northern Ireland, Belfast, 2013

38 Source : entretien avec Dorothy et Billy 18/07/17

39 Extrait de carnet de terrain, Assemblée générale du pipe band Topp Star of the North, 23/08/2016

40 Extrait d’entretien, Amanda, 24/02/2017

41 Les tambours-majors (drum majors), dont la fonction initiale est de diriger la fanfare en mouvement, ont leur propre section dans les compétitions organisées par la RSPBA. Les participants sont jugés sur le rythme de leur marche, le lancer de leur canne ou massue, et leur uniforme.

42 Extrait d’entretien Amanda, 24/02/2017

43 Extrait d’entretien Stephen, 24/02/2017

44 RAVET, Hyacinthe, Musiciennes, enquête sur les femmes dans la musique, Paris, Autrement, 2011

45 Ibid, p. 47

46 Thèse en cours, « Du dissensus au consensus, les performances musicales des pipe bands en Irlande du Nord » 

47 Extrait d’entretien Rab, 28/10/16

48 Extrait d’entretien Dean, 12/04/2015

49 Cette dimension de la compétition comme espace permettant de sublimer et résoudre les tensions liées à la situation conflictuelle de l’Irlande du Nord est explorée dans mon travail de thèse.

50 Extrait d’entretien William, 18/04/17

51 Extrait d’entretien Killian , 22/07/17

52 Sur la socialisation les articulations entre socialisations primaires et secondaires voir DARMON, Muriel, La Socialisation, Paris, Armand Colin, 2006

53 Entretien Killian 22/07/17

54 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Sarrouy, « Processus de neutralisation, pratiques de distinction : en musique et en marche, les fanfares protestantes d’Irlande du Nord », Terrains/Théories [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 11 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/teth/1672 ; DOI : 10.4000/teth.1672

Haut de page

Auteur

Marion Sarrouy

Centre de recherche bretonne et celtique CRBC EA 4451, Université Haute-Bretagne, Université Bretagne Ouest, 35000, Rennes

Marion Sarrouy est doctorante en Civilisation des Pays Anglophones au Centre de Recherche Bretonne et Celtique à l’université Rennes 2. Sa Thèse de doctorat porte sur les reconfigurations de l’Irlande du Nord post-conflit abordées à partir des traditions culturelles et musicales.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals