Navigation – Plan du site
Dossier
Entretien

La neutralité « neutralisée » ? La recherche entre scientifique et politique. Entretien avec Irène Pereira

Irène Pereira

Texte intégral

Irène Pereira, pourriez-vous présenter votre trajectoire professionnelle et de recherche en quelques mots ?

Irène PEREIRA : J’ai commencé par effectuer des études de philosophie en obtenant un master, puis le Capes de philosophie. J’ai également rédigé une thèse de doctorat en sociologie qui a porté sur les homologies structurales entre le syndicalisme d’action directe et la philosophie pragmatiste sous la direction de Luc Boltanski. Une première partie de mes travaux se sont situés dans le domaine de la théorie politique et de la sociologie politique des mouvements sociaux. Après mon Habilitation à diriger des recherches en sociologie, mes travaux se sont davantage orientés vers le champ de l’éducation. Je travaille actuellement sur l’œuvre du philosophe Paulo Freire et sur sa réception dans le monde. Je m’attache également à réactualiser sa pensée dans le contexte français en lien avec la sociologie des inégalités sociales et des discriminations en éducation en France. Je suis actuellement formatrice en philosophie à l’ESPE de Créteil et rattachée au laboratoire Lettres Idées Savoirs (LIS) de l’Université de Paris-Est Créteil.

Comment avez-vous « rencontré » le thème de la neutralité dans vos recherches ? Quel intérêt scientifique et politique y avez-vous et y trouvez-vous aujourd’hui ? Pouvez-vous l'illustrer par un exemple de terrain/de recherche où le thème de la neutralité s’est imposé à vous ?

Irène PEREIRA : Cela fait longtemps que je m’intéresse à cette question puisque j’avais effectué un mémoire de maîtrise en philosophie sur la question du rapport entre science et politique à partir de l’œuvre de Max Weber. Je me suis beaucoup intéressée à cette question dans un premier temps sous un angle épistémologique en adoptant une perspective néo-pragmatiste fortement influencée par les œuvres de John Dewey et d’Hilary Putnam sur les relations entre fait et valeur. J’ai souhaité distinguer fortement la question de la neutralité et de l’objectivité scientifique. J’ai d’ailleurs par la suite retrouvé une telle distinction chez le sociologue Boaventura de Sousa Santos. Pour moi, la neutralité est une illusion : tout le monde est situé par rapport à son objet de recherche. Ce que dit également l’épistémologie féministe.

Néanmoins, ce serait commettre un argument ad personam que de juger les travaux d’une personne simplement sur la base de sa position sociale ou de son engagement militant. En bref, il n’est pas acceptable de discréditer le travail d’un-e chercheur/se simplement parce qu’il ou elle est engagée. Mais, il s’agit, comme pour tout travail de recherche, d’en faire la critique en se basant sur le fond de ses arguments et de ses recherches et non sur la base de ses engagements. Sinon, on frôle l’attitude discriminatoire en jugeant un-e chercheur-se sur la base de ses engagements militants…

Aujourd’hui, je m’intéresse à cette question de la neutralité plutôt sous l’angle de l’éthique professionnelle. En effet, je travaille sur un philosophe de l’éducation qui est sans doute l’un des plus renommés au monde, l’un des plus cités dans le domaine des sciences humaines et sociales. Mais son œuvre est actuellement attaquée par le pouvoir politique de Jair Bolsonaro au Brésil. La thèse du mouvement de l’École sans parti, que soutient Bolsonaro, c’est que l’oeuvre de Paulo Freire se réduirait à un endoctrinement marxiste des élèves. Pour les partisans du mouvement de l’École sans parti, il s’agit d’imposer la neutralité aux enseignants. Pour s’assurer de cela, il est possible au besoin d’encourager les élèves à la délation sur les réseaux sociaux des enseignants accusés de ne pas se plier à cette obligation de neutralité.

Il est vrai que Paulo Freire a affirmé que la pédagogie critique portait un projet politico-pédagogique. Ce projet politico-pédagogique, c’est la lutte contre toute forme de discriminations sociales en fonction des préjugés de classes, de race ou de sexe. Or doit-on considérer qu’une telle conception est incompatible par exemple avec l’obligation de neutralité des enseignants de l’Éducation nationale ? Il me semble que ce n’est pas le cas pour au moins deux raisons. La première c’est qu’il est demandé aux enseignants de transmettre les valeurs de la République, au sein desquelles figure explicitement le refus de toutes les discriminations. La deuxième raison c’est que l’obligation de neutralité des fonctionnaires ne saurait se situer au-dessus des conventions internationales des droits humains. Si des personnalités politiques ou des organisations militantes effectuent des déclarations qui dans leur esprit vont à l’encontre des déclarations des droits humains, incitant au racisme ou à l’homophobie, peut-on exiger la neutralité des enseignants ? Voilà qui me semblerait aller à l’encontre du projet humaniste que portent en soi l’enseignement et l’éducation dans un État de droit et une démocratie.

Quels cadres théoriques ou méthodologiques avez-vous mobilisés pour aborder ce thème, de front ou non, dans le cours de vos enquêtes et aussi dans la rédaction des comptes rendus de vos recherches (articles, ouvrages, communications scientifiques) ?

Irène PEREIRA : Comme je l’ai souligné dans la question précédente, mon premier cadre théorique a été le néo-pragmatisme car c’est une approche qui nie la séparation entre le jugement de fait et le jugement de valeur sans pour autant renoncer à la vérité comme idéal de l’enquête.

Dans le cadre de mes travaux actuels, la question de la neutralité se pose à un double niveau à la fois épistémologique et éthique. De manière générale, le fait que j’ai travaillé dans le cadre de l’approche de la sociologie pragmatique m’a donné la possibilité de me situer dans une position où il s’agissait de restituer les grammaires critiques des acteurs et non pas de leur porter une critique externe. De ce fait, la qualité de mon travail provenait de ma capacité à restituer au mieux la logique interne de ces différentes grammaires. En cela, mon ouvrage Les grammaires de la contestation restitue assez bien cette démarche. C’est un ouvrage sur la gauche radicale, et je suis moi-même située comme toute personne par rapport à cet objet, mais ce qui peut être évalué c’est ma capacité à modéliser les différentes grammaires au sein de la gauche radicale sans les déformer. On peut dire qu’il s’agit d’une démarche qui relève de la sociologie compréhensive.

Actuellement, je travaille sur un corpus très particulier que sont les « pédagogies critiques ». En cela, la démarche est assez proche de celle qui a présidé mes travaux en sociologie. Mon corpus est constitué par un ensemble d’auteurs qui récusent une approche positiviste de la science et qui se situent dans la continuité de l’école de Francfort en considérant que la théorie doit être critique récusant ainsi la séparation entre sociologie et philosophie. Un des aspects de mon travail consiste justement à rendre compte des positions de ces auteurs. Donc en soi, je suis objective, concernant ce que je dis de ces auteurs, lorsque je restitue leur position sur le refus de la séparation entre recherche académique et engagement militant.

À propos de neutralité comment avez-vous concilié jusqu’à ce jour pratique de la recherche et intervention publique de diffusion de la recherche, en fonction des cercles d’auditoires où vous interveniez ?

Irène PEREIRA : Parfois, je me demande personnellement si je ne fais pas davantage l’objet de préjugés de la part de pairs ou d’autres personnes concernant mes engagements et du fait que j’ai travaillé dans mes recherches sur la question de l’engagement. Du fait de cette situation de recherche particulière, j’ai eu l’occasion de réfléchir de manière approfondie à cette question des rapports entre engagements militant et rechercher scientifique. Et elle est peut-être pour moi plus explicitement un objet de réflexion, et moi un impensé, que pour d’autres personnes qui travaillent sur des objets en apparence plus neutres.

Comme je l’ai dit le fait que je sois sceptique relativement à cette notion de neutralité ne veut pas dire que j’adopte des positions épistémologiques relativistes, puisque j’admets comme idéal de la recherche scientifique la recherche d’objectivité.

Personnellement, je me suis soumise à toutes les épreuves du champ scientifique qui sont exigés habituellement d’un ou d’une chercheuse : doctorat, qualification aux fonctions de maître de conférences, HDR, qualification aux fonctions de professeur d’université - ce qui implique la publication dans des revues qualifiantes.

Par ailleurs, je ne cherche pas à acquérir une position politique sur la base de mon statut d’intellectuelle. Néanmoins, je crois, comme Sartre, qu’il y a un rôle et un devoir de l’intellectuel-le. Celui-ci consiste en particulier à intervenir dans le débat public lorsqu’il s’agit d’apporter des clarifications conceptuelles ou des faits là où il y a de la confusion ou des contre-vérités. Le rôle de l’intellectuel-le me semble également d’intervenir dans le débat public lorsqu’il est sclérosé dans des oppositions binaires pour proposer d’autres interprétations du réel qui s’appuient sur les recherches qu’il ou elle a pu effectuer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Pereira, « La neutralité « neutralisée » ? La recherche entre scientifique et politique. Entretien avec Irène Pereira », Terrains/Théories [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/teth/1821 ; DOI : 10.4000/teth.1821

Haut de page

Auteur

Irène Pereira

Diplômée en philosophie et habilitée à diriger des recherches en sociologie, Irène Pereira est enseignante dans le secondaire et chercheuse associée en sociologie au laboratoire Dynamiques européennes (Université de Strasbourg) et en philosophie au Laboratoire Lettres Idées Savoirs, PESPE en philosophie à l’ESPE de Créteil. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur le militantisme et la sociologie du travail parmi lesquels Les grammaires de la contestation (La Découverte, 2010) et Travailler et lutter (L'Harmattan, 2016) ses recherches récentes portent sur une relecture des pédagogies critiques, voir notamment Paulo freire, pedagogue des opprime-e-s. Une introduction aux pédagogies critiques (Libertalia, 2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals