Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pauline Delage, Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Science Po., 2017, 262 p.

Joseph Cacciari

Texte intégral

1Dans cet ouvrage tiré de sa thèse de sociologie, Pauline Delage se donne pour objectif d’examiner les mécanismes de la mise en politique publique d’un fait longtemps invisibilisé, car en grande partie cloisonné à l’espace privé : les violences conjugales. L’auteure propose pour cela de réaliser une socio-histoire politique de la problématisation de ce thème des années 1970 jusqu’aux années 2010, tout en mettant en exergue les modes de thématisation successifs des violences conjugales : les manières dont elles ont été parlées, mise en lumière, lues et traitées publiquement.

  • 1 En mobilisant en partie Andrew Abbot, mais sans en tirer totalement partie malheureusement. Ainsi i (...)

2Le propos est d’emblée situé à la frontière de trois domaines de recherche : la sociologie politique des problèmes publics, la sociologie des mouvements sociaux et la sociologie des groupes professionnels1. L’originalité du volume tient d’ailleurs en une combinaison de ces domaines de la sociologie pour analyser un « problème public ».

3L’argumentation s’appuie sur une enquête de terrain menée à Los Angeles et en Île-de-France dans le cadre de la thèse de l’auteure. Le dispositif de recherche articule, à titre principal, l’observation directe de services de prise en charge des victimes de violences conjugales ; une enquête par entretiens, un travail sur archives (littérature féministe, documents internes aux services de prise en charge observés), enfin un cadrage juridico-normatif important qui sert à affiner la compréhension comparative des deux terrains.

  • 2 Revel J.(dir.), 1996, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard.

4Avec ce dispositif, l’auteure se donne ainsi les moyens de réaliser ce qu’elle appelle, en se revendiquant du travail de l’historien Jacques Revel2, des jeux d’échelles, c’est-à-dire des passerelles entre des circonscrits dans le temps et l’espace et leurs conditions de possibilité sociohistoriques.

5Après une introduction posant les bases conceptuelles et méthodologiques de la recherche, quatre chapitres viennent organiser le propos. Le premier est consacré à étudier l’émergence du thème des violences conjugales dans les groupes féministes qui se feront ensuite porteurs de cause auprès du grand public et des pouvoirs politiques institutionnels. C’est d’abord l’émergence de la cause des violences conjugales qui est au centre du chapitre. P. Delage reconstruit la formulation militante du thème, aux USA et en France, des années 1970 à la fin des années 1980. Elle montre par exemple comment à partir de la question du viol en particulier, la problématique des militantes féministes et des autres port.euses.eurs de la cause se déplace progressivement vers celle des violences conjugales en général. L’auteure reconstruit le mouvement de cette histoire en étant attentive aux développements de savoirs locaux et nationaux en la matière. Ces savoirs entraînant la formation progressive et parallèle de trois dynamiques.

6Premièrement, une dynamique d’institutionnalisation, plus précoce aux États-Unis, dont l’enjeu principal semble résider dans la question des financements à des fins de pérennisation des actions militantes (p.42). Deuxièmement, il s’agit de l’émergence d’un paradigme de la prise en charge des victimes par des « refuges » (p.49-50). La troisième dynamique concerne les controverses qui naissent autour de la cause des violences conjugales, portant notamment sur la place que la théorie féministe a à occuper dans ce domaine d’activité. En la matière, l’auteure souligne utilement en plusieurs endroits de ce chapitre que, dès cette période, le féminisme n’équivaut pas à la prise en charge des victimes.

  • 3 Parfois un peu rapidement à l’œil du lecteur habitué de ce genre d’exercice du « portrait » ou de l (...)

7Le deuxième chapitre porte sur la construction de régimes professionnels de la cause. Il est centralement construit autour de l’exposition de trajectoire de professionnelles de la cause. En retraçant les «  carrières  » de certaines professionnelles et militantes, parfois reconverties depuis le militantisme féministe, l’auteure analyse d’abord la variabilité de l’ethos des intervenantes du secteur et de la cause3. Malheureusement, celui-ci apparaît trop souvent référé à la seule variabilité des modes d’organisation dans lesquels sont inscrites les professionnelles.

8En adoptant ce mode d’exposition en « trajectoire », P. Delage reconstruit en parallèle l’histoire de ce domaine militant et professionnel à une échelle localisée, pour faire pendant à celle développée au premier chapitre à un niveau institutionnel. Ainsi, elle peut mettre en évidence de manière plus précise deux dimensions qui n’apparaissaient que par esquisse à l’autre niveau d’analyse.

9La première a trait aux régimes professionnels de la cause des violences conjugales. Une tension apparaît entre régime du travail social et régime de la santé mentale et, corrélativement, entre régime du bénévolat et régime associatif. Ce couple d’opposition permet en grande partie de distinguer les interventions en France et aux États-Unis.

10La deuxième dimension concerne le travail de prise en charge des victimes. L’auteure examine attentivement les pratiques des intervenantes, quel que soit leur statut, produisant une solide ethnographie des pratiques d’écoute, certainement l’un des moments forts de l’ouvrage. Cet examen attentif permet ensuite d’exposer les différences entre l’écoute dans le domaine professionnel des violences conjugales, appuyée sur la proximité et l’empathie, de celle produite par le travail social généraliste à dominante économique, qui est alors plutôt distante et objectivante, ce pour une « clientèle » qui se recoupe souvent en termes de propriétés sociales (p.87). P

11Dans le troisième chapitre, l’auteur porte son attention sur les relations entre les différents groupes professionnels ayant pris en charge la cause des violences conjugales, mais aussi celles que ces derniers entretiennent avec des groupes professionnels d’autres champs d’activité liés, de près ou de loin, à ce « problème public ». Il s’agit d’un chapitre passerelle entre les niveaux d’analyse.

12À partir de cette entrée, Pauline Delage peut alors analyser l’institutionnalisation de la cause des violences conjugales telle qu’elle se pose entre les années 1990 et 2010, sur les deux terrains. Elle détermine alors que les temporalités et les contenus divergents de cette institutionnalisation, aux États-Unis et en France, se calquent sur celles des mouvements sociaux. Dans le premier cas la promotion et la stabilisation de la cause dans le registre judiciaire se feront dès la fin des années 1970 : du fait notamment de la présence de juriste dans le mouvement, de la juridisation précoce de cas emblématiques, de la décentralisation du système fédéral et de l’importance de la jurisprudence (p.118).

13En France, c’est plutôt après les années 1980 et surtout à compter des années 2000 que les violences conjugales deviennent un problème public. La judiciarisation y aurait été limitée par des obstacles politiques, notamment sous les termes du respect de l’égalité formelle, mais aussi par les positions militantes concentrées sur l’accompagnement social et psychologique des femmes ainsi que par leur hébergement, et non sur une réforme du droit (p.121).

14C’est à partir de cette différenciation qu’est structurée la suite du chapitre qui s’intéresse à la diversité des pratiques et des formes de prise en charge des violences conjugales. Delage balaye les principes organisateurs de celles-ci : logique du marché ou petite association, hiérarchisation des causes entre féminismes et prise en charge stricte des violences conjugales, etc. L’auteur conclut ce tour d’horizon en affirmant qu’il n’y a pas de lien mécanique entre institutionnalisation et dépolitisation.

15Développant cette dernière affirmation, le quatrième et dernier chapitre porte sur la production, la circulation et les mutations des savoirs en matière de violences conjugales. Y sont mises en exergue des configurations de cadrage du problème public des violences conjugales à travers des mouvements de coordinations et d’interactions entre différents acteurs de la cause. L’examen de ces configurations est notamment réalisé à travers le cas de la circulation des savoirs académiques, un champ développé de longue date aux États-Unis et encore relativement récent en France. P. Delage examine alors tout particulièrement la durable prééminence, à présent contestée, de grilles de lecture psychologisante du phénomène de la violence conjugale ou à la prégnance actuelle du cadrage par le genre en France et à la question de la légitime défense sur les deux terrains d’enquête.

16Deux enjeux principaux se dégagent de l’analyse : la question de la légitimation des savoirs produits et mobilisés pour faire reconnaître la cause ; les conflits politiques que ces savoirs sous-tendent (p.223). Ces deux enjeux trouvant une traduction différente aux États-Unis et en France, du fait principalement de trajectoire que la cause a prise dans ces deux pays et des contextes juridico-normatifs propres à chacun d’eux.

17La conclusion de l’ouvrage synthétise et généralise clairement ce résultat. Ainsi peut-on retenir qu’en lieu et place d’une analyse centrée sur la réponse étatique, l’ouvrage de P. Delage plaide pour une problématisation des causes publiques, comme celle des violences conjugales, comparative, historicisée et jouant des niveaux d’analyse. Il s’agit pour l’auteure d’une démarche à même de restituer, par-delà l’évidence d’une cause se présentant aujourd’hui comme plus ou moins consensuelle, la logique sous-tendant le cadrage, toujours provisoire, de sa prise en charge et de sa mise en politique.

18En l’occurrence, il est certain que l’’un des principaux résultats de l’ouvrage est de montrer que c’est l’impératif de coordination (comme en p. 130 et sq.) entre les acteurs qui constituent le soubassement des transformations de cette cause politique des violences conjugales, au fil de son institutionnalisation. Le thème de la coordination, qui n’est bien entendu pas étranger à la littérature sur la sociologie politique des problèmes publics, est ici particulièrement bien mis en exergue et traité avec vigilance et précision. Cela permet au lecteur de mieux comprendre, par-delà l’idée faussement évidente d’une euphémisation des luttes par leur insertion dans les institutions, comment peut ou non se maintenir vivace, en Île-de-France et à Los Angeles, en France et aux États-Unis, la lutte contre les violences conjugales.

19 Pour conclure on peut signaler qu’outre son intérêt scientifique évident, l’ouvrage possède la qualité d’être rédigée dans une écriture accessible et avec le sens précision, offrant une vision claire et informée de l’histoire de la cause conjugale. Il s’agit donc d’une contribution susceptible de trouver un public au-delà du champ académique.

Haut de page

Notes

1 En mobilisant en partie Andrew Abbot, mais sans en tirer totalement partie malheureusement. Ainsi il est certain que la mobilisation du cadre d’analyse des « auditoires » et des « écologies liées » aurait été très utile à l’auteur. Cette critique ne remet pas en cause la qualité générale de l’ouvrage.

2 Revel J.(dir.), 1996, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard.

3 Parfois un peu rapidement à l’œil du lecteur habitué de ce genre d’exercice du « portrait » ou de l’exposition de « carrière ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Pauline Delage, Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Science Po., 2017, 262 p. », Terrains/Théories [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/teth/1834

Haut de page

Auteur

Joseph Cacciari

Chercheur contractuel (post-doctorat), Laboratoire ville mobilité transport (UMR T 9403, IFSTTAR-ENPC-UPEM)

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Neutralité / neutralités : de la notion aux pratiques
    Paru dans Terrains/Théories, 9 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals