Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Olivier Filleul, Florence Haegel, Camille Hamidi, Vincent Tiberj (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, 398 p.

Vincent Baggioni

Texte intégral

1Cet ouvrage s’ouvre sur une longue introduction, en forme d’hagiographie, aux travaux menés par Nonna Meyer. Elle correspond sans doute au souhait des auteurs de montrer leur affiliation scientifique à une chercheuse qui a marqué ce champ. Elle permet de mieux connaître cette auteure et les différents travaux et résultats qui ont jalonné sa carrière. L’ouvrage se divise ensuite en quatre grandes parties, investissant de manière autonome, les principaux champs que recouvre la sociologie politique des comportements politiques.

2La première partie de l’ouvrage est dédiée aux élections. Dans le premier chapitre, Céline Braconnier revient sur les mécanismes qui peuvent expliquer la hausse constante de l’abstention qui gagne aujourd’hui l’ensemble des pays démocratiques. De nouveaux travaux réalisés ces quinze dernières années ont permis des avancées notables dans la compréhension de ce phénomène. Elle fait ainsi le tour des différentes approches que propose la littérature. Ainsi, alors que les analyses avaient jusqu’ici porté l’attention sur les caractéristiques des individus, l’auteure montre le rôle que jouent également les environnements modifiés par les dispositifs de campagne, propres à compenser ou à neutraliser les effets sociaux relatifs à l’abstention.

3Dans le deuxième chapitre, Florent Gougou s’intéresse aux controverses qui ont animé la littérature autour du vote de classe. Il relève le flou qui entoure ce concept depuis plusieurs générations de chercheurs, engendrant une coexistence de définitions différentes. Ce hiatus est identifié comme sources d’incompréhension entre les chercheurs et obstacle la compréhension des phénomènes électoraux. L’analyse critique de cette littérature montre certes des résultats qui opèrent des liens entre classe et vote, mais pour deux questionnements de recherche différents : d’un côté, le premier vise à mesurer l’influence de l’appartenance de classe sur les comportements électoraux, alors que le second cherche à établir l’alignement entre classes sociales et partis politiques.

4Dans le chapitre trois, Vincent Tiberj discute les approches scientifiques de l’analyse des choix électoraux. Elles mettent en exergue un antagonisme entre celles attachées au poids des caractéristiques sociales des individus et celles soucieuses de la rationalité des acteurs face à l’offre politique et à leurs attentes de changement. Or, ces oppositions n’apparaissent pas irrémédiables à l’auteur. Elle lui semble au contraire, avec la maturité acquise, sources d’enrichissement mutuels pour une meilleure compréhension des acteurs dans les sociétés complexes. Ainsi, la psychologie du choix électoral ne lui paraît pas incompatible avec une resocialisation des individus. En particulier, les sondages, par leur capacité à rassembler des données multicritères, peuvent s’avérer très utiles pour comprendre les individus, à la fois au regard de leur caractéristique générale et pris dans des situations, politiques, géographiques et culturelles, particulières.

5Mark N. Franklin met enfin l’accent dans le dernier chapitre de cette première partie sur la relation qu’il existe entre comportement électoral et sociologie électorale vote. Par une analyse critique de la littérature sur les clivages électoraux, il montre certes que leur portée explicative a nettement faibli depuis trente ans, mais qu’ils demeurent aujourd’hui stables. L’auteur invite dès lors à recontextualiser les clivages politiques à l’aune des reconfigurations politiques que connaissent chaque pays et, qu’à cette condition, ils peuvent faire apparaître des choix électoraux qui manifestent des clivages.

6La seconde partie porte sur les mobilisations. Dans le chapitre cinq, Olivier Fillieule retrace l’histoire de la littérature scientifique française portant sur les mobilisations. Alors que cette thématique demeure peu investie jusque dans les années 1990, elle connaît un développement exponentiel dans les dernières décennies. Cet intérêt tardif explique peut-être le constat que malgré, une histoire nationale marquée par les mouvements sociaux, la production scientifique française est aujourd’hui très influencée par littérature nord-américaine. Elle s’en distingue toutefois par ses orientations théoriques et par l’originalités de ses objets de recherche. Ainsi, nourrie des influences intellectuelles socio-génétique et configurationnelle de Norbert Elias, de la sociologie critique de Pierre Bourdieu ainsi que du paradigme interactionniste, elle offre une série d’alternatives au paradigme dominant du contentious politics avancé par la littérature anglo-saxonne.

7Dans le chapitre six, Eric Agrikoliansky, revient sur l’approche des mouvements sociaux au travers des carrières militantes. Il montre ainsi que cette notion « ne constitue pas un concept figé et exclusif qui offrirait une interprétation totale de l’activité militante » (p. 186). Elle fournit néanmoins une trame interprétative qui permet de saisir les dimensions plurielles et évolutives auxquelles renvoie le processus d’engagement dans le militantisme.

8Dans le chapitre sept, Philip Balsiger s’intéresse à la consommation engagée comme mode de participation politique. Encore peu étudiée et donc difficilement mesurable, cette pratique offre néanmoins selon cet auteur un prisme renouvelé sur les spécificités des modes de participation contemporains. La recherche dans ce sous-champ montre ainsi les relations dynamiques qui s’établissent entre consommation engagée, changement marchand et dynamique du capitalisme. L’étude des répertoires tactiques révèlent en particulier les interactions complexes qui se nouent entre consommateurs, mouvements sociaux, entreprises et politiques publiques.

9Le chapitre huit, réalisé par Soline Laplanche-Servigne, porte sur les mobilisations collectives des minorités ethniques et raciales, c’est-à-dire des groupes qui partagent l’expérience de la discrimination. A partir d’un examen des recherches portant sur les mobilisations spécifiques à ces groupes, elle montre que, selon le contexte national, les réalités et les problématiques ne sont pas les mêmes, révélant à la fois les luttes théoriques particulière au champ scientifique dans chaque pays et le cadrage national opéré par les normes en vigueur sur les questions ethnoraciales.

10La troisième partie aborde l’ethnocentrisme et l’extrême droite. Alexandre Dézé, dans le chapitre neuf, fait le bilan des très nombreux travaux réalisés sur le Front National. Il montre ainsi que, malgré la recherche foisonnante qu’il a suscitée, celle-ci comporte des problèmes, notamment par sa tendance à penser ce parti comme une nouveauté alors qu’il aurait tout intérêt à être davantage abordé au travers des outils de la sociologie des organisations partisanes.

11Le chapitre dix, proposé par Bert Klandermans, souhaite répondre d’une certaine manière aux critiques énoncées par le chapitre précédant. A partir d’entretiens réalisés avec des militants d’extrême-droite, il explore les raisons de l’engagement des individus dans différents pays européens. Les matériaux biographiques veulent en particulier ressaisir ces individus dans leur vie quotidienne. L’auteur tente ainsi de rendre compte des effets différenciés que l’appartenance politique des individus suscitent au regard du niveau de normalisation que connaît l’extrême droite dans chaque pays.

12Dans le chapitre onze, Pavlos Vsilopoulos et Georges E. Marcus se penchent sur les raisons psychologiques qui expliquent le vote Front National en France. Ils montrent ainsi que les émotions, comme la colère ou l’anxiété, générées par l’actualité dans les mois qui précèdent une élection, expliquent en partie le vote d’extrême droite.

13Enfin, la dernière partie traite de la politisation. L’étude réalisée par Yves Déloye et Florence Haegel dans le chapitre douze rend compte de la variété des travaux s’y référant. Ils proposent une forme d’organisation de ces usages qui révèle des contextes combinant des temporalités chronologiques et des échelles d’analyse particulières. Dès lors, en connaissance du flou qui entoure cette notion et du danger qu’induit son utilisation, ils invitent les chercheurs à se prémunir d’un cadre préalable avant de la mobiliser dans des travaux de recherche.

14Dans le chapitre treize, Camille Hamidi identifie les liens qui pourraient s’établir entre le vecteur de politisation que constitueraient les associations d’une part, et la participation de ces dernières à la mise à œuvre de l’action publique d’autre part. La revue de la littérature qu’il réalise montre la fécondité de cette approche et la nécessité de croiser davantage ces deux champs d’étude en systématisant les variables collectées, les définitions et les questionnements.

15Le chapitre 14, proposé par Sophie Duchesne et Marie-Claire Lavabre, explore la manière dont le « sentiment national » réaliserait, au niveau des individus, un lien entre identité et mémoire. L’état de l’art qu’elle établisse montre au final la difficulté que soulève l’appréciation de ces liens, et appelle à la mise en œuvre d’un programme de recherche spécifique.

16Dans l’ensemble, beaucoup de chapitres de cet ouvrage proposent un état de l’art du champ ou des sous-champ qu’ils se proposent d’investiguer. Souvent exhaustif et critique, ils sont utiles pour une entrée en recherche dans ces thématiques, ou pour tenter de raviver des débats théoriques. Néanmoins, on peut reprocher à la plupart de ces textes de manquer de données empiriques nouvelles, de cas d’étude livrés à l’analyse, pour mettre à l’épreuve les théories anciennes ou nouvelles. Et, lorsque des auteurs livrent des matériaux nouveaux, le lecteur peut être surpris par la faiblesse du cadre analytique mobilisé. Ces travaux contrastent alors avec la majorité des textes qui les entourent, prêchant la nécessité d’une rigueur dans le cadrage théorique et dans l’attention méthodologique à la production des données.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Baggioni, « Olivier Filleul, Florence Haegel, Camille Hamidi, Vincent Tiberj (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, 398 p. », Terrains/Théories [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/teth/1842

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals