Navigation – Plan du site

Appel à contributions, Terrains/Théories, numéro 13 : « Spécialiste du religieux à mi-temps »

Date limite d’envoi des résumés : 15 juin 2019

Présentation de la revue

Terrains/Théories est une revue pluridisciplinaire de sciences sociales à comité de lecture articulant la conceptualisation et la recherche empirique. Elle vise à constituer un carrefour entre sociologie, anthropologie et philosophie. Elle part du principe que la philosophie politique – au sens large – doit aujourd'hui dépasser une approche purement conceptuelle du politique en se rapprochant des sciences sociales, tandis qu’il devient de plus en plus important pour ces dernières d'expliciter les choix théoriques qui peuvent orienter les pratiques de recherche et les enquêtes de terrain.

Plus d’informations ici : https://teth.revues.org/

Présentation du numéro

  • 1 Voir, parmi d’autres, Pouchelle Marie-Christine, « Voyants, magnétiseurs et l’espace du sacré. Deux (...)
  • 2 Piette Albert, La religion de près. La religion en train de se faire, Paris, Métailié, 1999.
  • 3 Prévôt Nicolas, Jouer avec les dieux. Chronique ethnomusicologique d’un rituel annuel de village au (...)
  • 4 Lovheim Mia, « Une voix à elles : jeunes, musulmanes et blogueuses », in Duteil Ogata Fabienne, Jon (...)

Il est des vies entièrement consacrées à l’activité religieuse, des figures bien connues et souvent emblématiques des différentes religions institutionnalisées —le prêtre, le pasteur, l’imam, le rabbin, le moine, le yogi, le fakir, le renonçant, l’ermite… Il est aussi des astrologues, des ritualistes, des géomanciens, des lamas, des médiums, des marabouts et des chamanes qui s’adonnent à leur activité, tout en ayant par ailleurs un autre métier, plus classique peut-être : ingénieur, charpentier, peintre, électricien1. Il est enfin des personnes qui empruntent aux spécialistes certaines de leurs attributions, à leurs heures perdues, sans nécessairement se réclamer comme tels : des laïcs qui les remplacent (en partie) en cas d’absence (ou de manque) de religieux en titre2, des musiciens reconnus en tant que spécialistes rituels3, des blogueurs donnant des conseils spirituels sur internet4... Autrement dit, il est un certain nombre de rôles tenus pour « religieux » (ou aux abords du religieux) qui nécessitent (ou pour le moins n’excluent pas) un cumul avec de toutes autres activités. Les raisons peuvent être multiples : quand il faut « travailler » par ailleurs, quand les rituels ou activités religieuses ne se font que de façon ponctuelle, ou encore quand en contexte de crise politique ou de migration, certaines activités ne sont plus possibles et leurs responsables obligés d’embrasser d’autres métiers. Des officiants « à mi-temps » en quelque sorte. Ce sont ces spécialistes qui retiendront notre attention dans ce numéro.

  • 5 Herrou Adeline (éd.) Une journée dans une vie. Une vie dans une journée. Des ascètes et des moines (...)
  • 6 Et de ce que Françoise Champion appelle la nébuleuse mystique-ésotérique : Champion Françoise, « La (...)
  • 7 Berthier Brigitte, « Une journée de Perle d’Abondance, déesse à mi-temps », Aujourd’hui la Chine, 3 (...)

Le chevauchement voire la coexistence des identités existe de longue date y compris dans les formes de vie religieuses bien connues, quand le moine est par exemple guérisseur ou virtuose d’arts martiaux ou qu’il est parallèlement paysan5. On l’a vu s’affirmer aussi dans le monde occidental avec la montée des nouveaux mouvements religieux6. L’exercice conjoint de plusieurs activités pour les acteurs du religieux aux statuts moins clairement définis ou n’appartenant pas (ou seulement indirectement) à des organisations régulées par des règles communes, est susceptible de leur conférer un charisme et une autorité religieuse d’un autre ordre, que nous proposons d’explorer ici. Alors que les activités rituelles sont intéressantes pour elles-mêmes et qu’elles sont le plus souvent étudiées comme telles, l’ambition de ce numéro est de les considérer avec un spectre plus large, incluant le pendant plus ordinaire des autres métiers avec lesquels elles ont parfois à composer. L’un des points de départ de cette réflexion est le court article de Brigitte Berthier relatant la vie d’une femme chinoise qui vend des légumes sur le marché le matin et travaille en tant que médium l’après-midi, bien souvent sans se souvenir le lendemain des séances de la veille7. Si les raisons économiques expliquent en partie ce genre de double vie, elles ne suffisent pas à rendre compte des circonstances qui le permettent, ni de la valeur ajoutée, ou au contraire de la fragilité, qu’il apporte. D’autant que dans d’autres cas, l’exercice du don suppose au contraire de n’accepter aucun paiement, faute de quoi l’assistance ne serait pas effective.

  • 8 Pédron-Colombani Sylvie, « The journey of San Simón from Guatemala to the United States: processes (...)

Pour mieux connaitre le religieux contemporain, ce numéro entend donc se focaliser sur ceux qui le font, en donnant à voir des figures souvent méconnues de la sociologie des religions. Et de l’aborder par le prisme de leurs pratiques concrètes, de leur quotidien. Il s’agira en particulier d’accorder une attention particulière à l’alternance entre des activités qui apparaissent souvent de prime abord comme dissociées. Dès lors que l’on se refuse à les hiérarchiser, qu’est-ce qui ressort de ces activités tissées ensemble, assemblées parfois par défaut, mais qui obligent dans tous les cas à décloisonner notre vision du religieux ? En invitant à la mise en regard de figures diverses, ce numéro vise également à faire avancer la connaissance sur les contextes sociaux et religieux fort différents desquels les cas étudiés seront issus, mais aussi à permettre la montée en généralité à la fois sur les modalités pratiques de l’engagement dans un rôle d’officiant qui suppose ou pour le moins n’empêche pas une autre activité en parallèle et sur le sens du pratiquer et du croire dans des milieux variés. La visée de la réflexion comparatiste est ainsi de dessiner les contours d’une anthropologie de la polyvalence et des identités multiples dans et hors le religieux. La forme d’intermittence étudiée ici ayant quelque chose aussi de très contemporain, à l’heure de l’intérim et du free-lance, elle ouvre sur certains déplacements de la ferveur religieuse dans des espaces et des temporalités nouvelles, lorsqu’il faut par exemple réinventer la religion en contexte de migration8.

Pour interroger ces figures religieuses populaires, qui opèrent bien souvent hors des institutions, et pour mieux les cerner, nous proposons plusieurs pistes :

  • La question de leurs pratiques – et du sens qu’ils leur donnent –, de l’« inventivité au travail » et de la pluri-compétence. Une piste pourrait être d’interroger ce qui rend exclusives certaines charges et ce qui au contraire permet à d’autres de se combiner et, dans ce cas, la façon dont s’entremêlent ou à l’inverse se compartimentent au quotidien des activités parfois très différentes. Réfléchir aux différents modes d’engagement pourrait permettre, entre autres, de questionner les capacités hors du commun (ou non) requises par les charges religieuses, ou plus largement l’idée même de « division du travail » dans et hors le champ du religieux.

  • La question de leur légitimité. Le caractère indiscutable ou au contraire incertain de l’autorité de ces acteurs traversera aussi ce numéro. Comment la construisent-ils ? A la marge des institutions ou en dehors. Sur quelles bases : hérédité, nomination, élection, volonté, révélation, efficacité ? Quelle formation reçoivent-ils ? De qui ? Le pouvoir qui devient le leur est-il en résonnance ou au contraire contraste-t-il avec les possibilités d’action ou d’expression qu’ils ont par ailleurs ? Observe-t-on même des phénomènes d’inversion ? Mais aussi quels sont les requérants qui les consultent ? Quel lien font-ils avec leur autre activité, s’ils la connaissent ? Sont-ils le plus souvent dans des situations critiques, en proie au doute, à des carrefours de leur existence ou s’adonnent-ils à une pratique plus régulière ? Une rémunération ou compensation est-elle possible voire nécessaire ou au contraire malvenue ou même risquée ?

  • La question de la circulation. En quoi la multi-activité est-elle parfois liée à la globalisation qui travaille le religieux contemporain par le biais des changements et des déplacements que connaissent les groupes dans lesquels opèrent ces spécialistes, par les réseaux qu’ils contribuent à tracer, et par le nouvel accès à (et les rapprochements entre) différents spécialistes religieux de par le monde ? L’utilisation des réseaux numériques pourra aussi trouver sa place dans cette réflexion puisqu’internet est devenu un lieu d’action, d’interaction, de création… pour certains spécialistes.

Ce numéro nous permettra de décaler le regard porté sur les acteurs du religieux, et par là-même d’aborder la question même des frontières du religieux, de sa porosité et de sa définition.

Les propositions attendues pourront s’intéresser à une ou plusieurs de ces dimensions dans la mesure où elles reposent sur un travail de terrain (études de cas, observations, archives…). Toutes les formes religieuses seront prises en compte. Dans ce numéro, nous souhaitons favoriser le dialogue interdisciplinaire et articuler différentes approches : ethnologique, sociologique, historique…

Modalités de soumission

La date limite de réception des propositions d’article est fixée au 15/06/2019. Elles doivent être adressées aux coordinateurs du numéro : Adeline Herrou (adeline.herrou@cnrs.fr) et Sylvie Pédron Colombani (spedronc@parisnanterre.fr).

Les propositions devront comporter :

  • un titre ;

  • un résumé d’environ 5000 signes ;

  • les informations sur le ou les auteurs : nom, affiliation institutionnelle, fonction, adresse professionnelle, numéro de téléphone et courriel.

Le comité de rédaction sélectionnera les propositions et en informera les auteurs au plus tard le 01/07/2019. Il est demandé aux auteurs de bien vouloir respecter les consignes éditoriales de la revue : https://teth.revues.org/501

Les articles attendus sont d’un format de 45 000 à 60 000 signes (espaces, notes et bibliographie incluses) et devront être remis au plus tard le 31/11/2019 pour une publication du numéro en juin 2020.

Les articles seront évalués en double-aveugle.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter le secrétariat d’édition : antoine.dauphragne@parisnanterre.fr

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir, parmi d’autres, Pouchelle Marie-Christine, « Voyants, magnétiseurs et l’espace du sacré. Deux cas, deux itinéraires », Autrement, 15, 1978, p. 108-120; Schneider Nicola, « Challenges and Achievements in the Live of a Tibetan Lama Who Became and Electrician: The Fifth Dragkar Lama », in Herrou Adeline (ed.), The Everyday Practice of Chinese Religions: Elder Masters and the Younger Generations in Contemporary China, London, Routledge, à paraître 2020, ou encore Esquerre Arnaud, Prédire. L’astrologie au XXIème siècle en France, Paris, Fayard, 2013.

2 Piette Albert, La religion de près. La religion en train de se faire, Paris, Métailié, 1999.

3 Prévôt Nicolas, Jouer avec les dieux. Chronique ethnomusicologique d’un rituel annuel de village au Bastar, Chhattisgarh, Inde centrale, Thèse de doctorat, Université Paris Nanterre, 2005.

4 Lovheim Mia, « Une voix à elles : jeunes, musulmanes et blogueuses », in Duteil Ogata Fabienne, Jonveaux Isabelle, Kuczynski Liliane et Nizard Sophie (eds.) Le religieux sur internet, Paris, L’harmattan, 2015, p. 299-319.

5 Herrou Adeline (éd.) Une journée dans une vie. Une vie dans une journée. Des ascètes et des moines aujourd’hui, Paris, PUF, 2018.

6 Et de ce que Françoise Champion appelle la nébuleuse mystique-ésotérique : Champion Françoise, « La nébuleuse mystique-ésotérique. Orientations psycho-religieuses des courants mystiques et ésotériques contemporains », in Champion Françoise et Hervieu-Léger Danièle (éds.), De l'émotion en religion. Renouveaux et traditions, Paris, Le Centurion, 1990, p. 17-69.

7 Berthier Brigitte, « Une journée de Perle d’Abondance, déesse à mi-temps », Aujourd’hui la Chine, 36, 1985, p. 28‑29.

8 Pédron-Colombani Sylvie, « The journey of San Simón from Guatemala to the United States: processes of reappropriation of a popular saint of Guatemala », in Gutiérrez Zúñiga Cristina, Renée de la Torre, Nahayeilli Juárez Huet (eds.) New Age in latin America. Popular variations and ethnics appropriations, Boston, BRILL editions, 2016, p. 197-217.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals