Navigation – Plan du site
Dossier

Enquêter sur le parti Russie unie : de la défiance politique à l’illégitimité scientifique ?

L’apport critique de l’étude des objets antipathiques
Clémentine Fauconnier

Résumés

L’analyse porte sur Russie unie, parti politique hégémonique créé en 2001 pour soutenir Vladimir Poutine. L’objet de cette contribution est de montrer la façon dont l’étude de ce type d’objet, « antipathique » et souvent considéré comme illégitime, est porteuse d’une charge critique importante en invitant à revisiter les paradigmes à la disposition des chercheurs. Elle s’attachera notamment à montrer comment la préparation et la conduite du terrain, auprès d’enquêtés eux aussi souvent dans une posture de défiance face à l’enquêteur, implique dès le début de l’analyse un travail de dénaturalisation d’un certain nombre de notions et de concepts ainsi qu’une attention particulière à la configuration sociale et politique différente du contexte dans lequel ils s’inscrivent. Il s’agira alors de restituer le terrain sans sympathie comme une expérience de décentrement – scientifique, mais aussi, politique, social, personnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Boumaza Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en “milieu extrême”. Une enquête au Front nat (...)
  • 2 Harding Susan, "Representing Fundamentalism: The Problem of the Repugnant Cultural Other", Social R (...)

1Certains terrains nécessitent un travail de mise à distance lorsqu’il existe une proximité sociale, idéologique ou même affective importante entre l’enquêteur et ses enquêtés. À l’inverse, l’étude des mouvements exaltant la violence physique et le racisme place d’emblée les chercheurs dans des situations difficiles voire parfois dangereuses. Leur positionnement politique vis-à-vis de ces objets demeure en revanche la plupart du temps sans ambigüités, du moins aux yeux de leurs pairs. Le parti politique Russie unie relève d’une troisième catégorie : si l’enquête de terrain qui lui est associée ne peut être qualifié d’« extrême1 » ni les enquêtés de « répugnants2 », la conduite d’une recherche sur un tel objet présente un certain nombre de difficultés spécifiques.

  • 3 L’opposant Alexei Navalny est à l’origine de cette expression qui a ensuite constitué l’un des prin (...)
  • 4 Ce décalage existe dès le début des années 2000 mais tend à s’accentuer, atteignant un rapport du s (...)

2Créé en 2001 pour soutenir Vladimir Poutine qui vient alors tout juste d’accéder à la présidence, Russie unie devient rapidement un parti ultra-dominant à tous les niveaux du pouvoir. En 2018, il détient plus des trois quarts des sièges à la Douma – chambre basse du parlement russe – et 80 % des mandats électifs dans les régions. Couramment désigné par une partie de la population comme étant le « parti des escrocs et des voleurs3 », il apparaît comme l’un des rouages d’un système reposant sur la corruption, la fraude électorale et la coercition. Si le degré de violence politique est, certes, bien inférieur à celui de l’époque soviétique, il place néanmoins tout opposant au régime dans une situation de vulnérabilité, légale et parfois physique. Dans un contexte marqué par la concentration du pouvoir autour de la personnalité de Vladimir Poutine et de la verticale administrative, il existe en outre un décalage important entre le poids électoral écrasant de Russie unie et son faible poids politique. Alors qu’il bénéficie du statut de « leader » du parti, Vladimir Poutine a toujours refusé d’en être membre, sa base électorale étant en outre bien plus étendue que celle de Russie unie4.

  • 5 « "Edinaïa Rossia" : est’ takaïa partia ? » [Russie unie : il existe un tel parti ?], introduction (...)
  • 6 Golosov Grigori, Demokratia v Rossii : instrouktsia po sborke [La démocratie en Russie, instruction (...)

3Perçu comme un instrument sans réelle autonomie, influence ou ancrage social, beaucoup considèrent que Russie unie n’est « pas un parti5 ». Cette situation paradoxale suscite alors une forme de défiance. Le parti devient un objet non seulement antipathique politiquement, mais aussi en partie illégitime comme sujet d’étude. S’y intéresser relèverait alors scientifiquement du contresens, politiquement de la complicité – par connivence ou naïveté – de la stratégie de faux-semblants du Kremlin. Le chercheur octroierait ainsi une légitimité scientifique à des actions orchestrées par les dirigeants du pouvoir exécutif afin de donner l’illusion d’une vie politique partisane et mieux dissimuler la réalité autocratique du pouvoir russe. Pour autant la dénonciation de ces « imitations6 » laisse dans l’ombre de nombreuses questions sur la mise en place de ces opérations, les investissements – politiques, professionnels, personnels – des acteurs qui y prennent part ainsi que leurs effets.

  • 7 Ce qui rejoint l’expérience d’autres chercheuses travaillant sur les droites française et italienne (...)
  • 8 Échange avec des sociologues et politistes russes.

4Prendre au sérieux un objet comme Russie unie sans annoncer clairement qu’on l’étudie pour le dénoncer et dénoncer le régime dans lequel il s’inscrit suscite alors rapidement une forme de suspicion. Parmi mes collègues en France, celle-ci visait surtout mes propres orientations politiques – « et toi politiquement tu te situes où7 ? » – le parti se définissant lui-même comme de centre-droite et conservateur. En Russie, c’est plutôt à mon statut d’étrangère qu’on me renvoyait : « Quand vous dites “parti” pour Russie unie, c’est au sens classique du terme ? Ce n’est pas comme chez vous. Ce n’est pas un parti politique comme en France8 ». Ces questions, en particulier leur caractère répétitif et à la fin prévisible, ont attiré mon attention sur la dimension normative et finaliste des définitions qui étaient alors données à la notion de parti politique.

  • 9 Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeu (...)
  • 10 Fretel Julien, Lefebvre Rémi, « Retour sur un lieu commun historiographique : la faiblesse des part (...)
  • 11 Bargel Lucie, Dechezelles Stéphanie, « L'engagement dans des partis politiques de droite », Revue f (...)

5Plusieurs chercheurs, travaillant notamment sur la droite gouvernementale, en France et ailleurs, ont relevé ce glissement de l’antipathie pour certains objets à leur disqualification scientifique. A l’hypothèse selon laquelle on travaille moins sur les partis de droite par manque d’affinité idéologique, ou de conditions d’enquête moins aisées9, s’ajoute l’idée que ces organisations offrent a priori moins de possibilités d’appliquer les outils conceptuels existant et peuvent alors être des objets moins stimulants. Or ces outils conceptuels eux-mêmes sont le fruit d’un certain nombre de biais et de préférences. C’est ainsi que le Parti communiste français a constitué « une référence constante explicite parfois, le plus souvent implicite, des travaux sur les partis politiques10 » et fait l’objet d’un nombre de publications particulièrement élevé. Cette attention portée sur une organisation, qui était par ailleurs une exception dans le paysage politique français aussi bien du point de vue de son organisation que de sa situation nationale et internationale, a eu une incidence sur les outils conceptuels utilisés pour l’étude des partis en général qui, de fait, ont été forgés à partir de l’étude d’une minorité d’organisations. Les autres, parfois qualifiés de « non-partis11 », se voient alors considérés par défaut sous l’angle de la faiblesse, de l’insuffisance et finalement comme des objets d’étude illégitimes.

6L’étude d’un objet antipathique est donc porteuse d’une charge critique importante en ce qu’elle permet de revisiter les paradigmes et concepts à la disposition des chercheurs. Dans le cas de Russie unie, une telle démarche implique de considérer comme insatisfaisante la réponse selon laquelle la dissociation manifeste entre les objectifs affichés et les activités menées au sein du parti réduirait ces dernières à des mascarades conduites exclusivement par le haut et exécutées par des individus qui agiraient en toute connaissance de cause comme des comédiens. Elle conduit à l’inverse à voir dans ces opérations le résultat d’un processus de fabrication partisane spécifique qu’il convient d’étudier comme un objet à part entière.

  • 12 Nikolski Véra, « La valeur heuristique de l’empathie dans l’étude des engagements « répugnants » », (...)

7Pour cela l’enquête qualitative, et les difficultés qu’elle pose, sont particulièrement heuristiques. La question de l’antipathie potentielle des enquêtés se pose dès l’entrée sur le terrain et contraint fortement la conduite ultérieure de l’enquête tout en révélant des spécificités de l’objet de recherche. Elle implique un jeu sur les propriétés sociales d’un enquêteur « exotique12 » afin d’établir une relation d’empathie interpersonnelle propice à la conduite d’entretiens et d’observations. L’établissement de la relation d’enquête accompagne alors un travail de dénaturalisation d’un certain nombre de notions et de concepts et incite à porter une attention particulière à la configuration sociale et politique différente dans laquelle les acteurs évoluent. Cette expérience réflexive du terrain permet alors de repenser de façon décentrée la relation entre un dirigeant et la majorité qui le soutient ainsi que les formes partisanes auxquelles cette situation donne lieu.

I Distance et difficulté d’accès au terrain : les contraintes éclairantes d’un terrain sans sympathie

8Connaissance préalable de l’objet, sensation de proximité, perspective d’un accès facilité au terrain : les sentiments positifs qu’un enquêteur peut nourrir a priori vis-à-vis de ses enquêtés accompagnent un certain nombre de présupposés que la conduite d’un terrain sans sympathie questionne directement. Ce faisant, ils laissent envisager au moment de l’entrée sur le terrain une gamme de possibilité très large quant aux affects pouvant entrer en jeu : de l’hostilité à l’indifférence en passant par la méfiance ou encore la curiosité. Si cette distance rend plus délicate et incertaine l’accès à l’objet de recherche, elle permet de faire des modalités de l’établissement de la relation d’enquête une source d’investigation précieuse.

1) Anticiper l’hostilité des enquêtés

  • 13 Comme l’écrivent Carole Bachelot, Hélène Combes, Stéphanie Dechezelles, Florence Haegel et Catherin (...)
  • 14 Dans le cadre de son enquête comparative dans les organisations de jeunesse de l’UMP et du PS, Luci (...)

9La distance, en l’occurrence non pas seulement géographique et culturelle mais aussi sociale et idéologique qui me séparait des représentants de Russie unie me plaçait d’emblée face à une double contrainte. Il fallait en effet trouver le moyen d’entrer en contact avec des personnes éloignées de mon environnement habituel, sans pouvoir anticiper les réactions que susciterait ma démarche auprès d’acteurs impliqués dans un parti politique soutenant les dirigeants d’un système non-compétitif. Française, n’ayant jamais milité dans un parti, essayé ou même rêvé d’occuper une fonction élective, mes enquêtés m’étaient presque aussi exotiques que je l’étais pour eux et ne suscitaient pas en moi a priori d’affects particulièrement fort, si ce n’est de la curiosité. Il serait cependant inexact de dire que cette situation de dépaysement auprès des représentants de Russie unie était exempte de toute prénotion. Mes séjours antérieurs en Russie, les liens amicaux créés à cette occasion et le milieu socioprofessionnel dans lequel j’évoluais, m’inclinaient à me sentir plus proche des représentants de l’opposition dite démocrate. Cette distance idéologique empêche alors le chevauchement partiel entre des activités de recherches et des activités militantes13 qui, s’il nécessite par la suite un travail de mise à distance, permet un accès plus approfondi au terrain14. De même, en l’absence d’expérience empirique préalable de l’objet, rien ne permettait a priori d’exclure complètement que cette distance risquait également de me mettre en porte à faux face à mes futurs enquêtés voire, au pire, de compromettre ma présence même sur le territoire russe.

  • 15 Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. A p (...)
  • 16 L’enquête de terrain s’est déroulée entre 2009 et 2012. L’annexion de la Crimée par l’Etat russe en (...)
  • 17 Raviot Jean-Robert, "Moscou et la question démocratique : mythes et réalités de la nouvelle guerre (...)

10Rencontrer des représentants de Russie unie s’annonçait ainsi une tâche ardue, comme en témoignait l’expérience de plusieurs de mes collègues russes et français. À la difficulté de rencontrer des « imposants15 », liés au parti au pouvoir, cumulant plusieurs responsabilités et auxquels ma recherche était a priori peu susceptible d’apporter quelque chose, s’ajoutait, en effet, le fait d’être une enquêtrice étrangère dans un contexte sensible. Au moment de mon enquête, au tournant des années 2010, la vague de « révolutions de couleur » dans l’espace postcommuniste et notamment dans d’anciennes républiques soviétiques quelques années auparavant avait en effet contribué à tendre les relations entre la Russie et l’Ouest en général16. Les cercles de pouvoir russes ont considéré les mouvements de protestation populaire contre des élections manifestement frauduleuses et finalement le remplacement de dirigeants pro-russe par des pro-occidentaux comme la manifestation d’une ingérence occidentale dans les affaires internes de ces pays et une volonté directe de fragiliser la Russie17. Surtout le spectre d’une possible révolution de couleur organisée en Russie a constitué un thème récurrent des discours des dirigeants russes et des représentants de Russie unie à partir de la seconde moitié des années 2000. L’enquête d’une chercheuse française sur le parti du pouvoir pouvait ainsi d’emblée apparaître suspecte et susciter la méfiance voire l’hostilité auprès de mes futurs enquêtés.

  • 18 Boumaza Magali, Campana Aurélie, « Enquêter en milieu “difficile”. Introduction », Revue française (...)
  • 19 Ce qui n’est pas le cas de la région du Caucase Nord, au sud de la Russie.

11S’il est nécessaire d’appréhender la difficulté d’une enquête en prenant en compte les caractéristiques sociales du chercheur, Magali Boumaza et Aurélie Campana soulignent néanmoins une catégorie spécifique de terrains où « la difficulté apparaît comme évidente, voire inhérente à l’objet » et citent notamment « les zones de conflits, les espaces dangereux, violents (ghettos, camps de réfugiés), mais aussi les populations marginalisées et/ou stigmatisées18 ». L’enquête auprès des représentants de Russie unie ne relève pas de cette définition du « terrain difficile ». Tout d’abord la Russie occidentale où j’ai effectué mes séjours de recherche est une zone pacifiée19 et mes enquêtés, représentants du parti au pouvoir, sont dans la plupart des cas des individus bien intégrés socialement.

  • 20 Reporters sans frontière classe la situation des journalistes en Russie dans la catégorie « diffici (...)
  • 21 Avec le cas de l’agression à Moscou de la sociologue française Carine Clément en novembre 2008 : ht (...)
  • 22 Bogdanova Elena Gabowitsch Mischa, “The Russian Field: Views from Abroad. Introduction”, Laboratori (...)
  • 23 Pour citer l’expression d’Olivier Grosjean, Grosjean Olivier, " Les aléas d’un terrain comme révéla (...)

12Néanmoins la conduite d’investigations en Russie dans des domaines touchant à l’État et au pouvoir demeure un contexte potentiellement dangereux, aussi bien pour les journalistes20 que pour les chercheurs, y compris étrangers21, durant les années où j’ai effectué mon enquête22. Afin d’éviter, autant que possible, d’être prise en flagrant délit de duplicité et de perdre la confiance de mes enquêtés, je m’étais efforcée dès le départ d’adopter une stratégie prudente, en présentant mes recherches de la façon la plus transparente possible, en évitant de mentir ouvertement sur mes actions comme sur mes propres opinions ou encore en m’abstenant d’être présente à certains événements militants dirigés contre les actions des dirigeants russes. De même, j’ai évité les thèmes qui me semblaient a priori risqués, comme les questions touchant au financement du parti ou à l’usage du label partisan dans les milieux d’affaires. La prudence a ainsi pleinement participé au processus de construction de l’objet tout comme les aléas du terrain23 qui ont au fur et à mesure de mon enquête contribué à en révéler des caractéristiques.

2) Les aléas du terrain comme révélateurs des spécificités de l’objet de recherche

  • 24 Fretel Julien, » L’UDF au prisme du jeu d’échelle », in Haegel Florence (dir), Partis politiques et (...)

13L’enquête de terrain s’est déroulée dans trois villes différentes : à Moscou, la capitale, à Saint Pétersbourg, seconde ville de Russie et à Veliky Novgorod, capitale administrative de la région de Novgorod, peuplée d’un peu plus de 200.000 habitants et située à 167 kilomètres au sud-est de Saint-Pétersbourg. Ce choix découle tout d’abord de la démarche adoptée pour étudier Russie unie. Envisager le processus de fabrication partisane implique, en effet, tout d’abord de faire varier les échelles24 afin d’envisager les différents niveaux de pouvoir – national, régional et local – au sein du parti ainsi que les relations entre eux. Les aléas du terrain et la difficulté d’accès à certains enquêtés, notamment à Moscou n’a fait que renforcer ce choix initial tout en permettant de révéler les spécificités et la diversité interne de mon objet de recherche.

  • 25 Whyte William F., Street Corner Society : la structure sociale d’un quartier italo-américain (1943) (...)

14Les premiers séjours à Moscou ont rapidement révélé les difficultés d’accès au terrain où je n’ai pu rencontrer dans un premier temps que des experts, sans qu’une recommandation aboutisse et me permette de rencontrer des représentants du parti – aussi bien au niveau national qu’à celui de la représentation municipale du parti. À Veliky Novgorod tout comme à Saint-Pétersbourg, l’accès aux enquêtés a été bien plus rapide et aisé. Dans les deux cas, j’avais des « alliés25 » – l’un travaillant dans l’administration de la ville, l’autre étant avocate liée à de nombreux députés d’opposition à Saint-Pétersbourg – qui ont accepté de me mettre en relation avec leurs collègues de Russie unie. Si l’aide de ces intermédiaires a été précieuse, elle n’explique cependant pas à elle seule la différence d’accès au terrain entre Moscou et les deux autres villes. J’avais au départ autant d’alliés potentiels dans la capitale russe mais leurs relations et leur volonté manifeste de m’aider n’ont cependant pas été suffisantes pour m’ouvrir les portes de la représentation du parti à Moscou au niveau régional et local. De même, l’effet dit « boule de neige » m’a rapidement permis à Veliky Novgorod comme à Saint-Pétersbourg de faire en sorte que la plupart de mes enquêtés acceptent de me recommander parfois bien au-delà des appartenances idéologiques et partisanes.

  • 26 Voir sous-partie suivante.

15À Moscou, c’est finalement un mail envoyé au Centre de la politique sociale conservatrice (CSKP), le think-tank officiel de Russie unie chargé de la définition et de la diffusion de l’idéologie du parti ainsi que de l’organisation des débats intra-partisans, qui a obtenu une réponse et ouvert la piste la plus fructueuse. Après un premier entretien avec le responsable de la communication du CSKP, j’ai pu assister à plusieurs des débats organisés dans le lieu jusqu’à ce qu’une responsable vienne me proposer de participer à l’un des stages qu’elle s’apprêtait à organiser26. Les recommandations que j’ai obtenues tardivement à Moscou par le biais d’anciens participants aux stages du CSKP ont été plus rares et généralement moins fructueuses. J’ai ainsi avant tout pu enquêter auprès des représentants du CSKP et de leurs collègues les plus proches et constater que ce réseau, bien que relativement étendu avait des frontières assez nettes. En dehors de ce milieu, les difficultés pour rencontrer les acteurs étaient les mêmes.

16Cette situation révèle ainsi une particularité du terrain moscovite caractérisé par l’éclatement des acteurs travaillant au niveau fédéral pour ou auprès de Russie unie en différents petits groupes distincts les uns des autres et qu’aucun événement fédérateur, dispositif participatif, enjeu particulier ou sentiment d’appartenance commune à l’organisation partisane ne semblait rapprocher particulièrement. Ailleurs, la facilité et la proximité apparente entre les élus et représentants de l’opposition et Russie unie à Veliky Novgorod comme à Saint-Pétersbourg a plutôt montré la relative faiblesse d’un label partisan vieux d’une dizaine d’années face à des amitiés ou des relations construites de longue date.

17Cette entrée contrastée fait alors apparaître les différentes logiques à l’œuvre dans l’accès ou non aux enquêtés. Elle permet notamment de relativiser – dans le cadre d’un terrain conduit prudemment avec les précautions citées plus haut – l’hypothèse d’une hostilité ou même d’une forte méfiance des enquêtés. En outre elle permet de révéler des particularités de l’objet – contraste entre niveau fédéral et régional, faiblesse des réseaux partisans, fonctionnement particulier du CSKP – qu’un accès plus direct aurait sans doute moins mis au jour. Le choix également de ne pas faire de demande officielle d’autorisation d’enquête auprès de la direction du parti afin d’éviter la fermeture totale du terrain qu’aurait occasionné un refus en investissant plutôt sur les recommandations au cas par cas a révélé le fonctionnement relativement éclaté de l’organisation. Derrière une façade apparemment monolithique et centralisée, souvent considérée comme très fermée, la multiplication des points d’entrée montre, en effet, aussi bien la multiplicité des réseaux internes que la relative porosité des frontières partisanes avec des milieux d’interconnaissance construits davantage sur des liens personnels, professionnels ou géographiques antérieurs. Cet accès différencié au terrain – selon l’existence ou non de relais – montre également l’absence de prise en charge automatique et bureaucratisée des enquêteurs potentiels.

18À cette fragmentation des réseaux répond également une fragmentation de la vie partisane elle-même. Les entretiens ont ainsi fait apparaître une méconnaissance et un faible intérêt de la plupart des enquêtés pour les grands évènements et dispositifs mis en place au sein du parti. Ainsi beaucoup des acteurs interrogés étaient assez peu au courant des initiatives visant à définir Russie unie comme un parti conservateur – création du CSKP, mise en place de débats intra-partisans. Quand je leur demandais leur positionnement sur la construction idéologique du parti, ils répondaient souvent qu’il fallait « adresser ces questions à ceux qui étaient spécialisés dans ces activités ». Il a été ainsi presque impossible dans les entretiens de percevoir ce qui dans leur implication dans le parti pouvait relever d’un engagement. À l’inverse, la plupart des élus et cadres interrogés minimisaient l’importance du label partisan au profit d’une présentation de leurs activités beaucoup plus axée sur leur carrière professionnelle – ou éventuellement l’intérêt pour la chose publique – dans le cadre d’une organisation aux fonctions très différenciées.

3) Se maintenir sur le terrain : l’observation semi-participante

  • 27 J’ai participé à la 6e et la 8e édition de l’Ecole de la politique russe, en juin 2010 et février 2 (...)

19L’invitation à participer aux stages organisés par le CSKP m’a donné la possibilité d’ajouter des observations semi-participantes à mon dispositif d’enquête. L’École de la politique russe (chkola rossiïskoï politiki) se présente comme une formation intensive, gratuite, d’une dizaine de jours au cours de laquelle des étudiants et jeunes diplômés peuvent s’informer sur le travail accompli par le CSKP, notamment le travail de définition du « conservatisme » comme idéologie de Russie unie. Si l’école est ouverte à tous indépendamment des appartenances politiques, sous réserve de sélection après un entretien avec la responsable, il s’avère que parmi la vingtaine de jeunes gens, un grand nombre étaient des représentants de la Jeune Garde (Molodaia gvardia), organisation de jeunesse liée à Russie unie dont certains détenaient déjà un mandat électif local. Ma participation à l’École, à deux reprises27, m’a alors permis de rencontrer des jeunes représentants de Russie unie dans des conditions favorables puisque, ayant été conviée par la responsable du stage, je n’étais plus uniquement considérée comme une enquêtrice totalement étrangère au parti mais l’une des stagiaires.

20De même, le stage a été l’occasion de rencontrer une vingtaine de hauts responsables de Russie unie, notamment des députés à la Douma. Le stage était en effet organisé autour de quatre ou cinq rencontres par jour avec des représentants du monde politique, majoritairement liés à Russie unie mais aussi à l’opposition parlementaire. Les rencontres s’effectuaient parfois directement à la Douma, la chambre basse du parlement russe et le plus souvent dans les locaux du CSKP. Chaque rencontre commençait généralement par une présentation de l’invité sur le thème de son choix, souvent lié au conservatisme, suivie de questions et d’échanges avec les participants et, une fois l’invité parti, d’un débriefing avec la responsable du stage. La participation à ce stage m’a donc permis de poser des questions à des acteurs auxquels, je l’avais compris entretemps, je n’aurais certainement pas pu avoir accès autrement.

  • 28 Hastings Michel, » Partis politiques et Administration du sens », in Andolfatto Dominique, Greffet (...)
  • 29 Ibid. p. 22.

21Pour les raisons citées plus haut, on ne peut pas qualifier ces échanges d’« entretiens ». Le format de ces rencontres a, en revanche, constitué un format particulièrement intéressant pour effectuer des observations. Je pouvais en effet suivre les échanges entre des hauts responsables de Russie unie et des jeunes souvent liés au parti et désireux de suivre une carrière politique ainsi que les interactions entre les participants du stage et la responsable. Les nombreux conseils qu’elle donnait aux participants, les commentaires qu’elle leur faisait sur leur conduite durant les rencontres, ont attiré mon attention sur la façon dont ce stage visait non seulement à faire l’éducation politique de ses participants mais aussi leur éducation tout court. La volonté affichée par l’organisatrice du stage et les dirigeants du CSKP de promouvoir auprès des participants le travail accompli au sein du parti autour de la notion de conservatisme mais aussi à cette occasion de diffuser des valeurs et des normes de comportement m’a alors encouragée à appréhender les propriétés institutionnelles de Russie unie et la façon dont, dans ces circonstances, certaines instances liées aux partis cherchaient à se constituer comme des « institutions de sens28 », délivrant « des manières de penser autant que des manières d’agir29 ».

22Ainsi tout comme les contraintes de l’accès au terrain ont directement participé de la construction de l’objet de recherche, l’établissement des relations d’enquête ainsi que les réactions contrastées de mes interlocuteurs ont rapidement donné à voir certaines de ses spécificités.

II Le jeu sur les propriétés sociales de l’enquêteur : la création d’une relation d’empathie

23L’établissement de relations plus durables avec mes enquêtés dans le cadre d’une observation semi-participante a impliqué de gérer, de façon plus aiguë, la potentielle antipathie qui pouvait surgir entre nous. Le jeu avec les propriétés sociales de l’enquêteur vise à comprendre, par tâtonnements, sur quels fondements une relation d’empathie, nécessaire à l’enquête, peut s’établir. Les caractéristiques qui se trouveront valorisées sont alors riches d’enseignements sur les valeurs, les croyances, les normes de comportements produites dans le cadre du CSKP.

1) Des vertus des caractéristiques sociales peu valorisées

  • 30 Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. A p (...)

24En Russie comme en France, le fait d’être une femme et, au moment de l’enquête, une étudiante âgée de moins de 30 ans, ne sont pas a priori des caractéristiques qui permettent de la façon la plus évidente de « s’imposer à des imposants30 ». Pourtant, dans les conditions particulières de mon enquête, où le plus grand risque était pour moi, non pas de ne pas être prise au sérieux par mes interlocuteurs mais plutôt de susciter leur méfiance, ces deux caractéristiques se sont plutôt avérées des atouts. Elles m’ont permis de composer l’image d’une enquêtrice plutôt inoffensive là où le fait d’être un homme plus âgé aurait peut-être semblé plus suspect.

  • 31 Ibid., p. 127.
  • 32 Selon Howard Becker la « hiérarchie de la crédibilité », qui conduit l’enquêteur à accorder à ses e (...)

25Tout d’abord le fait d’être étudiante m’a permis de mener mes observations semi-participantes aux Écoles de la politique russe, pour lesquelles je correspondais à l’âge et au niveau d’éducation du public cible. Ensuite la présomption d’inoffensivité, liée au fait d’être une femme s’est manifestée dans certains comportement protecteurs, voire parfois condescendants, de la part d’enquêtés masculins et ce, de façon paradoxale, de la part des plus jeunes31. Elle ouvre également la voie à une forme de sociabilité féminine qui s’est avérée heuristique. Certes, à Russie unie comme dans les autres partis russes et français, les femmes sont moins nombreuses et ont moins tendance à occuper des postes à haute responsabilité et visibilité que les hommes. En revanche, tout ce qui relève du travail en coulisses – assistantes, secrétaires – est fortement féminisé et constitue un terrain d’investigation et d’observation tout aussi voire parfois plus fructueux que des entretiens avec les dirigeants eux-mêmes32. Ainsi au CSKP, à l’exception du directeur et du responsable de la communication, l’ensemble des autres salariés, y compris l’organisatrice des Écoles de la politique russe étaient des femmes. Celles-ci travaillaient toutes dans une même grande pièce. Mes visites régulières à ce collectif féminin étaient alors teintées d’un caractère informel et amical permis justement par le fait que nous étions entre nous. Alors que tout homme âgé de plus de 25 ans qui faisait son entrée sur les lieux était immédiatement traité en invité et se retrouvait au centre des attentions, j’étais une parmi d’autres et me fondais plus facilement dans les conversations et les plaisanteries. De la même façon à St Pétersbourg comme à Veliky Novgorod, les visites de courtoisie aux assistantes ou aux élues chargées de l’organisation des permanences parlementaires m’ont permis de me maintenir sur mon terrain et d’effectuer des observations.

26Cette inclusion dans un registre plus personnel ne signifiait pas forcément que le politique ne pouvait pas revenir dans la conversation par des chemins détournés. A l’automne 2011, c’est suite à une conversation sur les façons alternatives de remédier à divers problèmes de santé que l’organisatrice des Écoles de la politique russe m’a raconté à quel point elle avait été déçue du fait que les représentants du CSKP soient globalement marginalisés dans la campagne électorale pour les législatives de 2011 et qu’elle « en avait même été malade pendant un mois et demi ». Alors que depuis plusieurs semaines, je n’obtenais que des réponses très lisses et convenues à ce sujet, y compris de la part de cette enquêtée elle-même, les conditions informelles de notre discussion, le fait d’aborder la question après avoir évoqué des sujets de conversation plus quotidiens lui faisaient tenir face à moi un discours totalement différent. Ainsi le passage par un registre relationnel personnel, qu’accompagne une situation d’entre-soi féminin, ne signifie pas forcément l’exclusion hors du terrain politique. Au contraire, il l’aide parfois en permettant de recueillir de la part des acteurs une parole plus subjective et moins policée. Cet accès aux salariées de l’organisation, et non seulement ses dirigeants, dans des conditions informelles, et non en situation d’entretien, est alors particulièrement précieux dans un contexte où beaucoup de mes enquêtés, en particulier les élus ou ceux occupant des postes à responsabilité, avaient l’habitude de contrôler leur parole et avaient tendance à me tenir un discours très édulcoré.

2) Des vertus de l’exotisme

  • 33 Bachelot Carole, Combes Hélène, Dechezelles Stéphanie, Haegel Florence, Leclercq Catherine, » Les p (...)

27Les situations gênantes dans lesquelles je craignais de me trouver ont finalement été peu nombreuses. De façon quelque peu inattendue, mes enquêtés ne m’ont jamais posé de questions sur mes opinions politiques aussi bien en ce qui concerne la France que la Russie. De même, l’autre risque potentiellement couru était celui de l’instrumentalisation et que je fasse l’objet de demandes de la part de mes interlocuteurs que je ne puisse accepter pour des raisons éthiques ou idéologiques. Or, je n’ai pratiquement à aucun moment eu à faire face à ce type de dilemme, tout comme les résultats de mes recherches n’ont pas semblé susciter d’intérêt33.

  • 34 En général, l’organisatrice en présentant le groupe disait à l’invité : « Nous avons Paris ! » en m (...)
  • 35 Pour reprendre une expression entendue dans un couloir.

28La principale manifestation d’hostilité à laquelle j’ai fait face venait d’un petit groupe de stagiaires du CSKP, plusieurs d’entre eux m’appelant régulièrement l’« espionne » (chpionka) ou m’ignorant délibérément. Si ces attitudes visaient explicitement mon statut d’étrangère, je doute cependant qu’elle témoigne d’une réelle méfiance à mon égard. Dans un contexte où les encadrants du stage m’accueillaient de façon plutôt chaleureuse, me mettaient systématiquement en avant lors des rencontres avec les invités34 et cherchaient par ailleurs à créer un climat de compétition entre les différents participants de l’École, l’attention particulière dont la « chouchoute française35 » pouvait être l’objet constituait peut-être une forme de concurrence déloyale aux yeux de ces jeunes gens ambitieux et désireux de se faire remarquer.

  • 36 Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeu (...)

29 À ces rares exceptions près, mon exotisme a plutôt été un atout dans mes interactions avec mes enquêtés. Là où les chercheurs travaillant sur la droite en France indiquent que la perception par leurs enquêtés d’un milieu professionnel globalement à gauche suscite aussi une forme de défiance à leur égard36, mon statut de française précédait et éclipsait la plupart de mes autres caractéristiques sociales. En revanche, après un quiproquo, mes enquêtés au CSKP se sont persuadés que j’avais des origines russes blanches sans que je parvienne ensuite à les en dissuader. Les Russes blancs représentent cette partie de la population qui au moment de la Révolution russe ont pris le parti de la Russie impériale et monarchiste, avant pour beaucoup d’émigrer aux États-Unis, en Europe ou encore en Chine. Pour les acteurs du CSKP, qui considèrent de façon très positive les références à l’époque tsariste, cette attribution d’origines russes blanches permettait manifestement de résoudre l’anomalie que constituait à leurs yeux la présence parmi eux d’une enquêtrice française. Avec en outre une conception du conservatisme assimilée à un positionnement antirévolutionnaire, elle m’associait également à leur camp historique, idéologique et social.

  • 37 Boumaza Magali, Campana Aurélie, « Enquêter en milieu “difficile”. Introduction », op.cit., p. 14.
  • 38 Ce en quoi cette expérience diffère de plusieurs chercheurs qui lors de leur terrain dans des organ (...)

30Les études consacrées aux terrains difficiles évoquent l’importance d’un événement fondateur dans l’acceptation de l’enquêteur par le groupe37. Mon objet de recherche se prêtait assez peu aux expériences fortes en compagnie de mes enquêtés. Cependant le fait d’avoir fait le stage constituait aux yeux de la plupart des participants une expérience commune qui faisait qu’en dépit de mon exotisme, j’étais aussi devenue un peu des leurs. Lorsque, au printemps 2011, j’ai annoncé à l’organisatrice de l’École de la politique russe que j’avais obtenu une bourse de mobilité d’un an pour poursuivre mes recherches, celle-ci m’a félicitée avant de déclarer : « cela correspond tout à fait au but de notre École : aider les jeunes à se réaliser ». Pour ces acteurs qui présentent la réussite individuelle et la « réalisation de soi-même » comme des objectifs de toute première importance, ce modeste succès semblait témoigner à leurs yeux de mon adhésion et ma mise en pratique des valeurs qu’eux-mêmes défendent et entendent diffuser, et ce alors même qu’ils ne m’ont, par ailleurs, jamais interrogée sur mes opinions politiques38 ni sur mes positions quant aux différentes questions sociales auxquels eux-mêmes s’intéressent dans le cadre de leur promotion du conservatisme. Si cette absence d’intérêt m’a permis d’éviter de me retrouver dans des situations inconfortables, elle s’inscrit également dans le type de rapport aux idées en vigueur au sein du CSKP. Il s’agit moins en effet de discuter d’idées abstraites que de chercher à mettre en acte des valeurs associées au conservatisme – réalisation individuelle, famille, foi – à titre personnel tout d’abord et éventuellement, de façon très contrôlée, par le biais de projets.

3) Observer la fabrication du politique par le bas

31La formulation d’un projet personnel est, en effet, centrale pour les jeunes gens qui veulent participer à l’École de la politique russe : elle constitue l’un des principaux critères de sélection et, ensuite, l’un des principaux éléments de présentation de soi. Pour pouvoir suivre l’École de la politique russe, chaque participant doit au préalable écrire un essai de quatre pages dans lequel il présente un projet en rapport avec les thématiques du conservatisme russe. C’est sur la base de ce projet et à l’issue d’une rencontre avec la responsable de l’École que les candidats voient leur candidature retenue ou non. Il leur est ensuite demandé, lors du stage, de présenter leur projet à plusieurs reprises, notamment lors des rencontres avec les invités. Par la suite, l’organisatrice contrôle strictement qui, parmi les participants, peut être présent à tel ou tel événement ultérieur du CSKP. La logique n’est donc pas collective mais individuelle. L’organisatrice de l’école connaît le nom, la région d’origine, le parcours de chacun des participants à l’école et elle sélectionne ensuite ceux qui peuvent prendre part aux activités du CSKP selon l’intérêt de leur profil et leur comportement pendant l’École, comme l’indique la liste des anciens participants de l’École, agrémentée de remarques sur leur conduite durant le stage. Il est apparu rapidement que malgré les nombreuses injonctions incitant les participants à se faire remarquer, à être « actifs » et « entreprenants », les comportements plus réservés étaient en fait bien plus valorisés là où les stagiaires les plus extravertis et ceux qui cherchaient à se mettre en avant, se voyaient parfois très sèchement remis à leur place.

  • 39 Robert Cécile, « Les transformations managériales des activités politiques », Politix, n° 79/3, 200 (...)

32En ce sens, la valorisation d’un éthos entrepreneurial – associé à une rhétorique managériale particulièrement en vogue au sein du parti aux alentours des années 2010 – n’implique pas nécessairement la remise en cause des relations de hiérarchies. Au contraire, comme cela a pu être observé dans d’autres organisations partisanes en Europe occidentale, comme par exemple à l’UMP durant les années 200039, le recours à ce type de registre fait l’objet d’usages différenciés et accompagne en fait un mouvement de centralisation accrue des structures concernées en soumettant en outre les individus à des injonctions contradictoires.

33Ainsi le rôle ultérieur de ce projet personnel peut donner lieu à des malentendus entre les participants à l’école et le CSKP. Certains stagiaires – notamment ceux ayant une socialisation antérieure dans des associations ou syndicats étudiants – arrivent dans l’attente d’une réalisation effective de leur projet via le CSKP. Or il s’avère rapidement qu’il s’agit avant tout d’une modalité de présentation de soi, d’une façon de s’identifier et de se distinguer par rapport aux autres. Dans certains cas, minoritaires, les aspirations professionnelles d’un stagiaire peuvent faire l’objet d’une recommandation auprès d’un des invités. Ainsi l’une des participantes de la 6e édition de l’École, présentée comme aspirante entrepreneuse voulant ouvrir un restaurant à Moscou, s’est vue proposer un stage dans un établissement prestigieux par l’intermédiaire d’un député à la Douma après la rencontre avec celui-ci dans le cadre de l’école. Très mise en avant durant sa participation à l’École, la jeune femme fut ensuite régulièrement montrée en exemple dans les événements ultérieurs organisés par le CSKP. Son parcours permettait, en effet, de mettre en valeur l’un des objectifs proclamés de l’École de la politique russe qui est de mettre en relation des jeunes gens prometteurs, dans quelque domaine que ce soit, avec les bonnes personnes. Le but est, en effet, d’aider les jeunes à « se réaliser », et la logique, celle de la cooptation individuelle.

34L’observation semi-participante a permis de comprendre le décalage entre les différents objectifs des uns et des autres ainsi que les processus de réajustements au fil des jours et des semaines. Elle a également donné à voir la marginalisation rapide des discussions les plus théoriques sur le conservatisme au profit d’une incitation à incarner les valeurs associées : la famille, la foi, la réussite professionnelle et sociale. À la valorisation individuelle de ces comportements répond une réticence vis-à-vis des controverses au profit d’un discours unanimiste. Le fonctionnement et le développement du CSKP se distingue ainsi par une gestion qui vise à contrôler rigoureusement le nombre de ses participants et l’ampleur de ses projets. Si les thèmes sociétaux défendus par le centre peuvent susciter un certain écho dans la société et plus particulièrement dans la société civile, parmi les associations, les collaborations sont rares et prudentes. Elles peuvent ainsi donner lieu à l’invitation du représentant de telle ou telle association à faire un exposé à l’occasion d’un des événements du CSKP ou inversement, sans pour autant que ces liens aboutissent à un rapprochement durable et visible entre les organisations. Le fonctionnement relativement fermé du CSKP, qui s’appuie sur un réseau de personnes dont les liens interpersonnels existent de longue date et contrôle rigoureusement le recrutement de ses jeunes recrues, ne relève pas ainsi d’une insuffisance ou d’une incapacité à s’accroître mais d’une volonté délibérée de ne pas voir ses rangs grossir en englobant de façon massive les représentants de causes, proches de celles défendues par le CSKP.

35Virtualité et apolitisme sont deux caractéristiques fréquemment associées à Russie unie et qui, dans le même temps, le disqualifient presque aussi souvent comme objet de recherche. Son fonctionnement, marqué par la multiplication de projets contrôlés strictement par le haut depuis le sommet du pouvoir exécutif l’éloigne des formes partisanes classiquement les plus étudiées. Le bricolage aboutissant à la définition du parti comme conservateur et la relégation des activités doctrinales dans le cadre d’une organisation satellite comme le CSKP mettent également en déroute l’analyse des partis au prisme de leur idéologie. Fréquemment envisagé sous l’angle de l’exceptionnalité et de la faiblesse, Russie unie cumule les caractéristiques qui en font a priori un objet difficile à appréhender au prisme de la littérature sur les organisations partisanes. Pourtant l’analyse des principaux arguments généralement avancés pour le disqualifier révèle les attentes normatives qui pèsent sur l’étude des partis en général. Ces glissements d’une antipathie politique à la délégitimation scientifique aboutissent in fine à la marginalisation de beaucoup d’entre eux et ce, y compris pour les partis évoluant en contexte démocratique.

  • 40 Avanza Martina, « Plea for an Emic Approach Towards ‘Ugly Movements’: Lessons from the Divisions wi (...)
  • 41 Sean Roberts parle ainsi d’« hégémonie partisane virtuelle » pour évoquer le fonctionnement de Russ (...)
  • 42 Haegel Florence, « A la recherche de la "densité" des phénomènes organisationnels l'exemple du RPR  (...)

36Aux défis théoriques posés par l’objet et l’antipathie politique qu’il peut susciter auprès des chercheurs s’ajoutent les difficultés empiriques et la perspective d’une enquête délicate à conduire. Mais les contraintes du terrain, marqué lui aussi par la défiance possible des enquêtés à l’égard d’une chercheuse étrangère, permettent toutefois de révéler à la fois la configuration des rapports de force parmi les acteurs ainsi que leur rapport subjectif aux valeurs qu’ils entendent défendre. Elles participent ainsi pleinement de la construction de l’objet de recherche. La stratégie adoptée consistant à saisir le parti par ses marges – fédérations régionales, think-tank, projets à destination des jeunes – a ainsi été fructueuse à plusieurs égards. Elle encourage dès le départ à dépasser la façade monolithique et centralisée donnée par l’institution en prenant en compte la multiplicité des acteurs, des réseaux et des initiatives qui la font vivre40. La prise au sérieux de projets comme la mise en place du CSKP et les différentes activités qui s’y déroulent – couramment qualifiés de « virtuels41 », et disqualifiés par les chercheurs – invite à poser pleinement la question de la densité de l’institution partisane42 et d’analyser la coexistence, souvent dans une certaine ignorance réciproque, de milieux d’interconnaissance constitués et d’autres réseaux beaucoup plus lâches.

37Le jeu sur les propriétés sociales de l’enquêtrice que j’étais a aussi mis au jour certaines des préoccupations des représentants de Russie unie. Mon terrain est intervenu, en effet, à un moment où l’administration présidentielle investissait particulièrement sur les jeunes et multipliait les programmes à destination des 18-35 ans. Le travail effectué sur le conservatisme s’inscrivait dans une double logique de légitimation et de normalisation en se réclamant d’exemples étrangers notamment européens. Ainsi les nombreuses références positives au Général de Gaulle et les comparaisons souvent faites par les représentants de Russie unie avec le parti gaulliste m’ont aussi permis de présenter mon enquête sous un jour positif pour mes interlocuteurs. Enfin l’absence d’intérêt manifeste pour mes opinions politiques ou mes recherches au profit d’une assignation au statut de descendante de Russes blancs montre la priorité de préoccupations identitaires, historiques et sociales au détriment des questions plus abstraites et théoriques.

  • 43 Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeu (...)

38Le constat effectué que le CSKP, chargé d’effectuer le travail doctrinal afin de définir Russie unie comme un parti conservateur, ait des activités assez intensives entre les échéances électorales mais se voie marginalisé en période de campagne au profit d’un recentrage autour du soutien à Vladimir Poutine a, enfin, attiré mon attention sur l’économie générale du fonctionnement du parti ainsi que sur sa temporalité. L’observation de la frustration des acteurs impliqués puis l’analyse de leurs réactions face à cette situation – la loyauté ou la sortie, la protestation étant pour eux inconcevable – ainsi que les conclusions qu’ils tiraient de ces expériences a ainsi constitué un des objets centraux de ma recherche sur Russie unie : envisager le parti comme une institution ouverte43, étudier les modalités spécifiques de son emprise et inclure ce programme de recherche dans la problématique plus large posée par l’étude des partis du centre et de la droite.

  • 44 Pour ces deux catégories, le politiste Angelo Panebianco relève également le facteur décisif que co (...)
  • 45 Dolez Bernard, Fretel Julien, Lefebvre Rémi (dir.), L’entreprise Macron, Presses universitaires de (...)

39En ce sens, l’étude d’un objet comme Russie unie, considéré souvent comme peu attractif politiquement et scientifiquement, s’inscrit dans une démarche de mise à l’épreuve critique des catégories utilisées pour saisir le phénomène partisan, dans sa diversité et sa complexité. Il permet d’envisager la formation particulière de Russie unie non comme une exception ou l’unique manifestation du contexte non-compétitif dans lequel le parti évolue mais aussi comme une contribution à l’étude des organisations du centre ou de droite, des partis dits « charismatiques » et des partis « gouvernementaux », les trois étant souvent partiellement confondus44. En plus des tendances observées depuis plusieurs années de la disparition des partis de masse et de la présidentialisation de la vie politique, le bouleversement occasionné par l’élection d’Emmanuel Macron et le triomphe de La République en marche à l’assemblée rend d’autant plus incontournable la question de la formation par le haut de majorités présidentielles et invite alors à effectuer des comparaisons dans une perspective renouvelée45.

Haut de page

Bibliographie

Aït-Aoudia MyriamBachelot CaroleBargel LucieCombes HélèneDechezelles StéphanieEthuin NathalieHaegel FlorenceLeclercq CatherineMassicard ÉlisePetitfils Anne-Sophie, « Enquêter dans les partis politiques, perspectives comparées », dossier, Revue internationale de politique comparée, n° 17/4, 2010. 

Avanza Martina, « Plea for an Emic Approach Towards ‘Ugly Movements’ : Lessons from the Divisions within the Italian Pro-Life Movement », Politics and Governance, n° 6/3, 2018, p. 112-125.

Bachelot Carole, Combes Hélène, Dechezelles Stéphanie, Haegel Florence, Leclercq Catherine, » Les partis s’intéressent-ils à nos enquêtes ? Éléments comparatifs sur la réception des recherches sur les partis », Revue internationale de politique comparée, n° 17/4, 2010, p. 31-46.

Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeunesse de parti. Jeunes populaires (UMP) et Mouvement des jeunes socialistes (PS), thèse de doctorat en science politique, Paris 1, 2008.

Bargel Lucie, Dechezelles Stéphanie, « L'engagement dans des partis politiques de droite », Revue française de science politique, n° 59/1, 2009, p. 5-6. 

Becker Howard S., Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, traduit de l'anglais par Jacques Mailhos, Paris, La Découverte, 2002.

Bogdanova Elena Gabowitsch Mischa, “The Russian Field : Views from Abroad. Introduction”, Laboratorium, n° 1, 2011, p. 5-13. 

Boumaza Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en “milieu extrême”. Une enquête au Front national », Regards Sociologiques, n° 22, 2001, p. 105-121. 

BOUMAZA Magali, CAMPANA Aurélie, « Enquêter en milieu “difficile”. Introduction », Revue française de science politique, n° 57/1, p. 5-25.

Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. A propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n° 16, 1994, p. 114-132.

Cohen Samy (dir.) : L’art d’interviewer les dirigeants, paris, PUF, 1999.

Dobry Michel, « Les processus de transition à la démocratie », Cultures & Conflits, n° 17, 1995, p. 3-8.

Dolez Bernard, Fretel Julien, Lefebvre Rémi (dir.), L’entreprise Macron, Presses universitaires de Grenoble, 2019.

« "Edinaïa Rossia" : est’ takaïa partia ? » [Russie unie : il existe un tel parti ?], introduction au dossier spécial rédigée par la rédaction, Neprikosnovenny zapas, n° 53, 2007. 

Fretel Julien, » L’UDF au prisme du jeu d’échelle », in HAEGEL Florence (dir), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p.183-218.

Fretel Julien, Lefebvre Rémi, « Retour sur un lieu commun historiographique : la faiblesse des partis politiques en France », Journées d’études AFSP « Science politique et histoire », Paris, 2004. 

Golosov Grigori, Demokratia v Rossii : instrouktsia po sborke [La démocratie en Russie, instructions pour l’assemblage], Saint Pétersbourg, BKhV-Peterbourg, 2012.

Grosjean Olivier, " Les aléas d’un terrain comme révélateurs de sa structuration », Revue internationale de politique comparée, n° 17/4, 2010, p. 63-76. 

Haegel Florence, Les droites en fusion : transformations de l’UMP, Paris, Presses de Sciences po, 2012.

Haegel Florence, « A la recherche de la "densité" des phénomènes organisationnels l'exemple du RPR », in Andolfatto Dominique, Greffet Fabienne, Olivier Laurent (dir), Les partis politiques : quelles perspectives ?, Paris, L'Harmattan, 2001.

Harding Susan, "Representing Fundamentalism : The Problem of the Repugnant Cultural Other", Social Research, n° 58, n° 2, 1991, p. 373-393. 

Hastings Michel, » Partis politiques et Administration du sens », in Andolfatto Dominique, Greffet Fabienne, Olivier Laurent (dir), Les partis politiques : quelles perspectives ? Paris, L'Harmattan, 2001, p. 21-36. 

Nikolski Véra, « La valeur heuristique de l’empathie dans l’étude des engagements « répugnants » », Genèses, n° 84, 2011, p. 113-126.

Panebianco, Angelo, Political parties : organization and power, Cambridge, Cambridge University Press, 1988. 

Petitfils Anne-Sophie, Sociologie d’une mobilisation partisane managériale modernisatrice. Une approche contextualisée de la refondation de l’UMP (2004-2008), Thèse de doctorat en science politique, Université Lille 2, 2012.

Petitfils Anne-Sophie, « L'institution partisane à l'épreuve du management : rhétorique et pratiques managériales dans le recrutement des "nouveaux adhérents" au sein de l'Union pour un Mouvement Populaire (UMP) », Politix, n° 79/3, 2007, p. 53-76.

Raviot Jean-Robert, "Moscou et la question démocratique : mythes et réalités de la nouvelle guerre froide", Hérodote, n° 129, 2008, p. 193-209. 

Robert Cécile, « Les transformations managériales des activités politiques », Politix, n° 79/3, 2007, p. 7-23. 

Roberts Sean P., Putin's United Russia Party, New York, Routledge, 2012

Whyte William F., Street Corner Society : la structure sociale d’un quartier italo-américain (1943), traduit de l'anglais par Jacques Destrade, Monique Destrade, Suzy Guth, Jean Sevry, Danielle Vazeilles Paris, La Découverte, 1996. 

Haut de page

Notes

1 Boumaza Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en “milieu extrême”. Une enquête au Front national », Regards Sociologiques, n° 22, 2001, p. 105-121. 

2 Harding Susan, "Representing Fundamentalism: The Problem of the Repugnant Cultural Other", Social Research, n° 58, n° 2, 1991, p. 373-393. 

3 L’opposant Alexei Navalny est à l’origine de cette expression qui a ensuite constitué l’un des principaux slogans de l’important mouvement de protestation contre les fraudes électorales de l’hiver 2012.

4 Ce décalage existe dès le début des années 2000 mais tend à s’accentuer, atteignant un rapport du simple au double lors des derniers scrutins. Ainsi, aux élections législatives de 2016, 28 millions de citoyens ont voté pour Russie unie contre 56 millions en faveur de Vladimir Poutine à la présidentielle de 2018

5 « "Edinaïa Rossia" : est’ takaïa partia ? » [Russie unie : il existe un tel parti ?], introduction au dossier spécial rédigée par la rédaction, Neprikosnovenny zapas, n° 53, 2007. 

6 Golosov Grigori, Demokratia v Rossii : instrouktsia po sborke [La démocratie en Russie, instructions pour l’assemblage], Saint Pétersbourg, BKhV-Peterbourg, 2012, p. 68.

7 Ce qui rejoint l’expérience d’autres chercheuses travaillant sur les droites française et italienne, Bachelot Carole, Combes Hélène, Dechezelles Stéphanie, Haegel Florence, Leclercq Catherine, » Les partis s’intéressent-ils à nos enquêtes ? Éléments comparatifs sur la réception des recherches sur les partis », Revue internationale de politique comparée, n° 17/4, 2010, p. 40-41.

8 Échange avec des sociologues et politistes russes.

9 Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeunesse de parti. Jeunes populaires (UMP) et Mouvement des jeunes socialistes (PS), thèse de doctorat en science politique, Paris 1, 2008, p. 67-68 ; Haegel Florence, Les droites en fusion : transformations de l’UMP, Paris, Presses de Sciences po, 2012, p. 21 ; Petitfils Anne-Sophie, Sociologie d’une mobilisation partisane managériale modernisatrice. Une approche contextualisée de la refondation de l’UMP (2004-2008), Thèse de doctorat en science politique, Université Lille 2, 2012, p. 60-62

10 Fretel Julien, Lefebvre Rémi, « Retour sur un lieu commun historiographique : la faiblesse des partis politiques en France », Journées d’études AFSP « Science politique et histoire », Paris, 2004, p. 24.

11 Bargel Lucie, Dechezelles Stéphanie, « L'engagement dans des partis politiques de droite », Revue française de science politique, n° 59/1, 2009, p. 5-6. 

12 Nikolski Véra, « La valeur heuristique de l’empathie dans l’étude des engagements « répugnants » », Genèses, n° 84, 2011, p. 113-126.

13 Comme l’écrivent Carole Bachelot, Hélène Combes, Stéphanie Dechezelles, Florence Haegel et Catherine Leclercq : « En France, de nombreux chercheurs ont travaillé sur des partis dont ils se sentaient proches, ou dans lesquels ils ont été engagés à un titre ou à un autre », Bachelot Carole, Combes Hélène, Dechezelles Stéphanie, Haegel Florence, Leclercq Catherine, » Les partis s’intéressent-ils à nos enquêtes ? Éléments comparatifs sur la réception des recherches sur les partis », op.cit., p. 40.

14 Dans le cadre de son enquête comparative dans les organisations de jeunesse de l’UMP et du PS, Lucie Bargel montre l’asymétrie entre la situation où elle est en position de donner ouvertement des gages de sympathie aux représentants du MJS et celle où elle demeure dans un statut de neutralité, « moins efficace en termes d’accès au terrain », à l’UMP, Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeunesse de parti. Jeunes populaires (UMP) et Mouvement des jeunes socialistes (PS), op.cit., p. 67.

15 Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. A propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n° 16, 1994, p. 114-132 ; Cohen Samy (dir.) : L’art d’interviewer les dirigeants, paris, PUF, 1999.

16 L’enquête de terrain s’est déroulée entre 2009 et 2012. L’annexion de la Crimée par l’Etat russe en mars 2014 et les sanctions imposées ensuite par l’Union Européenne et les États-Unis ont depuis encore aggravé ces tensions.

17 Raviot Jean-Robert, "Moscou et la question démocratique : mythes et réalités de la nouvelle guerre froide", Hérodote, n° 129, 2008, p. 193-209.

18 Boumaza Magali, Campana Aurélie, « Enquêter en milieu “difficile”. Introduction », Revue française de science politique, n° 57/1, p. 7-10.

19 Ce qui n’est pas le cas de la région du Caucase Nord, au sud de la Russie.

20 Reporters sans frontière classe la situation des journalistes en Russie dans la catégorie « difficile », https://rsf.org/fr/classement (consulté le 21/09/18).

21 Avec le cas de l’agression à Moscou de la sociologue française Carine Clément en novembre 2008 : https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-11-21-Carine-Clement.

22 Bogdanova Elena Gabowitsch Mischa, “The Russian Field: Views from Abroad. Introduction”, Laboratorium, n° 1, 2011, p. 5-13. 

23 Pour citer l’expression d’Olivier Grosjean, Grosjean Olivier, " Les aléas d’un terrain comme révélateurs de sa structuration », Revue internationale de politique comparée, n° 17/4, 2010, p. 63-76. 

24 Fretel Julien, » L’UDF au prisme du jeu d’échelle », in Haegel Florence (dir), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p.183-218.

25 Whyte William F., Street Corner Society : la structure sociale d’un quartier italo-américain (1943), traduit de l'anglais par Jacques Destrade, Monique Destrade, Suzy Guth, Jean Sevry, Danielle Vazeilles Paris, La Découverte, 1996. 

26 Voir sous-partie suivante.

27 J’ai participé à la 6e et la 8e édition de l’Ecole de la politique russe, en juin 2010 et février 2011.

28 Hastings Michel, » Partis politiques et Administration du sens », in Andolfatto Dominique, Greffet Fabienne, Olivier Laurent (dir), Les partis politiques : quelles perspectives ? Paris, L'Harmattan, 2001, p. 21-36. 

29 Ibid. p. 22.

30 Chamboredon Hélène, Pavis Fabienne, Surdez Muriel, Willemez Laurent, « S’imposer aux imposants. A propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », op.cit., p. 119.

31 Ibid., p. 127.

32 Selon Howard Becker la « hiérarchie de la crédibilité », qui conduit l’enquêteur à accorder à ses enquêtés un crédit proportionnel à la hauteur du rang qu’ils occupent dans la hiérarchie d’une organisation constitue un « piège » que l’on évite en s’intéressant à l’ensemble de ses acteurs. Becker Howard S., Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, traduit de l'anglais par Jacques Mailhos, Paris, La Découverte, 2002, p. 153-155.

33 Bachelot Carole, Combes Hélène, Dechezelles Stéphanie, Haegel Florence, Leclercq Catherine, » Les partis s’intéressent-ils à nos enquêtes ? Éléments comparatifs sur la réception des recherches sur les partis », op.cit.

34 En général, l’organisatrice en présentant le groupe disait à l’invité : « Nous avons Paris ! » en me désignant, ce qui pouvait peut-être également lui permettre de le prévenir discrètement qu’ils n’étaient pas totalement entre eux et qu’il y avait une étrangère dans le groupe.

35 Pour reprendre une expression entendue dans un couloir.

36 Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeunesse de parti. Jeunes populaires (UMP) et Mouvement des jeunes socialistes (PS), op.cit., p. 67-68.

37 Boumaza Magali, Campana Aurélie, « Enquêter en milieu “difficile”. Introduction », op.cit., p. 14.

38 Ce en quoi cette expérience diffère de plusieurs chercheurs qui lors de leur terrain dans des organisations partisanes étaient considérés par leurs enquêtés comme des « recrues potentielles », BACHELOT Carole, COMBES Hélène, DECHEZELLES Stéphanie, HAEGEL Florence, LECLERCQ Catherine, « Les partis s’intéressent-ils à nos enquêtes ? Éléments comparatifs sur la réception des recherches sur les partis », op. cit., p. 39-40.

39 Robert Cécile, « Les transformations managériales des activités politiques », Politix, n° 79/3, 2007, p. 7-23 ; Petitfils Anne-Sophie, « L'institution partisane à l'épreuve du management : rhétorique et pratiques managériales dans le recrutement des "nouveaux adhérents" au sein de l'Union pour un Mouvement Populaire (UMP) », Politix, n° 79/3, 2007, p. 53-76.

40 Avanza Martina, « Plea for an Emic Approach Towards ‘Ugly Movements’: Lessons from the Divisions within the Italian Pro-Life Movement », Politics and Governance, n° 6/3, 2018, p. 112-125.

41 Sean Roberts parle ainsi d’« hégémonie partisane virtuelle » pour évoquer le fonctionnement de Russie unie et des organisations qui lui sont rattachées, Roberts Sean P., Putin's United Russia Party, New York, Routledge, 2012.

42 Haegel Florence, « A la recherche de la "densité" des phénomènes organisationnels l'exemple du RPR », in Andolfatto Dominique, Greffet Fabienne, Olivier Laurent (dir), Les partis politiques : quelles perspectives ?, Paris, L'Harmattan, 2001.

43 Bargel Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeunesse de parti. Jeunes populaires (UMP) et Mouvement des jeunes socialistes (PS), op.cit., p. 31-32.

44 Pour ces deux catégories, le politiste Angelo Panebianco relève également le facteur décisif que constitue la présence d’un leader et/ou la situation au pouvoir qui favorise un fort contrôle de l’extérieur sur les mécanismes de la vie interne du parti et donc une influence et une autonomie bien moindre. Panebianco, Angelo, Political parties: organization and power, Cambridge, Cambridge University Press, 1988. 

45 Dolez Bernard, Fretel Julien, Lefebvre Rémi (dir.), L’entreprise Macron, Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Fauconnier, « Enquêter sur le parti Russie unie : de la défiance politique à l’illégitimité scientifique ?  »Terrains/Théories [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 31 octobre 2019, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/2047 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.2047

Haut de page

Auteur

Clémentine Fauconnier

CESSP, UMR 8209, Université Paris-Panthéon-Sorbonne, CNRS, EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris.

Clémentine Fauconnier est ATER à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP). Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de la formation d’une hégémonie partisane dans la Russie de Poutine. Ses travaux visent à contribuer à l’étude de nouvelles formes d’autoritarisme ainsi qu’à la circulation internationale des répertoires de mobilisation électorale. Elle a publié en 2019 Entre le marteau et l'enclume : la fabrication d'une hégémonie partisane dans la Russie de Poutine, aux Éditions du Septentrion (Presses universitaires de Lille).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals