Navigation – Plan du site
Dossier

Devenir (temporairement) « frontiste ». Ce que les rapports de genre et de classe disent du FN à partir d’en bas

Margherita Crippa

Résumés

À travers le retour réflexif sur une expérience d’enquête ethnographique dans un groupe de militant·es frontistes, cette contribution montre les logiques de structuration d’un groupement politique au croisement de plusieurs rapports de pouvoir. Cet article trouve sa raison d’être dans deux principes méthodologiques et analytiques. D’abord, l’objectivation des relations d’enquête contribue à part entière à la compréhension d’une ou de plusieurs facettes de l’objet étudié, en mettant en exergue certaines de ses propriétés structurelles, son fonctionnement ou encore son économie symbolique. Ensuite, l’adoption d’un point de vue intersectionnel permet de penser systématiquement l’articulation de plusieurs dimensions sociales dans la production des relations d’enquête et, par conséquent, les effets de cette articulation dans la compréhension des processus sociaux qui produisent les groupes. Partant, cette contribution interroge les enjeux des relations d’enquête nouées en milieu frontiste à un moment clef de son histoire. Parallèlement à l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du FN, le parti s’intègre de plus en plus au champ politique. Alors que son personnel, à partir de sa présidente, se veut partiellement nouveau, rajeuni, féminisé et soucieux d’afficher un visage du FN censé être plus accueillant, j’ai voulu interroger les rapports sociaux qui structurent l’organisation derrière sa façade. Une certaine proximité sociale avec les enquêté·es et les ressources rares, en lien avec ma féminité, que j’ai pu leur offrir ont déterminé l’ouverture et le déroulement du terrain et défini les modalités de mon engagement. Ce qui a permis de comprendre les ressorts variés de l’engagement qui font (et défont) le parti à partir d’en bas. La place que j’ai occupée au sein du groupe et la façon dont j’ai été amenée à investir certaines tâches militantes montrent comment les rapports de genre et de classe généralement défavorables aux femmes structurent le groupe militant en le construisant presque de toute pièce et confortent l’hégémonie hiérarchique de certain·es acteur·rices.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 ABU-LUGHOD Lila, « Écrire contre la culture. Réflexions à partir d’une anthropologie de l’entre-deu (...)

1 Cet article est un retour réflexif sur une expérience d’enquête ethnographique dans un groupe de militant·es frontistes. À travers l’analyse de ma position singulière au sein de ce groupe, c’est-à-dire des modalités de participation à la vie militante qui s’est progressivement créée depuis 2013, je veux montrer les logiques sociales de structuration d’un groupement frontiste au croisement de plusieurs rapports de pouvoir. Par cette analyse, j’entends aussi montrer la valeur heuristique d’un point de vue intersectionnel de penser systématiquement l’articulation de plusieurs dimensions sociales dans la production des relations d’enquête et, par conséquent, les effets de cette articulation dans la compréhension des processus sociaux qui produisent des différences hiérarchiques1.

  • 2 BIZEUL Daniel, « L’expérience du sociologue comme voie d’accès au monde des autres », in NAUDIER De (...)

2 Les auto-analyses développées par les chercheur·es qui, avant moi, se sont mêlé·es aux frontistes, ont surtout mis en exergue la manière dont leurs caractéristiques sociales et certaines expériences de vie ont permis ou au contraire empêché l’ouverture d’un terrain « difficile », de par la méfiance des enquêté·es qui sous-tend les relations d’enquête et/ou par la répugnance de l’enquêteur·rice pour l’idéologie défendue par ses interlocuteur·rices, ainsi que la conduite de l’enquête. C’est parce qu’il a été séminariste et proche du catholicisme traditionnaliste que Daniel Bizeul avoue ne pas avoir été complètement dépaysé lorsqu’il a intégré les cercles militants frontistes. C’est grâce à son hexis vigoureuse et à son sens du répondant que Magali Boumaza a pu se faire accepter parmi des militant·es chérissant la véhémence et la force physique tel·les que les jeunes recrues frontistes qu’elle a côtoyées pendant sa thèse2. En mettant en exergue ce qui rapproche socialement les enquêteur·rices des enquêté·es au-delà de ce qui les éloigne politiquement, l’objectivation de ces relations d’enquête a servi à relativiser la difficulté du terrain dans les milieux frontistes. Cependant, les apports que permettent ces retours réflexifs pour la connaissance de l’objet étudié, s’ils apparaissent implicitement et ponctuellement dans les récits, n’ont pas été systématiquement interrogés.

  • 3 Outre les autrices féministes citées ci-dessus, voir MAUGER Gérard, « Enquêter en milieu populaire  (...)

3 Ma contribution part du principe méthodologique que l’objectivation des relations d’enquête contribue à part entière à la compréhension d’une ou de plusieurs facettes de l’objet étudié, en mettant en exergue certaines de ses propriétés structurelles, son fonctionnement ou encore son économie symbolique3. La situation d’enquête est pensée en tant que rapport de pouvoir qui s’actualise dans un contexte donné. Je me focalise, ici, sur un cas d’engagement exceptionnel pour l’enquêtrice au sein d’un groupe de militant·es frontistes. Ne partageant pas les idées promues par le parti de Marine Le Pen, je me suis pourtant retrouvée à militer aux côtés de ses partisan·es dans une grande ville, ce qui m’a amenée à les côtoyer à un rythme très intense et dans des espaces divers, publics ainsi que privés. Qu’est-ce que la position, singulière aussi bien que changeante, que j’ai été amenée à prendre dans cette parcelle de l’espace militant frontiste m’a permis d’analyser et de comprendre ? Les attitudes des enquêté·es envers l’enquêtrice et vice-versa permettent de saisir, du moins partiellement, la manière dont iels m’ont perçue et, partant, quelles modalités d’engagement m’ont été réservées. Les rapports de genre, de classe, mais aussi d’âge qui se sont établis avec les militant·es et qui ont défini les modalités de mon engagement autorisent à émettre des hypothèses sur les logiques de structuration du FN par le bas. Le tout, à un moment particulier de l’histoire du parti.

  • 4 En science politique, la notion de « professionnel·le » de la politique désigne généralement une ca (...)

4 Ma contribution interroge précisément les enjeux des relations d’enquête nouées en milieu frontiste alors que le parti s’intègre de plus en plus au champ politique et montre, pour ce faire, l’image d’un parti modernisé. Celle-ci passe, d’abord, par la féminisation de sa présidence. L’arrivée d’une femme quarantenaire à sa tête a partiellement réparé l’image ringarde et violente associée à l’extrême droite et incarnée jusqu’alors par un Jean-Marie Le Pen vieillissant ; cette image renouvelée serait susceptible d’attirer vers le FN des acteur·rices réticent·es à franchir le pas. Aussi, depuis six ans, le parti enregistre des succès électoraux inédits. Aux élections locales qui ont eu lieu entre 2014 et 2015, le FN a présenté un nombre de candidat·es et obtenu un nombre d’élu·es jamais égalés. Renouvelé, ce personnel politique devait permettre à Marine Le Pen de développer l’assise partisane du FN et d’en faire un parti davantage professionnalisé4. Alors que le personnel frontiste se veut partiellement nouveau, rajeuni, féminisé, et alors que les frontistes se montrent soucieux·ses d’afficher ce nouveau visage du parti, censé être plus accueillant, les rapports sociaux qui structurent l’organisation derrière sa façade nécessitent d’être systématiquement interrogés.

5 Je reviens d’abord sur mon intégration au sein d’un groupe de militant·es du FN pour ensuite étayer les leviers de cet engagement intense. La quête de reconnaissance des frontistes rencontré·es, qui sont censé·es être la vitrine du parti, a été une condition de mon acceptation auprès d’elleux dans un contexte d’effervescence électorale et militante qui a facilité l’ouverture à l’enquête. Une certaine proximité sociale avec les enquêté·es et les ressources rares, strictement en lien avec ma féminité, que j’ai pu leur offrir ont défini les modalités de mon engagement. La place que j’ai occupée au sein du groupe et la façon dont j’ai été amenée à investir certaines tâches militantes montrent comment les rapports de pouvoir au croisement du genre et de la classe sociale qui sont généralement défavorables aux femmes structurent le groupe militant en le construisant presque de toute pièce et confortent l’hégémonie hiérarchique de certain·es acteur·rices.

Encadré : le contexte de l’enquête

  • 5 Tous les noms des personnes et des lieux ont été anonymisés.
  • 6 Depuis 2017, Robert a voulu élargir les réunions entre les adhérent·es des quartiers des Pins et de (...)

Entre 2013 et 2017, j’ai réalisé une enquête ethnographique auprès des militant·es frontistes dans une grande ville du Nord de la France que je nommerai Aims5. Mes observations se sont concentrées surtout sur un quartier de la ville, le quartier des « Pins » et, en moindre mesure, sur un autre quartier nommé « les Îlots ». Les deux quartiers ont été, successivement, mon lieu de résidence pendant l’enquête de terrain. Ici, comme dans le reste de la municipalité, le FN ne s’envole pas. Aux élections municipales de 2014, le parti lepéniste n’a pas dépassé 5 % des voix exprimées. Aux élections présidentielles de 2017, Marine Le Pen a totalisé seulement 6,6 % des voix au second tour. Si la municipalité, en générale, est une « terre de mission » pour le FN, le vivier d’adhérent·es mobilisables en temps d’élection est comparativement non négligeable. Après avoir rencontré Robert, le responsable des adhérent·es et des actions militantes desdits quartiers, j’ai intégré, sur sa proposition, le noyau de militant·es qui s’est progressivement mobilisé autour de lui en vue des élections municipales. Le temps de la campagne électorale – entre septembre et avril 2014 – j’ai fréquenté de manière assidue – deux à trois fois par semaine – les militant·es, lors des distributions de tracts, des réunions d’appartement chez Robert ainsi que lors des rassemblements organisés au niveau de la fédération. Après les élections municipales, mon implication sur le terrain a diminué. Entre avril 2014 et juin 2015, les rencontres avec les militant·es se sont succédées au rythme d’une fois par mois environ. Après avoir suspendu l’enquête pendant un an en raison d’un éloignement géographique dans le cadre de ma cotutelle de thèse, j’ai repris le terrain en juin 2016. Entre 2017 et 2018, ma présence sur le terrain s’est considérablement atténuée. Je me suis limitée à participer aux réunions trimestrielles6 organisées par Robert dans son appartement. Depuis 2019, mon terrain s’est pratiquement arrêté même si je maintiens des contacts sporadiques avec Robert. Entre 2013 et 2016, j’ai conduit deux entretiens approfondis avec le responsable frontiste. J’ai également interrogé trois adhérent·es actif·ves dans le quartier des Pins, les deux candidat·es aux élections municipales du quartier des Pins et des Îlots, deux parmi les trois secrétaires départementaux·les qui se sont succédé·es à la tête de la fédération entre 2012 et 2018. Par le biais de Robert et grâce à mon engagement aux côtés des frontistes, j’ai eu accès aux militant·es de deux autres quartiers qui ne feront pas l’objet de cet article.

« Doctorante » et « militante ». Des assignations conjoncturelles

  • 7 Unité partisane départementale.
  • 8 Entretien avec Robert, février, 2013.
  • 9 Je découvrirai par la suite que les deux hommes entretiennent une relation intime.
  • 10 Note de terrain, février, 2013.
  • 11 Il s’agit essentiellement d’activités visant à montrer que le FN est présent et visible : participe (...)
  • 12 Structure juvénile du FN.

6 Le 4 février 2013, j’ai eu mon premier rendez-vous avec Robert, 55 ans, responsable frontiste fraîchement nommé par la fédération7 pour le quartier des Pins, dans le centre-ville d’Aims. L’entretien de deux heures a eu lieu chez l’enquêté. Se disant « timide », Robert a refusé que ses propos soient enregistrés « pour être plus libre de parler8 ». Malgré cette timidité déclarée, Robert a aimé se raconter. Le jour suivant, il m’a d’ailleurs recontactée pour me demander si je voulais participer à un boitage. J’ai alors saisi cette ouverture de terrain pour le côtoyer de plus près. Quelques jours après, j’ai rencontré celui qui est officieusement l’adjoint de Robert, Jérôme9, guichetier à la RATP, d’un an plus âgé que moi (il avait 32 ans quand j’ai fait sa connaissance). J’ai commencé à sillonner les rues du quartier des Pins avec ces deux militants qui venaient de déposer des tracts du FN dans mes mains. J’ai été étonnée. Je pensais suivre les militants en prenant des notes ; je ne pensais pas être sollicitée pour les aider, d’autant plus que Robert ne connaissait pas mon positionnement politique. Par ailleurs, il n’avait pas souhaité être enregistré quelques jours auparavant, ce que j’avais interprété comme un indice de sa méfiance plutôt que la preuve de sa timidité. J’ai essayé de me montrer active lorsque j’ai déposé des tracts dans les boîtes-aux-lettres des immeubles. Les dialogues entre nous trois étaient réduits au minimum. Le mot d’ordre était « l’efficacité avant tout ». J’avais du mal à suivre les militants. Leurs gestes étaient trop rapides pour moi, surtout ceux de Robert qui marchait très vite et déposait les tracts aussi vite qu’il marchait. Une fois le tour du quartier terminé, Robert et Jérôme ont pris rapidement congé : « Au revoir, nous on va par-là10 ». J’ai eu l’impression qu’ils ne voulaient pas que je m’attarde avec eux. Ayant entamé mon doctorat en cotutelle, j’ai dû repartir en Australie au bout de deux semaines. Je n’ai plus revu les deux militants pendant plusieurs mois. En août de la même année, j’ai reçu un mail de la part de Robert. Il me proposait de faire partie de son équipe de campagne en vue des élections municipales de 2014. J’ai accepté avec enthousiasme, sans connaître encore les tâches que j’allais devoir effectuer11. Le début du terrain avait en effet été difficile. J’avais pu assister, au début de 2013, à deux séances de boitages ainsi qu’à quelques réunions organisées par le Front National de la Jeunesse (FNJ) d’Aims12. J’avais dû, néanmoins, attendre quelques mois avant de repérer des interlocuteur·rices réceptif·ves à l’enquête et volontaires pour s’entretenir avec moi. Initialement ignare des enjeux d’un terrain qui s’est révélé délicat de par la méfiance des frontistes aimsois·es envers l’enquêtrice, je ne voulais pas m’engager dans des actions de propagande ni, de manière plus générale, devenir une militante frontiste. Je considérais même le fait d’être assimilée à une sympathisante du FN comme un stigmate. Mais « mettre les mains dans le cambouis » m’est apparu comme la seule condition possible pour pouvoir prolonger mon enquête sur le terrain auprès des militant·es que j’avais côtoyé·es jusqu’à ce moment-là. J’ai alors abandonné l’idée de rester en retrait des actions militantes. De retour à Paris en septembre, j’ai ainsi commencé à fréquenter Robert et les militant·es de manière assidue.

7 Loin d’être une décision réfléchie, répondant à des exigences méthodologiques strictes, prendre part aux activités de terrain du groupement aimsois a été impératif pour le « bon » déroulement de l’enquête dans une logique de don / contre-don. Je me suis dit : « Je m’implique dans le militantisme, iels acceptent l’enquête ». S’impliquer auprès des frontistes a permis de gommer la méfiance des enquêté·es. Je ne pouvais pas endosser le rôle de l’observatrice qui prend des notes en retrait du groupe. Loïc Wacquant l’a bien montré dans le récit issu de son enquête ethnographique dans les milieux de boxeurs d’un ghetto de Chicago :

  • 13 WACQUANT Loïc, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille : Agone, 2000

« Il était impensable de rester assis sur une chaise, d’observer et de parler aux gens en arrivant comme ça, de nulle part (…) du coup, quand le vieux coach m’a demandé “Bon, qu’est-ce que tu veux faire ?”, j’ai répondu, “Et bien, euh… Je voudrais apprendre à boxer”, ce qui n’était pas du tout mon intention13. »

8 Lorsque l’on s’est proposé de suivre des militant·es qui, par définition, agissent sur le terrain, « rester les bras croisés » est, possiblement, une position plus difficile à tenir. J’ai donc commencé à participer aux actions militantes. Faire de la propagande pour le FN n’a pas été problématique à partir du moment où les tracts que je distribuais touchaient à des sujets que je jugeais peu compromettants (par exemple lorsque l’on dénonçait la hausse de la TVA dans les transports publics ou la faillite des autres gouvernements). De surcroît, les militant·es m’ont rarement questionné sur mes idées politiques. C’est comme si la pratique du militantisme était un gage de légitimité suffisante qui montrait ma conformité idéologique. Les frontistes que j’ai commencé à côtoyer et, tout d’abord, le responsable des Pins, m’ont prise pour une des leurs. Telle a été mon impression lorsque Robert m’a téléphoné un jour pour me demander de venir chez lui. Il avait convenu d’un rendez-vous avec un sympathisant, un adhérent potentiel. Je suis arrivée, comme convenu, un peu en avance :

ROBERT : Je t’ai fait venir, au moins on est deux… Il voit que nous sommes des gens normaux, on présente bien et tout ça. Puis je veux voir, je ne voudrais pas qu’il soit une taupe. Tu me donneras ton avis.

MARGHERITA : Ok, et comment tu m’as présentée ?

ROBERT : Je lui ai dit que j’étais avec une militante de mon équipe…

MARGHERITA : Et tu lui as dit que je faisais une thèse ? Enfin, qu’est-ce que je dois dire ?

  • 14 Note de terrain, mars, 2014.

ROBERT : Non, ça non. Mais c’est pas grave… Ben écoute, non, on évite de lui dire ça, parce que sinon il pourrait se méfier14

  • 15 GOFFMAN Erving, La Présentation de soi, Éditions de Minuit, « Le Sens Commun », 1973.

9 Convaincue qu’une une relation de confiance s’était établie entre moi et le responsable, j’ai osé lui rappeler mon statut académique. Je ne savais pas comment me comporter en présence de cette potentielle recrue et je voulais éviter une « gaffe15 ». Je croyais que le responsable aurait informé le sympathisant de la raison de ma présence au FN – du fait que je préparais une thèse sur les militant·es – mais Robert s’est montré authentiquement étonné par ma question. L’endossement d’un rôle de militante et l’accès aux coulisses d’un groupe militant que cet engagement a autorisé ainsi que la fréquentation régulière des habitations de certain·es enquêté·es m’encouragent à penser que mon intégration a été plutôt réussie. Il reste à comprendre comment et pourquoi j’ai pu intégrer les frontistes d’Aims jusqu’à passer, paraît-il, pour une des leurs. Revenir sur les conditions sociales qui ont présidé à mon engagement permet de mettre en exergue l’enjeu qui constitue pour certain·es frontistes le fait d’avoir une sociologue-ethnographe parmi elleux.

Les conditions de l’immersion. Des enquêté·es en quête de reconnaissance

  • 16 PINÇON Michel et PINÇON-CHARLOT Monique, « Aises et malaises du chercheur : considérations sur l’en (...)
  • 17 Les dirigeants frontistes conseillaient, par exemple, de transmettre régulièrement les communiqués (...)

10 L’enquête a eu lieu à découvert. Je n’ai jamais occulté mon statut de doctorante. Loin de me desservir, ma position académique a facilité, en même temps que mon engagement, l’accès et le maintien sur le terrain. Que l’on enquête dans des milieux socialement éloignés de celui d’origine16 ou dans des univers politiquement marginaux comme le FN, supposés cultiver le secret, le rapport de pouvoir qu’est la relation d’enquête ne place pas automatiquement le·la chercheur·e dans une position défavorable même si je peux supposer que les frontistes, et particulièrement les responsables locaux·les, ont décidé des scènes auxquelles j’ai pu avoir accès. Tout d’abord, en tant que porte-paroles, les responsables doivent constituer la vitrine respectable du FN aux yeux de l’opinion publique. Iels doivent, par conséquent, se montrer empathiques envers les journalistes et, plus généralement, envers les médiateur·rices de l’information (dont je fais partie), comme le précisent les instructions dispensées lors des formations destinées aux candidat·es aux municipales de 201417. Iels doivent se montrer empathiques également, et peut-être surtout, envers les sympathisant·es potentiel·les (je pourrais en être une, vu que je ne me suis jamais présentée comme étant opposée à leurs idées) puisqu’iels sont censé·es construire le FN par en bas : fidéliser les adhérent·es, en structurant la vie militante. Des militant·es comme Robert, qui déclare ouvertement son homosexualité, sont, de surcroît, particulièrement mis en avant par la hiérarchie frontiste. Il incarne l’image modernisée, gay-friendly, du FN de Marine Le Pen.

  • 18 Compte-rendu des actions militantes du 11 avril au 10 mai 2013, « Relationnel », archives personnel (...)

11 En même temps qu’iels sont mis·es en avant par le parti, des militant·es comme Robert (mais c’est le cas aussi d’autres militant·es frontistes homosexuel·les et/ou d’origines non-françaises) ont pensé incarner la normalisation du FN aux yeux de l’enquêtrice parce qu’iels se considèrent comme éloigné·es, de par leurs attributs sociaux – leur identité homosexuelle, leur couleur de peau – et de par leurs attitudes empathiques et mesurées qu’iels attribuent, parfois indirectement, à leurs capitaux culturels, de l’image agressive attribuée aux militant·es frontistes. Les comptes rendus des activités partisanes rédigés par Robert montrent à quel point afficher une façade ouverte et accueillante est un enjeu pour le FN. Outre la mobilisation sur le terrain – les boitages et les tractages – lesdits comptes-rendus évoquent les réunions avec les adhérent·es ainsi que les contacts avec des personnes extérieures au parti. Robert déclare, par exemple, être satisfait du relationnel établi avec deux étudiantes universitaires qu’il décrit comme « inquiètes » au début de l’entretien. Il souligne néanmoins que leurs préoccupations se sont progressivement dissipées et qu’elles garderont une image positive, c’est-à-dire amicale et bon enfant, du FN18. Aussi, au-delà des injonctions à l’empathie, mes interlocuteur·rices se sont montré·es vivement intéressé·es par le fait que je rédige une thèse et iels ont souhaité en retirer un certain prestige. Lorsque j’étais assise à la terrasse d’un café avec Robert et Séverine, initialement désignée comme candidate tête de liste pour le quartier des Pins, le responsable lui a fait remarquer qu’elle devrait concéder des interviews aux journalistes pendant la campagne. « Mais il faut que je me fasse connaître », a-t-elle rétorqué. Robert m’a alors lancé un regard : » Ben tu pourras interroger Séverine. » Il s’est ensuite retourné vers la candidate : « Tu pourras t’entretenir avec Margherita d’abord, comme ça tu pourras t’entraîner. » Séverine s’est montrée enchantée de pouvoir livrer son histoire à l’enquêtrice. La campagne électorale devient l’occasion pour certain·es militant·es d’acquérir une forme de notoriété, en devenant candidat·es et/ou en organisant la mobilisation. Elle l’est davantage pour des responsables qui militent dans un endroit peu favorable au FN, et où le parti est peu médiatisé. Enfin, si de par mon statut de doctorante, j’ai été assimilée à une « étudiante », ce qui m’a placée dans une position sociale moins prestigieuse par rapport aux chercheur·es « titulaires » plus expérimenté·es, cette identité assignée d’« apprentie » ainsi que le caractère temporaire des études ont fait apparaître mon travail de recherche comme relativement inoffensif aux yeux des frontistes. Par conséquent, j’ai pu être perçue comme moins dangereuse par rapport aux chercheur·es expérimenté·es et, surtout, aux journalistes, qui ont privilégié les enquêtes en incognito au sein du FN. Si ma position académique a rendu ma présence légitime auprès des militant·es, d’autres caractéristiques sociales ont facilité mon insertion et contribué à définir la place que j’ai pu me faire au sein du groupe frontiste aimsois. En outre, les frontistes que j’ai côtoyé·es dans le quartier des Pins et dans les alentours sont mes voisin·es. Le niveau de diplôme de certain·es d’entre elleux, généralement élevé (Bac+5), parfois très élevé (Robert est titulaire d’un doctorat en pharmacie et Amédée, un candidat, d’un doctorat en droit), se rapproche du mien. Aussi, de par la profession qu’iels exercent ou qu’iels ont exercé, ces militant·es appartiennent plutôt à la fraction économique des classes supérieures. Mes origines sociales me rapprochent particulièrement d’elleux puisque mon père travaille en tant que cadre dans une compagnie d’assurances et ma mère est ce qu’on peut appeler une « petite rentière », même si elle a été employée en tant qu’assistante de direction pendant une partie de sa vie. J’ai pu ainsi me rapprocher durablement des frontistes.

Une féminité de classe supérieure comme ressource au service du parti

  • 19 BOURON Samuel, « Des "fachos" dans les rues aux "héros" sur le web. La formation des militants iden (...)
  • 20 Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont près de 35 % (30 % de moyenne dans l’ens (...)

12 Mon hexis est ensuite devenue une ressource exploitable par les militant·es. Ma féminité, notamment, si elle ne m’a pas autorisée à militer – le groupe frontiste du quartier des Pins compte peu d’adhérent·es actif·ves et toute personne volontaire pour s’engager dans des actions de terrain est la bienvenue – a tout de même rendu ma participation aux actions militantes légitime et défini la façon dont j’ai été censée m’investir dans le groupe. Je suis une « femme » relativement « jeune » (j’avais 30 ans quand j’ai commencé mon enquête, plus jeune que la plupart de mes enquêté·es) et blanche. Assez grande, plutôt mince, j’avais les cheveux longs, d’un blond discret au moment de l’enquête. Mes vêtements étaient toujours sobres. Je portais souvent un blue-jean à cigarette et chaussais des bottes noires rigoureusement sans talons qui le recouvraient jusqu’aux genoux. Le manteau que je portais était bleu. Sobre, récusant toute féminité provocante, je me conformais au modèle de féminité véhiculé par les classes supérieures, surtout par la fraction intellectuelle et urbaine de celles-ci. Mon apparence pouvait se prêter à retourner l’image d’une masculinité offensive souvent associée aux militant·es d’extrême droite du fait de leur radicalisme et de leur marginalité sociale19. Dans un contexte urbain et gentrifié comme Aims et, plus particulièrement, les quartiers des Pins et des Îlots, la mise en scène d’une masculinité agressive est, qui plus est, particulièrement désuète20. Les propos tenus par Robert lorsqu’il m’a demandé de rencontrer le sympathisant chez lui doivent se comprendre à l’aune de mon apparence personnelle qui fait de moi une militante présentable et qui m’a amenée à être mise en avant dans un groupe où les femmes relativement jeunes et diplômées sont rares, voire inexistantes. Les militant·es sont en effet plus âgé·es que moi, surtout les femmes (elles ont au minimum la cinquantaine).

  • 21 Lors des actions militantes, plusieurs photos sont prises et ensuite publiées sur les réseaux socia (...)
  • 22 Son interlocuteur a caractérisé la couleur de sa peau de cette façon.

13 Ma féminité a ainsi été mise en avant lorsque, avec d’autres militant·es, nous distribuions des tracts à la station du métro. L’un d’entre elleux, Sylvain, m’avait enlacé en s’exclamant : « Le Front National, le seul parti qui est vraiment pour la parité… Un garçon-une fille… », et de poursuivre peu après : » Votez pour les jolies filles, c’est au Front National ». J’ai aussi été sollicitée pour paraître sur les photos prises à la fin des actions militantes pour montrer que la gent féminine est bien présente au FN et milite aussi. Lorsque j’accompagnai Robert et Amédée, le candidat tête de liste aux élections municipales pour le quartier des Îlots, durant les visites aux commerçant·es, le responsable a souhaité que je sois prise en photo avec le candidat : « Il faut le reprendre avec des femmes21 ». J’avais alors précisé que je ne pouvais pas figurer sur les photos, car un règlement déontologique imposé par l’université australienne que j’avais dû signer m’obligeait à déclarer toute adhésion à des organisations politiques (association, partis politiques, etc.). Je ne pouvais pas faire une déclaration a posteriori. J’ai pu ainsi éviter, sans éveiller trop de soupçons, d’être prise en photo. Refuser de paraître sur les photos n’est pas un acte anodin pour des militant·es frontistes, surtout à Aims, territoire particulièrement hostile au FN. Craignant d’être repéré·es par leurs employeur·ses ou par leurs proches, certain·es militant·es préfèrent agir dans l’ombre. Mon accent étranger – italien – a pu aussi devenir un gage de normalisation. Il prouverait que le parti attire de plus en plus d’étranger·es d’origine européenne dans ses rangs. Je ne suis certes pas la seule à posséder des attributs sociaux distinctifs dans un parti comme le FN. D’autres militant·es peuvent les mettre en avant lors des interactions avec les passant·es. Par exemple, lors des distributions de tracts, Robert a fait remarquer à des passant·es qui ont exprimé leur hostilité aux idées du FN, notamment à la malveillance du parti envers les populations étrangères : « Tout le monde est étranger ici (dans le groupe des militant·es)… Elle [moi] elle est italienne, moi je suis italien. » Il a alors prononcé son nom de famille pour convaincre ses interlocuteur·rices. Un autre militant sur la quarantaine et d’origine malgache a joué de ses origines racisées quand un passant s’est montré étonné qu’il puisse défendre les idées du FN, étant donné qu’il était noir22. Laetitia, une militante franco-vénézuélienne de 61 ans, a revendiqué ses origines latino-américaines face aux habitant·es perplexes de sa préférence politique pour ensuite évoquer mon prénom : « Margherita, elle aussi elle est étrangère, elle est italienne. »

  • 23 DULONG Delphine et LÉVÊQUE Sandrine, « Une ressource contingente. Les conditions de reconversion du (...)

14 Au-delà des distributions de tracts, j’ai aussi été admise comme représentante légitime du groupe des Pins et des Îlots durant la campagne des municipales, puisque j’accompagnais les candidat·es lors des visites aux comerçant·es. C’est parce que je suis une femme que j’ai été sollicitée pour assister à ces séquences d’observation. La féminité est, plus généralement, perçue comme une ressource par le responsable des Pins, sur laquelle s’appuyer pour normaliser l’image du FN. Sa valeur s’est cependant révélée contingente23. Robert l’a explicitement avoué lorsqu’il a comparé les deux candidat·es têtes de liste qui se sont succedé·es dans le quartier des Pins :

PASCAL : J’aime bien Kévin, c’est vraiment l’image de Marine…

ROBERT : Avant il y avait une autre candidate, mais d’une bêtise. Personne ne s’entendait avec elle. Un jour elle m’a demandé le fichier des adhérents, alors qu’elle n’était que la candidate. C’est moi qui ai proposé Kévin en concertation avec Jérôme.

[Robert explique à Pascal que Séverine, la candidate désignée auparavant, refusait de mettre les tracts dans les boîtes-aux-lettres qui portaient la mention « non pub » (alors qu’elle aurait dû le faire). Elle a aussi demandé à un laveur de vitres s’il était syndiqué. Enfin, lors d’une réunion de la fédération, alors que la discussion portait sur les tracts « contre les campements roms », Séverine aurait levé la main pour demander qui sont les « Roms ».]

ROBERT : Qu’est-ce que ça change avec Kévin…

PASCAL : Il est plus carré…

  • 24 Notes de terrain, février, 2014.

ROBERT : Après, elle présentait bien. Une femme, tu la mets moins facilement dehors. On allait avec Margherita, tu vois donc deux femmes, tu ne les mets pas dehors. Mais avec Kévin aussi, on a été très bien accueillis24

15 À la fin de février 2014, après un tractage, je buvais un café avec Robert et deux autres militants. Nous étions assis·es dans un bistrot, tout au fond de la salle, lorsque le responsable a évoqué la supposée « bêtise » de l’ancienne candidate qui a été désignée uniquement parce qu’elle était une femme et dont la féminité était, selon Robert, la seule ressource. Assistante de direction actuellement sans emploi à l’époque où les faits se sont déroulés, Séverine disposait d’attributs corporels adaptés à la modernisation du FN. Elle était relativement jeune – 38 ans – portait les cheveux courts, toujours habillée en tailleur – blanc ou noir – lors des visites aux commerçant·es du quartier. Comme Séverine, je suis une femme, donc censée décourager toute manifestation d’hostilité à l’encontre des militant·es frontistes. C’est pourquoi j’étais censée l’accompagner durant ces sorties. Mais quand la candidate a quitté la tête de liste, c’est un homme, Kévin, qui a pris sa place. Dès lors, je n’ai plus été conviée aux visites des commerçant·es du quartier. Je n’en ai pas été exclue, mais j’ai dû solliciter Robert pour y participer. Ma féminité n’avait plus été considérée comme essentielle pour bien représenter le parti. Une forme de masculinité hégémonique avait pris le dessus en tant que ressource de représentation. Kévin, 24 ans, étudiant en master 2 de communication et marketing était, pour le responsable, le candidat idéal dans un quartier, celui des Pins, connu pour ses lieux de sociabilité largement investis par une population homosexuelle-masculine. Le nouveau candidat se déclarait lui aussi homosexuel. De surcroît, il comptait à son actif une expérience dans le mannequinat. Une photo où il arborait un corps musclé en sous-vêtements a été diffusée par la presse durant la campagne des municipales. La mise en scène de cette virilité juvénile et débridée, qui serait jugée illégitime dans d’autres partis politiques, était considérée ici comme une ressource par le responsable des Pins. En faisant apparaître le FN comme un parti avant-gardiste, cette photographie a aussi permis d’attirer l’attention de la presse.

La relégation à une place de militante subordonnée. Ce que le genre et la classe disent de la structuration d’un groupe militant

  • 25 HOCHSCHIELDS Arlie R., The Managed Heart Commercialization of Human Feeling. University of Californ (...)

16 Contrairement à la candidate qui est reléguée à un rôle de figuration, je suis une militante de terrain, ce qui m’a permis de ne pas être traitée en « potiche ». Mais participer à la vie des groupes frontistes en campagne a impliqué, pour moi, d’être assignée à des tâches traditionnellement considérées comme l’apanage des femmes. J’ai ainsi été reléguée à des activités adaptées à mes supposées compétences relationnelles25 où les femmes sont censées exceller.

17 Tous les trois mois, Robert organisait une réunion entre les adhérent·es du quartier des Pins et des Îlots. La réunion avait lieu chez le responsable qui habitait un logement de trois pièces dans le quartier des Pins. Comme tout·es les militant·es qui l’assistaient dans l’organisation de la réunion, j’arrivais généralement chez lui vers 13h30. J’étais régulièrement chargée de l’accueil des invité·es dont l’arrivée était prévue pour 14 heures (Robert prévoyait entre 20 et 25 invité·es, mais il y avait toujours des désistements). Au fur et à mesure que les invité·es arrivaient, je les accompagnais dans une pièce d’une vingtaine de mètres carrés qui faisait office de salle de conférences. Nombre d’entre elleux s’asseyaient sur des chaises dépliées et ordonnées en rangées (des places leur étaient personnellement attribuées). D’autres convives restaient debout (généralement les militant·es de l’équipe de Robert). Pendant une quinzaine de minutes, deux ou trois intervenant·es exposaient, chacun·e, un sujet en lien avec l’actualité politique dont iels étaient supposé·es être des spécialistes de par leur travail et/ou leur fonction partisane. Il s’agissait de deux ou trois adhérent·es et/ou sympathisant·es proches du responsable, parfois le secrétaire départemental et/ou un cadre du parti. C’était Robert qui introduisait la réunion ainsi que les intervenant·es. Un débat avec le public suivait chaque exposé. Comme les autres membres de l’équipe des Pins, je n’ai jamais eu de place assise. Après avoir accompagné les adhérent·es invité·es à leurs places, je devais prendre des photos des intervenant·es pendant les exposés. Une fois les échanges avec le public terminés, les invité·es partageaient les gâteaux et les boissons que le responsable avait commencé à préparer la veille et terminé le jour même au petit matin. Avec lui, je servais les gourmandises aux invité·es.

  • 26 DUNEZAT Xavier, « La fabrication d’un mouvement social sexué : pratiques et discours de lutte », So (...)
  • 27 DUNEZAT, Xavier, Chômage et action collective. Luttes dans la lutte. Mouvements de chômeurs et chôm (...)
  • 28 AVANZA Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas « ses indigènes » ? Une enquê (...)

18 L’accès aux coulisses des groupes frontistes m’a obligé à effectuer un travail que je considérais pénible. Être assignée à l’exécution de tâches qui reviennent, généralement, aux femmes dans les groupes militants26 m’a obligée à faire semblant d’accepter une identité féminine que les militant·es ont voulu m’attribuer, mais qui ne me correspondait pas. Certes, il faut lire leur attitude à mon égard dans la limite des rôles disponibles que mon rapport au terrain m’a « naturellement » imposée. Je n’ai pu être qu’une militante de base. Je ne pouvais pas tenter de monter les échelons locaux du parti parce que mes idées m’ont empêché de le faire. Je ne pouvais pas être candidate, ce qui était pourtant une étape nécessaire pour s’élever dans la hiérarchie partisane. Par conséquent, j’ignore dans quelle mesure, en changeant de statut, les attitudes des militant·es envers moi se seraient modifiées. Si les hiérarchies contraignent, en effet, elles ne contraignent pas tout·es de la même manière27. De par mes études en science politique, j’aurais pu néanmoins incarner une sorte de caution universitaire pour le FN et être sollicitée, par conséquent, pour intervenir lors des réunions. Des collègues ethnographes ont d’ailleurs été encouragées à le faire durant leur enquête au sein d’autres partis politiques qui défendent ouvertement et reproduisent en leur sein une hiérarchie traditionnelle entre les sexes. En relatant son expérience d’enquête au sein de la Ligue du Nord italienne, Martina Avanza nous dit avoir été sollicitée à plusieurs reprises pour prendre la parole lors des réunions, s’exprimer durant une émission radiophonique partisane, ou encore écrire pour le quotidien du parti. Ce qu’elle a toujours refusé de faire28. Dans mon cas, il n’en a jamais rien été. Les intervenant·es, toujours les mêmes, étaient, de surcroît, quasi-exclusivement des hommes, d’âges différents, souvent des cadres du parti. J’ai considéré l’exécution de tâches de service comme une contrainte excessive et je m’y suis parfois opposée. C’est pourtant à ces codes comportementaux que les militant·es du FN doivent se conformer. Robert s’est montré très directif quand il s’agissait de servir les boissons et les gâteaux aux invité·es. Il est arrivé une fois qu’il me reproche une certaine lenteur : « Toi tu donnes à boire », m’a-t-il lancé à une occasion. Rapidement, Robert m’avait mis un carton dans mes mains. Des étiquettes à l’intérieur portaient les noms des invité·es. Il fallait les poser sur les gobelets. Je pliai les étiquettes en les prenant. Robert a alors levé les yeux au ciel et grogné : « Non, pas comme ça ». Peu de temps après, il a grogné à nouveau parce que, selon lui, je ne servais pas assez rapidement les parts de gâteaux. J’avais alors réagi, en rétorquant : « Calme-toi, je travaille ». Sensible aux logiques de la domination masculine, je me suis très mal adaptée à l’autoritarisme que j’ai perçu chez le responsable frontiste quand il supervisait mon travail. Je ne parvenais pas non plus à accepter d’exécuter ces activités peu conformes à mes dispositions en tant que femme de classe supérieure qui faisait de longues études. L’obligation d’effectuer ce que je considérais comme un « sale boulot » m’a dérangée parce que je ne l’avais pas choisi et parce que l’exécuter m’empêchait de prendre part aux conversations qui avaient lieu de l’autre côté de l’appartement, souvent entre hommes. Dès que les convives avaient terminé les gâteaux, je me faufilais en direction de l’entrée pour entendre parler de l’organisation des élections ainsi que des « potins » concernant la fédération, des conversations que je jugeais beaucoup plus riches en informations et utiles pour la conduite de ma thèse que servir de « bonne ». Dans ces espaces proches de la cuisine, les hommes servaient à boire en même temps qu’ils s’entretenaient avec d’autres militant.es. Les femmes prenaient rarement part à ces échanges.

  • 29 ROBNETT Belinda, How Long? How Long? African American Women in the Struggle for Civil Rights, Oxfor (...)
  • 30 PINÇON Michel et PINÇON-CHARLOT Monique, Sociologie de la Bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2016, (...)
  • 31 Le FN a renoncé à investir un·e candidat·e tête liste en interne pour la municipalité dont il est q (...)

19 Robert ne participait jamais ou très peu aux conversations politiques « sérieuses » qui avaient lieu entre hommes à la fin des interventions. Il s’occupait d’une tâche souvent exercée par des femmes au sein des collectif militants : l’organisation de la vie militante, y compris de ces moments de sociabilité dont l’objectif est de créer et de renforcer les liens entre les adhérent·es et les sympathisant·es et à faire vivre, par-là, le groupe, le collectif, l’organisation29. Ce travail de construction et de consolidation de groupe dans les coulisses des partis est souvent invisibilisé ; il est considéré comme une tâche subalterne par rapport, notamment, à celle de porte-parole. Mais, dans ce contexte, il ne s’agissait pas foncièrement d’une tâche subordonnée. Robert, en tant qu’hôte-organisateur en charge de la sociabilité partisane, ressemblait aux femmes de la bourgeoisie, gardiennes du capital social familial30, qui gèrent les réceptions domestiques. En mettant à disposition l’appartement dont il est propriétaire pour les réunions, en entretenant les réseaux de sociabilité militante, Robert a non seulement consolidé un groupe de militant·es autour de lui, mais il a aussi contribué à faire vivre le parti au-delà de ce noyau de militant·es, au niveau de la fédération. Aussi, le travail de Robert a été reconnu par les autres militant·es et par la hiérarchie fédérale. Cette reconnaissance de la valeur de son travail a eu des effets sur la carrière militante de Robert. Il est devenu le référant des actions militantes lors des événements organisés au niveau de la fédération et il a été intégré dans l’équipe de campagne fédérale en vue des élections municipales de 202031. C’est dire comment des conditions matérielles privilégiées, dans un contexte donné, permettent de construire et d’entretenir un capital social qui favorise l’avancement dans la carrière militante. Aussi, si de par les tâches qu’il a effectuées, Robert, en tant qu’homme, a pu déjouer la division sexuelle du travail militant, il reproduisait néanmoins la hiérarchie traditionnelle entre les sexes lorsqu’il attribuait, en qualité de superviseur, le tâches aux autres militant·es. Les femmes – comme moi – étaient chargées de l’accueil des adhérent·es et sympathisant·es et servaient les gourmandises. Les hommes restaient derrière le bar de la cuisine et servaient les boissons tout en participant aux conversations politiques que se déroulaient devant eux.

Conclusion

20 Revenir sur les modalités de mon engagement auprès des militant·es frontistes a permis de saisir la structuration du FN par le bas, à partir des rapports de pouvoir, partiellement définis par les attributs sociaux des acteur·rices en co-présence et qui se configurent dans et par les interactions. La situation d’enquête, étant elle-même définie par ces rapports de pouvoir, est devenue partie intégrante de l’analyse. En s’appuyant sur des caractéristiques sociales adaptées à l’image d’un FN qui se veut davantage féminisé et progressiste en termes de mœurs, des responsables parviennent à mobiliser un groupe de militant·es autour d’elleux. Les rapports sociaux, surtout de genre et de classe, que j’ai pu saisir empiriquement montrent comment se structure le groupe de sorte que ces individus puissent se creuser une place dans la hiérarchie partisane fédérale. Le tout, dans un contexte de concurrence réduite, les scores du FN étant bas et les espoirs d’être élu·e inexistantes.

21 Le responsable frontiste s’est appuyé sur ma façade féminine atypique – j’étais plus jeune que les autres militant·es – pour des activités de représentation diverses et atténuer ainsi l’image supposée négative du FN. Admise dans les coulisses du parti en tant que militante, j’ai été assignée, comme d’autres femmes, à des tâches traditionnellement dévolues à la gent féminine dans les collectifs militants. L’analyse de ces assignations montre de quelle manière, en utilisant de ses ressources sociales, Robert a pu définir une division du travail militant qui reproduit une hiérarchie traditionnelle entre les sexes. Ces rapports de pouvoir au croisement entre la classe et le genre qui sont généralement défavorables aux femmes ont constitué et mobilisé le groupe frontiste en permettant au responsable d’acquérir et conforter, par-là, sa position.

  • 32 « … These social identities are as complex and intersectional as any other: a white, upper-class pr (...)

22 En s’appuyant sur une étude de cas, cet article prône l’adoption systématique d’un point de vue intersectionnel pour objectiver les relations d’enquête afin de saisir empiriquement et de manière inductive les rapports sociaux pertinents pour appréhender les rapports de pouvoir qui créent n’importe quel groupement politique, y compris les groupements militants nationalistes et conservateurs. Ceux-ci ont rarement fait l’objet d’analyses féministes, surtout d’analyses intersectionelles. Comme l’a suggéré Martina Avanza dans une récente contribution sur le mouvement catholique pro-life italien, les identités sociales des militant·es conservateur·rices « sont aussi complexes et intersectionnelles que les identités de n’importe quel·le autre militant·e : une militante blanche, de la classe supérieure du mouvement pro-life, n'est pas moins intersectionnelle qu’une féministe noire issue d'un milieu pauvre32. » Je souhaite renforcer cet argument en soulignant que, à l’instar des acteur·rices qu’iels étudient, les enquêteur·rices sont elleux-aussi des sujets intersectionnel·les. Par conséquent, la place qui leur est attribuée au sein du groupe et les rôles qu’iels sont amené·es à jouer doivent être appréhendés à l’aune de leurs identités sociales complexes.

Haut de page

Bibliographie

ABU-LUGHOD Lila, « Écrire contre la culture. Réflexions à partir d’une anthropologie de l’entre-deux », in Daniel Cefaï (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010.

AVANZA Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas "ses indigènes" ? Une enquête au sein d'un mouvement xénophobe », in BENSA Alban et FASSIN Didier (dir.), Les politiques de l'enquête, La Découverte « Recherches », 2008, p. 41-58.

AVANZA Martina, « Using a Feminist Paradigm (Intersectionality) to Study Conservative Women : The Case of Pro-Life Activists in Italy », Politics & Gender, 2019, p. 1–29.

BEAUD Stéphane et WEBER Florence, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2010.

BENSA Alban et FASSIN Didier (dir.), Les politiques de l’enquête, la Découverte « Recherches », 2008.

BIZEUL Daniel, « Que faire des expériences d'enquête ? Apports et fragilité de l'observation directe », Revue française de science politique, 2007, n° 1, vol. 57, p. 69-89.

BIZEUL Daniel, « Des loyautés incompatibles », SociologieS, [En ligne], Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 05 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/226.

BIZEUL Daniel, « L’expérience du sociologue comme voie d’accès au monde des autres », in NAUDIER Delphine, SIMONET Maud (dir.), Des sociologues sans qualités, Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 167–185.

BOUMAZA Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en "milieu extrême". Une enquête au Front national », Regards sociologiques, n° 22, 2001, p. 105-121.

BOUMAZA Magali, Le Front national et les jeunes de 1972 à nos jours : hétérodoxie d'un engagement partisan juvénile : pratiques, socialisations, carrières militantes et politiques à partir d'observations directes et d'entretiens semi-directifs. Thèse de Doctorat en science politique sous la direction de Renaud Dorandeu, Université de Strasbourg 3, 2002.

BOUMAZA Magali, CAMPANA Aurélie, « Enquêter en milieu difficile, Introduction », RFSP, vol. 57, n° 1, 2007, p. 5-25.

BOURON Samuel, « Des "fachos" dans les rues aux "héros" sur le web. La formation des militants identitaires », Réseaux, vol. 202-203, n° 2, 2017, p. 187-211.

CLAIR Isabelle, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, 2016/3, n° 213, p. 66-83.

COTON Christel, « Classer la sociologue, déclasser les pairs. Pratiques et registres de distinction en terrain militaire », Genèses, vol. 110, n° 1, 2018, p. 133-148.

DUNEZAT Xavier, « La fabrication d’un mouvement social sexué : pratiques et discours de lutte », Sociétés et Représentations, n° 24, 2007, p. 269-283.

GINHOUX Bérangère, « Comment devient-on un « gars du groupe » quand on est une fille ? Carrière et combines des supportrices ultras », Agora débats/jeunesses, vol. 71, n° 3, 2015, p. 7-21.

GUYON Stéphanie, « Supporterisme et masculinité : l'exemple des Ultra à Auxerre », Sociétés & Représentations, vol. 24, n° 2, 2007, p. 79-95.

HOCHSCHIELDS Arlie R., The Managed Heart Commercialization of Human Feeling. University of California Press, 1983.

LE RENARD Amélie, « Partager des contraintes de genre avec les enquêtées. Quelques réflexions à partir du cas saoudien », Genèses, vol. 4, n° 81, 2010, p. 128-141.

MAUGER Gérard, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 6, 1991, Femmes, genre, histoire, p. 125-143.

NAUDIER Delphine et SIMONET Maud, « L’impossible neutralité : les féministes contre Raymond Aron », in NAUDIER Delphine et SIMONET Maud (dir.), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 9-11.

PINÇON Michel et PINÇON-CHARLOT Monique, « Aises et malaises du chercheur : considérations sur l’enquête sociologique dans les beaux quartiers », L’Homme et la société, n° 116, 1995, p. 19-29.

PINÇON Michel et PINÇON-CHARLOT Monique, Sociologie de la Bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2016. 

ROBNETT Belinda, How Long ? How Long ? African American Women in the Struggle for Civil Rights, Oxford University Press, 1997.

ROLLE Valérie, » Abandonner le terrain des bikers », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Penser les ratés de terrain, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 8 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6094.

WACQUANT Loïc, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone, 2000.

Haut de page

Notes

1 ABU-LUGHOD Lila, « Écrire contre la culture. Réflexions à partir d’une anthropologie de l’entre-deux », in Daniel Cefaï (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010 ; CLAIR Isabelle, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, 2016/3 n° 213, p. 66-83 ; LE RENARD Amélie, « Partager des contraintes de genre avec les enquêtées. Quelques réflexions à partir du cas saoudien », Genèses, vol. 4, n° 81, 2010, p. 128-141.

BUSCATTO Marie, « La forge conceptuelle. "Intersectionnalité" : À propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-2 | 2016, En ligne depuis le 5 mai 2017, consulté le 10 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/rsa/1744.

2 BIZEUL Daniel, « L’expérience du sociologue comme voie d’accès au monde des autres », in NAUDIER Delphine, SIMONET Maud (dir.), Des sociologues sans qualités, Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, p. 167–185 ; BOUMAZA Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en milieu "extrême"· Une enquête au Front national », Regards sociologiques, n° 22, 2001, p. 105-121.

3 Outre les autrices féministes citées ci-dessus, voir MAUGER Gérard, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 6, 1991. Femmes, genre, histoire, p. 125-143 ; COTON Christel, « Classer la sociologue, déclasser les pairs. Pratiques et registres de distinction en terrain militaire », Genèses, vol. 110, n° 1, 2018, p. 133-148 ; ROLLE Valérie, » Abandonner le terrain des bikers », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Penser les ratés de terrain, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 8 mai 2019.

4 En science politique, la notion de « professionnel·le » de la politique désigne généralement une catégorie d’acteur·rices vivant pour et de la politique (iels se dédient exclusivement à cette activité qui est la source principale de leurs revenues), voir WEBER Max, Le savant et la politique, Paris, 10-18, 2002. Récemment, des chercheur·es ont souligné les limites de cette définition. Devenir un·e professionnel·le de la politique implique aussi l’acquisition du savoir-faire nécessaire à l’exercice de toute activité définie comme politique, voir BARGEL Lucie, Aux avant-postes. La socialisation au métier politique dans deux organisations de jeunesse de parti, thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Frédérique Matonti, université Paris I-Sorbonne, 2008 ; NAVARRE Maud, Devenir élue. Genre et carrière politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. Dans leur discours, les dirigeants du FN se réfèrent surtout à cette deuxième acception.

5 Tous les noms des personnes et des lieux ont été anonymisés.

6 Depuis 2017, Robert a voulu élargir les réunions entre les adhérent·es des quartiers des Pins et des Ilots à d’autres adhérent·es et sympathisant·es. Les réunions sont devenues un lieu de formation politique. Deux à trois intervenant·es argumentent en qualité d’expert·es pendant une quinzaine de minutes sur un sujet donné. Le cadrage de l’exposé représente le point de vue officiel du FN sur lesdites questions (rapport à l’euro, sécurité…). Le responsable et le secrétaire départemental évoquent également l’actualité concernant l’organisation militante et politique de la fédération.

7 Unité partisane départementale.

8 Entretien avec Robert, février, 2013.

9 Je découvrirai par la suite que les deux hommes entretiennent une relation intime.

10 Note de terrain, février, 2013.

11 Il s’agit essentiellement d’activités visant à montrer que le FN est présent et visible : participer à des tractages et accompagner la candidate tête de liste du quartier lors des visites aux commerçant·es.

12 Structure juvénile du FN.

13 WACQUANT Loïc, Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille : Agone, 2000.

14 Note de terrain, mars, 2014.

15 GOFFMAN Erving, La Présentation de soi, Éditions de Minuit, « Le Sens Commun », 1973.

16 PINÇON Michel et PINÇON-CHARLOT Monique, « Aises et malaises du chercheur : considérations sur l’enquête sociologique dans les beaux quartiers », L’Homme et la société, n° 116, 1995, p. 19-29 ; ROLLE Valérie, « Abandonner le terrain des bikers », SociologieS [En ligne] … art.cit.

17 Les dirigeants frontistes conseillaient, par exemple, de transmettre régulièrement les communiqués de presse et d’accorder des interviews aux journalistes, « ces personnes étant les vecteurs incontournables de notre parole et action ». Compte-rendu réunion, non classé, Novembre 2013, archives personnelles.

18 Compte-rendu des actions militantes du 11 avril au 10 mai 2013, « Relationnel », archives personnelles.

19 BOURON Samuel, « Des "fachos" dans les rues aux "héros" sur le web. La formation des militants identitaires », Réseaux, vol. 202-203, n° 2, 2017, p. 187-211. Certaines sous-cultures radicales ainsi que les classes populaires sont assignées à la même masculinité agressive, voir, GUYON Stéphanie, « Supporterisme et masculinité : l'exemple des Ultra à Auxerre », Sociétés & Représentations, vol. 24, n° 2, 2007, p. 79-95 ; GINHOUX Bérangère, « Comment devient-on un "gars du groupe" quand on est une fille ? Carrière et combines des supportrices ultras », Agora débats/jeunesses, vol. 71, n° 3, 2015, p. 7-21.

20 Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont près de 35 % (30 % de moyenne dans l’ensemble de la commune) et les personnes diplômées du supérieur sont près de 70 % de la population (60 % en moyenne dans l’ensemble de la commune). Source, INSEE.

21 Lors des actions militantes, plusieurs photos sont prises et ensuite publiées sur les réseaux sociaux pour prouver le travail du FN sur le terrain.

22 Son interlocuteur a caractérisé la couleur de sa peau de cette façon.

23 DULONG Delphine et LÉVÊQUE Sandrine, « Une ressource contingente. Les conditions de reconversion du genre en ressource politique », Politix, vol. 15, n° 60, Quatrième trimestre 2002. La parité en pratiques, dir. Eric Fassin et Christine Guionnet, p. 81-111.

24 Notes de terrain, février, 2014.

25 HOCHSCHIELDS Arlie R., The Managed Heart Commercialization of Human Feeling. University of California Press, 1983.

26 DUNEZAT Xavier, « La fabrication d’un mouvement social sexué : pratiques et discours de lutte », Sociétés et Représentations, n° 24, 2007, p. 269-283.

27 DUNEZAT, Xavier, Chômage et action collective. Luttes dans la lutte. Mouvements de chômeurs et chômeuses de 1997-1998 en Bretagne et rapports sociaux de sexe, Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Danièle Kergoat, Université de Versailles/Saint-Quentin-En-Yvelines, 2004.

28 AVANZA Martina, « Comment faire de l'ethnographie quand on n'aime pas « ses indigènes » ? Une enquête au sein d'un mouvement xénophobe », in BENSA Alban et FASSIN Didier (dir.), Les politiques de l'enquête, La Découverte « Recherches », 2008, p. 51.

29 ROBNETT Belinda, How Long? How Long? African American Women in the Struggle for Civil Rights, Oxford University Press, 1997.

30 PINÇON Michel et PINÇON-CHARLOT Monique, Sociologie de la Bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2016, p. 86-87.

31 Le FN a renoncé à investir un·e candidat·e tête liste en interne pour la municipalité dont il est question dans cet article. Il a en revanche décidé d’appuyer la candidature d’un candidat extérieur au parti, qui se définit de droite et libéral.

32 « … These social identities are as complex and intersectional as any other: a white, upper-class pro-life activist is no less intersectional than a black feminist from a poor background […] », voir AVANZA Martina, « Using a Feminist Paradigm (Intersectionality) to Study Conservative Women: The Case of Pro-Life Activists in Italy », Politics & Gender, 2019, p. 1–29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margherita Crippa, « Devenir (temporairement) « frontiste ». Ce que les rapports de genre et de classe disent du FN à partir d’en bas »Terrains/Théories [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 31 octobre 2019, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/2117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.2117

Haut de page

Auteur

Margherita Crippa

IRISSO, Université Paris Dauphine/PSL

Margherita Crippa est doctorante en science politique à l’IRISSO/Université Paris Dauphine. Dans sa thèse, elle interroge les mécanismes d’institutionnalisation du Front National à partir du local depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti. Ses travaux s’intéressent notamment aux problématiques liées à l’engagement militant, la professionnalisation politique et les rapports sociaux de genre et de classe qui font l’institution partisane.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals