Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La fabrique, 2018, 326 p.

Camille Ferey

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage se situe ainsi dans la filiation directe du cours de Foucault : FOUCAULT Michel, Naissanc (...)

1L’ouvrage de Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire se propose de déceler dans les conflits politiques et sociaux des années 1970 aux États-Unis les racines théoriques et pratiques du libéralisme contemporain. Ce dernier y est défini en termes foucaldiens comme un « art de gouverner1 » (p. 9) intrinsèquement hostile à la démocratie, construit et s’imposant par tout un arsenal d’outils politiques, militaires, juridiques, idéologiques et économiques, en réaction aux mouvements sociaux dénonçant le fonctionnement interne et l’impact public de l’entreprise privée capitaliste. L’analyse de cette répression polymorphe des mouvements sociaux permet ainsi à l’auteur de soutenir que le libéralisme est fondamentalement autoritaire, au sens où son fonctionnement requiert des formes d’interventions étatiques anti-démocratiques et violentes.

  • 2 À ce titre, on peut citer au moins deux ouvrages contemporains non cités par l’auteur, mais qui ont (...)

2Si cette réaction aux mouvements sociaux s’est jouée sur différents terrains, c’est celui de l’entreprise privée qui retient ici l’attention de l’auteur et constitue l’objet principal de l’ouvrage. Il souligne à juste titre que cette dernière, institution centrale du monde contemporain, retient pourtant peu l’attention de la philosophie, mieux armée pour étudier le pouvoir d’État et la souveraineté politique que le « gouvernement privé » (p. 10), c’est-à-dire les rapports de pouvoir, les conduites et les formes de subjectivité qui naissent dans l’entreprise et dans les domaines de la vie humaine sur lesquels elle agit. L’ouvrage se présente ainsi comme une contribution bienvenue à une « philosophie critique de l’entreprise » (p. 11) que l’auteur appelle de ses vœux, et qui analyserait les concepts centraux de la « pensée économique et managériale dominante » (p. 11)2. Dans la lignée des travaux de Luca Paltrinieri en France et des Critical Management Studies anglo-saxonnes, la volonté de définir et d’historiciser l’entreprise est aussi l’occasion pour l’auteur de proposer un dialogue dynamique entre la philosophie et les sciences sociales.

  • 3 FOUCAULT Michel, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire » (1971), Dits et écrits, t. II, Paris, Gal (...)
  • 4 Voir HABER Stéphane, « Au-delà du caractère. Sombart, Weber et la question des racines subjectives (...)

3Grégoire Chamayou fait le choix d’étudier une « situation » (p. 10), c’est-à-dire un ensemble de programmes, stratégies, interrogations et analyses formulés au sein de ce qu’il nomme le « monde des affaires » états-unien, plutôt qu’un corpus de textes choisis parmi les théoriciens du néolibéralisme qui donnerait à cette doctrine la fixité et la cohérence des tables de la loi. Cette méthode originale qui consiste à étudier aussi bien les théories de Carl Schmitt ou Friedrich Hayek qu’un ensemble riche et éloquent de « sources grises » – publicités, manuels de management, conférences et codes de conduite rédigés par les entreprises – permet de dessiner par petites touches un portrait idéologique et philosophique du libéralisme contemporain. Il s’agit, en somme, d’une entreprise généalogique à la manière dont Michel Foucault la définit3. L’auteur prend ainsi au sérieux l’idée que notre présent est fils de la « discorde », du « disparate », de luttes et d’accidents qui permettent, si on en retrace le chemin embrouillé et complexe, de saisir sa vérité, sa contingence et sa possible transformation4. Cette « fresque historico-philosophique » (p. 136) permet de mettre en avant l’hétérogénéité idéologique de la classe dominante en même temps que sa capacité à défendre des intérêts communs. À ce titre, l’ouvrage livre une approche intéressante, bien qu’indirecte, de la notion de classe sociale, qui sollicite autant Karl Marx et Antonio Gramsci que Pierre Bourdieu ou Michel Foucault.

4L’ouvrage s’organise en six parties qui sont autant de fronts sur lesquels le monde des affaires a eu à se situer en mettant en place des réponses doctrinales et pratiques aux attaques qui lui étaient faites.

5La première partie s’attache à définir la nébuleuse de réponses à ce qui est alors identifié comme une crise de la docilité des travailleurs dans un contexte de plein emploi et de forte syndicalisation. Chamayou met essentiellement en lumière deux types de réaction du monde des affaires qui, pour différentes qu’elles soient sur le plan doctrinal, se combinent efficacement en pratique.

6D’un côté, on voit émerger et se diffuser un arsenal discursif qui accuse le travail (son coût, la conduite des travailleurs et la position de force des syndicats) d’être responsable de la crise et de la baisse du taux de profit, et un ensemble de réponses disciplinaires. De l’autre, on voit se développer toute une rhétorique participative qui critique les syndicats au nom de la démocratie et prône un nouveau management à même de faire converger les intérêts du travail et du capital. L’auteur montre ainsi que la responsabilisation, la participation directe, individuelle et dialogique, plutôt que syndicale et agonistique s’inscrivent dans une « stratégie de l’engagement » (p. 22) obéissant aux mêmes objectifs et soumises aux mêmes intérêts matériels que les mesures disciplinaires. Il décrit en effet l’imbrication de formes douces misant sur l’engagement volontaire des travailleurs et de formes répressives visant à les discipliner par la peur et le contrôle, afin de restaurer un rapport de force en faveur des classes dominantes. On peut néanmoins regretter l’absence d’une analyse plus poussée des cadres conceptuels de ces différentes « stratégies », dont la superposition est particulièrement d’actualité. Une telle analyse aurait peut-être permis de préciser la teneur de leurs affinités idéologiques et leur dimension « stratégique ».

  • 5 Sur les liens entre les normes démocratiques d’organisation de l’activité humaine et le mode capita (...)
  • 6 Voir notamment ce concept dans : FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimar (...)

7La deuxième partie s’attache à montrer comment le développement de l’actionnariat bouleverse l’organisation de l’entreprise en dissociant la propriété de la fonction de contrôle. Alors que les actionnaires deviennent propriétaires, ce sont les « managers » non-propriétaires qui exercent l’autorité au sein de l’entreprise, ouvrant la voie à la mise en cause de la légitimité de ses dirigeants et à une série de contestations contre son organisation anti-démocratique5. L’auteur propose le concept de « managérialité » (p. 49) pour désigner la façon dont l’entreprise commence alors à être pensée dans les termes du gouvernement politique (la « gouvernementalité libérale6 » décrite par Foucault opèrera par la suite le mouvement inverse puisqu’elle consiste à appliquer une grille d’analyse strictement économique aux rapports sociaux et politiques). Face à cette remise en cause du fonctionnement politique de l’entreprise dont l’organisation hiérarchique va de moins en moins de soi, une partie du monde des affaires reprend à son compte la rhétorique de la lutte des classes et s’engage dans une « guerre » contre les revendications démocratiques au sein de l’entreprise. La mise au jour de cette utilisation d’un vocabulaire guerrier et contestataire par le monde des affaires permet à Chamayou d’inverser l’image d’un mouvement social qui viendrait perturber l’ordre supposé naturel et spontané de la société : cet ordre apparait à travers les sources de l’auteur comme ayant tout autant recours à la lutte et à la force pour s’imposer, justifiant ainsi l’idée d’un « libéralisme autoritaire ».

8La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux réactions du milieu des affaires face à l’importante vague de dévaluation de l’entreprise dans la société des années 1970. L’entreprise est alors de plus en plus perçue comme un pouvoir illégitime et totalitaire qui s’étend à de nombreux pans de la vie (puisqu’en tant qu’ils travaillent et consomment, les individus dépendent des entreprises) sans être soumis à aucun contrôle. À nouveau, la force de la démonstration est qu’elle montre comment un vaste ensemble de réactions disparates et parfois en opposition ouverte finissent en pratique par se compléter, s’hybrider, et parviennent à défendre l’intérêt tout de même commun de ce monde hétérogène : « reprivatiser » (p. 101) l’entreprise afin de disqualifier les critiques formulées dans les termes du gouvernement public à l’encontre de la légitimité de son pouvoir. L’auteur montre alors comment le milieu des affaires met en place une véritable stratégie de dépolitisation de l’entreprise. D’un côté, les vastes campagnes de publicité sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises tendent à transformer la question du rôle public de l’entreprise en une question morale, relevant strictement de l’engagement individuel de chaque entreprise pour des causes qui lui parlent. D’un autre côté, un assaut apparemment contradictoire est mené sur le plan idéologique, notamment grâce au financement de nombreux think tanks, contre une classe explicitement désignée comme ennemie du business, composée d’un ensemble d’universitaires et de militants écologistes. Cette attaque doctrinale, que Chamayou qualifie d’« ontologique » (p. 105), développe une théorie de l’entreprise où celle-ci apparait en effet comme un « non-être » (ibid.), c’est-à-dire comme une entité mouvante, un ensemble de relations contractuelles qui ne saurait être responsable de rien puisqu’elle ne constitue pas un sujet juridique ou moral. Si ce mouvement semble aller à l’encontre de la notion de « responsabilité sociale des entreprises », l’auteur montre bien comment ces deux stratégies s’insèrent finalement dans un même ensemble pratique en concourant à la même finalité : dépolitiser la question de l’entreprise.

9La quatrième partie de l’ouvrage décrit les outils mis en œuvre par les entreprises en réponse au développement du militantisme dans la société. En s’arrêtant notamment sur la gestion de différents boycotts de grande ampleur, comme le boycott de Nestlé suite aux dégâts sanitaires de son lait infantile dans le Tiers Monde, cette partie, une des plus stimulantes pour penser l’actualité, met en avant l’émergence d’arts de gouverner inédits qui mêlent stratégies militaires et discursives. Alors que les partenariats publics-privés et les concertations publiques sont aujourd’hui en plein essor, l’idée défendue par l’auteur, d’une « managérialité stratégique » (p.137) – qui consiste à mettre sous tutelle le militantisme par le dialogue et à donner aux entreprises un rôle nouveau dans le gouvernement du monde social et la formulation des problèmes publics et de leurs solutions – est particulièrement intéressante. Les discussions autour des limites des dispositifs de démocratie délibérative, en termes d’affaiblissement du militantisme, d’exclusion sociale, ou encore de reproduction de rapports de pouvoir font date en philosophie politique depuis la publication des travaux de Jürgen Habermas. L’originalité de l’ouvrage est cependant ici de s’appuyer sur les propos d’ « experts en contre-activisme » au sein des entreprises ou de cabinets de conseil qui vendent leurs services aux entreprises victimes de boycott comme Nestlé, Shell ou Monsanto. Ces sources grises, qui relèvent du programme d’action plutôt que de la philosophie politique, constituent au moins deux apports dans ces discussions autour de la démocratie, en faveur de l’idée que le dialogue fonctionne comme stratégie de pouvoir. D’abord, du point de vue de la sociologie des organisations, elles montrent les porosités qui existent entre le monde militaire et les entreprises instigatrices de concertations, dans les trajectoires professionnelles mais aussi les circulations intellectuelles, le Manuel de contre-insurrection de l’armée américaine étant par exemple cité comme ouvrage de référence par les « chargés d’affaires extérieures » des entreprises. Ensuite, du point de vue conceptuel, ces sources montrent que la capacité du dialogue et des concertations à affaiblir le militantisme par diversion, disqualification, cooptation, épuisement et cantonnement des problèmes à un espace clos, relève bien dans le contexte conflictuel des années 1970, d’une stratégie délibérée. Ce détour historique par les programmes d’action du milieu des affaires fournit donc un matériau intéressant pour les débats philosophiques actuels sur les modèles de démocratie participative.

10La cinquième partie de l’ouvrage met en avant les outils juridiques employés par le milieu des affaires pour contourner l’exigence croissante de régulation publique internationale de l’activité privée. Si certains passages relèvent plus du pamphlet que de la démonstration, cette partie présente néanmoins l’intérêt de développer une réflexion plus centrée sur le type de rationalité à l’œuvre dans cet « art de gouverner ». Elle montre ainsi comment la logique de l’homo economicus, agissant par calcul de son intérêt individuel, qui sous-tend la rationalité néolibérale telle qu’elle a été décrite notamment par Foucault, coexiste avec une autre logique : celle de l’homo ethicus. D’un côté, une rationalité libérale développe des arguments contre les normes sociales et environnementales en termes économicistes de coûts et de bénéfices. De ce point de vue, l’auteur cite ici des propos et théories confinant à l’absurde – comme lorsque des économistes tentent de donner un prix à une vie humaine pour le comparer au coût de désamiantage d’un bâtiment –, pour montrer qu’il ne s’agit pas d’une simple aberration, mais bien d’une logique inhérente à cette forme de rationalité, qui s’avère dès lors essentiellement incapable de penser les enjeux écologiques et sociaux. D’un autre côté, une rationalité « éthique » (p. 200) tend à contourner la régulation par la logique de la responsabilisation : il s’agit alors de remplacer la contrainte juridique par la participation volontaire et de gouverner les conduites des hommes par l’invocation de leur devoir moral. L’originalité de ce passage est ici de montrer que ces deux logiques ont en commun de dépolitiser les questions de production et de consommation – l’une par l’économie, l’autre par la morale – et donc de fonctionner stratégiquement comme désamorçage des tentatives de régulations publiques.

11La dernière partie de l’ouvrage s’arrête sur les relations du libéralisme naissant dans les années 1970 avec l’État et la démocratie. La force de ce passage est de montrer comment ce système s’enracine dans une théorie autoritaire de l’État tout en fonctionnant comme « technologie politique » (p. 261), c’est-à-dire par orientation des comportements sans recours à la force ou à l’obligation. L’analyse des emprunts de Hayek à Schmitt permet ainsi d’un côté de montrer que l’autoritarisme politique est, d’un point de vue doctrinal, constitutif du libéralisme économique, l’ordre du marché ne s’instituant jamais spontanément. Le recours de l’État à la force est ainsi directement préconisé dans ces textes fondateurs du libéralisme. Mais cet autoritarisme militaire ou policier se combine d’un autre côté avec un rétrécissement du champ d’action de l’État afin de développer de nouveaux marchés. Ce rétrécissement passe par la construction de conduites et de mœurs savamment orientés afin de transformer les revendications politiques et sociales en demandes marchandes. Enfin, outre l’éclairage de ce rapport paradoxal du libéralisme à l’État, ce chapitre met en avant la reprise des mots d’ordre de la gauche radicale – comme l’empowerment – par les penseurs libéraux, qui justifient ainsi l’amoindrissement de l’État social en s’appuyant sur des revendications démocratiques. Démocratie devient alors synonyme de libéralisme, au prix d’une vaste entreprise de redéfinition de la démocratie comme possibilité de consommer librement des produits et services échappant à toute régulation étatique.

  • 7 CHAMAYOU Grégoire, Les chasses à l'homme, Paris, La Fabrique Éditions, 2010.
  • 8 CHAMAYOU Grégoire, La Théorie du drone, Paris, La Fabrique Éditions, 2013.
  • 9 Le numéro de la revue Terrains/Théories consacré au néolibéralisme permet d’avoir une vision d’ense (...)

12Après s’être intéressé notamment aux pratiques de chasses à l’homme comme paradigmes de la violence sociale7 puis aux transformations de l’éthique militaire dans une étude sur l’usage du drone8, Grégoire Chamayou poursuit ici son travail d’extension du domaine de la philosophie critique. Grâce à un travail riche qui fait parler et articule entre elles des sources extrêmement variées, il parvient à mettre en avant l’unité hétérogène de la classe dominante. On comprend ainsi comment le disparate, et parfois même l’antagonique, peuvent finalement concourir à tracer les contours d’une technologie de pouvoir, c’est-à-dire d’un ensemble de conduites, de discours qui ont une cohérence, notamment du fait d’intérêts matériels solidement défendus. En s’attelant à une analyse des pratiques du néolibéralisme, l’ouvrage procède donc au dévoilement d’un ensemble de stratégies dispersées dont il dresse une cartographie doctrinale. On peut regretter que cette volonté d’articuler dans l’analyse la théorie et la pratique du néolibéralisme se réfère assez peu aux travaux contemporains l’ayant pris pour objet. L’auteur, de ce fait, contourne parfois certains enjeux et problématiques qui sont au cœur de la réflexion des sciences humaines et sociales sur son objet. Le néolibéralisme est-il une idéologie ? Une forme nouvelle du pouvoir ? Un type de rationalité ? De subjectivité ? Un système économique ? Comment (re)définit-il les notions de classe sociale, de pouvoir, d’autonomie, de marché ? Le propos de Grégoire Chamayou, parfois plus descriptif qu’analytique, ne parvient ainsi pas tout à fait à dégager, par-delà les manifestations historiques de ce système politico-économique, des lignes de fonctionnement structurelles9.

13Enfin, s’il apporte des sources nouvelles à l’idée déjà développée, notamment par Karl Marx et Karl Polanyi, d’une violence consubstantielle au capitalisme libéral et de la nécessité d’un arsenal militaro-policier pour imposer l’ordre du marché, ce sont surtout ses développements autour des stratégies plus douces, dialogiques, s’appuyant sur l’engagement volontaire et la responsabilisation des individus qui nous semblent les plus originaux. Plus encore, la manière dont l’auteur montre la coexistence de ces deux modes de pouvoir et leur appartenance à un même ensemble pratique, plutôt que de les opposer, apporte une contribution intéressante aux réflexions de philosophie politique sur les formes démocratiques dans un contexte de libéralisme économique.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage se situe ainsi dans la filiation directe du cours de Foucault : FOUCAULT Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Seuil, 2004. Dans ce texte, Foucault analyse les formes libérales de gouvernement et les rapports entre la « société civile » et l’État qui se jouent dans les reconfigurations contemporaines de ces modes de gouvernement. Chamayou lui emprunte ici la notion de « crise de gouvernementalité » pour désigner les mouvements sociaux des années 1970 et leurs rapports à l’État.

2 À ce titre, on peut citer au moins deux ouvrages contemporains non cités par l’auteur, mais qui ont amorcé cette démarche : BOLTANSKI Luc et CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999 et DARDOT Pierre et LAVAL Christian, La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte, 2010.

3 FOUCAULT Michel, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire » (1971), Dits et écrits, t. II, Paris, Gallimard, 1994, p. 136-156.

4 Voir HABER Stéphane, « Au-delà du caractère. Sombart, Weber et la question des racines subjectives de la participation au capitalisme », Terrains/Théories [En ligne], 6 | 2017. L’auteur y défend une vision du capitalisme néolibéral comme « assemblages de dispositifs divers dont les effets restent toujours contingents » plutôt que comme « grand système ».

5 Sur les liens entre les normes démocratiques d’organisation de l’activité humaine et le mode capitaliste libéral d’organisation du travail, voir l’important ouvrage d’Alexis Cukier : Le travail démocratique, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx confrontation », 2018. La philosophie sociale du travail qu’il y développe s’inscrit tout à fait dans la démarche de théorisation critique de l’entreprise comme institution politique et sociale prônée par Grégoire Chamayou.

6 Voir notamment ce concept dans : FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard/Seuil, 2004.

7 CHAMAYOU Grégoire, Les chasses à l'homme, Paris, La Fabrique Éditions, 2010.

8 CHAMAYOU Grégoire, La Théorie du drone, Paris, La Fabrique Éditions, 2013.

9 Le numéro de la revue Terrains/Théories consacré au néolibéralisme permet d’avoir une vision d’ensemble de ces enjeux théoriques et des réponses qui leurs sont apportées par une approche pluridisciplinaire particulièrement riche. Voir CUKIER Alexis et BISSONNETTE Jean-François, (coord.), « Néolibéralisme et subjectivité », Terrains/Théories [En ligne], 6 | 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Ferey, « Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La fabrique, 2018, 326 p. »Terrains/Théories [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 12 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/2406

Haut de page

Auteur

Camille Ferey

Camille Ferey est doctorante en philosophie au laboratoire Sophiapol de l’université Paris Nanterre. Sa thèse porte sur les modèles de démocratie participative en philosophie politique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals