Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pierre BOURDIEU, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993, Seuil, 2017, 337p. Claire PIGNOL La théorie de l’équilibre général, Presses Universitaires du Septentrion, Les Savoirs mieux, 2017, 121p.

L’homo oeconomicus a-t-il vécu ? Dialogue imaginaire entre Pierre Bourdieu et une économiste
Anne de Rugy

Texte intégral

  • 1 Les références aux pages des deux ouvrages sont précédées des initiales de l’auteur.

1Rien ne rapproche à première vue, sinon leur parution simultanée, le petit livre de Claire Pignol, économiste, La théorie de l’équilibre général, et celui de Pierre Bourdieu, Anthropologie économique, qui regroupe ses cours au Collège de France, dispensés en 1992 et 1993 et minutieusement édités par Patrick Champagne et Julien Duval. Pourtant, les deux ouvrages ont un objet commun : la théorie de l’équilibre général qui s’est imposée comme théorie de référence en sciences économiques dans la deuxième moitié du XXème siècle. Claire Pignol souhaite en faire la présentation la plus neutre possible, « pour permettre au lecteur d’avoir une idée non caricaturale de l’ampleur de ses objectifs et de la nature de ses résultats » (CP, p. 1211). Pierre Bourdieu ne cache pas son intention critique mais il est rare de voir un sociologue s’intéresser d’aussi près à une théorie difficile d’accès, notamment en raison de ses développements mathématiques, s’y confronter, avouer son incompétence parfois et citer des auteurs dont les articles pointus ont fait date depuis dans la discipline (Kenneth Arrow, Franck Hahn, Hugo Sonnenschein, Alan Kirman, Jean Tirole, etc.). La forme du cours oral retranscrit autorise cette liberté de ton qui rend la lecture de cette pensée in progress particulièrement réjouissante. Les deux ouvrages nous proposent d’entrer dans le « fameux modèle Arrow-Debreu » (PB, p. 145), ou encore l’économie « hardcore » (PB, p. 145), le « noyau central » (PB, p. 148) de la théorie économique « qui a la prétention de tout englober » (PB, p. 146), le monde « des économistes purs et durs qui font des équations, des courbes, etc. » (PB, p. 131). Claire Pignol vise à expliciter les fondements de ce modèle en le débarrassant, pour des raisons pédagogiques, de ce que Pierre Bourdieu nomme le « morbus mathematicus », la « maladie mathématique » (PB, p. 142). Sur bien des points, l’ouvrage de Claire Pignol confirme les hypothèses du sociologue, « explicite cette théorie de l’homo oeconomicus », ce que Pierre Bourdieu appelait de ses vœux (PB, p. 235), ouvrant ainsi la possibilité d’un dialogue inattendu entre sociologues et économistes sur un des points les plus techniques de l’économie.

  • 2 Jean Tirole, « L’homo oeconomicus a vécu », Le Monde, 7 octobre 2018.

2On pourrait trouver de nombreuses voies d’entrée dans ce « monde à la Arrow-Debreu » et Claire Pignol en suggère plusieurs : la coordination, l’équilibre, l’efficience, la justice, etc. Il en est une parmi d’autres qui permet de faire dialoguer les deux ouvrages : la figure de l’homo oeconomicus, celle que privilégie Pierre Bourdieu dans sa critique. Si le livre de Claire Pignol n’en fait pas un point central, il apporte néanmoins clarifications et souvent confirmation des intuitions de Pierre Bourdieu. Alors qu’une récente tribune de Jean Tirole titrait « L’homo oeconomicus a vécu »2, posant les conditions d’un dépassement du cadre néoclassique dans une économie comportementale qui s’appuierait sur un agent social à la rationalité limitée, Pierre Bourdieu et Claire Pignol invitent à une critique du modèle néoclassique qui pourrait bien ne pas être finalement celle de la rationalité.

L’homo oeconomicus au fondement de la théorie de l’équilibre général

  • 3 Arrow Kenneth et Hahn Franck, General Competitive Analysis, Holden-Day, San Francisco, 1971.

3Le terme d’homo oeconomicus est peu cité dans l’ouvrage de Claire Pignol, on y trouve plus simplement celui d’individu. En effet, l’individu est à la fois la figure typique d’une forme de société, la société des individus, et le point de départ méthodologique de l’analyse économique qui se propose de déduire le fonctionnement de l’économie du seul comportement des individus. La théorie de l’équilibre général naît de ce projet-même : s’interroger de la possible cohérence de décisions économiques – permettant la satisfaction des besoins – dans une société où les décisions de consommation et de production (les quantités offertes et demandées) sont décentralisées. C’est le problème théorique posé par Kenneth Arrow et Franck Hahn dans leur ouvrage fondateur, General Competitive Analysis3, « une question originale, celle de la coordination des décisions décentralisées » (CP, p. 16). La théorie de l’équilibre général représente formellement la question de la satisfaction des besoins en partant d’individus mus seulement par leur intérêt propre et non, par exemple, par des préoccupations de coordination ou de souci d’autrui. Cet individu, souvent désigné par le terme d’homo oeconomicus, naît de l’abstraction d’un type de société dont l’ordre se conçoit au regard des désirs des agents. Leurs désirs sont « définis séparément les uns des autres » et ils ne sont soumis « à aucune instance politique de coordination » (CP, p. 11). La question économique, directement héritée d’Adam Smith, est alors celle de l’ajustement des désirs individuels, de leur cohérence, de leur possible harmonie. L’exposition de Claire Pignol vient conforter l’argumentation de Pierre Bourdieu qui voit dans le modèle de l’équilibre général la représentation des échanges marchands dans leur « vérité, voire leur brutalité » : l’intérêt individuel est regardé sans fard, à l’inverse des sociétés précapitalistes que Pierre Bourdieu analyse dans les premiers cours, où les agents sont « obligés d’être obligeants » (PB, p. 121). Les agents sont vus comme « des globules de désir enfermés sur eux-mêmes » (PB, p. 155) qui n’ont pas d’autres relations avec autrui que des relations marchandes.

  • 4 Cette hypothèse demanderait à être discutée mais ni Pierre Bourdieu ni Claire Pignol ne le font ici

4Quelles sont les caractéristiques de cet « homme économique » ? Les hypothèses définissant l’homo oeconomicus sont de deux ordres : certaines participent de son principe de construction (sa rationalité maximisatrice), d’autres sont de simples conditions de l’existence d’un équilibre, non des traits caractéristiques tirés de l’observation des comportements d’un individu ou de présupposés sur le comportement individuel, dont le modélisateur cherche ensuite à trouver une certaine plausibilité empirique et logique. Ainsi, la caractéristique première et largement commentée de l’homo oeconomicus est sa rationalité. Cette rationalité va de pair avec l’hypothèse que les préférences sont données. L’individu a une connaissance de ses propres désirs (qu’il exprime à travers des demandes fictives ou réalisées) et oriente son action en vue de les satisfaire. L’individu peut toujours classer la satisfaction que lui procure un bien comparé à un autre (satisfaction ordinale) et peut ainsi maximiser utilité et profit. Les autres hypothèses ajoutées viennent compléter cette représentation : il sature sa contrainte budgétaire, il préfère les mélanges et il n’est pas contraint de participer à l’échange (hypothèse de survie4). L’hypothèse de non satiété, suppose que, toutes choses égales par ailleurs, l’individu ne dit jamais « n’avoir plus faim de richesses » (CP, p. 34), la modération de ses demandes étant imposée par la contrainte budgétaire soit la condition de « ne pas dépenser plus qu’il ne possède » (CP, p. 34). Enfin, pour des raisons mathématiques, l’utilité marginale (tout comme le rendement marginal) est supposée positive mais décroissante. Non satiété et goût de la variété sont les deux seules caractéristiques générales des préférences individuelles auxquelles s’ajoute la divisibilité des biens sur lesquels portent les préférences.

  • 5 Louis Pinto, L’invention du consommateur, Paris, PUF, 2018.

5Le livre de Claire Pignol insiste sur une dimension, paradoxalement peu commentée, de l’homo oeconomicus : l’immense tolérance sociale quant aux désirs individuels, posée ici en principe, dans la limite de la contrainte budgétaire. La rationalité du consommateur ne suppose nullement une orientation des désirs mais seulement un principe pour les atteindre : faire le meilleur usage, y compris à travers l’échange, des moyens dont on dispose. En cela il s’agit bien d’une tentative de représentation d’une société libérale qui participe de « l’invention du consommateur »5. Cette prétention ne se confond nullement avec une orientation libérale des politiques économiques : d’une part, la théorie de l’équilibre général n’a pas de visée empirique (au moins directe), d’autre part, elle peut justifier tout aussi bien une intervention de l’Etat par exemple dans les cas où les conditions de la concurrence ne sont pas réunies (externalités, biens publics, etc.). Mais le libéralisme porte sur la souveraineté du consommateur : la consommation n’est sujette à aucun jugement moral, philosophique et politique et n’a pas de dimension commune. L’économie ne juge pas de la pertinence des désirs individuels, qu’il s’agisse de la préférence pour le présent, du goût du luxe ou de la préférence pour le loisir. La question est de savoir si ces désirs individuels pluriels peuvent être coordonnés par un système de prix qui évite le chaos, les pénuries comme les surplus. La rationalité porte sur l’ajustement des moyens aux fins (la satisfaction) pas sur le choix de telle ou telle forme de satisfaction, toutes sont égales en dignité. Ainsi n’est pas jugée irrationnelle pour le théoricien une consommation qui peut apparaître comme telle au bourgeois ordinaire qui déplorerait l’achat de biens dispendieux, produits de marques ou écrans plats, au détriment d’une nourriture « saine et équilibrée ». Le modèle repose sur un idéal, l’absence de normes collectives de consommation, et défend une tolérance sans jugement autre que la nécessité d’égaliser (de façon intertemporelle) les ressources aux dépenses. La cigale égale la fourmi en dignité si tant est que la cigale sache survivre de peu ou faire de son chant une ressource sans solliciter autrui la bise venue !

La critique sociologique de l’homo oeconomicus

6Le cours de Pierre Bourdieu est tout entier orienté vers la critique sociologique de l’homo oeconomicus, le « péché originel » de la théorie de l’équilibre général. La première critique porte sur le caractère fictionnel de la représentation de l’agent : « l’agent économique universel et atemporel est donc une pure fiction » (PB, p. 136). Le livre de Claire Pignol ne dément pas ce constat, parti pris de la théorie de l’équilibre général. Ainsi l’agent économique est-il représenté comme « a-historique », « universel », « autonome » tout comme ses préférences, exogènes, individuelles et stables (PB, p. 135). Or, d’une part, dit Pierre Bourdieu, la subjectivité même de l’agent économique est le produit d’un certain type de société, « l’idée même de subjectivité est le produit du social » (PB, p. 242), et d’autre part, les préférences ne sont pas données mais collectivement et socialement constituées. Les préférences des agents sont des « dispositions à aimer des choses socialement constituées comme aimables dans l’état donné d’un univers social déterminé » (PB, p. 206), elles sont conditionnées par l’habitus. Ces préférences individuelles ne sont donc pas choisies : « ce qu’exprime l’expression "j’aime ça" est un acte de choix dont le principe n’est pas choisi, l’habitus étant le principe non choisi de tous les choix » (PB, p. 240). Le lecteur retrouve là une théorie qui lui est familière qui enrichit la conception de l’agent économique d’une genèse des préférences et interroge la représentation de la consommation comme acte individuel.

  • 6 Voir par exemple l’enquête en cours de Marie Cartier et Thomas Amossé présentée succinctement in «  (...)

7Pierre Bourdieu développe une seconde critique de la fiction de l’homo oeconomicus, celle de la rationalité, modèle fallacieux « qui consiste à mettre une pensée de savant dans une tête d’agent » qui devient ainsi un « super économiste » (PB, p. 235). Il reprend les arguments en faveur d’une rationalité limitée, sans pour autant s’en satisfaire, qui soulignent l’irréalisme de l’hypothèse de rationalité de l’homo oeconomicus compte tenu des limites des capacités cognitives individuelles et de la « monstruosité » des calculs prêtés à l’agent économique que « l’économiste ne pourrait même pas réaliser dans la vie quotidienne » (PB, p. 235). Bien que ces calculs ne soient pas présentés dans le livre de Claire Pignol, on le croit volontiers : « il faudrait être Dieu le père pour faire ce que les économistes disent que font les agents économiques » (PB, p. 245) ! A cette rationalité abstraite, Pierre Bourdieu oppose le caractère raisonnable des actions des agents. La différence est dans l’intention : alors que la rationalité néoclassique suppose une conscience des fins et un ajustement calculé des moyens à ces fins, le comportement raisonnable tient compte des contraintes et ajuste pratiquement et instinctivement les désirs aux moyens : « les agents sociaux ne sont pas fous et veulent, en gros, ce qu’ils peuvent », « ils ont tendance à avoir des espérances, des aspirations, des anticipations grossièrement ajustées à leurs chances de satisfaction » (PB, p. 192). Ces ajustements « ont les apparences des finalités » et « l’habitus a quelque chose de l’instinct » : les agents « en ont rabattu et ils sont conformes à leur position sociale objective ». Autrement dit, contrairement à une indignation bourgeoise moralisatrice, ils n’engagent pas de dépenses inconsidérées et « au-dessus de leurs moyens », ont des consommations « grosso modo ajustées à leurs capacités de les satisfaire » (PB, p. 192) et respectent donc… leur contrainte budgétaire. La contrainte budgétaire est intériorisée comme si le désir lui-même s’évanouissait « lorsque les chances de le satisfaire ne sont pas remplies », « une des lois sociales les plus tristes » dit Pierre Bourdieu (PB, p. 192), y voyant probablement une auto-limitation de soi. Paradoxe de ces « calculs sans calculateurs » immédiatement repéré par l’auteur : « c’est un paradoxe mais bien que les agents ne calculent pas, tout se passe comme s’ils calculaient : en calculant, ils ne feraient pas beaucoup mieux » (PB, p. 255). « Les agents ont un équivalent pratique à la solution logique », un « sens pratique », un « sens du jeu qui permet de se débrouiller dans le monde économique » (PB, p. 254) ce que corroborent les enquêtes qualitatives sur la consommation qui montrent souvent un agent minutieusement prévoyant à la fois pour respecter sa contrainte budgétaire (être raisonnable) et s’accorder aussi des « petits plaisirs »6. Si l’existence de cette rationalité pratique et raisonnable pourrait paradoxalement donner une certaine épaisseur à l’homo oeconomicus, l’ouvrage de Claire Pignol vient apporter une critique interne plus funeste.

La théorie économique contre elle-même7

  • 7 Titre emprunté à Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993, o (...)

8Cette critique n’a pas échappé à Pierre Bourdieu qui affirme que les « armes » de la critique seraient « fournies par les économistes eux-mêmes » (PB, p. 141). Lecteur éclairé d’articles économiques pointus qui constituent la base bibliographique du livre de Claire Pignol, Pierre Bourdieu tient Kenneth Arrow pour « un des plus lucides des savants contemporains » (PB, p. 145) qui aurait mis au jour les problèmes techniques posés par l’existence et la stabilité de l’équilibre concurrentiel : « c’est un Dieu réflexif qui s’inquiète sur les fondements de son existence et qui le dit dans des textes extraordinaires » (PB, p. 146). Finalement, « les choses les plus inquiétantes sur les fondements de l’économie, on les trouverait chez cet homme qui est lui-même un fondement » (PB, p. 146). Ainsi le meilleur connaisseur des faiblesses de la théorie néoclassique n’est pas le « petit économiste appliqué qui fait des études sur la consommation des ménages » ou « les tas de bricoleurs de petits modèles plus ou moins partiels se réclamant malgré tout de cette théorie de l’équilibre général » (PB, p. 146) mais l’un de ses concepteurs ! Tous les éléments techniques de la critique interne (agent représentatif, existence de l’équilibre, convergence vers l’équilibre) sont commentés comme décisifs car c’est bien le projet de démonstration de la possibilité d’une coordination par les prix des décisions individuelles qui est en jeu jusqu’à la question de la stabilité, « indétermination fondamentale du modèle » (PB, p. 158).

  • 8 Hugo Sonnenschein, « Do Walras’identity and continuity characterize the class of community excess d (...)

9Ces points techniques sont minutieusement décryptés dans l’ouvrage de Claire Pignol qui décrit ces « résultats négatifs » comme « dévastateurs » (CP, p. 77) : « la conclusion est que l’on n’a aucune idée de la manière dont le mécanisme des prix concurrentiels peut mener à l’équilibre » (CP, p. 68). Kenneth Arrow et Gérard Debreu démontrent bien l’existence d’un équilibre ainsi que son optimalité au sens de Vilfredo Pareto : dans les conditions posées, il existe un système de prix tel qu’aucun agent n’a plus intérêt à l’échange. Cet équilibre est optimal dans le sens où aucune autre allocation de ressources ne permettrait d’améliorer la situation d’un agent sans détériorer celle d’un autre : cette situation est dite efficiente. Mais ces résultats sont considérablement amoindris par des résultats négatifs : Hugo Sonnenschein (1973) puis Rolf Mantel (1974) et Gérard Debreu (1974)8 démontrent l’impossible stabilité c’est-à-dire l’impossibilité d’établir un processus convergeant vers cet équilibre à partir d’hypothèses sur les individus et de variations des prix selon l’écart entre l’offre et la demande. Les économistes néoclassiques ne sont ainsi pas en mesure de démontrer qu’il existe un processus qui conduit à l’équilibre : les décisions économiques individuelles décrites conformément aux hypothèses précitées ne permettent pas de prouver que le système conduit à l’équilibre, seulement qu’il en existe un. Ces résultats sont, selon Claire Pignol, plus puissants encore que la critique de la rationalité de l’homo oeconomicus – qu’elle n’évoque pas – ou que la critique de la fiction du commissaire-priseur. De plus, au-delà de l’efficience, le modèle ne permet pas de déduire des seuls comportements individuels une conception de la justice, or « la notion d’optimalité ne dit rien de la justice d’une répartition des ressources » (CP, p. 101). Ainsi la théorie de l’équilibre général ne parvient pas à démontrer que l’équilibre social peut résulter des seuls choix individuels. Elle échoue dans son projet de justification du libéralisme. Elle n’en demeure pas moins une manière libérale de poser les problèmes en concevant la société comme le produit des choix individuels.

Dépasser l’homo utilitaristus ?

  • 9 Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Etienne Nouguez, Olivier (...)
  • 10 Richard H. Thaler et Cass R. Sunstein, Nudge. La méthode douce pour inspirer la bonne décision, Vui (...)
  • 11 Voir en ligne, URL : https://core-econ.org/the-economy/ ?lang =fr
  • 12 Thomas Piketty, Le capital au XXIème siècle, Seuil, 2013, p. 63.
  • 13 Florence Jany-Catrice et André Orléan, « L’Économie du XXIe siècle », La Vie des idées, 18 décembre (...)
  • 14 Ibid., URL: https://laviedesidees.fr/L-Economie-du-XXIe-siecle.html

10S’il est un reproche que l’on peut faire au livre de Claire Pignol c’est peut-être que la neutralité du propos, annoncé comme ni critique ni élogieux (CP, p. 121), laisse le lecteur un peu sur sa faim : n’y a-t-il pas d’autre critique que le simple constat de la nudité du roi ? La lecture des cours de Pierre Bourdieu peut nourrir ce désir de critique, dans un sens qui ne serait ni la simple substitution de la théorie sociologique au modèle économique ni le refuge dans une approche purement empirique. Sur ce point, Pierre Bourdieu semble évoluer au fil des cours qu’il dispense. Après avoir dénoncé la fiction de l’homo oeconomicus ou encore la dérive théorique d’un raisonnement modélisateur qui substitue « les choses de la logique à la logique des choses » (PB, p. 150), Pierre Bourdieu met en garde les sociologues contre une tentation de « se réfugier dans l’empirisme » qui viserait à décrire le fonctionnement des marchés réels : « je pense qu’il faut opposer à la théorie autre chose que des critiques empiriques » (PB, p. 161). Il y a là une intuition des limites de la critique empirique que l’avenir des sciences économiques ne contredit pas. Prenons deux exemples. L’économie comportementale substitue certes à l’homo oeconomicus un individu « réel » soumis à des « biais de rationalité »9 mais alors que les économistes néoclassiques s’interrogeaient sur la coordination et la distribution des ressources, les économistes comportementalistes prônent le paternalisme bienveillant pour « inspirer la bonne décision » et s’émerveillent des ruses de Carolyn, directrice de cantine scolaire, qui fait préférer aux enfants les carottes râpées plutôt que les frites10! On peut supposer que Pierre Bourdieu, attentif aux impositions normatives, n’y aurait pas vu un progrès. Avec une orientation un peu différente, le récent « manuel Core », L’Economie11, vise, et c’est louable, à « étudier la réalité » et à sortir l’économie de sa « passion infantile pour les mathématiques et les spéculations théoriques, et souvent très idéologiques »12. Florence Jany-Catrice et André Orléan y lisent même un changement de paradigme (« l’économie est devenue une science expérimentale »13) mais regrettent que cette manière de s’incliner devant « ce qui est » risque d’être aussi « un acquiescement au monde tel qu’il va ». La vérité empirique fait renoncer au concept d’homo oeconomicus et à l’intérêt pour les questions théoriques alors même que « le cadre d’analyse de L’Economie demeure entièrement néoclassique »14. L’existence d’un cadre conceptuel est incontournable pour qui veut mesurer des réalités économiques et les interpréter : mieux vaut que ce cadre soit discuté conceptuellement plutôt qu’une théorie qui ne dit pas son nom et se présente avec l’évidence du constat empirique.

  • 15 Voir aussi Christian Laval, L’homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Gal (...)
  • 16 Pierre Bourdieu, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000.
  • 17 Ibid., p. 105.

11Si la critique empirique est insatisfaisante, en quoi alors la sociologie peut-elle contribuer à nourrir une critique de l’homo oeconomicus ? Pierre Bourdieu propose explicitement de substituer l’individu mû par l’habitus et la théorie des champs au modèle néoclassique mais la confrontation des deux ouvrages montre à quel point représentation sociologique et modélisation économique sont éloignées dans leur logique interne et leurs questionnements, ce qui rend la substitution de l’une par l’autre à la fois improbable et insatisfaisante. Mais le travail sociologique peut conduire à dévoiler les tensions conceptuelles du modèle néoclassique, des partis pris qui n’ont rien d’évident et qui orientent la perception de la réalité. Concernant l’homo oeconomicus, ce n’est pas tant la rationalité du consommateur qui fait problème mais plutôt, et Pierre Bourdieu le souligne à juste titre, l’idée que la consommation serait individuelle et désirée comme finalité, deux postulats caractéristiques de l’individu maximisateur. Les travaux de Pierre Bourdieu montrent à quel point la représentation sociale d’une société d’individus indifférents aux désirs des autres est peu conforme à la société libérale15 qui, bien au contraire, valorise certaines préférences, jugées socialement légitimes, comme relevant de la « bonne vie » et du « bon choix » – l’enquête de Pierre Bourdieu sur le marché de la maison individuelle évoquée à plusieurs reprises dans ses cours est à cet égard remarquable16. Ainsi le désir de maison n’est-il pas une pure singularité individuelle aléatoirement distribué mais un désir fabriqué par les politiques gouvernementales (aides à la propriété individuelle, actions réglementaires, etc.), par les constructeurs (« la maison à aimer » dit la publicité pour les maisons Sergeco17) en lien avec des valeurs sociales (la propriété, la famille, la protection, etc.). La dimension symbolique de la consommation, son lien, notamment dans les sociétés marchandes, avec une « vie réussie » associent les désirs à des justifications morales et esthétiques qui sont autant de représentations du bonheur. La consommation réalise ainsi pratiquement des images du bonheur socialement situées autant que communes à un type de société et révèlent, dans leur réalisation, des idéaux de vie bonne. Les comportements de consommation sont en ce sens mus par l’habitus et la préoccupation de ce qu’il « faut faire » (PB, p. 193), ce qui est juste et légitime. Ainsi, la consommation individuelle se trouve-t-elle directement liée aux politiques publiques, celle du logement comme le montre l’enquête de Pierre Bourdieu, ou encore celle des transports. Dans ces conditions, considérer la consommation comme un choix purement individuel c’est invisibiliser sa dimension politique et s’interdire d’en débattre et de l’infléchir. C’est aussi renvoyer à la seule responsabilité individuelle des choix qui sont conditionnés par des représentations sociales voire des encouragements publics directs. Rappeler la dimension sociale des choix individuels de consommation, c’est rappeler leur dimension collective et politique, dimension précisément bannie du modèle néoclassique.

  • 18 Max Weber, L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard/tel, 2003 [1904-1905] (...)

12Enfin, le calcul maximisateur suppose un accord sur ce qui est fin et ce qui est moyen : la théorie de l’équilibre général pose comme une évidence la consommation comme fin – et le travail comme moyen d’obtenir des biens. Or, cet ordre des finalités, fondement de l’utilitarisme, est précisément l’idéal d’un certain type de société et tait l’interrogation des agents sur le sens de l’existence – une question qui apparaît très rapidement aux sociologues qui recueillent des récits de vie –, dans sa dimension individuelle et sociale. Ces interrogations ne sont pourtant pas absentes des questionnements théoriques en sciences sociales. Marx définit la consommation comme un moyen dès lors que son niveau libère des nécessités de l’existence alors que le travail non aliéné est sa propre fin. Dans les dernières pages de L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, Weber s’interroge sur le devenir d’une existence où le sens (religieux) de l’engagement dans le travail se serait perdu et prédit une perte de sens en l’absence de référence à des « valeurs spirituelles » aux actions économiques dans un système où les comportements n’auraient pas d’autre justification que l’« habitacle d’acier » des structures du capitalisme et l’attrait pour les « biens extérieurs de ce monde »18. Cette difficulté au « calcul » des plaisirs et des peines ne serait plus due aux insuffisances cognitives du consommateur, à son absence de « computer de poche » (PB, p. 245) et à son déficit de science mais à ses interrogations sur les manières d’organiser sa vie et de les mettre à l’épreuve. Ces interrogations morales qui accompagnent les actions économiques sous la forme de justifications et d’aspirations au juste et au beau, individuellement et collectivement, remettent en question la prétention de pouvoir isoler la sphère économique de la sphère politique et morale, a fortiori dans un type de société où les questions économiques ont acquis tant d’importance. Non seulement « le symbolique est au fondement des mécanismes économiques fondamentaux » (PB, p. 228) mais des « choses extrêmement profondes » habitent les conduites économiques (PB, p. 198). Il devient alors difficile de penser ces conduits économiques comme indépendantes d’un ordre social, politique et moral.

13Finalement, les deux ouvrages affirment que le coup le plus fort porté au modèle néoclassique est celui de la critique interne qui montre à elle seule les impasses dans lesquelles il se trouve et l’impossibilité à parvenir, conformément à son programme, à la démonstration mathématique de l’harmonie d’une société dans laquelle les décisions économiques sont individuelles. Mais l’approche sociologique de l’agent invite cependant à interroger les fondements d’une représentation libérale du monde et de la consommation. La modélisation conduit à fixer des catégories en quelques traits simplifiés, telles celle de l’homo oeconomicus : le travail critique sur ces catégories – ainsi celui, sociologique, de Pierre Bourdieu – montre les tensions qui les traversent et devrait prévenir contre toute lecture de la réalité, voire la prétention à la transformer, à travers ce seul prisme.

Haut de page

Notes

1 Les références aux pages des deux ouvrages sont précédées des initiales de l’auteur.

2 Jean Tirole, « L’homo oeconomicus a vécu », Le Monde, 7 octobre 2018.

3 Arrow Kenneth et Hahn Franck, General Competitive Analysis, Holden-Day, San Francisco, 1971.

4 Cette hypothèse demanderait à être discutée mais ni Pierre Bourdieu ni Claire Pignol ne le font ici.

5 Louis Pinto, L’invention du consommateur, Paris, PUF, 2018.

6 Voir par exemple l’enquête en cours de Marie Cartier et Thomas Amossé présentée succinctement in « Introduction. Les classes populaires sur la scène domestique », Travail, genre et sociétés, 2018/1 (n° 39), p. 25-40.

7 Titre emprunté à Pierre Bourdieu, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993, op. cit., p. 174.

8 Hugo Sonnenschein, « Do Walras’identity and continuity characterize the class of community excess demand functions? », Journal of Economic Theory, vol. 6/4, p. 345-354, 1973; Rolf Mantel, “On the characterization of aggregate excess demand”, Journal of Economic Theory, vol. 7/3, P.348-353, 1974; Gérard Debreu, Excess-demand functions”, Journal of Mathematical Economics, vol. 1, p. 15-21, 1974.

9 Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Etienne Nouguez, Olivier Pilmis, Le biais comportementaliste, Paris, Presses de Sciences Po, 2018.

10 Richard H. Thaler et Cass R. Sunstein, Nudge. La méthode douce pour inspirer la bonne décision, Vuibert Pocket, 2010, p. 17.

11 Voir en ligne, URL : https://core-econ.org/the-economy/ ?lang =fr

12 Thomas Piketty, Le capital au XXIème siècle, Seuil, 2013, p. 63.

13 Florence Jany-Catrice et André Orléan, « L’Économie du XXIe siècle », La Vie des idées, 18 décembre 2018, voir en ligne URL : https://laviedesidees.fr/L-Economie-du-XXIe-siecle.html

14 Ibid., URL: https://laviedesidees.fr/L-Economie-du-XXIe-siecle.html

15 Voir aussi Christian Laval, L’homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Gallimard/Tel, 2007, chap. 9 : « La société de surveillance mutuelle », p. 235-258.

16 Pierre Bourdieu, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000.

17 Ibid., p. 105.

18 Max Weber, L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard/tel, 2003 [1904-1905], p. 251.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Rugy, « Pierre BOURDIEU, Anthropologie économique. Cours au Collège de France 1992-1993, Seuil, 2017, 337p. Claire PIGNOL La théorie de l’équilibre général, Presses Universitaires du Septentrion, Les Savoirs mieux, 2017, 121p. »Terrains/Théories [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/2418

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals