Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Le Front national au croisement des générations de chercheur·es. Compte-rendu des Journées d’études « Comprendre le Front National. Sociologie politique des mobilisations frontistes », Toulouse, 4 et 5 juin 2018.

Adèle Momméja

Texte intégral

1L’idée d’assister aux journées d’étude « Comprendre le Front National » organisées à Toulouse les 4 et 5 juin 2018 pour en proposer un compte-rendu est venue de la publication de l’appel à communication au moment où nous préparions, mes collègues et moi, le présent numéro de revue. Cet appel concernait un parti, le Front National, qui présentait, sous de nombreux aspects, les caractéristiques de ce que nous proposions d’appeler des « Terrains sans sympathie ». L’objectif de ce numéro était de soulever les enjeux méthodologiques et épistémologiques que posent les terrains qui suscitent le désintérêt, la méfiance, la crainte ou la répulsion du ou de la chercheur·e. Cet appel posait des questions très similaires à celles que nous nous étions posées au moment de réfléchir à la meilleure manière de conceptualiser ces terrains : engagent-ils des processus de réflexivité spécifiques ? Doivent-ils faire l’objet d’un traitement méthodologique à part ? L’entrée et le maintien sur le terrain se posent-ils de manière spécifique quand on s’intéresse à des domaines d’action qui suscitent le désaccord ou l’antipathie ? Les organisateur·ices de ces journées d’étude avaient comme parti pris commun avec nous de considérer que ces questions ne pouvaient être résolues qu’à partir d’une réflexion théorique fondée sur des investigations empiriques.

  • 1 L’Appel à communication soulignait que ce parti a déjà fait l’objet de 210 publications d’ouvrage.

2Ce compte-rendu propose un résumé des principaux apports scientifiques de ces journées tout en tentant d’identifier les contradictions et complémentarités entre les différentes générations de chercheurs travaillant sur le Front National. Ces journées avaient en effet comme grand intérêt de réunir d’une part les chercheurs qu’on pourrait qualifier de précurseurs – ils ont publié les premiers travaux sur le FN à un moment où ce parti était encore peu exploré par les sciences sociales – et d’autre part les nouveaux entrants qui investissent un objet de recherche désormais saturé1. Ces journées d’étude ont montré que, malgré certaines divergences sur lesquelles nous reviendrons, ces deux générations de chercheur·es peuvent œuvrer ensemble à la meilleure compréhension de ce parti et de ses mutations.

3Ces journées d’étude avaient comme intérêt de réunir des chercheur·es mobilisant des approches méthodologiques très diverses. Les contributions allaient de l’analyse statistique de gros échantillons – comme l’enquête collective Alcove (Analyse localisée et comparative du vote) fondée sur l’étude d’un échantillon de plus de 3000 personnes – à l’enquête par cas – comme la contribution de Maëva Durand sur la trajectoire d’une militante FN d’une ville moyenne. Plusieurs interventions avaient également le souci d’inscrire ce parti dans le temps long des trajectoires, qu’elles soient individuelles ou collectives. En entrant dans l’épaisseur biographique d’une trajectoire singulière, la contribution d’Estelle Delaine sur le parcours d’une ancienne eurodéputée FN a permis de retracer les conditions sociales de possibilité des appétences pour le Front National. Les enquêtes de Sébastien Michon et Willy Beauvallet-Haddad sur les parlementaires du Front National et celle de Mathieu Gravier sur les assistants parlementaires européens ont, de leur côté, mobilisé une méthode prosopographique ayant pour intérêt, comme l’a souligné Sylvain Laurens dans sa discussion, de créer des effets d’objectivation qui limitent la fascination et l’exotisation que produit de manière récurrente la forte personnalisation du FN. La « mise en ligne et en colonne » des individus permet notamment de restituer l’enracinement social d’une élite parlementaire frontiste et de produire ainsi du contraste avec d’autres personnels politiques. La biographie collective a aussi comme intérêt de rompre avec l’approche par le charisme qui – comme l’a souligné Patrick Lehingue en citant Pierre Bourdieu – est « un concept écran dont la puissance évocatrice est telle qu’elle dispense de réfléchir sur les causes d’un phénomène qu’il ne fait au mieux que désigner ». Tout en insistant sur la nécessité de rompre avec cette approche personnalisante Patrick Lehingue a également souligné le caractère tout à fait exceptionnel du FN à l’égard du rôle central qu’y joue la famille Le Pen. Le FN constitue un des seuls partis en Europe occidentale qui constitue une petite entreprise familiale « dont la vie interne et les scissions qui en scandent la chronologie ont tous pour principe la transmission népotique et la captation des bénéfices matériels ».

4La perspective monographique de plusieurs contributions a également fourni un bon aperçu des ancrages géographiques d’un parti dont on sait qu’il fonctionne selon des logiques territoriales très différentes. La diversité des territoires considérés – un quartier populaire ethniquement et socialement ségrégué (Lorenzo Barrault-Stella), un bourg rural de l’Est de la France (Raphaël Challier), deux circonscriptions du Nord-Est (Guillaume Letourneur) et de la région PACA (Félicien Faury) – a permis de mieux inscrire les votes et les engagements au FN dans les espaces sociaux où ils prennent forme et sens. Les contributions de Guillaume Letourneur sur la campagne d’un cadre intermédiaire du FN comme celle de Félicien Faury sur une campagne électorale en région PACA ont permis de restituer le travail de mobilisation électorale de l’entreprise frontiste et d’interroger les interactions de terrains entre militant.e.s, cadres locaux et électeurs.trices. D’autres chercheurs ont présenté des enquêtes visant à dépasser le strict cadre du parti pour considérer la manière dont il est traversé par les individus, que ce soit pour en gravir les échelons – à l’instar de l’ascension des jeunes dirigeants frontistes étudiés par Safia Dahani – ou pour le quitter – à l’instar de l’exit d’une députée européenne frontiste démissionnaire étudiée par d’Estelle Delaine. Les migrations entre organisations constituent également un objet précieux pour étudier la porosité du FN avec les organisations non partisanes, comme l’ont montré les contributions de Marion Jacquet-Vaillant sur les militants identitaires et celle d’Éva Devita sur les catholiques conservateurs de la Manif pour tous.

5Outre la diversité des approches méthodologiques, ces journées d’étude ont également témoigné de la volonté des jeunes chercheurs qui travaillent sur le FN de prendre à bras le corps les transformations récentes du parti. Ces dernières constituent des défis pour les approches réifiantes qui voudraient voir dans le FN un parti dont les militants seraient unanimement agis par des motivations racistes, misogynes et réactionnaires. La féminisation du parti, comme le soutien que lui apportent (ponctuellement et localement) des personnes appartenant aux classes populaires racisées montrent que l’idéologie du parti n’est pas nécessairement reçue en bloc par les agents sociaux ; et peut faire l’objet d’arrangements visant à diminuer les dissonances cognitives que peut entraîner l’adhésion au FN chez les personnes qui appartiennent aux minorités historiquement stigmatisées par les dirigeants de ce parti. Les contributions de Maëva Durand et Estelle Delaine sur les trajectoires d’une élue municipale et d’une ancienne eurodéputée ; comme celles de Lorenzo Barrault-Stella sur les électeur·trices racisé·es d’un quartier populaire ou celle de Raphaël Challier qui mobilise une approche intersectionnelle, permettent de repenser de manière fine les nombreux décalages entre l’idéologie prônée par les élus frontistes et les rapports ordinaires à ce parti. Benjamin Chevallier s’est également intéressé aux enseignants engagés au FN, un milieu socio-professionnel traditionnellement stigmatisé par les attaques libérales contre la fonction publique des dirigeants frontistes. À partir d’une approche interactionniste, il a restitué les manières dont ces enseignants négocient le stigmate associé à cet activisme dans un milieu socio-professionnel encore largement hostile.

6Malgré ce foisonnement des thématiques et des méthodes mobilisées par les différents contributeur·trices, les chercheur.es invité·es à participer à la table ronde conclusive de ces journées ont souligné que certaines thématiques et méthodologies étaient, sinon absentes, du moins sous-représentées lors de ces journées. Plusieurs angles morts de la recherche sur le FN ont été soulignés. Magali Boumaza et Rémi Lefebvre se sont étonnés de l’absence d’enquêtes sur le financement du Front National. Le second a également souligné la faiblesse des perspectives organisationnelles et le désintérêt pour la problématique de la professionnalisation. Cette dernière aurait pourtant pu donner lieu, a-t-il suggéré, à des réflexions intéressantes sur les effets de la professionnalisation sur l’économie morale du parti et des tensions qu’elle produit entre éthique militante et éthos professionnel. Daniel Gaxie s’est lui surpris de l’absence de contribution sur les thématiques traditionnelles du FN telles que l’hostilité à la fiscalité, aux politiques sociales, aux syndicats, à la gauche et aux fonctionnaires. Patrick Lehingue a de son côté souligné les risques d’un traitement internaliste du FN en rappelant qu’une des raisons des succès du FN est en partie à trouver ailleurs qu’en lui-même. Il a par ailleurs invité à relativiser cette thèse d’un succès du FN et fait l’inventaire des forces et des faiblesses organisationnelles de ce parti parfois qualifié « d’institution faible ». Il a souligné, en citant Gramsci, que les dirigeants du FN sont parvenus à « gagner la bataille culturelle » c’est-à-dire à modifier la vision des principes de division du monde social de beaucoup d’électeur·trices. Le FN est aussi le seul parti d’extrême droite à avoir capté au moins 10 % des parts de marché électoral sans interruption depuis 1984, ce qui n’a d’équivalent nulle part ailleurs en Europe. Il a néanmoins rappelé que le succès du FN n’est pas dû à son programme, un résultat objectivé par l’enquête Alcove qui montre que les électeur·trices du FN sont ceux qui se tiennent le plus à distance de la campagne électorale et sont le moins au courant des propositions électorales du parti auquel ils ont donné leur vote. Daniel Gaxie a également rappelé une des grandes énigmes du succès du FN : la capacité à capter une partie des classes populaires contre lesquelles ses dirigeants travaillent. Il a rappelé que le FN, qui se présente parfois comme le premier parti ouvrier de France, compte très peu d’ouvriers parmi son personnel politique et cantonne ses rares militants issus des classes populaires à des tâches pratiques et subalternes.

7Rémi Lefebvre, Daniel Gaxie et Patrick Lehingue ont également souligné la surreprésentation des approches qualitatives au cours de ces journées d’étude. Le premier a reconnu que ce succès des méthodes qualitatives était moins lié à l’objet FN en particulier qu’à l’appétence des jeunes chercheurs en général pour l’ethnographie. Il a néanmoins souligné le risque d’une multiplication des approches localisées et les difficultés récurrentes à construire sociologiquement les cas étudiés. Daniel Gaxie a proposé une analyse similaire : il a rappelé que les méthodes quantitatives gagnent en extension ce qu’elles perdent en approfondissement mais regretté dans le même temps que les matériaux qualitatifs ne soient pas toujours suffisamment exploités théoriquement pour monter en généralité. Martina Avanza a reconnu avec ces deux chercheurs l’absence de cadre structural permettant de penser ensemble les études de cas localisées. Mais, pour elle, cette absence est moins liée à la difficulté à monter en généralité qu’à l’état d’avancement des recherches puisque ces journées réunissaient beaucoup de jeunes chercheur·es dont certains n’avaient pas encore clos leurs enquêtes. Elle a défendu l’intérêt d’une posture compréhensive et interprétative attentive aux raisons d’agir des acteurs sociaux, y compris quand ils suscitent spontanément l’absence de sympathie du ou de la chercheur·e. Rappelant l’annulation d’un colloque universitaire par le groupe d’extrême droite italien Forza nuova, elle a souligné que cette posture compréhensive n’était cependant pas toujours facile à tenir face à des enquêté·es que l’on cherche à comprendre mais qui « eux, n’essaient pas toujours de nous comprendre ». Elle a également rappelé les menaces auxquelles font face les chercheur·es qui travaillent sur l’extrême droite en soulignant le fait que plusieurs chercheur·es communiquaient dans ces journées sous des noms d’emprunt. Face à ces menaces sur le travail universitaire, significatives des limites de la thèse d’une banalisation du FN, elle a plaidé pour une réponse collective et rappelé l’importance de mener « une sociologie des réceptions problématiques de nos recherches ». Elle a aussi mentionné des initiatives comme la création en 2016 en Italie d’un Observatoire pour la liberté de la recherche sur les fascismes d’hier et d’aujourd’hui qui recense les attaques qu’ont eu à subir les chercheur·es et mutualise les plaidoiries d’avocat·es chargé·es de les défendre. Magali Boumaza a, elle aussi, assumé l’approche ethnographique tout en soulignant que les chercheur·es devaient se garder de reprendre à leur compte les fictions politiques sur le FN professées par leurs enquêté·es en étant attentifs aux procédés d’administration de la preuve et de croisement des sources.

  • 2 Dahani Safia, Delaine Estelle, Faury Félicien, Letourneur Guillaume, Sociologie politique du FN, en (...)

8Ces journées d’étude ont donc été particulièrement fructueuses pour la recherche sur le Front National. Elles ont d’une part rendu visibles et explicites certaines divergences méthodologiques dont il est apparu qu’elles s’alignent sur des clivages générationnels. D’un côté, des chercheurs précurseurs dont les travaux ont fondé les paradigmes qui servent encore aujourd’hui à penser le Front National ont signalé l’absence d’une théorie générale qui puisse expliquer les transformations récentes de ce parti mises en lumière par les études de cas localisées. De l’autre, de jeunes chercheur·es ont proposé des approches compréhensives et réflexives, soucieuses de ne pas aborder l’objet en surplomb et de restituer finement le déploiement processuel des trajectoires et les raisons d’agir des électeur·trices et adhérent·es du FN. En définitives, ces journées ont fourni une preuve de l’émulation scientifique que produit la confrontation d’approches qui, pour être fondées sur des partis pris méthodologiques différents – et sans doute à mettre en lien avec les socialisations académiques générationnelles et les transformations des logiques de champ – n’en sont pas moins complémentaires. La publication prochaine des actes de ces journées d’étude2 donnera un bon aperçu de la qualité des interventions et des conversations scientifiques qui s’y sont tenues.

Haut de page

Notes

1 L’Appel à communication soulignait que ce parti a déjà fait l’objet de 210 publications d’ouvrage.

2 Dahani Safia, Delaine Estelle, Faury Félicien, Letourneur Guillaume, Sociologie politique du FN, enquêtes de terrain sur l’extrême droite contemporaine française, Presses Universitaires du Septentrion, à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adèle Momméja, « Le Front national au croisement des générations de chercheur·es. Compte-rendu des Journées d’études « Comprendre le Front National. Sociologie politique des mobilisations frontistes », Toulouse, 4 et 5 juin 2018.  »Terrains/Théories [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/2426

Haut de page

Auteur

Adèle Momméja

Chargée de recherche au CNRS, Centre de sociologie et de science politique (CESSP, UMR 8209).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals