Navigation – Plan du site
Dossier

Circulation et production des savoirs.

Une discussion épistémologique
Mona Gérardin-Laverge et Anne-Claire Collier

Résumés

Cet article explore la question du savoir et de l’épistémologie. En échangeant sur leurs perspectives disciplinaires, leurs méthodes et leurs démarches respectives, les autrices interrogent la production et la circulation du savoir. Elles font dialoguer une approche sociologique sur la circulation des idées, et notamment des études postcoloniales, avec les épistémologies féministes du point de vue et l’idée, défendue par Donna Haraway, selon laquelle tout savoir est « situé ». Elles discutent l’intérêt et les difficultés de cette perspective pour tenter de construire une réflexion épistémologique à la croisée de la philosophie et des sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est le fruit d’un dialogue entre une sociologue et une philosophe. Il explore la question du savoir et de l’épistémologie. Il interroge la manière dont les modalités de production et de circulation du savoir influent sur son contenu en confrontant deux appréhensions théoriques de cette question et deux pratiques de la recherche et de la production de savoir.

2 La question du savoir et de la circulation des idées sera envisagée ici à partir du travail de thèse de sociologie conduit par Anne-Claire Collier. On envisagera donc la circulation des idées comme le passage d’une ou de plusieurs théories entre différents espaces, qui peuvent être nationaux (entre les États-Unis et la France par exemple) ou sociaux (entre l’espace politique et l’espace savant). La notion de circulation des idées pose ainsi la question des supports de circulation car une théorie ne voyage jamais seule, abstraitement : elle est traduite par des actrices et des acteurs sociaux qui s’inscrivent d’une manière particulière dans l’espace de la production des savoirs.

3Parallèlement, la question du rôle du langage dans la construction et la déconstruction du genre sera décrite à partir du travail de thèse de philosophie féministe de Mona Gérardin-Laverge. Pour penser les enjeux sociaux et politiques du langage, on s’appuiera donc sur les épistémologies féministes du point de vue et sur la notion de « savoir situé », reprise à Donna Haraway. Dans ce cadre, le savoir, ainsi que ses modalités de production, sont envisagés à partir d’une réflexion épistémologique et autour des questions suivantes : quels contenus de savoir sont produits, à partir de quels points de vue et de quels projets politiques et sociaux ? Dans quelle mesure la production de savoir est-elle toujours en même temps une production de subjectivités ? Quels processus d’invisibilisation et de délégitimation d’autres savoirs accompagnent cette production ?

4Cet article pose ainsi la question du savoir à partir de deux concepts complémentaires (circulation et production des idées) et réfléchit à la manière dont ceux-ci s’articulent. On y discutera le rôle que jouent les conditions de circulation et de production du savoir sur le savoir lui-même en partant de positions méthodologiques spécifiques, Anne-Claire Collier proposant un retour réflexif et épistémologique sur la construction de son objet de recherche, et Mona Gérardin-Laverge pensant une proximité avec son objet, ainsi que le rôle de son engagement politique dans sa propre recherche. Cet article fait ainsi dialoguer leurs deux points de vue : il commence par une présentation des concepts que chacune mobilise dans sa recherche en sociologie et en philosophie pour penser la production et la circulation des savoirs, et se poursuit par une réflexion méthodologique sur la manière dont ces concepts informent la démarche et la méthode de chacune des autrices, ainsi que, au-delà d’une séparation philosophie/sociologie, leur conception des liens entre science et politique.

1. La circulation des savoir

La circulation comme objet en sociologie

5Depuis les années 1990, le prisme circulatoire et notamment celui de la circulation des idées occupe une place de plus en plus importante dans les programmes de recherches et ce dans toutes les disciplines. Cette question se développe d’abord dans le monde anglo-saxon à la suite d’un article de James Clifford « Notes on Travel and Theory » dans lequel il cherche à comprendre comment les savoirs circulent1. Cette thématique est reprise et prolongée notamment par Edward Said2. Avec le développement des études postcoloniales et l’usage de concepts tels que métissage ou hybridité, « le paradigme de la mobilité3 » devient de plus en plus important.

  • 4 Discours ayant lieu lors de l’inauguration du Frankreichzentrum de l’université de Fribourg le 30 o (...)
  • 5 L’actualité et la légitimité de ce thème de la circulation sont incarnées notamment par sa mise au (...)
  • 6 Ettinger Delphine et Stampnitzky Lisa, « Experts, Etats et théorie des champs. Sociologie de l’expe (...)
  • 7 Rioufreyt Thibaut, « Les passeurs de la “Troisième Voie”. Intermédiaire et médiateurs dans la circu (...)
  • 8 Sur ce point, voir la récente publication de l’ouvrage de synthèse : Skornicki Arnault et Tournadre (...)
  • 9 Pudal Romain, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in (...)

6Du côté de la sociologie française la circulation des idées prend véritablement son essor à la suite du discours programmatique prononcé par Pierre Bourdieu et publié ensuite sous le titre Les conditions sociales de la circulation internationale des idées4. Aujourd’hui, de nombreuses études se revendiquent de cette approche que ce soit en histoire – et plus particulièrement dans le courant de la global history5 –, en sciences politiques avec la circulation des savoirs experts6 et des théories politiques7, ainsi qu’en sciences de la communication. En sociologie, la notion de circulation des savoirs est principalement reprise dans la continuité des travaux de Pierre Bourdieu et notamment en interrogeant l’espace académique et la production culturelle. Cette première approche de la notion de circulation peut être approfondie grâce à la réception des travaux de la Begriffsgeschichte et de l’école de Cambridge, ainsi que le développement de l’histoire sociale des idées politiques telle qu’elle est pratiquée en France8. Ce courant insiste sur l’importance de concilier une lecture interne et une lecture externe dans l’étude des idées9.

  • 10 La notion de passeurs est utilisée notamment par Serge Gruzinski et Louise Bénat Tachat dans leur o (...)

7En prenant appui sur ces nouveaux champs de recherche, il devient alors possible de comprendre quelles sont les conditions de possibilité d’un nouveau débat intellectuel mais aussi de réfléchir à la question des passeur·e·s ou traducteurs/trices qui s’emparent de théories pour les faire connaître dans un nouvel espace national10. Si l’on s’intéresse, par exemple, à l’évolution sémantique et graphique du terme postcolonial – sans en donner de définition préalable – il devient possible de mettre en évidence le déploiement d’une controverse intellectuelle. Il s’agit alors de proposer une sociologie de la circulation des idées à partir d’une sociologie historique de l’espace intellectuel allant des années 1960 à 2010, et qui s’appuierait sur histoire du temps présent ainsi qu’une sociologie des intellectuel·le·s et de la circulation des idées.

La mise en circulation des concepts comme méthode de recherche

  • 11 Le langage ordinaire, c’est le langage de tous les jours par opposition avec le langage philosophiq (...)
  • 12 C’est la « performativité » du langage (Austin John Langshaw, How to do things with words, Oxford, (...)
  • 13 Voir par exemple Viennot Eliane, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire (...)
  • 14 On peut penser aux énoncés apparemment descriptifs qui sont en réalité des injonctions normatives, (...)
  • 15 Voir par exemple : Gérardin-Laverge Mona, «  “C’est en slogant qu’on devient féministe” - Hétérogén (...)

8 Mais la question de la circulation des idées peut aussi émerger sous un autre angle, si on l’aborde à partir d’une réflexion sur les rapports entre le langage ordinaire11 et la production du patriarcat, des genres, des sexes, des sexualités, des identités et des rapports sociaux. En effet, le langage n’est pas un simple reflet ou une simple représentation du réel : il participe à le construire12, du fait de l’existence de mots et de catégories comme « homme » ou « femme », qui paraissent décrire une réalité pré-sociale ou naturelle alors qu’ils contribuent en fait à sa production. Le genre et les sexualités sont le fruit de rapports de pouvoir et de processus historiques13, que ce soit du fait des discours et des interactions ordinaires dans lesquels des normes peuvent être véhiculées et imposées aux personnes sans que cela soit perceptible14, des adresses, des interpellations et des injures dont on peut faire l’objet, ou des récits qu’on a pour se dire et se penser. Une des questions qui peut émerger d’un tel constat est la suivante : quels peuvent être et quels sont les usages féministes du langage, les stratégies de contestation ou de subversion des catégories et des discours hétérosexistes15 ?

  • 16 Le concept d’agency a été mobilisé, en sciences sociales et notamment dans le champ des cultural st (...)

9 Pour répondre à ces questions, on peut avoir recours à des concepts qui sont issus des espaces militants – comme le concept d’« empowerment » – qu’on ne traduira pas ici, pour garder la trace de leur origine et de leur trajectoire, et quelque chose de leur sens, de leur portée initiale. Dès lors, il devient nécessaire de s’intéresser aux questions de traduction, de circulation, d’appropriation ou de reformulation des concepts dans différents espaces, et de s’interroger sur la traduction de certains termes (par exemple celui d’« agency16 ») ainsi que sur l’existence d’« intraduisibles » du genre (« care », « queer », etc.). Dans ce cadre, on peut avoir recours aux critiques décoloniales adressées à l’hégémonie de certaines approches, révélée ou renforcée par la circulation de certains termes dans différents contextes ou encore s’intéresser à la réappropriation politique et émancipatrice de certains mots dans de nouveaux contextes, pour en comprendre les motifs et les enjeux. Par exemple, comment la reprise du terme « queer » dans les mouvements féministes français contemporains permet-elle de construire de nouveaux discours et de nouveaux espaces, tout en rencontrant et renouvelant des problématiques déjà présentes ? De même, que signifie et que permet la réappropriation sans traduction du terme « safe » dans des collectifs militants, pour caractériser leur volonté de créer des espaces qui ne reproduisent pas à l’identique les rapports de domination et les normes hégémoniques ?

Comprendre que les savoirs sont situés, et comment ils circulent

10De tels questionnements s’enracinent dans un cadre épistémologique précis : les critiques féministes de la production de savoir et de l’idée que tout savoir est « situé », c’est-à-dire produit par certaines personnes déterminées dans un certain contexte socio-politique, historique et géographique.

  • 17 Haraway Donna, « Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partia (...)
  • 18 Harding Sandra (éd.), The Feminist Standpoint Theory Reader –Intellectual and Political Controverse (...)
  • 19 Ayant montré le rôle du langage dans la construction et le maintien du patriarcat et des normes de (...)

11L’expression « savoir situé », mobilisée par Donna Haraway, s’inscrit dans ce qu’on a appelé les « épistémologies féministes du point de vue », qu’elle travaille dans une direction non-essentialiste17. Ces épistémologies opèrent une critique, une mise en doute politique de la science et des productions théoriques dominantes, qui porte à la fois sur les méthodes adoptées, les objets étudiés, les lieux où se développent la science, et les critères de validité scientifique. Elles s’enracinent, dans le cas notamment de Sandra Harding, dans un certain matérialisme marxiste, dont elles reprennent à la fois la critique de l’idéologie (comme production théorique qui prétend être neutre et objective alors qu’elle légitime l’ordre socio-politique existant) et le fondement théorique (les idées, la pensée, la connaissance s’enracinent dans des conditions matérielles de vie, qui constituent à la fois des sujets différents et des points de vue différents sur le monde social18). Donna Haraway s’inscrit dans ces épistémologies féministes tout en refusant ce qu’elles peuvent parfois avoir d’essentialisant (en supposant une essence derrière la catégorie « femme », par exemple, ou en refusant de questionner l’unité ou la pertinence de cette catégorie). Haraway défend l’idée d’un savoir « situé » : le savoir est produit par des sujets qui sont construits par leurs conditions de vie, par leur rapport aux normes sociales, par l’époque historique dans laquelle illes19 vivent, etc. Cela remet en cause l’idée qu’un savoir neutre, objectif et universel est possible. Cette représentation du savoir, pour Haraway, est mensongère : elle sert à la fois à dissimuler le fait que le champ du savoir est traversé de rapports de pouvoir, et à légitimer les productions théoriques dominantes. Ces critères de scientificité dissimulent que les théoricien·ne·s ne sont pas en dehors du monde, mais qu’illes pensent et produisent des théories à partir de leur point de vue particulier qu’illes prétendent universel.

12Ainsi, s’interroger sur la façon dont les idées circulent exige qu’on se demande qui produit les idées, qui les fait circuler, dans quels contextes, pourquoi et avec quels effets. En retour, dire que le savoir est situé implique de s’interroger sur la manière dont les idées peuvent circuler : si tout savoir est situé, alors il n’y a plus une seule source de savoir universelle, mais une multitude de pôles et de personnes produisant du savoir, et il faut comprendre comment ces savoirs peuvent circuler, être traduits, être compris, et comment on peut échanger, discuter, s’écouter et se comprendre. En travaillant par exemple sur les supports matériels (personnes, revues, etc.) de la circulation des idées. Mais aussi en prenant acte de la nécessité épistémologique et politique de faire circuler les idées et les savoirs, et notamment de donner davantage de visibilité aux savoirs minorisés sans qu’ils fassent l’objet d’une réappropriation dépolitisante par les milieux académiques.

2. Production des savoirs et champ académique

S’engager dans une production de savoirs situés

13Les critiques féministes présentées plus haut n’ont pas pour but de nous faire renoncer à la production de savoirs : pour Haraway, il faut s’engager dans une production de savoir émancipatrice, qui nous donne une prise critique sur la réalité, en explicitant la situation, le projet et l’intérêt à partir desquels le savoir est produit, au lieu de les dissimuler. L’objectivité est redéfinie comme une perspective partielle et encorporée, parce que reconnaitre qu’on pense et connait depuis quelque part peut nous aider à comprendre ce sur quoi l’on peut se faire confiance et ce sur quoi l’on doit reconnaitre les limites de ce que l’on pense et connait. Cela ne signifie pas que notre point de vue est tout simplement « donné » par notre position dans les rapports sociaux par exemple : il faut apprendre à voir depuis sa situation, il faut développer son point de vue, apprendre à parler depuis sa position. « Nous ne sommes pas immédiatement présents à nous-mêmes », écrit Haraway : et ceci est d’autant plus vrai pour les points de vue assujettis qui sont invisibilisés ou délégitimés par les productions de savoir dominantes.

  • 20 Puig de la Bellacasa Maria, « Divergences solidaires » Multitudes, n° 12, 2003, p. 39-47.
  • 21 Expression empruntée à Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003, p. 203-204.
  • 22 hooks bell, « Choosing the margin as a space of radical openness », in Harding Sandra (éd.), The Fe (...)

14C’est sur ce point, notamment, qu’on peut considérer le « savoir situé » comme un outil à la fois nécessaire et difficile : nécessaire parce qu’il permet de questionner les productions de savoir d’un point de vue politique, et qu’il peut être source d’empowerment pour les personnes dont on nie habituellement la capacité à produire du savoir. Et difficile parce que, si l’on considère que nous nous construisons dans des rapports de pouvoir et que rien n’existe comme un sujet clos, défini et définitif, mais que nous sommes traversé·e·s par une multitude de processus, alors il est difficile de figer quelque chose comme un point de vue, une situation depuis laquelle on produirait du savoir. On peut formuler cette difficulté de deux manières : d’abord, comment articuler ce que Maria Puig de la Bellacasa a appelé notre « condition » et notre « position20 » ? C’est-à-dire, comment résoudre concrètement la tension entre l’idée qu’un certain type de savoir est donné par une condition sociale (en tant que, par exemple, personne assignée femme à la naissance, on peut avoir une connaissance « par corps21 » de l’hétérosexisme) et l’idée que ce même savoir est à élaborer et à construire en adoptant une certaine position (par la « prise de conscience » de la domination, par la création de solidarités et d’identités de lutte) ? Il parait important à la fois de reconnaitre ces deux aspects, et de ne pas les opposer comme, deux étapes distinctes de vie. L’autre difficulté est qu’il existe à la fois un enjeu à ramener le savoir aux sujets qui le produisent, et en même temps un enjeu à critiquer l’existence d’un « sujet » qui serait un individu isolé, auteur conscient et volontaire de ses actes, de ses discours et de son savoir. Tout cela pose la question de la manière dont on peut écrire pour visibiliser et mettre en œuvre, dans l’écriture elle-même, cette multiplicité et ces devenirs dans lesquels nous sommes pris. Comme l’écrit bell hooks : « J’ai travaillé à changer la façon dont je parle et écris, pour incorporer à ma manière de dire un sens de la place/du lieu, de ce que je suis non pas seulement au présent mais de l’endroit d’où je viens, les multiples voix qui sont à l’intérieur de moi22. »

15Ainsi, la notion de savoir situé implique de mettre en avant la circulation des idées : sur le plan de la critique des savoirs dominants, cette notion conteste le monopole du savoir, revendique la pluralité, l’hétérogénéité de savoirs locaux ou minoritaires ; et sur le plan de la production de savoirs « émancipateurs », elle implique de penser la production de savoir sans recourir à des sujets autonomes et isolés, mais à plusieurs processus dans lesquels nous sommes pris·e·s simultanément : la construction de notre perspective sur le monde, la création de solidarités et d’échanges qui nous renforce, et l’ouverture radicale à d’autres perspectives, qu’elles soient en « nous » ou hors de « nous ».

Analyser comment les savoirs circulent

16 De manière parallèle, il semble important de mobiliser le concept de savoir situé lorsqu’on étudie la circulation des idées en sociologie : d’abord parce que cette notion peut recouvrir des processus très différents, qui n’ont pas tous le même sens ni le même rôle, mais qui dépendent du contexte et de la situation géographique, sociale et politique des acteurs et actrices. Par exemple, la notion de « circulation internationale des idées » peut renvoyer à la traduction de textes et de concepts critiques, à la reprise d’outils et d’idées politiques dans de nouveaux contextes. Elle peut cependant renvoyer aussi à une forme d’imposition dans un nouveau contexte, par la violence ou l’idéologie, d’idées et de théories dominantes, par exemple de théories scientifiques cherchant à justifier le colonialisme. La notion de « circulation des idées » implique donc de faire une critique sociale et politique du champ académique, pour comprendre qui fait circuler quoi et à quelles fins, et pour prendre la mesure des conditions matérielles et politiques qui déterminent la circulation du savoir.

17Il existe ainsi des liens entre savoir situé et circulation des savoirs, au-delà d’une recherche en sociologie ou en philosophie. À la suite des études féministes, on pourrait très bien questionner la production de la théorie postcoloniale avec les questions posées par les savoirs situés, pour appréhender les spécificités de cette production de savoir. Ces processus de production, que ce soit par l’identité et la position des acteurs et des actrices dans l’espace académique, le contexte social, historique ou politique de développement de ces théories permet d’avoir une vue plus précise ensuite de leurs circulations. En effet, connaître les théories initiales permet de mieux comprendre ce qui circule, ce qui ne circule pas et comment a lieu la circulation. Il est aussi possible de se demander si la circulation est le fait des acteurs et actrices ayant une « homologie de position » avec les producteurs de la théorie.

  • 23 On comprend ici les termes de dominés et de dominants dans une logique bourdieusienne. Les dominant (...)
  • 24 Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », op. cit., (...)
  • 25 Pascale Casanova met en évidence les précautions à prendre avec le terme « traduction » comme « not (...)
  • 26 Krieg-Planque Alice, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodolog (...)
  • 27 Dufoix Stéphane, La dispersion. Une histoire des usages du mot Diaspora, Paris, Éditions Amsterdam, (...)
  • 28 Keim Wiebke, « La circulation internationale des savoirs en sciences sociales », Revue d’anthropolo (...)

18Il est aussi intéressant de questionner l’idée d’une « imposition » des idées et des savoirs : cette idée sous-entend une passivité des récepteurs des textes. Le renouveau des études sur les catégories dominées, que ce soit avec les cultural studies ou les subaltern studies par exemple, montre bien que les acteurs et actrices dominé·e·s23 conservent aussi une certaine marge de manœuvre et une distance face aux rôles qui leur sont imposés par les catégories et les théories dominantes. Il semble donc qu’il faut tenter de sortir de cette vision qui sous-entend une réception pouvant être qualifiée de « passive », alors qu’au contraire toute réception est aussi active dans le sens où elle entraîne une réadaptation. Après, il est évident du point de vue sociologique que toutes les catégories de population n’ont pas le même pouvoir (ni les mêmes ressources) d’imposition d’une idée et que les dominant·e·s souhaitent imposer une « vision et division » du monde social. Les études sur les circulations des idées permettent justement de mesurer cela. On peut utiliser le terme de traduction pour parler de ce phénomène. Comme le souligne Pierre Bourdieu, « Le fait que les textes circulent sans leur contexte, qu’ils n’emportent pas avec eux le champ de production […] dont ils sont le produit et que les récepteurs, étant eux-mêmes insérés dans un champ de production différent, les réinterprètent en fonction de la structure du champ de réception, est générateur de formidables malentendus24 ». La question qui se pose alors est celle de la traversée des frontières et de l’état de l’espace de traduction. Celle-ci fait écho au sens étymologique du terme de traduction. En effet, ce dernier prend deux sens, le premier qui correspond à la traduction d’une langue à l’autre ; le second qui correspond au déplacement d’un espace à un autre25. Poser la question de la traduction va alors de pair avec la volonté de faire une histoire des usages d’un mot ou d’une formule26. Les mots et les concepts ont une histoire, et peuvent connaitre des évolutions sémantiques27. Ainsi, étudier les transformations sémantiques du terme « postcolonial » depuis les années 1960 permet de dégager les grandes tendances d’usage à la fois de manière synchronique et diachronique et confirme l’expansion du terme postcolonial après le milieu des années 2000, l’année 2005 étant une année charnière dans cette évolution. L’étude de l’usage d’un terme permet de mettre en évidence non seulement la proximité du terme avec d’autres mais aussi de déterminer les espaces d’usage de ce terme (dans quel type de publication, par quels auteurs et autrices). Comprendre les usages des termes et leurs évolutions sémantiques permet alors de mieux appréhender les conditions de circulation de ces théories et également les usages sociaux différenciés qui en sont faits. Ainsi comme Wiebke Keim le souligne, la traduction dans les sciences sociales doit « affronter trois registres de distance » : « l’étrangeté », l’« odeur du temps » et la distance « interculturelle »28.

  • 29 Pour une analyse sur la construction sociale de la neutralité voir : Lebaron Frédéric, « Les fondem (...)
  • 30 Puig de la Bellacasa Marie, Politiques féministes et construction des savoirs. « Penser nous devons (...)

19Toutefois, s’intéresser aux lieux de l’usage nécessite de s’intéresser à l’état du champ académique, qui est l’espace de réception privilégié de ces théories critiques. Dans un rapport critique au champ académique, les prises de position, l’organisation de cet espace ne sont pas le fruit d’une forme de méritocratie qui verrait les « meilleur·e·s » agent·e·s dominer le champ, que ce soit de manière symbolique, économique ou culturelle29. Ces positionnements sont le résultat de trajectoires antérieures (et notamment de dotations en capitaux auxquelles sont associées des luttes stratégiques pour la reconnaissance). La production scientifique n’est jamais exempte d’une inscription sociale, et en cela l’idée d’un savoir situé telle que la développe Maria Puig de La Bellacasa30 en poursuivant l’analyse de Donna Haraway est intéressante si l’on donne à l’analyse une dimension sociologique forte. L’étude de la circulation des idées souligne l’importance des passeurs ou des traducteurs d’un espace social à un autre.

20L’introduction d’une nouvelle théorie peut donc se révéler être un moment privilégié pour déstabiliser le champ académique et tenter de renverser les postures dominantes en redéfinissant les paradigmes légitimes. Ainsi, l’étude des intellectuel·le·s nécessite une étude de trajectoires particulières inscrite dans l’espace global de la production des savoirs. Dans ce sens, le terme « les intellectuel·le·s » ne se limite pas aux membres de l’espace académique mais recouvre l’ensemble des personnes travaillant dans l’espace de production culturelle et qui sont porteuses de ces théories, que ce soit des éditeurs et éditrices, des militant·e·s, des artistes. Ainsi, une analyse de la traduction pose aussi la question de la frontière des savoirs et oblige à relier différentes approches ici, sociologie des intellectuel·le·s et sociologie de l’édition, sociologie du militantisme, de la production artistique. Ces éléments sont les révélateurs d’une prise de position dans l’espace de la production intellectuelle.

Faire une sociologie de la circulation des idées

  • 31 Pocock John, Le moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine at (...)
  • 32 En reprenant le vocable utilisé par Kil Ho Lee dans sa thèse de doctorat, Kil Ho Lee, Les « revues (...)
  • 33 Collier Anne-Claire, « Le passage en revue du postcolonial », Revue d'anthropologie des connaissanc (...)
  • 34 On peut étudier le « rejet » des études postcoloniales en utilisant comme source les recensions des (...)

21La question qui se pose est donc celle des objets, des espaces au sein desquels les circulations peuvent être observées. Dans le cadre par exemple d’une étude sur la circulation et la traduction des idées postcoloniales en France, comme dans celui d’une sociologie historique des intellectuel·le·s et de l’étude de la circulation des idées, il semble effectivement important de comprendre les conditions de possibilité d’un débat dans le nouvel espace de traduction de ces théories. La notion de conditions de possibilité d’un débat est toutefois relativement complexe à appréhender, car elle ne doit pas évoquer un simple contexte rigide mais interagit avec la circulation de la nouvelle théorie. Cela oblige donc à s’intéresser aussi bien au contexte social, politique, économique qu’intellectuel, voire médiatique dans certains cas. Avoir dressé ces conditions de possibilité permet de comprendre le « moment31 » de la circulation internationale des idées et donc de s’intéresser aux espaces spécifiques de cette traduction. La démarche revient à constituer un corpus de textes (recensions, articles), à étudier les couvertures de livre, les traducteurs/trices, les identités des personnes (éditeurs/trices, directeurs/trices de collections, préfacier·e·s) et également à étudier les espaces de réception (programmes de colloques, journées d’étude, publications). Elle conduit à travailler également sur archives et à mener divers entretiens semi-directifs (avec des éditeurs/trices, des chercheur·e·s, des militant·e·s, des traducteurs/trices). Un exemple d’enquête pourrait concerner les numéros thématiques publiés par sept revues dites « intellectuelles » sur le postcolonial au tournant de l’année 2005. Les revues dites « intellectuelles32 » sont un espace de circulation fort intéressant puisqu’elles permettent une circulation rapide et à moindre coût par rapport à une traduction d’ouvrage. Elles représentent les premiers symptômes ou indices d’une circulation des idées. En comparant ces numéros, la grande polysémie du terme postcolonial ainsi que la complexité de son ancrage théorique (avec une grande malléabilité des références théoriques) est mise en exergue, ainsi que la multiplicité des trajectoires des coordinateurs et des auteurs33. L’autre aspect intéressant dans l’étude des circulations est la notion de rejet et d’échec de traduction, à comprendre à la fois comme les obstacles à la traduction (frontières linguistiques, coût élevé) et les obstacles à la réception (rejet par les acteurs du champ de réception). Il est alors possible d’étudier la (ou les) critique(s) que reçoivent ces théories : sur quoi elles se cristallisent, qui sont les acteurs/trices de la critique34. Là encore la question des positions dans l’espace académique est importante pour comprendre les prises de position. La production d’un savoir peut se faire soit de manière positive, en l’intégrant à son propre questionnement et en devenant un·e passeur·e, soit de manière négative, en rejetant les divers positionnements. Il faut donc garder en mémoire dans le cadre de ces recherches qu’une lecture critique participe également à la circulation d’une théorie et influence son espace de réception.

3. Réflexivité et engagement dans la recherche

22Nous avons vu qu’un discours ou un savoir doit être analysé en le « situant », c’est-à-dire en le reliant à la position (par exemple sociale) des personnes qui le produisent, que ce soit en sociologie ou en philosophie. Cette démarche peut conduire à intégrer une réflexion quant au propre positionnement du/de la sociologue ou du/de la philosophe, en cherchant parfois à le/la situer à la fois dans le champ académique et dans ses rapports au politique.

23Pour ce qui concerne la sociologie, cette question porte à la fois sur les finalités de la discipline et sur l’engagement des chercheur·e·s. En produisant un savoir, le/la sociologue propose de dégager les imbrications qui peuvent exister entre productions des savoirs et positionnements politiques, et ainsi parfois révéler des logiques sous-jacentes à l’espace académique. Le recours à la « socioanalyse » peut être un outil à disposition du/de la chercheur·e pour rendre visible sa propre trajectoire et l’effet de sa position dans la production de ce savoir. Cela permet alors de chercher à comprendre les biais méthodologiques qui ont pu intervenir dans l’enquête notamment au travers des relations d’enquête (quelles formes de violences symboliques se déploient, comment y faire face, comment contourner les biais ?) ou de l’interrogation sur la production des sources employées (par qui sont produites les archives ? Dans quels buts ? Quelles informations laissent-elles de côté ?). Bien que toute forme de prise de parole puisse avoir en soi une portée politique, l’effet en est minimisé, ce qui questionne donc le rapport au politique qui reste parfois irrésolu. Si on s’intéresse en particulier à la circulation des théories postcoloniales, il s’agit essentiellement de considérer que toutes les formes de circulation (positive, négative, analytique) participent à la diffusion d’un concept et d’une théorie : cela peut permettre d’avoir une compréhension de la constitution d’un espace postcolonial en France, au-delà des simples désaccords théoriques, et ainsi que de sociologiser la réception.

  • 35 Hill Collins Patricia, « The social construction of Black feminist thought », Signs,
    vol. 14, n° 4, (...)
  • 36 Plus sp, L’Hauement : cette démarche renvoie à celle élus sp, L’Hauement : cetteLaverge dans son tr (...)
  • 37 Rich Adrienne sur la « femme-alibi » dans sa conférence d'ouverture de 1979 intitulée « Qu’est-ce q (...)
  • 38 Mohanty Chandra Talpade, « Sous le regard de l’occident », in Dorlin Elsa (dir.), Sexe, Race, Class (...)

24Parallèlement, comme le montre l’étude des rapports entre langage et production des genres, la notion de savoir situé peut aussi questionner l’opposition classique entre science et militantisme. Patricia Hill Collins a synthétisé cette opposition de la manière suivante : on attend généralement du chercheur ou de la chercheuse qu’ille ait de la distance vis-à-vis de son objet d’étude, qu’ille élimine les affects du processus de recherche et qu’ille considère que l’éthique et les valeurs n’ont pas de place dans le processus de recherche, pour justifier l’enquête ou pour ordonner son déroulement35. Ce point de vue tend à délégitimer les recherches engagées en leur reprochant de n’être ni neutres ni objectives, donc, en fait, de ne pas être de « bonnes recherches ». La notion de savoir situé revendique le contraire en montrant qu’un point de vue politique, critique et engagé peut aider à faire de la recherche. L’idée n’est plus d’opposer science et militantisme, mais de considérer qu’on peut construire une science consciente de ses implications sociales et politiques, et qui ne renonce pas à sa scientificité en choisissant d’adopter une perspective critique sur le monde social. Une démarche comme celle présentée dans ces lignes36 peut être décrite comme un travail de « philosophie féministe », consistant à élaborer des outils d’analyse critiques sur le monde social pour comprendre, notamment, comment notre pratique ordinaire du langage contribue à construire les normes de genre. Dans cette perspective, le travail philosophique « critique » consiste à analyser la construction de l’ordre social pour en souligner la contingence (contre l’idée que la domination de genre existerait de tout temps, par nature ou par nécessité), donc pour mettre en évidence notre pouvoir de le transformer. La critique met au jour les mécanismes de construction et de maintien du système patriarcal, elle étudie à la fois sa force (ses outils de coercition, sa violence) et ses faiblesses, pour montrer tout ce que nous pouvons réellement changer. Ainsi, on peut s’intéresser aux usages féministes du langage pour subvertir, déstabiliser, contester le binarisme de genre, notamment en travaillant sur les groupes de parole, la queerisation du langage et la création de slogans pour analyser le pouvoir transformateur de la prise de parole, et le rôle du langage dans la construction d’un féminisme polyphonique. L’enjeu est d’élaborer un savoir situé qui parte de l’expérience, qui s’engage contre l’hétéro-patriarcat, qui ne reproduise pas le mythe d’un savoir neutre et universel et qui soit d’emblée, dans sa production, ouvert à la critique et au dialogue avec d’autres points de vue, d’autres situations et d’autres savoirs. Cette perspective soulève la question du cadre dans lequel s’inscrivent les recherches, et interroge notamment l’individualisation des productions par les concepts d’auteur·e, de propriété intellectuelle, d’originalité : s’il est indispensable que des universitaires mènent des recherches féministes et produisent des outils d’analyse critiques, il faut aussi prendre garde à la réappropriation personnelle, dans le cadre académique, d’un savoir collectif, politique et communautaire. Le premier risque est de dépolitiser un savoir militant et critique37. Le second risque est de décontextualiser et de dé-situer certaines idées, donc de renouer avec une position universitaire surplombante et universalisante, qui a le pouvoir de légitimer certains savoirs et d’en nier d’autres38.

Conclusion

25Cet article, fruit d’un dialogue entre une sociologue et une philosophe sur leurs objets et leurs pratiques de recherche, propose une approche pluridisciplinaire de la production et de la circulation des savoirs. Nous avons tenté de montrer qu’il était possible d’analyser ces phénomènes au-delà de la simple différenciation entre sociologie et philosophie. En prenant l’exemples de nos propres recherches sur le postcolonial et le féminisme, en discutant les théories, méthodes et concepts que nous mobilisons, nous avons mis en évidence la manière dont ces outils critiques politisent la question du savoir, et viennent interroger le champ académique, le partage disciplinaire et le partage entre science et militantisme.

Haut de page

Bibliographie

Austin John Langshaw, How to do things with words, Oxford, Oxford University Press, 1962.

Belorgey Nicolas, Chateigner Frédéric, Hauchecorne Mathieu et Penissat Etienne, « Théories en milieu militant », Sociétés contemporaines, vol. 81, 2011, p. 5-127.

Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, 2002, p. 3-8.

Bourdieu Pierre, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003

Butler Judith, Le pouvoir des mots : politique du performatif, traduit de l’américain par Charlotte Nordmann, Paris, Amsterdam, 2004.

Casanova Pascale, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 144, n° 4, 2002, p. 7-20.

Chartier Roger et Paire Alain, Pratiques de la lecture, Paris, Payot & Rivages, 2003.

Collier Anne-Claire, « Le passage en revue du postcolonial », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 11, n° 3, 2017, p. 245-262.

Delphy Christine, Classer, dominer – Qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique, 2008.

Dufoix Stéphane, La dispersion. Une histoire des usages du mot Diaspora, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Ettinger Delphine et Stampnitzky Lisa, « Experts, Etats et théorie des champs. Sociologie de l’expertise en matière de terrorisme », Critique internationale, vol. 59, n° 2, 2003, p. 89-104.

Gérardin-Laverge Mona, «  “C’est en slogant qu’on devient féministe” - Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle  » in Semen, Revue de sémio-linguistique des textes et des discours, n° 44, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2018, p. 81-109.

Gruzinski Serge et Bénat Tachat Louise, Passeurs culturels mécanismes de métissage, Paris, Marne-la-Vallée, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

Haraway Donna, « Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, vol. 14, n° 3, 1988, p. 575-599, trad. in Manifeste cyborg et autres essais – Sciences, Fictions, Féminisme, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils Editeurs, 2007.

Harding Sandra (éd.), The Feminist Standpoint Theory Reader –Intellectual and Political Controverses, New-York, Routledge, 2004.

Hauchecorne Mathieu et Matonti Frédérique, « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques », Raisons politiques, vol. 67, n° 3, 2017, p. 5-10.

Heilbron Johann, « Qu’est-ce qu’une tradition nationale en science sociales ? », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 18, n° 1, 2008, p. 3-16.

hooks bell, « Choosing the margin as a space of radical openness », in Harding Sandra (éd.), The Feminist Standpoint Theory Reader – Intellectual and Political Controverses, New-York, Routledge, 2004, p. 153-159.

Hill Collins Patricia, « The social construction of Black feminist thought », in Signs,
vol. 14, n° 4, “Common Grounds and Crossroads : Race, Ethnicity, and Class in Women’s Lives”, 1989, p. 745-773, trad. dans Dorlin Elsa, Black Feminism, Anthologie du féminisme africain-américain, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2007.

Keim Wiebke, « La circulation internationale des savoirs en sciences sociales », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 10, n° 1, 2016, p. 1-41.

Kil Ho Lee, Les « revues intellectuelles ». La construction sociale d’un espace intermédiaire. Thèse de doctorat, Université Paris X Nanterre, 2009.

Krieg-Planque Alice, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009.

Lebaron Frédéric, « Les fondements sociaux de la neutralité économique. Le conseil de la politique monétaire en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 116-117, 1997, p. 69-90.

Matonti Frédérique, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 59-4bis, n° 5, 2012, p. 85-104

Mohanty Chandra Talpade, « Sous le regard de l’occident », in Dorlin Elsa (dir.), Sexe, Race, Classe, Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, p. 171-202.

Pocock John, Le moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, traduction de Luc Borot, Paris, PUF, (1975) 1997.

Pudal Romain, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Les formes de l’activité politique. Eléments d’une analyse sociologique XVIII-XXe siècle, Paris, PUF, 2011, p. 185-192.

Puig de la Bellacasa Marie, Politiques féministes et construction des savoirs. « Penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan, 2013.

Puig de la Bellacasa Maria, « Divergences solidaires » Multitudes, n° 12, 2003, p. 39-47.

Rioufreyt Thibaut, « Les passeurs de la “Troisième Voie”. Intermédiaire et médiateurs dans la circulation transnationale des idées », Critique internationale, vol. 59, n° 2, 2013, p. 33-46.

Said Edward, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996.

Skornicki Arnault et Tournadre Jérôme, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La découverte, 2015.

Van Damme Stéphane, « De la vie de laboratoire à la théorie du cyborg », L’homme, n° 187-188, 2008, p. 393-412.

Viennot Eliane, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, Paris, iXe, 2014.

Haut de page

Notes

1 http://culturalstudies.ucsc.edu/PUBS/Inscriptions/vol_5/clifford.html

2 Said Edward, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, 1996.

3 Van Damme Stéphane, « De la vie de laboratoire à la théorie du cyborg », L’homme, n° 187-188, 2008, p. 393-412.

4 Discours ayant lieu lors de l’inauguration du Frankreichzentrum de l’université de Fribourg le 30 octobre 1989 publié sous forme d’article : Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, 2002, p. 3-8.

5 L’actualité et la légitimité de ce thème de la circulation sont incarnées notamment par sa mise au concours de l’agrégation d’histoire en 2012 et 2013 sous la forme « Les circulations internationales en Europe (1690-1780) ».

6 Ettinger Delphine et Stampnitzky Lisa, « Experts, Etats et théorie des champs. Sociologie de l’expertise en matière de terrorisme », Critique internationale, vol. 59, n° 2, 2003, p. 89-104.

7 Rioufreyt Thibaut, « Les passeurs de la “Troisième Voie”. Intermédiaire et médiateurs dans la circulation transnationale des idées », Critique internationale, vol. 59, n° 2, 2013, p. 33-46.

8 Sur ce point, voir la récente publication de l’ouvrage de synthèse : Skornicki Arnault et Tournadre Jérôme, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La découverte, 2015 ; Matonti Frédérique, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 59-4bis, n° 5, 2012, p. 85-104 ; Hauchecorne Mathieu et Matonti Frédérique, « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques », Raisons politiques, vol. 67, n° 3, 2017, p. 5-10.

9 Pudal Romain, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Les formes de l’activité politique. Eléments d’une analyse sociologique XVIII-XXe siècle, Paris, PUF, 2011, p. 185-192.

10 La notion de passeurs est utilisée notamment par Serge Gruzinski et Louise Bénat Tachat dans leur ouvrage Passeurs culturels mécanismes de métissage. D’autres termes sont également utilisés comme celui d’homme-double dans la continuité des travaux de Christophe Charle, d’intermédiaire, de médiateur. Gruzinski Serge et Bénat Tachat Louise, Passeurs culturels mécanismes de métissage, Paris, Marne-la-Vallée, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2002.

11 Le langage ordinaire, c’est le langage de tous les jours par opposition avec le langage philosophique, logique, scientifique, etc.

12 C’est la « performativité » du langage (Austin John Langshaw, How to do things with words, Oxford, Oxford University Press, 1962).

13 Voir par exemple Viennot Eliane, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, Paris, iXe, 2014. Et Delphy Christine, Classer, dominer – Qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique, 2008.

14 On peut penser aux énoncés apparemment descriptifs qui sont en réalité des injonctions normatives, comme « Les petites filles sont plus sages que les garçons ». On se réfère ainsi à la dimension à la fois discursive et corporelle de la « performativité du genre » telle qu’elle a été analysée par Judith Butler (Butler Judith, Trouble dans le genre, traduit de l’américain par Cynthia Kraus, Paris, La Découverte, 2005).

15 Voir par exemple : Gérardin-Laverge Mona, «  “C’est en slogant qu’on devient féministe” - Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle  » in Semen, Revue de sémio-linguistique des textes et des discours, n° 44, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2018, p. 81-109.

16 Le concept d’agency a été mobilisé, en sciences sociales et notamment dans le champ des cultural studies, pour échapper au dualisme déterminisme/liberté, et travailler plutôt sur les pratiques de transformation ou de reproduction de l’ordre social par des agent·e·s — qui ne sont pas des «  sujets  » au sens philosophique traditionnel du terme. La traduction du terme n’est pas évidente, comme le soulignent par exemple Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal dans l’avertissement de traduction au début du Pouvoir des mots de Judith Butler : illes font ainsi le choix de la traduction par «  puissance d’agir  » »  agentivité  », «  agencéité  » sont trop «  scientifiques  » pour permettre réappropriation politique des termes. (Butler Judith, Le pouvoir des mots : politique du performatif, traduit de l’américain par Charlotte Nordmann, Paris, Amsterdam, 2004, p. 14-15)

17 Haraway Donna, « Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, 14(3), 1988, p. 575-599. Trad. in Manifeste cyborg et autres essais –Sciences, Fictions, Féminisme, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils Editeurs, 2007.

18 Harding Sandra (éd.), The Feminist Standpoint Theory Reader –Intellectual and Political Controverses, New-York, Routledge, 2004.

19 Ayant montré le rôle du langage dans la construction et le maintien du patriarcat et des normes de genre, on choisit d’utiliser le langage inclusif et des graphies féministes qui « queerisent » le langage (ille, auteur·e, etc.), mettent en question la prétendue nécessité du binarisme de genre dans la langue et qui abolissent la règle selon laquelle c’est « le masculin qui l’emporte » enseignée à l’école et fermement défendue par l’Académie française.

20 Puig de la Bellacasa Maria, « Divergences solidaires » Multitudes, n° 12, 2003, p. 39-47.

21 Expression empruntée à Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003, p. 203-204.

22 hooks bell, « Choosing the margin as a space of radical openness », in Harding Sandra (éd.), The Feminist Standpoint Theory Reader –Intellectual and Political Controverses, New-York, Routledge, 2004, p. 153-159.

23 On comprend ici les termes de dominés et de dominants dans une logique bourdieusienne. Les dominants du champ étant ceux qui cumulent l’ensemble des capitaux : symbolique, économique, culturel qui leur permettent d’imposer une » vision et division du monde social ». Au contraire, les dominés ne possèdent pas les ressources valorisées par le champ et se voient imposer « une vision ou division du monde » légitime. Cette domination peut être la domination d’acteurs mais elle peut également être la domination d’objet. Ainsi, par exemple l’objet « immigration » a longtemps été dominé dans l’espace sociologique français face à un objet « économique » toujours central.

24 Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », op. cit., p. 4.

25 Pascale Casanova met en évidence les précautions à prendre avec le terme « traduction » comme « notion-écran qui empêche de repérer et de comprendre les enjeux réels de la circulation internationale des textes littéraires ». L’idée de traduction va de pair avec celle « d’échange inégalé ». Casanova Pascale, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 144, n° 4, 2002, p. 7-20.

26 Krieg-Planque Alice, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009.

27 Dufoix Stéphane, La dispersion. Une histoire des usages du mot Diaspora, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

28 Keim Wiebke, « La circulation internationale des savoirs en sciences sociales », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 10, n° 1, 2016, p. 1-41.

29 Pour une analyse sur la construction sociale de la neutralité voir : Lebaron Frédéric, « Les fondements sociaux de la neutralité économique. Le conseil de la politique monétaire en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 116-117, 1997, p. 69-90.

30 Puig de la Bellacasa Marie, Politiques féministes et construction des savoirs. « Penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan, 2013.

31 Pocock John, Le moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, traduction de Luc Borot, Paris, PUF, (1975) 1997.

32 En reprenant le vocable utilisé par Kil Ho Lee dans sa thèse de doctorat, Kil Ho Lee, Les « revues intellectuelles ». La construction sociale d’un espace intermédiaire. Thèse de doctorat, Université Paris X Nanterre, 2009.

33 Collier Anne-Claire, « Le passage en revue du postcolonial », Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 11, n° 3, 2017, p. 245-262.

34 On peut étudier le « rejet » des études postcoloniales en utilisant comme source les recensions des ouvrages. Il s’agit alors de comprendre dans quels espaces certains ouvrages sont bien accueillis, alors que dans d’autres ils vont être critiqués avec virulence. De ce point de vue, on peut faire l’hypothèse qu’une absence de recension sur un ouvrage est également porteuse d’enseignement sur l’accueil fait à ces théories. Dans une histoire des sciences, il semble intéressant de laisser autant de place aux théories qui ont réussi à s’imposer qu'aux théories qui ont échoué ; comprendre cet échec permet d’illustrer un rapport de pouvoir au sein de l’espace de production intellectuel.

35 Hill Collins Patricia, « The social construction of Black feminist thought », Signs,
vol. 14, n° 4, 1989, p. 745-773. Traduit dans Dorlin Elsa, Black Feminism, Anthologie du féminisme africain-américain, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2007.

36 Plus sp, L’Hauement : cette démarche renvoie à celle élus sp, L’Hauement : cetteLaverge dans son travail de thl de

37 Rich Adrienne sur la « femme-alibi » dans sa conférence d'ouverture de 1979 intitulée « Qu’est-ce qu’une femme a besoin de savoir ? » et prononcée au Smith Collège, Northampton, Massachussets.

38 Mohanty Chandra Talpade, « Sous le regard de l’occident », in Dorlin Elsa (dir.), Sexe, Race, Classe, Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, p. 171-202.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mona Gérardin-Laverge et Anne-Claire Collier, « Circulation et production des savoirs. »Terrains/Théories [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 19 juin 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/teth/2588

Haut de page

Auteurs

Mona Gérardin-Laverge

Docteure en philosophie

Post-doctorante à l’Université Paris Lumières

Laboratoire Sophiapol (Université Paris Nanterre)

Anne-Claire Collier

Docteure en sociologie

Laboratoire Sophiapol

Université Paris Nanterre 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals