Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Dossier"Vive la Commune !" Oui, mais laq...

Dossier

"Vive la Commune !" Oui, mais laquelle ?

Notes sur la référence à la Commune de Paris dans les mouvements sociaux
« Long live the Commune! » Yes, but which one? Notes about the reference to the Paris Commune among social movements
Jean-François Dupeyron

Résumés

Cet article examine la pensée et la pratique politique des acteurs de la Commune de Paris (1871) afin de préciser ce que celle-ci tenta d’être et quel type de pouvoir elle mit en œuvre. Pour cela, cinq thématiques sont étudiées, à la lumière des textes et des décisions de l’époque : la nature de la République communale, la dilution de l’État dans la vie sociale, la constitution sociale de la République, la méthode syndicale et l’opposition du gouvernement et de l’administration.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 KROPOTKINE Piotr, « La Commune de Paris », in Paroles d’un révolté [1885], Paris, Flammarion, 1978, (...)

La Commune enthousiasme les cœurs, non par ce qu’elle a fait, mais par ce qu’elle se promet de faire un jour1.

Introduction

  • 2 Partiya Karkerên Kurdistan : Parti des Travailleurs du Kurdistan.
  • 3 On lira à ce sujet les écrits de prison du leader du PKK : ÖCALAN Abdullah, La révolution communist (...)
  • 4 Voir Make Rojava green again, Lyon, Atelier de création libertaire, 2019.
  • 5 Voir BOOKCHIN Murray, Pour un municipalisme libertaire, Lyon, Atelier de création libertaire, 2003.

1Depuis 1871, de nombreux mouvements sociaux et politiques ont fait référence à la Commune de Paris, au point que cette référence est devenue comme un passage obligé de l’autodéfinition de bien des révoltes et des sécessions politiques. Ainsi, en 2018, pendant quelques semaines, les étudiants opposés à la Loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants occupèrent le site universitaire de Paris-Tolbiac et y installèrent la "Commune libre de Tolbiac", tentant par cette référence de se relier à un symbole, à leurs yeux évident, de mouvement semblant faire la part belle à "la base" et à l’intervention populaire et citoyenne directe, sans hiérarchie dirigeante. Avec davantage de gravité historique et pour d’autres motifs sans doute, le mouvement révolutionnaire kurde, organisé autour du PKK2, a entrepris depuis son tournant idéologique des années 1990 une « révolution communaliste » dont une des références majeures est la Commune de 18713. On parle ainsi d’une « Commune internationaliste du Rojava4 » pour désigner la tentative kurde d’édification populaire d’une société démocratique non soumise à l’État, égalitaire, libertaire et écologique. La mention de la Commune, ici, s’accompagne d’une inspiration puisée dans l’œuvre du penseur anarchiste américain Murray Bookchin, un des théoriciens contemporains du municipalisme libertaire5. Dans les deux cas, le lien, ne serait-ce que symbolique, avec la Commune de Paris, est affiché comme une évidence.

2Nous souhaitons ici, non pas nous prononcer sur le contenu et sur la pertinence des projets de ces deux mouvements, mais contribuer modestement à la clarification de ce à quoi ils font, à tort ou à raison, référence : le modèle de la Commune de 1871 comme incarnation d’une organisation sociale et politique construite dans la visée du respect de la souveraineté populaire. La Commune parisienne, dans sa pluralité et malgré la brièveté de son existence, tenta effectivement, de façon plus ou moins cohérente et explicite, de mener une politique et d’organiser la vie sociale, politique, économique, pratique de la capitale et de sa population en fonction de certaines conceptions. Ce sont ces conceptions de la société, de l’État, de la souveraineté, des services publics, de la République, du pouvoir, autrement dit la philosophie politique dans la Commune, que le présent article veut mettre en valeur, même si son cadre restreint ne permet guère de les détailler avec suffisamment de précision.

3Nous proposons donc de revenir sur la façon avec laquelle les acteurs de la Commune, dans leur diversité, pensèrent le modèle de leur action politique, après que le soulèvement populaire du 18 mars 1871 ait libéré la capitale de l’emprise gouvernementale. Ce travail d’élucidation est d’autant plus nécessaire que de multiples éléments concourent à l’occultation de cette pensée et de ces pratiques politiques : généralement, le symbole de la Commune est si puissant qu’il éblouit plus qu’il n’éclaire ; le rappel sidérant de la Semaine sanglante pousse parfois à ne retenir que le martyrologue des acteurs, non leur œuvre ; l’éloge de figures sélectionnées (Louise Michel, Eugène Varlin) résume à des itinéraires personnels glorieux ce qui fut avant tout une expérience collective ; la bataille des idées autour de l’interprétation de l’événement biaise sa compréhension, etc. Or, tant qu’à se réclamer du symbole de la Commune, autant savoir comment cette expérience révolutionnaire a fonctionné et quels modèles politiques s’y articulèrent plus ou plus aisément. C’est ce que nous proposons d’étudier ici, en abordant la tentative communaliste de 1871 par deux catégories de problèmes : comment l’Assemblée Communale se définissait-elle elle-même en tant que structure de pouvoir ? Quel type de transformation politique, sociale et économique enclencha-t-elle et selon quels concepts ?

  • 6 Pour ces débats, nous bénéficions d’une source importante : BOURGIN Georges & HENRIOT Gabriel, Proc (...)

4Pour ce faire, nous avons privilégié deux types de sources : les débats et les écrits au sein de l’Assemblée Communale élue le 26 mars 1871 et complétée par l’élection partielle du 16 avril 18716 ; la rationalité pratique mise en œuvre par la frange la plus active du mouvement, que ce soit au niveau des municipalités d’arrondissement ou au niveau des services publics parisiens. Il apparaît en effet, selon nous, que la confrontation entre les débats politiques à l’Hôtel-de-Ville et la praxis transformatrice des acteurs de terrain de la Commune fait ressortir une complexité qui, définitivement, devrait nous interdire de parler de "la Commune" comme si celle-ci était une réalité simple, pure, univoque.

La Commune et la République sociale : qu’est-ce que la Commune ?

Trois Communes en une ?

  • 7 Voir une analyse comparable : RIHS Charles, La Commune de Paris 1871. Sa structure et ses doctrines(...)

5Se référer à "la Commune", c’est forcément en simplifier le sens et la réalité. Pas plus que l’expression "les Grecs" ne saurait désigner un contenu précis et homogène, les expressions "la Commune" ou "les Communards" ne sauraient correspondre à des réalités nettes et univoques. La lecture des textes produits à l’époque par les acteurs du mouvement montre que "la Commune", cela pouvait être au moins trois choses en 1871 : soit une simple municipalité élue dans le cadre de l’autonomie de la ville pour garantir des franchises communales (l’Assemblée Communale, autrement dit le conseil municipal de Paris), soit une forme révolutionnaire de gouvernement central radicalement républicain (inspirée de la Convention et de la Commune révolutionnaire de 1792-1794), soit la structure locale autogérée complétant la structure associative des organisation de travailleurs (une cellule essentielle de la nouvelle société socialiste). La situation créée par le soulèvement populaire du 18 mars 1871 fit donc cohabiter a minima trois grandes positions politiques parmi les partisans de la Commune et au sein de l’Assemblée Communale : la Commune comme simple instance de protection des libertés municipales de la population parisienne, la Commune comme gouvernement révolutionnaire de la France, la Commune comme foyer de l’administration non gouvernementale de la future organisation socialiste du pays7.

6Pour tenir compte de ces variations importantes, nous parlerons de "la Commune municipale" pour désigner la conception, plutôt portée par la moyenne et petite bourgeoisie, limitant la Commune à la pratique non-révolutionnaire de franchises municipales capables de protéger la population parisienne des excès éventuels du pouvoir central (c’était sans doute l’élément le plus consensuel dans la majorité de la population) ; nous parlerons de "la Commune révolutionnaire" chaque fois qu’il sera question de la conception politique, portée essentiellement par les blanquistes et par certains néojacobins, faisant de la Commune de Paris un gouvernement révolutionnaire censé entraîner l’ensemble du pays vers une nouvelle révolution politique et sociale poursuivant l’œuvre de 1789-1794 ; nous parlerons de "la Commune socialiste" pour exprimer la conception fédéraliste, surtout portée par les différentes tendances socialistes au sein de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT), faisant des communes ou des communes-cantons les compléments politiques et sociaux des organisations de travailleurs dans la restructuration socialiste de la société.

7Ces précautions sémantiques, qui ont sans doute l’avantage d’éviter certaines simplifications, se heurtent quand même à des difficultés, tant il apparaît difficile de distinguer aussi aisément des positions tranchées au sein du mouvement. Beaucoup de textes produits lors de la Commune mêlèrent d’ailleurs les Communes municipale, révolutionnaire et socialiste en un seul ensemble – synthèse (ou compromis) qui ne fonctionna qu’un temps et que la rupture entre majorité et minorité au sein de l’Assemblée Communale mit à mal au début du mois de mai 1871. Dans tous les cas, ceux qui invoquent la Commune doivent déjà se demander à quelle version de celle-ci ils se réfèrent.

Le mandat des électeurs

  • 8 Nous utilisons ici les chiffres donnés par DA COSTA Gaston, La Commune vécue, Paris, Librairies imp (...)

8Le succès inattendu du soulèvement spontané du 18 mars permit au Comité Central de la Garde nationale d’occuper l’Hôtel-de-Ville et de convoquer les élections de l’Assemblée Communale 26 mars 1871, élections qui rassemblèrent 229 167 votants, contre 216 269 pour les municipales de novembre 18708. Ainsi, le pouvoir communal fut, chose rare dans l’histoire, un pouvoir révolutionnaire régulièrement élu par sa population (masculine), lors d’élections libres qui connurent un taux de participation similaire aux scrutins précédents, signe que la population dans sa majorité adhérait à l’idée de Commune municipale au sein d’une nouvelle organisation républicaine de la société. La diversité sociologique et philosophique des élus n’empêcha donc pas une forme limitée de consensus, très vite brisé, autour d’une double revendication : la garantie de la forme républicaine et l’octroi de franchises municipales dont Paris était privée.

  • 9 Les résultats officiels furent publiés dans le Journal Officiel (JO) du vendredi 31 mars 1871, avec (...)

9Toutefois, alors que les représentants de la petite et moyenne bourgeoisie républicaine refusèrent d’aller plus loin et démissionnèrent immédiatement ou après quelques séances, les résultats9 des élections montraient que les quartiers populaires avaient en général plébiscité des candidats bien plus révolutionnaires : 90,5 % des suffrages exprimés en moyenne pour les élus dans le XIVe (Observatoire), 87 % dans le XXe, 81,3 % dans le XVIIIe, 79,6 % dans le XIIe, 76,9 % dans le XIe, etc. Outre ces moyennes, on put aussi relever des scores individuels impressionnants : par exemple 86,8 % pour Eugène Varlin dans le XIIe. Ces scores délivraient un clair et net message : les quartiers populaires, numériquement majoritaires dans la population parisienne, attendaient que l’Assemblée Communale organise une République démocratique et sociale, en un mélange confus de Communisme révolutionnaire inspirée par la Grande Révolution et de Commune socialiste conçue par les courants socialistes. Une quarantaine d’élus sur 84 appartenaient d’ailleurs à l’AIT (même si certains relevaient avant tout d’une autre appartenance, comme les blanquistes), tandis que 40 % au moins étaient des travailleurs manuels.

  • 10 VALLÈS Jules, L’insurgé, Paris, Livre de poche, 1972, p. 257.

10La démission rapide de la vingtaine d’élus "modérés" fit que la conception consensuelle de la Commune municipale, qui avait mis la population en marche mais sur laquelle Versailles refusa de toute façon tout compromis, fut supplantée par les deux autres conceptions interprétant le mandat populaire : laquelle fallait-il employer pour faire vivre une nouvelle République, pleinement démocratique et sociale, qui puisse servir d’exemple aux autres communes de France ? Comment procéder à cette construction politique et quel type de pouvoir employer pour ce faire ? En ce sens, la démarche embarrassée de Vallès cherchant le lieu du pouvoir (la salle où siégeait la Commune) dans les salles vides de l’Hôtel-de-Ville le 28 mars fut, à sa façon, révélatrice des tâtonnements souvent peu cohérents de la politique communale : « "Où siège la Commune s’il vous plaît ?" Je demande cela à tous les échos de l’Hôtel de Ville. Je traverse des salles vides, des salles pleines, sans qu’on puisse me renseigner. Je rencontre des collègues qui ne sont pas plus avancés que moi10. » En effet, où fallait-il situer le pouvoir de la Commune ? Dans une avant-garde révolutionnaire gouvernant pour le peuple (Commune révolutionnaire) ou dans le travail d’organisation et de transformation des travailleurs eux-mêmes (Commune socialiste) ?

Des essais d’auto-définition

11 Pour examiner cette question, il faut déjà lire les textes par lesquels l’Assemblée Communale essaya de se définir, de préciser l’étendue de ses attributions et de décrire son projet politique, même si ces écrits ne pouvaient pas exprimer une doctrine unique, en l’absence de programme préétabli et de parti politique dominant et unifié.

  • 11 Rédigé par Lefrançais, Ranc et Vallès, ce projet ne fut pas adopté par la Commune car son ton génér (...)

Titre

Principales conceptions

Discours inaugural de Charles Beslay

Beslay (Charles)

(28 mars)

« L’affranchissement de la Commune de Paris, c’est […] l’affranchissement de toutes les communes de la République. […] C’est par la liberté complète de la Commune que la République va s’enraciner chez nous. La République n’est plus aujourd’hui ce qu’elle était aux grands jours de notre Révolution. […] Chacun des groupes sociaux va retrouver sa pleine indépendance et sa complète liberté d'action. La commune s'occupera de ce qui est local. Le département s'occupera de ce qui est régional. Le gouvernement s'occupera de ce qui est national. »

Projet de déclaration

(29 mars11)

« [Pour] le triomphe définitif de votre révolution communale […] la Commune de Paris est toute prête à faire un pacte d’alliance avec toute commune qui nous enverra son adhésion, et nous hâterons de tous nos efforts la constitution de la fédération des communes de France. »

Proclamation de la Commune de Paris aux départements

(6 avril)

« On vous trompe, frères, en vous disant que Paris veut gouverner la France et exercer une dictature qui serait la négation de la souveraineté nationale. […] Paris n’aspire qu’à fonder la République et à conquérir ses franchises communales, heureux de fournir un exemple aux autres communes de France. […] Paris n’aspire qu’à se renfermer dans son autonomie, plein de respect pour les droits égaux des autres communes de France. »

Déclaration au peuple français (19 avril)

« Que demande-t-il [Paris] ? La reconnaissance et la consolidation de la République, seule forme de gouvernement compatible avec les droits du peuple et le développement régulier et libre de la société. L’autonomie absolue de la Commune étendue à toutes les localités de la France, et assurant à chacune l’intégralité de ses droits, et à tout Français le plein exercice de ses facultés et de ses aptitudes, comme homme, citoyen et travailleur. L’autonomie de la Commune n’aura pour limites que le droit d’autonomie égal pour toutes les autres communes adhérentes au contrat, dont l’association doit assurer l’unité française. […] Paris ne veut rien de plus à titre de garanties locales, à condition, bien entendu, de retrouver dans la grande administration centrale, délégation des communes fédérées, la réalisation et la pratique des mêmes principes. […] L’unité politique, telle que la veut Paris, c’est l’association volontaire de toutes les initiatives locales. »

12Voici maintenant un texte de Proudhon sur les attributions de la commune et la déclaration au peuple français votée par l’Assemblée Communale le 19 avril 1871.

  • 12 Une mercuriale est la compilation des cours officiels des marchandises sur un marché public.
  • 13 PROUDHON Pierre-Joseph, Contradictions politiques. Théorie du mouvement constitutionnel au XIXe siè (...)
  • 14 Déclaration au peuple français, JO, le 20 avril 1871. Le texte fut rédigé pour l’essentiel par le j (...)

Proudhon

Proudhon (Pierre-Joseph)

Commune de Paris

« La commune est par essence […] un être souverain. En cette qualité, la commune a le droit de se gouverner elle-même, de s’administrer, de s’imposer des taxes, de disposer de ses propriétés et de ses revenus, de créer pour sa jeunesse des écoles, d’y nommer des professeurs, de faire sa police, d’avoir sa gendarmerie et sa garde civique ; de nommer ses juges ; d’avoir ses journaux, ses réunions, ses sociétés particulières, ses entrepôts, sa mercuriale12, sa banque, etc. La commune prend des arrêtés, rend des ordonnances : qui empêche qu’elle n’aille jusqu’à se donner des lois ? Elle a son église, son culte, son clergé, librement élu ; elle discute publiquement, en conseil municipal, dans ses journaux ou ses cercles, tout ce qui se passe en elle et autour d’elle, qui touche à ses intérêts ou excite son opinion13. »

« Les droits inhérents à la Commune sont : Le vote du budget communal, recettes et dépenses ; la fixation et la répartition de l’impôt ; la direction des services locaux ; l’organisation de sa magistrature, de la police intérieure et de l’enseignement ; l’administration des biens appartenant à la Commune. Le choix par l’élection ou le concours, avec la responsabilité, et le droit permanent de contrôle et de révocation des magistrats ou fonctionnaires communaux de tous ordres. La garantie absolue de la liberté individuelle, de la liberté de conscience et la liberté du travail. L’intervention permanente des citoyens dans les affaires communales par la libre manifestation de leurs idées, la libre défense de leurs intérêts : garanties données à ces manifestations par la Commune, seule chargée de surveiller et d’assurer le libre et juste exercice du droit de réunion et de publicité. L’organisation et la défense urbaine de la garde nationale, qui élit ses chefs et veille seule au maintien de l’ordre dans la cité14. »

13L’ensemble de ces textes exprimait une tendance générale assez évidente : en dépit des conceptions blanquistes et néojacobines qui finirent par devenir majoritaires début mai 1871 à cause de l’urgence critique de la situation militaire, l’Assemblée Communale ancrait plutôt son action dans une théorisation politique tentant d’associer l’idée de République démocratique et sociale et un modèle fédératif de libre association de communes souveraines douées de leurs propres franchises. L’idée d’une Commune municipale était bien le projet qu’elle mettait en avant, autant par prudence politique que par souci de consensus interne, car cette idée était sans doute "le plus petit commun multiple" entre les diverses forces qui soutenaient la Commune, des plus socialistes des élus et des électeurs aux plus modérés et bourgeois d’entre eux. Chacun pouvait ensuite y ajouter les éléments de son choix, sans être sûr que ces éléments soient aussi consensuels : pour les uns, la socialisation du travail, voire de la propriété ; pour d’autres, le respect de la propriété privée ; pour d’autres encore, la République rouge et laïque, une et indivisible.

14C’était là, en tout cas, une évolution du schéma jacobin d’une République incarnée par un pouvoir étatique centralisé exerçant uniformément son empire rationnel sur tous les territoires, en vertu de sa légitimité à imprimer dans l’ensemble de la société des principes philosophiques universels, au premier rang desquels se trouvaient les droits de l’homme et du citoyen. L’Assemblée Communale prétendait plutôt réaliser l’exemple d’une petite République sociale locale et souveraine – ce caractère social la distinguait d’un fédéralisme bourgeois de type girondin – et articuler celle-ci aux autres communes (selon des modalités non clairement définies) au sein d’une République nationale ayant perdu les traits les plus verticaux du pouvoir étatique. Les mots-clés de cette conception de la République sociale étaient donc : l’association, la fédération, la commune, l’autogestion, la souveraineté populaire et la démocratie directe. Dans l’élan du 18 mars 1871, et plus encore sous la pression de la guerre menée par Versailles, l’Assemblée Communale affirma bien mettre en chantier une révolution, mais en précisant que cette révolution était strictement communale, qu’elle ne souhaitait nullement imposer son modèle aux autres communes et qu’elle ambitionnait seulement de leur servir d’exemple. La Commune était donc conçue à la fois, par certains côtés comme un simple contre-pouvoir local s’opposant à l’imperium de l’État pour protéger les principes républicains, les droits et les intérêts des habitants d’une cité (la Commune municipale), et par d’autres côtés comme la cellule exemplaire d’une nouvelle construction sociale républicaine de type fédérative et décentralisée. Plusieurs sources philosophiques s’étaient combinées pour enrichir un modèle politique que le proudhonisme avait amplement diffusé dans le mouvement ouvrier mais que les démocrates-sociaux de 1848 avaient eux-mêmes mis en avant.

  • 15 BELLOUARD Henri & alli, Organisation communale et centrale de la République, Paris, Librairie répub (...)

15Ce modèle effectuait tout d’abord une relecture de l’histoire du concept de commune, relecture provoquée par un rejet ou une méfiance vis-à-vis des structures étatiques autoritaires et centralisées, telles que celles qui avaient permis aux pouvoirs monarchiques ou bonapartistes d’opprimer la société et, plus particulièrement, de tenir les classes populaires dans le dénuement et dans l’ignorance. On vit donc au XIXe siècle émerger en France une variante du républicanisme explorant l’idée d’asseoir la République sur des communautés politiques décentralisées. Cette construction progressa par des voies diverses, certaines en recyclant l’idée médiévale de franchises communales, d’autres en s’inspirant de l’expérience politique de la communauté helvétique, d’autres encore en édifiant une forme de communalisme socialiste. Relevons par exemple que déjà en 1851, forts de l’expérience malheureuse de 1848, plusieurs républicains, dont l’ouvrier communiste Joseph Benoît et le philosophe Charles Renouvier, publièrent un projet d’organisation institutionnelle d’une République démocratique, c’est-à-dire pratiquant un « gouvernement direct ». Dans cette Organisation communale et centrale de la République, la structure politique de base devait être le canton, censé devenir « la commune-canton » permettant aux citoyens de « s’administrer librement eux-mêmes sans autres réserves que celles qu’exige la conservation de l’unité nationale15 ». L’idée d’une décentralisation communale républicaine était donc présente avant la Commune et les acteurs de celle-ci purent s’en emparer d’autant plus aisément qu’elle constituait une sorte de point commun entre les trois conceptions principales de la Commune.

16Les éléments "modérés" en seraient bien restés là, souhaitant simplement actualiser et garantir les franchises accolées à « la Grande Ordonnance » proposée par Étienne Marcel, prévôt des marchands de Paris, lors des États-Généraux de 1356. En tant que capitale, Paris était paradoxalement privée de l’autonomie relative et des franchises que possédaient les autres villes, ce qui ne convenait guère aux petits et moyens bourgeois commerçants, qui souhaitaient, par libéralisme autant que par républicanisme, que leur activité économique soit protégée par une administration locale élue par la population. Les différents conciliateurs échouèrent à obtenir de Thiers cette garantie municipale : ils ne soutinrent donc ni l’Assemblée Communale jugée trop rouge et révolutionnaire, ni le gouvernement, jugé trop autoritaire et centralisateur.

17En greffant cette conception de l’autonomie municipale sur la question de l’émancipation et de l’association des travailleurs, les différents socialismes, principalement celui de Proudhon et celui de Bakounine, purent y intégrer le projet d’abolir l’exploitation économique par l’intermédiaire d’une fédération des organisations ouvrières (chambres syndicales, coopératives, associations de production ou de consommation, groupements mutuels). Dès lors, la commune devenait la structure essentielle combinant l’émancipation politique et l’émancipation économique. Le rejet du patron exploiteur et le rejet de l’État oppresseur débouchaient sur un modèle communal et syndical du pouvoir politique, autrement dit sur un socialisme communal. Dans ce schéma, l’État devenait une simple « administration centrale » (déclaration du 19 avril), le gouvernement central s’occupait simplement « de ce qui est national » (discours inaugural de Beslay) et chaque commune jouissait de son « autonomie absolue » (déclaration du 19 avril). La République unie, dès lors, devait être la grande fédération des communes et « l’association volontaire de toutes les initiatives locales » (déclaration du 19 avril).

  • 16 ALLIX Jules, Socialisme pratique. La Commune sociale, Paris, Lechevalier, 1869, p. 28. Jules Allix (...)
  • 17 Jean-Louis Pindy était un ouvrier menuisier de tendance proudhonienne, impliqué au sein de l’AIT. É (...)
  • 18 PINDY Jean-Louis, « Rapport de la commission chargée de la question des sociétés de résistance », i (...)

18Pour les plus avancés des internationalistes et des socialistes indépendants, la Commune devait ainsi concrétiser la souveraineté populaire : « le Gouvernement direct du peuple, c’est l’organisation de la Commune sociale16. » De plus, la Commune sociale devait même se confondre avec la section locale de l’Internationale des travailleurs, puisque les chambres syndicales et les diverses structures économiques et sociales des producteurs devaient être l’assise fondamentale de la nouvelle société socialiste. Lors du congrès de l’AIT en 1869, l’ouvrier menuisier Pindy17, plus tard élu à l’Assemblée Communale, avait exprimé ce projet de gouvernement direct par les communes définies comme « le groupement des différentes corporations par ville » et par « les conseils de corps de métier réunis ». On reconnaît là la conception de la Commune sociale ou socialiste : « Le groupement des différentes corporations par ville forme la commune de l’avenir, de même que l’autre mode forme la représentation ouvrière de l’avenir. Le gouvernement est remplacé par les conseils des corps de métier réunis, et par un comité de leurs délégués respectifs, réglant les rapports du travail qui remplaceront le politique18. » Version ouvrière de l’idée de souveraineté, cette double structure du pouvoir – par la gestion locale et par le travail – fut un des éléments importants de la pensée politique des acteurs de la Commune socialiste.

19D’un autre côté et en un autre sens, le concept de Commune avait joui d’autant plus facilement d’un pouvoir fédérateur que les blanquistes et les néojacobins appréciaient en lui un rappel sémantique de la Commune révolutionnaire de 1793-1794, ce qui était évidemment une tout autre interprétation. La Commune des néojacobins, c’était la Commune révolutionnaire de l’époque du Comité de Salut Public, alors que la Commune de l’AIT, c’était plutôt l’administration locale servant les intérêts des travailleurs au sein d’une République fédérative. La scission finale de l’Assemblée Communale était inscrite d’emblée dans cette confusion. Une conciliation n’était pas forcément impossible, à condition de bien distinguer les attributions nationales et les attributions locales. C’est ce que fit de façon vague Beslay dans son discours inaugural : « La commune s'occupera de ce qui est local. Le département s'occupera de ce qui est régional. Le gouvernement s'occupera de ce qui est national. » Arthur Arnould exposa clairement la dualité de l’idée de Commune au sein même de ses élus :

  • 19 ARNOULD Arthur, Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris, Bruxelles, Librairie So (...)

« À peine réunis et entrés en fonction, nous pûmes constater ce fait important que les mots "Commune de Paris" étaient compris de deux façons différentes par les divers membres de l’Assemblée. Pour les uns, la Commune de Paris exprimait, personnifiait, la première application du principe anti-gouvernemental, la guerre aux vieilles conceptions de l’État unitaire, centralisateur, despotique. La Commune, pour ceux-là, représentait le triomphe du principe de l’autonomie des groupes librement fédérés et du gouvernement le plus direct possible du peuple par le peuple. À leurs yeux, la Commune était la première étape d’une vaste Révolution sociale autant que politique, qui devait faire table rase des anciens errements. C’était la négation absolue de l’idée de dictature, c’était l’avènement du peuple lui-même au Pouvoir, et, par conséquent, l’anéantissement de tout Pouvoir en dehors et au-dessus du peuple. […] Pour d’autres, la Commune de Paris était, au contraire, la continuation de l’ancienne Commune de Paris de 93. Elle représentait, à leurs yeux, la dictature au nom du peuple, une concentration énorme de pouvoir entre quelques mains, et la destruction des anciennes institutions par la substitution, d’abord d’hommes nouveaux à la tête de ces institutions, transformées momentanément en armes de guerre, au service du peuple contre les ennemis du peuple19. »

  • 20 RECLUS Élie, La Commune de Paris au jour le jour, Paris, Schleicher frères, 1908, p. 166.

20L’Assemblée Communale présenta donc un double visage, affirmant en général que ses responsabilités étaient purement municipales, tout en se comportant parfois comme un gouvernement centralisé. De quel droit communal pouvait-elle en effet prendre le décret du 2 avril 1871 séparant l’Église de l’État, puisqu’elle n’était pas et ne voulait en principe pas être l’État au sens national et centralisé du terme ? Au niveau sémantique, cette confusion fit que les structures administratives et politiques dont se dota l’Hôtel-de-Ville furent souvent désignées comme des délégations ou des commissions, mais aussi appelées parfois des ministères. Comme le nota Élie Reclus, une confusion politique était alors inévitable autour de la nature même de la Commune : « Proudhon Blanqui, singulier amalgame20 ».

La Commune et l’État

21 Une autre question essentielle fut de savoir ce que la Commune voulait faire de l’État. S’agissait-il de détruire celui-ci, de le républicaniser ou de le transformer en le décentralisant et en le diluant dans la vie démocratique locale, municipale, syndicale, associative ?

  • 21 LEFEBVRE Henri, La proclamation de la Commune, Paris, La Fabrique, 2018, p. 128.
  • 22 BAKOUNINE Mikhaïl, « La Commune de Paris et la notion de l’État », Œuvres complètes, Paris, Stock, (...)
  • 23 MARX Karl, La guerre civile en France, 1871, Paris, Éditions sociales, 1968, p. 59.
  • 24 Ibid. p. 64-65.

22Cette question de l’État, qui fut progressivement placée au cœur des polémiques entre "autoritaires" et "libertaires" dans l’Internationale, ne pouvait évidemment pas être réglée en si peu de temps par l’Assemblée Communale, d’autant plus que celle-ci n’avait pas une doctrine unique sur le sujet. « Ni les blanquistes, ni les internationaux n’ont une claire théorie de l’État21 », conclut même Henri Lefebvre. Sur ce point, Marx et Bakounine produisirent après la Commune des analyses rendant – exagérément – hommage au fait que la République sociale de Paris ait su détruire l’État : « Je suis un partisan de la Commune de Paris […] surtout parce qu’elle a été une négation audacieuse, bien prononcée, de l’État22 », disait Bakounine ; quant à Marx, son analyse est connue : « La classe ouvrière ne peut pas se contenter de prendre tel quel l’appareil d’État et de le faire fonctionner pour son propre compte23. » Et il précisa ceci : « La Constitution communale devait devenir une réalité par la destruction du pouvoir d’État24. » Pour les proudhoniens aussi, l’État autoritaire était vu comme une des causes principales de la pauvreté et de l’oppression, entre autres parce qu’il matérialisait le fait que le peuple était gouverné au lieu de se gouverner lui-même.

  • 25 Les murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871, Paris, La Librairie Illus (...)

23Toutefois, l’idée d’une destruction de l’État était bien moins consensuelle que la demande de républicanisation de celui-ci. Ainsi, dès sa création en septembre 1870, le Comité central républicains des vingt arrondissements de Parisavait réclamé des mesures de sécurité publique favorables à une républicanisation de l’État : suppression de la police d’État et transfert des pouvoirs de police « entre les mains des municipalités élues », application aux magistratures de tous ordres des deux principes « de l’élection et de la responsabilité », établissement d’un contrôle populaire sur « toutes les mesures prises pour la défense25 », etc. Proudhon lui-même reconnaissait la nécessité d’une administration générale de la société, tout en lui déniant le droit d’ingérence dans l’activité des producteurs. Il souhaitait donc une réforme radicale de l’État, et non sa disparition totale.

24En pratique, de toute façon, l’Assemblée Communale n’eut pas à se poser la question de l’État : elle héritait d’une ville dont l’État et ses services publics avaient quasiment disparu sous l’effet de la fuite générale décidée par Thiers. Non seulement le gouvernement s’était évanoui, mais encore les ministères s’étaient vidés, l’armée et la police s’étaient retirées et les administrations et les services publics étaient désorganisés et privés de leurs moyens de fonctionnement. Dès le 19 mars, le gouvernement somma les fonctionnaires encore restants à Paris de rejoindre Versailles et de n’obéir à aucun ordre du Comité Central, « sous peine d’être considérés comme en état de forfaiture ». Un gigantesque déménagement se produisit donc, comme si l’ensemble de l’État s’évacuait par un siphon, emmenant avec lui les caisses, les tampons, les cachets, les archives, les fonds, le matériel, les états, les clés, etc. La tâche pratique immédiate en était compliquée (comment gérer deux millions d’habitants sans services publics ?) mais la tâche politique à moyen terme pouvait en être facilitée : il suffisait d’achever la démolition de l’appareil étatique autoritaire et de construire à sa place les services communs et l’administration démocratique dont la République sociale de Paris avait besoin.

  • 26 LEFEBVRE Henri, op. cit. p. 265.
  • 27 Émile Duval était un ouvrier métallurgiste, militant blanquiste et membre de l’AIT. Désarmé, il fut (...)
  • 28 Déclaration d’Émile Duval, commandant délégué à l’ex-préfecture de police. JO, 21 mars 1871.

25Tout était donc à réorganiser et à remettre en marche dans l’ensemble des services. En quelques heures la mobilisation du mouvement républicain et des chambres syndicales accomplit cette prouesse et montra « qu’une grande ville moderne peut se passer de l’État26 » dès lors qu’elle est administrée directement par les organisations populaires. C’est ce que proclama fièrement Emile Duval27 : « Paris, depuis le 18 mars, n’a d’autre gouvernement que celui du peuple : c’est le meilleur ! Jamais révolution ne s’est accomplie dans des conditions pareilles à celles où nous sommes. Paris est devenu ville libre. Sa puissante centralisation n’existe plus28. » Cette circonstance inédite et imprévue, accentua, selon nous, la marge de manœuvre des tenants de la Commune socialiste. C’est cette œuvre concrète, cette pensée en action, qui devint par la force des choses un pan essentiel de la philosophie politique de la Commune, au-delà de la confrontation théorique des trois modèles de Commune. Ainsi, c’est notre hypothèse, si l’idée d’une Commune socialiste au sein d’un communalisme républicain eut tant d’importance dans le mouvement, ce n’est pas parce que l’AIT l’imposa à l’Assemblée Communale (elle ne le fit pas et ses tenants demeurèrent minoritaires), mais parce que, sur le terrain, dans bien des arrondissements, dans l’action des associations républicaines et des organisations ouvrières, les militants socialistes ouvriers se montrèrent particulièrement présents et efficaces. En d’autres termes, c’est surtout l’idée d’une Commune socialiste qui constitue l’héritage politique de la Commune, comme nous allons le voir infra dans le second temps de l’argumentation.

  • 29 MARX Karl, La guerre civile en France, 1871, op. cit. p. 72.

26Marx insista donc sur l’idée que la Commune avait été un tournant historique et « la forme politique enfin trouvée » de l’émancipation de la classe ouvrière : « La grande mesure sociale de la Commune a été son propre fonctionnement29. » En effet, sur les décombres de l’État autoritaire disloqué par les effets du soulèvement du 18 mars, la Commune sitôt élue prit deux types de mesures : des mesures de poursuite de la destruction de l’État tel qu’il avait été conçu jusqu’alors, et des mesures de construction de structures de remplacement conformes aux principes de la République sociale.

  • 30 Gustave Lefrançais était un instituteur socialiste rallié aux idées anti-autoritaires. Il fut élu à (...)

27Dès le 29 mars, la Commune procéda à l’abolition de l’armée et de la police et fit de la Garde Nationale la seule force militaire dans Paris. La Garde Nationale n’était pas vraiment une armée au service d’un État puisqu’elle était organisée localement ou sur des bases corporatives et pratiquait l’élection des officiers et des sous-officiers par la troupe. Elle constituait le peuple en armes, la force armée citoyenne. Lefrançais30 proposa même de généraliser à tous les fonctionnaires et les magistrats le principe de l’élection par les citoyens, ce qui était un pas de plus vers la disparition de l’appareil bureaucratique d’État. Le 2 avril, l’Église fut séparée de l’État, mesure qui avait pour sens d’émanciper la République de Paris de l’institution catholique.

28Pour couronner l’éradication des institutions jugées oppressives, la Commune ne se comporta pas complètement elle-même comme un gouvernement, mais délégua largement le pouvoir à ses commissions, aux arrondissements, aux différents comités, aux associations. Ce fonctionnement inédit ne cessa même pas sur le terrain quand le Comité de Salut Public tenta de reprendre la main en raison de l’urgence de la situation militaire, ce qui permit aux néojacobins et aux blanquistes de revenir à des schémas de pouvoir moins conformes aux pratiques démocratiques du mouvement ouvrier. Enfin, le 4 mai, la Commune procéda à l’abolition du serment politique et du serment professionnel auxquels étaient astreints les agents publics. Ce décret, outre le fait de restituer à ceux-ci le plein exercice de leurs droits de citoyens, signifiait l’extinction du modèle de l’État vertical.

  • 31 Nous empruntons cette expression à Quentin Deluermoz qui parle à propos de la Commune d’un projet d (...)

29En accord avec cet assaut contre l’État autoritaire, il aurait été logique de renoncer à installer certaines commissions communales dans les ministères (les forteresses du pouvoir d’État), mais de les rapprocher des mairies d’arrondissement (les maisons du peuple) et des locaux des chambres syndicales et des coopératives (les maisons des travailleuses et des travailleurs). Cette dilution de l’État dans la société31 ne fut qu’esquissée dans le court temps de vie de la Commune. Elle irritait de toute façon certains blanquistes (notamment Rigault, procureur de la Commune) et certains néojacobins.

  • 32 ANDRIEU Jules, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris en 1871, Paris, Libertalia, 20 (...)

30L’enseignant proudhonien Jules Andrieu, qui dirigea les services publics de la Commune avant d’être lui-même élu à l’Assemblée Communale lors des élections complémentaires de la mi-avril, constata amèrement que le délégué à l’Enseignement occupait le ministère de l’Instruction publique et, au bout de quelques jours, que le délégué à la Justice déménageait au ministère de la Justice. « La Commune singea la gouvernementation de la France32 », en conclut-il, jugeant que l’abandon des ministères aurait frappé les esprits bien plus que l’installation de certaines administrations de la Commune dans les locaux d’un pouvoir auquel elle prétendait tourner totalement le dos.

31En dépit de ces scories, la transformation de l’appareil institutionnel autoritaire avait été largement entamée et la maîtrise démocratique du pouvoir municipal, objet d’une entente suffisante (mais pas complète) au sein de la Commune, avait été actée par le remplacement du préfet par un conseil municipal librement élu. Il restait à savoir comment administrer la petite République sociale parisienne tout en maintenant son lien et sa cohérence avec l’ensemble de la Nation, lien d’ordinaire assuré par l’appareil d’État. Comment parler de République si celle-ci, cessant d’être une et indivisible, donnait l’impression de s’éparpiller en territoires n’attachant pas tous la même importance aux principes communs ? C’était un point qui irritait fortement les tenants de la Commune révolutionnaire et qui aurait nécessité que la formule initiale de Beslay – « la commune s’occupera de ce qui est local. Le département s’occupera de ce qui est régional. Le gouvernement s’occupera de ce qui est national » – donna lieu à des débats approfondis et constructifs. Ces débats n’eurent pas lieu au sein de l’Assemblée Communale, ce qui laissa tout un pan de sa pensée politique dans l’incomplétude. En d’autres termes, on dira que l’idée de République sociale, intégrant une forme de communalisme, faisait plutôt consensus dans l’Assemblée Communale, mais que le sens et l’existence même d’un pouvoir central et de l’État n’avaient pas été suffisamment clarifiés.

La constitution sociale de la République

32L’enjeu majeur pour l’Assemblée Communale était de bâtir la République démocratique et sociale attendue par les quartiers populaires, fournisseurs privilégiés des bataillons qui la soutenaient. Pour accomplir cette tâche inédite, l’Assemblée fut empêtrée dans des confusions autour des trois idées de Commune, mais cela n’empêcha pas complètement les forces vives du socialisme et du républicanisme social, sur le terrain, dans les arrondissements, les comités, les organisations, d’entamer une constitution sociale de la République, mettant en œuvre certaines conceptions politiques que nous allons maintenant présenter à partir de l’œuvre accomplie. Précisons que l’examen de ces conceptions fait inévitablement la part belle à la philosophie de la Commune socialiste car celle-ci, si elle ne s’imposa pas à l’Hôtel-de-Ville, fut portée par des acteurs locaux très impliqués et plutôt rompus aux modes d’action créative du mouvement ouvrier.

  • 33 Nous insistons ici sur Proudhon, non par inclination personnelle, mais car il était, de tous les pe (...)

33Proudhon33 avait déduit de Saint-Simon que l’édification d’un monde nouveau – en l’occurrence pour lui une société de justice sociale, objectif que ne visait certes pas Saint-Simon – devait se faire à partir des formes d’organisation liées à l’activité réelle dans la société, notamment à partir des structures créées par les travailleurs pour s’assurer du produit de leur labeur, pour améliorer leurs conditions d’existence et de consommation ou encore pour organiser leur formation et l’exercice de leurs métiers. La Révolution à laquelle pensait Proudhon ne pouvait donc se faire que "par le bas", c’est-à-dire par l’activité autogestionnaire des citoyens et des producteurs, et non "par le haut" comme l’aurait été une transformation sociale décidée unilatéralement par un parlement ou un gouvernement. L’échec cuisant de 1848 confirmait que la voie politique verticale était une impasse pour le mouvement ouvrier. C’était la source de la virulente critique proudhonienne de « l’idée gouvernementale ». À cette idée gouvernementale, il opposait la « constitution sociale » de la République qu’il présentait ainsi :

« Je distingue en toute société deux espèces de constitutions : l’une que j’appelle la constitution SOCIALE, l’autre qui est la constitution politique ; la première, intime à l’humanité, libérale, progressive, et dont le développement consiste surtout à se débarrasser de la seconde, essentiellement arbitraire, oppressive et rétrograde. La constitution sociale n’est autre chose que l’équilibre des intérêts fondé sur le libre CONTRAT et l’organisation des Forces Économiques […]. La constitution politique a pour principe l’AUTORITE, ses formes sont : la Distinction des Classes, la Séparation des Pouvoirs, la Centralisation administrative, la Hiérarchie judiciaire (...). Ces deux constitutions (...) sont de nature absolument diverse et même incompatible34. »

34La révolution "par le bas" prônée par Proudhon se constituait socialement à la base de la société, au niveau des forces productives, par l’activité spontanée des groupes sociaux, au premier rang desquels il rangeait le mouvement ouvrier et ses organisations marquées par les principes de solidarité et de coopération.

  • 35 Ibid. p. 8.

« La révolution par l’initiative des masses, c’est la révolution par le concert des citoyens, par l’expérience des travailleurs, par le progrès et la diffusion des lumières, la révolution par la liberté. […] Il implique que le Gouvernement puisse être jamais révolutionnaire, et cela par la raison toute simple qu’il est gouvernement. La société seule, la masse pénétrée d’intelligence, peut se révolutionner elle-même, parce que seule elle peut déployer rationnellement sa spontanéité. […] Les gouvernements sont les fléaux de Dieu, établis pour discipliner le monde ; et vous voulez qu’ils se détruisent eux-mêmes, qu’ils créent la liberté, qu’ils fassent des révolutions35 ! »

35Le proudhonisme proposait donc une dissolution des institutions gouvernementales transcendant le corps social et leur remplacement par les organisations immanentes forgées par la libre activité des producteurs et des citoyens. Cette idée innerva un projet de réorganisation non-autoritaire de la société à partir du syndicat, de la commune, de la collectivité, de la coopérative, de l’association. Ce projet révolutionnaire, nourri et ajusté successivement grâce à d’autres penseurs libertaires, eut une belle postérité dans les collectivités libertaires de l’Espagne révolutionnaire en 1936-1939, sous l’égide de la Confédération Nationale du Travail (CNT). Les acteurs de la Commune socialiste, justement parce que la municipalité élue affirmait n’être qu’une instance locale en prise directe avec la population, tentèrent de faire émerger une telle République socialement constituée, c’est-à-dire ouverte à la large dissolution du gouvernement dans les ateliers, les coopératives, les chambres syndicales, les associations, les comités de quartier et les arrondissements. Ainsi, la déclaration de la Commune du 19 avril mettait en avant la nécessaire « intervention permanente des citoyens dans les affaires communales », selon un modèle analogue à la doctrine de l’Internationale quant à l’auto-émancipation des travailleurs.

  • 36 BOURGIN & HENRIOT, Procès-verbaux de la Commune de 1871, op. cit., tome I, p. 543.

36Ce modèle de démocratie directe, autogestionnaire, participative et assise sur l’intervention massive des citoyens dans leurs propres affaires, dont les principes ne rebutaient d’ailleurs ni les blanquistes, ni la plupart des néojacobins (pas ceux se réclamant de l’hébertisme, en tout cas), ne fut pas l’application d’un schéma unique, ce qui aurait été sa propre négation. Il fonctionna plutôt comme un esprit général, à partir de laquelle les initiatives appropriatives pouvaient se déployer dans différents secteurs de la société parisienne. De plus, il alliait un thème républicain (la République démocratique comme gouvernement direct du peuple par lui-même) et un thème typiquement socialiste (l’émancipation des travailleurs par leur propre activité), mélange qui n’allait pas sans équivocité au sein de l’Assemblée Communale, comme en témoigna ce mot de Fränkel, délégué à la commission du travail et de l’échange : « Nous sommes ici non pas seulement pour défendre des questions de municipalités, mais pour faire des réformes sociales36. »

37La première réalisation du principe de non-gouvernementalité se situa au niveau de l’action des arrondissements et de leurs commissions municipales. Par décret de la Commune en date du 30 mars, chaque élu de l’Assemblée Communale fut invité à animer son arrondissement, en remplacement des maires élus en novembre 1870 : « Les membres de la Commune ont la direction administrative de leur arrondissement. Ils sont invités à s’adjoindre, à leur choix et sous leur responsabilité, une commission pour l’expédition des affaires. » Ce fut donc peut-être au niveau des arrondissements que se situèrent les principales réalisations concrètes de la Commune. Celle-ci hérita d’ailleurs de pratiques qui s’étaient déjà répandues pendant le siège dans certains quartiers :

  • 37 TOMBS Robert, Paris, bivouac des révolutions. La Commune de 1871, Paris, Libertalia, 2014, p. 101-1 (...)

« Les arrondissements, qui étaient auparavant des divisions bureaucratiques impersonnelles, devenaient à présent le centre de l’existence quotidienne. L’administration de la Garde nationale, dont la plupart des familles dépendaient pour leur subsistance, était entre les mains des maires. […] L’activité politique se concentrait par conséquent dans les arrondissements. Les maires républicains, rémunérés par le gouvernement, commencèrent à laïciser les écoles locales ; ils créèrent des coopératives et des bourses du travail37. »

38Avant même la Commune, sous la pression des faits de guerre, la « constitution sociale » de la République s’était donc mise en marche par l’intermédiaire de la gestion directe de certains arrondissements. Pendant la Commune, même si l’administration dans les arrondissements fonctionnait sous la responsabilité des membres élus à l’Assemblée Communale, chaque arrondissement jouissait dans les faits d’une grande marge de manœuvre. Mais ce fonctionnement, qui écrasa rapidement de travail la majorité des élus, eut aussi pour défaut de combiner les fragilités de la démocratie participative (elle suppose que les citoyens participent en masse, sans quoi elle demeure fictive) et celles du modèle fédéraliste (il suppose la pleine souveraineté des associés et peut donc entraver la mise en œuvre d’une politique commune).

  • 38 Ibid. p. 26.

39En fait, les mesures décidées à l’Hôtel-de-Ville étaient appliquées de façon différenciée dans les secteurs de la capitale, en fonction de l’engagement variable des commissions municipales d’arrondissement, de l’existence locale de groupes actifs, de l’intervention directe des bataillons fédérés dans l’application des mesures, de la composition sociale des quartiers, etc. « Les différents quartiers vivaient des expériences très différentes en fonction de la composition politique et sociale de leur population38. »

La méthode syndicale

  • 39 L’expression est empruntée à Georges Bourgin : « À l'instruction publique, il [Édouard Vaillant] in (...)

40Le niveau des municipalités d’arrondissement ne fut pas le seul secteur de constitution sociale de la République nouvelle. Des structures associatives, coopératives, syndicales prirent également en charge l’administration directe de certains aspects de la vie concrète de la société parisienne, généralement en lien avec les commissions municipales d’arrondissement. La méthode syndicale39 est l’extension de cette dévolution du pouvoir aux acteurs sociaux directement concernés : les producteurs pouvaient s’organiser pour gérer la production, les consommateurs pour faciliter l’accès aux produits, les artistes pour administrer eux-mêmes les lieux de création et d’exposition, les ouvrières du vêtement pour organiser leur secteur professionnel, les enseignants et les parents pour réformer les établissements scolaires, etc. Par exemple, la Fédération des artistes, créée à l’appel de Courbet, élu à l’Assemblée Communale et ami de Proudhon, prit en charge l’ensemble de son secteur culturel.

41Il va de soi que le domaine privilégié d’application de la méthode syndicale fut l’organisation du travail. La Commune pouvait s’appuyer sur l’existence de toute une histoire socialiste de l’association coopérative des travailleurs et sur la force populaire des chambres syndicales de producteurs, même si ces chambres et leur fer de lance l’AIT avaient été affaiblies et désorganisées en 1870. La politique économique et sociale de l’Assemblée Communale s’appuya donc sur les organisations syndicales représentant les corporations ouvrières pour transformer la structure du travail dans Paris. Fränkel, qui était en lien avec Marx, aurait souhaité pousser plus loin les initiatives socialistes collectivistes ; c’est ce qu’il essaya d’impulser avec le décret du 16 avril 1871 sur la remise des ateliers abandonnés aux associations ouvrières. Mais, même dans ce cas, l’Assemblée Communale prit soin de laisser l’initiative entre les mains des travailleurs, se contenant pour sa part de faire fonctionner une commission d’enquête et d’organisation du travail censée accompagner les actions de la base syndicale de la République sociale. Fränkel facilita l’investissement des chambres syndicales dans cette révolution "par le bas" : un local fut mis à leur disposition à l’ex-ministère des travaux publics pour leurs réunions. De son côté, le conseil fédéral parisien de l’AIT essaya lui aussi de mobiliser ses sections dans cette dynamique d’autoémancipation des travailleurs. La fusion du pouvoir communal et des organisations ouvrières était en marche, tordant le cou à « l’idée gouvernementale » décriée par Proudhon et Bakounine.

  • 40 ROUGERIE Jacques, « L’AIT et le mouvement ouvrier à Paris pendant les événements de 1870-1871 », In (...)

42Si cette méthode était bien conforme au projet d’autoémancipation des travailleurs, les résultats, sur une si courte période et en situation de guerre, ne furent pas très importants. La création de bourses publiques du travail ne produisit guère d’effets notables. L’appropriation ouvrière des ateliers abandonnés ne se fit qu’au compte-gouttes puisque dix syndicats seulement, auxquels il faut ajouter l’Union des femmes, purent s’investir dans le projet de recensement et de remise en route de la production. In fine, un seul atelier fut confisqué, la fonderie Brosse dans le XVe arrondissement40. On ne pouvait évidemment pas attendre des acteurs de la Commune qu’ils construisent le socialisme en cinquante-quatre jours (du 28 mars au 21 mai), comme s’il s’était agi d’une construction en kit "easy made" que l’on pourrait assembler soi-même en quelques minutes. En fait, le principal effet de la méthode syndicale fut l’attribution des marchés publics aux organisations ouvrières, qui réclamaient fortement cette mesure pouvant tout à la fois assurer des revenus aux ouvriers et les émanciper de la tutelle économique.

Services publics, services communs

  • 41 DUGUIT Léon, Traité de droit constitutionnel, Paris, De Boccard, 3e éd., 1928, t. 2, p. 59.
  • 42 DARDOT Pierre & LAVAL Christian, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découver (...)

43La question des services publics, des ateliers industriels d’État (l’Imprimerie nationale, les Monnaies, Les Tabacs) et des services communaux fut également traitée dans une dynamique autogestionnaire, ce qui fit de ce mouvement de transformation des services publics en services communs une des réalisations les plus emblématiques de la politique communale dans sa version inspirée par l’idée de Commune socialiste. Entendons ici par l’expression service public tout service étatique dépendant de « l’idée gouvernementale », l’État étant finalement « une coopération de services publics organisés et contrôlés par les gouvernants41 ». Dans cette optique, l’édification d’une société construite de façon « sociale » devait modifier la conception générale des services publics. Nous appelons ici service commun une institution de la société, une institution sociale selon la terminologie de Proudhon, différente en cela d’une institution étatique, vouée à la satisfaction des besoins de la population. Un service public, s’il doit évidemment être au service du public, est aussi et surtout, dans la tradition étatique française, l’expression de la puissance publique, de la domination de l’État central sur les citoyens. L’existence de services publics à vocation sociale constitua incontestablement un ensemble de conquêtes populaires, mais, même dans ce cas, la démocratisation de leur fonctionnement ne fut que partielle, leurs travailleurs et leurs usagers n’étant que très partiellement associés à leur maîtrise. « La question est donc de savoir comment transformer des services publics pour en faire des institutions du commun ordonnées aux droits d’usage commun et gouvernées démocratiquement42 », remarquent aujourd’hui les théoriciens du commun.

44Cette question était déjà celle que tentèrent de résoudre les acteurs de la Commune. En ce domaine, la Garde Nationale constituait un exemple : affranchie des caractères distinctifs de cette force étatique que constituait l’armée, elle fonctionna globalement sur le modèle d’un commun démocratique, c’est-à-dire comme un service rendu aux citoyens par les citoyens eux-mêmes, sous leur contrôle et par l’intermédiaire de procédures démocratiques de décision : l’élection des officiers, pour l’essentiel.

  • 43 BIDOUZE René, 72 jours qui changèrent la cité, La Commune de Paris dans l’histoire des services pub (...)

45L’administration des services communs s’inspira de l’esprit autogestionnaire proclamé par la Commune socialiste et inclus, en un autre sens, dans l’idée consensuelle de l’autonomie municipale. Elle le fit d’abord en se décentralisant au niveau des arrondissements, là où l’essentiel des actions furent mises en œuvre directement par les commissions municipales et en lien direct avec les habitants. René Bidouze43 cita ainsi l’exemple du XVIIe arrondissement, dont les commissions étaient sous la responsabilité des militants de la section AIT des Batignolles et qui fonctionnaient à feu continu sous l’afflux constant de citoyennes et des citoyens sollicitant les services communs. Parallèlement, les acteurs de la Commune allèrent généralement dans le sens de l’autogestion démocratique des services communs et des ateliers industriels. Par exemple, la Manufacture des tabacs et allumettes fut gérée directement par les travailleurs. De même, les chefs d’atelier de l’Imprimerie Nationale étaient démocratiquement désignés par les neuf cents ouvriers. Ce fonctionnement fut impulsé par les deux co-directeurs de l’Imprimerie, les militants de l’AIT Louis Debock et André Alavoine, qui installèrent aussi la pratique des assemblées générales par atelier et par catégories. De même, dans l’atelier de réparations d’armes du Louvre, la direction était assurée par un conseil de délégués ouvriers.

  • 44 Le récit que fait Theisz de son expérience au service postal figure dans l’annexe VII de l’ouvrage (...)

46On peut aussi citer l’action d’Albert Theisz, qui releva en quelques heures le service postal que la disparition de l’État avait grandement désorganisé, puis enclencha un mouvement de transformation de ce service public en service commun. Il procéda à un premier aménagement allant dans le sens de l’autogestion des services postaux, en proposant l’institution d’une structure collégiale de discussion : « Dès les premiers jours d’avril, nous instituâmes un conseil des postes, ayant voix consultative44 ». Ce conseil n’était composé que de membres du personnel. C’était là un premier pas en direction d’un service commun autogéré, qu’il fallait coupler à la suppression du serment politique pour les fonctionnaires le 4 mai, afin de comprendre que la Poste cessait d’être un service gouvernemental, fréquemment utilisé pour espionner la population, et se transformait en un service commun administré de façon conforme au contrôle républicain qui avait été promis aux citoyens.

  • 45 Écrivain engagé proche des idées libertaires, Lucien Descaves sympathisa avec Gustave Lefrançais. I (...)
  • 46 DESCAVES Lucien, préface, in LAURENT Benoît, La Commune de 1871, les Postes, les Ballons, le Télégr (...)

47Dans cette alliance encore hésitante d’autogestion et de socialisation, les ouvriers de la Commune, dans le temps limité qui leur fut imparti et avec les nombreuses imperfections liées aux commencements improvisés, montrèrent qu’il était possible d’administrer une capitale de deux millions d’habitants en se passant des "élites" ministérielles et administratives. Lucien Descaves45 a rendu hommage à ces militants de la jeune République démocratique et sociale, à ces républicains engagés dans la lutte pour l’émancipation des travailleuses et des travailleurs, à ces ouvriers du socialisme communal : « Ils ne sortaient ni des Écoles, ni d’une cuisse noble ou bourgeoise dirigeante. Ils s’improvisaient administrateurs, oui… et, ma foi, ils administrèrent Paris de façon qu’on a pu souvent, par la suite, regretter leur passage non point aux affaires d’or, mais à la peine, sans profit46. »

Gouvernement versus administration

48 Un dernier thème de la Commune socialiste opposa le gouvernement et l’administration. Cette opposition était elle aussi inspirée par les réflexions de Proudhon sur la société socialiste. Dans celle-ci, « ce qui aujourd’hui est GOUVERNEMENT n’est plus qu’administration47 ».

  • 48 PROUDHON Pierre-Joseph, Idée générale de la révolution au XIXe siècle, Paris, Garnier frères, 1851, (...)
  • 49 Ibid. p. 118.

49Selon Proudhon, aucune liberté n’est effective quand des hommes en gouvernent d’autres, quand une partie de la population exerce une autorité sur une autre partie et quand un État enrégimente la société. « L’Autorité est le Gouvernement dans son principe, comme le Gouvernement est l’Autorité en exercice. Abolir l’un ou l'autre, si l’abolition est réelle, c’est les détruire à la fois ; par la même raison, conserver l’un ou l’autre, si la conservation est effective, c’est les maintenir tous deux48. » Par cette position, Proudhon popularisa l’idée que la société socialiste n’avait nul besoin d’un gouvernement, que celui-ci soit "républicain" ou non, ou encore "direct" ou non ; et il regretta au passage que « les révolutions les plus émancipatrices, et toutes les effervescences de la liberté, [aient] abouti constamment à un acte de foi et de soumission au pouvoir49 ». Sa conclusion était nette : les travailleurs n’avaient pas besoin d’un nouveau gouvernement – pas même "socialiste" – mais devaient se doter de simples structures socialisées d’administration des affaires communes. Une raison pratique administrative devait donc remplacer la raison politique gouvernementale, selon une logique nettement dérivée du saint-simonisme et appliquée au cas de l’émancipation socialiste des travailleurs.

  • 50 LEFRANÇAIS Gustave, Souvenirs d’un révolutionnaire : de juin 1848 à la Commune, Paris, La Fabrique, (...)

50Bien que cette idée soit entrée en tension avec les représentations néojacobines et blanquistes du pouvoir, et bien qu’elle n’ait sans doute pénétré qu’une minorité de républicains, elle animait une des forces motrices de la Commune, à savoir l’AIT, au sein de laquelle se trouvaient de nombreux militants dont la formation théorique était passée par le proudhonisme, philosophie politique que l’on retrouvait quasiment mot à mot dans certains de leurs textes. Lefrançais fit même figurer l’idée proudhonienne d’une administration de la société dans son programme pour les élections législatives de 1869 : « On remplacera la notion gouvernementale impliquant de fait une volonté supérieure à la volonté nationale, par une nouvelle organisation purement administrative, chargée seulement d’exécuter sous un incessant et effectif contrôle les décisions émanant directement de la nation elle-même50. »

51De même, dans la Déclaration de la Commune au peuple français du 19 avril, la fédération républicaine des communes était décrite comme la « grande administration centrale, délégation des communes fédérées », et non comme un État ou comme un pouvoir gouvernemental. Cette conception administrative du pouvoir ne signifiait pas une volonté de dépolitiser celui-ci (comme le ferait une raison économique libérale), mais affirmait au contraire que, pour protéger la République, il fallait justement la mettre à l’abri des institutions étatiques et l’enraciner concrètement dans l’action commune quotidienne des citoyens et des travailleurs. La raison administrative était d’ailleurs pensée en opposition à la « bureaucratie » dont Marx faisait un trait distinctif de l’État durant le Second Empire, tandis que l’AIT critiquait le « fonctionnarisme » impérial, en raison de son coût pour la collectivité et surtout à cause de sa pratique autoritaire des relations avec les citoyens.

  • 51 ANDRIEU Jules, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris en 1871, op. cit., p. 169-171.

52Jules Andrieu, de son poste stratégique de responsable du personnel communal, puis de délégué à la commission des Services publics, fut le praticien de cet usage rénové du pouvoir. Il posa la même distinction fondamentale entre l’action de gouverner et celle d’administrer. « Gouverner, c’est faire des décrets sans s’occuper de leur exécution. […] Administrer, c’est répondre journellement aux nécessités journalières ; c’est, à la fois, diviser et grouper, décentraliser et centraliser. » Il regretta que cette distinction ait été méconnue par bon nombre d’élus de l’Assemblée Communale : « La Commune avait besoin d’administrateurs ; elle regorgeait de gouvernants51. » L’enjeu principal, pour l’établissement d’une République sociale, résidait donc dans l’efficacité de l’action commune :

  • 52 Ibid. p. 235.

« Une grande faute a été commise par la Commune tout entière : celle d’avoir copié toutes les autres assemblées et d’être descendue par la pente fatale des choses au rôle stérile d’un parlement. Là où il y a des bureaux constitués en vue de l’exécution d’une besogne taillée à l’avance, les beaux discours ou les grands parleurs ne trouvent plus l’emploi de leurs facultés ; il y a seulement place pour les capacités, pour le dévouement et pour l’assiduité au travail52. »

  • 53 Ibid. p. 142.
  • 54 Ibid. p. 140-142.

53Pour contrecarrer la dérive parlementariste de l’Assemblée Communale, Andrieu conçut un plan de réorganisation administrative pour le pouvoir communal : il s’agissait, par souci de rationalité, de faire administrer les questions essentielles de manière décentralisée dans les arrondissements. Une commission de direction générale (la commission municipale ou commission administrative) aurait été le moteur de l’action collective avec comme mission d’en administrer la cohérence. D’où un pouvoir d’essence administrative, censé coordonner, rationaliser, réguler, gérer les actions décentralisées. « La Commune aurait eu pour tâche de grouper et de régler les vingt mairies qui auraient fonctionné comme des sous-communes et les quatre grandes commissions nécessitées par les circonstances53. » Dès lors, « La Commune renonçait à tout faire par elle-même, ce qui revient à dire qu’elle devenait bonne à quelque chose ; elle cessait d’agir en mode parlementaire54 ».

  • 55 BOURGIN & HENRIOT, op. cit. tome I, p. 314.

54À tort ou à raison, Andrieu était mû par la conviction que tout gouvernement finit par se détacher de celui au nom duquel il est censé agir : le peuple. L’âme de la raison administrative était donc le contrôle des élus et des responsables à tous les niveaux : « étant républicain et communaliste, je ne crois qu’au contrôle55 ». Cette idée du contrôle, souvent assortie à des procédures d’impérativité et de révocabilité des mandats, fut d’ailleurs très populaire durant la Commune. Une autre mesure fut envisagée pour asseoir davantage la conception administrative du pouvoir communal : l’éligibilité universelle des fonctions. La déclaration du 19 avril promettait de modifier l’accès aux emplois publics en prévoyant « le choix par l’élection ou le concours […] et le droit permanent de contrôle et de révocation des magistrats ou fonctionnaires communaux de tous ordres. » La Commune n’eut toutefois pas le temps de révolutionner complètement les structures administratives en organisant l’élection de tous les fonctionnaires dans le cadre d’une autogestion administrative des services par les citoyens eux-mêmes. Un certain type de recrutement par cooptation sur la base d’affinités diverses et de compétences reconnues put donc persister. Il fut complété par la mise en place de quelques examens :

    • 56 JO, 3 avril 1871.

    Pour le recrutement des stagiaires télégraphistes dans le domaine de responsabilité de Theisz, « un examen préalable permettra à l’administration de se fixer que la capacité des postulants56 [sic]. »

    • 57 JO, 15 avril 1871.

    La très démocratique Fédération des artistes envisagea elle aussi l’examen de la qualité des postulants à certains emplois dans les lieux culturels : « Après examen de leur capacité et enquête sur leur moralité, il [le comité directeur de la Fédération] nomme des administrateurs, secrétaire, archivistes et gardiens57. »

55En résumé, administrer c’est servir ceux qui font en commun, alors que gouverner, c’est diriger ceux qui font sous la direction de. L’Assemblée Communale, pour partie par conviction de sa minorité, pour partie par incohérence dans son propre fonctionnement, permit aux acteurs de terrain d’explorer la première voie, pour le meilleur mais aussi pour le pire, quand les décisions incohérentes et les actions désordonnées des uns et des autres, surtout dans le domaine militaire, livrèrent l’expérience politique parisienne à ses ennemis. Une thématique lancinante des journaux favorables au mouvement fut en effet de reprocher à l’Assemblée Communale de manquer d’efficacité dans son action, et finalement de laisser émietter le pouvoir au lieu de l’exercer vraiment pour faire avancer la cause de la République sociale. Le modèle de la contagion économique, élaboré par certains proudhoniens hostiles à la question politique, supposait avec un grand optimisme que les associations et les coopératives de producteurs, ainsi que les communes sociales, allaient, par leur réussite, étendre aisément leur réseau fédéré, jusqu’à transformer lentement et pacifiquement la société, réalisant ainsi une forme de socialisme sans qu’il soit besoin pour cela de conquérir le pouvoir ou de recourir à une action de type étatique. Entre ce modèle de la contagion économique et le modèle inverse de l’étatisation autoritaire de l’économie, il y avait sans doute la place pour un pouvoir central accompagnant, protégeant et dynamisant le mouvement de transformation socialiste de la société à partir du "bas". Il semble que l’Assemblée Communale n’ait pas su exactement comment tenir ce rôle nouveau, d’autant plus que les républicains socialistes balançaient entre plusieurs doctrines. Chacun, finalement, avait en tête sa propre Commune…

Conclusion

  • 58 ENGELS Friedrich, Introduction, in MARX Karl, La guerre civile en France, op. cit. p. 25.
  • 59 À titre de comparaison, l’Assemblée Nationale élue en 2017 ne comportait que 4,6 % d’employés et n’ (...)

56 La Commune ne vérifia évidemment pas l’affirmation péremptoire d’Engels : « Regardez la Commune de Paris. C’était la dictature du prolétariat58. » Partagée entre différentes conceptions, l’Assemblée Communale échoua à bâtir un programme efficace et cohérent pour transformer la société en un sens républicain social et/ou socialiste, et, de façon plus urgente, pour conduire la guerre défensive à laquelle Versailles l’avait acculée. Toutefois, elle permit la mise en chantier d’une action populaire démocratique, socialisé et autogestionnaire, dont les racines plongeaient profondément dans la pensée politique du mouvement ouvrier et dont l’étude peut se révéler d’actualité pour les mouvements sociaux et citoyens à la recherche de modèles d’action pour transformer les sociétés en vue de l’émancipation collective. Encore faut-il, si l’on veut invoquer la Commune de 1871, clarifier des concepts aussi importants que ceux de Commune et d’État. Il convient aussi de ne pas méconnaître deux leçons importantes. Primo, la Commune fut réellement un mouvement populaire : 60 % au moins des élus de l’Assemblée Communale étaient de condition modeste59. Sans cette présence des dominés dans la dynamique de transformation, il est illégitime de se réclamer de la Commune. Secundo, un mouvement de transformation sociale de la société n’apparait jamais ex-nihilo. Il suppose, en amont, un travail militant créatif et une mise en marche collective sans lesquels la formule rebattue "La Commune n’est pas morte" n’a guère de sens. C’est ce travail militant qui permit, selon nous, aux acteurs de la Commune socialiste de valoriser leurs conceptions politiques, grâce à une œuvre pratique bien plus importante que ne le fut l’influence effective de ces conceptions dans les débats à l’Hôtel-de-Ville.

Haut de page

Bibliographie

ALLIX, Jules, Socialisme pratique. La Commune sociale, Paris, Lechevalier, 1869, 32 p.

ANDRIEU, Jules, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris en 1871, Paris, Libertalia, 2016, 387 p.

ARNOULD Arthur, Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris, Bruxelles, Librairie Socialiste de Henri Kistemaeckers, 1878, 3 vol. 

BAKOUNINE Mikhaïl, « La Commune de Paris et la notion de l’État » (1871), préambule de la seconde livraison de L’Empire knouto-germanique, in Œuvres complètes, Paris, Stock, 1895, tome III, p. 194-215.

BELLOUARD, Henri, BENOÎT, Jules & alii, Gouvernement direct. Organisation communale et centrale de la République, Paris, Librairie républicaine de la liberté de penser, 1851.

BIDOUZE René, 72 jours qui changèrent la cité, La Commune de Paris dans l’histoire des services publics, Paris, Le Temps des cerises, 2001.

BOURGIN Georges & HENRIOT Gabriel, Procès-verbaux de la Commune de 1871, tome I, Paris, Leroux, 1924, tome II, Paris, Lahure, 1945.

BOURGIN Georges, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Rieder et cie, 1935.

DA COSTA Gaston, La Commune vécue, Paris, Librairies imprimeries réunies Motteroz-Martinet, 1903-1905, 3 vol. 

DARDOT Pierre & LAVAL Christian, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014.

DELUERMOZ Quentin, Le crépuscule des révolutions, 1848-1871, Paris, Seuil, 2014.

DUGUIT Léon, Traité de droit constitutionnel, Paris, De Boccard, 3e éd., 1928, 2 vol.

FRISCHMANN Georges, Albert Theisz, pionnier de l’Association Parisienne de l’Internationale et de la première chambre fédérale ouvrière, Montreuil, Fédération des Postes et Télécommunications CGT, 1993.

GUILLAUME, James, L’Internationale, documents et souvenirs (1864-1878), Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1905, 2 vol. 

Journal Officiel de la Commune (réimpression in extenso), édition de Victor Bunel, Paris, Bunel, 1871.

LAURENT, Benoît, La Commune de 1871, les Postes, les Ballons, le Télégraphe, Paris, Lucien Dorbon, 1934, 373 p.

LEFEBVRE Henri, La proclamation de la Commune [1965], Paris, La Fabrique, 2018.

LEFRANҪAIS Gustave, Souvenirs d’un révolutionnaire : de juin 1848 à la Commune [1902], Paris, La Fabrique, 2013.

Les murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871, Paris, La Librairie Illustrée, 1874.

Les séances officielles de l’Internationale à Paris pendant le siège et pendant la Commune, Paris, Lachaud, 1872 (3ème édition).

LISSAGARAY Prosper-Olivier, Histoire de la Commune de 1871 (1876), Paris, Maspéro, 1976.

MARX Karl, La guerre civile en France, 1871 (1871), Paris, Éditions sociales, 1968.

PROUDHON Pierre-Joseph, Les Confessions d’un révolutionnaire pour servir à l’histoire de la Révolution de Février, Paris, La voix du peuple, 1849.

PROUDHON Pierre-Joseph, Idée générale de la révolution au XIXe siècle, Paris, Garnier frères, 1851.

PROUDHON Pierre-Joseph, Contradictions politiques. Théorie du mouvement constitutionnel au XIXe siècle, Paris, Librairie internationale, 1870.

RECLUS Élie, La Commune de Paris au jour le jour, Paris, Schleicher frères, 1908.

RIHS, Charles, La Commune de Paris 1871. Sa structure et ses doctrines, Paris, Seuil, 1973, 379 p.

ROUGERIE Jacques, « L’AIT et le mouvement ouvrier à Paris pendant les événements de 1870-1871 », International Review of Social History, 1972, vol. 17, n° 1, p. 3-102.

TOMBS Robert, Paris, bivouac des révolutions. La Commune de 1871, Paris, Libertalia, 2014.

VALLÈS Jules, L’insurgé (1886), Paris, Le livre de poche, 1972.

Haut de page

Notes

1 KROPOTKINE Piotr, « La Commune de Paris », in Paroles d’un révolté [1885], Paris, Flammarion, 1978, p. 109.

2 Partiya Karkerên Kurdistan : Parti des Travailleurs du Kurdistan.

3 On lira à ce sujet les écrits de prison du leader du PKK : ÖCALAN Abdullah, La révolution communiste, Paris, Libertalia, 2020.

4 Voir Make Rojava green again, Lyon, Atelier de création libertaire, 2019.

5 Voir BOOKCHIN Murray, Pour un municipalisme libertaire, Lyon, Atelier de création libertaire, 2003.

6 Pour ces débats, nous bénéficions d’une source importante : BOURGIN Georges & HENRIOT Gabriel, Procès-verbaux de la Commune de 1871, tome I, Paris, Leroux, 1924, tome II, Paris, Lahure, 1945.

7 Voir une analyse comparable : RIHS Charles, La Commune de Paris 1871. Sa structure et ses doctrines, Paris, Seuil, 1973.

8 Nous utilisons ici les chiffres donnés par DA COSTA Gaston, La Commune vécue, Paris, Librairies imprimeries réunies Motteroz-Martinet, 1903-1905, tome I, p. 301-307.

9 Les résultats officiels furent publiés dans le Journal Officiel (JO) du vendredi 31 mars 1871, avec des erreurs de transcription concernant quatre arrondissements. Nous nous sommes plutôt fiés au compte-rendu de la séance de la Commune du 30 mars, qui a donné les chiffres que nous considérons comme officiels. Nous avons tenu compte du rectificatif inséré au JO du 3 avril concernant le XXe arrondissement.

10 VALLÈS Jules, L’insurgé, Paris, Livre de poche, 1972, p. 257.

11 Rédigé par Lefrançais, Ranc et Vallès, ce projet ne fut pas adopté par la Commune car son ton général ne fut pas jugé assez enthousiasmant.

12 Une mercuriale est la compilation des cours officiels des marchandises sur un marché public.

13 PROUDHON Pierre-Joseph, Contradictions politiques. Théorie du mouvement constitutionnel au XIXe siècle, Paris, Librairie internationale, 1870, p. 141-142.

14 Déclaration au peuple français, JO, le 20 avril 1871. Le texte fut rédigé pour l’essentiel par le journaliste proudhonien Pierre Denis, aidé de Jules Vallès et de Charles Delescluze. Denis était un des collaborateurs de Vallès au Cri du peuple, ce qui expliqua son insolite présence ici. On notera que le texte fut adopté à l’unanimité moins une voix par la Commune, signe qu’il n’avait rebuté ni les blanquistes ni les néojacobins, en dépit de son fédéralisme très prononcé.

15 BELLOUARD Henri & alli, Organisation communale et centrale de la République, Paris, Librairie républicaine de la liberté de penser, 1851, p. 54.

16 ALLIX Jules, Socialisme pratique. La Commune sociale, Paris, Lechevalier, 1869, p. 28. Jules Allix était un enseignant à la personnalité originale, lubique et prolifique. En tant que républicain socialiste indépendant, il fut élu à l’Assemblée Communale dans le VIIIe arrondissement. Des problèmes mentaux le conduisirent à l’internement après les événements.

17 Jean-Louis Pindy était un ouvrier menuisier de tendance proudhonienne, impliqué au sein de l’AIT. Élu à l’Assemblée Communale, il fut nommé gouverneur de l’Hôtel de Ville et fut probablement responsable de l’incendie de celui-ci pendant la Semaine sanglante. Il poursuivit ensuite ses activités militantes, entre anarchisme et socialisme.

18 PINDY Jean-Louis, « Rapport de la commission chargée de la question des sociétés de résistance », in James Guillaume, L’Internationale, documents et souvenirs (1864-1878), Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1905, tome I, p. 205.

19 ARNOULD Arthur, Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris, Bruxelles, Librairie Socialiste de Henri Kistemaeckers, 1878, tome II, p. 82-83.

20 RECLUS Élie, La Commune de Paris au jour le jour, Paris, Schleicher frères, 1908, p. 166.

21 LEFEBVRE Henri, La proclamation de la Commune, Paris, La Fabrique, 2018, p. 128.

22 BAKOUNINE Mikhaïl, « La Commune de Paris et la notion de l’État », Œuvres complètes, Paris, Stock, 1895, tome III, p. 198.

23 MARX Karl, La guerre civile en France, 1871, Paris, Éditions sociales, 1968, p. 59.

24 Ibid. p. 64-65.

25 Les murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871, Paris, La Librairie Illustrée, 1874, p. 91.

26 LEFEBVRE Henri, op. cit. p. 265.

27 Émile Duval était un ouvrier métallurgiste, militant blanquiste et membre de l’AIT. Désarmé, il fut exécuté par les troupes versaillaises le 4 avril 1871.

28 Déclaration d’Émile Duval, commandant délégué à l’ex-préfecture de police. JO, 21 mars 1871.

29 MARX Karl, La guerre civile en France, 1871, op. cit. p. 72.

30 Gustave Lefrançais était un instituteur socialiste rallié aux idées anti-autoritaires. Il fut élu à la Commune, puis condamné à mort par contumace. Exilé en Suisse, il continua à militer en tant que socialiste collectiviste libertaire.

31 Nous empruntons cette expression à Quentin Deluermoz qui parle à propos de la Commune d’un projet de « dilution de l’État dans la vie sociale » (Le crépuscule des révolutions, 1848-1871, Paris, Seuil, 2014, p. 345).

32 ANDRIEU Jules, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris en 1871, Paris, Libertalia, 2016, p. 136.

33 Nous insistons ici sur Proudhon, non par inclination personnelle, mais car il était, de tous les penseurs socialistes, celui qui avait été le plus lu dans les milieux ouvriers et révolutionnaires avant la Commune et donc celui dont la pensée fut la plus présente dans les raisonnements des acteurs. Les écrits de Marx, par contre, étaient presque totalement inconnus, à l’exception de ses textes rédigés pour l’AIT.

34 PROUDHON Pierre-Joseph, Les Confessions d’un révolutionnaire pour servir à l’histoire de la Révolution de Février, Paris, La voix du peuple, 1849, p. 60. Dans la réédition de 1851, Proudhon modifia légèrement la citation sans en altérer le sens.

35 Ibid. p. 8.

36 BOURGIN & HENRIOT, Procès-verbaux de la Commune de 1871, op. cit., tome I, p. 543.

37 TOMBS Robert, Paris, bivouac des révolutions. La Commune de 1871, Paris, Libertalia, 2014, p. 101-102.

38 Ibid. p. 26.

39 L’expression est empruntée à Georges Bourgin : « À l'instruction publique, il [Édouard Vaillant] inaugura ce qu'on pourrait appeler la méthode syndicaliste, faisant appel, dans une large mesure, aux initiatives corporatives. » (BOURGIN Georges, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Rieder et cie, 1935, p. 110).

40 ROUGERIE Jacques, « L’AIT et le mouvement ouvrier à Paris pendant les événements de 1870-1871 », International Review of Social History, 1972, vol. 17, n° 1, p. 3-102.

41 DUGUIT Léon, Traité de droit constitutionnel, Paris, De Boccard, 3e éd., 1928, t. 2, p. 59.

42 DARDOT Pierre & LAVAL Christian, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014, p. 515.

43 BIDOUZE René, 72 jours qui changèrent la cité, La Commune de Paris dans l’histoire des services publics, Paris, Le Temps des cerises, 2001, p. 84.

44 Le récit que fait Theisz de son expérience au service postal figure dans l’annexe VII de l’ouvrage de Lissagaray, p. 475-478.

45 Écrivain engagé proche des idées libertaires, Lucien Descaves sympathisa avec Gustave Lefrançais. Il préfaça en 1909 les mémoires de Victorine Brocher, combattante de la Commune, et publia lui-même un roman sur la Commune : Philémon vieux de la vieille (1913).

46 DESCAVES Lucien, préface, in LAURENT Benoît, La Commune de 1871, les Postes, les Ballons, le Télégraphe, Paris, Lucien Dorbon, 1934, 373 p.

47 PROUDHON Pierre-Joseph, Les Confessions d’un révolutionnaire pour servir à l’histoire de la Révolution de Février, op. cit. p. 65.

48 PROUDHON Pierre-Joseph, Idée générale de la révolution au XIXe siècle, Paris, Garnier frères, 1851, p. 114-115.

49 Ibid. p. 118.

50 LEFRANÇAIS Gustave, Souvenirs d’un révolutionnaire : de juin 1848 à la Commune, Paris, La Fabrique, 2013, p. 310.

51 ANDRIEU Jules, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris en 1871, op. cit., p. 169-171.

52 Ibid. p. 235.

53 Ibid. p. 142.

54 Ibid. p. 140-142.

55 BOURGIN & HENRIOT, op. cit. tome I, p. 314.

56 JO, 3 avril 1871.

57 JO, 15 avril 1871.

58 ENGELS Friedrich, Introduction, in MARX Karl, La guerre civile en France, op. cit. p. 25.

59 À titre de comparaison, l’Assemblée Nationale élue en 2017 ne comportait que 4,6 % d’employés et n’avait aucun député ouvrier, alors que ces deux catégories cumulées représentaient la moitié de la population active.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Dupeyron, « "Vive la Commune !" Oui, mais laquelle ? »Terrains/Théories [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 25 mai 2021, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/teth/3240 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3240

Haut de page

Auteur

Jean-François Dupeyron

Jean-François Dupeyron est Maître de conférences HDR en philosophie à l’université de Bordeaux. Chercheur au sein de l’équipe SPH (EA 4573), il a consacré sa Thèse de doctorat en philosophie aux thématiques de la philosophie politique de l’éducation. Ses travaux actuels s’inscrivent principalement dans les domaines de la vie scolaire, de l’expérience éthique en éducation et de l’émancipation populaire. Il a publié en mars 2020 À l’école de la Commune de Paris (Dijon, éditions Raison et passions) et en février 2021 Commun-Commune. Penser la Commune de Paris (Paris, Kimé).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search