Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13DossierLa démocratie par l’enquête sociale

Dossier

La démocratie par l’enquête sociale

La contribution des assemblées municipalistes de Buenos Aires à l’approfondissement de la démocratie
Democracy through social enquiry. The contribution of the municipal assemblies of Buenos Aires to the deepening of democracy
Camille Ferey

Résumés

Le mouvement argentin des assemblées populaires de quartier émerge en 2001 dans le contexte d’une crise économique et politique majeure. Celle-ci ne donne pas seulement lieu à des manifestations et réclamations adressées à l’État, mais aussi à l’expérimentation d’une réorganisation politique à partir d’assemblées de citoyens auto-organisées à l’échelle locale. À Buenos Aires, ces assemblées se fédèrent pendant plusieurs mois à l’échelle de la ville, avant de développer des formes de coopération ponctuelles pour celles qui s’implantent durablement. Cet article s’attache à analyser la contribution de ce mouvement à la démocratie du point de vue de la philosophie politique. Les pratiques épistémiques du mouvement, visant à développer la connaissance des problèmes sociaux et la formation d’une culture propice à l’autogouvernement, y sont en particulier envisagées afin d’esquisser la spécificité de l’apport démocratique des mouvements municipalistes. L’échelle locale et le mode d’organisation en assemblée donnent en effet lieu à un ensemble de pratiques épistémiques spécifiques, qui peuvent fournir des outils pour penser l’approfondissement des normes démocratiques d’inclusion et de participation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À ce moment-là, 30 % de la population de Buenos Aires présente des nécessités de base insatisfaites (...)
  • 2 ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… Hacemos malabares para dejar el bardo. Radio comun (...)
  • 3 TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares. Movilización social, trayectorias y prácticas políticas en B (...)

1Le 19 décembre 2001, le gouvernement argentin déclare l’état de siège en réponse à l’escalade de la violence sociale incarnée notamment par les saqueos, pillages répétés des commerces, dans le cadre d’une profonde crise économique1. Les citoyens de Buenos Aires manifestent alors massivement au son des casseroles et du slogan adressé aux représentants politiques : « Qu’ils s’en aillent tous, qu’il n’en reste pas un seul ! » (Que se vayan todos, que no se quede ni uno solo !). Le mouvement s’organise rapidement en des centaines d’assemblées locales tenues dans les rues et sur les places parallèlement aux manifestations. Ces réunions dans l’espace public visent d’abord à organiser et faire perdurer le mouvement depuis les quartiers : elles sont présentées par les acteurs comme la « réponse organisationnelle par laquelle on tenta de maintenir un état de mobilisation spontané2 ». Très vite, ces assemblées deviennent le cœur du mouvement et peuvent être qualifiées de « municipalistes » au sens où elles fonctionnent comme expérimentation d’une réorganisation politique fondée sur la coordination à l’échelle municipale des assemblées de quartier. En août 2002, on compte trois cent vingt-neuf assemblées dans tout le pays et cent vingt-deux dans la ville de Buenos Aires avec entre cinquante et trois cents participants au sein de chacune. À partir de janvier 2002, une assemblée Inter-quartier (l’Interbarrial) est créée, qui réunit jusqu’à trois mille participants3.

  • 4 Une enquête réalisée en février 2002 montre ainsi que 74 % de la population n’a pas confiance dans (...)
  • 5 Luis, cité dans DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la polit (...)
  • 6 ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… », op. cit.
  • 7 Ce phénomène est à replacer à la fois dans une tradition historique et dans un ensemble d’évolution (...)
  • 8 OUVIÑA Hernán, « Las asambleas barriales y la construcción de lo “público no estatal” : la experien (...)

2Ces assemblées se caractérisent par deux principaux éléments constitutifs qui permettent de parler de mouvement municipaliste. D’une part, les revendications politiques y sont centrales, notamment celle d’une transformation du système démocratique afin de restituer aux citoyens leur souveraineté. La corruption et les politiques de remboursement de la dette imposées à l’État par les organisations internationales sont en effet dénoncées comme cause d’un recul démocratique4, c’est-à-dire d’une perte de contrôle des citoyens sur les décisions publiques. Dans ce contexte, les assemblées sont pensées par leurs membres comme un « espace d’organisation horizontal, égalitaire, sans hiérarchies ni exclusions5 » capable de « créer une citoyenneté participative, plurielle et responsable6 » et donc comme instrument possible d’un autogouvernement démocratique des citoyens. D’autre part, l’échelle du quartier y acquiert une valeur politique essentielle7. L’Interbarrial travaille ainsi à l’écriture du projet d’ « Initiative populaire8 », une législation municipale qui mettrait en place vingt unités décentralisées de gestion politique et administrative avec d’importantes compétences territoriales, divisées chacune en dix districts au sein desquels les assemblées de « voisins » éliraient leurs délégués. Le quartier est non seulement pensé comme source de la souveraineté mais aussi comme espace d’identification politique et de formation de liens sociaux essentiels au fonctionnement démocratique.

Expériences contestataires et approfondissement de la démocratie

  • 9 Pour une vision d’ensemble de ces approches, voir : GIUGNI Marco, « Réussite et échec des mouvement (...)
  • 10 VITIELLO Audric, 2019, « La démocratie radicale entre action et institution. De la politique advers (...)
  • 11 Pour une approche de philosophie sociale développant cette articulation, voir : HONNETH Axel (2000) (...)
  • 12 Si on ne peut pas vraiment parler de courant, il existe bien néanmoins une tendance commune dans de (...)
  • 13 Voir SINTOMER Yves, « Délibération et participation : affinité élective ou concepts en tension ? », (...)

3Nous nous proposons d’aborder ici ces assemblées dans le cadre d’une étude philosophique de la contribution des mouvements sociaux à la démocratie, afin de déterminer les formes de contribution spécifiques des mouvements municipalistes. Cette approche en termes de contribution se distingue notamment de l’étude des conséquences des mouvements sociaux en science politique9 : elle consiste plutôt à observer les pratiques mises en œuvre en leur sein pour en dégager les valeurs immanentes et reconstruire à partir d’elles une philosophie normative de la démocratie. Les mouvements sociaux y sont ainsi envisagés comme des « expérimentations10 » qui permettent de théoriser l’approfondissement de la démocratie, défini comme élargissement de la définition de la citoyenneté et des normes d’inclusion et de participation, notamment à travers des formes d’articulation entre le progrès social et la participation politique11. Cette approche philosophique12 vise notamment à restituer le lien entre les mouvements sociaux et les théories démocratiques qui a eu tendance à se distendre depuis les années 1970 avec la concentration de ces dernières sur les aspects procéduraux et institutionnels des pratiques démocratiques13.

  • 14 DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la politización de la so (...)
  • 15 Voir notamment THOMPSON Mariah, The Disappearance of the Neighborhood Assembly Movement in Buenos A (...)

4Les assemblées argentines se prêtent particulièrement à une telle approche dans la mesure où elles mettent en œuvre selon leurs observateurs « une amplification de la citoyenneté » et « un approfondissement des pratiques démocratiques » à travers lesquelles les acteurs sociaux prennent en charge la redéfinition « des notions mêmes de citoyenneté, de démocratie et d’intérêt collectif14 ». Alors que les approches en termes de conséquences du mouvement ont eu tendance à mettre l’accent sur sa disparition et ses échecs15, une approche en termes de contribution cherchera donc plutôt à observer ces pratiques de redéfinition et d’approfondissement des normes démocratiques, afin d’identifier le potentiel démocratique des mouvements municipalistes.

Pratiques épistémiques municipalistes et approfondissement de la démocratie

  • 16 Sur cette approche deweyenne des mouvements sociaux par le biais de leurs pratiques épistémiques, v (...)
  • 17 Sur le concept de culture chez Dewey et son rôle dans la théorie de la démocratie voir notamment : (...)
  • 18 Adjectif désignant ce qui est originaire de Buenos Aires (NDE).

5Dans le cadre de cet article, nous concentrerons l’analyse sur les pratiques épistémiques du mouvement, définies à partir de la philosophie pragmatiste de John Dewey comme ensemble de pratiques visant à percevoir et expliquer les problèmes sociaux, mais aussi à développer des formes de contre-culture démocratique parmi les citoyens16. Chez Dewey, l’émergence de mouvements sociaux dotés d’une agentivité politique susceptible d’approfondir la démocratie est en effet conditionnée par l’acquisition d’une certaine connaissance des problèmes sociaux et par le développement d’une culture démocratique17. Nous analyserons donc la contribution des assemblées portègnes18 à la démocratie par le prisme de leurs pratiques épistémiques. Il s’agira de montrer, à partir de ce cas, que les mouvements municipalistes, du fait de certaines de leurs caractéristiques propres (l’organisation en assemblée et l’ancrage local notamment), développent des pratiques épistémiques spécifiques qui déterminent leur contribution à la démocratie.

6Nous nous intéresserons à trois types de pratiques récurrentes dans les assemblées, et qui découlent directement de la nature municipaliste du mouvement, afin d’observer les modalités démocratiques de subjectivation politique qui en découlent. Les pratiques communicationnelles retiendront d’abord notre attention dans la mesure où elles contribuent à socialiser l’expérience, la subjectivation politique passant alors par la création d’un ensemble de liens sociaux à l’échelle locale grâce au développement d’une connaissance d’autrui. Nous nous intéresserons ensuite aux pratiques de publicisation et d’explication des problèmes sociaux qui contribuent à étendre le domaine du politique et, ce faisant, à étendre la définition du citoyen comme sujet de droits. Enfin, nous analyserons les pratiques qui visent à développer une culture démocratique dans la société, culture qui contribue à l’augmentation de la capacité d’action des citoyens.

Le municipalisme comme fondement social communicationnel de la démocratie

  • 19 DEWEY John, Le Public et ses problèmes (1927), Paris, Gallimard, 2010, chapitre 4.

7Un des principaux défis qui se présente à la démocratie consiste selon Dewey à parvenir à construire une « vie commune », dont la « conscience claire » par les participants constitue l’idée même de démocratie. Il s’agit donc selon Dewey de créer une « expérience partagée19 » et consciente, autrement dit des formes de coopération réflexive comme fondement social de la démocratie. Cette idée est à comprendre, non pas uniquement au sens d’un ensemble de liens sociaux ou éthiques qui contribueraient à former des habitudes démocratiques au sein des relations quotidiennes et interpersonnelles, mais aussi en un sens épistémique :

  • 20 Ibid., p. 316-317. Nous soulignons.

« Tant qu’il n’existe aucune expérience de voisinage intime susceptible d’apporter la connaissance et la compréhension des voisins, les chances de respecter les peuples distants de façon effective ne semblent pas meilleures. […] La démocratie doit commencer à la maison, et sa maison est la communauté de voisins20. »

  • 21 Sur le diagnostic d’isolement social comme résultat des politiques néolibérales argentines voir : S (...)

8Dewey fait donc de la « connaissance » et de la « compréhension » des « voisins » une condition de la démocratie, une idée qui est également au cœur du mouvement des assemblées argentines, en au moins deux sens : d’une part, elles entreprennent de lutter contre l’isolement social21 grâce à des formes nouvelles de communication à l’échelle du quartier ; d’autre part, ces formes de communication visent à développer l’expression des expériences sociales problématiques par les groupes qui les subissent et donc à développer l’inclusion et la subjectivation par le biais de la narration. À ce titre, le municipalisme fournit des outils épistémiques pour la démocratisation, en contribuant à approfondir les normes de communication.

La connaissance du voisin comme fondement de la démocratie

9Comme le souligne Iris Marion Young dans son modèle de démocratie communicationnelle pensé notamment à partir de l’observation des pratiques des mouvements sociaux, la condition épistémique de la démocratie telle que définie ci-dessus à partir de Dewey - la connaissance et la compréhension d’autrui - est rendue problématique dans les conditions sociales contemporaines. De ce point de vue, la redéfinition des normes de communication doit être au cœur de l’approfondissement démocratique :

  • 22 YOUNG Iris Marion, Inclusion and Democracy, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 77.

« […] dans la société de masse, où la connaissance des autres peut être largement médiatisée par des généralités statistiques, il peut y avoir peu de compréhension des besoins ou des intérêts vécus par d’autres groupes. Dans ces conditions, une norme de communication politique est que chacun devrait chercher à élargir sa compréhension sociale en s’informant sur l’expérience et les significations particulières associées aux autres positions sociales. Les pratiques narratives rendent cela plus facile22 […]. »

10Or, les pratiques municipalistes contribuent précisément à cet élargissement de la « compréhension sociale », en s’appuyant sur une conception du quartier comme espace dédié à l’émergence d’une expérience partagée par le biais de formes nouvelles de communication, notamment narratives. Les témoignages des participants des assemblées soulignent ainsi l’importance des échanges discursifs entre voisins pour le mouvement :

  • 23 Témoignage de Ernesto, membre de l’assemblée Parque Diaz, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas popu (...)

« Ce qui importait c’était que chacun discute avec son voisin qu’il ne connaissait pas jusqu’alors, à un coin de rue, dans le quartier23. »

  • 24 Témoignage de Osvaldo, membre de l’assemblée Parque Diaz, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas popu (...)

« L’expérience de la rencontre dans la rue a été quelque chose de très mobilisateur pour moi, le fait de partager ce premier moment, qui a eu lieu dans toutes les expériences d’assemblées, de catharsis, avec ces gens qui avaient gardé tant de choses pour eux qu’ils ne pouvaient pas exprimer, ou des choses qu’ils ne pouvaient pas nommer, être là dans la rue, à récupérer l’espace public pour les gens, à nous raconter nos rêves et nos frustrations […]. Ça a été ma première expérience de participation et de communication avec mes voisins, mes compagnons : m’ouvrir l’esprit, parler de n’importe quoi avec quelqu’un qui jusqu’alors était un parfait inconnu24. »

11Les formes de communication développées par les assemblées à l’échelle du quartier sont donc conçues comme une « première expérience de participation » par leurs membres. L’assemblée de quartier fonctionne ainsi comme outil de démocratisation dans la mesure où elle institue une forme spécifique de participation à travers des espaces communicationnels qui développent la connaissance des voisins. La communication y est définie comme pratique consistant à « exprimer », « nommer », et « raconter » son expérience à autrui, qui cesse ainsi d’être un « inconnu ». Il s’agit donc bien de renforcer la « connaissance des voisins » grâce à la socialisation de l’expérience, c’est-à-dire ici au partage des expériences vécues par le biais de pratiques narratives. Le municipalisme peut ainsi contribuer à la construction d’une expérience partagée comme fondement épistémique de la démocratie, grâce à son usage communicationnel de l’échelle locale.

La pratique du témoignage : subjectivation par la prise de parole

12Ces pratiques communicationnelles développées par les assemblées transforment ainsi non seulement les relations sociales à l’échelle du quartier, mais aussi la perception de soi des personnes qui y prennent part, entrainant des processus de subjectivation par la prise de parole. Cette transformation passe notamment par une redéfinition de la notion même de vérité en un sens pluraliste, qui permet de donner au témoignage une valeur sociale :

  • 25 Témoignage de Mariano, membre de l’assemblée San Lorenzo, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas popu (...)

« [L’assemblée] s’est formée comme un espace pour parler et proposer. Ça m’a donné l’impression que la meilleure chose qu’on pouvait faire était d’en faire un espace de témoignage où chacun disait ce qu’il ressentait. Ce que je veux dire c’est que ça n’avait pas de sens de voter à propos de ce que ressentait Luisa ou pas, si c’était vrai ou faux, mais il y avait une autre forme de vérité là-dedans25. »

  • 26 Les citations de cette partie sont issues de : ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… », (...)

13Le témoignage a ainsi une place centrale dans le fonctionnement des assemblées. Il est conçu comme un outil permettant d’accroitre la connaissance collective des situations sociales. Cette connaissance n’est donc pas envisagée comme devant relever d’une approche neutre et désintéressée, sur le modèle de l’expertise, mais au contraire comme reposant sur le partage d’une pluralité d’expériences vécues. Dès lors, l’importance accordée au témoignage comme forme narrative de participation politique conduit à étendre l’inclusion, en encourageant l’expression de groupes traditionnellement exclus afin que le partage de leur expérience accroisse la connaissance du social. Le Malabardeando26, espace de discussion mis en place par l’Assemblée populaire Plaza-Dorrego, puis transformé en « radio de, par et pour les personnes sans domicile » se présente par exemple comme un espace visant à « donne[r] une voix à ceux qui n’ont pas de voix ». Cette pratique inclusive entend contribuer à la description des situations vécues par les personnes sans domicile dans le but de lutter contre les « violences symboliques liées à la stigmatisation et à la discrimination. » L’enjeu est donc de transformer la vision stigmatisante d’un problème social, et les violences qui en découlent, par le biais du témoignage de ceux qui le vivent. L’assemblée met ainsi en avant le fait que « la possibilité de générer d’autres formes de communication facilite la dénaturalisation des idées dominantes construites sur les personnes qui habitent dans la rue. ». Le municipalisme peut ainsi être vu comme une contribution épistémique à la démocratie dans la mesure où il consiste à développer ces espaces et formes de communication qui transforment le savoir sur le social, et partant, les relations sociales elles-mêmes. Cette mise en cause dénaturalisante de savoirs sociaux entraine donc un processus de subjectivation qui passe par la communication avec autrui :

« Le Malabardeando, comme le disent ceux qui y participent, est un espace où la parole circule, où se partagent les expériences, les maux, les souffrances, les apprentissages et les stratégies de résolution des conflits et de survie ou encore les pratiques d’(auto)-soin. […] Il y a peu d’espaces subjectivants pour les personnes sans domicile, ce qui accentue l’isolement, la fragilité émotionnelle. » 

14L’assemblée déplore à ce titre la dissociation entre l’assistance matérielle en réponse à des besoins urgents et la participation politique, en pointant le fait que le réseau d’organisations qui apportent une assistance aux personnes à la rue « se réduit à la satisfaction de nécessités basiques (hygiène, vêtements, alimentation) » tandis qu’il n’existe pas d’espaces « qui les considèrent comme des personnes, qui leur attribuent une dignité et où ils peuvent faire entendre leur voix. » Les assemblées soulignent ainsi l’enjeu démocratique de la connexion entre la résolution de problèmes sociaux et la participation politique. Leurs pratiques communicationnelles, en favorisant l’expression de groupes traditionnellement exclus et donc leur subjectivation, fournissent quant à elles des outils pour penser une telle articulation.

Le municipalisme comme redéfinition des sujets de droit : l’exemple des personnes sans domicile

15Le mouvement des assemblées permet donc d’identifier un certain nombre de pratiques épistémiques qui caractérisent la contribution du municipalisme à la démocratie. En l’occurrence, il est apparu en premier lieu que l’organisation des citoyens en assemblées locales peut permettre l’approfondissement de la participation et de l’inclusion dans la mesure où ces assemblées sont pensées comme des lieux de partage de l’expérience grâce à la transformation des normes de communication. Néanmoins, si des formes de subjectivation et de lien social découlent de ces pratiques narratives, les assemblées portègnes ne sont pas uniquement des espaces de témoignage et de discussion entre voisins, mais aussi de formulation de revendications politiques. D’un point de vue épistémique, leur objectif est, à ce titre, de transformer la perception publique de la réalité sociale afin de réclamer des changements susceptibles de rendre cette réalité plus conforme aux valeurs démocratiques d’égalité et de justice. En même temps, leurs pratiques épistémiques de transformation de la perception des problèmes sociaux contribuent précisément à étendre la définition de ces valeurs, notamment par la revendication de nouveaux droits, considérés comme devant faire partie intégrante de la citoyenneté.

  • 27 DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de ca (...)

16Les assemblées portègnes mettent ainsi en place des pratiques qui visent d’une part à rendre visibles publiquement les situations sociales problématiques et d’autre part à en identifier les causes politiques. Ces pratiques permettent de réclamer un ensemble de droits et contribuent ainsi à l’approfondissement de la définition du citoyen comme sujet de droits. Nous reviendrons ici sur ces deux fonctions épistémiques des pratiques des assemblées, la visibilisation et la politisation (au sens d’explication politique des situations sociales), à partir de l’exemple de la lutte menée pour le droit des personnes sans domicile. En effet, ces luttes sont menées par les assemblées au nom même des normes démocratiques de « participation et d’inclusion » au « corps politique de la ville27 », articulant ainsi les droits sociaux, les droits politiques et l’appartenance à la municipalité. Elles mettent donc en lumière la forme que peut prendre la contribution spécifique du municipalisme à l’extension de la compréhension de la citoyenneté et de la démocratie.

Visibiliser les problèmes sociaux par des enquêtes participatives

  • 28 À ce titre, comme le souligne Zamora, le problème démocratique de la reconnaissance institutionnell (...)
  • 29 DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de ca (...)

17Rendre visibles des situations sociales invisibilisées par le fonctionnement non-démocratique de l’État est présenté comme un des objectifs principaux des assemblées portègnes. Il s’agit de révéler des situations de privation de droits, conçues comme des poches de non-démocratie dans la société argentine qui sont entretenues notamment par l’absence de connaissance publique de ces situations28. Les pratiques communicationnelles précédemment analysées sont à ce titre étroitement articulées à des pratiques de » recherches sociales29 » qui contribuent à transformer les expériences en connaissance publique. Ces recherches fonctionnent selon la logique deweyenne de l’enquête sociale et consistent donc à articuler les narrations et expériences vécues avec des méthodes scientifiques empruntées aux sciences sociales afin d’identifier un problème social, un groupe affecté par ce problème, et un ensemble de solutions à expérimenter.

  • 30 Alors que le recensement officiel, rendu obligatoire en 2010 par la législation de la ville de Buen (...)
  • 31 Censo Popular de personas en situación de calle, « #AMiNoMeContaron : Visibilizar para Humanizar »,

18La problématique de l’invisibilité, définie ici comme défaut de connaissance provoqué par les institutions, et les méthodes épistémiques pour y remédier sont ainsi au cœur du « Recensement populaire des personnes sans domicile », organisé par plusieurs assemblées et organisations de quartier de Buenos Aires en 2017 et 2019 afin de contester les chiffres officiels30. Accusant le recensement officiel d’ « invisibiliser cette problématique », les participants du Recensement populaire notent ainsi que l’« invisibilité statistique […] produit de l’invisibilité budgétaire31. » Cette remarque pointe un enjeu pratique fondamental : le besoin de moyens alloués par l’État social afin de remédier aux problèmes sociaux. À ce titre, les assemblées locales sont pensées comme des instruments permettant de mettre en lumière les situations requérant ces ressources. En d’autres termes, elles se pensent comme des acteurs de terrain susceptibles de participer à la définition des politiques publiques. Cette pratique du recensement populaire repose donc sur une conception renouvelée de l’État démocratique comme devant produire des données, en collaborant avec les acteurs locaux. À l’inverse, l’absence de données produit de la « violence institutionnelle », consistant à ignorer les besoins sociaux et, ce faisant, à exclure et déshumaniser les groupes porteurs de ces besoins, à rebours des normes démocratiques :

  • 32 DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de ca (...)

« Ce manque de données peut être compris comme une des formes de la violence institutionnelle envers les personnes sans domicile, puisqu’il est de la responsabilité des États de produire de l’information pour définir les politiques publiques. […] Le Recensement populaire apparait comme un dispositif de visibilisation à partir de la production de données. On visibilise pour humaniser et on produit des données pour inclure32. »

19Cette production d’information est donc conçue comme condition de l’inclusion et de l’humanisation, donc comme matériau épistémique nécessaire à une politique publique démocratique. Or l’apport fondamental de la pratique du recensement populaire sur cette question est de montrer que pour remplir sa fonction démocratique, cette production d’information requiert des méthodes démocratiques, que l’ancrage local et l’organisation en assemblée horizontale et inclusive permettent de développer. Les auteurs du recensement populaire mettent ainsi l’accent sur trois différences méthodologiques fondamentales d’avec le recensement officiel, ayant trait à la définition des sujets ou acteurs de l’enquête, à la délimitation de l’objet de l’enquête et à la conception des outils utilisés pour réaliser l’enquête.

  • 33 Ibid., p. 225.

20Premièrement, l’enquête sur le nombre de personnes sans domicile à Buenos Aires est pensée et exécutée dans un cas par des « techniciens/experts », dans l’autre « en se concentrant sur la participation33 ». Cela signifie que dans le cas du recensement populaire, non seulement les personnes qui réalisent le décompte « connaissent les quartiers où ils comptent », mais de plus, que les méthodes employées pour le décompte sont créées par des personnes sans domicile et des organisations de quartier travaillant avec et pour ces personnes, au sein d’ateliers de travail organisés sur le modèle horizontal et inclusif des assemblées. Cette construction participative des méthodes de l’enquête repose sur une définition spécifique de l’objectivité comme devant intégrer des expériences « situées » ou « locales » :

  • 34 Ibid., p. 222-223.

« Cette localisation […] offre une “objectivité située” ou une validité éthique et politique. La connaissance obtient ainsi une texture domestique, qui acquiert un sens concret dans des demandes, des intérêts, des conflits34. »

21Deuxièmement – et conséquemment à ce qui vient d’être dit –, l’objet de l’enquête ou « la problématique », en l’occurrence la catégorie « personne sans domicile », est ainsi complètement redéfinie :

  • 35 Ibid., p. 220.

« La problématique ne se réduit pas à ceux qui utilisent littéralement l’espace public pour y passer la nuit (situation effective de rue), mais inclut aussi tout un ensemble de personnes qui utilisent le réseau de logements nocturnes transitoires – foyers et refuges – et qui se trouvent en situation de risque de rue35. »

22Enfin, le décompte est effectué dans l’ensemble des quartiers de la ville pendant sept nuits dans le cas du recensement populaire et avec des questionnaires adressés aux personnes comptabilisées, tandis que le recensement officiel s’effectue pendant une nuit dans des « zones critiques » définies à partir des précédents recensements et sans dialogue avec les personnes comptabilisées.

  • 36 Ibid., p. 219.

23Ces différences méthodologiques expliquent la différence radicale entre les résultats des deux recensements. Le recensement populaire, rendu possible par la coordination à l’échelle municipale d’un ensemble d’organisations de quartier, permet de mettre en lumière l’ampleur d’un problème social et donc de contribuer à la connaissance publique d’une situation de privation de droits. Cette situation est en outre analysée comme privation de démocratie dans la mesure où cette privation du droit au logement, couplée avec la privation du droit à l’information sur le mal-logement, entraine une exclusion des groupes concernés de la définition des politiques publiques et de l’allocation des ressources. À partir de ce constat, les acteurs du recensement redéfinissent la citoyenneté comme comprenant un ensemble de droits sociaux qui conditionnent l’ » inclusion » et la « participation au corps politique de la ville36 » et redéfinissent ainsi les valeurs d’égalité et de justice en les élargissant.

Politiser l’explication des expériences sociales pour réclamer des droits

24Afin de permettre la revendication de droits, ces procédés de visibilisation grâce à la mise en place de méthodes démocratiques d’enquête sociale doivent toutefois être articulés à un travail de politisation, c’est-à-dire d’explication politique des problèmes sociaux.

25Cela implique premièrement de relier divers vécus sociaux entre eux, afin de montrer leur dimension collective et donc d’entrainer une subjectivation politique collective, ou pour parler en termes deweyens, la formation d’un « public » conscient d’être affecté par un même problème et capable dès lors de réclamer collectivement sa résolution. Les acteurs de la lutte municipaliste pour le droit au logement dénoncent ainsi, outre le manque de données, la manière « dépolitisante » de définir ce problème, qui consiste à le considérer uniquement sous l’angle de vécus, de pathologies et d’échecs personnels :

  • 37 Ibid., p. 231.

« La pathologisation de la situation de rue et l’individualisation du problème comme s’il ne faisait pas partie d’un réseau complexe de relations sociales, économiques et culturelles, dépolitisent le problème37. »

26Cette critique est fondamentale pour comprendre le statut accordé aux pratiques narratives dans les méthodes d’enquêtes mises en œuvre par les assemblées. En effet, si des questionnaires sont réalisés lors du recensement populaire, et si les ateliers d’élaboration de la méthode d’enquête laissent une place importante aux témoignages des personnes sans domicile, afin de définir la catégorie « personne sans domicile » la plus précise et utile possible, c’est précisément dans l’optique de faire ressortir les constantes, et donc le caractère collectif du problème. La dimension subjectivante de ces pratiques épistémiques participatives n’est donc pas uniquement de l’ordre de la reconnaissance de la dignité de la personne permise par le fait de lui accorder une voix, mais aussi de l’ordre d’une subjectivation collective, consistant pour chacun à prendre conscience de son appartenance à un public affecté par un même problème.

  • 38 SIMONDET Javier Fuego, « Barrios de Pie gana protagonismo en la expresión del reclamo », La Nación, (...)
  • 39 DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la politización de la so (...)

27Deuxièmement, ce processus de « politisation » consiste également à relier les problèmes sociaux à leurs causes politiques, afin de démontrer la responsabilité institutionnelle dans l’émergence, et donc dans la résolution de ces problèmes. L’organisation Quartier debout, née de l’assemblée de La Matanza, se définit ainsi par exemple comme « référent » des « secteurs les plus pauvres » ayant pour rôle d’« exprimer les conséquences des politiques économiques sur ces secteurs38 ». Le rôle des assemblées est ainsi d’envisager les expériences sociales comme des conséquences de politiques publiques et donc de relier ces expériences à leurs causes. Dans le cas des luttes engagées pour le droit au logement, cette politisation passe notamment par le fait de relier la situation à des « projets d’investissement publics et privés sur le territoire » qui conduisent à un ensemble de privatisations et d’expulsions des habitants (desalojos). L’assemblé auto-convoquée de La Boca entreprend ainsi de réaliser des mapeos, cartographies représentant l’ensemble de ces projets et l’ensemble des expulsions afin de mettre en lumière le lien entre ces deux phénomènes. La pratique de la cartographie réalisée grâce aux témoignages des habitants et à des méthodes issues des sciences sociales, couramment utilisée par les assemblées, illustre la dimension épistémique de la critique des politiques publiques. Elle est utilisée par les assemblées pour développer une critique globale, systémique, de ces politiques, à partir de diagnostics locaux sur leurs effets. Plusieurs sociologues39 observent ainsi un « contraste » entre les activités et l’ancrage local des assemblées d’une part, et l’ « échelle maximaliste des débats » et discussions, c’est-à-dire la diversité des questions abordées et leur irréductibilité à des problématiques de quartier d’autre part.

Municipalisme et formation d’une culture démocratique

  • 40 DEWEY John, « Politique et culture » (1932), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 371-3 (...)

28Les pratiques épistémiques des mouvements sociaux peuvent donc fonctionner comme approfondissement des normes démocratiques, notamment par le biais de l’intégration à la définition de la citoyenneté d’un ensemble de droit sociaux. Dans le cas des mouvements municipalistes, la forme d’organisation en assemblée, l’ancrage local et la coordination municipale contribuent largement, nous l’avons vu, à ces transformations. Néanmoins, la conception de l’activité politique des assemblées portègnes ne se limite pas à un ensemble de réclamations adressées à l’État pas plus que leur définition de la citoyenneté ne se limite à ensemble de droits. En effet, elles cherchent également explicitement à développer la capacité politique des citoyens, définie comme capacité à s’auto-gouverner. Or, cette transformation politique requiert un ensemble de pratiques épistémiques spécifiques, qui n’ont pas seulement trait à l’acquisition et à la diffusion d’une connaissance des problèmes sociaux, mais aussi à la formation d’une culture démocratique. Celle-ci peut être définie en termes deweyens, d’une part comme la formation de « dispositions » aux modes d’interaction et d’organisation démocratiques et d’autre part comme « accès libre aux choses de l’esprit et du goût […] mais aussi [comme] production positive de ces dernières40 » par tous les membres du corps politique.

Apprendre à gouverner

  • 41 REY Maximiliano, Participación ciudadana en la Ciudad de Buenos Aires, Editorial Académica Española (...)
  • 42 OUVIÑA Hernán, « Las asambleas barriales y la construcción de lo “público no estatal” », Art. cit., (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Voir par exemple DEWEY John, « Sciences sociales et contrôle social » (1931), in Écrits politiques, (...)

29Les assemblées ne sont pas seulement pensées par leurs membres comme des lieux d’enquête, d’assistance et de réclamation, mais bien comme des lieux d’autogouvernement, en même temps que comme des lieux de formation d’une capacité à s’autogouverner. À ce titre, l’approfondissement de la démocratie n’est pas associé automatiquement à l’échelle locale d’organisation, et est considéré comme inexistant dès lors que « nous ne sommes pas face à un élément qui permettrait aux citoyens de se gouverner eux-mêmes mais à un outil qui doit permettre l’amélioration des actions publiques concrètes par le biais de l’initiative et de l’opinion des voisins41. » Ainsi, alors que des instances locales de participation, les Centres de Gestion et de Participation de la Ville de Buenos Aires, sont mises en activité par la municipalité avec, selon la plupart des observateurs et membres des assemblées, « l’intention claire de se rapprocher et d’institutionnaliser les espaces assembléistes de quartier auto-organisés42 », une des premières résolutions approuvée par l’Assemblée Interbarrial est justement la « dissolution des Centres de Gestion et de Participation, et que toutes leurs ressources passent sous le contrôle des assemblées de quartier43 ». Il ne s’agit donc pas pour le mouvement, à travers un ensemble d’instances locales, d’utiliser les connaissances des habitants pour mieux gouverner, mais bien de construire une organisation politique où le gouvernement est pris en charge par les citoyens, comme le suggère la notion de « contrôle », également au cœur de la théorie deweyenne du pouvoir démocratique défini comme capacité à contrôler les formes et les conséquences des interactions humaines44.

30Or la capacité à exercer ce contrôle passe chez Dewey par la formation d’un ensemble de dispositions, acquises à travers l’habitude de s’autogouverner dans diverses activités collectives :

  • 45 DEWEY John, « Démocratie et administration de l’enseignement » (1937), in Écrits politiques, Paris, (...)

« La manière dont n’importe quel intérêt social organisé est contrôlé joue nécessairement un rôle important dans la formation des dispositions, des goûts, des attitudes, des intérêts, des buts et des désirs de ceux qui sont engagés à mener les activités de groupe45. »

  • 46 Ibid.

31Dewey défend ici une conception dynamique de la capacité politique comme s’acquérant dans l’exercice même de la participation aux affaires communes dans tous les groupes dont font partie les individus, et dans toutes les activités qu’ils mènent en commun. Il écrit ainsi que « toute institution est éducative46 ». Les membres des assemblées portègnes soulignent aussi largement la dimension éducative de l’assemblée, en insistant sur le processus d’apprentissage de la démocratie qui s’y développe :

  • 47 Esteban, membre de l’assemblée Parque Diaz, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares…, op. ci (...)

« D’un côté il y avait l’enthousiasme et la volonté de décider des choses, mais en même temps il y avait un manque de culture de la parole et de l’écoute, de savoir parler peu de temps pour ne pas monopoliser la parole, passer le micro à quelqu’un d’autre […] mais ensuite nous avons commencé à apprendre47. »

  • 48 Luisa, membre de l’assemblée de San Lorenzo, citée par Tribugoff, TRIBUGOFF Matías, Asambleas popul (...)

« Nous étions en train d’apprendre ce qu’est une démocratie directe48. »

  • 49 Ouviña parle ainsi de « maturité sociale » des assemblées qui s’installe peu à peu et permet d’y re (...)
  • 50 SIGAL Silvia, « La mobilisation d’une société en décomposition », in QUATTROCCHI-WOISSON Diana (dir (...)

32Les pratiques municipalistes telles qu’elles sont mises en œuvre dans les assemblées ont donc une fonction épistémique de formation politique, notamment de formation à la délibération et à l’élaboration d’une volonté collective. Le municipalisme apparait ainsi, du point de vue d’une philosophie normative de la démocratie, comme une alternative possible aux tendances épistémocratiques des démocraties contemporaines en montrant, à rebours de l’idée d’une incompétence intrinsèque du citoyen ordinaire au fondement de ces tendances, que c’est en gouvernant qu’on devient gouvernant49. L’assemblée locale peut ainsi être conçue comme un espace de primo-démocratisation par la pratique de la délibération qu’elle met en œuvre, autrement dit comme espace intégré à la vie quotidienne des citoyens et où s’expérimente la « possibilité d’agir sur le social50 ».

La contre-culture comme fondement de l’agentivité politique ?

33Outre ces dispositions à la délibération, la culture démocratique est également définie par Dewey comme la possibilité pour les citoyens de participer « aux choses de l’esprit et du goût », c’est-à-dire à la fois d’y accéder et de prendre part à leur production. Les activités que suppose le développement d’une telle culture relèvent en partie de pratiques épistémiques dans la mesure où, comme le rappelle Justo Serrano Zamora :

  • 51 ZAMORA Justo Serrano, « Approfondir la démocratie avec John Dewey », op. cit., p. 82.

« On se tromperait aussi à vouloir concevoir les pratiques épistémiques sur le modèle de la science formalisée. La production d’alternatives aux perspectives hégémoniques, la redéfinition collective d’une situation problématique, la recherche de solutions innovatrices, et ainsi de suite, sont des activités qui n’excluent pas des aspects non immédiatement cognitifs, esthétiques ou rhétoriques, par exemple51. »

34Du point de vue des mouvements sociaux, la contribution culturelle à l’approfondissement de la démocratie prend ainsi la forme d’une « production d’alternatives aux perspectives hégémoniques » ou contre-culture, définie d’une part par le fait qu’elle est produite par le bas et d’autre part par son contenu critique.

  • 52 Programme de l’Assemblée populaire Plaza-Dorrego, cité dans QUATTROCCHI-WOISSON Diana, « Nouvelles (...)

35Le développement d’une telle contre-culture est ainsi au cœur du mouvement des assemblées portègnes, notamment à travers la mise en place de centres culturels, qui abritent des bibliothèques, des groupes de lecture et de débat, dispensent des ateliers de danse, de musique, d’écriture ou de création artistique, ainsi que des cours d’alphabétisation et formations scolaires, notamment des bachilleratos populares, pour permettre aux adultes de reprendre les études. L’accès à la pratique artistique et la formation pédagogique y sont pensés comme instruments de l’acquisition d’une capacité d’action politique et de l’inclusion au corps politique. L’assemblée populaire Plaza-Dorrego met par exemple en place un centre culturel afin de lutter contre le « système pervers […] d’exclusion culturelle et éducative52 ». L’inclusion culturelle et éducative apparait ainsi comme horizon démocratique, ce qui contribue à élargir la compréhension des normes d’inclusion et de participation.

36Enfin, les activités culturelles des assemblées sont également mises au service de la « production d’alternatives aux perspectives hégémoniques » à travers la prise en charge de la mémoire de la dictature militaire. La mémoire de la dictature donne en effet lieu à un ensemble de pratiques artistiques et de recherche qui visent à redonner une centralité aux luttes et militants dans le récit historique, afin de mettre en avant la capacité d’action politique des citoyens. La pratique des baldosas est à ce titre significative : sur chacune de ces dalles construites et installées par les membres d’assemblées devant le domicile des anciens militants du quartier victimes de la répression sous la dictature, les participants décident d’inscrire la mention « militant populaire » après le nom de la personne disparue, ce qui permet selon eux de mettre l’accent sur l’action collective plutôt que sur l’état individuel de victime :

  • 53 QUIROGA Amparo et SAMANES Cecilia, « Memoria y memoriales. Las Baldosas en Argentina como expresión (...)

« Cette vision des disparus comme victimes empêchait de reconnaitre qu’il y avait derrière ça une lutte entre classes sociales antagoniques, et le raccourci historique qui contribuait à dire que la répression avait seulement été menée contre les groupes armés occultait la lutte politique et le caractère social de la confrontation53. »

37La contribution épistémique des mouvements municipalistes à la démocratie ne relève donc pas seulement d’une participation à la connaissance des problèmes sociaux, mais peut aussi passer par la formation en leur sein d’une contre-culture comme instrument de l’agentivité politique.

Conclusion

38L’observation des assemblées portègnes fait donc apparaitre un ensemble de conceptions et pratiques qui vont dans le sens d’un approfondissement de la démocratie. Celles-ci contribuent en effet à redéfinir et étendre la compréhension de la citoyenneté en y intégrant notamment un ensemble de droit sociaux. En outre, la norme d’inclusion y est également élargie, avec l’objectif d’inclure un plus grand nombre d’individus et de groupes et de les inclure à un plus grand nombre de dimensions de la vie collective et sociale, notamment à la vie culturelle. Enfin, la norme de participation est également étendue à au moins deux titres. D’une part celle-ci doit être rendue plus fréquente, plus quotidienne grâce à son inscription dans la vie locale, et d’autre part elle ne consiste pas seulement à exprimer une volonté à travers le vote ou bien à faire entendre sa voix sur le modèle de la consultation des citoyens, ou de l’opinion publique, mais consiste plutôt dans l’exercice effectif d’un contrôle sur les situations sociales, par le biais de l’autogouvernement.

39Les mouvements municipalistes permettent à ce titre de repenser les conditions de possibilités sociales concrètes de la démocratie dans un contexte qui met à mal ces conditions par des formes de désagrégation des liens sociaux et de perte de contrôle des citoyens sur les conditions de leur existence. Le municipalisme peut à ce titre être envisagé comme un mode d’organisation sociale qui tendrait à développer des formes de coopération et de délibération collective créatrices de liens, d’identités et d’agentivité politiques. Il permet de penser une volonté collective qui ne soit pas le résultat de l’agrégat de volontés individuelles, mais du développement d’expériences partagées. À ce titre, les pratiques épistémiques de définition des problèmes sociaux et de construction d’une culture démocratique apparaissent comme des instruments essentiels pour ce mode d’organisation.

  • 54 Comme le soulignent néanmoins Maristella Svampa et Claudio Pandolfi, ces éléments ne doivent pas fa (...)

40Les assemblées argentines ont rencontré de nombreux problèmes dans leur mise en œuvre : la difficulté à maintenir la participation dans le temps, l’inégale répartition de la participation entre les différents quartiers selon leur profil socio-économique, la reproduction d’inégalités sociales au sein des assemblées dans les modalités de prise de parole et de décision et la difficulté à se fédérer au-delà du quartier sont parmi les principaux défis qui se sont posés au mouvement (comme, nous semble-t-il, à toute organisation politique)54. Sans revenir ici directement sur ces difficultés qui ne sont pas l’objet d’une approche en termes de contribution démocratique des mouvements sociaux, on peut noter que les pratiques épistémiques que nous avons esquissées ont chaque fois fonctionné comme des expérimentations apportant des réponses à ces défis. En intégrant une dimension réflexive aux pratiques et formes d’organisation du mouvement, celles-ci ont en effet contribué à résorber certains de ces problèmes, notamment en élargissant l’inclusion et la participation. Enfin, les assemblées qui se sont maintenues durablement ou se sont reformées autour de luttes spécifiques, l’ont fait chaque fois en s’appuyant sur le développement de ce genre de pratiques.

41Finalement, plus que le modèle de la fédération, c’est le modèle du réseau, c’est-à-dire d’un ensemble de liens mouvants de coopération ponctuelle entre des entités distinctes, qui définit les relations entre les différentes assemblées qui se sont installées durablement. Or, ces liens se tissent notamment à partir de pratiques épistémiques qui, à l’image du Recensement populaire, permettent aux différents quartiers de se coordonner pour traiter un problème. Du point de vue d’un modèle normatif de démocratie, le municipalisme tel qu’il a été ainsi pratiqué en Argentine en marge des institutions étatiques – mais en relation constante avec elles, qu’il s’agisse de coopération ou de conflit – a esquissé les contours d’une organisation politique multiscalaire qui serait susceptible à la fois de démocratiser l’État par la participation d’instances citoyennes de contrôle et d’autogouvernement, et d’approfondir l’État social, c’est-à-dire d’en faire l’outil d’une utilisation plus juste et égalitaire des ressources collectives.

Haut de page

Bibliographie

ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… Hacemos malabares para dejar el bardo. Radio comunitaria de-por-para personas en situación de calle », document de demande de subventions à la mairie, 2016.

BLONDIAUX Loïc et FOURNIAU Jean-Michel, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, 1 (1), 2011, p. 8-35.

DEWEY John, Le Public et ses problèmes (1927), Paris, Gallimard, 2010.

DEWEY John, « Sciences sociales et contrôle social » (1931), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 365-370.

DEWEY John, « Politique et culture » (1932), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 371-380.

DEWEY John, « Freedom and Culture », in The Later Works (1925-1953), Southern Illinois University Press, vol. 13, p. 63-188.

DEWEY John, « Démocratie et administration de l’enseignement » (1937), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 406.

DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de calle : el caso del Censo Popular en Buenos Aires, Argentina », Revista Colombiana de Sociología, 43(2), 2020, p. 241-266.

DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la politización de la sociedad civil », Investigadores del Programa de Democratización de las Relaciones Sociales de la Escuela de Posgrado de la UNSAM, Informe Preliminar, 2003.

GIUGNI Marco, « Réussite et échec des mouvements sociaux », in FILLIEULE Olivier (éd.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 469-474.

HONNETH Axel, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

MERKLEN Denis, « Le quartier et la barricade : Le local comme lieu de repli et base du rapport au politique dans la révolte populaire en Argentine », L'Homme et la société, n° 143, 2002, p. 143-164.

OUVIÑA Hernán, « Las asambleas barriales y la construcción de lo “público no estatal” : la experiencia en la Ciudad Autónoma de Buenos Aires. » in LEVY Bettina et GIANATELLI Natalia (coord.), La política en movimiento. Identidades y experiencias de organización en América Latina, Buenos Aires, Clacso, 2008, p. 65-102.

PNUD, Aportes para el desarollo humano de la Argentina, Buenos Aires, 2002.

QUATTROCCHI-WOISSON Diana, « Nouvelles formes de participation citoyenne : les assemblées de quartier à Buenos Aires et les avatars de la démocratie directe. » in QUATTROCCHI-WOISSON Diana (dir.), Argentine : enjeux et racines d'une société en crise, Paris, Le Félin/Tiempo Editions, 2003, p. 355-369.

QUIROGA Amparo et SAMANES Cecilia, « Memoria y memoriales. Las Baldosas en Argentina como expresión de las memorias resistentes », in Daniel Feierstein (dir.), Tela de Juicio, Debate en torno a las prácticas sociales genocidas, Equipo de Asistencia Sociológica a las Querellas (ed.), Université de Buenos Aires, 2015, p. 113-122.

REY Maximiliano, Participación ciudadana en la Ciudad de Buenos Aires, Editorial Académica Española, 2011.

ROSSI Federico Matías, « Aparición, auge y declinación de un movimiento social : Las asambleas vecinales y populares de Buenos Aires, 2001-2003 », Revista Europea de Estudios Latinoamericanos y del Caribe, n° 78, 2005, p. 67-88.

SIGAL Silvia, « La mobilisation d’une société en décomposition », in QUATTROCCHI-WOISSON Diana (dir.), Argentine : enjeux et racines d'une société en crise, Paris, Le Félin/Tiempo Editions, 2003, p. 83-108.

SINTOMER Yves, « Délibération et participation : affinité élective ou concepts en tension ? », Participations, 1 (1), 2011, p. 239-276.

SVAMPA Maristella et PANDOLFI Claudio, « Las vías de la criminalización de la protesta en Argentina », Observatorio Social de América Latina, n° 14, 2004, p. 285-296.

SVAMPA Maristella, La sociedad excluyente. La Argentina bajo el signo del neoliberalismo, Buenos Aires, Taurus, 2005.

THOMPSON Mariah, The Disappearance of the Neighborhood Assembly Movement in Buenos Aires, Argentina 2001-2004 : A Phase of Demobilization ?, Thèse de sciences politiques, Université de l’Oregon, 2010, sous la direction de Jane Cramer.

TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares. Movilización social, trayectorias y prácticas políticas en Buenos Aires (2001-2006), Buenos Aires, Imago Mundi, 2015.

VITIELLO Audric, « La démocratie radicale entre action et institution. De la politique adversariale à la politique préfigurative », Raisons politiques, 75 (3), 2019, p. 63-93.

YOUNG Iris Marion, Inclusion and Democracy, Oxford, Oxford University Press, 2002.

ZAMORA Justo Serrano, « Approfondir la démocratie avec John Dewey. Luttes contre l’injustice, pratiques épistémiques et mouvements sociaux », Pragmata, n° 2, 2019, p. 62-110.

ZASK Joëlle, « Présentation de l’édition française » in DEWEY John, Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 24-36.

Haut de page

Notes

1 À ce moment-là, 30 % de la population de Buenos Aires présente des nécessités de base insatisfaites, un chiffre qui a doublé par rapport à 1990, tandis que le taux de pauvreté s’élève dans tout le pays à 53,3 % contre 29,4 % en 1995 et le chômage à 22 % de la population contre 6,1 % en 1985. Source : PNUD, Aportes para el desarollo humano de la Argentina, Buenos Aires, 2002.

2 ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… Hacemos malabares para dejar el bardo. Radio comunitaria de-por-para personas en situación de calle », 2016, document de demande de subventions à la mairie. Nous traduisons.

3 TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares. Movilización social, trayectorias y prácticas políticas en Buenos Aires (2001-2006), Buenos Aires, Imago Mundi, 2015, « Introduction ».

4 Une enquête réalisée en février 2002 montre ainsi que 74 % de la population n’a pas confiance dans le Président, tandis que 93 % n’a aucune confiance dans le Congrès et 94 % dans les partis politiques. 23 % seulement des interrogés déclarent avoir confiance dans les institutions démocratiques (TRIBUGOFF Matías, Asambleas… op. cit., p.XII).

5 Luis, cité dans DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la politización de la sociedad civil », Investigadores del Programa de Democratización de las Relaciones Sociales de la Escuela de Posgrado de la UNSAM, Informe Preliminar, 2003. Nous traduisons.

6 ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… », op. cit.

7 Ce phénomène est à replacer à la fois dans une tradition historique et dans un ensemble d’évolutions socio-économiques, qui donnent au quartier un rôle spécifique dans les mouvements sociaux latino-américains, notamment argentins. Voir : MERKLEN Denis, « Le quartier et la barricade : Le local comme lieu de repli et base du rapport au politique dans la révolte populaire en Argentine », L'Homme et la société, n° 143, 2002, p. 143-164.

8 OUVIÑA Hernán, « Las asambleas barriales y la construcción de lo “público no estatal” : la experiencia en la Ciudad Autónoma de Buenos Aires » in LEVY Bettina et GIANATELLI Natalia (coord.), La política en movimiento. Identidades y experiencias de organización en América Latina, Buenos Aires, Clacso, 2008, p. 83.

9 Pour une vision d’ensemble de ces approches, voir : GIUGNI Marco, « Réussite et échec des mouvements sociaux », in FILLIEULE Olivier (éd.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 469-474.

10 VITIELLO Audric, 2019, « La démocratie radicale entre action et institution. De la politique adversariale à la politique préfigurative », Raisons politiques, 75 (3), p. 63-93.

11 Pour une approche de philosophie sociale développant cette articulation, voir : HONNETH Axel (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

12 Si on ne peut pas vraiment parler de courant, il existe bien néanmoins une tendance commune dans des approches comme celle de Judith Butler, qui s’intéresse à la performativité des rassemblements comme alternatives éthique et sociales, les travaux d’Iris Marion Young sur les figures contestataires et leur contribution à la démocratie, ou encore les travaux de Nancy Fraser sur les contre-publics. 

13 Voir SINTOMER Yves, « Délibération et participation : affinité élective ou concepts en tension ? », Participations, 1 (1), 2011, p. 239-276 et BLONDIAUX Loïc et FOURNIAU Jean-Michel, « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, 1 (1), 2011, p. 8-35.

14 DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la politización de la sociedad civil » Art. cit., p. 29.

15 Voir notamment THOMPSON Mariah, The Disappearance of the Neighborhood Assembly Movement in Buenos Aires, Argentina 2001-2004 : A Phase of Demobilization ?, Thèse de sciences politiques, Université de l’Oregon, 2010, sous la direction de Jane Cramer ; Rossi Federico Matías, « Aparición, auge y declinación de un movimiento social : Las asambleas vecinales y populares de Buenos Aires, 2001-2003 », Revista Europea de Estudios Latinoamericanos y del Caribe, n° 78, 2005, p. 67-88.

16 Sur cette approche deweyenne des mouvements sociaux par le biais de leurs pratiques épistémiques, voir : ZAMORA Justo Serrano, « Approfondir la démocratie avec John Dewey. Luttes contre l’injustice, pratiques épistémiques et mouvements sociaux », Pragmata, n° 2, 2019, p. 62-110.

17 Sur le concept de culture chez Dewey et son rôle dans la théorie de la démocratie voir notamment : ZASK Joëlle, « Présentation de l’édition française » in DEWEY John, Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 24-36, et DEWEY John, « Freedom and Culture », in The Later Works (1925-1953), Carbondale, Southern Illinois University Press, vol. 13, p. 63-188.

18 Adjectif désignant ce qui est originaire de Buenos Aires (NDE).

19 DEWEY John, Le Public et ses problèmes (1927), Paris, Gallimard, 2010, chapitre 4.

20 Ibid., p. 316-317. Nous soulignons.

21 Sur le diagnostic d’isolement social comme résultat des politiques néolibérales argentines voir : SVAMPA Maristella, La sociedad excluyente. La Argentina bajo el signo del neoliberalismo, Buenos Aires, Taurus, 2005.

22 YOUNG Iris Marion, Inclusion and Democracy, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 77.

23 Témoignage de Ernesto, membre de l’assemblée Parque Diaz, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares…, op. cit., p. 16. Nous traduisons et nous soulignons.

24 Témoignage de Osvaldo, membre de l’assemblée Parque Diaz, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares…, op. cit., p. 8. Nous traduisons et nous soulignons.

25 Témoignage de Mariano, membre de l’assemblée San Lorenzo, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares…, op. cit., p. 26. Nous traduisons.

26 Les citations de cette partie sont issues de : ASAMBLEA POPULAR PLAZA-DORREGO, « MalaBARDEANDO… », op. cit. Nous les traduisons.

27 DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de calle : el caso del Censo Popular en Buenos Aires, Argentina », Revista Colombiana de Sociología, 43(2), 2020, p. 219. Nous traduisons.

28 À ce titre, comme le souligne Zamora, le problème démocratique de la reconnaissance institutionnelle des groupes exclus ou dominés, mis en avant par Honneth dans son analyse de la logique des mouvements sociaux, est articulé à un problème plus strictement épistémique, souligné notamment par Dewey, de connaissance sociale. Voir : ZAMORA Justo Serrano, « Approfondir la démocratie avec John Dewey », Art. cit.

29 DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de calle », Art. cit., p. 215.

30 Alors que le recensement officiel, rendu obligatoire en 2010 par la législation de la ville de Buenos Aires (Loi n° 3706) compte, en 2016, 876 personnes à la rue, le recensement populaire évalue le nombre de personnes sans domicile à 4394, soit cinq fois le chiffre du recensement officiel. En outre, le recensement populaire évalue à 21478 le nombre de personnes « risquant la rue », c’est-à-dire ne bénéficiant que de logements transitoires.

31 Censo Popular de personas en situación de calle, « #AMiNoMeContaron : Visibilizar para Humanizar »,

Primer Informe del Censo popular de personas en situación de calle [en ligne]. Disponible sur :

https://drive.google.com/file/d/0B7bClTz6orsyRU1HdGpQS2IwWW8/view. Nous traduisons.

32 DI IORIO Jorgelina et FARIAS Mónica, « Problematizar las relaciones espacio-sujeto-situación de calle », Art. cit., p. 227.

33 Ibid., p. 225.

34 Ibid., p. 222-223.

35 Ibid., p. 220.

36 Ibid., p. 219.

37 Ibid., p. 231.

38 SIMONDET Javier Fuego, « Barrios de Pie gana protagonismo en la expresión del reclamo », La Nación, 13/06/2016.

39 DI MARCO Graciela et PALOMINO Héctor (coord.), « Las asambleas barriales : la politización de la sociedad civil », Art. cit.

40 DEWEY John, « Politique et culture » (1932), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 371-380. Notons que Dewey précise à plusieurs reprises, notamment dans ce texte, que ces changements culturels requièrent des changements économiques dans le mode de production des biens culturels. Il ne s’agit donc pas ici de défendre l’idée que le changement culturel est premier pour une transformation sociale démocratique, mais plutôt que les modes de production de la culture expérimentés dans les assemblées fournissent des outils pour penser la contribution possible de la culture à la démocratie.

41 REY Maximiliano, Participación ciudadana en la Ciudad de Buenos Aires, Editorial Académica Española, 2011.

42 OUVIÑA Hernán, « Las asambleas barriales y la construcción de lo “público no estatal” », Art. cit., p. 82-83. Le slogan des CGP (« Qu’ils viennent tous, les voisins ! – Que se vengan todos los vecinos !) reprend d’ailleurs explicitement en le détournant le slogan des cacerolazos de 2001.

43 Ibid.

44 Voir par exemple DEWEY John, « Sciences sociales et contrôle social » (1931), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 365-370.

45 DEWEY John, « Démocratie et administration de l’enseignement » (1937), in Écrits politiques, Paris, Gallimard, 2018, p. 406.

46 Ibid.

47 Esteban, membre de l’assemblée Parque Diaz, cité par TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares…, op. cit., p. 25.

48 Luisa, membre de l’assemblée de San Lorenzo, citée par Tribugoff, TRIBUGOFF Matías, Asambleas populares…, op. cit., p. 39.

49 Ouviña parle ainsi de « maturité sociale » des assemblées qui s’installe peu à peu et permet d’y remplacer le vote par des décisions par consensus, illustrant un apprentissage de la « confiance » et de l’« écoute de cette pluralité de voix » qui forment l’assemblée. Voir OUVIÑA Hernán, « Las asambleas barriales y la construcción de lo “público no estatal” », Art. cit., p. 82.

50 SIGAL Silvia, « La mobilisation d’une société en décomposition », in QUATTROCCHI-WOISSON Diana (dir.), Argentine : enjeux et racines d’une société en crise, Paris, Tiempo Editions-Le Félin, 2003, p. 83-108.

51 ZAMORA Justo Serrano, « Approfondir la démocratie avec John Dewey », op. cit., p. 82.

52 Programme de l’Assemblée populaire Plaza-Dorrego, cité dans QUATTROCCHI-WOISSON Diana, « Nouvelles formes de participation citoyenne : les assemblées de quartier à Buenos Aires : Les avatars de la démocratie directe. » in QUATTROCCHI-WOISSON Diana (dir.) Argentine : Enjeux et racines d'une société en crise, Le Félin/Tiempo Editions, 2003, p. 355-369.

53 QUIROGA Amparo et SAMANES Cecilia, « Memoria y memoriales. Las Baldosas en Argentina como expresión de las memorias resistentes », in Daniel Feierstein (dir.), Tela de Juicio, Debate en torno a las prácticas sociales genocidas, Equipo de Asistencia Sociológica a las Querellas (ed.), Université de Buenos Aires, 2015, p. 117.

54 Comme le soulignent néanmoins Maristella Svampa et Claudio Pandolfi, ces éléments ne doivent pas faire oublier l’importance de facteurs externes dans la disparition de nombreuses assemblées : criminalisation, répression judiciaire et policière, absence de locaux et de moyens notamment. Voir SVAMPA Maristella et PANDOLFI Claudio, « Las vías de la criminalización de la protesta en Argentina », Observatorio Social de América Latina, n° 14, 2004, p. 285-296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Ferey, « La démocratie par l’enquête sociale »Terrains/Théories [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 27 mai 2021, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/teth/3403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3403

Haut de page

Auteur

Camille Ferey

Camille Ferey est doctorante en philosophie à l’Université Paris-Nanterre. Chercheuse au Sophiapol (ED139), ses recherches portent sur la dimension épistémique de la théorie pragmatiste de la démocratie de John Dewey et ses liens avec l’étude des mouvements sociaux contemporains. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la philosophie politique, des théories de la démocratie et de l’étude des mouvements sociaux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search