Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13DossierGrandeur et misère du municipalisme

Dossier

Grandeur et misère du municipalisme

L’expérience de Barcelone en Commun
The greatness and misery of municipalism. The experience of Barcelona in Common
David Hamou

Résumés

Cet article étudie l’expérience municipaliste de Barcelone en Commun (Barcelona en Comú) entre 2015 et 2019, en la ramenant à l’horizon politique du communalisme. À la différence de ce dernier, le municipalisme espagnol ne vise pas à créer de nouvelles institutions, mais plutôt à subvertir les institutions existantes de l’intérieur, en dépassant la démocratie strictement représentative et la professionnalisation de la politique. L’article propose alors une analyse sociologique de la transformation des institutions, attentive aux changements aussi bien qu’aux inerties. Le principal obstacle à cette transformation est la propre structure souveraine et étatique des institutions municipales, qui freine toute métamorphose radicale. Créer une nouvelle dynamique entre ceux qui sont entrés dans l’institution et ceux qui sont restés en dehors (mouvements sociaux), sans pour autant neutraliser leurs conflits, apparaît alors comme le seul moyen de disperser le pouvoir de décision et de surmonter l’inertie de la politique municipale. Au-delà du pari électoral, le municipalisme comme alternative se trouve alors redéfini comme un projet politique ayant pour objectif de « communaliser » la municipalité, en construisant une véritable sphère publique non-étatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 BASCHET Jérôme, Adieux au capitalisme  : autonomie, société du bien vivre et multiplicité des monde (...)
  • 2 COSSART Paula, « Le commaunalisme comme “utopie réelle” », in Participations, no 3, vol. 19, 2017, (...)
  • 3 ZIBECHI Raul, Dispersar el poder. Los movimientos como poderes antiestatales, Buenos Aires, Tinta L (...)

1Dans un contexte de renforcement du néolibéralisme à l’échelle planétaire et d’essoufflement de la démocratie représentative, le municipalisme espagnol constitue une des expérimentations démocratiques les plus riches de ces dernières années. En 2015, de nouvelles plateformes municipalistes ont émergé, formées par des mouvements sociaux, des citoyens et des partis politiques de gauche. Ces listes citoyennes, dont le programme a été co-produit dans des assemblées démocratiques de quartier, ont défié la politique traditionnelle et créé la surprise en gagnant les élections dans de nombreuses villes espagnoles, dont Madrid, Valence et Barcelone. Dans la capitale catalane, le « pari municipaliste » de la plateforme Barcelone en Commun (Barcelona en Comù) a été le laboratoire d’un nouveau projet politique, visant à dépasser la démocratie représentative et à déprofessionnaliser la sphère publique locale. Pourtant, à la différence des projets communalistes comme ceux mis en place au Chiapas par les zapatistes1 ou au Rojava dans le nord de la Syrie2, le municipalisme espagnol ne se propose pas d’inventer de nouvelles institutions démocratiques. Il s’agit plutôt de « prendre d’assaut » les institutions municipales existantes afin de les subvertir, de les transformer de l’intérieur et ainsi de « disperser le pouvoir3 », en le soumettant à la délibération et au contrôle des mouvements sociaux et des habitants.

  • 4 LEFEBVRE Henri, La proclamation de la Commune  : 26 mars 1871, Paris, la Fabrique, 2018, p. 139.

2Quel rapport le municipalisme mis en place à Barcelone entretient-il alors avec le « communalisme », défini comme le projet politique de l’autogouvernement collectif à l’échelle communale ? L’expérience de Barcelone en Commun a-t-elle réellement été l’avènement de « la gestion démocratique directe de leurs affaires par les citoyens réunis en conseils, commissions et comités4 », selon les mots d’Henri Lefebvre se référant à la Commune de Paris, ou n’a-t-elle été au contraire qu’une régénération participative de la social-démocratie à l’échelle locale ? Le présent article vise à proposer une étude du municipalisme à Barcelone, en se fondant sur une analyse de la transformation des institutions par les municipalistes et de leur relation avec les mouvements sociaux. Nous nous centrerons ainsi sur la question de savoir si le renouvellement de la relation entre institutions et « contre-institutions » est capable de briser l’inertie des institutions municipales et de les transformer en organes de l’autogouvernement collectif.

3Alors que certains célèbrent le projet politique municipaliste sans porter d’attention à ses limites institutionnelles réelles, d’autres condamnent sans réserve l’impuissance de ceux qui ont pris d’assaut les institutions. A rebours de ces deux voies - apologétique et polémique -, il nous semble nécessaire de mettre en place une véritable sociologie de la transformation des institutions. Cet article propose donc une analyse sociologique du laboratoire municipaliste, attentive aux inerties aussi bien qu’aux transformations, à l’étatisme souverain de la municipalité aussi bien qu’à sa dimension de proximité.

4Le matériel à l’origine de cette analyse provient d’une enquête de terrain réalisée à Barcelone entre septembre 2016 et septembre 2019 dans le cadre d’un doctorat de sociologie. La méthodologie est qualitative et combine l’observation participante de différents mouvements sociaux et des entretiens semi-directifs avec des membres de ces mouvements sociaux, ainsi qu’avec des élus et des fonctionnaires du gouvernement municipal de Barcelone. L’observation participante s’est principalement centrée sur la Plateforme des Personnes Affectées par la Crise Hypothécaire (Plataforma de Afectados por la Hipoteca, PAH), mouvement social autogéré défendant le droit au logement ; ainsi que sur l’Observatoire DESC (Observatorio de los Derechos Económicos, Sociales y Culturales), organisation de défense du droit au logement, proche de la PAH dont provient une partie importante de l’équipe municipale de Barcelone en Commun. Les données recueillies concernent plus spécifiquement les assemblées hebdomadaires, actions de désobéissance et campagnes de la PAH, ainsi que différents processus de négociation entre la Mairie et les organisations sociales promouvant des initiatives législatives à l’échelle locale. Des entretiens semi-directifs avec des élus de Barcelone en Commun provenant de la PAH et du DESC, ainsi qu’avec des fonctionnaires de la mairie de Barcelone, complètent ce travail d’observation participante.

  • 5 BOOKCHIN Murray, The next revolution: popular assemblies and the promise of direct democracy, Londo (...)
  • 6 SUBIRATS Joan, El poder de lo próximo : las virtudes del municipalismo, Madrid, Catarata, 2016.

5Dans un premier temps, nous évoquerons les conditions socio-historiques de l’émergence du municipalisme à Barcelone, en revenant sur les origines de Barcelone en Commun et sur les principes politiques du mouvement municipaliste. Le municipalisme libertaire, tel que défini par Murray Bookchin, est un projet politique profondément antagonique à l’étatisme5. On retrouve cette hypothèse dans le municipalisme mis en place à Barcelone, qui s’inscrit dans une politique de la municipalité et de la localité définie comme « le pouvoir de la proximité6 ».

6Pourtant, si l’échelle municipale est en effet plus proche des habitants, la municipalité est également sous certains aspects soumise à une structure étatique et hiérarchique. Dans une seconde partie, nous analyserons ainsi les nombreux obstacles – politiques, budgétaires ou administratifs - qui ont freiné cette ambition de subversion de la municipalité. Le principal obstacle à la transformation des institutions reste leur propre structure, hiérarchique et bureaucratique, impropre au changement radical.

7La dernière partie de cet article propose alors de repenser l’horizon politique du municipalisme, en le définissant comme un renouvellement de la relation entre institutions municipales et institutions non-étatiques, visant à accroître le pouvoir de décision de ces dernières. En effet, si la capacité de transformer la structure de pouvoir des institutions est limitée, ce constat n’invalide pas pour autant le municipalisme comme alternative politique. Créer une nouvelle dynamique entre ceux qui sont entrés dans l’institution et ceux qui sont restés en dehors (mouvements sociaux et citoyens non-organisés), sans pour autant neutraliser leurs conflits, apparaît alors comme le seul moyen de surmonter l’inertie de la politique municipale. A Barcelone, cette voie a été ouverte par la co-création avec les mouvements sociaux de normes juridiques municipales visant à garantir le droit au logement et le droit à la ville. Au-delà du pari électoral, le municipalisme comme alternative politique se trouve alors redéfini comme le projet politique ayant pour objectif de « communaliser » la municipalité, en construisant une véritable sphère publique non-étatique.

De la « municipalité libre » au municipalisme de Barcelone en Commun

Fédéralismes républicains et libertaires

  • 7 OBSERVATORIO METROPOLITANO, La apuesta municipalista : la democracia empieza por lo cercano, Trafic (...)
  • 8 PI Y MARGALL Francisco, Las nacionalidades, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1986. Voir (...)

8Si les élections de mai 2015 marquent le printemps du municipalisme en Espagne, les idéaux fédéralistes se diffusent au cours du XIXème siècle et au début du XXème, à la fois sous une version républicaine et sous une version libertaire7. La figure centrale du fédéralisme républicain est Francisco Pi i Margall, traducteur linguistique et politique de Pierre-Joseph Proudhon, qui sera l’éphémère Président du Pouvoir Exécutif de la Première République Espagnole. Selon Pi i Margall, le fédéralisme est un projet politique commutatif fondé sur un pacte réciproque et égal entre unités politiques communales8.

  • 9 URALES Federico, Los Municipios libres : ante las puertas de la anarquía, Barcelona, La Revista Bla (...)
  • 10 BOOKCHIN Murray, The third revolution: popular movements in the revolutionary era, New York; London (...)
  • 11 Comme le rappelle l’anthropologue et activiste éco-féministe Yayo Herrero dans son prologue à l’édi (...)

9La tradition libertaire espagnole va ensuite radicaliser cette idée. La théorie de la « Municipalité Libre » (« Municipio Libre »), notamment formulée par Federico Urales et la tradition anarcho-communaliste, fait alors de la municipalité la cellule fondamentale de l’autogestion politique, émancipée de l’État9. Murray Bookchin, quant à lui, fait référence à la Révolution Espagnole de 1936 dans sa généalogie du municipalisme libertaire, qui inclut également la polis athénienne, les assemblées en Nouvelle Angleterre lors de la Révolution Américaine, ou encore les sections parisiennes de la Révolution Française10. A l’inverse, il serait erroné de voir en Murray Bookchin la principale source d’inspiration théorique de la récente vague municipaliste en Espagne11, et par conséquent d’analyser cette expérience politique à l’aune du communalisme bookchinien.

Genèse du municipalisme à Barcelone

  • 12 CORTINA-ORIOL Mercè, IBARRA Pedro, MARTÍ Salvador et SRIBMAN Ariel (éd), Nuevos Movimientos Sociale (...)

10Au début du XXIème siècle, de nouvelles candidatures municipalistes font leur apparition en Espagne, et particulièrement en Catalogne. Ainsi, les Candidatures Alternatives du Vallès (Candidatures Alternatives del Vallès, CAV), les Entités pour le Progrès Municipales (Enteses pel Progrés Municipal, EPM) et les Candidatures d’Unité Populaire (Candidatures d’Unitat Popular, CUP) forment des confluences citoyennes et participent aux élections municipales de 2003, 2007 et 2011. En 2011, plus de cent confluences municipalistes obtiennent une représentation au sein de conseils municipaux de villes et villages de tailles diverses12.

  • 13 Sur le mouvement du 15M, voir par exemple TAIBO Carlos, « The Spanish indignados  : A movement with (...)
  • 14 FERNANDEZ SAVATER Amador, « Notas para una política no estadocéntrica », ElDiario.es. [en ligne] [1 (...)

11Mais le pari municipaliste ouvert en 2015 en Espagne trouve surtout ses racines dans la crise économique et politique qui frappe le pays depuis 2007. Alors que le chômage et la précarité explosent, les politiques d’austérité et les scandales de corruption discréditent profondément la classe politique espagnole. C’est aux cris de « no nos representan » (« Ils ne nous représentent pas ») et « La llaman democracia y no lo es » (« Ils l’appellent démocratie et ce n’est est pas une ») que des milliers de citoyens indignés occupent les places au cours du 15M en 201113. Le cycle politique – à la fois instituant et destituant - ouvert par le 15M, et qui se poursuit avec l’appel à « occuper le Congrès » en juin 2012, voit naître une nouvelle culture politique, alternative à la politique institutionnelle de parti. Le philosophe et activiste Fernández-Savater l’exprime par ces mots : « Les places ont été une expérience de coopération entre inconnus […] Une expérience d’activation, où nous nous sommes découverts capables de faire nous-mêmes ce que généralement nous déléguons. […] Une expérience, finalement, d’intensification de la dimension commune de l’existence14. »

12Lorsque les places se sont vidées, de nouveaux mouvements sociaux surgissent ou prennent une nouvelle ampleur, portant la revendication d’une « démocratie réelle ». Le dernier jour d’occupation de la place du Sol à Madrid, on pouvait y lire sur les pancartes : « No nos vamos, nos mudamos a tu conciencia » (« Nous ne partons pas, nous déménageons dans ta conscience »). À ce titre, la formule de l’héritage du 15M revendiqué par le municipalisme pourrait être « Nous ne partons pas, nous déménageons dans les institutions », et celle des mouvements sociaux « Nous ne partons pas, nous déménageons dans les quartiers ».

  • 15 Sur la PAH, consulter FRANÇA João, MIR GARCIA Jordi, MACÍAS Carlos et VECIANA Paula, « Fundamentos (...)

13Parmi les mouvements sociaux apparus au cours de ces années de crise sociale et politique, le plus emblématique est la Plateforme des Personnes Affectées par la Crise Hypothécaire (Plataforma de Afectados por la Hipoteca, PAH). De nombreux membres de la plateforme municipaliste Barcelone en Commun proviennent de ce mouvement social, et en premier lieu la mairesse de Barcelone Ada Colau qui fut la porte-parole du mouvement de 2009 à 2014. La PAH, née à Barcelone en 2009, s’est depuis largement diffusé dans tout le pays : on compte aujourd’hui plus de 250 plateformes locales. Il s’agit d’un mouvement citoyen non partisan d’auto-organisation de personnes affectées par la crise hypothécaire et de personnes solidaires, qui dénonce des « lois injustes » et lutte activement contre les expulsions et le surendettement des familles15. Les pratiques démocratiques de ce mouvement social vont durablement influencer le municipalisme : refus de la délégation, « empowerment » des membres, participation de citoyens initialement non politisés, transformation de la culpabilité en revendication militante, etc.

La confluence municipaliste

  • 16 HAMOU David, « Commoning the city: social movements and the legal struggle for the right to housing (...)
  • 17 ROTH Laura, MONTERDE Arnau et CALLEJA-LÓPEZ Antonio (éd.), Ciudades democráticas : la revuelta muni (...)
  • 18 Manifeste, Per una radicalització democràtica més enllà del 25-N, https://mesenlladel25n.wordpress. (...)

14C’est dans ce contexte d’effervescence contestataire que le « pari municipaliste » a lieu. En effet, si les mouvements sociaux peuvent changer l’imaginaire politique, et même parfois les lois – comme l’exemple de la PAH le montre16 -, leurs membres savent également « qu’il y a certaines choses impossibles à atteindre en-dehors des institutions : un plafond de verre qu’il fallait briser17 ». A Barcelone, un premier manifeste invite dès octobre 2012 à « lutter pour que la pression de la rue se fasse également sentir dans les institutions18 ».

15Mais le processus de confluence municipaliste débute réellement à partir de juin 2014, avec la présentation publique du manifeste de Guanyem Barcelona19 (« Gagnons Barcelone », ancien nom de Barcelone en Commun). Durant l’automne 2014, de nombreuses assemblées sont organisées dans les quartiers afin d’élaborer délibérativement le programme du mouvement politique.

  • 20 CIUDADES SIN MIEDO. Guía del movimiento municipalista global, Icaria, 2018, p. 80.
  • 21 De nombreux travaux récents analysent l’avènement de ces « Mairies du changement » en Espagne. Pour (...)

16Ainsi, le municipalisme naissant fait le choix de s’organiser d’abord à la base, et ne convoque les partis politiques de la gauche traditionnelle que dans un second temps. Ce processus de rupture avec la logique partisane est appelé « confluence ». À la différence de la « coalition » entre partis politiques, la confluence crée de nouvelles alliances entre mouvements sociaux, citoyens et partis traditionnels, et fonde son fonctionnement « sur la participation à titre individuelle des personnes20 ». Dans le cas de Barcelone, ce processus de confluence a réuni des membres de mouvements sociaux tels que la PAH ou les associations de voisins, les partis politiques Podemos et Iniciativa per Catalunya Verds (Initiative Pour la Catalognes Verts, parti éco-socialiste) et d’autres mouvements politiques tels que Procès Constituent. Cette plateforme va créer la surprise en remportant les élections municipales de mai 2015. Ada Colau devient alors la première mairesse de Barcelone. D’autres plateformes municipalistes arrivent au pouvoir dans de nombreuses autres villes en Espagne, y compris Madrid, Valence, Cadiz, La Corogne, Saragosse21.

Au-delà de la représentation

  • 22 SUBIRATS Joan, El poder de lo próximo : las virtudes del municipalismo, op. cit. A partir du second (...)
  • 23 SUBIRATS Joan, Otra sociedad, ¿otra política ? : de « no nos representan » a la democracia común, B (...)

17Pour la première fois depuis la Transition Démocratique après le franquisme, des citoyens non-professionnels de la politique, provenant des mouvements sociaux luttant contre le néolibéralisme et l’austérité, arrivaient au pouvoir à Barcelone. Au cœur du programme du nouveau mouvement, on retrouve la lutte contre la crise, la revendication du droit à la ville et du droit au logement, et la volonté de « remunicipaliser » les services basiques (eau, énergie, éducation). Le municipalisme revendique la dimension locale de la politique. Selon le politologue Joan Subirats, proche de Barcelone en Commun, c’est depuis le « pouvoir de la proximité » que le municipalisme tire sa force22. À distance des structures étatiques, la municipalité, lieu des relations affectives entre voisins, dans les quartiers, serait ainsi la cellule d’une « autre société » et d’une « autre politique23 ».

  • 24 SAUVETRE Pierre, « Le nouveau paradigme politique du commun à Barcelone et en Catalogne : un munici (...)
  • 25 Ibid, p. 186.

18Les citoyens, loin d'être des spectateurs passifs de cette politique nouvelle, devraient au contraire en être les acteurs. Si le municipalisme constitue un « nouveau paradigme politique du commun24 », c'est ainsi parce qu'il porte une rupture avec la logique même de la représentation et de la délégation propre à la politique étatique. Il s'agirait ainsi de défaire le monopole du pouvoir de décision par les professionnels de la politique et les institutions étatiques, en « remet[tant] profondément en question la logique propriétaire du pouvoir politique lui-même et sa concentration associée à la représentation étatique25 ».

19Le municipalisme se propose ainsi de dépasser la démocratie strictement représentative à l’échelle locale. Barcelone en Commun revendique l’engagement des zapatistes à « gouverner en obéissant ». C’est ainsi qu’ils nomment le « Code éthique » de la confluence. La plupart des principes politiques du municipalisme sont énoncés dans ce document : limitation du salaire des mandataires à 2.200 euros, limitation des mandats à deux mandats successifs, révocation des conseillers municipaux ne respectant pas leurs engagements, publication des agendas des représentants, renoncement aux prêts bancaires pour financer les candidatures, entres autres propositions.

  • 26 BASCHET Jérôme, « Autonomie, indianité et anticapitalisme  : l’expérience zapatiste », in Actuel Ma (...)

20La volonté de renforcer le contrôle démocratique des administrateurs par les administrés rapprochent (sur le papier, du moins) le projet municipaliste de « l’autonomie » zapatiste. Jérôme Baschet, analysant les mécanismes politiques du zapatisme, affirme ainsi que « le mandar obedeciendo suppose une faible dissociation entre représentants et représentés et promeut une déconcentration de la capacité de décision26 ».

Un « investissement non-étatique de l’État27 »

  • 27 SAUVETRE Pierre, « Les politiques du commun dans l’Europe du Sud (Grèce, Italie, Espagne). Pratique (...)
  • 28 Ibid., p. 139.

21Pour les municipalistes, c'est depuis les institutions publiques que peut s'impulser cette « déconcentration de la capacité de décision ». Le pari municipaliste vise ainsi à réduire l’étatisme au sein même des institutions municipales. Il s’agirait, selon la formule de Pierre Sauvêtre, de mettre en place un « investissement non-étatique de l’État ». L’objectif d’une telle politique n’est donc pas de s’emparer du pouvoir, mais plutôt de « produire dans l'investissement du champ social des relations collaboratives, délibératives et participatives caractéristiques du commun et à infiltrer l'État pour en modeler les institutions sous cette forme28 ».

  • 29 ABENSOUR Miguel, La démocratie contre l’Etat : Marx et le moment machiavélien, suivi de, Démocratie (...)
  • 30 CIUDADES SIN MIEDO. Guia del movimiento municipalista global, op. cit.
  • 31 LONDON EDINBURGH WEEKEND RETURN GROUP, In and against the state., London, Pluto, 1980. Cité par MEN (...)

22Si l’on reconnaît, avec Miguel Abensour, que « la démocratie est anti-étatique ou elle n’est pas », et qu’elle est donc « le théâtre d’une « insurrection permanente » contre l’État, contre la forme État, unificatrice, intégratrice, organisatrice29 », le municipalisme serait alors le pari de situer ce conflit indissoluble entre démocratie et État au sein même des institutions municipales. Il s’agit « d’être dans les institutions avec l’objectif de les détruire de l’intérieur30 », ou plus précisément, de défaire leur structure étatique. Pour le dire autrement, la pratique municipaliste consiste à transformer les institutions municipales en agissant « depuis l’intérieur de et contre l’État31 ».

Surmonter l'inertie des institutions ? Une sociologie de la transformation de l’institution

  • 32 COLAU Ada, Contexto y acción, N.98, 4 de enero de 2017. Cité par Cortina-Oriol Mercè, Ibarra Pedro, (...)

23Le projet municipaliste, paradoxal, d’« investissement non-étatique de l’État », ou de « destruction des institutions de l’intérieur », est pourtant semé d’embûches. Et la principale embûche porte un nom : l’inertie institutionnelle. Ainsi, après deux ans et demi de gouvernement, Ada Colau reconnaissait que « la nature de l’institution la dissocie de la possibilité de rupture. […] L’institution, qui doit gérer le possible et l’imparfait, va de pair avec des inerties qui tendent au conservatisme et non à la rupture32 ». Dans le cas d’une grande ville comme Barcelone, la structure institutionnelle même de la mairie semble impropre au changement, et l’ambition municipaliste de « disperser le pouvoir » se heurte à l’impossibilité de transformer radicalement les structures souveraines du pouvoir municipal.

  • 33 HOBBES Thomas, De Cive, XII, §1, in Œuvres philosophiques et politiques 1, Neuchâtel, Société Typog (...)
  • 34 Cité dans LAMANT Ludovic, Squatter le pouvoir  : les mairies rebelles d’Espagne, Montréal, Lux Edit (...)

24En effet, si l’on comprend l’étatique comme la structure souveraine du pouvoir, structurée autour du couple commandement/obéissance, les inerties propres à l’État sont également susceptibles de s’appliquer à la municipalité. Les institutions municipales peuvent également être soumises à une forme de pouvoir hiérarchique, séparé de la société et qui la surplombe souverainement. Ainsi, les Maires, à l’image du roi hobbesien, pourraient très bien rendre « une chose juste en la commandant, ou injuste, lorsqu’ils en font défense33 ». Gerardo Pisarello, premier adjoint de la mairie au cours du premier mandat d’Ada Colau (2015-2019), se réfère précisément à la municipalité comme à un « petit Léviathan34 ».

Le devenir-inerte de l’institution

  • 35 DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découve (...)

25Comment faire alors pour que l’institution ne se pétrifie pas dans la structure inerte de la souveraineté étatique ? Cette problématique du devenir-inerte de l’institution rejoint le « redoutable problème de l’institution entendue comme acte35 », analysé par Pierre Dardot et Christian Laval, dans leur ouvrage Commun. Dans un dialogue avec Sartre et Castoriadis, les deux auteurs tentent de penser sous quelles conditions l’institution peut échapper à la souveraineté et à l’autorité. Si l’étatique, en tant que structure du pouvoir souverain, ne se laisse pas aisément défaire, c’est bien parce que, comme le souligne Sartre :

  • 36 SARTRE, Critique de la Raison Dialectique, Gallimard, Paris, 1960, p. 687. Cité par DARDOT Pierre e (...)

« L’institution, en tant que telle, possède une force d’inertie considérable : non pas seulement parce qu’elle fait partie d’un ensemble institutionnel et qu’on ne peut guère la modifier sans modifier toutes les autres, mais surtout et en elle-même parce qu’elle se pose, par et dans son être-inerte, comme essentialité et définit les hommes comme moyens inessentiels de la perpétuer36. »

  • 37 CASTORIADIS Cornelius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.
  • 38 DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun…, op. cit., p. 445.

26Contre une certaine tradition de la sociologie qui pense l’institution comme le « déjà-là », Dardot et Laval, à la suite de Castoriadis37, affirment donc que la dimension active de l’institution et sa dimension inerte ne s’opposent pas seulement comme deux moments successifs (la fondation, puis l’institué), mais se confrontent également dans le résultat de l’institution, dans l’institué lui-même. Ainsi, « tout institué, une fois posé, a tendance à s’autonomiser relativement à l’acte qui l’a posé, en vertu d’une inertie propre contre laquelle il faut continuellement lutter38 ». La question devient alors celle de la permanence de l’acte d’instituer une fois l’institution déjà mise en place. Nous sommes donc en présence de trois termes et non deux : l’institution comme acte, l’institué comme chose, et la continuité de l’acte instituant dans la perpétuation de l’institué, que les auteurs nomment la « praxis instituante ». Dans le cas de Barcelone en Commun, « l’acte qui a posé » l’institution est représenté par le 15M et les mouvements sociaux comme la PAH. « L’institué qui s’autonomise » est l’institution municipale dans sa composante étatique, hiérarchique et léviathanesque. Pourrait-on alors définir le municipalisme comme la « lutte continuelle » contre l’inertie propre de l’institué, comme le pari de défaire la logique souveraine de l’État en investissant la municipalité ?

  • 39 OBSERVATORIO METROPOLITANO, La apuesta…, op. cit., p. 8.

27Que devient alors le dynamisme de la politique des places, la bravade instituante de la rue une fois que « la vague du 15M a atterri sur les plages du “municipalisme”39 » ? Une fois les élections municipales remportées, quels mécanismes institutionnels permettent de ne pas tarir cette source instituante ? Quelles sont les forces d’inertie, de pétrification de la praxis, auxquelles sont confrontés les municipalistes ? Et comment tentent-ils de les surmonter ?

28Parmi les inerties qui tendent au conservatisme et ont limité la capacité de transformation du municipalisme, on peut distinguer deux catégories. Il existe tout d’abord des limites externes à l’institution (administratives, budgétaires, partisanes), qui circonscrivent l’autonomie municipale et le pouvoir de décision des mandataires tout comme des administrés. Mais le principal obstacle à la transformation des institutions reste leur propre structure hiérarchique et bureaucratique, qui en fait des structures souveraines impropres au changement radical.

« Squatter » le pouvoir sans en avoir : État, marché, partis politique

  • 40 LAMANT Ludovic, Squatter…, op. cit.

29Prendre le pouvoir à l’échelle locale, ou plutôt « squatter le pouvoir40 », n’est ainsi pas nécessairement synonyme d’avoir le pouvoir, et donc encore moins de « disperser le pouvoir ». Tout d’abord, même si les candidatures municipalistes ont gagné les élections de 2015 dans de nombreuses villes en Espagne, elles n’ont obtenu la majorité absolue dans aucune ville. Ainsi, Barcelona en Comú ne disposait que de onze conseillers municipaux sur quarante-et-un.

30Alors que le processus de confluence municipaliste vise à dépasser le monopole des partis sur la vie politique, les mouvements municipalistes en minorité doivent en réalité composer avec les autres partis politiques chaque fois qu’une décision est prise, afin de s’assurer une majorité au Conseil Municipal. De nombreuses mesures portées par Barcelone en Commun, tel que l’approbation d’un projet de tramway visant à réduire la pollution sur une des artères les plus empruntées de Barcelone, ou encore la création d’un service funéraire municipal à bas coût, n’ont ainsi pas pu être adoptées.

  • 41 NEZ Héloïse, « Le nouveau municipalisme en Espagne : changer le pouvoir depuis l’échelle locale ? » (...)

31La distribution des compétences entre les différentes échelles administratives a également constitué un frein au projet municipaliste, l’État central espagnol conservant de nombreuses prérogatives. Ainsi, les « limites de l’échelle municipale » font que « les difficultés rencontrées par les mairies du changement sont nombreuses41 ». Le recrutement de nouveaux travailleurs publics et la capacité d’endettement des mairies est par exemple limitée par la « Loi 27/2010 de Rationalisation et de Viabilité de l’Administration Locale », connue comme la « Loi Montoro ». De même, la régulation du prix des loyers, qui figure parmi les priorités politiques de Barcelone en Commun, dépend des administrations régionales et nationales, qui refusent de mettre en place cette politique.

32Les municipalistes ont également souligné le pouvoir d’influence dont disposerait certains lobbies privés. Ainsi, l’entreprise privée gérant l’eau à Barcelone, Agbar, s’est opposé avec virulence à la proposition de Barcelone en Commun de mettre en place une « consultation » des citoyens sur la question de la remunicipalisation de l’eau. L’entreprise a en effet engagé plusieurs recours en justice contre la mairie et a lancé une grande campagne pour valoriser sa gestion privée de l’eau. Ainsi, la volonté de « re-municipaliser » l’économie locale, en favorisant la gestion commune des biens et services publics basiques, se heurte dans le cas de l’eau à la résistance de certaines entreprises du secteur privé.

La municipalité, une structure institutionnelle inerte et hiérarchique

  • 42 SAUVETRE, Pierre, "Le nouveau paradigme politique du commun à Barcelone et en Catalogne : un munici (...)

33Au-delà de ces inerties externes qui limitent le pouvoir de gouvernement municipal à Barcelone, les principaux obstacles auxquels a dû faire face le municipalisme sont liés à la structure même des institutions municipales. L’organisation interne des institutions publiques constitue leur nœud étatique, le cœur de « l’être-inerte des institutions », pour reprendre les mots de Sartre. En effet, la logique hiérarchique et segmentée qui régit le pouvoir public s’oppose frontalement à la « logique inclusive et partagée de l'exercice du pouvoir42 » promue par le municipalisme. Le corps des fonctionnaires s’opposerait parfois, directement ou indirectement, aux décisions prises par les municipalistes. Enfin, le fonctionnement normatif de l’institution tend à isoler, et la spirale de la gestion institutionnelle quotidienne éloigne les municipalistes de leur projet de changement radical.

  • 43 BEAUD Olivier, La Puissance de l’État, Paris, Presses universitaires de France, 1994, p. 16.

34Dans son ouvrage La puissance publique, Olivier Beaud s’attache à étudier la souveraineté étatique, qu’il définit, à partir de Bodin, comme la « puissance de commandement qui se manifeste par des actes unilatéraux qui traduisent un rapport de subordination entre l’auteur et l’adressataire de la norme43 ». En analysant « la structure interne de la puissance publique », Beaud démontre que la souveraineté étatique se fonde sur la hiérarchie, qui répète à l’interne la structure fondamentale « commandement/obéissance » :

  • 44 Ibid., p. 158.

« En principe, tout Magistrat doit obéir au Souverain comme n’importe quel sujet particulier. La puissance souveraine implique de « commander à tous Magistrats et officiers sans exception » (Rép., III, 5, p. 146), y compris à celui que Bodin appelle quelquefois du terme curieux de « Magistrat souverain ». Ce terme désigne non pas le Souverain, mais le premier des Magistrats dont la caractéristique est de dominer tous les autres. Ainsi, se duplique à l’infini le rapport commandement/obéissance de sorte que la logique du rapport hiérarchique entre le supérieur et l’inférieur parcourt toute l’échelle des agents de l’État, du plus haut magistrat au plus humble44. »

35Le rapport de « commandement/obéissance » ne lie pas seulement le Souverain et ses sujets, mais également le supérieur hiérarchique et son inférieur, sommé de lui obéir. Afin de lutter contre l’étatisme à l’intérieur de l’État, tel que se le propose le municipalisme, il serait ainsi nécessaire de rompre avec cette logique pyramidale qui structure également la puissance publique locale. Pourtant, la culture politique plus horizontale et assembléiste du municipalisme, issue des mouvements sociaux, est souvent impossible à traduire au niveau des institutions. Vanessa Valiño, en charge de la politique du logement de Barcelone en Commun, et qui était auparavant la directrice de l’Observatori DESC, évoque ainsi la difficulté de transformer la culture administrative de la hiérarchie :

  • 45 Entretien avec Vanesa Valiño. Source de l’auteur.

« Comment traduire une logique plus horizontale, de travail en équipe, à une institution composée de 12.000 fonctionnaires, et qui est très hiérarchique ? Je me réunis presque toujours avec les mêmes personnes, je ne vois que les directeurs d’équipe, et jamais les techniciens. Parce qu’évidemment il y a 250 personnes rien que dans le département du Logement, et si je devais me réunir avec 250 personnes, ce ne serait pas productif. La mairie est très hiérarchique. C’est très drôle, parce qu’ici lorsque quelqu’un se présente, il dit « Untel, je suis un A25, un A22 ». C’est l’échelon que tu as dans l’administration. Et normalement tu ne fais des réunions qu’avec le même échelon. Du coup, c’est sûr qu’il faudrait générer d’autres sortes d’articulations, mais bon, tout ça, c’est un changement dans l’organisation qui demande énormément de temps…45 »

  • 46 BLANCO Ismael, GOMÀ CARMONA Ricard et SUBIRATS Joan, « El nuevo municipalismo : derecho a la ciudad (...)

36Le municipalisme se donne pour tâche de mettre en place « de nouveaux processus éloignés des logiques hiérarchiques et du monopole bureaucratiques ; de nouveaux processus qui dépassent les veille formes d’institutionnalité qui réserve à la citoyenneté un rôle passif de récepteur de services46 ». Pourtant, une fois au pouvoir, les municipalistes ne peuvent que reconnaître « qu’il est impossible de se réunir avec 250 personnes ». Ce constat compromet la transformation de la hiérarchie interne à l’institution municipale, puisque son bon fonctionnement dépend de cette hiérarchie. C’est l’un des plus grands défis du municipalisme : afin de redistribuer le pouvoir à l’échelle de la ville, il est avant tout nécessaire de le redistribuer à l’intérieur même de la mairie.

Le municipalisme contre les experts47 ?

  • 47 Voir ISMARD Paulin, La démocratie contre les experts : Les esclaves publics en Grèce ancienne. Pa (...)
  • 48 BLANCA Rodrigo et GANUZA Ernesto, « Les labyrinthes du pouvoir : les mairies du changement face aux (...)
  • 49 Entretien avec Laia Forné, du département de participation de la mairie. Source de l’auteur.
  • 50 LEFORT Claude, Eléments d’une critique de la bureaucratie, Paris, Gallimard, 1979, p. 296-297.

37Cette tâche est d’autant plus ardue que les politiques promues par le municipalisme rencontrent parfois une certaine opposition parmi les fonctionnaires eux-mêmes, ce qui a pour effet de rendre d’autant plus sinueux les « labyrinthes du pouvoir48 ». Il est important de noter que la résistance des fonctionnaires à appliquer une certaine politique ne provient généralement pas d’une opposition directement idéologique, mais plutôt du refus de l’altération des habitudes de travail que la mesure peut entraîner. En effet, « innover suppose de changer les manières de faire, de changer les mentalités, c’est un effort supplémentaire, et tout le monde n’est pas disposé à le fournir49 ». En ce sens, « le groupe bureaucratique sent donc qu’il est menacé aussitôt qu’est introduit dans le parti un principe de changement : il est naturellement conservateur50 ».

  • 51 WEBER Max, Economie et société, Paris, Pocket, 1995, p. 300.

38À l’image du Magistrat de Bodin, un chef de cabinet de la mairie de Barcelone dispose donc également d’un pouvoir certain. Il ne s’agit pas uniquement du pouvoir de commander à son inférieur hiérarchique, mais également du pouvoir que lui confère la connaissance technique dont il dispose. Comme le souligne Max Weber, « par-delà l’énorme position de puissance que détermine le savoir spécialisé, la bureaucratie (ou le détenteur du pouvoir se servant de celle-ci) a tendance à accroître davantage encore sa puissance par le savoir du service : les connaissances de fait acquises ou « issues des dossiers » dans le cours du service51 ». Les municipalistes ont également dû compter sur ce professionnalisme des fonctionnaires, qui leur ont souvent apporté avec générosité une connaissance technique de l’institution dont il ne disposait pas.

  • 52 RANCIERE Jacques, En quel temps vivons-nous ?. Conversation avec Eric Hazan. Paris, La Fabrique, 20 (...)

39Pourtant, le projet d’un municipalisme du commun défie explicitement la logique même du savoir spécialisé au fondement de la structure bureaucratique de l’État. Le cri des places du 15M, que le municipalisme prétendait porter aux institutions, était bien celui de la légitimité du non-spécialiste, du citoyen commun, à participer à la prise de décision politique. Il s’agissait de la revendication forte d’un découplement entre savoir spécialisé et pouvoir politique, et donc, d’exercice du « pouvoir de ceux qui ne sont pas qualifiés pour exercer le pouvoir52 ».

40Loin du rejet du savoir spécialisé porté par les places, le municipalisme, dans sa pratique réelle, a plutôt dû composer avec le corps de la fonction publique. Face au refus direct ou indirect des fonctionnaires à appliquer une mesure des municipalistes, il était ainsi nécessaire de convaincre en interne, en essayant de modifier la culture administrative. À Barcelone, la décision d’autoriser les personnes en situation de squat à pouvoir faire une demande de logement social a par exemple suscité une certaine réserve, voire une certaine hostilité, chez certains fonctionnaires, comme le souligne Vanesa Valiño :

  • 53 Entretien avec Vanesa Valiño. Source de l’auteur.

« Pour adopter la mesure visant à donner un logement aux familles qui squattent, nous avons dû faire de très nombreuses réunions en interne, pour convaincre, pour écouter, pour contre-argumenter, pour qu’ils ne sentent pas que nous arrivions et adoptions des mesures sans prendre en compte la voix des professionnels, qui sont ceux qui vont devoir gérer la décision politique. Parce que moi j’ai beau prendre une décision, mais ce n’est pas moi qui aurai à gérer cette décision. Parce qu’ils sont 12.000, et nous on n’est que onze conseillers municipaux avec deux conseillers chacun. On a besoin que la machine soit alignée. Et cela suppose beaucoup de pédagogie en interne, beaucoup de réunions53. »

41Il s’agit donc d’inventer une nouvelle rationalité politique non souveraine à l’intérieur même des institutions publiques, visant à la fois à adopter certaines mesures précises et à changer les dynamiques professionnelles de l’institution à long terme. La pratique du pouvoir par le municipalisme ne coïncide donc pas avec l’extinction radicale du « savoir spécialisé », mais plutôt en une modification de l’équilibre entre le pouvoir de ceux qui sont qualifiés pour l’exercer (fonctionnaires, représentants, spécialistes), et le pouvoir de ceux qui ne sont pas qualifiés pour l’exercer (mouvements, citoyens ordinaires, profanes), pour reprendre les termes de Rancière.

Municipalisme du commun ou municipalisme de gestion ?

  • 54 Ville côtière qui fait partie de l’aire métropolitaine de Barcelone, où la plateforme municipaliste (...)

42Enfin, la spirale de la gestion interne de l’administration publique et de la gestion quotidienne de l’institution publique peut également constituer un frein au projet de transformation municipaliste. L’institution, par sa structure même, isole des préoccupations quotidiennes des citoyens qui lui sont restés extérieurs. Ricard Vilaregut, politiste activement impliqué dans le projet municipaliste à Badalona54, évoque cette difficulté avec humour :

  • 55 VILAREGUT Ricard, “El dentro y el fuera. Apuntes de dos años de gestión institucional” in Cortina-O (...)

« Mêmes les conversations changent. On ne commente plus le dernier article de Naomi Klein, mais la procédure pour modifier le budget ; on ne parle plus de la dernière initiative super intéressante dans le monde de l’économie sociale, mais de comment introduire, tout en respectant les lois actuelles, une clause sociale dans le prochain contrat de nettoyage de la mairie. On n’envisage pas d’assister à la manifestation habituelle « en défense de », mais de rentrer à la maison à une heure décente, même si ce n’est que deux jours par semaine. Ce dur apprentissage de la machine institutionnelle, particulièrement effrayant s’il s’agit de grandes villes, conditionne le travail qu’on venait a priori faire, c’est-à-dire la transformation radicale d’un outil - la Mairie - au bénéfice d’une majorité sociale55. »

  • 56 Cité par NEZ Héloïse, « Le nouveau municipalisme en Espagne  : changer le pouvoir depuis l’échelle (...)

43Les municipalistes, qui voulaient détruire la machine institutionnelle étatique, doivent finalement assumer l'immense charge de la faire fonctionner. Alors que Vilaregut dénonce une forme de forme de « pétrification gestionnaire » qui infléchit la transformation radicale portée par le municipalisme, cet engrenage gestionnaire est parfois assumé comme une pratique de gouvernement et revendiqué par d’autres mairies du changement. Le municipalisme traduirait alors un virage « réaliste » de la gauche, qui se serait converti à l’économie : « José Manuel López, député régional qui est intervenu dans les débats, est confiant pour les prochaines élections en 2019, car « nous avons montré que nous sommes de bons gestionnaires ». Avec les mairies du changement, la dichotomie assignant la gauche à l'utopie et la droite à la gestion serait en train de sauter, la gauche passant « de l'idéologie à la gestion, à l'économie56 ».

  • 57 CABALLERO Fátima, « Las quinielas de “Carmena 2019” : de la seguridad de Rita Maestre a la duda del (...)
  • 58 « Parmi les constitutions donnant le pouvoir à un nombre de gens petit mais supérieur à un, nous en (...)
  • 59 EFE, eldiario.es, « Un concejal de Carmena critica la “Monarquía Municipalista de Madrid” y el “ces (...)

44Le cas de Madrid est paradigmatique de ce virage gestionnaire assumé par le municipalisme. Après la victoire de la confluence Ahora Madrid en 2015, la relation entre la nouvelle mairesse Manuela Carmena et les mouvements sociaux se sont vite détériorés, jusqu’à l’expulsion de certains membres de l’équipe municipale provenant des mouvements. Les élections de 2019 reflètent cette rupture de la confluence de 2015, puisque la mairesse sortante a annoncé vouloir s’entourer des « meilleurs gestionnaires57 » pour conformer un « gouvernement des meilleurs ». Cette formule, qui est la formule même de l’aristocratie énoncée par Aristote58, est ainsi critiquée par les anciens alliés de Carmena, qui dénoncent une « monarchie municipaliste » et un « césarisme » de la mairesse59.

45À Barcelone, la gestion de l’institution n’a pas été revendiquée en tant que projet politique. Mais au lieu d’une « destruction des institutions depuis l’intérieur », la pratique municipaliste s’est plutôt confondue avec une lente transformation des institutions publiques. Le municipalisme, dans sa pratique du pouvoir, est ainsi pris dans une contradiction : son projet de dispersion du pouvoir municipal implique une transformation de la structure interne de l’institution, mais cet effort même de transformation l’éloigne de la rupture radicale qu’il prétend porter.

46Mais s’agit-il seulement de démocratiser les institutions elles-mêmes, ou bien de radicaliser la démocratie urbaine dans son ensemble ? N’est-il pas plutôt question d’autoriser, par l’occupation des institutions, l’activité instituante qui se situe hors des institutions, dans le but d’accroître l’autogouvernement collectif de la municipalité ? La « lutte continuelle » contre la pétrification de l’inertie de l’institution est-elle limitée aux frontières de l’institution, ou parcourt-elle la société dans son ensemble ?

Institutions et alter-institutions municipalistes : vers de nouvelles synergies

47La question qui se pose est finalement celle du lien entre l’assaut institutionnel du municipalisme et l’élan instituant, représenté en Espagne par le 15M et les institutions non-étatiques comme les mouvements sociaux. L’expérience de Barcelone en Commun a-t-elle traduit le 15M dans l’institution ? Ou la rue a-t-elle été dépolitisée par cette nouvelle forme de représentation politique ? Les deux phénomènes sont-ils en contradiction, ou se renforcent-ils mutuellement ?

48Gala Pin, conseillère municipale de Barcelone en Commun de 2015 à 2019, responsable du district central de Ciutat Vella et de la participation citoyenne, affirme ainsi que : « Le saut aux institutions n’est pas L’évolution linéaire du 15M, c’est un fork […] qui nécessite maintenant la rétro alimentation d’autre forks qui ont surgi du 15M : marées, mouvements, PAHs, coopératives60. » Le municipalisme est donc une des évolutions du 15M, mais n’épuise pas pour autant la puissance instituante des places. Le municipalisme a besoin de la vitalité des autres évolutions du 15M pour surmonter l’inertie institutionnelle, et à l’inverse les sources instituantes de la société ont besoin du municipalisme pour que l’institution ne les bloquent pas. Certes, « la « démocratie réelle maintenant » des places et des assemblées est autre chose que la « démocratisation des institutions61 », mais le « pari municipaliste » est justement que démocratie réelle et démocratisation des institutions puissent se renforcer mutuellement.

  • 62 LEFRANCAIS, Gustave, Souvenirs d'un révolutionnaire de juin 1848 à la Commune. Paris, La Fabrique (...)

49Il nous semble alors nécessaire de ramener le municipalisme à l’horizon politique plus général du communalisme, c’est-à-dire de l’autogouvernement collectif communal, ou du « contrôle des administrés eux-mêmes62 » pour le dire avec le communard Gustave Lefrançais. Le municipalisme aurait ainsi pour but de « communaliser » la sphère publique, afin de démocratiser la municipalité.

  • 63 DARDOT Pierre, et LAVAL Christian, Ce cauchemar qui n'en finit pas : comment le néolibéralisme de (...)

50Cet objectif de démocratisation radicale de la sphère publique locale implique ainsi un renouvellement de la relation entre le « dedans » et le « dehors » des institutions. Plus précisément, c’est le dépassement de cette division même entre institution et mouvement qui est en jeu : « La question n’est pas tant d’investir ou d’occuper les institutions existantes que de créer de nouvelles institutions, si besoin par la transformation des institutions existantes, donc de construire de nouveaux pouvoirs63. »

51Plutôt que des « contre-institutions », il faudrait alors plutôt évoquer des « alter-institutions ». Les mouvements sociaux comme la PAH, qui occupent des immeubles pour reloger des familles, mais aussi les coopératives ou les centres sociaux autogérés ne sont pas que des contre-pouvoirs qui s’opposent aux institutions étatiques, mais elles sont également le lieu d’un autre type d’institutionnalité, radicalement démocratique et immanente à la société.

  • 64 ABENSOUR Miguel, La démocratie contre l’Etat : Marx et le moment machiavélien, suivi de, Démocratie (...)

52Il s’agit donc d’inventer un nouveau rapport entre les institutions municipales et ces institutions non-étatiques, qui renforce l’autogouvernement collectif en général. Le pari communaliste autorise-t-il que « par ce mouvement constant de « faire retour » à la source, un coup d’arrêt [soit] donné au procès de pétrification, […] afin que l’énergie du dêmos maintienne intacte sa qualité de force vive, sa mobilité, sa plasticité et sa fluidité64 » ? Les nouveaux types de relations entre institutions et alter-institutions municipalistes à Barcelone relève-t-elle d'un accroissement de l'autogouvernement collectif ? Ou l’assaut institutionnel a-t-il au contraire dépolitisé et fragilisé les mouvements sociaux ?

L’épée de Damoclès de la cooptation

  • 65 Una Posició - Materials per al combat per una vida comuna, Numéro 1, 2015 p. 22. URL : http://unapo (...)
  • 66 SOUZA Marcelo Lopes DE, « Social movements as ‘critical urban planning’ agents », in City, no 3, vo (...)

53Tout d’abord, le pari municipaliste comporte un risque réel dans sa relation avec le « dehors » : celui de « fragiliser les mouvements sociaux, par l’expropriation des cadres politiques et par un processus de professionnalisation de la sphère sociale65 », comme le signalait dès 2015 une critique libertaire du projet de Barcelone en Commun. Il s’agit du risque d’une « cooptation structurelle » qui est une véritable « épée de Damoclès qui menace tous les mouvements sociaux qui acceptent de prendre part aux processus de participation institutionnalisés66 ». Les alter-institutions sont alors transformées, mais seulement au profit des institutions. Cette démobilisation du « dehors » aurait ainsi tendance à réduire l'autogouvernement collectif plutôt qu'à l'accroître.

  • 67 Pour une analyse critique de la cooptation des mouvements sociaux par les gouvernements locaux de g (...)

54Dès sa genèse, le projet municipaliste de Barcelone en Commun se montre conscient du risque de répéter le contre-exemple historique des premières élections démocratiques de 1979, lorsque l’arrivée au pouvoir local de partis de gauche avait profondément démobilisé les associations de voisins67. Ainsi, Gala Pin affirmait déjà en 2014 :

  • 68 PORRO Alvaro, “Entrevista-diàleg amb Ada Colau i Gala Pin”, Revue Opcions Núm. 46. De proximidad. P (...)

« Le défi n’est pas seulement de savoir comment aborder les institutions pour les modifier de l’intérieur et les ouvrir à la démocratie qui se trouve – nous l’avons toujours dit – dans la rue, sur les réseaux, etc., mais également comment générer un dialogue entre les deux espaces et comment éviter la décapitalisation des mouvements sociaux. Parce qu’il est clair que ça ne sert à rien d’intervenir dans les institutions s’il n’y a pas un contre-pouvoir dans la rue68 ».

  • 69 Voir LANG Marion, « Existe-t-il encore des contre-pouvoirs citoyens à Barcelone ? Conflictualité et (...)
  • 70 Entretien avec l’auteur.

55Malgré ces précautions, il est indéniable que le passage de nombreux militants qualifiés des mouvements sociaux à l’institution a dans un premier temps fragilisé les contre-pouvoirs urbains69. Santi Mas de Xaxàs, porte-parole de la PAH de Barcelone à partir de 2018, reconnaît ainsi qu’après les élections de 2015 « la PAH n’était évidemment plus la même, nous n’avions plus la même visibilité ni la même capacité de mobilisation, même si nous avons continué avec plusieurs campagnes puissantes et que nous sommes toujours une référence70 ».

56Pourtant, il existe une seconde forme de dépolitisation, plus subtile. C’est surtout en redonnant paradoxalement une légitimité nouvelle à la représentation politique que l’expérience municipaliste a provoqué une forme de dépolitisation du « dehors ». Ainsi, le jour de la victoire de Barcelone en Commun le 24 mai 2015 :

  • 71 FORTI Steven, RUSSO SPENA Giacomo et MARTINEZ PARDO Lúcia, Ada Colau, la ciudad en común, Barcelona (...)

« Ils l’attendent sur la place au cri de “Ada, mairesse”. Et de “oui, ils nous représentent”. Les gens ordinaires se sentent représentés, ils participent à la vie politique à nouveau. Ceux qui ont campé sur les places espagnoles, qui ont manifesté contre les politiques d’austérité, ceux qui ont empêché les expulsions qui ont laissé plus d’un demi-million de familles sans toit, maintenant peuvent crier “Oui, ils nous représentent”71. »

  • 72 ESPOSITO Roberto, Catégories de l’impolitique, Paris, Seuil, 2005.

57Le passage du « ils ne nous représentent pas » du 15 mai 2011 au « Oui, ils nous représentent » du 24 mai 2015 marque ainsi une re-légitimation de la logique même de délégation que le municipalisme voulait défaire. Quel besoin en effet de « manifester contre les politiques d’austérité » si les nouveaux représentants proviennent de cette lutte ? D’un mai à l’autre, on transite de la politique conçue comme « anti-représentative », de « l’irreprésentable polis72 », à la politique comme « meilleure représentation », à la « un-peu-mieux-représentée polis ». Ou quand la « représentation-image » vient secourir la « représentation-mandat », pour reprendre les termes de Roberto Esposito.

Un usage contre-hégémonique de l’institution : l’exemple de la SIPHO

  • 73 Sousa santos évoque ainsi un « usage contre-hégémonique du droit ». Voir SANTOS Boaventura de Sousa (...)

58Si le risque de démobiliser le « dehors » en réduisant le conflit social par une meilleure représentation politique est toujours présent, le municipalisme est également porteur d’une conflictualité inédite, située au sein même des institutions. Il ne s’agit pas seulement de renouveler la relation entre institutions et mouvements sociaux, mais plutôt d’utiliser l’institution en tant que contre-institution. Le municipalisme serait ainsi une forme « d’usage contre-hégémonique73 » de l’institution. Au-delà des pratiques non-étatiques au sein de l’institution publique, cet usage contre-hégémonique a pour but d’utiliser le pouvoir municipal directement contre d’autres pouvoirs hégémoniques, qu’ils soient étatiques ou privés.

  • 74 VARO BARRENCO Anaís, « Energía y ciudadanía : (re)construcción de espacios locales de democratizaci (...)
  • 75 MANSILLA LOPEZ José A , « Vecinos en peligro de extinción. Turismo urbano, movimientos sociales y e (...)
  • 76 Voir la valorisation du PEUAT par l’ABTS (Assemblée de Quartiers pour un Tourisme Durable), mouveme (...)

59Ainsi, la mise en place de la compagnie municipale d’énergie Barcelona Energia vise à limiter le pouvoir que détenait jusqu’à présent l’entreprise privée Endesa, tout en renforçant le contrôle citoyen sur les ressources énergétiques74. De même, alors que le modèle extractiviste de tourisme à Barcelone provoque une gentrification synonyme d’expulsion de voisins75, la mairie d’Ada Colau a durant son premier mandat fait cesser l’activité d’environ 5000 appartements touristiques illégaux, et les plateformes en ligne AirBnb et Homeway ont reçu des amendes de 600.000 euros pour leur activité non régulée. La mairie a également approuvé un nouveau règlement, le « Plan Spécial Urbanistique des Appartements Touristiques » (PEUAT) confirmant une mesure mise en place dès 2015 visant la suspension de licences touristiques et interdisant l’installation de nouveaux hôtels dans le centre de la ville76.

60Mais l’exemple le plus paradigmatique de cet usage contre-hégémonique de l’institution est la création par la mairie de Barcelone en Commun de l’unité anti-expulsion SIPHO (Service d’Intervention en Situation de Perte de Logement et de Squat). Ce nouveau service municipal est composé par d’anciennes militantes de la PAH ne faisant pas partie de Barcelone en Commun et par des travailleuses sociales. Alors que l’arrêt des expulsions immobilières, porté par la PAH, est une des revendications les plus emblématiques de la candidature municipaliste, la SIPHO vise à accompagner les familles menacées d’expulsion, en leur offrant une assistance juridique et en négociant avec les propriétaires.

61L’exemple de la SIPHO est particulièrement intéressant, car il ne s’agit pas seulement de « collaborer » avec la PAH, mais plutôt de créer une structure anti-expulsion à l’intérieur même de l’institution. Ainsi, Susana Ordoñez, membre de la SIPHO et ancienne militante de la PAH elle-même affectée par une expulsion immobilière, explique que :

  • 77 Entretien avec Susana Ordoñez. Source de l’auteur.

« À la PAH, tu sais qu’il y a beaucoup d’expulsions, mais seulement un pourcentage infime des cas arrive à la PAH. Pour pouvoir intervenir vraiment, il faut avoir l’information. Lorsque j’entre ici, dans l’institution, je me rends compte qu’il y a plus de 20 expulsions par semaine, rien qu’à Ciutat Vella [arrondissement du centre de Barcelone]. Et dans tout Barcelone, il y a entre 70 et 80 expulsions par semaine ! Alors quand je me suis rendu compte de ça, je me suis dit qu’il fallait que l’administration travaille là-dessus […] Et même si la coordination avec les mouvements est indispensable, le travail de la SIPHO ne peut se faire que depuis l’administration77. »

62« Squatter » le pouvoir municipal permet ainsi d’avoir un accès privilégié à certaines informations publiques dont les mouvements sociaux ne disposent pas. Le municipalisme utilise alors ces informations dans le but de garantir le droit au logement des personnes menacées d’expulsion, au risque de se confronter aux autorités judiciaires. Si les administrations précédentes étaient du côté de la propriété (hégémonie), la SIPHO se place du côté des familles, comme l’explique Susana Ordoñez :

  • 78 Ibid.

« [Lors d’une expulsion], la propriété est sur-représentée devant la porte. Il y a le serrurier, l’avocat, le procureur, parfois les propriétaires eux-mêmes, les policiers, la commission judiciaire. Et la famille est seule… Les services sociaux n’accompagnent jamais la famille. Ils sont seuls ! Si nous n’étions pas là, ils ne seraient accompagnés par personne78. »

63De 2015 à 2019, la SIPHO a pu empêcher plusieurs milliers d’expulsions, et a également accompagné plusieurs milliers de familles. En s’inspirant des mouvements sociaux, le municipalisme a ainsi su créer de véritables contre-institutions au sein même de l’institution publique, en promouvant le droit au logement des plus vulnérables.

Synergies publico-communes : mettre la municipalité au service des alter-institutions

  • 79 DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun… op. cit, p. 272.

64Mais la présence des municipalistes au gouvernement permet avant tout que l’institution ne soit plus un frein à la « praxis instituante » des mouvements sociaux, aux propositions législatives qui émergent de la société elle-même. L’institution est alors mise au service de l’alter-institution et donc de l’autogouvernement. L’activité instituante des mouvements sociaux et la « co-création de normes juridiques non-étatiques79 » font ainsi émerger de nouvelles synergies publico-communes, fondées sur une réarticulation entre le politique et le social.

  • 80 Les informations sur cette campagne proviennent d’une enquête de terrain de plusieurs mois d’observ (...)

65À Barcelone, cette voie a été ouverte par la co-création avec les mouvements sociaux de normes juridiques municipales visant à garantir le droit au logement et le droit à la ville. En 2018, la PAH lance, avec d’autres collectif et mouvements sociaux de la ville, une nouvelle campagne : la « campagne du 30 % »80. Cette motion présentée à la mairie de Barcelone vise à destiner 30 % de toutes les nouvelles constructions de logement et de toutes les réhabilitations intégrales à des logements sociaux. Il ne s’agit pas simplement d’influencer les politiques publiques, mais bien de contrôler depuis les mouvements sociaux les formes démocratiques de prise de décision. Ainsi, après une première réunion le 17 novembre 2017 entre les différentes organisations à l’origine de la motion, ces dernières décident de présenter publiquement leur motion à la presse et aux groupes municipaux le 13 février 2018. Ce jour-là, la scénographie habituelle de la « démocratie participative » est donc inversée : ce sont les partis politiques qui sont « invités » dans le local de la PAH, où les personnes sur le point d’être expulsées se réunissent habituellement. Les mesures proposées, qui ont ainsi été élaborées au sein des mouvements sociaux, au cours d’assemblées horizontales, seront finalement directement négociées par ces mouvements avec chacun des groupes municipaux. Barcelone en Commun, de son côté, met en place des commissions juridiques justifiant la viabilité de la mesure et soutient le projet. En décembre 2018, cette mesure visant à augmenter le parc public de logement social a été définitivement adoptée par le conseil municipal.

  • 81 HAMOU David, « Habitar la ciudad en común : movimientos sociales y luchas por el derecho a la vivie (...)

66Si cette mesure de droit à la ville avait été portée directement par Barcelone en Commun, il ne fait nul doute que les autres partis politiques s’y seraient opposés. Ainsi, seuls les mouvements sociaux peuvent surmonter l’inertie institutionnelle. Mais la campagne du 30 % démontre que surmonter cette inertie ne consiste pas uniquement à changer le rapport de force au sein des institutions municipales. Il est avant tout question de démocratiser la prise de décision à l’échelle de la municipalité dans son ensemble, et donc de « communaliser » la ville. En effet, les citoyens précaires autoorganisés au sein de mouvements sociaux sont les premiers concernés par l’existence d’un parc de logement social, et certains membres de la PAH ayant participé activement à la campagne du 30 % étaient eux-mêmes sur la liste d’attente pour obtenir un logement social. Ce sont donc les futurs usagers de ces logements, les personnes affectées par la crise du logement, qui prennent la décision sur l’usage de ces équipements, et non pas les partis politiques représentés à la mairie ou les promoteurs immobiliers qui construiront les logements. La destination sociale des logements est ainsi liée à la prise de décision commune. Contre la logique propriétaire et contre la logique représentative, l'usage commun du droit promeut une réelle « dispersion » des ressources urbaines, mais également du pouvoir de décision sur ces ressources81.

  • 82 MICCIARELLI Giuseppe, Commoning : beni comuni urbani come nuove istituzioni  : materiali per una te (...)
  • 83 Voir JUAN Maïté. « Écologie des savoirs et créativité citoyenne : la co-construction des politiques (...)
  • 84 MIRO Ivan, “Can Batlló i la ciutat possible", Ara [En ligne] [29/01/2019, consulté le 06/06/2019]. (...)

67La gestion communautaire d’équipements et de services publics s’insère également dans la création d’une « sphère publique non-étatique ». Le municipalisme mis en place en 2015 à Barcelone a ainsi été l’occasion de promouvoir les communs urbains. En mars 2019, la mairie de Barcelone adoptait une cession d’usage de cinquante ans au centre social autogéré Can Batllo. Cet espace communautaire, squatté en 2011 pour répondre aux besoins d’équipements du quartier de la Bordeta, devenait ainsi un véritable commun urbain, reconnu par une nouvelle figure juridique, le « patrimoine citoyen » (patrimoni ciutada). Cette nouvelle réglementation municipale, inspiré des expériences italiennes en matière de communs urbains82, a été élaborée en collaboration avec différents espaces autogérés de la ville, et représente une innovation juridique inédite visant à permettre la gestion communautaire d’espaces et de services publics83. Au-delà de l'autogestion d’un espace concret, cette cession représente un véritable processus de « démocratisation politique de la ville ». Ivan Miró, coopérativiste du quartier, évoque ainsi ce nouveau règlement municipal « qui permet que le patrimoine public puisse être géré par les communautés locales pour le bénéfice collectif. Il [le règlement] normativise la “gestion communautaire de ce qui est public”, et reconnaît que le “public” n’est pas uniquement “étatique”, sinon “commun”. Municipal, mais également communautaire. […] Il permet une autre conception de la politique publique, à partir de la “concertation public-communautaire”84 ». C’est ainsi la dissociation concrète du public et de l’étatique dans la gestion des espaces urbains et des services communautaires qui permet de promouvoir une nouvelle politique de démocratisation radicale de la municipalité, de « communalisation » de la ville.

  • 85 APARICIO WILHELMI Marco, MÉNDEZ DE ANDÉS ALDAMA Ana et HAMOU David, Códigos comunes urbanos : herra (...)
  • 86 Ibid.

68Ces deux exemples démontrent qu’il est possible de transformer les règles du gouvernement urbain, vers un « devenir-commun du public85 » au-delà de la sphère politique professionnelle. Il ne s’agit pas uniquement d’autogérer des espaces communautaires isolés, mais plutôt d’accroître le contrôle démocratique des services publics et des infrastructures urbaines par l’ensemble des usagers de la ville : espaces publics, centres sociaux, mais également logements, services d’eau ou d’énergie. Les « codes communs urbains » - comme la motion du 30 % de la PAH ou le Patrimoni Ciutadà de Can Batlló-, sont alors des outils juridiques permettant de promouvoir la production et la reproduction des communs urbains, mais qui permettent également de communaliser la municipalité et ses lois86.

Conclusion

69Si le municipalisme a suscité autant d'espoirs – et parfois de déceptions –, c'est bien parce qu'il cristallise une aspiration de démocratie réelle, une volonté de contrôle démocratique des citoyens sur les affaires publiques. Lors des élections de mai 2019, les plateformes municipalistes ont perdu de très nombreuses mairies en Espagne. S'agit-il de la fin du cycle contestataire ouvert en 2011 avec l'occupation des places ? Ou bien le début d'une nouvelle étape, d'un nouveau municipalisme affranchi de la question électorale ? En effet, si le municipalisme s'est consolidé par l'occupation des institutions, il serait restrictif de le définir uniquement comme une pratique gouvernementale. Selon notre analyse, le municipalisme serait plutôt une tentative de disperser et de transformer la structure même du pouvoir, en échappant ainsi à l’alternative entre prendre le pouvoir et l’ignorer.

70À Barcelone, le municipalisme n'a pas coïncidé avec la création d'institutions politiques entièrement neuves, à la différence du « communalisme » d'inspiration bookchinienne mis en place au Rojava ou à l’expérience du Chiapas. L'objectif était plutôt la « subversion » des administrations publiques existantes et leur destruction depuis l'intérieur. Si cette transformation est fortement limitée par la structure inerte et hiérarchique de l'institution publique, le municipalisme a pourtant inventé des contre-usages de l’institution municipale et a parfois réussi à la mettre au service des contre-pouvoirs et des institutions populaires, particulièrement des mouvements sociaux.

71Si la distinction entre municipalisme et communalisme est heuristique pour analyser des projets politiques qui restent radicalement distincts, cette opposition peut donc également reconduire des dichotomies qui doivent au contraire être dépassées, comme par exemple celle entre mouvements et institutions. Il nous semble ainsi réducteur d’opposer frontalement un municipalisme réformiste et participatif à un communalisme révolutionnaire, au risque d’idéaliser voire d’orientaliser ce dernier. Les tensions entre logique participative et logique d’autogouvernement existent bien, mais elles sont dans le cas de Barcelone interne au municipalisme. L'horizon du municipalisme, au-delà de la transformation de la culture administrative qu'il incarne, consiste alors à potentialiser ce mouvement d'autogouvernement collectif, à la fois dans et hors des institutions publiques.

Haut de page

Bibliographie

Abensour Miguel, La démocratie contre l’Etat : Marx et le moment machiavélien, suivi de, Démocratie sauvage et principe d’anarchie, Paris, Félin, 2004.

Aparicio Wilhelmi Marco, Méndez de Andés Aldama Ana et Hamou David, Códigos comunes urbanos : herramientas para el devenir-común de las ciudades, Barcelone, Icaria Editorial, 2020.

Aristote, Les politiques, Paris, Flammarion, 1990.

Assemblée de Quartiers pour un Tourisme Durable (ABTS), Valoració del PEUAT, https://assembleabarris.wordpress.com/2017/05/17/comunicat-de-premsa-abts-valoracio-del-peuat/ , 17 mai 2017, consulté le 6 juin 2018.

Barcelona en Comú, Manifeste de Guanyem Barcelona, https://barcelonaencomu.cat/es/manifiesto-guanyem-barcelona, consulté le 6 juin 2016.

Baron Nacima, Fernández García Alicia et Petithomme Mathieu (éd.), Les « mairies du changement » en Espagne, Pôle Sud 2019/2 (n° 51), ARPoS, 2019.

Baschet Jérôme, Adieux au capitalisme  : autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, Paris, La Découverte, 2016.

Baschet Jérôme, « Autonomie, indianité et anticapitalisme : l’expérience zapatiste », in Actuel Marx, no 2, vol. 56, 2014, p. 23.

Beaud Olivier, La Puissance de l’État, Paris, Presses universitaires de France, 1994.

Biehl Janet et Bookchin Murray, Las políticas de la ecología social : municipalismo libertario, Barcelona, Virus, 2018.

Blanca Rodrigo et Ganuza Ernesto, « Les labyrinthes du pouvoir : les mairies du changement face aux administrations », in Mouvements, traduit par Irène Jami, no 2, vol. 94, 2018, p. 36‑44.

Blanco Ismael, Goma Carmona Ricard et Subirats Joan, « El nuevo municipalismo : derecho a la ciudad y comunes urbanos », in GAPP Gestión y Análisis de Políticas Públicas, no 20, 2018, p. 14‑28.

Bookchin Murray, Urbanization without cities : the rise and decline of citizenship, Montréal, Black Rose Books, 2017.

Bookchin Murray, The third revolution : popular movements in the revolutionary era, New York ; London, Continuum, 2005.

Bookchin Murray et Bookchin Debbie, The next revolution : popular assemblies and the promise of direct democracy, London New York, Verso, 2015, 198 p.

Caballero Fátima, « Las quinielas de “Carmena 2019” : de la seguridad de Rita Maestre a la duda del exJemad », in ElDiario.es [en ligne] [15/09/2018, consulté le 28/02/2020] . URL  : https://www.eldiario.es/madrid/Carmena-alcaldesa-proximas-elecciones-Madrid_0_814368992.html.

Castoriadis Cornelius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

Ciudades sin miedo, Guía del movimiento municipalista global, Barcelona, Icaria, 2018.

Cortina-Oriol Mercè, Ibarra Pedro, Martí Salvador et Sribman Ariel (éd.), Nuevos Movimientos Sociales : de la calle a los ayuntamientos, Barcelona, Icària, 2018.

Cossart Paula, « Le communalisme comme «  utopie réelle  » », in Participations, no 3, vol. 19, 2017, p. 245‑268.

Cossart Paula, Gourgues Guillaume, Juven Pierre-André et Talpin Julien (éd.), Vive les communes  ! Des ronds-points au municipalisme, Mouvements 2020/1 (n° 101), La Découverte, 2020.

Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas : comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016.

Dardot Pierre et Laval Christian, Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014.

Durand Folco Jonathan, « Le municipalisme contre l’État », in Nouveaux Cahiers du socialisme, no 17, 2017, p. 109‑118.

EFE, eldiario.es, « Un concejal de Carmena critica la “Monarquía Municipalista de Madrid” y el “cesarismo” de la alcaldesa », in ElDiario.es [en ligne] [09/09/2018, consulté le 06/06/2019] URL  : https://www.eldiario.es/politica/Carmena-critica-Monarquia-Municipalista-Madrid_0_812619012.html.

Esposito Roberto, Catégories de l’impolitique, Paris, Seuil, 2005.

Fernandez Savater Amador, « No hay fracaso si hay balance : poder y potencia en el ciclo 15M-Podemos », in Eldiario.es. [en ligne] [28/06/2019, consulté le 06/06/2018] URL  : https://www.eldiario.es/interferencias/balance-ciclo_15M_6_914868519.html.

Fernandez Savater Amador, « Notas para una política no estadocéntrica », in Eldiario.es. [en ligne] [11/04/2014, consulté le 06/06/2018] URL  : https://www.eldiario.es/interferencias/Notas-politica-estadocentrica_6_248535164.html.

Forti Steven, Russo Spena Giacomo et Martínez Pardo Lúcia, Ada Colau, la ciudad en común, Barcelona, Icaria, 2019.

França João, Mir Garcia Jordi, Macías Carlos et Veciana Paula, « Fundamentos de la Plataforma de Afectados por la Hipoteca : activismo, asesoramiento colectivo y desobediencia civil no violenta », in Educación social : revista de intervención socioeducativa, vol. 55, p. 52‑61.

García-Lamarca Melissa, « Creating political subjects : collective knowledge and action to enact housing rights in Spain », in Community Development Journal, no 3, vol. 52, juillet 2017, p. 421‑435.

Gaudillière Jean-Paul, Jami Irène, Nez Héloïse et Ramos Alfredo (éd.), Une alternative  ? Podemos, mouvements sociaux et renouveau politique en Espagne, Mouvements 2018/2 (n° 94), La Découverte, 2018.

Hamou David, « Habitar la ciudad en común : movimientos sociales y luchas por el derecho a la vivienda » in Códigos comunes urbanos : herramientas para el devenir-común de las ciudades, Marco Aparicio Wilhelmi, Ana Méndez de Andés Aldama et David Hamou (éd.), Barcelone, Icaria Editorial, 2020.

Hamou David, « Commoning the city  : social movements and the legal struggle for the right to housing in Barcelona », Lima, IASC Biennial Conference 2019 «  In Defense of the Commons : Challenges, Innovation, and Action  » , July 1-5, 2019.

Hobbes Thomas, Oeuvres philosophiques et politiques 1 1, Neuchâtel, Société Typographique, 1787.

Ismard Paulin, La démocratie contre les experts : les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Éditions du Seuil, 2015.

Juan Maïté, « Écologie des savoirs et créativité citoyenne : la co-construction des politiques de gestion communautaire entre associations et pouvoirs publics à Barcelone », in Connexions, no 1, vol. 111, 2019, p. 119‑135.

Lamant Ludovic, Squatter le pouvoir  : les mairies rebelles d’Espagne, Montréal, Lux Editeur, 2016.

Lang Marion, « Existe-t-il encore des contre-pouvoirs citoyens à Barcelone ? Conflictualité et contradictions d’une association de quartier », in Mouvements, no 2, vol. 94, 2018, p. 24‑35.

Lefebvre Henri, La proclamation de la Commune  : 26 mars 1871, Paris, la Fabrique, 2018.

___, Le Droit à la ville 1, Paris, Anthropos, 1973.

Lefort Claude., Eléments d’une critique de la bureaucratie, Paris, Gallimard, 1979.

Lefrançais Gustave et Bensaïd Daniel, Souvenirs d’un révolutionnaire de juin 1848 à la Commune, Paris, La Fabrique, 2013.

Leiva Enrique, Miró Ivan et Urbano Xavier, De la protesta al contrapoder : nous protagonismes socials en la Barcelona metropolitana, Barcelona, Virus, 2007.

London Edinburgh Weekend Return Group, In and against the state., London, Pluto, 1980.

Manifeste, Per una radicalització democràtica més enllà del 25-N, https://mesenlladel25n.wordpress.com/, consulté le 6 juin 2016.

Mansilla López José A, « Vecinos en peligro de extinción. Turismo urbano, movimientos sociales y exclusión socioespacial en Barcelona », in Pasos Pasos. Revista de Turismo y Patrimonio Cultural, no 2, vol. 16, 2018, p. 279‑296.

Micciarelli Giuseppe, Commoning : beni comuni urbani come nuove istituzioni  : materiali per una teoria dell’autorganizzazione, Napoli, Editoriale scientifica, 2018.

Mir García Jordi, Movimientos sociales, construyendo democracia : 5 años de 15M, Barcelona, El Viejo Topo, 2016.

Miró Ivan, Can Batlló i la ciutat possible, https://www.ara.cat/opinio/ivan-miro-can-batllo-ciutat-possible_0_2170583125.html , 29 janvier 2019, consulté le 6 juin 2019.

Nez Héloïse, « Le nouveau municipalisme en Espagne : changer le pouvoir depuis l’échelle locale ? », in Mouvements, no 2, vol. 94, 2018, p. 55.

Nez Héloïse, « Délibérer au sein d’un mouvement social Ethnographie des assemblées des Indignés à Madrid », in Participations, no 3, vol. 4, 2012, p. 79‑102.

Observatorio Metropolitano, La apuesta municipalista : la democracia empieza por lo cercano, Madrid, Traficantes de Sueños, 2014.

Petithomme Mathieu, in Contester en Espagne. Crise démocratique et mouvements sociaux., Alicia Fernandez Garcia et Mathieu Petithomme (éd.), Paris, Demopolis Editions, 2016.

Pi y Margall Francisco, Las nacionalidades, Madrid, Centro de Estiudos Constitucionales, 1986.

Pi y Margall Francisco, Jutglar Antoni et Jutglar Antoni, La reacción y la revolución : estudios politicos y sociales, Barcelona, Anthropos, 1982.

Pin Gala, 5 años de 15Ms, http://ctxt.es/es/20160511/Firmas/6044/15M-instituciones.htm , 16 avril 2016, consulté le 26 janvier 2021.

Porro Alvaro, « Entrevista-diàleg amb Ada Colau i Gala Pin », in Revue Opcions Núm. 46. De proximidad. Primavera 2014.

Rancière Jacques, En quel temps vivons-nous  ? : conversation avec Eric Hazan, Paris, La Fabrique, 2017.

Romanos Eduardo, « Les Indignés et la démocratie des mouvements sociaux », in La Vie des idées, 18 novembre 2011.

Roth Laura, Monterde Arnau et Calleja-López Antonio (éd.), Ciudades democráticas : la revuelta municipalista en el ciclo post-15M, Barcelona, Icaria, 2019.

Russell Bertie, « Beyond the Local Trap : New Municipalism and the Rise of the Fearless Cities », in Antipode, no 3, vol. 51, juin 2019, p. 989‑1010.

Santos Boaventura de Sousa, Derecho y emancipación, Quito, Corte Constitucional para el Periodo de Transición, 2012.

Sartre Jean-Paul, Critique de la raison dialectique., Paris, Gallimard, 1960.

Sauvêtre Pierre, « Le nouveau paradigme politique du commun à Barcelone et en Catalogne  : un municipalisme des communs » in Vers une république des biens communs  ?, Alix Nicole, Coriat Benjamin et Sultan Frédéric (dir.), Paris, Les liens qui libèrent, 2018, p. 185‑194.

Sauvêtre Pierre, « Les politiques du commun dans l’Europe du Sud (Grèce, Italie, Espagne). Pratiques citoyennes et restructuration du champ politique », in Actuel Marx, no 1, vol. 59, 2016, p. 123‑138.

Souza Marcelo Lopes de, « Social movements as “critical urban planning” agents », in City, no 3, vol. 10, 2006, p. 327‑342.

Subirats Joan, El poder de lo próximo : las virtudes del municipalismo, Madrid, Catarata, 2016.

Subirats Joan, Otra sociedad, ¿otra política ? : de « no nos representan » a la democracia común, Barcelona, Icària, 2011.

Taibo Carlos, « The Spanish “indignados”  : A movement with two souls », in European Urban and Regional Studies, no 1, vol. 20, janvier 2013, p. 155‑158.

Thompson Matthew, « What’s so new about New Municipalism ? », in Progress in Human Geography, 9 mars 2020, p. 1‑26.

Una Posició Materials per al combat per una vida comuna, « L’aposta electoralista : la celebració de la impotència », in , vol. 1, 2015.

Urales Federico, Los Municipios libres : ante las puertas de la anarquía, Barcelona, La Revista Blanca, 1933.

Varo Barrenco Anaís, « Energía y ciudadanía : (re)construcción de espacios locales de democratización », in Reij Revista Especializada en Investigación Jurídica, no 5, 2019, p. 63‑87.

Weber Max, Economie et société, Paris, Pocket, 1995.

Zibechi Raul, Dispersar el poder. Los movimientos como poderes antiestatales, Buenos Aires, Tinta Limon, 2006.

Haut de page

Notes

1 BASCHET Jérôme, Adieux au capitalisme  : autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, Paris, La Découverte, 2016.

2 COSSART Paula, « Le commaunalisme comme “utopie réelle” », in Participations, no 3, vol. 19, 2017, p. 245‑268.

3 ZIBECHI Raul, Dispersar el poder. Los movimientos como poderes antiestatales, Buenos Aires, Tinta Limon, 2006.

4 LEFEBVRE Henri, La proclamation de la Commune  : 26 mars 1871, Paris, la Fabrique, 2018, p. 139.

5 BOOKCHIN Murray, The next revolution: popular assemblies and the promise of direct democracy, London New York, Verso, 2015. Voir également BOOKCHIN, Murray, Urbanization Without Cities: The Rise and Decline of Citizenship. Montréal, Black Rose Books, 2017.

6 SUBIRATS Joan, El poder de lo próximo : las virtudes del municipalismo, Madrid, Catarata, 2016.

7 OBSERVATORIO METROPOLITANO, La apuesta municipalista : la democracia empieza por lo cercano, Traficantes de Sueños, Madrid, 2014.

8 PI Y MARGALL Francisco, Las nacionalidades, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1986. Voir également PI Y MARGALL Francisco, La reacción y la revolución, Anthropos, Barcelona, 1982.

9 URALES Federico, Los Municipios libres : ante las puertas de la anarquía, Barcelona, La Revista Blanca, 1933.

10 BOOKCHIN Murray, The third revolution: popular movements in the revolutionary era, New York; London, Continuum, 2005.

11 Comme le rappelle l’anthropologue et activiste éco-féministe Yayo Herrero dans son prologue à l’édition espagnole de l’ouvrage The Politics of Social Ecology. Libertarian Municipalism de Janet Biehl : Biehl Janet et Bookchin Murray, Las políticas de la ecología social : municipalismo libertario, Barcelona, Virus, 2018.

12 CORTINA-ORIOL Mercè, IBARRA Pedro, MARTÍ Salvador et SRIBMAN Ariel (éd), Nuevos Movimientos Sociales : de la calle a los ayuntamientos, Barcelona., Icària Editorial, 2018.

13 Sur le mouvement du 15M, voir par exemple TAIBO Carlos, « The Spanish indignados  : A movement with two souls », in European Urban and Regional Studies, no 1, vol. 20, janvier 2013, p. 155-158 ou MIR GARCÍA Jordi, Movimientos sociales, construyendo democracia : 5 años de 15M, Barcelona, El Viejo Topo, 2016. En français, voir ROMANOS Eduardo, « Les Indignés et la démocratie des mouvements sociaux », in La Vie des idées, 18 novembre 2011 ; ou encore NEZ Héloïse, « Délibérer au sein d’un mouvement social Ethnographie des assemblées des Indignés à Madrid », in Participations, no 3, vol. 4, 2012, p. 79-102.

14 FERNANDEZ SAVATER Amador, « Notas para una política no estadocéntrica », ElDiario.es. [en ligne] [11/04/2014, consulté le 06/06/2018] URL : https://www.eldiario.es/interferencias/Notas-politica-estadocentrica_6_248535164.html

15 Sur la PAH, consulter FRANÇA João, MIR GARCIA Jordi, MACÍAS Carlos et VECIANA Paula, « Fundamentos de la Plataforma de Afectados por la Hipoteca : activismo, asesoramiento colectivo y desobediencia civil no violenta », in Educación social : revista de intervención socioeducativa, vol. 55, p. 52 61 ; GARCÍA-LAMARCA Melissa, « Creating political subjects : collective knowledge and action to enact housing rights in Spain », in Community Development Journal, no 3, vol. 52, juillet 2017, p. 421 435 ; ou PETITHOMME Mathieu, « Le droit au logement et la lutte contre les expulsions  : la Plataforma de Afectados por la Hipoteca » in Contester en Espagne, Crise démocratique et mouvements sociaux, Paris, Demopolis Editions, 2016.

16 HAMOU David, « Commoning the city: social movements and the legal struggle for the right to housing in Barcelona », IASC Biennial Conference 2019, Lima « In Defense of the Commons: Challenges, Innovation, and Action » , July 1-5, 2019.

17 ROTH Laura, MONTERDE Arnau et CALLEJA-LÓPEZ Antonio (éd.), Ciudades democráticas : la revuelta municipalista en el ciclo post-15M, Primera edición., Barcelona, Icaria, 2019, p. 62.

18 Manifeste, Per una radicalització democràtica més enllà del 25-N, https://mesenlladel25n.wordpress.com/, consulté le 06/06/2016.

19 BARCELONA EN COMU, Manifeste de Guanyem Barcelona. URL: https://barcelonaencomu.cat/es/manifiesto-guanyem-barcelona. Consulté le 06/06/2016.

20 CIUDADES SIN MIEDO. Guía del movimiento municipalista global, Icaria, 2018, p. 80.

21 De nombreux travaux récents analysent l’avènement de ces « Mairies du changement » en Espagne. Pour des numéros spéciaux en partie ou totalement consacrés à ce thème, voir en particulier le numéro 51 de la revue Pôle Sud (Les « mairies du changement » en Espagne), et les numéros 94 (Une alternative  ? Podemos, mouvements sociaux et renouveau politique en Espagne, Mouvements 2018/2) et 101 (Vive les communes  ! Des ronds-points au municipalisme, Mouvements 2020/1) de la revue Mouvements. Le concept de « nouveau municipalisme » fait également l’objet d’analyses en anglais, dont certaines traitent du cas de Barcelone. Voir THOMPSON Matthew, « What’s so new about New Municipalism? », in Progress in Human Geography, 9 mars 2020, p. 1 26 ou encore RUSSELL Bertie, « Beyond the Local Trap: New Municipalism and the Rise of the Fearless Cities », in Antipode, no 3, vol. 51, juin 2019, p. 989 1010.

22 SUBIRATS Joan, El poder de lo próximo : las virtudes del municipalismo, op. cit. A partir du second mandat d’Ada Colau en 2019, Joan Subirats devient adjoint à la mairie de Barcelone en charge de la culture.

23 SUBIRATS Joan, Otra sociedad, ¿otra política ? : de « no nos representan » a la democracia común, Barcelona, Icària, 2011.

24 SAUVETRE Pierre, « Le nouveau paradigme politique du commun à Barcelone et en Catalogne : un municipalisme des communs », in ALIX Nicole, BANCEL Jean-Louis, CORIAT Benjamin et SULTAN Frédéric, Vers une république des biens communs  ?, Paris, Les liens qui libèrent, 2018.

25 Ibid, p. 186.

26 BASCHET Jérôme, « Autonomie, indianité et anticapitalisme  : l’expérience zapatiste », in Actuel Marx, no 2, vol. 56, 2014, p. 31. Voir également sa contribution dans ce numéro.

27 SAUVETRE Pierre, « Les politiques du commun dans l’Europe du Sud (Grèce, Italie, Espagne). Pratiques citoyennes et restructuration du champ politique », in Actuel Marx, no 1, vol. 59, 2016, p. 126. Voir également DURAND FOLCO Jonathan, « Le municipalisme contre l’État », in Nouveaux Cahiers du socialisme, no 17, 2017, p. 109 118.

28 Ibid., p. 139.

29 ABENSOUR Miguel, La démocratie contre l’Etat : Marx et le moment machiavélien, suivi de, Démocratie sauvage et principe d’anarchie, Paris, Félin, 2004, p. 9.

30 CIUDADES SIN MIEDO. Guia del movimiento municipalista global, op. cit.

31 LONDON EDINBURGH WEEKEND RETURN GROUP, In and against the state., London, Pluto, 1980. Cité par MENDEZ DE ANDES ALDAMA Ana “Políticas públicas municipalistas y acción de gobierno en las ciudades del cambio”, in ROTH Laura, MONTERDE Arnau et CALLEJA-LÓPEZ Antonio (éd.), Ciudades democráticas : la revuelta municipalista en el ciclo post-15M, op. cit., p. 114

32 COLAU Ada, Contexto y acción, N.98, 4 de enero de 2017. Cité par Cortina-Oriol Mercè, Ibarra Pedro, Martí Salvador et Sribman Ariel (éd.), Nuevos Movimientos Sociales : de la calle a los ayuntamientos, op. cit.

33 HOBBES Thomas, De Cive, XII, §1, in Œuvres philosophiques et politiques 1, Neuchâtel, Société Typographique, 1787, p. 269.

34 Cité dans LAMANT Ludovic, Squatter le pouvoir  : les mairies rebelles d’Espagne, Montréal, Lux Editeur, 2016, p. 117.

35 DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014, p. 406.

36 SARTRE, Critique de la Raison Dialectique, Gallimard, Paris, 1960, p. 687. Cité par DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun, op. cit.,p. 411

37 CASTORIADIS Cornelius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

38 DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun…, op. cit., p. 445.

39 OBSERVATORIO METROPOLITANO, La apuesta…, op. cit., p. 8.

40 LAMANT Ludovic, Squatter…, op. cit.

41 NEZ Héloïse, « Le nouveau municipalisme en Espagne : changer le pouvoir depuis l’échelle locale ? », in Mouvements, no 2, vol. 94, 2018, p. 63.

42 SAUVETRE, Pierre, "Le nouveau paradigme politique du commun à Barcelone et en Catalogne : un municipalisme des communs", in ALIX Nicole, CORIAT Benjamin et SULTAN Frédéric (dir.), Vers une république des biens communs  ?, op. cit., p. 191.

43 BEAUD Olivier, La Puissance de l’État, Paris, Presses universitaires de France, 1994, p. 16.

44 Ibid., p. 158.

45 Entretien avec Vanesa Valiño. Source de l’auteur.

46 BLANCO Ismael, GOMÀ CARMONA Ricard et SUBIRATS Joan, « El nuevo municipalismo : derecho a la ciudad y comunes urbanos », in Gestión y Análisis de Políticas Públicas, no 20, 2 novembre 2018.

47 Voir ISMARD Paulin, La démocratie contre les experts : Les esclaves publics en Grèce ancienne. Paris, Éditions du Seuil, 2015. Selon Paulin Ismard, le statut d’esclave et l’invisibilité des fonctionnaires de la démocratie athénienne étaient des moyens de conjurer l’apparition de la souveraineté étatique, en tant que pouvoir séparé de sa source sociale.

48 BLANCA Rodrigo et GANUZA Ernesto, « Les labyrinthes du pouvoir : les mairies du changement face aux administrations », in Mouvements, traduit par Irène Jami, no 2, vol. 94, 2018, p. 36-44.

49 Entretien avec Laia Forné, du département de participation de la mairie. Source de l’auteur.

50 LEFORT Claude, Eléments d’une critique de la bureaucratie, Paris, Gallimard, 1979, p. 296-297.

51 WEBER Max, Economie et société, Paris, Pocket, 1995, p. 300.

52 RANCIERE Jacques, En quel temps vivons-nous ?. Conversation avec Eric Hazan. Paris, La Fabrique, 2017.

53 Entretien avec Vanesa Valiño. Source de l’auteur.

54 Ville côtière qui fait partie de l’aire métropolitaine de Barcelone, où la plateforme municipaliste Guanyem Badalona a obtenu le gouvernement en 2015.

55 VILAREGUT Ricard, “El dentro y el fuera. Apuntes de dos años de gestión institucional” in Cortina-Oriol Mercè, Ibarra Pedro, Martí Salvador et Sribman Ariel (éd.), Nuevos Movimientos Sociales : de la calle a los ayuntamientos, op. cit. p. 137.

56 Cité par NEZ Héloïse, « Le nouveau municipalisme en Espagne  : changer le pouvoir depuis l’échelle locale  ? », Art. cit., p. 55.

57 CABALLERO Fátima, « Las quinielas de “Carmena 2019” : de la seguridad de Rita Maestre a la duda del exJemad », in ElDiario.es [en ligne] [15/09/2018, consulté le 28/02/2020]. URL : https://www.eldiario.es/madrid/Carmena-alcaldesa-proximas-elecciones-Madrid_0_814368992.html.

58 « Parmi les constitutions donnant le pouvoir à un nombre de gens petit mais supérieur à un, nous en appelons une l'aristocratie soit parce que les meilleurs y ont le pouvoir, soit parce qu'on y gouverne pour le plus grand bien de la cité et de ceux qui en sont membres », ARISTOTE, Politiques, Livre III, chap. 7, Paris, Flammarion, 1990, p. 229.

59 EFE, eldiario.es, « Un concejal de Carmena critica la “Monarquía Municipalista de Madrid” y el “cesarismo” de la alcaldesa », in ElDiario.es [en ligne] [09/09/2018, consulté le 06/06/2019] URL  : https://www.eldiario.es/politica/Carmena-critica-Monarquia-Municipalista-Madrid_0_812619012.html.

60 PIN Gala, « 5 años de 15Ms », http://ctxt.es/es/20160511/Firmas/6044/15M-instituciones.html, 16 avril 2016, consulté le 26 janvier 2020. Un fork désigne en informatique le développement d’un nouveau logiciel à partir d’un logiciel source en code libre. Les « marées » sont en Espagne les mobilisations d’ampleur en faveur des services publics.

61 FERNANDEZ SAVATER Amador, « No hay fracaso si hay balance : poder y potencia en el ciclo 15M-Podemos », in Eldiario.es. [en ligne] [28/06/2019, consulté le 06/06/2018] URL  : https://www.eldiario.es/interferencias/balance-ciclo_15M_6_914868519.html.

62 LEFRANCAIS, Gustave, Souvenirs d'un révolutionnaire de juin 1848 à la Commune. Paris, La Fabrique , 2013, p. 389. Gustave Lefrançais représente le courant proprement communaliste de la Commune, opposé aux jacobins et aux blanquistes.

63 DARDOT Pierre, et LAVAL Christian, Ce cauchemar qui n'en finit pas : comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La découverte, 2016, p. 258

64 ABENSOUR Miguel, La démocratie contre l’Etat : Marx et le moment machiavélien, suivi de, Démocratie sauvage et principe d’anarchie, op. cit, p. 105.

65 Una Posició - Materials per al combat per una vida comuna, Numéro 1, 2015 p. 22. URL : http://unaposicio.org/index.html

66 SOUZA Marcelo Lopes DE, « Social movements as ‘critical urban planning’ agents », in City, no 3, vol. 10, décembre 2006, p. 334-335.

67 Pour une analyse critique de la cooptation des mouvements sociaux par les gouvernements locaux de gauche au moment de la Transition, voir LEIVA Enrique, MIRÓ Ivan et URBANO Xavier, De la protesta al contrapoder : nous protagonismes socials en la Barcelona metropolitana, Barcelona, Virus, 2007.

68 PORRO Alvaro, “Entrevista-diàleg amb Ada Colau i Gala Pin”, Revue Opcions Núm. 46. De proximidad. Primavera 2014 p.30.

69 Voir LANG Marion, « Existe-t-il encore des contre-pouvoirs citoyens à Barcelone ? Conflictualité et contradictions d’une association de quartier », in Mouvements, no 2, vol. 94, 2018, p. 24 35 pour un cas d’étude d’une association de voisins.

70 Entretien avec l’auteur.

71 FORTI Steven, RUSSO SPENA Giacomo et MARTINEZ PARDO Lúcia, Ada Colau, la ciudad en común, Barcelona, Icaria, 2019, p. 55.

72 ESPOSITO Roberto, Catégories de l’impolitique, Paris, Seuil, 2005.

73 Sousa santos évoque ainsi un « usage contre-hégémonique du droit ». Voir SANTOS Boaventura de Sousa, Derecho y emancipación, Quito, Corte Constitucional para el Periodo de Transición, 2012.

74 VARO BARRENCO Anaís, « Energía y ciudadanía : (re)construcción de espacios locales de democratización », in Reij Revista Especializada en Investigación Jurídica, nᵒ 5, 2019, p. 63‑87.

75 MANSILLA LOPEZ José A , « Vecinos en peligro de extinción. Turismo urbano, movimientos sociales y exclusión socioespacial en Barcelona », in Pasos Pasos. Revista de Turismo y Patrimonio Cultural, nᵒ 2, vol. 16, 2018, p. 279‑296.

76 Voir la valorisation du PEUAT par l’ABTS (Assemblée de Quartiers pour un Tourisme Durable), mouvement social luttant contre les conséquences sociales du tourisme de masse et ayant participé à l'adoption de la mesure : https://assembleabarris.wordpress.com/2017/05/17/comunicat-de-premsa-abts-valoracio-del-peuat/

77 Entretien avec Susana Ordoñez. Source de l’auteur.

78 Ibid.

79 DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Commun… op. cit, p. 272.

80 Les informations sur cette campagne proviennent d’une enquête de terrain de plusieurs mois d’observation participante des différentes réunions entre mouvements sociaux, de leurs conférences de presse, de commissions techniques de la mairie ainsi que des réunions entre les mouvements sociaux et partis politiques.

81 HAMOU David, « Habitar la ciudad en común : movimientos sociales y luchas por el derecho a la vivienda » in Códigos comunes urbanos : herramientas para el devenir-común de las ciudades, Marco Aparicio Wilhelmi, Ana Méndez de Andés Aldama et David Hamou (éd.), Barcelone, Icaria Editorial, 2020.

82 MICCIARELLI Giuseppe, Commoning : beni comuni urbani come nuove istituzioni  : materiali per una teoria dell’autorganizzazione, Napoli, Editoriale scientifica, 2018.

83 Voir JUAN Maïté. « Écologie des savoirs et créativité citoyenne : la co-construction des politiques de gestion communautaire entre associations et pouvoirs publics à Barcelone »., Connexions 111, no 1 (2019), p. 119‑35.

84 MIRO Ivan, “Can Batlló i la ciutat possible", Ara [En ligne] [29/01/2019, consulté le 06/06/2019]. URL :
https://www.ara.cat/opinio/ivan-miro-can-batllo-ciutat-possible_0_2170583125.html

85 APARICIO WILHELMI Marco, MÉNDEZ DE ANDÉS ALDAMA Ana et HAMOU David, Códigos comunes urbanos : herramientas para el devenir-común de las ciudades, Barcelone, Icaria Editorial, 2020.

86 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Hamou, « Grandeur et misère du municipalisme »Terrains/Théories [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/teth/3428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3428

Haut de page

Auteur

David Hamou

Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, David Hamou est doctorant en sociologie à l’université Paris-Nanterre. Chercheur au sein du Sophiapol (EA 3932), il consacre sa thèse aux mouvements sociaux urbains et au municipalisme à Barcelone, en étudiant comment leurs synergies permettent d’auto-instituer des droits sociaux d’usage et de communaliser la ville. Il a co-édité en décembre 2020 Códigos comunes urbanos : herramientas para el devenir-común de las ciudades (Barcelone, Icaria).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search