Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13DossierLecturesSylvaine Bulle, Irréductibles. En...

Dossier
Lectures

Sylvaine Bulle, Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à N.-D.-des-Landes, Grenoble, éditions de l’Université Grenoble Alpes, 2020, collection Écotopique

Margot Verdier

Texte intégral

  • 1 Tsing Anna, Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vie dans les ruines du capi (...)

1 Dans Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à Notre-Dame-des-Landes, publié en 2020, Sylvaine Bulle interroge la possibilité d’une « sortie » du capitalisme à partir d’enquêtes menées auprès des opposant⋅es à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL), en Loire-Atlantique, et au centre d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure, dans la Meuse. Elles reposent sur les observations participantes et les entretiens conduits lors de plusieurs séjours de terrain réalisés entre 2015 et 2018 et sur les discours publiés par les activistes. L’analyse ne se résume cependant pas à la comparaison d’études de cas mais engage une réflexion plus générale sur la spécificité d’une « forme de vie » nouvelle : l’autonomie, caractérisée par sa « non-scalabilité »1 et que l’autrice associe à un régime d’action spécifique, « l’occupation », un « geste » qui participe tout à la fois à la « description d’un ordre social » réprouvé et à la mise en place d’alternatives. La notion de « non-scalabilité », empruntée à l’anthropologue américaine Anna L. Tsing, désigne ainsi tout ce qui s’oppose au projet d’expansion capitaliste, insensible à la variation des ressources et des acteur⋅ices que la stabilité de son fonctionnement rend interchangeables, en développant des modes d’existence irréductibles, qui se transforment, apparaissent et disparaissent au grès des relations nouées par les individus. Je ne résumerai pas, dans cette recension, l’intégralité de l’ouvrage de Sylvaine Bulle mais me focaliserait sur les trois points qui me semble les plus remarquables.

« Une sociologie des formes ingouvernables » : penser l’irréductibilité de l’autonomie

  • 2 Katsiaficas George, The subversion of politics. European social movements and the decolonization (...)

2 Il faut d’abord observer que cet ouvrage propose l’une des rares analyses sociologiques conduites sur deux expériences historiques qui exercent pourtant une influence considérable sur les luttes sociales contemporaines. Sylvaine Bulle commence d’ailleurs par discuter l’invisibilisation des luttes autonomes rejetées à la marge par une sociologie politique dont les cadres théoriques, focalisés sur la socialisation militante (étude des trajectoires et du maintien de l’engagement) et sur le positionnement idéologique des activistes par rapport aux répertoires historiques de l’action collective (modes d’action, économie morale, etc.), peinent à penser des « formes de vie » émergentes en rupture avec les pratiques légitimes du politique. La diversité et la variation de leurs modes d’action, plus ou moins organisés, visibles et conflictuels, et la labilité de collectifs qui se forment, se déforment et se reforment au grès des pérégrinations affinitaires des acteurs et des actrices, résistent en effet selon l’autrice « à toute forme de mise en équivalence, d’entreprise de totalisation, voire d’historicisation ». Sylvaine Bulle suggère ainsi de se départir des « catégories scientifiques stables », ou plutôt de celles qui se focalisent sur les caractéristiques stables des collectifs, et de chercher des concepts qui, comme celui proposé par Tsing, permettent de penser la souplesse et l’irréductibilité des « formes de vie » autonomes. Cet effort se traduit dans le choix des méthodes de la chercheuse qui suggère de rompre avec « un système de validation scientifique préétabli » et de « faire appel à une science interactionnelle et descriptive ». On remarquera cependant que sa volonté de « plonger dans le bain des acteurs » et de mettre en valeur leurs « narrations » et « leur critique en actes », ressemble fortement au projet des sociologies inductives et compréhensives aujourd’hui dominantes dans le champ des méthodes qualitatives. L’originalité de l’approche de Sylvaine Bulle réside ainsi surtout dans la radicalité de sa démarche qui consiste, pourrait-on dire, à penser avec les enquêtées en adoptant les schémas cognitifs qu’elle leur attribue. L’autrice endosse ainsi une posture critique et pragmatique qui reflète une caractéristique saillante du mode de connaissance autonome notamment identifiée par George Katsiaficas2 : la confrontation permanente du discours à la pratique témoigne de l’ampleur de la réflexivité sociale qui guide l’action des acteurs et des actrices.

L’autonomie comme « forme de vie »

  • 3 De l’Appel publié en 2003 par Tiqqun.

3 L’autrice reprend ainsi à juste titre la « critique du zadisme » opérée par les occupant⋅es de la ZAD de NDDL sur laquelle porte l’essentiel de l’ouvrage. Le terme, forgé par les médias et utilisé pour qualifier les luttes contre les grands projets d’infrastructure ou, plus largement encore, toutes les formes d’opposition à l’extension de l’emprise capitaliste (les services publics ont ainsi pu être désignés comme des « zones à défendre »), invisibilise en effet la singularité d’expériences toujours ancrées à des territoires et à l’histoire des relations qui s’y sont nouées. L’ouvrage explore ainsi la diversité des réflexions portées par les acteurs et les actrices des luttes de NDDL et de Bure et interroge le rôle des conflits qui les ont opposés dans la construction d’une « forme de vie » particulière. Sylvaine Bulle montre ainsi que la valeur attribuée à l’expression de la divergence témoigne de l’existence d’un principe de « non-domination » qui s’exprime à travers la relation qui lie l’individu au collectif : les « institutions » créées par les occupant⋅es reposent sur le refus de la centralisation. L’autonomie n’est donc pas définie comme une idéologie mais comme une « forme de vie » en retrait des forces de « totalisation » que sont l’État et le capitalisme. Il faut ici remarquer que l’autrice emprunte une grande partie de son cadre théorique à l’interprétation éthique de l’émancipation proposée par les essais de Tiqqun et du Comité Invisible. L’expérience de l’occupation de la ZAD de NDDL et celle de Bure sont ainsi pensées comme l’expression de « formes-de-vie » résistantes qui refusent de se rendre complice du « monde » qu’elles désertent. Les territoires qu’elles investissent leur permettent alors de développer la puissance matérielle nécessaire à l’offensive contre les infrastructures capitalistes. Sylvaine Bulle partage ainsi le schème théorique d’une partie des occupant⋅es de la ZAD pourtant vivement critiquée par les acteurs et les actrices auxquel⋅les elle donne le plus la parole. Les « primitivistes » et les « anti-autoritaires », qui habitent généralement dans l’Est de la zone, dénoncent en effet l’approche stratégique des « appellistes »3 qui focalisent davantage la lutte sur l’enjeu de l’autonomie alimentaire (et donc de la remise en culture) et sur l’instauration de procédures de délibération formelles permettant de gérer les communs du mouvement que sur l’émancipation des contraintes qui enserrent l’individu et l’empêchent de nouer de nouvelles relations avec son environnement (notamment par le ré-ensauvagement). L’un des intérêts majeurs de ce travail est en effet de focaliser son attention sur des acteurs et des actrices disqualifiés par la radicalité de leur réflexion et largement invisibilisés dans les articles et les ouvrages jusqu’ici publiés.

La « première zad » et la « néo-zad » ou l’histoire de l’accaparement d’une lutte autonome

  • 4 Collectif comm’un, Habiter en lutte. Quarante ans de résistance, Neuvy-en-Champagne, Le passager (...)

4 Sylvaine Bulle, qui commence son terrain en 2015, deux ans après le retrait des forces de l’ordre et sept ans après le premier squat ouvert sur la zone, assiste aux transformations d’une expérience qui envisage maintenant son institution dans le temps. Elle distingue ainsi une « première zad » ou « zad originelle », dont elle observe les formes encore existantes, d’une « néo-zad » dont le projet émerge dans les discussions anticipant l’abandon de l’aéroport et les négociations nécessaires au maintien des activités agricoles et artisanales. On pourrait discuter la périodisation effectuée en remarquant, avec le collectif Comm’un notamment, que la « zone à défendre » naît en 2009, avec l’arrivée d’activistes d’autres lieux en lutte contre des grands projets d’infrastructures qui se joignent aux premiers occupant⋅es de la zone et contribuent à populariser la mobilisation dans les milieux altermondialistes et autonomes4. D’autres séquences significatives pourraient en outre être distinguées comme celle de l’opération César et de l’occupation militaire qui l’a suivi (16 octobre 2012-21 avril 2013). L’autrice se focalise cependant sur la période qui s’ouvre avec le départ des forces de l’Ordre et permet aux occupant⋅es de créer des « formes de vie » alternatives affranchies du contrôle exercés par le capitalisme et l’État. Après avoir analysé, tout au long de l’ouvrage, l’opposition entre les conceptions du monde et les objectifs des différents groupes d’acteurs (paysan⋅nes, « appellistes », « primitivistes », etc.), Sylvaine Bulle observe ainsi l’évolution des rapports de force qui les opposent à un moment décisif de la lutte. L’autrice montre que la diversité des modes de vie et d’organisation qui caractérise le « milieu de vie » autonome est peu à peu subsumée par les enjeux stratégiques soulevés par la possibilité de la victoire. Elle observe en effet l’apparition progressive d’un « discours "commun" » aux « occupants influents » et aux associations citoyennes et paysannes qui véhicule une « vision consensuelle de la "zone" » destinée à contrecarrer les représentations négatives de la ZAD diffusées dans les grands médias. Les enjeux proprement révolutionnaires de l’autonomie sont alors remplacés par des thèmes plus largement reconnus comme l’écologie ou le(s) commun(s). L’imposition de cette parole commune a pour conséquence d’invisibiliser les controverses qui animent la vie quotidienne des occupant⋅es et notamment les arguments de celles et ceux qui refusent de négocier avec les autorités publiques. Si des contre-espaces discursifs apparaissent alors, comme le montre Bulle, grâce aux pamphlets et aux brochures publiées dans les auto-médias des milieux politiques solidaires (sur indymedia.org par exemple), cette évolution conduit à la dissociation d’une minorité autoproclamée anti-autoritaire qui emporte avec elle une partie des soutiens du mouvement.

5 Une remarque avant de conclure : la lecture de l’ouvrage est rendue difficile par une écriture sur-conceptualisée et parfois elliptique qui contraste avec la volonté critique de l’autrice. Les occupant⋅es de la ZAD de NDDL et de Bure ont en effet largement discuté les rapports de domination associés à l’accaparement du savoir et à la maîtrise de l’écrit et il est dommage que ces réflexions ne se soient pas retranscrites dans les manières de raconter leurs expériences. Ce défaut ne retire cependant pas son intérêt à une réflexion riche qui aborde de nombreux thèmes jusqu’ici laissés de côté par les commentateur⋅ices et offre ainsi un témoignage sociologique rare de ces luttes historiques.

Haut de page

Notes

1 Tsing Anna, Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vie dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte, 2015.

2 Katsiaficas George, The subversion of politics. European social movements and the decolonization of everyday life, Edinburgh, AK Press, 2006.

3 De l’Appel publié en 2003 par Tiqqun.

4 Collectif comm’un, Habiter en lutte. Quarante ans de résistance, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Verdier, « Sylvaine Bulle, Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à N.-D.-des-Landes, Grenoble, éditions de l’Université Grenoble Alpes, 2020, collection Écotopique »Terrains/Théories [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 22 juin 2021, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/teth/3565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3565

Haut de page

Auteur

Margot Verdier

Margot Verdier est sociologue, chercheuse rattachée au Sophiapol de l'Université Paris Nanterre et enseigne à l'Université de Lille 2. Ses recherches portent sur les idées et les pratiques des mouvements anti-autoritaires, sur le rôle du conflit dans la vie sociale, sur la déontologie de la recherche scientifique et la protection des sources.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search