Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13VariaL’engagement illégal : facilitati...

Varia

L’engagement illégal : facilitating et precipitating factors

Le cas de l’Italie des années 1960-1980
Illegal engagement : facilitating and precipitating factors. The Case of Italy in the 1960’s – 1980’s.
Caroline Guibet Lafaye

Résumés

S’agissant du militantisme armé, il est commun de considérer qu’interviennent deux séries de facteurs à son origine : des facteurs « facilitant » ce type d’engagement (facilitating factors) et des facteurs « accélérant » le recours aux armes (precipitating factors). Afin de voir comment ces éléments s’orchestrent au sein de mécanismes faisant intervenir des facteurs de niveaux macro, méso et microsociaux, nous avons réalisé une enquête de sociologie qualitative auprès de 33 militants d’organisations extra-parlementaires actives en Italie durant les années 1960-1980. L’analyse des entretiens permet de préciser l’effet de l’environnement familial sur les trajectoires individuelles au sein des organisations armées, le rôle du facteur idéologique et politique parmi ces différents groupes de la gauche extra-parlementaire, l’incidence d’événements macro, méso et microsociaux cadrés comme « décisifs » sur les parcours de ces militants. Cette recherche permet ainsi de compléter et de corriger les travaux existant menés sur des échantillons plus restreints d’acteurs clandestins italiens (Bosi et Della Porta, 2012).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Della Porta D. et D. Rucht, « Left-Libertarian Movements in Context: Comparing Italy and West Germa (...)
  • 2 S’y associent les améliorations du droit du travail (Statuto dei Lavoratori, mai 1970), la légalisa (...)
  • 3 Della Porta et Rucht, 1991.
  • 4 L’Autonomie désigne un mouvement d’extrême gauche d’émancipation, prenant ses distances à la fois a (...)
  • 5 Calvi Maurizio, Alessandro Ceci, Angelo Sessa et Giulio Vasaturo, Le date del terrore. La genesi de (...)

1Alors que « mai 68 » désigne en France une période relativement brève de mouvements sociaux se prolongeant sur quelques mois, on évoque de l’autre côté des Alpes, un « long mai 68 ». Ces événements prennent place dans un contexte long qui s’amorce en 1960-1966 par une phase d’« incubation » de la protestation1 suivie d’une décennie révolutionnaire (1967-1976). Le « long mai 68 » s’initie dès le mois de février 1967 mais surtout à partir de l’automne suivant et se prolonge jusqu’à « l’automne chaud » de 1969. Durant cette période, s’opère une jonction entre les revendications ouvrières et la protestation étudiante. L’effervescence sociale autorise certaines conquêtes sociales, telles que l’augmentation des salaires ou la réduction du temps de travail2. Les années 1977-1983 se caractérisent à la fois par une forme de « désespoir »3 et par l’orientation, à partir de 1977, d’une partie de la vague contestataire vers l’Autonomie4. Les années 1969-1974 connaissent toutefois une recrudescence d’actions violentes menées avant tout par des groupes néofascistes. On dénombre ainsi, pour cette période, 4 384 attentats ou actes de violence politique dont 83 % sont imputables à des militants néofascistes5.

  • 6 Entre décembre 1969 et 1986, 415 personnes sont tuées au cours de 14 600 attentats dont le plus gra (...)

2Ainsi le 28 mai 1974, une bombe est placée Piazza della Loggia à Brescia par le groupe d’extrême droite Ordine Nero. Elle vise une manifestation antifasciste et fait huit morts et 100 blessés. Quelques mois plus tard, le 4 août 1974 près de S. Benedetto Val di Sambro (province de Bologne), une bombe explose dans le train Italicus qui relie Rome à Munich. Elle tue seize personnes et en blesse 46. Cette vague d’attentats indiscriminés avait commencé en décembre 1969 avec l’explosion d’une bombe à la Banque Nationale de l’Agriculture, Piazza Fontana à Milan, qui provoqua 17 morts et 28 blessés6. Parallèlement aux attentats menés par l’extrême droite se constitue une pluralité de groupuscules d’extrême gauche ayant pris l’option de l’action extra-parlementaire.

  • 7 Le nouveau décret loi du 11-4-1974 fixe une extension de la durée de la détention préventive à quat (...)
  • 8 Schimel, 1986.

3Dans ce contexte, la loi dite Reale – proposée par le garde des sceaux Orenzo Reale – est approuvée le 22 mai 1975. Elle donne des pouvoirs spéciaux aux forces de police en vue de préserver l’ordre public. Elle autorise les perquisitions et arrestations sans mandat du juge d’instruction, dans le cas où les personnes concernées seraient en possession d’armes. La loi Reale renforce la législation pénale relative notamment à la détention préventive étendue à 96 heures et prévoit l’extension des pouvoirs de police avec, par exemple, l’élargissement de l’utilisation d’armes pour les forces de l’ordre7. La législation « spéciale » s’approfondit avec le décret-loi Cossiga après l’enlèvement et l’exécution par les Brigades rouges (BR) d’Aldo Moro, président de la Démocratie Chrétienne, en mai 1978, et celle du juge Emilio Alessandrini, le 29 janvier 1979 par un commando de Prima Linea (PL) à Milan. Le décret-loi du 15 décembre 1979, intitulé « Mesures urgentes pour la défense de l’ordre démocratique et de la sécurité publique » qui est converti en loi du 6 février 1980, offre d’importantes réductions de peine aux personnes qui acceptent de fournir à la justice ou à la police des informations sur les organisations déclarées terroristes. Il porte également sur la collecte d’informations dans le cadre de la prévention de délits de terrorisme et contre la sécurité de l’État, introduit des circonstances aggravantes au délit de terrorisme et allonge la détention provisoire pour les personnes soupçonnées d’actes terroristes. La détention préventive, la création de nouveaux délits comme « le concours moral » et « la participation à bande armée » et enfin la loi sur les « repentis » deviennent les instruments clefs de la lutte contre le terrorisme8.

  • 9 La loi Reale prévoyait déjà que l’« on accorde des remises de peine importantes à ceux qui vont col (...)
  • 10 Codaccioni Vanessa, « Expériences répressives et (dé)radicalisation militante », Cultures & Conflit (...)
  • 11 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 62/6 (...)

4Ce volet répressif est complété de dispositions judiciaires dont la portée sur le démantèlement des groupes clandestins est décisive. À partir de 1979 et du « décret-loi Cossiga » n° 625 puis de la loi n° 304 du 29 mai 1982 sur les repentis, les mesures concernant ces derniers se caractérisent par trois orientations : l’extension du champ d’application des remises de peine à d’autres formes de criminalité que le terrorisme politique ; l’instauration de mesures de protection destinées à assurer la sécurité des repentis ; l’octroi d’un régime pénitentiaire favorable9. Les attentats évoqués, et d’autres, ont marqué l’histoire de l’Italie au cours de ces décennies comme les trajectoires des militants d’organisations clandestines. La répression qu’elle intervienne dans les manifestations ou par la torture, qu’elle soit légale ou paramilitaire, a également eu un effet de « tournant » (turning point) dans les parcours militants que ce soit objectivement, en mettant un terme à certaines activités ou en poussant d’autres individus à la clandestinité. Elle est à l’œuvre subjectivement soit dans les récits rétrospectifs que les acteurs font de leur passé ou tout simplement sur le plan de leur vécu immédiat. Dans cette reconstruction a posteriori, certains événements comme les arrestations, les emprisonnements, les jugements, la répression sont connus pour être des moments émotionnellement forts dans la carrière militante10. Ils contribuent, de façon privilégiée, à l’élaboration du récit de soi, lequel s’orchestre à partir du choix de certains événements significatifs donnant sens à une « histoire de vie »11.

  • 12 McAdam D., « Recruitment to High Risk Activism. The Case of Freedom Summer », American Journal of S (...)
  • 13 Bosi Lorenzo, « État des savoirs et pistes de recherche sur la violence politique », Critique inter (...)
  • 14 Nous envisageons en 1.1 les différences entre ces groupes.

5Si les caractéristiques qui expliquent l’activisme armé sont partagées par les militant.e.s et les non-militant.e.s, quels facteurs supplémentaires ou alternatifs expliquent pourquoi certains membres d’un groupe ou d’un réseau – mais pas tous – prennent part à un activisme révolutionnaire à « haut risque »12 ? On tend à considérer que la violence politique émerge au carrefour de changements d’environnement politique, de la répression étatique, de la concurrence entre mouvements sociaux et de l’existence de contre-mouvements13. Au sein de cet environnement politique, certains événements trouvent une signification spécifique. Pour mettre en évidence leur fonction dans les « trajectoires en radicalité » des militants de la gauche extra-parlementaire italienne des années 1960-1980, nous avons mené une enquête auprès de 33 personnes impliquées dans des organisations extra-parlementaires (BR, PL, Lotta Continua - LC, Potere Operaio - PO, Autonomie ouvrière)14. À partir de leurs récits biographiques, nous souhaitons mettre en évidence les facteurs favorisant (facilitating factors) et les facteurs précipitants (precipitating factors) l’engagement illégal dans un contexte macrosocial de forte tension politique et de violence entre groupes extra-parlementaires ainsi que de la part de l’État contre l’extrême gauche. Comment se laissent appréhender les facteurs ayant pesé sur l’engagement illégal des Brigadistes et des militants clandestins non-Brigadistes, rencontrés dans le cadre de notre enquête ? Quels types de mécanismes conjoignant les niveaux macro, méso et micro sont-ils à l’œuvre dans les chemins vers l’illégalité ? Pour les préciser, nous identifierons les interactions entre ces trois niveaux, lesquelles dessinent autant de « mécanismes » du passage à l’illégalité et à la lutte armée. Les reconstructions biographiques collectées permettront d’appréhender les milieux militants, les représentations et perceptions qu’ont les acteurs de leur environnement et du monde social, leurs définitions des coûts et des avantages de la participation politique, leur socialisation politique ainsi que la dynamique de production et de maintien d’une identité collective.

  • 15 Soulignons d’ores et déjà que cet usage s’inscrit dans un continuum d’actions politiques légales et (...)
  • 16 Sommier Isabelle, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Pr (...)
  • 17 Armani Barbara, « La production historiographique, journalistique et mémorielle sur les années de p (...)
  • 18 Dogliani Patrizia, « Générations et révoltes au XXe siècle dans l’histoire et l’historiographie ita (...)
  • 19 Sur les difficultés auxquelles l’historiographie de la violence politique en Italie, au cours de ce (...)

6À cette fin, nous reviendrons dans un premier temps sur les mécanismes généraux à l’œuvre dans l’émergence du recours à une violence politique illégale15. Nous préciserons ensuite, à partir des données de notre enquête et des récits rétrospectifs, d’une part, les facteurs ayant favorisé l’engagement clandestin dans l’extrême gauche italienne extra-parlementaire et, d’autre part, ceux ayant accéléré l’usage des armes. Enfin nous tenterons de mettre en évidence la place que prennent dans une interaction complexe et de multi-niveaux des événements désignés comme décisifs par ces acteurs politiques. La présente étude vise à prolonger les réflexions méthodologiques de travaux socio-historiques pionniers16, en expliquant le sens des trajectoires biographiques, leur inscription dans des contextes historiques et les ressources mobilisées. Elle répond ainsi aux attentes de la recherche visant à « reconstruire les contextes, les conditions et les parcours pas toujours linéaires ayant favorisé, à un moment donné, le choix de l’action violente »17. Notre approche assume une perspective générationnelle délaissée notamment dans l’historiographie italienne qui ne s’est intéressée que tardivement à l’histoire de la jeunesse, quoiqu’elle ait finalement adopté la génération comme catégorie sociale18. Rattachée au champ disciplinaire de la sociologie et non de l’histoire, elle explore les représentations des acteurs sans prétendre dévoiler une vérité historique sur ce qui a effectivement été décisif ou non dans les parcours. Les événements évoqués ne sont autres que ceux dont les acteurs estiment rétrospectivement qu’ils ont eu un rôle clef sur leur trajectoire. Dans certains cas, ils coïncident avec des faits historiques majeurs, dans d’autres cas, non19.

1. Enquête de terrain et « mécanismes » de l’engagement clandestin

1.1 Présentation de l’enquête

  • 20 Elle a été menée grâce à une équipe de chercheur.e.s rassemblant en plus de l’auteure : Laura di Fa (...)
  • 21 Laperrière A., « Les critères de scientificité des méthodes qualitatives », in J. Poupart, J.-P. De (...)
  • 22 L’enquêtée la plus jeune est entrée à PL au cours des années 1980 à 18-19 ans.
  • 23 S’engageant à ne pas extrader les activistes italiens d’extrême gauche réfugiés en France pour des (...)

7L’analyse que nous développons s’appuie sur une enquête réalisée entre février 2016 et février 202020. Elle nous a permis de nous entretenir avec 33 militants impliqués dans des organisations extra-parlementaires (BR, PL, LC, PO, Autonomie ouvrière) actives en Italie entre la fin des années 1960 et les années 1980. Les personnes ont été contactées soit de façon directe, soit par la méthode « boule de neige »21. Elles sont nées entre 1933 et 1962. Leur activisme politique s’est déployé de la fin des années 1960 aux années 198022, c’est-à-dire de l’origine du mouvement social aux démantèlements des groupes clandestins, facilités par les dispositions juridiques précédemment rappelées et les possibilités d’exil offertes en France par la « doctrine Mitterrand »23.

  • 24 Sur l’évolution des contextes, nous renvoyons à Della Porta et Rucht (1995) et pour des études mono (...)
  • 25 Contrairement aux BR et à PL.
  • 26 Rappelons toutefois que « jusqu’au milieu des années 1970, les actions violentes étaient largement (...)
  • 27 Sur ce point, voir la distinction entre registres normatifs et registres instrumentaux de l’usage d (...)

8Les entretiens ont été enregistrés et intégralement retranscrits. Ils ont duré entre 55 minutes et 3 heures, pour une moyenne de 82 minutes par entretien. Ils ont été réalisés en face-à-face et, dans deux cas, par vidéo-conférence. Cinq personnes ont préféré répondre par écrit. Les entretiens se sont déroulés soit en français soit en italien, en Italie et en France. L’annexe 1 présente la liste des enquêtés et leurs caractéristiques sociodémographiques (Tableau XII). Le choix des organisations étudiées tient à l’importance qu’elles ont revêtue en Italie. Bien qu’elles aient émergé dans des contextes sociaux distincts24, elles ont en commun de se constituer en opposition extra-parlementaire au gouvernement et usent, pour ce faire, de moyens illégaux. Bien que toutes n’aient pas été clandestines25, elles ont à un moment donné de leur trajectoire – parfois brève – privilégié le recours à des moyens illégaux et appelé à une attitude rupturiste26. Dans cette démarche, elles mobilisent des justifications du recours à la violence politique27, tout en demeurant, pour certaines, en deçà de l’atteinte aux personnes. Les BR et PL ont fait le choix de l’exécution politique à la différence des mouvements autour de l’Autonomie ouvrière. Cette option introduit une autre distinction notable entre les groupes. Ces collectifs présentent enfin en termes d’effectifs et de durée de vie puisque les BR-PCC sont actives au moins jusqu’au début des années 1990.

9La collecte de données primaires a été complétée par une étude systématique des documents écrits publiés par les groupes étudiés, tels les communiqués des BR, les documents du procès de PL (1980), les statuts des Formazioni Comuniste Combattenti (1970) mais aussi les revues militantes Quaderni Rossi (1961-1966), Classe Operaia (1964-1967), Quaderni Piacentini (1962-1970), Rosso (1973-1979). Plusieurs fonds d’archives ont été consultés. Ils sont aussi bien d’origine militante qu’institutionnelle. Nous avons ainsi exploité les histoires de vie et les documents judiciaires relatifs à la période et rassemblés à l’Istituto Carlo Cattaneo (Bologne)28, des sources militantes, telles que le fonds Lotta Continua conservé à la fondation Erri de Luca (Rome)29 ; le fonds Avanguardia operaia ; le fonds Vittorio Foa (ACS) ; les Archives Pezzi, Secours rouge de l’Istituto storico Ferruccio Parri. La documentation institutionnelle s’est appuyée sur les Archives historiques du Sénat de la République, sur la documentation informatisée des Commissioni stragi (commission parlementaire d’enquête sur le terrorisme) et la documentation de la Commissione d’inchiesta per la strage di via Fani30.

  • 31 Ces événements transformatifs s’incarnent dans des épisodes singuliers qui vont, dans les cas étudi (...)
  • 32 Bourdieu, 1986.
  • 33 Sommier, 1998.
  • 34 Voir néanmoins sur ce thème l’interprétation du sénateur communiste Giovanni Pellegrino, sénateur e (...)
  • 35 Voir sur ce point Lazar Marc et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), L’Italie des années de plomb : le (...)

10La collecte de données primaires et l’exploitation des archives ont été associées à une étude des sources de l’époque et contemporaines, à la consultation de documents gouvernementaux et non-gouvernementaux et de tout élément relatif au sujet en italien, anglais, français et espagnol. La triangulation à partir de documents de plusieurs origines a permis de contextualiser les propos des enquêtés concernant le rôle de la famille, des réseaux, des amis, etc. ainsi que les événements transformatifs (transformative events) dont ils ont fait l’expérience au cours de leur trajectoire31. Elle contribue également à la mise en perspective de leurs discours à partir de la prise en compte de leur place et de leurs fonctions dans les groupes considérés. Enfin, en comparant les trajectoires biographiques et les autobiographies, il est possible de dégager des dimensions de la mémoire collective communes à certains groupes d’enquêtés. Néanmoins l’historiographie des violences politiques italiennes des années 1960-1980 est aux prises avec plusieurs difficultés interprétatives. La mobilisation des témoignages doit tenir compte d’un phénomène de recomposition rétrospectif et de mise en cohérence32, parfois animé d’un souci de justification de soi et de ses choix passés, nourri de l’évocation de la poursuite d’un idéal de justice. De même, l’interprétation rétrospective du recours à la violence politique peut faire l’objet d’« altérations significatives »33, à travers la mobilisation de catégories comme la « violence défensive », la « guerre de basse intensité »34, la « guerre civile »35.

11Plusieurs membres de chacune de ces organisations mentionnées ont été interrogés. Ils se répartissent numériquement comme suit :

Tableau I : Répartition des enquêtés dans les groupes politiques

Groupes

Effectifs

BR

7

PL

11

LC

4

Potere Operaio

5

Autonomie ouvrière

6

Total

33

  • 36 Cartier Marie et Alexis Spire, « Approches générationnelles du politique », Politix, vol. 4, n° 96, (...)
  • 37 Mannheim K., Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1928], p. 52.
  • 38 Mannheim, 1928, p. 52 ; Pagis J., May ’68. Shaping Political Generations, Amsterdam, Amsterdam Univ (...)

12Afin d’étudier les trajectoires individuelles, nous avons procédé à une répartition générationnelle tenant compte des générations civiles (Tableau II). G 1 désigne la génération des acteurs nés avant 1950 ; G 2 : ceux nés avant 1960 (décennie 1950) ; G 3 : ceux nés après 1960 (décennie 1960). La césure de l’année 1950 présente une pertinence analytique car elle distingue les acteurs qui ont 20 ans au moment de l’attentat de Piazza Fontana le 12 décembre 1969 des autres. Pour qu’une génération, au sens démographique de cohortes d’âge proche, forme une génération au sens sociologique, il faut non seulement une participation aux mêmes événements et aux mêmes expériences dans les années de formation, mais surtout que celle-ci intervienne dans un « même cadre de vie historico-culturel »36. Seul ce même cadre de vie permet que la situation définie par la naissance dans le temps chronologique devienne une situation sociologiquement pertinente37. Certains enquêtés soulignent en outre que le début de la vingtaine est souvent l’âge propice à un engagement vers la clandestinité (voir citation infra de S. Segio, 2.2). Ainsi on parle, de façon pertinente, de « générations politiques », concernant des acteurs exposés aux mêmes « symptômes sociaux et politiques d’un processus dynamique de déstabilisation »38.

Tableau II : Répartition des enquêtés selon les générations civiles

Groupes

G 1

G 2

G 3

Effectifs

BR

2

5

7

PL

1

9

1

11

LC

1

3

4

Potere Operaio

3

2

5

Autonomie ouvrière

4

2

6

Total

11

21

1

33

13Bien que n’ayant pas cherché à rencontrer les figures phares des organisations clandestines, notre échantillon comporte un certain nombre de militants ayant eu des responsabilités dans cette dernière qu’ils aient participé à leur création, se soient trouvés à leur origine au moment de leur constitution ou qu’ils aient eu la responsabilité d’une sous-structure au sein du groupe armé (branche ou colonne) (voir Tableau III).

Tableau III : Positionnement des enquêtés dans les structures clandestines

Groupes

Fondateurs

À l’origine historique du groupe

Fondateurs d’une sous-structure

Responsabilités

Effectif total

BR

2

2

1

7

PL

3

2

4

1

11

LC

1

1

4

PO

1

1

5

Autonomie ouvrière (AO)

1

2

1

1

6

Total

8

7

6

3

33

Les « chemins » de l’activisme armé : enquête passée sur huit Brigadistes

  • 39 Bosi Lorenzo et Donatella Della Porta, « Micro-mobilization into Armed Groups : Ideological, Instru (...)
  • 40 Peci in Guerri Giordano, Patrizio Peci. Io, lInfame, Milan, Mondadori, 1983. Curcio Renato, À visa (...)

Les conclusions de notre recherche peuvent être mises en parallèle avec une étude antérieure de l’activisme clandestin en Italie. Une exploration des chemins de la mobilisation clandestine d’extrême gauche italienne, dans les années 1960-1980, a été réalisée par Bosi et Della Porta39 à partir d’une étude comparative avec l’Armée Républicaine Irlandaise Provisoire (PIRA) et de l’exploitation de huit biographies et autobiographies d’ex-Brigadistes40. Elle a mis en évidence trois voies de l’activisme armé (« idéologique », « instrumentale », « solidariste ») permettant une première approximation des facteurs personnels (biographiques), organisationnels (niveau méso) et contextuels (niveau macro) « facilitant » et « déclenchant » le passage à l’illégalité.

  • 41 Bosi et Della Porta, 2012, p. 371.
  • 42 Pour le détail de ces parcours, voir Bosi et Della Porta, 2012, p. 371-372.

Pour les militants dont le parcours serait de type « idéologique », la famille et l’environnement sociopolitique immédiat ont contribué à leur socialisation politique dans un contexte idéologique au sein duquel la rébellion pouvait constituer une sorte d’obligation, en particulier dans un contexte perçu comme mûr pour la poursuite réussie d’une vieille lutte ()41. Les militants dont le parcours serait de type « instrumental » se sont tournés vers les organisations armées, pour poursuivre leur combat politique, après avoir considéré que la voie légaliste, dans le contexte de l’Italie de l’époque, était une impasse. Enfin, la voie « solidariste » de l’activisme armé est marquée par une volonté de défense de sa propre communauté notamment contre la répression d’État et les attaques violentes de l’adversaire (groupes d’extrême droite)42.

  • 43 La SOP est à l’origine décrite par Tarrow à partir quatre éléments : le degré d’ouverture ou de fer (...)
  • 44 Sur les conséquences du « compromis historique », c’est-à-dire de l’alliance politique du PCI avec (...)
  • 45 Voir à cet égard Susanna Ronconi, in Novelli Diego et Nicola Tranfaglia, Vite sospese. Le generazio (...)
  • 46 Bosi et Della Porta, 2012.

Dans la première forme d’entrée dans l’illégalité, la tradition idéologique et le passé historique glorieux constituent des facteurs déterminants. Ce rôle est plutôt incarné par des événements transformatifs et la clôture de la structure des opportunités politiques (SOP)43 pour les militants la « voie instrumentale ». Enfin, pour les « solidaristes », les facteurs décisifs résideraient dans des événements immédiats intervenant dans l’environnement proche des acteurs (incidence du macro sur le micro). Les « chemins de l’activisme » armé, tels qu’ils se dessinent à partir de ces huit biographies et autobiographies d’ex-Brigadistes se caractérisent donc par des catalyseurs (« facteurs accélérateurs ») de l’engagement distincts. La voie idéologique serait stimulée par des sentiments de trahison suscités par les partis politiques existants tels le PC italien (PCI)44 ainsi que par une phase de conflit exacerbé perçue comme le signal d’une situation potentiellement révolutionnaire. Sur les militants de la voie instrumentale pèseraient plutôt un contexte de clôture des OP ainsi que des événements traumatiques de répression résonnant avec les changements perçus dans la SOP45. La voie solidariste se construit enfin dans un « environnement caractérisé par des émotions intenses (parmi lesquelles la colère et la vengeance sont souvent citées) »46 mais également par une escalade de la violence dont les militants admettent qu’elle leur échappe en grande partie, plutôt qu’elle ne relève d’un choix idéologique ou stratégique (en termes d’efficacité).

1.2 Interactions multi-niveaux et pluralité des voies vers l’illégalité

  • 47 Mahoney J. et D. Rueschemeyer (ed.), Comparative Historical Analysis in the Social Sciences, Cambri (...)
  • 48 Hedström P. et R. Swedberg (eds.), Social Mechanisms : An Analytical Approach to Social Theory, Cam (...)
  • 49 Della Porta, 2013, p. 24.

14L’analyse fine des trajectoires d’engagement ainsi que du recours à la violence politique illégale peut s’appuyer avec profit sur la notion de « mécanismes »47. Cette notion est utile pour construire des explications causales générales : « un mécanisme est une explication précise, abstraite et basée sur l’action qui montre comment le surgissement d’événements déclencheurs génère régulièrement le type de résultat à expliquer »48. Les définitions de la notion de mécanismes de causalité peuvent être regroupées en deux catégories49 : 1. les mécanismes sont soit conçus comme des chemins (historiques) qui impliquent une recherche d’événements, qui sont observables et dépendent du contexte ; 2. ils sont sinon considérés comme des explications de niveau micro qui impliquent une recherche de variables au niveau individuel. Néanmoins ils visent des explications causales universelles, comparables à des lois.

  • 50 Hall P.A., « Aligning Ontology and Methodology in Comparative Research », in J. Mahoney et D. Ruesc (...)
  • 51 Mayntz Renate, « Organizational Forms of Terrorism – Hierarchy, Network, or a Type sui generis ? », (...)
  • 52 Hedström et Bearman, 2009, p. 4.
  • 53 Un cycle de protestation se définit comme « une vague croissante puis décroissante d’actions collec (...)
  • 54 Della Porta, 2013, p. 24 ; Tilly Charles, « Mechanisms in Political Science », Annual Review of Pol (...)

15Dans les analyses de niveau macro, les mécanismes causaux (de type 1) ont été associés à l’identification de processus50 dans une perspective de « reconstruction causale ». Il s’agit alors d’« expliquer un phénomène social donné – un événement, une structure ou un développement – en identifiant le processus par lequel il a été engendré »51. Les mécanismes font alors référence aux étapes intermédiaires entre les conditions et les résultats. Dans les explications de niveau micro (type 2), l’attention se porte plutôt sur l’agentivité (agency) individuelle, i.e. sur les dispositions et capacités d’action individuelles. Ainsi « la sociologie analytique aboutit à des explications en détaillant les mécanismes par lesquels les faits sociaux sont produits, or ces mécanismes font invariablement référence aux actions des individus et aux relations qui lient les acteurs entre eux »52. Enfin, D. Della Porta conçoit les mécanismes comme une concaténation d’événements reliant des causes macro (comme la transformation contextuelle) à des effets agrégés (tels des cycles de protestation53) par le biais d’agents individuels et/ou organisationnels. Cette interprétation associe une attention à la structure et à l’agentivité54.

  • 55 Voir Francis Matthew, « What causes Radicalisation? Main lines of consensus in recent research », G (...)
  • 56 Crenshaw Martha, Explaining Terrorism: Causes, Processes and Consequences, Londres, Routledge, 2011
  • 57 Bosi, 2012, p. 178.
  • 58 Berger P. et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité [1966], Paris, Meridiens-Klinck (...)
  • 59 Voir Della Porta, 1995. Sommier Isabelle, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences P (...)

16Au sein de ces mécanismes, certains facteurs jouent un rôle clef en favorisant l’entrée en radicalité et le recours à la violence politique. La littérature secondaire s’est efforcée de mettre en évidence des facteurs « précipitants », i.e. des déclencheurs spécifiques d’action, parmi les causes potentielles de la radicalisation, bien que cette perspective prête à discussion55. En effet, la référence à des événements déclencheurs n’offre qu’une réponse partielle, car elle risque souvent d’être ad hoc ou réductrice56. Dans le cas de la violence politique, il s’agit plutôt de considérer un ensemble de facteurs déclencheurs s’orchestrant autour de quatre dimensions au moins : des changements d’environnement politique, une répression étatique, des concurrences entre mouvements sociaux et l’existence de contre-mouvements57. Dans cette perspective, le recrutement au sein d’organisations clandestines italiennes a été interprété comme une « conversion »58, laquelle obéirait à des facilitating factors (des expériences antérieures de violence et une « dévotion aux amis ») et à des precipitating factors (solidarité avec un ami arrêté, réaction à la mort de militants, obligation d’entrer dans la clandestinité pour échapper aux poursuites…)59.

  • 60 Viterna J., « Pulled, pushed, and persuaded: Explaining women’s mobilization into the Salvadoran gu (...)
  • 61 Kessler D. et A. Masson, Cycle de Vie et Génération, Économica, Paris, 1985, p. 285-321.
  • 62 Pagis, 2018, p. 329.

17Toutefois la mise en évidence de ces facteurs de niveau macro ne doit pas exclure le fait qu’existent des causes multiples et conjoncturelles de mobilisation, même parmi les individus intégrés dans des réseaux similaires de production d’identité et évoluant dans des contextes structurels analogues60. Les chemins conduisant vers un engagement à « haut risque » sont divers. Ces voies multiples émergent de l’interaction structurée, au niveau individuel, de la biographie, des réseaux et du contexte situationnel. Cette perspective théorique sur le niveau micro des mobilisations permet de compléter les études méso-niveaux et macro-comparatives. L’étude des interactions entre les niveaux micro, méso et macro permet ainsi de souligner les effets conjoints des cycles de vie, du contexte sociohistorique et culturel, et de la conjoncture immédiate sur les acteurs61. Elle permet de ne pas surévaluer l’incidence d’un événement unique dans les trajectoires de vie62.

2. Facilitating factors : l’origine familiale

  • 63 Bosi et Della Porta, 2012, p. 371.
  • 64 Interviewé n° 17 in Bosi et Della Porta, 2012 ; Alfredo Buonavita, cité in Catanzaro R. et L. Manco (...)

18Les Brigadistes ayant suivi la « voie idéologique » tendent à se percevoir comme appartenant à une longue histoire de lutte, nourrie de récits de résistance et de références à cette dernière63. À la différence de ceux ayant suivi les autres voies (i.e. instrumentale et solidaire), ils jouissent d’un passé familial aux traditions enracinées dans les luttes antifascistes et partisanes. Ils ne manquent pas de l’évoquer au cours de leurs récits. Ils « cadrent » (frame), i.e. explicitent et inscrivent le choix de se joindre à des luttes armées dans un narratif de continuité. La famille et leur environnement immédiat ont contribué à leur socialisation politique dans un contexte idéologique au sein duquel la rébellion pouvait être présentée comme une sorte d’obligation, en particulier dans un contexte perçu comme mûr pour la poursuite réussie d’une lutte menée par les générations antérieures. Ainsi ils ont une propension à concevoir leur engagement dans la lutte armée comme une sorte d’« obligation » morale64. Margareth, également ex-brigadiste interrogée par nos soins, en témoigne :

« À peine arrivée à Milan en 1969, de toute façon, j’avais en tête d’entrer tout de suite en communication avec les groupes politiques de ces années-là : Lotta Continua, le Movimento Studentesco ou Avanguardia Operaia. Je n’avais pas, je te l’ai dit, de grande préparation politique, mais le désir de m’impliquer dans tout cela était pour moi quelque chose de très important. Il y a eu aussi, c’est sûr, le “massacre” de Piazza Fontana, qui est un tournant, surtout en ce qui concerne le sujet de la violence, c’est-à-dire sur la quasi-nécessité de recourir à la violence pour affirmer ses droits et un projet politique. Oui, c’est ça, une sorte d’obligation, sans quoi rien n’est possible. Ce sont les années pendant lesquelles on parle de “Résistance trahie”, qui renvoie à toutes les années depuis la Libération. Il y a donc pendant ces années, disons, une grande identification avec le mouvement de la Résistance et avec certains résistants. »

  • 65 On trouve une convergence comparable pour la « génération 68 » en France (Pagis, 2018).

19Au-delà de l’expression de cet impératif moral, s’esquisse une interaction structurée, au niveau individuel, entre la disponibilité biographique, les réseaux existants de groupes clandestins et le contexte situationnel de massacres d’État s’inscrivant dans l’Italie d’après-guerre65. Sur le plan micro, on retrouverait les mêmes dispositions chez Alexandra, brigadiste de la première heure, interrogée dans notre enquête sur le sens de son engagement :

« Je pensais que c’était mon devoir de se conformer à ce qu’on disait et à ce qu’on pensait. Un problème à la fois de cohérence interne, intérieure, et en même temps de prise de responsabilité – parce que je pensais que de toute manière, ces responsabilités, il fallait que quelqu’un les assume, on ne pouvait pas seulement en discuter. »

  • 66 Interviewé n° 6 in Bosi et Della Porta, 2012 ; Alberto Franceschini, cité in Fasanella et Francesch (...)

20L’engagement représente, pour ces militants, une forme d’accomplissement de leur parcours politique et de leur trajectoire de militants politiques. Néanmoins ces dispositions s’inscrivent dans des mécanismes représentant une concaténation d’événements reliant des causes macro, illustrées par une transformation contextuelle, à des effets agrégés se traduisant ici par l’intensité de la contestation de la fin des années 1960 et du début des années 1970, les agents individuels et organisationnels jouant un rôle de médiation. L’entrée dans la lutte clandestine constitue alors moins pour ces individus une rupture que la continuation d’un engagement antérieur dans un milieu fortement politisé66. Alors que Bosi et Della Porta concluent que ce type de trajectoire paraît plus présente chez les fondateurs des BR et qu’il tendrait à recouvrir une distinction générationnelle, notre enquête conduit à des conclusions distinctes.

21Nos entretiens ont permis d’aborder le contexte familial des acteurs à partir d’une double entrée : d’une part, nous les interrogions sur leur parcours politique ce qui les conduisait souvent à évoquer le passé familial mais nous les avons plus spécifiquement questionnés, d’autre part, sur les traditions militantes ou les convictions politiques (communisme, antifascisme) au sein de leurs familles. Or la socialisation politique précoce qui caractérise l’ensemble de l’échantillon, sur laquelle nous reviendrons, s’associe fréquemment au fait d’avoir grandi dans un environnement familial ou local politisé. Cette politisation s’illustre notamment dans une participation à la résistance contre le fascisme durant la guerre et/ou par l’adhésion à une idéologie communiste. La mention de la résistance est récurrente dans les discours des militants italiens interrogés. Dans les faits, on constate que 17 activistes sur 33 sont issus de familles ayant connu un épisode de résistance ou s’étant nourrie d’une tradition communiste ou antifasciste, alors que 13 d’entre eux viennent de familles sans engagement politique, quelques-uns étant parfois issus de la bourgeoisie (N = 4) (voir Tableau IV).

Tableau IV : Existence d’un héritage politique familial parmi les militants

Groupes

Parents militants

Non

NSP

Effectifs

BR

3

3

1

7

PL

6

3

2

11

LC

2

2

4

Potere Operaio

4

1

5

Autonomie ouvrière

2

4

6

Total

17

13

3

33

  • 67 Pour des conclusions analogues sur le cas italien, voir Della Porta (2013) ; sur le cas allemand, v (...)

22L’incidence de l’héritage familial semble plus forte parmi les premières générations de militants (voir Tableau V). Les parcours de ceux que nous avons rencontrés vérifient ici les conclusions de Bosi et Della Porta (2012) puisque plus de la moitié des acteurs nés avant les années 1950 ont des parents ayant eu un parcours d’engagement politique dans la résistance, le communisme ou l’antifascisme67. Ces traditions familiales sont moins présentes pour les générations de militants nés après 1960 certainement également pour des raisons macrosociales : plus les militants sont jeunes, moins ils auront des parents résistants (du fait d’un décalage générationnel). Elles demeurent toutefois importantes pour la génération née au cours des années 1950 puisqu’elles concernent la moitié des militants rencontrés.

Tableau V : Générations civiles et militance familiale

Parents militants

G 1

G 2

G 3

Effectifs

BR

2

1

7

PL

1

5

1

10

LC

1

1

4

Potere Operaio

3

1

5

Autonomie ouvrière

2

6

Total

6

10

1

17

Effectif total

11

21

1

33

  • 68 Voir respectivement Clementi M., Storia delle Brigate Rosse, Odradek Edizioni, Rome, 2007, Galli G. (...)

23Néanmoins ce type d’héritage est singulièrement plus présent et plus marqué parmi les acteurs ayant eu un rôle clef dans les organisations où ils ont œuvré (effet du micro sur le méso). Si l’on peut expliquer par un phénomène générationnel et historique l’extraction familiale de la première génération des activistes, en revanche la corrélation entre la place prise dans les organisations clandestines et l’origine familiale est à souligner et semble plus forte que celle entre générations civiles et convictions familiales. En effet, la majorité des individus ayant eu des responsabilités au sein de ces dernières avaient des parents politiquement engagés (voir Tableau VI, Tableau VII et Tableau XI). S’articule ainsi une interaction remarquable, au niveau individuel, entre la biographie et la structure opérationnelle des réseaux militants, ce mécanisme ayant été peu mis en évidence par la littérature existante sur la période. Celle-ci a le plus souvent compartimenté l’étude méso- et l’étude microsociologique68.

Tableau VI : Héritage militant familial et positionnement des enquêtés dans les structures clandestines

Groupes

Position dans les structures

Parents militants

Effectifs

BR

Fondateurs

2

2

À l’origine du groupe

1

2

PL

Fondateurs

2

3

À l’origine du groupe

2

2

Fondateurs d’une sous-structure

2

4

LC

Fondateurs

1

1

Fondateurs d’une sous-structure

1

1

PO

Fondateurs

2

2

AO

Fondateurs

1

2

À l’origine du groupe

1

2

Total

15

21

Tableau VII : Synthèse de l’héritage politique familial et de la position dans la structure clandestine

Statut

Parents militants

Effectifs

Fondateurs

8

9

À l’origine historique du groupe

4

6

Fondateurs d’une sous-structure

3

5

Responsabilités

0

3

Total

15

23

24Le passé familial ne dessine pas seulement l’horizon normatif sur lequel s’inscrit l’engagement individuel, mais aussi la référence à partir duquel s’élaborent le récit de soi et la construction des identités individuelles voire collectives. Les acteurs ne manquent pas d’y faire référence au cours des entretiens qu’ils y soient invités ou non. Cet horizon n’esquisse pas seulement un cadre historique mais trace également un univers axiologique à partir duquel se construit un cadrage à la fois de la situation sociohistorique mais également du sens de l’engagement, y compris chez les activistes les plus jeunes (voir citation infra de S. Segio, 2.2). A. Soldati (G. 3) articule le sens de son engagement autour de la notion de résistance tout comme la description des actions qui l’ont conduite vers la clandestinité. Elle explique qu’

« il y avait tout un système de solidarité, de personnes solidaires et on savait très bien qu’on courait des risques, on se rencontrait un peu clandestinement pour voir ce qu’il fallait faire, ce qui était utile pour les personnes clandestines, etc. Et on était dans une sorte de situation de résistance. »

25De façon complémentaire, A. Soldati interprète la signification de son engagement en ces termes (effet du macro sur le micro) :

« C’était vraiment faire de la résistance… J’avais évidemment des souvenirs, des témoignages de la lutte partisane. Nous, avec les amitiés que je viens de décrire, on habitait une vallée assez particulière où il y avait eu une très forte présence, durant la guerre, de résistance et de partisans : tout le monde parmi nous avait quelqu’un de la famille qui s’était engagé dans cette résistance. Et c’était vraiment quelque chose – même si c’était ancien, mais pas autant qu’on le pense – en fait, c’était quelque chose d’encore présent, il y avait encore vraiment une valeur, des valeurs qui étaient présentes par rapport à ce passé familial pour quasiment nous tous. Je pense que cette situation-là, en quelque sorte, a aussi créé un terrain de sensibilité par rapport aux événements italiens et par rapport aux choix individuels de chacun. »

26L’agentivité individuelle se nourrit alors d’une disponibilité biographique, se déploie à partir d’un environnement macro et familial spécifique mais également d’un réseau interrelations structurées, l’ensemble dessinant un mécanisme complexe conduisant vers l’illégalité.

3. Precipitating factors : un contexte social décisif ?

  • 69 Bosi, 2012, p. 181.
  • 70 Rayner Hervé, « Protéger, subir et réprimer : la délicate ‘‘gestion’’ du terrorisme par l’État ital (...)
  • 71 Le président de la DC est enlevé par les Brigades rouges puis exécuté le 9 mai 1978 après cinquante (...)
  • 72 Farge A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs socia (...)
  • 73 Pour une approche historiographique des représentations des responsabilités historiques et politiqu (...)
  • 74 Farge, 2002.
  • 75 Benford R.D. et D.A. Snow, « Ideology, Frame Resonance, and Participant Mobilization », Internation (...)

27En complément de ces facteurs qui ont pu « faciliter » l’engagement (facilitating factors) se déploient également des facteurs ayant contribué à son accélération (precipitating factors). L’option de la violence politique se cristallise le plus souvent au sein d’un « maillage complexe de relations sociopolitiques impliquant une pluralité d’acteurs tels que des institutions politiques et sociales, des élites et des groupes de pression, des contre-mouvements, des partis politiques et des médias »69. Les facteurs qui vont précipiter son usage peuvent être de nature macro ou mésosociale et, dans des configurations plus rares, de type microsocial. Dans le cas de l’Italie, s’inscrivent dans la première catégorie la stratégie de la tension et les attaques ciblées et indiscriminées de l’extrême droite (voir introduction). On désigne par le syntagme « stratégie de la tension » une série d’attentats à la bombe, perpétrés dans des lieux publics entre 1969 et 1980, et dont les événements les plus marquants sont l’explosion de la bombe de la Banque de l’Agriculture, Piazza Fontana à Milan, le 12 décembre 1969, les bombes de Piazza della Loggia à Brescia en mai 1974 puis dans le train Rome-Munich (l’Italicus) en août de la même année, et, enfin, l’explosion dans la salle d’attente de la gare de Bologne le 2 août 198070. Dans la deuxième catégorie, figurent « l’affaire Moro »71 ou l’assassinat du syndicaliste Guido Rossa accusé d’avoir dénoncé un sympathisant des BR ; dans la troisième, la mort de militants engagés dans la même cause que soi. Certaines séquences temporelles prennent le statut d’« événements » décisifs (turning points) voire de precipitating factors. Or « un événement en histoire est une jonction d’altérités, en plus d’un morceau de temps, il est appelé à prendre son devenir et son sens dans sa réception et dans les représentations qu’on a de lui »72. En somme, la perception de l’événement n’est pas un donné en soi. Sa réalité est construite. Dès lors, des types d’interprétation totalement contradictoires peuvent émerger à son endroit selon la position assumée par l’acteur dans l’espace social73. L’événement est à la fois socialement fabriqué et approprié de façon différenciée selon les positions occupées dans l’espace social74 ainsi que nous le soulignerons à partir des récits biographiques. S’appuyer sur les récits rétrospectifs d’acteurs impliqués dans les luttes sociales passées revient à les considérer comme des agents signifiants, activement engagés dans des activités de production et de reconduction du sens, pour eux-mêmes et auprès des autres membres des organisations, de leurs adversaires, ainsi qu’auprès de leurs auditoires ou des observateurs75.

28S’agissant du contexte italien des années 1960-1980, la persistance d’un climat de tension et de violence régnant dans l’Italie de l’époque a eu un rôle décisif sur le plan macrosocial. L’enquête que nous avons menée permet de préciser la nature des événements ayant subjectivement pesé sur les trajectoires individuelles. Elle autorise parallèlement la mise au jour des mécanismes intervenant aux niveaux macro, méso et microsociaux. La triangulation est, en la matière, particulièrement précieuse puisqu’elle autorise des recoupements et permet de révéler des événements transformatifs émergeant de la mémoire collective. Le Tableau VIII résume les occurrences des trois types d’événements mentionnés dans les discours recueillis.

Tableau VIII. Incidence de facteurs extérieurs sur l’engagement politique

Événements

Macrosociaux

Mésosociaux

Microsociaux

Effectifs

BR

6

4

1

7

PL

9

5

2

11

LC

3

2

0

4

PO

3

3

1

5

Autonomie

5

3

0

6

Total

27

18

4

29Ces récits tendent à souligner le rôle prévalent du contexte macrosocial et d’événements précis dans les trajectoires d’engagement (effet du macro sur le micro) (voir Tableau VIII et Tableau IX).

  • 76 Ce tableau répertorie les réponses à la question « Y a-t-il des événements qui ont eu, pour vous, u (...)

Tableau IX. Détails des facteurs ayant pesé sur l’engagement politique des enquêtés76

  • 77 L’expression « massacres d’État » (strage di Stato) désigne la collusion entre l’appareil d’État it (...)
  • 78 Melchior reconnaît que le Chili a été utilisé comme un événement de propagande : « Si je dois citer (...)

Total

Total cumulé

Événements macrosociaux

Nationaux

Les « massacres d’État »77

Piazza Fontana (1969)

11

14

Gare de Bologne, l’Italicus (1974)

2

massacre dans la prison d’Alessandria (1974)

1

Stratégie de l’État italien

Stratégie de la tension

3

5

État vu comme un ennemi (contre-information)

2

L’extrême droite

Coup d’État Borghese (1970)

2

9

Attentats fascistes (Brescia, 1974)

2

Les actions meurtrières des fascistes (ex : Varèse, Zibecchi (1975), Fausto Tinelli et Lorenzo « Iaio » Iannucci (1978))

5

Répression

Répression des mouvements sociaux (plusieurs exemples, Valle Giulia, 1968 ; chars d’assaut à Bologne, 1977 ; les étudiants)

9

12

Mort de militants du fait de la répression (Giuseppe Pinelli (1969), Varalli (1975))

3

Le contexte social

Révoltes en Italie, Mai 68

2

7

Les transformations sociales en Italie (progressisme)

1

Défaite de la classe ouvrière à Mirafiori en 1980 ; reflux du Mouvement ; l’abandon de l’horizon de la grève générale par les trois principaux syndicats du pays

3

Le mode de production capitaliste qui tue

1

Internationaux

Le Vietnam

4

11

Les mouvements de libération

Les révoltes dans le monde (ex : États-Unis, Amérique latine) et les mouvements de libération, Che Guevara

6

L’expérience de Cuba

1

Les coups d’État

Coup d’État des colonels en Grèce en 1967

2

10

Coups d’État dans le monde (Chili)78

8

La résistance

L’attentat contre Carrero Blanco

1

2

La résistance

1

Valeurs et idéologie

L’internationalisme

1

2

La solidarité mondiale

1

Événements mésosociaux

Actions des BR

Séquestration et mort d’Aldo Moro (1978) ; l’attaque au cœur de l’État des BR (1)

8

9

Autres actions des BR (le meurtre d’activistes/syndicalistes comme Guido Rossa (1979))

1

Camarades

Mort de camarades

6

7

L’arrestation de camarades

1

Actions des organisations (conséquences négatives)

Mort d’innocents par la gauche extra-parlementaire (Roberto Crescenzio, 1977)

2

4

L’homicide du commissaire Luigi Calabresi (LC) (1972)

1

L’action de la rue Millio à Turin (PL) (1979)

1

Existence d’organisations ou du mouvement (aspect organisationnel)

L’antifascisme militant

2

2

Fermeture des Circoli del proletariato giovanile, congrès de Rimini

2

2

Aspect humain

L’élément humain dans la relation avec les camarades

1

1

Événements microsociaux

Biographiques

Licenciement d’usine

1

2

Altercation avec le proviseur

1

Répression

Conscience d’être personnellement la cible de la répression

1

2

La mort des amis

1

  • 79 Cette conclusion doit toutefois être mise en balance avec le rôle du contexte familial sur les choi (...)
  • 80 Goffman E., Frame Analysis: An Essay on the Organization of the Experience, New York, Harper Coloph (...)

30L’existence même de formes organisationnelles clandestines constitue également, mais de façon secondaire, un facteur décisif ayant pesé sur les parcours individuels (effet du méso sur le micro). Le rôle, semble-t-il crucial, du contexte macrosocial se confirme pour chacune des générations rencontrées avec une unanimité, parmi les acteurs nés à partir des années 1950 et qui sont jeunes adultes à la fin des années 1960. La violence de l’époque, la répression d’État, les soupçons de collusion de l’État avec l’extrême droite sont mis en évidence de façon récurrente (voir Tableau IX)79. Si l’on peut attribuer à certains de ces événements macrosociaux une fonction de déclencheur, ce n’est que pour autant qu’ils s’inscrivent au sein d’un contexte cadré axiologiquement et normativement autour de la notion d’ennemi. Les « cadres » constituent des « schèmes d’interprétation » à partir desquels les individus « localisent, perçoivent, identifient et étiquettent »80 des situations de la vie ordinaire et, plus généralement, des situations auxquelles ils sont confrontés, qu’il s’agisse de contextes de domination, d’exploitation, d’oppression, de guerre ou de violence. Ils confèrent un sens à des événements et à des situations, organisent l’expérience et orientent l’action. Sans eux et comme la remarque d’A. Franceschini infra le suggère, tout événement aussi important soit-il demeurerait dénué, au sens propre, de signification.

Tableau X. Incidence de facteurs extérieurs sur l’engagement politique des générations civiles de militants

Événements

Macrosociaux

Mésosociaux

Microsociaux

Effectifs

G 1

8

5

0

11

G 2

15

11

4

18

G 3

1

0

1

Total

24

16

4

  • 81 Post J. M., « Terrorist psychologic: terrorist behaviour as a product of psychological forces », in(...)
  • 82 Gurr Ted Robert, Why Men Rebel?, Princeton, Princeton University Press, 1970, p. 319.

31Ces éléments permettent de proposer des conclusions s’écartant légèrement de celles de Bosi et Della Porta (2012), dans la mesure où l’on observe un effet comparable des dimensions macro et mésosociales sur les trajectoires des plus jeunes générations et des plus anciennes qui s’illustrent, majoritairement, dans ce que ces auteurs désignent comme la « voie idéologique ». Les récits ne permettent pas de dégager à partir du regard rétrospectif ni de la réflexivité individuelle des événements microsociaux majeurs ayant influencé les parcours individuels. La tendance notable des acteurs rencontrés à recontextualiser et à souligner le caractère décisif de certains événements macrosociaux, en minorant le rôle des événements personnels, contribue en outre à disqualifier les explications du terrorisme en termes de déséquilibre psycho-pathologique81 ou faisant fond sur la frustration relative82 qui, dans le cas de l’Italie, paraît dénuée de pertinence. Ces militants, tous inculpés pour des faits de terrorisme, se pensent comme des « acteurs politiques » et des agents de l’histoire, en l’occurrence comme producteurs de significations.

32Nous avons fait le choix de placer du côté méso la mort de camarades ou d’amis militants, tués dans le cadre de leur engagement politique ou du fait d’être antifascistes. Il est incontestable que ces événements ont un effet micro pour autant qu’ils affectent personnellement l’enquêté. Cependant nous avons privilégié leur inscription du côté méso du fait du caractère non-accidentel de leur mort, liée à leur militance. Le tableau X présente le détail et la nature des facteurs mentionnés par les activistes comme ayant été, selon eux, « décisifs ». Il permet d’aller au-delà du constat selon lequel les militants de la « voie idéologique » semblent « avoir compris plus vite que les autres et sans rupture individuelle spécifique avec leurs opinions politiques antérieures, que la situation avait changé et que la lutte armée paraissait désormais pertinente » (Bosi et Della Porta, 2012, p. 372).

  • 83 Qu’il s’agisse des grèves, des occupations, des sabotages et, en réponse, des affrontements entre é (...)
  • 84 Sur l’incidence du contexte international sur les mobilisations de masse de cette époque, voir Ross (...)

33Les événements macrosociaux évoqués s’articulent en deux grandes catégories faisant référence soit au contexte international (guerre du Vietnam, luttes de libération), soit au climat national (effervescence sociale, mouvements sociaux, répression d’État). Dans les deux cas, ils présentent une valence positive et négative. Ainsi le contexte peut être perçu aussi bien comme porteur d’espoirs pour la contestation sociale italienne que comme annonciateur de dangers. Cette ambivalence caractérise la perception par les militants du contexte international aussi bien que national. D’une part, le climat international de lutte a pu intervenir comme une forme d’étincelle ou de déclic, associé aux événements des années 1968-196983 et les convaincre que « quelque chose était possible en Italie »84. D’autre part, la stratégie de la tension et le durcissement des rapports avec l’extrême droite, notamment les attentats perpétrés par celle-ci dans le pays et contre l’extrême gauche italienne, jouent aussi comme des éléments décisifs d’un « changement de la situation ». L’ambivalence avec laquelle se présente le contexte national intervient dans le souvenir de nombre de militants tels Alexandra qui, d’un côté, dénonce

« cet ennemi qui nous semblait sans pitié et décidé à tout pour faire obstacle au processus de transformation sociale [et] de l’autre côté, l’illusion que ces luttes qui avaient lieu pouvaient constituer un potentiel énorme. Elles nous semblaient presque invincibles ».

  • 85 L’importance subjective de cette occurrence s’explique par l’orientation idéologique des acteurs. E (...)

34De même, si d’un côté la guerre du Vietnam et les mouvements de libération nationale qui fleurissent à l’échelle mondiale sont cités une dizaine de fois comme ayant stimulé les luttes italiennes (N = 11)85, en revanche les coups d’État de l’extrême droite ont soulevé des inquiétudes (N = 9). En particulier, le coup d’État d’Augusto Pinochet au Chili le 11 septembre 1973 signe la fin des espoirs de l’instauration d’un régime socialiste par la voie démocratique (N = 8). Ainsi l’évocation d’un « changement de la situation » paraît plutôt liée à une évolution du climat social en termes de tension avec l’État, de violence subie de la part de l’extrême droite, de répression. Or ce « changement de la situation » concerne moins, dans notre enquête, la génération des fondateurs que les activistes qui en prennent le relais.

  • 86 Voir Grispigni Marco, « La strage è di Stato. Gli anni settanta, la violenza politica e il caso ita (...)
  • 87 Schwartz O., « Symposium sur “Analyser les entretiens biographiques, de D. Demazière et C. Dubar” » (...)

35Le cadrage du contexte social italien apparaît toutefois sous des auspices plus négatifs que positifs. La perception qui en prévaut est marquée par la violence : violence d’État, violence de l’extrême droite, violence de la répression. Deux faits sont particulièrement saillants dans les représentations militantes : d’une part, l’attentat de la banque de l’agriculture, Piazza Fontana, le 12 décembre 1969, à Milan (N = 10), auquel pourraient être ajoutées la stratégie de la tension de l’État italien (pour un total de 19 occurrences sur 32 entretiens), et d’autre part, la répression des mouvements sociaux mais aussi des militants d’extrême gauche (N = 12). L’attentat de 1969 est rapidement conceptualisé sous la catégorie de « massacre » d’État. Ce type de catégorisations utilisé par les acteurs rencontrés – mais pas seulement86 – est convoqué pour construire de la signification, l’énoncer, l’argumenter et la faire partager. Il participe de l’élaboration d’« univers de sens »87 et de représentations qui guident l’action. L’effet « catalyseur » plutôt que « fondateur » du 12 décembre 1969 est souligné par A. Franceschini qui répond, de façon nuancée, à la question des événements personnellement décisifs :

  • 88 Alors même que dans l’entretien nous tentons de l’engager sur des phénomènes organisationnels, liés (...)

« Un élément qui a eu une signification, ayant posé certaines décisions, c’était les massacres, notamment le massacre de Piazza Fontana. Disons qu’il serait faux de dire qu’on a commencé la lutte armée à cause du massacre de Piazza Fontana… Car nous, même avant on pensait – en 1968 et ces années-là –, on pensait à construire des parcours violents comme lutte de libération. Mais le massacre de Piazza Fontana a aggravé cette volonté. On arrivait à un affrontement civil très violent. Donc le massacre de Piazza Fontana, pour moi, c’est un élément décisif, pas tant en termes de violence, mais de développement ultérieur de cette volonté de violence. Il a été un accélérateur. » (nous soulignons)88

36Ces propos permettent de saisir l’importance du statut de l’événement dans les trajectoires militantes. Un événement, si tragique ou insignifiant qu’il soit, lorsqu’il émerge recèle en lui (ou du moins en son énonciation) la vision du futur de ceux qui viennent de le subir ou de l’appréhender (Farge, 2002, p. 4). La vision du devenir est constitutive du « moment-événement », tout comme celle du passé : les acteurs évoquent ces occurrences en les caractérisant par rapport à une attente de ce qui devait se passer, à une annonce de ce qui est à venir. On en parle en fonction de ce qu’il risque d’anticiper. Cerner l’« événement » implique de poser la question du sens et de mettre en lumière l’articulation entre la singularité des attitudes et le surgissement d’une durée de temps nouvelle concernant un ensemble spécifique de personnes, en l’occurrence la gauche extra-parlementaire italienne.

  • 89 Pour une appréciation historiographique de l’état de la démocratie italienne de l’époque, voir Tran (...)
  • 90 Lettieri Carmela, L’Italie contemporaine, Paris, Ellipses, 2008 ; Lettieri Carmela, « L’Italie et s (...)
  • 91 Alberto Franceschini et Marco Boato (G 1), Federico, Margareth, Alexandra, M. F., S. Segio, M. Batt (...)
  • 92 Sur l’ampleur au sein de la société italienne de la délégitimation de l’État, induite par la « copr (...)

37Dans ce domaine, on observe en particulier les effets méso et micro de la répression d’État (niveau macro). Elle participe d’un mécanisme portant les acteurs vers l’illégalité. Si la répression est venue consolider les convictions antérieures de certains militants, notamment de la « voie idéologique », elle a, le plus souvent, joué un rôle de biais de confirmation dans le contexte du coup d’État chilien. Ainsi elle a pu légitimer, à la faveur d’une convergence d’événements se confirmant réciproquement, la mobilisation finale vers l’activisme armé (macro → micro). L’effet cumulatif des phénomènes de répression légale et paramilitaire confirme des biais cognitifs et des cadrages axiologiques défavorables au système politique en place89. Dans d’autres cas, la répression intervient comme une sorte de révélation ou de « perte d’innocence ». Il n’est pas certain toutefois que ce dernier phénomène soit davantage imputable aux militants des voies instrumentale et solidariste, dans la mesure où l’événement majeur en la matière est incarné par le « massacre » de Piazza Fontana en décembre 1969, dont on a vu le rôle axial dans les trajectoires de nombre de militants et dont l’importance est confirmée par l’historiographie90. Cette occurrence est explicitement mentionnée par 10 personnes dont deux seulement appartiennent à la plus ancienne génération91. Il serait plus approprié d’envisager ce type d’événement comme à l’origine d’un « choc moral » qui n’a pas touché que les activistes extra-parlementaires mais qui, parmi eux, a donné lieu à des processus cognitifs de légitimation de la violence politique et de délégitimation de l’État92. S. Segio explicite la « perte de l’innocence » induite par cet événement :

  • 93 Il avait 14 ans.
  • 94 S. Segio poursuit : « Cet attentat, qu’on a immédiatement qualifié de ‘‘massacre d’État’’, les faus (...)

« Je crois qu’il faut penser le point de départ de cet engagement [le sien] comme un processus, et non pas comme un moment unique dont tout découlerait. Malgré cela, il a été dit que l’attentat de Piazza Fontana a causé la perte de l’innocence de toute une génération. Je me reconnais bien dans cette formule. Malgré le fait qu’à l’époque j’étais très jeune93, je participais déjà aux manifestations en souvenir de cet attentat et je me souviens à quel point cet attentat a été un point de non-retour, à partir duquel il était devenu évident, par la dimension sanglante de l’acte, que les mouvements qui poussaient pour transformer ce pays très conservateur, qu’ils soient soudains ou diffus, que le mouvement étudiant de 68 et de l’automne chaud ouvrier de 69 auraient comme conséquence la réaction des forces les plus conservatrices de l’État et des services secrets. »94

  • 95 Alimi Eitan Y., « Relational Dynamics in Factional Adoption of Terrorist Tactics: A Comparative Per (...)
  • 96 L’historiographie n’a pas manqué d’explorer la question de la violence d’État ainsi que de l’implic (...)
  • 97 I. Sommier (2008) mentionne la compétition entre organisations gauchistes comme facteur déterminant (...)

38L’interaction sous-jacente au mécanisme conduisant vers l’illégalité politique conjugue des événements de type macro, incarnés par les évolutions conjoncturelles de la fin des années 1960 (« automne chaud »), une séquence répressive sévère et un raidissement des franges conservatrices du pays. S’inscrivant dans le cadre de mobilisations sociales portées par des organisations ouvrières et étudiantes, cette interaction donne lieu à des processus cognitifs individuels. Les récits des acteurs témoignent de cette dynamique réciproque entre les actions des forces de sécurité et celles des activistes, c’est-à-dire d’un mécanisme caractéristique des processus de radicalisation95, dans un contexte d’ajustement mutuel des parties prenantes. Les actions militaires, alors mises en œuvre au terme de ces raisonnements et des transformations cognitives individuelles, ont ultérieurement contribué à accroître les tensions au niveau macrosocial (micro et méso → macro) dans un jeu d’ajustement réciproque des stratégies, en l’occurrence militaires, des acteurs en présence. En effet, le danger auquel il faut faire face, pour les groupes extra-parlementaires, n’est pas seulement incarné par l’État qui mène une répression systématique contre l’extrême gauche mais également par son allié d’extrême droite, auteur d’actions meurtrières visant aussi bien la population italienne que les activistes d’extrême gauche96 (Tableau X, N =8). Là où la littérature secondaire insiste sur la concurrence entre organisations dans la multiplication des groupes clandestins97, les récits des militants soulignent, pour ce qui est de leur trajectoire personnelle ressaisie rétrospectivement, l’importance subjective et méso-sociologique des phénomènes de répression. Qu’elle intervienne sur le plan macro ou méso, la répression – qui peut conduire à la mort des camarades – joue un rôle analogue de radicalisation des engagements (méso → micro) (N = 8). M. B. se souvient par exemple qu’il y a eu

« dès le début des morts parmi mes camarades les plus proches, en particulier un. Ces choses-là, ce sont vraiment des tragédies humaines difficiles à oublier, du point de vue affectif, amical, toutes ces choses-là. D’un autre côté, ça renforçait notre désir de justice, et aussi, entre guillemets, un besoin de vengeance, à l’époque. Ce n’était pas des morts dus au hasard, il y a bien eu des gens qui ont eu leur part dans ces tragédies, et ces personnes étaient liées à l’État. Dans le contexte, d’un côté tu as ce sentiment de haine, d’opposition, de besoin de justice et de vengeance, tout ça. Mais de l’autre côté, tu te dis : “merde, il est mort, et ça pouvait être moi”, et ça aussi, c’est une chose qui compte. On y pense. Aujourd’hui encore, en voyant comment les choses se sont passées, je me dis : “bon sang, on a payé le prix fort, nous aussi, pas seulement l’État et ses fonctionnaires”. Disons qu’on a payé de chaque côté un prix très élevé ».

  • 98 Guidon Guillaume, « Images de la violence, violence des images. La violence politique et sa représe (...)
  • 99 A. Soldati a rejoint PL dans les années 1980 mais elle a commencé son parcours politique à 14-15 an (...)

39L’historiographie récente souligne également l’incidence des actions policières, ayant conduit à la mort de Brigadistes lors de fusillades (Mara Cagol, Walter Alasia, massacre de via Fracchia) ou de jeunes émeutiers lors des manifestations de 1977 (Franco LoRusso et Giorgiana Masi)98. Sur le plan microsocial, la perte de camarades n’est pas seule en cause. La répression de ces derniers joue aussi un rôle majeur dans l’inflexion des trajectoires vers l’illégalité comme les souvenirs d’A. Soldati99, qui appartient à la dernière génération civile de militants, le suggèrent :

« La répression était tellement forte qu’on a été contraint de s’organiser clandestinement. Du coup, comme beaucoup de jeunes et de très jeunes, j’ai commencé un parcours politique de solidarité : des personnes avaient besoin d’être soutenues pour de petites choses et petit à petit, je me suis canalisée plus sur un coup de cœur qu’un coup de réflexion ou idéologique. »

40Le mécanisme par lequel les acteurs se trouvent portés vers l’illégalité se nourrit à la fois de dispositions propres à l’agent, en lien notamment avec un attachement axiologique aux valeurs de la solidarité et de la résistance, de l’existence de réseaux illégaux confrontés à des difficultés et du contexte situationnel porteur d’une très forte répression à l’encontre de l’extrême gauche. Parmi les « événements immédiats » ayant eu un effet de catalyseur de l’engagement, on compte la mort de militants et de camarades du fait de la répression ou de l’action de l’extrême droite. Ces événements jouent un rôle à la fois macro et micro : d’une part, ils structurent le climat et le contexte social de l’époque ; d’autre part, ils affectent subjectivement les acteurs en les orientant dans des directions spécifiques d’engagement, tel au moins qu’ils le revendiquent dans le récit a posteriori de soi (voir A. Stella).

  • 100 Berger Peter et H. Kellner, « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102, 1988 (...)

41Si les contextes nationaux et internationaux se présentent comme des catalyseurs d’engagement dans les parcours individuels (effet du macro sur le micro), les facteurs mésosociaux paraissent avoir un effet ambivalent dans les récits rétrospectifs d’acteurs qui ont souvent pris leurs distances avec leur engagement illégal. L’existence d’un antifascisme militant ou de structures opérationnelles clandestines, au sein desquelles se développent une camaraderie ainsi que des liens humains très forts, constitue des facteurs qui ont pesé sur les parcours militants, bien qu’ils soient moins considérés comme « décisifs » par les militants (N = 4) que par la littérature secondaire. Certains auteurs suggèrent en effet que les dispositions individuelles des acteurs importent moins que les liens qui les relient aux « autruis significatifs »100, en l’occurrence aux acteurs principaux de la construction d’une vision du monde et de l’identité individuelle. Les propos d’Alexandra, évoquant les modalités de son entrée dans les BR, permettent de relativiser le rôle des liens personnels dans l’engagement politique à rebours de ce que la littérature secondaire a tenté de démontrer :

« Non [ça n’était] pas grâce à une personne en particulier [qu’elle est entrée dans les BR]. J’avais des contacts depuis l’été précédent [1976], et puis c’est vrai, il y a eu un camarade qui est entré avant moi, même si cela n’a pas été déterminant dans mon choix, mais… c’est une question à laquelle il n’est pas très facile de répondre. Parfois, c’est un peu difficile à comprendre. Cela n’a pas été un des motifs qui m’a poussée à entrer mais, peut-être que s’il n’y avait pas eu quelqu’un que je connaissais et en qui j’avais confiance, peut-être que j’aurais eu beaucoup plus de difficulté à sauter le pas. Et peut-être aussi que je ne serais pas entrée dans les BR. Donc peut-être que le fait qu’il y avait déjà quelqu’un que je connaissais d’avant et en qui j’avais confiance a facilité mon entrée, du point de vue psychologique, pour moi – mais cela n’a pas été une des raisons de mon choix, voilà. »

42Dans l’échantillon spécifique qui est le nôtre, le niveau méso a plutôt constitué un frein dans les trajectoires individuelles. Des processus de réflexivité critique ont été provoqués par les conséquences négatives d’actions militaires entreprises par les BR, LC, PL ou, plus généralement, par la gauche extra-parlementaire qu’il s’agisse de l’exécution du commissaire Luigi Calabresi par LC en 1972, de celle Guido Rossa en 1979, syndicaliste soupçonné d’avoir dénoncé des Brigadistes, de la mort d’innocents comme Roberto Crescenzio en 1977 dans une action de la gauche extra-parlementaire ou encore de l’action de la rue Millio à Turin (PL) en mars 1979 où un étudiant de 18 ans a perdu la vie. Parmi ces actions, l’enlèvement puis l’exécution d’Aldo Moro le 9 mai 1978 trouvent un statut singulier (N = 8), en particulier parmi les Brigadistes et les militants de l’Autonomie qui associent cet événement à la fin de leur mouvement. L’enquête que nous avons menée ne permet donc pas de conférer un rôle prééminent aux facteurs méso dans les mécanismes poussant les acteurs de la gauche extra-parlementaire italienne vers la clandestinité.

4. La répression, un événement « transformatif » ?

  • 101 Voir Susanna Ronconi, citée in Novelli et Tranfaglia, 2007, p. 160.
  • 102 Bosi et Della Porta, 2012, p. 374.

43Pour une frange des Brigadistes, notamment de la voie instrumentale, « c’est souvent un événement transformatif qui les a conduits à faire le dernier pas vers le groupe clandestin, qu’il s’agisse de la répression d’État, de l’activisme des contre-mouvements violents ou des actions des organisations armées existantes. En particulier, les événements traumatiques de la répression ont souvent été une étape dans leur militantisme, qui a résonné avec les changements perçus dans la structure des opportunités politiques101 »102. Pour les militants de la voie instrumentale, l’insatisfaction politique et le choc produit par certains faits, sur fond de clôture des OP, les auraient poussés sur la voie de la lutte clandestine.

  • 103 Martin Alvarez Alberto et Eduardo Rey Tristan (eds.), Revolutionary Violence and The New Left : Tra (...)
  • 104 Sommier, 1998 ; Lazar et Matard-Bonucci, 2010.
  • 105 Ce sont toutefois 24 (16 + 8) personnes sur 33 qui avouent avoir été marquées, dans leurs parcours, (...)
  • 106 Francesco Cossiga a ensuite reconnu que le fait d’avoir envoyé à Bologne, après la mort de Lorusso, (...)

44La question des « événements décisifs » a été explicitement posée, dans notre enquête, aux acteurs rencontrés. Ils désignent notamment des événements déclencheurs (trigger events) susceptibles de « produire des changements dans les répertoires culturels d’action collective »103. Ils interviennent comme vecteurs de diffusion de nouveaux répertoires d’action, tels la lutte armée ou l’organisation armée clandestine. Si la répression semble avoir moins pesé que des événements macrosociaux orchestrant la stratégie de la tension104, elle intervient néanmoins au deuxième rang des éléments mentionnés comme ayant eu un rôle de « turning points » dans les trajectoires individuelles. Sur le plan microsocial, il s’agit certainement d’un des facteurs les plus marquants, que l’on prenne conscience d’être devenu.e personnellement la cible de la répression ou que des amis militants aient trouvé la mort du fait de leur engagement. L’évocation de la répression, dans le contexte social, intervient dans seize discours105 qui mentionnent aussi bien les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre à Valle Giulia (Rome) le 1er mars 1968, la décision du ministre de l’intérieur Francesco Cossiga, soutenu par le PCI, d’envoyer des blindés à Bologne en réponse aux révoltes des étudiants et du mouvement autonome106 ainsi que les multiples formes de répression qu’ont subies les étudiants. Sont également citées la mort de Giuseppe Pinelli, militant anarchiste, le 15 décembre 1969, « tombé » de la fenêtre du commissariat où il avait été arrêté à la suite de l’attentat de Piazza Fontana, celle de Claudio Varalli le 16 avril 1975 sous les coups d’Antonio Braggion, membre de l’organisation d’extrême droite Avanguardia Nazionale. Cet assassinat inaugure la « semaine sanglante » (voir annexe 4). Le Tableau XI traduit l’importance de la répression dans les trajectoires militantes d’un point de vue générationnel.

Tableau XI. Évocation de la répression à travers les générations militantes

Générations

Répression évoquée

Effectifs

G 1

4

11

G 2

11

21

G 3

1

1

45C’est donc au sein des militants nés à partir de la décennie 1950 que l’effet de la répression a été le plus marquant sur les parcours. Ce phénomène s’explique notamment du fait qu’elle sévit particulièrement entre la toute fin des années 1960 et trouve son apogée dans une logique d’affrontement ouvert – plutôt que de répression judiciaire – dans la première moitié des années 1970 au moment où, parallèlement, les groupes extra-parlementaires pullulent et sont très actifs, y compris en matière de recrutement clandestin.

  • 107 Della Porta Donatella, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 108 Sommier, 2012, p. 19.
  • 109 Rappelons la tentative de coup d’État du Prince Junio Valerio Borghese dans la nuit du 7 au 8 décem (...)
  • 110 Sans faire de cette violence un facteur unique, elle trouve dans les récits rétrospectifs une place (...)

46Œuvre donc, au sein des trajectoires d’engagement, une conjonction de facilitating factors et de precipitating factors. Della Porta (1995) et Sommier (2012) décrivent les premiers, pour le cas italien, à partir d’expériences antérieures de violence et d’une « dévotion aux amis »107. Elles explicitent les seconds en lien avec la solidarité avec un ami arrêté, la réaction à la mort de militants, l’obligation d’entrer dans la clandestinité pour échapper aux poursuites108. Comme nous l’avons vu, la première catégorie demanderait toutefois à être complétée en référence à l’environnement familial et aux traditions de résistance dans lesquelles les militants ont souvent baigné (voir Tableau IV) ainsi qu’aux effets de socialisation politique antérieure à l’engagement illégal puisque la quasi-totalité des personnes rencontrées a eu une socialisation politique très précoce et, dans tous les cas, au sein d’organisations politiques légales avant d’opter pour une pratique clandestine (Tableau XII). Sur le plan individuel, les facteurs familiaux, cognitifs et axiologiques sont des dimensions motrices des mécanismes de l’engagement clandestin. De même, la catégorie des facteurs accélérateurs (precipitating factors) suppose d’être étendue au-delà des éléments microsociaux précédemment cités pour inclure des facteurs macrosociaux, tels les coups d’État de l’extrême droite en Italie109 ou militaires au Chili, ainsi que des événements répressifs tels la mort de Giuseppe Pinelli, produisant des mécanismes cognitifs qui alimentent les raisons de l’engagement. Les mécanismes de l’engagement clandestin s’alimentent ainsi d’un contexte situationnel de violence d’État, légale et illégale110.

  • 111 Goodwin J., J. Jasper et F. Polletta (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Ch (...)
  • 112 Viterna, 2006, p. 10.
  • 113 La « Loi Reale » sur l’ordre public a été votée en 1975. Voir introduction.

47En effet, les structures étatiques répressives mobilisent la dissidence antiétatique par leur recours à une violence aveugle et ne laissent en fait aux citoyens « aucune autre issue » que l’engagement illégal voire la révolution111. La répression d’État joue souvent un rôle central dans la mobilisation des militants, lorsqu’ils sont convaincus de n’avoir pas d’autre issue. Toutefois ce lien n’est pas direct. Une médiation intervient : l’efficacité de la répression, dans les mécanismes d’engagement étudiés, s’explique par sa propension à susciter involontairement des environnements de recrutement efficaces et des conditions de recrutement évidents (liés à la reformulation des cadres cognitifs à partir desquels appréhender les contextes), que les « entrepreneurs » de mouvements sociaux peuvent ensuite utiliser, comme ce fût le cas en Italie et dans d’autres contextes. De plus, si la répression est importante pour la mobilisation extra-parlementaire, il convient toutefois de souligner les variations dans la façon dont le contexte de répression se transforme au cours du mouvement et dans la manière dont la répression affecte les individus différemment, en fonction de leur biographie (niveau micro/individuel) et de leur appartenance à un réseau (niveau méso)112. Ces variations imposent de distinguer la stratégie de la tension de la confrontation avec la police dans les manifestations mais surtout de la répression systématique appuyée sur un système judiciaire s’adaptant à la lutte contre le terrorisme par des lois ad hoc, telles la loi Reale113.

  • 114 Voir le décret-loi du 15 décembre 1979.
  • 115 Des conclusions similaires ont émergé dans des contextes de lutte clandestine très différents (Vite (...)

48Il convient, en effet, de ne pas avoir une appréhension trop statique des effets de la répression. En Italie, comme dans d’autres conflits asymétriques, les niveaux et les types de répression évoluent en fonction du rapport de force. Ces variations ont un impact direct sur la manière, le moment et les raisons de l’engagement clandestin. Au début du Mouvement, la répression touchant les mobilisations sociales a eu un effet de cohésion des forces d’extrême gauche et a provoqué l’engagement d’un cercle large d’acteurs. À partir de la seconde moitié des années 1970, la répression systématique et très large du Mouvement, associée à la torture et aux lois sur les repentis114, a précipité certains passages à la clandestinité par effet de « cascade » : l’arrestation d’un militant met en danger plusieurs d’entre eux qui, pour se protéger, doivent alors fuir dans la clandestinité. Peut-on dès lors établir que la répression a été un catalyseur poussant des militants déjà actifs dans la lutte illégale (macro → micro) ? Il serait plus juste de dire, au vu des trajectoires des militants interrogés, que ceux qui étaient politiquement actifs semblent avoir été poussés dans l’activisme clandestin du fait d’identités de participation déjà fortes115.

Conclusion

49L’enquête que nous avons menée permet de préciser les mécanismes de l’activisme armé qui s’est déployé en Italie à la fin du XXe siècle, qu’il s’agisse de l’environnement familial dans lequel ses acteurs ont été socialisés, de leur adhésion à des motivations politiques ou idéologiques plutôt que pragmatiques ou solidaristes, et enfin des facteurs macro, méso et microsociaux ayant pesé sur leurs trajectoires d’engagement.

50En premier lieu, l’incidence de l’héritage politique familial sur les trajectoires semble forte tout au long du cycle politique, que les militants soient nés avant ou après la décennie 1950. La corrélation pertinente ne se formule pas tant en termes chronologiques et générationnels qu’en lien avec les positions occupées par les activistes dans les groupes clandestins et avec leurs implications en matière organisationnelle et opérationnelle. De façon très majoritaire, les individus ayant fondé des cellules ou des colonnes clandestines, ou bien qui ont eu des responsabilités en leur sein, sont issus de familles ayant eu un engagement politique marqué par l’antifascisme, le communisme et/ou la résistance. Ainsi l’effet de l’héritage familial paraît remarquable parmi les acteurs ayant eu un rôle clef dans les organisations où ils ont œuvré. Cet héritage constitue un élément notable des mécanismes de l’engagement illégal au titre de facteur « facilitant » ces implications.

51Notre ambition était, en second lieu, d’expliciter, dans les parcours vers la clandestinité, la place de certains événements ou phénomènes, tels que la répression, dans les logiques sous-jacentes à des conduites et à des représentations de militants politiques de la gauche extra-parlementaire armée italienne des années 1960-1980. Sans nécessairement pouvoir toujours être qualifiés, à partir des récits rétrospectifs, d’événements « déclencheurs », certains faits trouvent, dans un contexte « cadré » axiologiquement et normativement, une fonction signifiante. Au-delà du choc moral qu’ils suscitent, ils interviennent en confirmant des biais cognitifs ou des cadrages axiologiques, en l’occurrence défavorables à l’État ainsi qu’au gouvernement en place ou au système établi. Le cas de l’attentat de Piazza Fontana est, de ce point de vue, paradigmatique. Dans le cas de l’Italie, s’ajoute l’effet cumulatif d’événements marquants, notamment de répression à l’égard des mouvements sociaux sur plusieurs décennies et incarnés par la stratégie de la tension. A contrario, les récits recueillis ne permettent quasiment pas de dégager, à partir du regard rétrospectif ni de la réflexivité individuelle, des événements microsociaux ayant influencé les parcours individuels. Si l’on ne peut écarter le rôle de la dimension méso-sociologique dans les mécanismes de l’engagement politique clandestin, les récits rétrospectifs suggèrent un effet majeur des niveaux micro (héritage familial, cadre axiologique) et macrosociaux sur les trajectoires individuelles, conférant à la répression et à la violence d’État, légale et paramilitaire, une fonction cardinale.

Haut de page

Bibliographie

Alimi Eitan Y., « Relational Dynamics in Factional Adoption of Terrorist Tactics: A Comparative Perspective », Theory and Society, vol. 40, n° 1, 2011, p. 95-119.

Armani Barbara, « La production historiographique, journalistique et mémorielle sur les années de plomb », in Marc Lazar (éd.), L’Italie des années de plomb. Le terrorisme entre histoire et mémoire, Autrement, 2010, p. 192-207.

Armani Barbara, « Anni settanta. Movimenti, violenza politica e lotta armata tra memoria e rappresentazione storiografica », Storica, vol. 11, n° 32, 2005, p. 41-82.

Balestrini N. et P. Moroni, La horde d’or. La grande vague révolutionnaire et créative, politique et existentielle. Italie 1968-1977, Paris, éd. de l’Éclat, 2017 [1988].

Balzerani Barbara, Camarade Lune, Paris, éditions Cambourakis, 2017 [1998].

Benford R.D. et D.A. Snow, « Ideology, Frame Resonance, and Participant Mobilization », International Social Movement Reseach, vol. 1, 1988, p. 197-217.

Berger Peter et H. Kellner, « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102, 1988, p. 6-23.

Berger P. et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité [1966], Paris, Meridiens-Klincksieck, 1986.

Biscione Francesco, « Strategia della tensione. Genesi e destino di un’espressione », Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, vol. 50, n° 12, 2020.

Bosi Lorenzo, « État des savoirs et pistes de recherche sur la violence politique », Critique internationale, n° 54 - janvier-mars 2012, p. 171-189.

Bosi Lorenzo et Donatella Della Porta, « Micro-mobilization into Armed Groups : Ideological, Instrumental and Solidaristic Paths », Qual. Sociol., vol. 35, 2012, p. 361-383.

Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 62/63, juin 1986, p. 69-72.

Calvi Maurizio, Alessandro Ceci, Angelo Sessa et Giulio Vasaturo, Le date del terrore. La genesi del terrorismo italiano e il microclima dell’eversione dal 1954 al 2003, Rome, L. Sossella, 2003.

Catanzaro R. et L. Manconi (dir.), Storie di lotta armata, Il Mulino, Bologne, 1995.

Caprara M. et G. Semprini, Destra estrema e criminale, Newton Compton ed., Rome, 2007.

Cartier Marie et Alexis Spire, « Approches générationnelles du politique », Politix, vol. 4, n° 96, 2011, p. 7-15.

Ceci Giovanni Mario, Moro e il PCI : la strategia dell’attenzione e il dibattito politico italiano (1967-1969), Rome, Carocci, 2013a.

Ceci Giovanni Mario, Il terrorismo italiano : storia di un dibattito, Rome, Carocci, 2013b.

Clementi M., Storia delle Brigate Rosse, Odradek Edizioni, Rome, 2007.

Codaccioni Vanessa, « Expériences répressives et (dé)radicalisation militante », Cultures & Conflits, vol. 1, n° 89, 2013, p. 29-52.

Crenshaw Martha, Explaining Terrorism: Causes, Processes and Consequences, Londres, Routledge, 2011.

Crettiez X., La violence ethno-nationaliste contre l’État. Les exemples basque et corse, Paris, Université Paris 1, thèse de doctorat de troisième cycle en science politique, 1997.

Curcio Renato, À visage découvert : entretiens avec Mario Scialoja, Paris, Éditions Lieu commun, 1993.

Della Porta Donatella, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

Della Porta Donatella, Clandestine Political Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

Della Porta D. et D. Rucht, « Left-Libertarian Movements in Context: Comparing Italy and West Germany, 1965-1990 », in C. J. Jenkins et B. Klandermans (dir.), The Politics of Social Protest. Comparative Perspectives on State and Social Movements, Minnesota, Univ. Press of Minnesota, 1995, p. 229-272.

Dogliani Patrizia, « Générations et révoltes au XXe siècle dans l’histoire et l’historiographie italiennes », L’Homme et la société, n° 111-112, 1994, Générations et mémoires, p. 67-76.

Donato G., La lotta è armata. Sinistra rivoluzionaria e violenza politica in Italia (1969-1972), Derive Approdi, Rome, 2014.

Farge A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, n° 38, 2002, p. 69-78.

Fasanella Giovanni, Giovanni Pellegrino et Claudio Sestrieri, Segreto di Stato. La verità da Gladio al caso Moro, Turin, Einaudi, 2000.

Franceschini Alberto, Mara, Renato e io, Milan, Mondadori, 1988.

Francis Matthew, « What causes Radicalisation? Main lines of consensus in recent research », Guides, 24 Jan, 2012; http://www.radicalisationresearch.org/guides/francis-2012-causes-2/

Fumian Carlo, « Il problema dello Stato tra verità storica e verità giudiziaria », in Carlo Fumian et Angelo Ventrone (dir.), Il terrorismo di destra e di sinistra in Italia e in Europa. Storici e magistrati a confronto, Padoue, Padova University Press, 2018, p. 3-12.

Galleni Mauro (dir.), Rapporto sul terrorismo, Milan, Rizzoli, 1981.

Galli G., Storia del partito armato. 1968-1982, Milan, Rizzoli, 1986.

Gallinari Prospero, Un contadino nella metropoli. Ricordi di un militante delle Brigate Rosse, Milan, Bompiani, 2006.

Galmozzi Chicco, Figli dell’officina. Da Lotta continua a Prima linea : le origini e la nascita (1973-1976), Milan, Rome, Derive e approdi, 2019.

Goffman E., Frame Analysis: An Essay on the Organization of the Experience, New York, Harper Colophon, 1974.

Goodwin J., J. Jasper et F. Polletta (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Chicago & Londres, The University of Chicago Press, 2001.

Grandi Aldo, LUltimo Brigatista, Turin, BUR, 2007.

Grispigni Marco, « La strage è di Stato. Gli anni settanta, la violenza politica e il caso italiano », in Neri Serneri Simone (éd.), Verso la lotta armata : la politica della violenza nella sinistra radicale degli anni Settanta, Bologne, Il Mulino, 2012.

Grojean Olivier, « “Les aléas d’un terrain comme révélateurs de sa structuration”. Gestion et objectivation d’une relation d’enquête sur une mouvance radicale et transnationale », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n° 4, 2010, p. 63-76.

Guerri Giordano, Patrizio Peci. Io, lInfame, Milan, Mondadori, 1983.

Guibet Lafaye C., « Légitimer, rationaliser, expliquer la violence politique. Rationaliser la violence politique », Sociologie et sociétés, Presses de l’Université de Montréal, Canada, 2017.

Guibet Lafaye Caroline, Armes et principes. Éthique de l’engagement politique armé, Paris, éd. du Croquant, 2019.

Guibet Lafaye Caroline, Conflit au pays basque : regards des militants illégaux, Oxford, Peter Lang, 2020.

Guidon Guillaume, « Images de la violence, violence des images. La violence politique et sa représentation dans la photographie de presse italienne (1969-1984) », Histoire, 2010, italienne (1969-1984). Histoire. 2010. https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00593295.

Gurr Ted Robert, Why Men Rebel?, Princeton, Princeton University Press, 1970.

Guzzo Domenico, Rome dans les années de plomb. L’inscription urbaine des violences politiques (1966-1982), Bayonne, IFJD, 2019.

Hall P.A., « Aligning Ontology and Methodology in Comparative Research », in J. Mahoney et D. Rueschemeyer (ed.), Comparative Historical Analysis in the Social Sciences, Cambridge, UK et New York, Cambridge University Press, 2003.

Hedström P. et R. Swedberg (eds.), Social Mechanisms : An Analytical Approach to Social Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Kaase M. et F. Neidhardt, « Politische Gewalt und Repression - Ergebnisse von Bevölkerungsfragen », vol. IV, in H.D. Schwind et J. Bauman (dir.), Ursachen, Prävention und Kontrolle von Gewalt. Analysen und Vorschlage der Unabhängigen Regierungskommission zur Verhinderung und Bekämpfung von Gewalt (Gewaltkommission), Berlin, Dunker et Humblot, 1990.

Kessler D. et A. Masson, Cycle de Vie et Génération, Économica, Paris, 1985.

Laperrière A., « Les critères de scientificité des méthodes qualitatives », in J. Poupart, J.-P. Deslauriers, L.-H. Groulx, A. Laperrière, R. Mayer et A. P. Pires (dir.), La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologiques, Boucherville (Québec), Gaëtan Morin éd., 1997.

Lazar Marc et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), L’Italie des années de plomb : le terrorisme entre histoire et mémoire, Paris, Autrement, 2010.

Le Quang Grégoire, « “Terrorisme” contre “lutte armée” : la guerre des mémoires de l’Italie des « années de plomb », de 1981 à aujourd’hui », communication au Colloque « Les conflits de mémoire : arts, histoire, commémorations », Université du Maine, 6-7 avril 2017.

Lega A. et G. Santerini, Strage a Brescia. Potere a Roma. Trame nere e trame bianche, Milan, Mazzotta, 1976.

Lettieri Carmela, L’Italie contemporaine, Paris, Ellipses, 2008.

Lettieri Carmela, « L’Italie et ses Années de plomb. Usages sociaux et significations politiques d’une dénomination temporelle », Mots. Les langages du politique [En ligne], 87 | 2008, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 12 octobre 2012.

Linhardt Dominique, « Guerrilla diffusa », Politix, vol. 2, 2006, n° 74, p. 75-102.

Mahoney J. et D. Rueschemeyer (ed.), Comparative Historical Analysis in the Social Sciences, Cambridge, UK et New York, Cambridge University Press, 2003.

Mannheim K., Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1928].

Martin Alvarez Alberto et Eduardo Rey Tristan (eds.), Revolutionary Violence and The New Left : Transnational Perspectives, New York, Routledge, 2016.

Mayntz Renate, « Organizational Forms of Terrorism – Hierarchy, Network, or a Type sui generis ? », MPIfG Discussion Paper 04/04, Cologne, Max-Planck-Institute for the Study of Societies, MIPT Terrorism Knowledge Base, 2004.

Moretti Mario, Brigate rosse una storia italiana, avec Mosca Carla et Rossana Rossanda, Milan, Anabasi, 1994.

Morucci Valerio, La peggio gioventù. Una vita nella lotta armata, Milan, Rizzoli, 2004.

Novelli Diego et Nicola Tranfaglia, Vite sospese. Le generazioni del terrorismo, Milan, Garzanti, 1988.

Pagis J., May ’68. Shaping Political Generations, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2018 [2014].

Panvini G., Ordine nero, guerriglia rossa. La violenza politica nell'Italia degli anni sessanta e settanta (1966-1975), Einaudi, Turin, 2009.

Pasquino Gianfranco, « Sistema politico bloccato e insorgenza del terrorismo : Ipotesi e prime verifiche », in Gianfranco Pasquino (ed.) La prova delle armi, Bologne, Il Mulino, 1984.

Passerini L., Autobiography of a Generation, Italy ‘68, Hanover (NH), Wesleyan University Press, 1996.

Post J. M., « Terrorist psychologic: terrorist behaviour as a product of psychological forces », in W. Reich (dir.), Origins of terrorism; psychologies, ideologies, theologies, states of mind, New York, Cambridge University Press, 1990.

Rayner Hervé, « Les théories du complot dans les interprétations du terrorisme en Italie : la prégnance du point de vue cryptologique », in Gius Gargiulo et Otmar Seul (dir.), Terrorismes : l’Italie et l’Allemagne à l’épreuve des années de plomb (1970-1980). Réalités et représentations du terrorisme, Paris, éd. Michel Houdiard, 2008, p. 162-193.

Rayner Hervé, « Protéger, subir et réprimer : la délicate ‘‘gestion’’ du terrorisme par l’État italien durant les ‘‘années de plomb’’ », in M. Lazar (dir.), L’Italie des années de plomb. Le terrorisme entre histoire et mémoire, Paris, Autrement, « Mémoires/Histoire », 2010, p. 36-49.

Rossi Federica, « La “lutte armée” entre justice, politique et histoire. Usages et traitements des “années de plomb” dans l’Italie contemporaine (1968-2010) », thèse de science politique, Université de Nanterre - Paris X, 2011.

Schimel Anne, « Face au terrorisme : les lois spéciales à l’italienne », Sociologie du travail, 28ᵉ année n° 4, Octobre-décembre 1986. Violence politique du terrorisme, p. 527-546.

Schwartz O., « Symposium sur “Analyser les entretiens biographiques, de D. Demazière et C. Dubar” », Sociologie du Travail, vol. 4, 1999, p. 463-468.

Sewell William H. Jr., « Three Temporalities: Toward an Eventful Sociology », in Terrence J. McDonald (ed.), The Historic Turn in the Human Sciences, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996, p. 245-280.

Sommier Isabelle, « Les années 68 entre l’oubli et l’étreinte des années de plomb », Politix, n° 30, 1995, p. 168-177.

Sommier Isabelle, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998.

Sommier Isabelle, « Repentir et dissociation : la fin des “années de plomb” en Italie ? », Cultures & Conflits, n° 40, automne 2000, p. 43-61.

Sommier Isabelle, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

Sommier Isabelle, « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture », Lien social et Politiques, n° 68, 2012, p. 15-35. http://id.erudit.org/iderudit/1014803ar

Steiner Anne, Guérilla urbaine en Europe occidentale : la RAF, thèse de sociologie politique, Paris-X, 1985.

Stella Alessandro, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, 2016.

Tarrow Sydney, « Cycles of Collective Action : Between Moments of Madness and the Repertoire of Contention », Social Science History, vol. 17(2), 1993, p. 328-339.

Tarrow S., Power in Movement. Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge, CUP, 1994.

Tranfaglia N., « La crisi italiana e il problema storico del terrorismo », in Mauro Galleni (dir.), Rapporto sul terrorismo. Le stragi, gli agguati, i sequestri, le sigle 1969-1980, Rizzoli, 1981.

Tilly Charles, « Mechanisms in Political Science », Annual Review of Political Science, vol. 4, 2001, p. 21-41.

Ventura Angelo, « La responsabilità degli intellettuali e le radici culturali del terrorismo di sinistra », in Carlo Ceolin (ed.), Università, cultura, terrorismo, Milan, Angeli, 1984.

Viterna J., « Pulled, pushed, and persuaded: Explaining women’s mobilization into the Salvadoran guerrilla army », American Journal of Sociology, vol. 112, n° 1, 2006, p. 1-45.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Tableau XII. Liste des enquêtés avec leurs caractéristiques sociodémographiques

Pseudonyme

Sexe

Année de naissance

Organisation

Années de détention

Profession du père

Alberto Franceschini

M

1947

Brigades Rouges

18 ans

Ouvrier

Paola

F

1947

BR

17 ans

Petit commerçant

Alexandra

F

1950

BR

15 ans

Avocat

Margareth

F

1950

BR

3 ans et demi

Commerçant

Federico

M

1951

BR

23 ans et demi

Maçon

Aloys

M

1956

BR

1 ans et demi

Ouvrier

Pietro

M

1957

BR

18 ans

Fonctionnaire

Melchior

M

1948

Prima Linea

17 ans

Ouvrier

S. R.

F

1950

PL

7 ans et demi et 20 ans de mesure de substitution

Artisan à son compte

Paolo Margini

M

1950

PL

5 ans

Chef de petite entreprise

B. L.

M

1953

PL

11 ans

Ouvrier

Sergio Segio

M

1955

PL

24 ans

Ouvrier

M. F.

M

1955

PL

7 ans et demi

Employé administratif d’entreprise (employé de banque)

Paolino

M

1956

PL

14 ans

Ouvrier

Massimo Battisaldo

M

1956

PL

11 ans

Commerçant

Mathias

M

1959

PL

10 ans

Petit commerçant

Anna Soldati

F

1962

PL

2 mois et demi

Entrepreneur

Marco Boato

M

1944

Lotta Continua

6 jours

Artisan

Patrizia Pistagnesi

F

1951

LC

12 h

Général de l’armée de l’air

Guillermo

M

1953

LC

-

Réalisateur de cinéma, scénariste

E. B.

M

1954

LC

5 ans

Ouvrier

Théodore

M

1933

Potere Operaio, Autonomie ouvrière

11 ans

Employé

Guillem

M

1947

PO

4 ans et 9 mois

Ouvrier du bâtiment

Saro

M

1948

PO, Autonomie ouvrière

3 mois

Avocat

Emilia

F

1951

PO

1 an

Ingénieur

Alessandro Stella

M

1956

PO, Autonomie ouvrière

Exilé

Enseignant

Demis

M

1946

Autonomie

10 ans

Médecin

Guiseppe

M

1947

Autonomie ouvrière

1 mois et demi

Menuisier

Paloma

F

1947

Autonomie ouvrière

1 an

Coiffeur

Gihen

M

1948

Autonomie ouvrière

-

Responsable d’usine

Mateus

M

1954

Autonomie

-

Ingénieur

Martin

M

1957

Autonomie

Quelques mois

Ouvrier

Sophie

F

1954

Avanguardia Operaia

-

Poissonnier

Six des enquêtés ont refusé l’anonymat, en l’occurrence Marco Boato, Patrizia Pistagnesi, Paolo Margini, Sergio Segio, Alessandro Stella et Anna Soldati. Deux personnes ont accepté que leur identité soit révélée, lorsque la question de l’anonymat a été abordée en début d’entretien (Massimo Battisaldo et Alberto Franceschini). Les huit figurent donc dans le tableau sous leur véritable identité.

Annexe 2

Tableau XIII. Groupes successifs par lesquels les enquêtés sont passés

Pseudonyme

Sexe

Année de naissance

Groupes militants successifs

Organisation retenue

Alberto Franceschini

M

1947

Jeunesses communistes, CPOS à Reggio Emilia, Collectif politique des étudiants travailleurs

Brigades Rouges

Alexandra

F

1950

Groupes extra-parlementaires mineurs opéraïste, PO, Lotta Armata Potere Proletario

BR

Margareth

F

1950

BR

Federico

M

1951

BR

Aloys

M

1956

Syndicat ouvrier, Federazione Impiegati Operai Metallurgici (FIOM)

BR

Pietro

M

1957

BR

S.R.

F

1950

Mouvement étudiant, Lotta continua, Senza tregua

Prima Linea

Paolo Margini

M

1950

Autonomie ouvrière, LC

PL

B. L.

M

1953

Circolo Lenin (Sesto San Giovanni)

PL

Sergio Segio

M

1955

Senza tregua, Comités communistes pour le pouvoir ouvrier (Comitati comunisti per il potere operaio), LC

PL

M. F.

M

1955

Movimento studentesco (mouvement étudiant au lycée), PO, Collettivi Politici Studenteschi, Lavoro Illegale liée à PO

PL

Paolino

M

1956

Federazione Giovanile Comunista Italiana (FGCI), Il Manifesto, Autonomie, projet « Metropoli », Brigata Lomuscio

PL

Massimo Battisaldo

M

1956

Mouvement étudiant, SO du Gruppo Gramsci; Autonomia Operaia, Rosso, Lotta Armata per il Comunismo,

PL

Mathias

M

1959

Collectif ouvrier-étudiants, LC, Autonomie

PL

Anna Soldati

F

1962

mouvance alternative, parti radical

PL

Guillermo

M

1953

mouvement étudiant, Viva il comunismo

Lotta Continua

Marco Boato

M

1944

Mouvement étudiant

E. B.

M

1954

Mouvement étudiant, Senza Tregua, Comité des Révolutionnaires Communistes

LC

Patrizia Pistagnesi

F

1951

Commission des étudiants du lycée Torquano, Union des communistes marxistes-léninistes

LC

Théodore

M

1933

PS, Quaderni Rossi, Classe Operaïa, PO, Autonomie ouvrière

Potere Operaio

Guillem

M

1947

Comitato operaio del Petrolchimico, PO, Comitato Operaio di Porto Marghera, Assemblea Autonoma di Porto Marghera

PO

Saro

M

1948

Movimento Studentesco Antiautoritario (MS) de Trente, LC, Gruppo Gramsci, PO, Autonomie ouvrière

PO

Emilia

F

1951

Mouvement étudiant, Comité autonome des étudiants de Porto Marghera, PO, Autonomia operaia

PO

Alessandro Stella

M

1956

Jeunesses du PCI, PO, Autonomie ouvrière

PO

Demis

M

1946

Il manifesto

Autonomie

Guiseppe

M

1947

Movimento studentesco, Partito Socialista Italiano di Unità Proletaria (PSIUP), PO

Autonomie ouvrière

Gihen

M

1948

Mouvement étudiant

Autonomie ouvrière

Mateus

M

1954

Gruppo Gramsci

Autonomie

Martin

M

1957

Gruppo Gramsci

Autonomie

Haut de page

Notes

1 Della Porta D. et D. Rucht, « Left-Libertarian Movements in Context: Comparing Italy and West Germany, 1965-1990 », in C. J. Jenkins et B. Klandermans (dir.), The Politics of Social Protest. Comparative Perspectives on State and Social Movements, Minnesota, Univ. Press of Minnesota, 1995, p. 229-272. Sommier Isabelle, « Les années 68 entre l’oubli et l’étreinte des années de plomb », Politix, n° 30, 1995, p. 168-177.

2 S’y associent les améliorations du droit du travail (Statuto dei Lavoratori, mai 1970), la légalisation du divorce (1er décembre 1970) et de l’avortement sous certaines conditions (loi 194/78, 1978), l’abaissement de l’âge de la majorité à 18 ans (8 mars 1975).

3 Della Porta et Rucht, 1991.

4 L’Autonomie désigne un mouvement d’extrême gauche d’émancipation, prenant ses distances à la fois avec le PCI et les syndicats fortement présents dans l’Italie industrialisée de l’époque. L’ambition est l’émancipation de l’individu à l’égard des structures de pouvoirs que sont l’État, la stratification sociale, les partis, les syndicats, les universités et l’Église. Pour une approche historiographique renouvelée de cette période, voir Armani, 2010.

5 Calvi Maurizio, Alessandro Ceci, Angelo Sessa et Giulio Vasaturo, Le date del terrore. La genesi del terrorismo italiano e il microclima dell’eversione dal 1954 al 2003, Rome, L. Sossella, 2003, p. 16 ; Galleni Mauro (dir.), Rapporto sul terrorismo, Milan, Rizzoli, 1981. Ces actes coïncident le plus souvent avec des agressions ou avec des dégradations matérielles, visant des succursales de partis politiques de gauche ou des monuments rendant hommage à la Résistance.

6 Entre décembre 1969 et 1986, 415 personnes sont tuées au cours de 14 600 attentats dont le plus grave a lieu à la gare de Bologne, le 2 août 1980. Il tue quatre-vingts voyageurs.

7 Le nouveau décret loi du 11-4-1974 fixe une extension de la durée de la détention préventive à quatre ans maximum après le premier jugement, à six ans maximum jusqu’à l’appel et à huit ans jusqu’au jugement définitif (Schimel Anne, « Face au terrorisme : les lois spéciales à l’italienne », Sociologie du travail, 28ᵉ année n° 4, Octobre-décembre 1986. Violence politique du terrorisme, p. 527-546, p. 532).

8 Schimel, 1986.

9 La loi Reale prévoyait déjà que l’« on accorde des remises de peine importantes à ceux qui vont collaborer sous l’autorité judiciaire ». La loi n° 34 de 1987 complète le dispositif favorisant la dissociation.

10 Codaccioni Vanessa, « Expériences répressives et (dé)radicalisation militante », Cultures & Conflits, vol. 1, n° 89, 2013, p. 29-52 ; p. 30.

11 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 62/63, juin 1986, p. 69-72.

12 McAdam D., « Recruitment to High Risk Activism. The Case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, vol. 92, n° 1, 1986, p. 64-90. Sommier Isabelle, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

13 Bosi Lorenzo, « État des savoirs et pistes de recherche sur la violence politique », Critique internationale, n° 54 - janvier-mars 2012, p. 171-189 ; p. 178.

14 Nous envisageons en 1.1 les différences entre ces groupes.

15 Soulignons d’ores et déjà que cet usage s’inscrit dans un continuum d’actions politiques légales et illégales, violentes et non-violentes sans qu’il soit considéré par les acteurs qu’il y a une solution de continuité entre ces différents modes opératoires. Voir sur ce point Kaase M. et F. Neidhardt, « Politische Gewalt und Repression - Ergebnisse von Bevölkerungsfragen », vol. IV, in H.D. Schwind et J. Bauman (dir.), Ursachen, Prävention und Kontrolle von Gewalt. Analysen und Vorschlage der Unabhängigen Regierungskommission zur Verhinderung und Bekämpfung von Gewalt (Gewaltkommission), Berlin, Dunker et Humblot, 1990, p. 11-14.

16 Sommier Isabelle, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998. Della Porta Donatella, Clandestine Political Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

17 Armani Barbara, « La production historiographique, journalistique et mémorielle sur les années de plomb », in Marc Lazar (éd.), L’Italie des années de plomb. Le terrorisme entre histoire et mémoire, Autrement, 2010, p. 192-207 ; p. 195.

18 Dogliani Patrizia, « Générations et révoltes au XXe siècle dans l’histoire et l’historiographie italiennes », L’Homme et la société, n° 111-112, 1994, Générations et mémoires, p. 67-76 ; p. 67.

19 Sur les difficultés auxquelles l’historiographie de la violence politique en Italie, au cours de ces années, est confrontée, voir Armani, 2010 ; Guzzo Domenico, Rome dans les années de plomb. L’inscription urbaine des violences politiques (1966-1982), Bayonne, IFJD, 2019, p. 11 et sqq.

20 Elle a été menée grâce à une équipe de chercheur.e.s rassemblant en plus de l’auteure : Laura di Fabio (Univ. de Rome), Alexandra Frénod (CNRS) et Grégoire Le Quang (IHTP, CNRS - Univ. de Paris VIII).

21 Laperrière A., « Les critères de scientificité des méthodes qualitatives », in J. Poupart, J.-P. Deslauriers, L.-H. Groulx, A. Laperrière, R. Mayer et A. P. Pires (dir.), La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologiques, Boucherville (Québec), Gaëtan Morin éd., 1997. Dans ce type de terrain, il s’avère quasiment impossible de procéder à une sélection des enquêtés par âge et par sexe, les opportunités de contacts étant aléatoires (Grojean Olivier, « “Les aléas d’un terrain comme révélateurs de sa structuration”. Gestion et objectivation d’une relation d’enquête sur une mouvance radicale et transnationale », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n° 4, 2010, p. 63-76).

22 L’enquêtée la plus jeune est entrée à PL au cours des années 1980 à 18-19 ans.

23 S’engageant à ne pas extrader les activistes italiens d’extrême gauche réfugiés en France pour des raisons politiques (Lanzoni, 2017).

24 Sur l’évolution des contextes, nous renvoyons à Della Porta et Rucht (1995) et pour des études monographiques à Balestrini N. et P. Moroni, La horde d’or. La grande vague révolutionnaire et créative, politique et existentielle. Italie 1968-1977, Paris, éd. de l’Éclat, 2017 [1988] ; Donato G., La lotta è armata. Sinistra rivoluzionaria e violenza politica in Italia (1969-1972), Derive Approdi, Rome, 2014 ; Guzzo (2019).

25 Contrairement aux BR et à PL.

26 Rappelons toutefois que « jusqu’au milieu des années 1970, les actions violentes étaient largement enchevêtrées et ne distinguaient pas avec clarté les groupes les uns des autres » afin de ne pas essentialiser « la typologie entre organisations “congénitalement” […] terroristes et organisations d’extrême gauche acceptant le recours à la violence sans verser dans le terrorisme » (Sommier Isabelle, « Repentir et dissociation : la fin des “années de plomb” en Italie ? », Cultures & Conflits, n° 40, automne 2000, p. 43-61). Sur l’inscription de LC dans l’espace symbolique et politique de 68 et du début des années 1970, voir Rossi Federica, « La “lutte armée” entre justice, politique et histoire. Usages et traitements des “années de plomb” dans l’Italie contemporaine (1968-2010) », thèse de science politique, Université de Nanterre - Paris X, 2011, p. 259 et sqq.

27 Sur ce point, voir la distinction entre registres normatifs et registres instrumentaux de l’usage de la violence politique (Sommier, 1998 ; Guibet Lafaye C., « Légitimer, rationaliser, expliquer la violence politique. Rationaliser la violence politique », Sociologie et sociétés, Presses de l’Université de Montréal, Canada, 2017).

28 Le programme de recherche, amorcé en 1982 à l’Istituto Cattaneo de Bologne, visait à dépasser les limites de l’exploitation d’un matériau exclusivement issu de sources judiciaires, constituées d’archives et de témoignages d’anciens militants.

29 https://fondazionerrideluca.com/web/archivio-lotta-continua/

30 Cette Commission parlementaire a été chargée d’enquêter sur l’enlèvement d’Aldo Moro par les BR et le terrorisme en Italie durant cette période.

31 Ces événements transformatifs s’incarnent dans des épisodes singuliers qui vont, dans les cas étudiés, contribuer à pousser les acteurs vers le recours à des moyens illégaux (Sewell William H. Jr., « Three Temporalities: Toward an Eventful Sociology », in Terrence J. McDonald (ed.), The Historic Turn in the Human Sciences, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996, p. 245-280; Della Porta, 2013, p. 39, 44).

32 Bourdieu, 1986.

33 Sommier, 1998.

34 Voir néanmoins sur ce thème l’interprétation du sénateur communiste Giovanni Pellegrino, sénateur entre 1990 et 2001, président de la Commission parlementaire d’enquête sur le terrorisme et les « massacres d’État » (Fasanella Giovanni, Giovanni Pellegrino et Claudio Sestrieri, Segreto di Stato. La verità da Gladio al caso Moro, Turin, Einaudi, 2000).

35 Voir sur ce point Lazar Marc et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), L’Italie des années de plomb : le terrorisme entre histoire et mémoire, Paris, Autrement, 2010.

36 Cartier Marie et Alexis Spire, « Approches générationnelles du politique », Politix, vol. 4, n° 96, 2011, p. 7-15.

37 Mannheim K., Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1928], p. 52.

38 Mannheim, 1928, p. 52 ; Pagis J., May ’68. Shaping Political Generations, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2018 [2014], p. 29.

39 Bosi Lorenzo et Donatella Della Porta, « Micro-mobilization into Armed Groups : Ideological, Instrumental and Solidaristic Paths », Qual. Sociol., vol. 35, 2012, p. 361-383.

40 Peci in Guerri Giordano, Patrizio Peci. Io, lInfame, Milan, Mondadori, 1983. Curcio Renato, À visage découvert : entretiens avec Mario Scialoja, Paris, Éditions Lieu commun, 1993. Moretti Mario, Brigate rosse una storia italiana, avec Mosca Carla et Rossana Rossanda, Milan, Anabasi, 1994. Balzerani Barbara, Camarade Lune, Paris, éditions Cambourakis, 2017 [1998]. Franceschini Alberto, Mara, Renato e io, Milan, Mondadori, 1988. Morucci Valerio, La peggio gioventù. Una vita nella lotta armata, Milan, Rizzoli, 2004. Gallinari Prospero, Un contadino nella metropoli. Ricordi di un militante delle Brigate Rosse, Milan, Bompiani, 2006. Fiore in Grandi Aldo, LUltimo Brigatista, Turin, BUR, 2007.

Parmi ces Brigadistes, on compte le « célèbre » repenti Patrizio Peci.

41 Bosi et Della Porta, 2012, p. 371.

42 Pour le détail de ces parcours, voir Bosi et Della Porta, 2012, p. 371-372.

43 La SOP est à l’origine décrite par Tarrow à partir quatre éléments : le degré d’ouverture ou de fermeture des institutions politiques, la stabilité ou l’instabilité des alignements politiques, la présence ou l’absence d’alliés influents apportant leur soutien au mouvement considéré, l’existence de conflits et de divisions entre les élites (Tarrow S., Power in Movement. Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge, CUP, 1994, p. 85-89).

44 Sur les conséquences du « compromis historique », c’est-à-dire de l’alliance politique du PCI avec la Démocratie chrétienne (DC) au milieu des années 1970, sur les militants de la gauche extra-parlementaire, voir Ceci (Ceci Giovanni Mario, Moro e il PCI : la strategia dell’attenzione e il dibattito politico italiano (1967-1969), Rome, Carocci, 2013a) et les témoignages de certains des intéressés (Gallinari, 2006 ; Stella Alessandro, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, 2016).

45 Voir à cet égard Susanna Ronconi, in Novelli Diego et Nicola Tranfaglia, Vite sospese. Le generazioni del terrorismo, Milan, Garzanti, 1988, p. 160. Cette lecture est également assumée par Ventura (Ventura Angelo, « La responsabilità degli intellettuali e le radici culturali del terrorismo di sinistra », in Carlo Ceolin (ed.), Università, cultura, terrorismo, Milan, Angeli, 1984) mais a fait l’objet de critiques (Le Quang Grégoire, « “Terrorisme” contre “lutte armée” : la guerre des mémoires de l’Italie des « années de plomb », de 1981 à aujourd’hui », communication au Colloque « Les conflits de mémoire : arts, histoire, commémorations », Université du Maine, 6-7 avril 2017).

46 Bosi et Della Porta, 2012.

47 Mahoney J. et D. Rueschemeyer (ed.), Comparative Historical Analysis in the Social Sciences, Cambridge, UK et New York, Cambridge University Press, 2003.

48 Hedström P. et R. Swedberg (eds.), Social Mechanisms : An Analytical Approach to Social Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 6.

49 Della Porta, 2013, p. 24.

50 Hall P.A., « Aligning Ontology and Methodology in Comparative Research », in J. Mahoney et D. Rueschemeyer (ed.), Comparative Historical Analysis in the Social Sciences, Cambridge, UK et New York, Cambridge University Press, 2003.

51 Mayntz Renate, « Organizational Forms of Terrorism – Hierarchy, Network, or a Type sui generis ? », MPIfG Discussion Paper 04/04, Cologne, Max-Planck-Institute for the Study of Societies, MIPT Terrorism Knowledge Base, 2004, p. 238.

52 Hedström et Bearman, 2009, p. 4.

53 Un cycle de protestation se définit comme « une vague croissante puis décroissante d’actions collectives entremêlées et de réactions à ces actions dont l’agrégation, en termes de fréquence, d’intensité et de forme prise marque une ascendance puis une décrue dans un laps de temps assez rapproché » (Tarrow Sydney, « Cycles of Collective Action : Between Moments of Madness and the Repertoire of Contention », Social Science History, vol. 17(2), 1993, p. 328-339; p. 287).

54 Della Porta, 2013, p. 24 ; Tilly Charles, « Mechanisms in Political Science », Annual Review of Political Science, vol. 4, 2001, p. 21-41.

55 Voir Francis Matthew, « What causes Radicalisation? Main lines of consensus in recent research », Guides, 24 Jan, 2012; http://www.radicalisationresearch.org/guides/francis-2012-causes-2/

56 Crenshaw Martha, Explaining Terrorism: Causes, Processes and Consequences, Londres, Routledge, 2011.

57 Bosi, 2012, p. 178.

58 Berger P. et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité [1966], Paris, Meridiens-Klincksieck, 1986.

59 Voir Della Porta, 1995. Sommier Isabelle, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

60 Viterna J., « Pulled, pushed, and persuaded: Explaining women’s mobilization into the Salvadoran guerrilla army », American Journal of Sociology, vol. 112, n° 1, 2006, p. 1-45.

61 Kessler D. et A. Masson, Cycle de Vie et Génération, Économica, Paris, 1985, p. 285-321.

62 Pagis, 2018, p. 329.

63 Bosi et Della Porta, 2012, p. 371.

64 Interviewé n° 17 in Bosi et Della Porta, 2012 ; Alfredo Buonavita, cité in Catanzaro R. et L. Manconi (dir.), Storie di lotta armata, Il Mulino, Bologne, 1995, p. 98.

65 On trouve une convergence comparable pour la « génération 68 » en France (Pagis, 2018).

66 Interviewé n° 6 in Bosi et Della Porta, 2012 ; Alberto Franceschini, cité in Fasanella et Franceschini, 2004, p. 3.

67 Pour des conclusions analogues sur le cas italien, voir Della Porta (2013) ; sur le cas allemand, voir Steiner Anne, Guérilla urbaine en Europe occidentale : la RAF, thèse de sociologie politique, Paris-X, 1985, et Linhardt Dominique, « Guerrilla diffusa », Politix, vol. 2, 2006, n° 74, p. 75-102 ; pour le cas basque, voir Crettiez X., La violence ethno-nationaliste contre l’État. Les exemples basque et corse, Paris, Université Paris 1, thèse de doctorat de troisième cycle en science politique, 1997, et Guibet Lafaye Caroline, Conflit au pays basque : regards des militants illégaux, Oxford, Peter Lang, 2020 ; sur l’extrême gauche européenne de l’époque, voir Guibet Lafaye Caroline, Armes et principes. Éthique de l’engagement politique armé, Paris, éd. du Croquant, 2019.

68 Voir respectivement Clementi M., Storia delle Brigate Rosse, Odradek Edizioni, Rome, 2007, Galli G., Storia del partito armato. 1968-1982, Milan, Rizzoli, 1986, Galmozzi Chicco, Figli dell’officina. Da Lotta continua a Prima linea : le origini e la nascita (1973-1976), Milan/Rome, Derive e approdi, 2019, et, d’autre part, Novelli et Tranfaglia (1988), Orsini Alessandro « Poverty, Ideology and Terrorism : The STAM Bond », Studies in Conflict & Terrorism, vol. 35, n° 10, 2012, p. 665-692, Passerini L., Autobiography of a Generation, Italy ‘68, Hanover (NH), Wesleyan University Press, 1996.

69 Bosi, 2012, p. 181.

70 Rayner Hervé, « Protéger, subir et réprimer : la délicate ‘‘gestion’’ du terrorisme par l’État italien durant les ‘‘années de plomb’’ », in M. Lazar (dir.), L’Italie des années de plomb. Le terrorisme entre histoire et mémoire, Paris, Autrement, « Mémoires/Histoire », 2010, p. 36-49. Biscione Francesco, « Strategia della tensione. Genesi e destino di un’espressione », Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, vol. 50, n° 12, 2020.

71 Le président de la DC est enlevé par les Brigades rouges puis exécuté le 9 mai 1978 après cinquante-cinq jours de détention. Cet événement va constituer un point de rupture dans l’approche de la lutte armée par nombre de militants.

72 Farge A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, n° 38, 2002, p. 69-78.

73 Pour une approche historiographique des représentations des responsabilités historiques et politiques, individuelles ou collectives du recours à la violence politique, voir Armani Barbara, « Anni settanta. Movimenti, violenza politica e lotta armata tra memoria e rappresentazione storiografica », Storica, vol. 11, n° 32, 2005, p. 41-82.

74 Farge, 2002.

75 Benford R.D. et D.A. Snow, « Ideology, Frame Resonance, and Participant Mobilization », International Social Movement Reseach, vol. 1, 1988, p. 197-217.

76 Ce tableau répertorie les réponses à la question « Y a-t-il des événements qui ont eu, pour vous, un rôle décisif ? ». Il est courant que les personnes interrogées mentionnent plusieurs incidents ce qui explique un nombre d’occurrences dans le tableau supérieur à celui des individus entendus.

77 L’expression « massacres d’État » (strage di Stato) désigne la collusion entre l’appareil d’État italien et l’activisme d’extrême-droite dès l’attentat de Piazza Fontana en 1969, activisme appuyé par une partie des services secrets. La mise en œuvre de cette violence contribue à la consolidation de la « stratégie de la tension » dont l’objectif était de provoquer un tournant autoritaire dans le pays (voir Panvini G., Ordine nero, guerriglia rossa. La violenza politica nell’Italia degli anni sessanta e settanta (1966-1975), Einaudi, Turin, 2009 ; Lega A. et G. Santerini, Strage a Brescia. Potere a Roma. Trame nere e trame bianche, Milan, Mazzotta, 1976 ; Caprara M. et G. Semprini, Destra estrema e criminale, Newton Compton ed., Rome, 2007).

78 Melchior reconnaît que le Chili a été utilisé comme un événement de propagande : « Si je dois citer un événement que nous avons utilisé comme justification, c’est une chose. Mais s’il y a eu un événement qui a précipité la nécessité de passer à la lutte armée, non, il n’y en a pas eu. Nous étions convaincus que tôt ou tard il faudrait passer à l’usage des armes. L’événement que nous, à des fins de propagande, nous avons utilisé pour justifier notre passage à la lutte armée a été le Chili. Mais nous avons utilisé cela pour en convaincre d’autres. »

79 Cette conclusion doit toutefois être mise en balance avec le rôle du contexte familial sur les choix d’engagement individuels.

80 Goffman E., Frame Analysis: An Essay on the Organization of the Experience, New York, Harper Colophon, 1974, p. 21.

81 Post J. M., « Terrorist psychologic: terrorist behaviour as a product of psychological forces », in W. Reich (dir.), Origins of terrorism; psychologies, ideologies, theologies, states of mind, New York, Cambridge University Press, 1990.

82 Gurr Ted Robert, Why Men Rebel?, Princeton, Princeton University Press, 1970, p. 319.

83 Qu’il s’agisse des grèves, des occupations, des sabotages et, en réponse, des affrontements entre étudiants et forces de l’ordre comme à Rome (Valle Giulia) en mars 1968 ou de l’attentat de la banque de l’agriculture.

84 Sur l’incidence du contexte international sur les mobilisations de masse de cette époque, voir Rossi, 2011, p. 434.

85 L’importance subjective de cette occurrence s’explique par l’orientation idéologique des acteurs. Elle ne constitue pas nécessairement un facteur objectif de transformation du contexte social italien.

86 Voir Grispigni Marco, « La strage è di Stato. Gli anni settanta, la violenza politica e il caso italiano », in Neri Serneri Simone (éd.), Verso la lotta armata : la politica della violenza nella sinistra radicale degli anni Settanta, Bologne, Il Mulino, 2012 ; Fumian Carlo, « Il problema dello Stato tra verità storica e verità giudiziaria », in Carlo Fumian et Angelo Ventrone (dir.), Il terrorismo di destra e di sinistra in Italia e in Europa. Storici e magistrati a confronto, Padoue, Padova University Press, 2018, p. 3-12.

87 Schwartz O., « Symposium sur “Analyser les entretiens biographiques, de D. Demazière et C. Dubar” », Sociologie du Travail, vol. 4, 1999, p. 463-468.

88 Alors même que dans l’entretien nous tentons de l’engager sur des phénomènes organisationnels, liés notamment à la création des BR, il insiste : « Le plus important, c’est cet épisode. Le plus important, c’est ça. Je cherche à me rappeler… Celui-ci et d’autres massacres qui se sont passés ensuite, le massacre de Brescia… C’est une série d’événements qui de quelque façon justifiaient – au moins à nos yeux – le choix de la lutte armée. »

89 Pour une appréciation historiographique de l’état de la démocratie italienne de l’époque, voir Tranfaglia N., « La crisi italiana e il problema storico del terrorismo », in Mauro Galleni (dir.), Rapporto sul terrorismo. Le stragi, gli agguati, i sequestri, le sigle 1969-1980, Rizzoli, 1981 ; Pasquino Gianfranco, « Sistema politico bloccato e insorgenza del terrorismo : Ipotesi e prime verifiche », in Gianfranco Pasquino (ed.) La prova delle armi, Bologne, Il Mulino, 1984 ; Ceci Giovanni Mario, Il terrorismo italiano : storia di un dibattito, Rome, Carocci, 2013b.

90 Lettieri Carmela, L’Italie contemporaine, Paris, Ellipses, 2008 ; Lettieri Carmela, « L’Italie et ses Années de plomb. Usages sociaux et significations politiques d’une dénomination temporelle », Mots. Les langages du politique [En ligne], 87 | 2008, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 12 octobre 2012. Voir également Grispigni, 2012, p. 107 et sqq.

91 Alberto Franceschini et Marco Boato (G 1), Federico, Margareth, Alexandra, M. F., S. Segio, M. Battisaldo, Guillermo, Émilia. Tous les autres militants sont de la G 2.

92 Sur l’ampleur au sein de la société italienne de la délégitimation de l’État, induite par la « coproduction » des attentats, voir Rayner Hervé, « Les théories du complot dans les interprétations du terrorisme en Italie : la prégnance du point de vue cryptologique », in Gius Gargiulo et Otmar Seul (dir.), Terrorismes : l’Italie et l’Allemagne à l’épreuve des années de plomb (1970-1980). Réalités et représentations du terrorisme, Paris, éd. Michel Houdiard, 2008, p. 162-193.

93 Il avait 14 ans.

94 S. Segio poursuit : « Cet attentat, qu’on a immédiatement qualifié de ‘‘massacre d’État’’, les fausses pistes que les forces policières et les ministres ont essayé de mettre en scène pour accréditer la thèse d’une responsabilité des gauches et des anarchistes, la mort de l’anarchiste Giuseppe Pinelli, jeté par la fenêtre du commissariat de Milan quelques jours après l’attentat, après avoir été illégalement privé de liberté, tout cela a provoqué dans les consciences des individus des sentiments de peur, mais également, dans mon cas par exemple, et peut-être surtout, de rage, et la conscience plus ou moins claire que c’était cela, le nouveau terrain de l’affrontement : celui de la violence et du sang. »

95 Alimi Eitan Y., « Relational Dynamics in Factional Adoption of Terrorist Tactics: A Comparative Perspective », Theory and Society, vol. 40, n° 1, 2011, p. 95-119; p. 108.

96 L’historiographie n’a pas manqué d’explorer la question de la violence d’État ainsi que de l’implication des milieux néofascistes et des services secrets italiens au cours de cette période (voir par exemple Fumian, 2017).

97 I. Sommier (2008) mentionne la compétition entre organisations gauchistes comme facteur déterminant de l’escalade italienne, avec le tournant militariste de PO et de LC à partir de 1972, le jeu de surenchère entre Brigadistes et autonomes puis entre autonomes : « Le processus de radicalisation qui caractérise le cycle italien (et conduit à son épuisement par la défection et l’élévation des coûts de l’engagement) est grandement lié aux compétitions entre groupes d’extrême gauche, mais aussi à leur confrontation sur le terrain de la rue avec les militants d’extrême droite. »

98 Guidon Guillaume, « Images de la violence, violence des images. La violence politique et sa représentation dans la photographie de presse italienne (1969-1984) », Histoire, 2010, italienne (1969-1984). Histoire. 2010. https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00593295, p. 96 et sqq.

99 A. Soldati a rejoint PL dans les années 1980 mais elle a commencé son parcours politique à 14-15 ans dans la mouvance alternative (i.e. en 1975-1977) puis dans le parti radical.

100 Berger Peter et H. Kellner, « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102, 1988, p. 6-23 ; p. 8.

101 Voir Susanna Ronconi, citée in Novelli et Tranfaglia, 2007, p. 160.

102 Bosi et Della Porta, 2012, p. 374.

103 Martin Alvarez Alberto et Eduardo Rey Tristan (eds.), Revolutionary Violence and The New Left : Transnational Perspectives, New York, Routledge, 2016, p. 5.

104 Sommier, 1998 ; Lazar et Matard-Bonucci, 2010.

105 Ce sont toutefois 24 (16 + 8) personnes sur 33 qui avouent avoir été marquées, dans leurs parcours, par la répression menée par la police ou par l’extrême droite (voir annexe 4).

106 Francesco Cossiga a ensuite reconnu que le fait d’avoir envoyé à Bologne, après la mort de Lorusso, les véhicules blindés des carabiniers dotés de mitraillettes sur le toit, avec l’accord des communistes de la ville a conduit beaucoup de gens à se rapprocher des BR ou de PL.

107 Della Porta Donatella, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1995. Sommier Isabelle, « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture », Lien social et Politiques, n° 68, 2012, p. 15-35. http://id.erudit.org/iderudit/1014803ar

108 Sommier, 2012, p. 19.

109 Rappelons la tentative de coup d’État du Prince Junio Valerio Borghese dans la nuit du 7 au 8 décembre 1970.

110 Sans faire de cette violence un facteur unique, elle trouve dans les récits rétrospectifs une place privilégiée dans l’évocation de ces mécanismes.

111 Goodwin J., J. Jasper et F. Polletta (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Chicago & Londres, The University of Chicago Press, 2001.

112 Viterna, 2006, p. 10.

113 La « Loi Reale » sur l’ordre public a été votée en 1975. Voir introduction.

114 Voir le décret-loi du 15 décembre 1979.

115 Des conclusions similaires ont émergé dans des contextes de lutte clandestine très différents (Viterna, 2006, p. 38).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Guibet Lafaye, « L’engagement illégal : facilitating et precipitating factors  »Terrains/Théories [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 24 juin 2021, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/teth/3573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3573

Haut de page

Auteur

Caroline Guibet Lafaye

CNRS – Centre Émile Durkheim
Département Sciences Humaines et Sociales
3 ter Place de la Victoire

33076 BORDEAUX

caroline.guibetlafaye@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search