Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Comptes-rendusChristophe Granger, Joseph Kabris...

Comptes-rendus

Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), Paris, Anamosa, 2020, 507 p.

Camille Chamois

Texte intégral

  • 1 Celle-ci a été soutenue à Paris 1 – Panthéon Sorbonne en 2020, devant un jury d’historiennes et de (...)

1L’ouvrage de l’historien Christophe Granger est une « biographie sociologique » de Joseph Kabris. Cet individu singulier, né à Bordeaux vers 1780, s’engage à 15 ans sur un baleinier anglais dont il s’échappe pour s’installer sur l’une des îles Marquises. Vivant parmi les indigènes, il devient alors un guerrier redouté, se fait intégralement tatouer et incorpore les pratiques et les mœurs locales. En 1804, un navire russe l’arrache cependant à sa vie dans le Pacifique pour le ramener en Russie. Kabris apprend progressivement à se montrer, d’abord aux yeux de la noblesse locale puis, son prestige s’émoussant, dans diverses foires qui l’entraînent jusqu’à Valenciennes où il meurt en 1822. L’ouvrage, publié aux éditions Anamosa, est tiré de l’habilitation à diriger des recherches (HDR) de l’auteur mais, conformément à la ligne éditoriale de la maison, se lit « comme un roman » et est très abondamment illustré (4 cartes et 41 illustrations)1. Au-delà de l’intérêt strictement historique de l’ouvrage, qui présente un personnage mal connu de l’histoire moderne, Granger propose une réflexion d’épistémologie générale sur la formation des habitus et l’étude des trajectoires complexes aux multiples dé-socialisations et re-socialisations.

Comment être un étranger (1798-1804)

  • 2 Et l’auteur d’ajouter : « Le médecin de bord est enthousiaste, il s’essaie aussitôt à échanger quel (...)

2Le 7 mars 1798, Joseph Kabris s’échappe du baleinier anglais dont il était matelot et se réfugie sur l’île de Nuku Hiva, la plus grande des six îles Marquises, dans le Pacifique Sud. Six ans plus tard, le 6 mai 1804, un navire russe accoste sur l’île. L’un des médecins du bord décrit alors Kabris, venu à la rencontre des arrivants : « couvert de tatouages et le corps entièrement nu, à l’exception d’une ceinture qui lui prend les hanches, il est pareil aux autres insulaires2 » (p. 49). Selon le médecin en question, Kabris est « devenu tout à fait Noukahivien » (sic) et « a perdu tout sens civilisé » (p. 250). Comment s’est produite cette « incorporation de Kabris à l’univers de l’île » ? C’est à cette question que tentent de répondre les deux premières parties de l’ouvrage, « Les structures sociales d’une intrusion » (p. 45-114) et « Comment on devient un “sauvage” » (p. 115-210).

  • 3 Bertrand Romain, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIIe siè (...)
  • 4 Pour une tentative de reconstitution du point de vue indigène dans une situation comparable au nive (...)
  • 5 Granger cite le journal de William Pascoe Crook, selon qui « alors que nos navigateurs ignoraient e (...)
  • 6 Nous paraphrasons ici la conclusion de l’article : Subrahmanyam Sanjay, « Par-delà l’incommensurabi (...)
  • 7 Sahlins Marshall D., La découverte du vrai Sauvage et autres essais, Paris, Gallimard, 2007, p. 56- (...)

3Le premier contact des Nukuhiviens avec la flotte espagnole date de 1595, mais les relations avec les Occidentaux ne deviennent régulières qu’à la fin du XVIIIe siècle, avec les voyages de James Cook ou Étienne Marchand. Progressivement, « de nombreux beachcombers, moitié aventuriers, moitié vagabonds, gagnent les sociétés insulaires du Pacifique Sud » (p. 54). Granger retrace alors le développement de l’imaginaire exotisant qui structure les récits des voyageurs Occidentaux, assimilant les insulaires tantôt à des « bons sauvages », intelligents et pacifiques, tantôt à des brutes ignorant les règles élémentaires de la morale (p. 92-98). Cependant, le propos n’est pas d’établir une histoire « symétrique » qui, à la manière de celles de Sanjay Subrahmanyam ou de Romain Bertrand, tenterait d’enrichir la description de la rencontre interculturelle à partir de sources documentaires jusque-là laissées de côté car appartenant rétrospectivement aux « vaincus » de la conquête3. D’une part, parce que, « faute de traces laissées par [les Nukuhiviens], on sait peu de choses des catégories de perception que les insulaires investissent dans la rencontre des étrangers4 » (p. 105). Mais d’autre part, et plus profondément, parce que ce que Granger cherche à mettre en lumière, c’est plutôt l’institutionnalisation progressive d’un espace de rencontre possible : en effet, à partir de la fin du XVIIIe siècle, à mesure que les contacts deviennent plus réguliers, les insulaires accordent progressivement un statut d’« étrangers » (Hao’e) aux Européens, statut qui s’accompagne de rites d’interaction codés (offrandes de fruits, envoi d’un émissaire en pirogue, échange de noms, etc.) ainsi que d’un horizon d’attente spécifique, notamment en termes économiques (échange de verroterie contre de la nourriture, essentiellement)5. Ces premières interactions ne vont pas sans leur lot d’incompréhensions voire de tensions (p. 76-92). Cependant, en retraçant dans leur facticité la succession des contacts préalables à l’arrivée de Kabris à Nuku Hiva, Granger contourne le modèle du « choc d’incommensurabilité », popularisé par Tzvetan Todorov, pour souligner l’ensemble des tâtonnements, des improvisations et finalement des stabilisations progressives qui rendent possible la rencontre et qui conduisent à accorder aux étrangers Européens (et donc à Kabris) une place sociale particulière au sein de la société nukuhivienne6. Un exemple est ainsi révélateur de cette démarche. Dans La découverte du vrai Sauvage, Sahlins décrit comment les femmes nukuhiviennes affluent à bord des bateaux du capitaine Cook pour avoir des relations sexuelles avec les marins car, selon lui, ceux-ci étaient assimilés à des « dieux » de sorte que l’enfant à venir était perçu par les indigènes comme une source d’avantages matériels non négligeable. Or, symétriquement, les marins percevaient cet acte comme un « service » de prostitution qu’ils tentaient éventuellement de dédommager sous la forme de cadeaux7. Sahlins y voit donc un cas exemplaire de « malentendu culturel », typique de la rencontre entre des mondes sociaux totalement étrangers l’un à l’autre. Or, si Granger reconnaît que ce modèle du « malentendu culturel » n’est pas faux localement, il souligne plutôt la grande hétérogénéité des réactions des Occidentaux (certains s’offusquant du « libertinage » des insulaires, par exemple) et la progressive transformation de ce rite d’interaction, pour en conclure :

  • 8 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 98.

4Ce qui est à décrire n’est pas, comme le dit Sahlins, de l’ordre des “cultures”, ce n’est pas la rencontre de deux univers symboliques distincts dont on pourrait reconstituer les malentendus. C’est de pratiques qu’il s’agit, et de pratiques sociales situées. Et ce ne sont jamais deux mondes qui se rencontrent, mais des acteurs sociaux particuliers, et qui, en vertu de ce qu’ils ont déjà vécu, disposent par avance de principes d’action et de perception qu’ils sont portés à investir, suivant les enjeux propres qui sont les leurs, dans le contexte plus ou moins institué où il est entendu qu’ils se rencontrent8.

  • 9 « J’ai veillé en particulier à ne pas écrire, à travers [Kabris], une histoire du contact noué entr (...)

5Le but de Granger, dans cette première partie de l’ouvrage, n’est donc pas de proposer une « histoire connectée » des mondes Pacifiques et Occidentaux9 : il ne s’agit pas de faire de la petite histoire de Kabris une « porte d’entrée » dans la grande histoire de l’expansion des empires européens mais, symétriquement, de traiter l’état des interactions entre navigateurs et insulaires comme des conditions de possibilité de la trajectoire singulière que fut celle de Kabris. Ce que montre ainsi Granger, c’est que Kabris n’a pu intégrer la société nukuhivienne que grâce à la création récente d’une place d’« étranger » spécifique – et on pourrait donc imaginer que s’il était arrivé quelques années plus tôt, Kabris n’aurait tout simplement pas pu vivre sur l’île de Nuku Hiva.

La découverte d’un vrai sauvage

  • 10 D’où le refus explicite des positions psychologiques compréhensives comme des tentatives de recompo (...)
  • 11 D’où également le refus de toute démarche fonctionnaliste qui analyserait la socialisation des indi (...)

6La deuxième partie de l’ouvrage cherche à comprendre l’adaptation de Kabris à la vie nukuhivienne. Mais cette démarche s’avère relativement complexe. D’une part, parce qu’on manque de sources précises : on ne sait ni ce que mangeait Kabris, ni comment il apprit sa nouvelle langue, ni comment il occupait ses journées et les quelques anecdotes dont on dispose sont relativement douteuses. Aucun compte-rendu subjectif certain n’autorise donc à tenter un exercice de « compréhension » pour se « mettre à sa place10 ». D’autre part, parce qu’on ne peut pas « combler » le manque d’information en transposant sur Kabris ce qu’on sait par ailleurs des habitudes des nukuhiviens puisque, par définition, il n’est pas un insulaire « typique » mais bien un individu singulier au sein de la société nukuhivienne11. La démarche de Granger repose alors sur deux principes complémentaires : une comparaison avec le comportement d’autres Occidentaux également présents sur l’île, d’une part, et une inférence sur les dispositions préalablement acquises par Kabris et « utiles » dans ce contexte, d’autre part.

7En effet, Kabris arrive à Nuku Hiva plus ou moins en même temps que le révérend William Pascoe Crook et qu’Edward Robarts, également baleinier. Or, Crook conserve résolument un statut d’étranger, tentant vainement d’évangéliser les locaux et repoussant les avances sexuelles des femmes nukuhiviennes ; et Robarts joue sur les institutions de protection pour continuer à mener une vie indépendante vis-à-vis des insulaires. Par distinction, Kabris apprend la langue, vit nu, est tatoué intégralement, change de nom, s’investit pleinement dans les guerres endémiques, adopte les gestes et le « rire » des nukuhiviens et suit leur système de mœurs (répudiant par exemple sa première femme faute de descendance). En somme, si Crook et Robarts conservent des positions plus ambiguës, par contraste, la trajectoire de Kabris a toutes les apparences d’une réelle « conversion » au sens où « il quitte ses habitudes et en prend de nouvelles » (p. 155).

  • 12 Les raisons de cet événement demeurent ambigües : les marins parlent d’un simple oubli, Kabris s’ét (...)

8Deux caractéristiques semblent permettre à Kabris une telle aisance dans l’intégration aux îles Marquises. D’une part, ses compétences accumulées à livrer combat : en tant qu’ancien corsaire, qui fut longtemps prisonnier puis au service de l’armée royale, Kabris possède manifestement des prédispositions pour l’action violente, particulièrement valorisées à Nuku Hiva, et qui le distinguent nettement de Crook et Robarts. Or, à l’époque, l’île compte alors entre 15.000 et 19.000 habitants, répartis en une trentaine de tribus qui se font la guerre régulièrement : en tant que guerrier, Kabris intègre ainsi un groupe social particulièrement important et valorisé. D’autre part, même s’il arrive très jeune sur l’île, Kabris a déjà subi plusieurs formes de resocialisation au sein d’« institutions totales » (le navire de guerre, la prison et le baleinier). Lorsqu’il doit s’acclimater au groupe des « Tei’i » qui l’accueille, il possède donc probablement une souplesse déjà importante dans sa capacité à naviguer entre des domaines sociaux hétérogènes. D’autant qu’un autre événement bouleverse à nouveau le cours de son existence : la troisième partie de l’ouvrage, « Recommencement » (p. 211-286) raconte l’arrivée d’un navire russe dans la baie de Taiohae, en 1804 ; les savants qui le composent utilisent Kabris comme un informateur afin de collecter un maximum de données sur les mœurs des insulaires (et en particulier sur leur pratique du tatouage et de l’anthropophagie). La rencontre aurait pu rester anecdotique : cependant, la veille du départ du navire, un banquet est organisé sur le bateau et au petit matin, lors du départ pour le Kamtchatka, Kabris est toujours à bord12 ; en juillet 1804, il accoste sur ce qui est désormais la pointe orientale de l’empire russe.

L’étranger exilé

  • 13 Fauvelle François-Xavier, À la recherche du sauvage idéal, Paris, Seuil, 2017.
  • 14 Pour des « versions » de l’étranger entendu comme « misérable » (au sens de non-citoyen), comme « i (...)

9En Russie (au Kamtchatka d’abord, puis à Moscou à partir de 1806), le corps tatoué et l’histoire aventureuse de Kabris deviennent des centres de curiosité pour la noblesse cultivée – ce dont Kabris parvient manifestement à tirer profit. L’expédition russe est en effet un succès scientifique et mondain et, pour s’ajuster à son nouveau public, Kabris simplifie et dramatise son histoire vécue, la faisant coïncider avec la structure des romans picaresques, le héros étant à la fois celui qui a connu un monde étrange et sauvage et celui qui a désormais perdu tout ce qui lui était cher. S’il jouit pour un temps de ce « capital de singularité » (p. 435) (c’est-à-dire du fait que son étrangeté par rapport aux normes en vigueur dans la société russe lui apporte paradoxalement une renommée et un revenu), celui-ci s’émousse cependant progressivement : un temps maître-nageur à Saint-Pétersbourg, Kabris quitte ensuite la Russie en 1817 pour la France, où il suit une petite troupe de spectacles ambulants, se produisant de foires en foires, au côté des « forts », des acrobates et des ventriloques. Ce déclassement est dû à la transformation des intérêts du public cultivé pour les questions « ethnologiques » : les débats autour du « bon sauvage » et l’intérêt pour l’exotisme, si vivaces dans la pensée des Lumières, basculent rapidement au tournant du XVIIIe siècle, et Granger prend alors soin de bien distinguer la trajectoire de Kabris de celle d’un Omai – ce Polynésien arrivé à Londres avec James Cook et qui se mêle à la bonne société londonienne – ou d’une Saartjie Baartman – cette femme khoisan réduite en esclavage et exposée en Europe sous le nom de « Vénus hottentote »13. La trajectoire de Kabris est, selon les termes de Granger, celle d’un « exilé » (p. 329) : si, à Nuku Hiva, Kabris était un « étranger » rapidement (et profondément) intégré, en Russie et en France, il vit une situation douloureuse où ses compétences acquises sont progressivement déclassées et où il se retrouve petit à petit dépourvu de toute agency propre, c’est-à-dire de toute capacité à agir par lui-même (p. 330). Granger propose alors une analyse intéressante des diverses formes de l’altérité : si, dans une certaine tradition phénoménologique, la figure de l’étranger a parfois été analysée à travers le prisme du « regard éloigné », c’est-à-dire de celui qui, n’étant pas familier avec les coutumes locales, les perçoit pour ce qu’elles sont réellement, les manières de ne pas appartenir à « sa » société sont en réalité plurielles – et Granger se situe ainsi dans le cadre plus général d’une redéfinition des positions d’extranéité au sein d’un groupe social14.

Une biographie sociologique

  • 15 Voir par exemple, parmi une littérature nombreuse : Chapoutot Johann et Ingrao Christian, Hitler, P (...)
  • 16 Granger reprend en effet à Lahire l’idée selon laquelle la « narration de soi » ne se fait concrète (...)
  • 17 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 415.

10L’ouvrage de Granger se présente donc comme une « biographie sociologique » d’un personnage singulier. Depuis les critiques fameuses de Bourdieu sur « l’illusion biographique », le genre a connu un renouveau certain, ne serait-ce que sous l’aspect de la « biographie modale », qui traque sous l’individualité des traces du collectif15. Ce que propose Granger est cependant différent : il prend plutôt appui sur les invitations ou les injonctions qui sont faites à Kabris de se raconter lui-même (et donc sur les différents « récits de soi » dont on dispose), pour en cerner les variations au fil des contextes, et en déduire la manière dont Kabris parvient à s’insérer plus ou moins bien dans la vie sociale. Ce faisant, Granger interprète les narrations de soi, non pas comme autant de manifestations d’une capacité, chez le sujet, à se déprendre de ses habitudes préréflexives, mais – dans une tradition qu’on peut qualifier de « foucaldienne » – comme des formes d’institution sociale qui conduisent les individus à développer des formes de réflexivité situées16. L’habitude de se raconter ne devient en effet importante chez Kabris qu’à partir de sa rencontre avec les savants russes, c’est-à-dire dans une situation où sa vie, contrairement à celle de la plupart des autres individus, en vient à être considérée comme « méritant d’être racontée » (faisant dès lors l’objet d’articles de journaux, de notices d’expositions, de romans d’aventures et de biographies d’historiens)17. La thèse défendue par Granger à cet égard est que la réflexivité n’a rien, en elle-même, d’un mode d’émancipation, mais qu’elle est intégralement déterminée par le contexte :

  • 18 Ibid., p. 27-28.

11Si j’ai passé tant de temps sur la vie de Kabris, à la désosser pour mieux la comprendre, c’est aussi qu’elle invite à se défaire de l’emprise actuelle de tous les savoirs pragmatiques qui […] en plaçant au cœur des actions humaines la réflexivité des acteurs […] inclinent à passer sous silence le jeu des déterminismes historiques et la formation sociale des dispositions individuelles en tant qu’ils traversent, soutiennent et rendent possibles nos existences18.

  • 19 Lemieux Cyril, Le Devoir et la Grâce, Paris, Economica, 2009, p. 212 ; voir également Boltanski Luc (...)
  • 20 Mariot Nicolas, « La réflexivité comme second mouvement », L’Homme, n° 203-204, 2012, p. 369-398.
  • 21 Nous suivons ainsi l’idée de Bernard Lahire : Lahire Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’ac (...)

12Ce faisant, Granger s’inscrit en réalité dans un débat, long d’une trentaine d’années, concernant la place de la réflexivité chez les acteurs sociaux. Réagissant à la définition essentiellement préréflexive de l’habitus chez Bourdieu, plusieurs auteurs (dont les plus représentatifs, dans le contexte français, sont certainement Cyril Lemieux et Luc Boltanski) ont affirmé que « ces anthropologies [fondées sur l’habitus pré-réflexif] minorent l’inquiétude qu’éprouve tout individu agissant ou jugeant, y compris lorsqu’il refait ce qu’il sait faire et a déjà fait mille fois19 ». Granger semble plutôt suivre la critique que Nicolas Mariot a formulée de ce programme de recherche, et qui argue que les moments de réflexivité, s’ils existent incontestablement – la seconde moitié de la vie de Kabris repose presque intégralement sur ce rapport de soi à soi – n’existent eux-mêmes qu’encadrés par des institutions qu’ils peinent à déstabiliser20. En somme, si certaines institutions (comme la pratique sportive) forment des habitus pré-réflexifs, d’autres (comme les spectacles d’exhibition) forment des habitus réflexifs, et cette distinction n’implique aucune renégociation globale de la théorie déterministe de la socialisation21.

Essai sur les modes de socialisation

  • 22 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 440.
  • 23 Voir par exemple, parmi les synthèses les plus significatives : Dubar Claude, La socialisation. Con (...)
  • 24 Ibid., p. 27.

13À partir du cas de Kabris, le but théorique de l’ouvrage est en effet de proposer une « étude des formes et des modes de socialisation22 ». La notion, bien que relativement ancienne en sociologie, et en un sens déjà impliquée par les travaux de Durkheim ou d’Elias sur l’éducation, fait aujourd’hui l’objet d’un réinvestissement théorique important23. Le terme de « socialisation » sert en effet à désigner de façon très englobante le « façonnement social d’un individu24 ». Longtemps surdéterminée par la théorie bourdieusienne de l’habitus, l’analyse des processus d’intériorisation d’habitudes et de schèmes sociaux semble aujourd’hui se déplacer dans deux directions différentes.

  • 25 « Il faut bien admettre que l’habitus, dans sa version bourdieusienne, comme outil permettant le dé (...)
  • 26 Ibid., p. 31.
  • 27 Ibid., p. 30.
  • 28 Bosa Bastien, Pagis Julie et Trépied Benoit, « Le passing  : un concept pour penser les mobilités s (...)
  • 29 Darmon Muriel, « La notion de carrière  : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix(...)
  • 30 Dans le cas de l’anorexie, Muriel Darmon évoque « par exemple, un travail sur les sensations somati (...)

14D’une part, il s’agit de faire droit, davantage que ne l’a fait Bourdieu, aux processus de transformation ou de bifurcation qui affectent les trajectoires individuelles25 : à cet égard, l’exemple de Kabris est particulièrement évocateur puisqu’il apparaît comme un « perpétuel transfuge de classe, de race et même de monde26 ». L’horizon théorique de Granger consiste à montrer que la vie de Kabris, « comme toutes les vies peut-être, est faite de moments, parfois radicaux, de désajustement, de bifurcation et de remaniement de soi, autrement dit de variations de trajectoire, où les dispositions habituelles cessent d’être soutenues par l’univers où elles avaient sens27 ». Pour rendre compte de ces trajectoires, l’auteur reprend deux notions des sciences sociales contemporaines. D’abord, la notion de « passing » : le terme est à l’origine une notion émique – utilisée, donc, d’abord par les enquêté·es et non par les analystes – qui émerge dans le contexte de la ségrégation raciale américaine pour désigner les trajectoires de personnes initialement identifiées comme Noires qui « passaient pour » Blanches. Il a ensuite été repris comme un outil analytique permettant d’analyser certaines trajectoires atypiques de transfuges de race, de sexe ou de classe (comme dans le cas classique « d’Agnès », ce jeune homme qui entreprend de changer de sexe, analysé par Harold Garfinkel) – et plus précisément, la diversité des stratégies adoptées par les acteurs durant ces changements de statut28. Ensuite, Granger reprend également la notion de « carrière29 » : issue globalement des sciences sociales, cette notion permet de considérer les transformations comme un processus continu de façonnement de soi, qui n’a rien à voir avec une collection de « rôles » qu’il suffirait d’endosser mais qui relève plutôt d’un véritable « travail » de soi sur soi30.

  • 31 Darmon Muriel, « Analyser empiriquement un inobservable  : comment “attrape-t-on” une disposition   (...)
  • 32 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 30 et 441 (...)
  • 33 En effet, comme le souligne Bernard Lahire, « si les sociologues s’avéraient incapables de saisir n (...)

15D’autre part, le deuxième déplacement par rapport à la théorie bourdieusienne consiste à étudier, non plus un habitus formé (dont on ferait un principe explicatif de l’action) mais bien la transformation d’un habitus elle-même : l’enjeu est donc de décrire, pour reprendre les termes de Darmon, « comment on attrape une disposition31 ». Sur ce point, Granger traque à de nombreuses reprises les phénomènes de « recyclage » de dispositions préalables qui permettent à Kabris d’adapter des compétences acquises à un nouveau contexte social32. Le but est donc d’ouvrir résolument la « boîte noire de l’habitus33 » afin d’étudier la structuration sociale des subjectivités, tout en évitant les notions de « mentalité » ou de « représentation » fréquemment utilisées par les sciences sociales au XXe siècle.

  • 34 Voir respectivement : « en faisant des matchs de football un spectacle à déchiffrer, [on] a contrib (...)

16Sans y insister dans le présent ouvrage, l’auteur complète en ce sens des travaux antérieurs sur l’acquisition de « schèmes perceptifs » en y introduisant une dimension plus directement processuelle ou génétique dans la mesure où il ne s’agit plus simplement d’identifier des capacités ou des dispositions perceptives propres à un groupe socio-historique donné – comme le public des matchs de football qui repère les prouesses techniques des joueurs, les vacanciers qui attribuent immédiatement une valence positive à une peau bronzée ou les riverains d’un quartier habitués au son quotidien des sirènes34 – mais de suivre l’émergence, la stabilisation et la transformation de telles capacités et dispositions.

  • 35 Granger Christophe, « Le monde comme perception », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 123, no (...)

17En mettant en évidence la dimension processuelle de l’acquisition de dispositions, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822) complète ainsi les ouvrages et articles antérieurs de Granger sur la socialisation de la perception, pour faire de l’ensemble de ses travaux une contribution particulièrement intéressante à l’histoire culturelle et, au-delà, à l’épistémologie des sciences humaines contemporaines35.

  • 36 Pour une tentative en ce sens : Lahire Bernard, « Les cadres sociaux de la cognition », in Clément (...)
  • 37 Nicolas Mariot, que Granger cite à plusieurs reprises, a ainsi proposé d’utiliser la psychologie cu (...)

18On notera toutefois que c’est probablement sur ce point que les analyses de Granger s’avèrent le moins développées : les notions de « disposition à agir » ou de « capacité perceptive » renvoient à un domaine psychosocial qui peut difficilement faire l’économie d’une définition précise dans le champ de la psychologie ou des sciences de l’esprit entendues au sens large36. Si Granger refuse explicitement les explications psychologiques (arguant, à la suite de Descombes, que les états mentaux sont reconductibles en dernière instance à la situation objective, et donc sociologique, des acteurs), il n’en demeure pas moins que l’analyse des processus de socialisation traite de part en part d’objets psychologiques – les schèmes mentaux, les habitudes réflexives, les recyclages dispositionnels, etc. – qu’une analyse globale du processus de socialisation doit prendre en compte conceptuellement37. Ces derniers mériteraient dès lors une enquête plus poussée.

Haut de page

Notes

1 Celle-ci a été soutenue à Paris 1 – Panthéon Sorbonne en 2020, devant un jury d’historiennes et de sociologues composé de Nicolas Mariot, Muriel Darmon, Pascale Goetschel, Philippe Liotard, Emmanuelle Loyer et Manuel Schotté.

2 Et l’auteur d’ajouter : « Le médecin de bord est enthousiaste, il s’essaie aussitôt à échanger quelques mots de français avec lui. Kabris ne les comprend pas. Il a perdu sa langue. Déjouant les principes usuels de catégorisation, il a cessé d’appartenir à un monde pour se fondre dans un autre. »

3 Bertrand Romain, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Seuil, 2011, p. 15 notamment.

4 Pour une tentative de reconstitution du point de vue indigène dans une situation comparable au niveau des archives disponibles, voir : Viveiros de Castro Eduardo, L’inconstance de l’âme sauvage, Genève, Labor et Fides, 2020.

5 Granger cite le journal de William Pascoe Crook, selon qui « alors que nos navigateurs ignoraient encore l’existence de cette île, ses habitants étaient, eux, parfaitement au courant de la visite du capitaine Cook à Caitahu, événement ô combien singulier ». En ce sens, « l’intrusion de Cook rend possible un échange, elle fait naître un univers de contacts et de perceptions réciproques entre insulaires et étrangers. Et c’est cet espace initial, retravaillé à la faveur des intrusions suivantes jusqu’à prendre la forme d’une habitude, que Kabris trouve formalisé devant lui à Nuku Hiva ». Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 75 et 79.

6 Nous paraphrasons ici la conclusion de l’article : Subrahmanyam Sanjay, « Par-delà l’incommensurabilité : pour une histoire connectée des empires aux temps modernes », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 5, no 54-4bis, 2007, p. 34-53. Pour la référence à Todorov, voir : Todorov Tzvetan « Cortés et Moctezuma : de la communication », L’Ethnographie, vol. 76, n° 1-2, 1980, p. 69-83, repris et développé dans La conquête de l’Amérique. La question de l’Autre, Paris, Seuil, 1982.

7 Sahlins Marshall D., La découverte du vrai Sauvage et autres essais, Paris, Gallimard, 2007, p. 56-57.

8 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 98.

9 « J’ai veillé en particulier à ne pas écrire, à travers [Kabris], une histoire du contact noué entre l’Occident et les îles du Pacifique à la fin du XVIIIe siècle. Faire intervenir les antécédents de Cook ou d’Ingraham, dont Kabris n’a sans doute jamais eu connaissance directe, en vaut ici que pour saisir comment la présence des Occidentaux, en faisant travailler les luttes sociales et les catégories préexistantes au sein de ces sociétés, a organisé l’espace des relations possibles au sein duquel Kabris est amené à prendre place ». Ibid., p. 426.

10 D’où le refus explicite des positions psychologiques compréhensives comme des tentatives de recomposition d’une vie disparue (selon le modèle du Pinagot d’Alain Corbin), Granger justifiant son choix en s’appuyant plutôt sur l’holisme méthodologique de Vincent Descombes : « L’esprit objectif des institutions précède et rend possible l’esprit subjectif des personnes particulières ». Ibid., p. 418 ; Descombes Vincent, Les Institutions du sens, Paris, Éditions de Minuit, 1996, p. 15 pour la citation.

11 D’où également le refus de toute démarche fonctionnaliste qui analyserait la socialisation des individus comme une manière de « se mettre en conformité avec les usages du groupe auquel il souhaite appartenir ». Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 426. Pour un exemple traditionnel de ce genre d’approche : Merton Robert K. « Some preliminaries to a Sociology of Medical Education », dans Merton Robert K., Kendall Patricia et Reader George G. (éd.), The Student physician, Cambridge, Harvard University Press, 1957, p. 3-79.

12 Les raisons de cet événement demeurent ambigües : les marins parlent d’un simple oubli, Kabris s’étant endormi après le banquet ; Kabris, lui, invoque une manigance volontaire de l’équipage.

13 Fauvelle François-Xavier, À la recherche du sauvage idéal, Paris, Seuil, 2017.

14 Pour des « versions » de l’étranger entendu comme « misérable » (au sens de non-citoyen), comme « imposteur », « immigré », ou « migrant », voir respectivement : Cerutti Simona, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012 ; Subrahmanyam Sanjay, Comment être un étranger. Goa, Ispahan, Venise (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Alma, 2013 ; Sayad Abdlemalek, L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck, 1991 ; Héran François et Sarthou-Lajus Nathalie, « Migrations en France et en Europe », Études, no 4, 2019, p. 45-55. Sur la version « phénoménologique » de l’étranger, voir l’étude classique d’Alfred Schütz : Schütz Alfred, L’étranger. Un essai de psychologie sociale, Paris, Éditions Allia, 2003.

15 Voir par exemple, parmi une littérature nombreuse : Chapoutot Johann et Ingrao Christian, Hitler, Paris, PUF, 2018 ; Subrahmanyam Sanjay, Vasco de Gama  : Légende et tribulations du vice-roi des Indes, Paris, Alma, 2012 ; Weatherford Jack, Gengis Khan and the Making of the Modern World, New York, Broadway Books, 2005.

16 Granger reprend en effet à Lahire l’idée selon laquelle la « narration de soi » ne se fait concrètement que dans le cadre d’institutions sociales dédiées à cet effet. Pour des analyses allant dans ce sens, voir par exemple, dans le contexte de l’administration française et de l’Église catholique : Fassin Didier « Le corps exposé. Essai d’économie morale de l’illégitimité », in Didier Fassin et Dominique Memmi (dir.), Le Gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004, p. 237-266 ; Le Roux Daphné « Foucault va à l’église. Repenser l’efficacité rituelle et la subjectivation par le croisement disciplinaire », Espacetemps.net, 2017 (en ligne : https://www.espacestemps.net/articles/foucault-va-a-leglise/).

17 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 415.

18 Ibid., p. 27-28.

19 Lemieux Cyril, Le Devoir et la Grâce, Paris, Economica, 2009, p. 212 ; voir également Boltanski Luc, De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

20 Mariot Nicolas, « La réflexivité comme second mouvement », L’Homme, n° 203-204, 2012, p. 369-398.

21 Nous suivons ainsi l’idée de Bernard Lahire : Lahire Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action (2001), Paris, Armand Colin/Nathan, 2011, p. 175-276.

22 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 440.

23 Voir par exemple, parmi les synthèses les plus significatives : Dubar Claude, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 1995 ; Darmon Muriel, La Socialisation, Paris, Armand Colin, 2016.

24 Ibid., p. 27.

25 « Il faut bien admettre que l’habitus, dans sa version bourdieusienne, comme outil permettant le dépassement des fausses alternatives entre individu et société, est devenu, par un usage paresseux, une théorie anhistorique et éternisée qui, cessant d’être d’abord explicative, se contente parfois, comme le dit par exemple Burawoy, de rapporter le “style de comportement” d’un individu (rarement envisagé à l’état d’individu), son caractère, sa personnalité, sa manière d’être, de faire, de parler, à la position générique qu’il occupe dans l’espace social ». Ibid., p. 29-30. L’article mentionné est : Burawoy Michael, « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et Gramsci », Actuel Marx, vol. 50, n° 2, 2011, p. 166-190.

26 Ibid., p. 31.

27 Ibid., p. 30.

28 Bosa Bastien, Pagis Julie et Trépied Benoit, « Le passing  : un concept pour penser les mobilités sociales », Genèses, no 1, 2019, p. 5-9. Voir également les différentes contributions du numéro. Pour la référence à Garfinkel : Garfinkel Harold, Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007, p. 203-295. L’auteur y revient à plusieurs reprises : Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 32 et 439.

29 Darmon Muriel, « La notion de carrière  : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, vol. 82, no 2, 2008, p. 149-167.

30 Dans le cas de l’anorexie, Muriel Darmon évoque « par exemple, un travail sur les sensations somatiques et leurs perceptions (s’habituer à coder comme positives les sensations liées au ventre vide et comme négatives et désagréables celles de la réplétion digestive) ». Darmon Muriel, « Variations corporelles. L’anorexie au prisme des sociologies du corps », Adolescence, vol. 56, no 2, 2006, p. 449.

31 Darmon Muriel, « Analyser empiriquement un inobservable  : comment “attrape-t-on” une disposition  ? », in Depoilly Séverine et Kakpo Séverine (dir.), La différenciation sociale des enfants. Enquêter sur et dans les familles, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, p. 107-137.

32 Granger Christophe, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), op. cit., p. 30 et 441. L’auteur se réfère alors à l’ouvrage de Wilfried Lignier et Julie Pagis : Lignier Wilfried et Pagis Julie, L’Enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris, Seuil, 2017, p. 303-304.

33 En effet, comme le souligne Bernard Lahire, « si les sociologues s’avéraient incapables de saisir notamment comment se construisent, à travers les expériences sociales, les multiples genres de “disposition”, de “schème”, etc. (d’ “habitus”), alors ces termes perdraient tout intérêt heuristique et constitueraient un asylum ignorantiae de plus dans l’histoire des concepts sociologiques ». Lahire Bernard, L’homme pluriel, op. cit., p. 299-300.

34 Voir respectivement : « en faisant des matchs de football un spectacle à déchiffrer, [on] a contribué à forger la capacité du public à le voir, à le reconnaître, à se montrer sensible aux modalités de son apparition ». C. Granger, « Les lumières du stade. Football et goût du spectaculaire dans l’entre-deux-guerres », Sociétés & Représentations, vol. 31, no 1, 2011, p. 118. « Pouvoir dire qu’il y avait, dans telle rue, une sirène qui retentissait à heure fixe ne vaut que si l’on peut recomposer les habitudes perceptives des riverains qui entendaient cette manifestation sonore ou ne l’entendaient plus, s’y montraient attentifs ou encore la trouvaient agréable ou incommodante, bref l’investissaient d’une valeur sociale propre à ordonner leurs dispositions sonores ». Goetschel Pascale et Granger Christophe, « Saisir la dimension sonore des sociétés », Sociétés & Représentations, vol. 49, no 1, 2020, p. 17 ; Granger Christophe « Du relâchement des mœurs en régime tempéré », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 106, no 2, 2010, p. 115-125.

35 Granger Christophe, « Le monde comme perception », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 123, no 3, 2014, p. 3-20.

36 Pour une tentative en ce sens : Lahire Bernard, « Les cadres sociaux de la cognition », in Clément Fabrice et Kaufmann Laurence (dir.), La sociologie cognitive, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2011, p. 137-159.

37 Nicolas Mariot, que Granger cite à plusieurs reprises, a ainsi proposé d’utiliser la psychologie culturelle américaine comme corpus théorique. Voir à cet égard, outre l’article déjà cité : Lignier Wilfried et Mariot Nicolas, « Où trouver les moyens de penser  ? Une lecture sociologique de la psychologie culturelle » in Ambroise Bruno et Chauviré Christiane (dir.), Le mental et le social, Paris, Éditions de l’EHESS, 2013, p. 191-214. Pour une application de cette démarche au cas hawaïen, voir : Chamois Camille et Lemarié Jérémy, « Pour une histoire sociale de la perception. L’idée d’apprentissage perceptif dans le surf hawaïen au XIXe siècle », Nature et récréation, vol. 6, 2018, p. 39-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Chamois, « Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), Paris, Anamosa, 2020, 507 p. »Terrains/Théories [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/teth/3744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3744

Haut de page

Auteur

Camille Chamois

Camille Chamois est docteur en philosophie : ses travaux portent notamment sur les acceptions philosophiques et anthropologiques de la notion de « perspectivisme ». Il enseigne actuellement la philosophie dans le secondaire.  

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search