Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierComment bien comparer ?

Dossier

Comment bien comparer ?

Méthodes, politiques et éthique féministes dans la philosophie d’Elizabeth Spelman1
Léa Védie

Résumés

Cet article s’appuie sur les travaux de la philosophe étasunienne Elizabeth Spelman afin d’exposer le rôle ambivalent des procédés comparatifs au sein des théorisations féministes. Je montre que ces procédés sont traversés par plusieurs paradoxes qui ont un impact direct sur la qualité des solidarités féministes. Entre les féministes qui occupent une situation relative de pouvoir, et celles qui se situent aux marges du sujet féministe, deux écueils rendent d’autant plus complexe la construction d’un monde commun : la prédation, d’une part, et l’indifférence, d’autre part. En définitive, je montre que les procédés épistémologiques déployés au sein des théorisations féministe sont indissociables non seulement de choix politiques mais aussi de positionnements éthiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article doit beaucoup aux relectures et encouragements de mon ami·e Tal Piterbraut-Merx, décé (...)
  • 2 « A description of the common world we share ‘‘as women’’ may be simply a description of my world (...)

Il se peut que le monde commun tel que je te le décris, celui que nous partageons « en tant que femmes », ne soit qu’une description de mon propre monde, dans laquelle tu figurerais comme simple invitée d’honneur.2

Introduction

  • 3 Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit.
  • 4 Spelman Elizabeth, Fruits of sorrow: framing our attention to suffering, Boston, Beacon Press, 19 (...)
  • 5 Pour reprendre le sous-titre de son ouvrage Inessential woman.

1Cet article expose et discute les analyses de la philosophe étasunienne Elizabeth Spelman vis-à-vis des procédés comparatifs dans les théories féministes. Ces réflexions figurent dans deux de ses ouvrages : Inessential woman3, publié en 1988, et Fruits of Sorrow4, qui paraît en 1997. Dans le premier, et plus marginalement dans le second, l’autrice aborde les tensions qui traversent le féminisme, et plus particulièrement, pour reprendre le sous-titre d’Inessential woman, le défi que constituent les « problèmes d’exclusion5 » : comment éviter qu’un mouvement censé représenter toutes les femmes ne parle, en définitive, qu’au nom d’une petite minorité d’entre elles, socialement privilégiées ?

2Elizabeth Spelman défend que la comparaison participe à produire ces problèmes. La comparaison est un procédé discursif qui consiste à penser un élément « X » à la mesure d’un autre élément, « Y ». Pour le cas des études féministes, l’enjeu est de pouvoir parler de certains groupes sociaux, et notamment de celui des femmes : dans quelle mesure peut-on penser « les femmes » à l’aune d’« autres » groupes sociaux : enfants, esclaves, peuples colonisés, etc. ?

3La philosophe s’intéresse particulièrement à deux des usages de la comparaison : usages analytiques, d’une part, dont l’objectif est la compréhension de la réalité sociale, usages stratégiques, de l’autre, qui visent l’efficacité de l’action politique.

4Je m’intéresserai d’abord à la comparaison comme procédé épistémologique, à partir d’Inessential woman. Dans cet ouvrage, Elizabeth Spelman développe une critique de certains cadres d’analyse comparatifs, qu’elle décèle au sein des théories féministes. Si les critiques féministes de l’usage heuristique de l’analogie ne sont pas nouvelles, l’approche de la philosophe apporte un certain nombre d’éléments originaux. Par la suite, je me tournerai vers les enjeux stratégiques de ce procédé discursif. Dans Fruits of Sorrow, l’autrice expose le caractère paradoxal de la comparaison : elle dévoile une tension entre certaines pratiques de l’analogie, d’une part, qui donnent lieu à des logiques d’appropriation, et une affirmation contraire d’incommensurabilité, d’autre part, qui produit indifférence et réification. Je défends que ce paradoxe ne donne pas lieu à une aporie, mais qu’il expose au contraire la dimension éthique de toute méthodologie féministe.

Raisonner par contraste : problèmes méthodologiques de la comparaison

5Le premier ouvrage d’Elizabeth Spelman, publié en 1988, et intitulé Inessential woman, montre le rôle de la méthode comparative dans la production de « problèmes d’exclusion » au sein des théories féministes. Je défendrai l'idée selon laquelle la réflexion d’Elizabeth Spelman apporte des éléments nouveaux aux travaux existants sur l’usage de l’analogie dans les études féministes : en faisant porter spécifiquement son analyse sur les comparaisons négatives (l’affirmation selon laquelle « X est différent de Y »), la philosophe met en lumière un mécanisme intéressant d’exclusion épistémique.

L’usage heuristique de l’analogie et ses problèmes

6La question de la place de la comparaison dans la méthodologie des études féministes est beaucoup débattue ; c’est généralement la pratique de l’analogie qui alimente le feu des controverses. L’analogie désigne un type particulier de comparaison : il s’agit d’une identité de rapports. Il y a analogie entre A/B et C/D lorsque la relation entre les éléments A et B est la même que celle qui relie les éléments C et D.

7Dans le champ des études féministes, la méthode analogique désigne l’assimilation d’un rapport social donné (par exemple, hommes/femmes) à un autre rapport social (par exemple, Blanc·he·s/Noir·e·s). Lorsque l’analogie est utilisée à des fins analytiques, elle fonctionne à la manière d’une équation à une inconnue : l’un de ces deux rapports est considéré comme suffisamment connu pour pouvoir être utilisé comme variable explicative, le second est traité comme la variable à expliquer. On rend compte de ce second rapport – généralement, les rapports sociaux de sexe – en le rapprochant d’un autre rapport social présenté comme similaire.

  • 6 Guillaumin Colette, » Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes », Que (...)

8Ainsi, la sociologue Colette Guillaumin est connue pour son concept de sexage, qui est construit à l’aide de ce procédé. Forgé sur le modèle de celui de servage ou d’esclavage, le terme désigne un mécanisme similaire : un processus où le corps tout entier et ce qu’il « produit » – en premier lieu, des enfants – sont objets d’appropriation6.

9Dans cette perspective, l’analogie est particulièrement utile sur le plan heuristique. D’abord, elle permet de changer la manière dont la catégorie « femme » est majoritairement perçue : d’une propriété naturelle, elle devient une détermination sociale. La catégorie femme n’est pas plus naturelle que la catégorie esclave : il s’agit d’une catégorie sociale, qui résulte d’une certaine forme d’organisation socio-économique. Ensuite, elle permet de mettre en lumière les processus sociaux inégalitaires qui génèrent cette catégorie, à savoir l’appropriation. De même que l’esclavage repose sur le fait qu’une classe d’individus est privée de droits et construite comme inférieure à celle des individus libres, les catégories de sexe résultent d’un complexe système social d’oppression et d’exploitation.

  • 7 Bentouhami Hourya et Guénif-Souilamas Nacira, » Avec Colette Guillaumin : penser les rapports de (...)

10Pourtant, comme le soulignent Hourya Bentouhami et Nacira Guénif-Souilamas7, ce genre d’analogie présente des limites. Elle constitue selon elles une pratique profondément paradoxale, qui peut tout aussi bien œuvrer à la compréhension d’un phénomène qu’à sa méconnaissance voire à son effacement.

  • 8 ibid., p. 215.

11D’abord, cette pratique de l’analogie repose sur une « méconnaissance de l’imbrication des logiques de domination dans l’esclavage8 » :

  • 9 ibid., p. 215

Guillaumin semble en effet considérer que l’esclavage est avant tout une histoire masculine, où seuls les hommes noirs sont opprimés par les seuls hommes blancs.9.

  • 10 ibid., p. 215

12Ce récit laisse de côté les mécanismes genrés spécifiquement à l’œuvre dans cette oppression, tels que l’« appropriation spécifique du corps des femmes noires (viol, ‘pillage’ de leur ventre)10 » ou le bénéfice matériel que les femmes blanches propriétaires d’esclaves retirent de leur position.

  • 11 ibid., p. 215
  • 12 ibid., p. 218
  • 13 Crenshaw Kimberlé , « Cartographies des marges  : intersectionnalité, politique de l’identité et (...)

13En outre, cette représentation erronée de l’esclavage va de pair avec une représentation erronée du phénomène que, par analogie, celui-ci est censé expliciter : l’oppression de genre. De la même manière que l’analogie réduit l’esclavage à une « histoire masculine11 », elle participe à blanchir la classe des femmes puisqu’elle « ignore et rend invisible le sort des femmes noires esclaves12 ». Selon la formulation de Kimberlé Crenshaw, les femmes situées à l’intersection des oppressions de race et de genre sont « reléguées en un endroit difficilement accessible au langage13 ».

« Malaise dans le concept ». La catégorie « femmes » en question

  • 14 Lépinard Éléonore, « Malaise dans le concept », Cahiers du Genre, n° 39/2, 2005, p. 107‑135.
  • 15 Voir à ce sujet la conclusion de Butler Judith, Trouble dans le genreKraus Cynthia (trad.), Par (...)
  • 16 Jaunait Alexandre et Chauvin Sébastien, » Représenter l’intersection », Revue française de scienc (...)

14La critique de la méthode comparative s’inscrit dans le cadre d’un épisode de « malaise dans le concept14 » : une série de remises en cause en cause de la catégorie (« les femmes ») censée fonder les revendications féministes15 . Elizabeth Spelman a contribué à formuler, sur le plan théorique, cette crise du sujet politique du féminisme16 : dans son ouvrage Inessential woman, publié en 1988, elle dénonce les « problèmes d’exclusion » que pose la pensée féministe, soit la manière dont certaines théorisations féministes reposent structurellement sur l’exclusion de nombreux groupes de femmes, marginalisées par la pluralité des oppressions qu’elles subissent.

15Dans cet ouvrage, Spelman dresse le constat suivant : la catégorie « femmes » que mobilisent les théories féministes n’est pas représentative des femmes. Il existe un hiatus entre la prétention à la généralité du concept et sa capacité descriptive : alors que le concept est censé pouvoir s’appliquer à tous les membres du groupe « femmes », il ne se réfère effectivement qu’à une petite partie de cet ensemble.

16Selon Spelman, ce déficit de représentativité manifeste le caractère normatif de cette catégorie :

  • 17 « It is no news that dominant Western feminist thought has taken the experiences of white middle- (...)

[…] la pensée féministe occidentale majoritaire a considéré les expériences des femmes blanches de classe moyenne comme représentatives, et, de fait, comme la norme, des expériences de toutes les femmes.17.

17Il faut ici comprendre la norme non pas en son sens socio-politique (comme contrainte et comme règle de comportement), mais plutôt selon sa signification épistémologique : ces « femmes blanches de classe moyenne » sont le standard, la mesure-étalon, à l’aune de laquelle l’ensemble des femmes sont pensées :

  • 18 « Much of such thought, it is now common to say, expresses and reinforces the privilege of white (...)

[…] leur vie et leur travail, leurs peines et leurs joies constituent la norme relativement à laquelle la vie des autres femmes – lorsqu’elles sont mentionnées – est décrite comme ‘‘différente’’.18

  • 19 Voir à ce sujet Heyes Cressida, Line Drawings : Defining Women through Feminist Practice, Ithaca, (...)
  • 20 Crenshaw Kimberlé, » Cartographies des marges  : intersectionnalité, politique de l’identité et v (...)

18À ce titre, Elizabeth Spelman s’inscrit dans la veine de ce que certaines théoriciennes féministes étasuniennes ont nommé la critique de « l’essentialisme méthodologique19 ». Cet écueil consiste à procéder à des généralisations abusives : au sein d’un groupe donné, celles et ceux qui sont dans une situation relative de pouvoir sont pris pour la norme vis-à-vis de laquelle on pense l’ensemble du groupe. En d’autres termes, ce concept sert à interroger les mécanismes de faux-universalisme dans les théories et les revendications féministes, ou le fait que les expériences et les intérêts d’une minorité privilégiée de femmes soient perçues et représentées comme les expériences et intérêts de toutes les femmes. Les problèmes méthodologiques soulevées par cet écueil ont notamment donné naissance au concept d’intersectionnalité, créé par Kimberlé Crenshaw afin de rendre intelligibles les expériences de celles qui se trouvent à « l’intersection » entre plusieurs systèmes de dominations – à savoir les femmes racisées et migrantes aux États-Unis20.

19L’originalité de la contribution de Spelman ne réside donc pas dans la mise en lumière de ces généralisations abusives et de leurs conséquences en termes épistémologiques pour la pensée féministe, mais dans l’analyse qu’elle fait des procédés méthodologiques qui contribuent à produire cet « essentialisme méthodologique ».

Le contraste ou la comparaison négative : l’exemple de Simone de Beauvoir

20Pour Spelman, la comparaison fait partie de ces méthodes qui produisent dans la pensée féministe des problèmes d’exclusion. Plus précisément, l’objet de ses critiques n’est pas tant l’analogie comme affirmation de similitude (tel rapport social X ressemble à, voire est identique à, tel autre rapport social Y), qu’un un procédé symétrique : celui de la comparaison négative, qui vise à établir un contraste.

21Cette pratique épistémologique du contraste fonctionne de la manière suivante : au sein des deux termes que l’on compare, l’un est utilisé comme l’opposé de l’autre, le négatif au prisme duquel on saisit le terme à expliciter.

  • 21 Gines Kathryn T., » Comparative and Competing Frameworks of Oppression in Simone de Beauvoir’s Th (...)

22Dans Inessential Woman, Elizabeth Spelman se livre à une lecture critique du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, et notamment de ce que Kathryn Gines a appelé son « cadre d’analyse comparatif21 » : le recours fréquent à un certain nombre de comparaisons entre « les femmes » et d’autres catégories sociales dominées (les étrangers/ères, les Juifs/ves, les Noir·e·s, les populations autochtones en contexte colonial).

23Or, souligne Elizabeth Spelman, nombre de ces procédés comparatifs visent en réalité à établir un contraste. L’une des occurrences les plus célèbres de ce type d’usage se situe dans l’introduction du Deuxième sexe.

  • 22 Beauvoir Simone (de), Le deuxième sexe. I, Les faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949, p. 21

Les prolétaires disent ‘‘nous’’. Les Noirs aussi. [...] Les femmes [...] ne disent pas ‘‘nous’’ […]. Elles n’ont pas de passé, d’histoire, de religion qui leur soit propre ; et elles n’ont pas comme les prolétaires une solidarité de travail et d’intérêts ; il n’y a même pas entre elles cette promiscuité spatiale qui fait des Noirs d’Amérique, des Juifs des ghettos, des ouvriers de Saint-Denis ou des usines Renault une communauté.22

24Beauvoir pose ici le problème qui sert de point de départ au Deuxième sexe, et qui, selon elle, est spécifique aux femmes : celui de l’absence de communauté. Elle construit cette problématique à partir d’une liste de comparaison négative : prolétaires, Noir·e·s et Juifs/ves. Le constat de l’impossibilité des femmes à dire « nous », qui est le point de départ de son enquête, se fonde ainsi sur une série de contrastes.

Cas standards et interférences : le rôle de la comparaison négative

  • 23 Garcia Manon, On ne naît pas soumise, on le devient, Paris, Climats, 2018, p. 138., à propos de l (...)

25C’est précisément ce type de procédé qui intéresse Elizabeth Spelman. Celle-ci, tout en reconnaissant sa dette envers la pensée féministe de Simone de Beauvoir, critique également ce cadre analytique. Elle souligne, à la suite de l’anthropologue Judith Okely, que les analyses beauvoiriennes de la condition féminine ressemblent parfois davantage à « une étude anthropologique des femmes du village du quartier de Saint-Germain, dans laquelle Beauvoir se pose implicitement comme un cas exemplaire23 » ; autrement dit, que les descriptions proposées par l’autrice du Deuxième sexe sont fortement fondées sur un standard épistémologique qui prend comme norme des individus socialement dominants. En commentant l’usage que fait cette dernière des comparaisons négatives, Elizabeth Spelman vise précisément à exhiber et à comprendre certains des mécanismes épistémologiques qui contribuent à produire cette norme épistémique.

  • 24 Hull Gloria, Bell-Scott Patricia et Smith Barbara (dir.), All the Women are White, all the Blacks (...)

26Premièrement, le procédé du contraste a pour arrière-plan implicite une représentation des catégories sociales comme mutuellement exclusives. Des ensembles X et Y sont dit mutuellement exclusifs lorsque tout élément de l’ensemble X est extérieur à l’ensemble Y, et que tout élément de l’ensemble Y est extérieur à l’ensemble X. Autrement dit, un tel modèle exclut a priori de l’analyse tous les cas d’intersection, ou de recoupement entre les différents ensembles. De fait, au même titre que la similitude, le contraste rend impensables les cas d’oppression multiples. L’analyse par contraste implique, implicitement, l’idée suivante : on est ou bien femme, ou bien noir ; ou bien femme, ou bien prolétaire, etc. Dans ce cadre de pensée, « toutes les femmes sont blanches », et « tous les Noirs sont des hommes », pour reprendre l’expression de Gloria Hull, Barbara Smith et Patricia Bell-Scott24.

  • 25 Dorlin Elsa, » De l’usage épistémologique et politique des catégories de ‘‘sexe’’ et de ‘‘race’’ (...)
  • 26 « […] additive analyses of identity and of oppression can work against an understanding of the re (...)

27Elizabeth Spelman parle à ce sujet d’une « analyse additive ». Elsa Dorlin commente de la sorte cette métaphore « arithmétique25 » : de la même manière que l’arithmétique prend pour cadre de référence l’unité, une entité discrète et indivisible, la méthode comparative participe à construire un cadre de pensée au sein duquel les catégories sociales se juxtaposent (« s’additionnent ») sans jamais se recouper. Par exemple, lorsque Beauvoir contraste « les femmes » et « les Juifs des ghettos », elle pose chacune de ces deux entités face à face, et construit ainsi un modèle qui exclut de l’analyse le fait que certaines femmes soient juives et que certain·e·s Juifs/ves soient des femmes. Ce type d’analyse contribue à « saper notre compréhension des relations entre le genre et d’autres aspects de notre identité, et entre le sexisme et d’autres formes d’oppressions26 ».

28Deuxièmement, l’utilisation de la méthode par contraste exprime clairement une décision : celle d’évacuer de l’analyse les femmes noires, colonisées, juives, etc. ; si bien que seul le cas des femmes qui ne subissent pas d’autres oppressions que le sexisme est considéré comme pertinent d’un point de vue heuristique.

  • 27 « […] in contrasting ‘‘women’’ to a number of other groups, and in choosing not to pay attention (...)

[E]n faisant contraster les ‘‘femmes’’ avec un certain nombre d’autres groupes, et en choisissant de ne pas prêter attention aux femmes dans ces autres groupes, [Beauvoir] manifeste sa volonté de n’utiliser ‘‘femme’’ qu’en référence à celles qui ne sont pas sujettes au racisme, à l’antisémitisme, ou à l’impérialisme.27

29En employant le terme de « décision », j’entends souligner l’importance qu’Elizabeth Spelman accorde à l’idée suivante : cette éviction n’est pas le fruit d’un oubli passif, mais d’un processus actif. Il est important, pour elle, de ne pas penser ces exclusions comme la conséquence d’un simple impensé. Il faut plutôt y lire le résultat d’un processus actif de production d’ignorance.

30Examinant les raisons de cette étrange éviction de nombreuses catégories de femmes par Beauvoir dans le Deuxième sexe, Spelman défend en effet l’idée suivante. L’on peut certes y voir la conséquence d’une perception limitée des rapports sociaux, liée à la position sociale de l’autrice – celle d’une femme blanche évoluant dans un milieu aisé et urbain. Selon cette hypothèse, en raison de son appartenance sociale, Beauvoir serait ainsi structurellement incapable de percevoir des situations autres que sa propre situation privilégiée. Le fait que la moitié de la population noire, prolétaire, juive, etc. soit constituée de femmes ne vient tout simplement pas à l’esprit de l’autrice du Deuxième sexe.

  • 28 « These two features are crucial to the way in which white middle-class privilege works in femini (...)

31Selon Elizabteh Spelman, cette hypothèse n’est pas intéressante d’un point de vue heuristique. S’y limiter reviendrait à « manquer une occasion en or » de comprendre la manière dont « le privilège lié au fait d’être blanc et d’appartenir à la classe moyenne fonctionne dans les théories féministes28 », car cette explication conduit celui ou celle qui y a recours à négliger les mécanismes qui participent à produire activement ces exclusions au sein de la pensée féministe.

  • 29 « … while it is true that such oversimplification expresses the privileged tunnel vision of someo (...)

[I]l est certes vrai que cette simplification excessive est la manifestation de la vision étroite liée à l’appartenance de classe et de race d’une personne telle que Beauvoir. Cependant, il faut que nous nous efforcions sérieusement de démasquer le privilège en tentant d’identifier les endroits où il s’installe, plutôt que de nous contenter de signaler sa présence.29

  • 30 Pour une discussion en langue française du concept féministe de standpoint, voir Frasch Delphine, (...)
  • 31 Hartsock Nancy, » The Feminist Standpoint : Developing the Ground for a Specically Feminist Histo (...)
  • 32 Cette situation correspond à ce que Fricker nomme « injustice herméneutique » : voir Fricker Mira (...)

32En cela, Spelman est proche des théories féministes du standpoint, que l’on traduit généralement en français par théories du positionnement30. Ces théoriciennes montrent que l’ignorance structurelle caractéristique des groupes dominants est activement produite dans leur propre intérêt matériel et symbolique31. Certaines, comme Miranda Fricker, montrent également que, dans ce cadre, il existe des processus actifs de production d’ignorance, qui ont pour conséquence de priver les groupes minorisés des ressources terminologiques et conceptuelles nécessaires pour verbaliser, communiquer et comprendre leur expérience de l’oppression32.

  • 33 Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 103
  • 34 « Les femmes blanches de la bourgeoisie étatsunienne sont produites comme telles dans un rapport (...)

33Elizabeth Spelman montre que la pratique du contraste et la décision épistémique qui la sous-tend, celle d’évacuer de l’analyse les femmes sujettes à divers rapports d’oppression, repose sur le raisonnement suivant : si l’on fait entrer d’autres variables dans l’analyse, comme par exemple la classe ou la race, alors « l’on ne sera jamais en mesure de dire quoi que ce soit de cohérent à propos du genre33 ». Comme Elsa Dorlin le remarque, cette attitude, qui suppose que l’on peut abstraire certains rapports sociaux pour les étudier à l’état pur, est indissociable de certaines positions sociales de privilège : celles des femmes blanches aisées, qui ne perçoivent pas leur propre position sociale de classe et de race34. L’attitude implicite adoptée par Beauvoir, lorsqu’elle construit ses catégories de pensée, est la suivante : elle considère qu’il n’est pas possible de comprendre quels effets sont spécifiquement imputables au sexisme lorsqu’on focalise l’analyse sur des femmes dont l’oppression peut également venir « d’autre chose » que le sexisme (racisme, oppression de classe, etc).

  • 35 « […] aren’t the effects of sexism on women more distinct and hence easier to investigate when ot (...)

[L]es effets du sexisme sur les femmes ne sont-ils pas plus distincts et, en conséquence, plus faciles à étudier lorsque les femmes en question ne sont pas affectées par d’autres formes d’oppression ?35

  • 36 « […] it [feminist theory] implicitly holds that some women really are more complete example of ‘ (...)

34Dans ce cadre, des théorisations féministes de ce type « défende[nt] implicitement que certaines femmes constituent des exemples plus aboutis que les autres de ‘‘la femme’’36 ».

35Je propose ici de tirer un peu plus loin les conséquences des conclusions de Spelman. Les femmes blanches, de classe moyenne, etc., fournissent pour Beauvoir les meilleurs exemples pour l’analyse du sexisme. Autrement dit, les femmes prolétaires, juives, racisées, etc. constituent pour leur part de mauvais cas d’étude : des cas qui gênent la compréhension des rapports sociaux de sexe. Dans la théorie Beauvoirienne, telle que la lit Spelman, les rapports de domination autres que le sexisme constituent autant d’interférences : j’emploie ici le terme au sens sociologique d’une variable cachée, d’un facteur qui n’est pas celui que l’on souhaite observer, mais qui provoque néanmoins des effets au sein de l’échantillon analysé. Cette variable vient fausser les résultats de l’analyse, puisque l’on attribue à un facteur X des phénomènes qui sont en réalité la conséquence d’un autre facteur, Y. Ainsi, par exemple, le racisme subi par une femme noire est lu par Beauvoir comme une interférence à la compréhension du sexisme dont elle fait également l’expérience, puisqu’il paraît compliqué de distinguer quelles discriminations sont « spécifiquement » dues à son genre, et lesquelles sont imputables à son assignation de race. Dès lors, les femmes situées au croisement de plusieurs rapports d’oppression sont évacuées de l’analyse, car elle considère, implicitement, qu’elles ne constituent pas de « bons » exemples pour comprendre le sexisme.

  • 37 « Just who does she think ‘we’ is? » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 57.

36« Pour qui prend-t-elle le ‘‘nous’’ ? »37, demande ainsi Elizabeth Spelman à propos de Simone de Beauvoir. Ce qui revient à poser la question suivante : comment en vient-elle à construire une catégorie « femmes » qui épouse sans le dire les contours de sa propre classe sociale – celle des femmes aisées et blanches ? La réponse à cette question est la suivante : en vertu d’une représentation des oppressions de race, de classe, etc., comme des interférences pour l’analyse du sexisme, les femmes noires, prolétaires, juives, etc., sont implicitement considérés comme des « mauvais » exemple dans l’analyse des rapports sociaux de sexe. L’usage heuristique de la comparaison négative révèle donc les mécanismes de cette éviction épistémique des femmes subissant plusieurs types de domination.

L’analogie prédatrice : problèmes politiques de la comparaison

  • 38 Pour la métaphore géographique opposant marge et centre, voir hooks bell, De la marge au centre : (...)

37Dans l’un de ses ouvrages plus tardif, Fruits of Sorrow, la philosophe revient sur les implications politiques de la comparaison, en adoptant, cette fois-ci, une perspective politique : la comparaison comme stratégie discursive déployée par les féministes dans leurs plaidoyers. Spelman insiste sur le caractère paradoxal de cette stratégie, et décrit le double écueil politique auquel elle donne lieu : une tension entre appropriation et distanciation, ou entre prédation et indifférence, dans la manière dont le « centre » des luttes féministes se réfère à ses « marges38 ».

Colonisation et esclavage : les féministes blanches et l’économie concurrentielle de l’attention

38Dans Fruit of Sorrow, la philosophe aborde la question de la signification sociale et politique de la souffrance, et de la nature des cadres perceptifs qui structurent la manière dont elle est perçue. Le propos est d’esquisser une théorie de ce qu’elle nomme l’« économie de l’attention », ou la répartition sociale de l’intérêt porté à cette souffrance.

39L’un des chapitres de l’ouvrage aborde la question des stratégies discursives mises en place par les féministes, et notamment celle de l’analogie. Dans ce cadre, Spelman propose une approche originale de la critique des comparaisons entre sexisme et esclavage : qu’est-ce que cette stratégie implique en termes d’appropriation de l’expérience d’autrui ? Et quel type d’économie de l’attention en découle-t-il ?

  • 39 Militante pour les droits des femmes et pour l’abolition de l’esclavage, elle est l’autrice princ (...)
  • 40 « The prolonged slavery of women is the darkest page in human history. » Yellin Jean Fagan, Women (...)
  • 41 « They were eager to have the rights of women considered a ‘‘legitimate branch of the anti-slaver (...)
  • 42 Jean Fagan Yellin, Women and sistersop. cit.

40La philosophe, tout d’abord, revient sur la question de l’analogie (et notamment sur le thème de l’analogie entre sexisme et esclavage), dans l’un des chapitres de Fruits of Sorrow. Elle cite notamment en exemple une importante militante suffragiste étasunienne du XIXe siècle, Elizabeth Cady Staton39, et sa conviction selon laquelle « [l]’interminable esclavage des femmes est la page la plus sombre de l’histoire humaine40 » : cette assertion a pour but de présenter « la lutte pour les droits des femmes comme une ramification légitime du projet anti-esclavagiste41 ». En se fondant sur le travail de l’historienne Jean Fagan Yellin42, Elizabeth Spelman examine les caractéristiques et les conséquences de cette application du discours anti-esclavagiste à la condition des femmes.

  • 43 Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 114.

41Tout d’abord, elle montre que, d’un point de vue stratégique, cette analogie est particulièrement efficace pour attirer l’attention sur l’oppression des femmes (blanches). Dépeindre leur situation comme étant similaire à l’esclavage permet aux féministes de connecter leur registre argumentatif à celui d’une autre cause, relativement connue et reconnue au sein des franges progressistes des mouvements étasuniens pour les droits humains. Ce faisant, elles désamorcent deux prismes de perception de leur propre souffrance. Il s’agit tout d’abord de la trivialisation, qui consiste à lire leurs plaintes comme des jérémiades « d’enfants gâtées43 » : l’analogie avec l’esclavage leur permet au contraire d’insister sur la gravité de leur situation. Le second prisme est celui de la pathologisation, au travers duquel les souffrances des femmes apparaissent comme des dysfonctionnements individuels : comme l’esclavage, l’oppression des femmes est un fait de société dont les manifestations et les remèdes sont collectifs. Si cette stratégie de l’analogie est efficace, c’est parce que ces deux cadres que sont la trivialisation et la pathologisation fonctionnent précisément comme des barrières perceptives : elles structurent le sens commun de telle sorte que la souffrance causée par l’oppression patriarcale ne puisse pas être objet d’attention.

  • 44 Le torchon brûle est l’un des principaux journaux du MLF. Il publie à Paris, de 1971 à 1973, des (...)
  • 45 Anonyme, « Pourquoi je suis dans la lutte des femmes ». Le Torchon brûle, n° 0, 1970.
  • 46 « We find it self-evident that women are a colonized group who have never-anywhere-been allowed s (...)

42Ce genre de stratégie rhétorique n’est pas le propre des mouvements suffragistes du XIX° siècle. Dans les discours des militantes féministes radicales de la deuxième vague féministe, des analogies sont fréquemment faites entre la lutte des femmes, d’une part, et les mobilisations noires aux États-Unis ou les luttes décoloniales de l’autre. En France, dans le numéro 0 du Torchon brûle44, une militante décrit ainsi les femmes comme « un tiers-monde dans le monde occidental » : « en tant que femme », conclut-elle, « je me sens, moi […] engagée dans une lutte anti-impérialiste (anti-colonialiste)45 ». À Détroit, aux États-Unis, une militante féministe radicale produit à la même période un texte au fort retentissement, « The Fourth World Manifesto ». Dans cet essai, où elle décrit les femmes comme un « quart monde », « un groupe colonisé à qui l’on n’a jamais ni en aucun lieu donné le droit à l’autodétermination46 », sa stratégie est d’affirmer que la validité du vocabulaire et de l’analyse propres aux luttes décoloniales ne se limite pas exclusivement aux peuples colonisés par des puissances occidentales : les luttes féministes sont elles aussi des luttes « anti-impérialistes », menées par des « colonisées » (les femmes) contre leurs « colons » (les hommes).

43Dans le cas de l’esclavage comme dans celui de la colonisation, ces analogies ne sont pas fortuites. Aux États-Unis, les mobilisations anti-esclavagistes ont déjà une certaine ampleur au moment où émergent, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les luttes pour le suffrage des femmes. De la même manière, les guerres d’indépendance des anciennes colonies françaises et les mobilisations contre la guerre du Vietnam occupent une place très importante dans l’espace des contestations politiques, en France et aux États-Unis, au moment de l’avènement de la seconde vague féministe. Dans un cas comme dans l’autre, des militantes blanches utilisent un vocabulaire politique reconnu dans l’espace discursif des mobilisations politiques pour faire valoir la légitimité de leur propre combat.

  • 47 Thiam Awa, La parole aux négresses, Paris, Denoël, 1980, p. 154‑155. Cité dans Bentouhami Hourya (...)
  • 48 Thiam Awa, La parole aux négresses, Paris, Denoël, 1980, p. 154‑155. Cité dans Bentouhami Hourya (...)

44Ce procédé argumentatif, bien que pourvu d’une certaine efficacité stratégique, ne profite cependant, en dernière instance, qu’aux seules femmes blanches. Telle est par exemple la position de l’anthropologue féministe sénégalaise Awa Thiam, pour qui « [u]ne comparaison terme à terme entre femme et Noire ne saurait être justifiée. On peut être de sexe féminin et de race noire47. » Elle conclut par la question suivante : « Où dans tout cela se situe la femme noire48 ? ». Ce constat de la femme noire introuvable, effacée des stratégies discursives mises en place par les féministes blanches, met en lumière la dimension potentiellement prédatrice de l’analogie, un terme que j’emploie ici afin de souligner sa participation à une logique d’appropriation.

Sujet souffrant et véhicule spirituel : dynamiques d’une logique d’appropriation

45La philosophie d’Elizabeth Spelman contient précisément des éléments précieux pour saisir ce processus d’appropriation, et les caractéristiques de cette analogie prédatrice. Il faut, pour les comprendre, en revenir à la problématique générale de son ouvrage Fruits of Sorrow : comment et sous quelles conditions politiques et sociales peut-on se rendre sensible à la souffrance des autres ? L’autrice dresse trois formes possibles de cette « économie de l’attention », à travers trois figures du sujet souffrant : le sujet tragique, le sujet de compassion, et le « véhicule spirituel ».

  • 49 Littéralement, en anglais, bellhops réfère à l’employé·e de l’hôtel chargé·e de porter les valise (...)

46Le sujet tragique se situe au sommet de cette économie hiérarchisée de l’attention. Les souffrances qu’il éprouve sont perçues comme des expériences à la fois (1) complexes, au sens où elles apparaissent comme le signe de sa pleine humanité, et (2) importantes, méritant l’intérêt qu’on lui porte. Le sujet de compassion est également reconnu comme un individu souffrant : ce cadre perceptif attire l’attention vers les épreuves qu’il traverse en les faisant apparaître dans toute leur gravité. Pour obtenir reconnaissance de sa souffrance, il doit cependant devenir objet de pitié, c’est-à-dire la cible d’une attention fondée sur un rapport hiérarchique qui le place dans une situation d’infériorité vis-à-vis de celui ou de celle qui reconnaît sa souffrance. Contrairement au sujet tragique, le sujet de compassion est un sujet que l’on prive de tout ou partie de sa dignité. La troisième figure, celle du « véhicule spirituel49 » (spiritual bellhops), est décrite comme le ou la « porteur/se d’une expérience dont d’autres peuvent bénéficier », du support souffrant de la souffrance d’un·e autre ; autrement dit, un sujet dont les épreuves n’ont pour fonction que d’attirer l’attention sur celles des autres. Cette troisième figure du sujet souffrant structure une perception fondée sur un déni tout à la fois d’humanité et d’attention.

47Pour Elizabeth Spelman, l’utilisation stratégique de certains procédés analogiques dans les mouvements féministes, construit précisément ce genre de « véhicule spirituel ».

  • 50 « [Yellin’s] work invites us to consider to what degree such women appropriated the experience of (...)

48Dans le cadre des analogies entre sexisme et esclavage, notamment, le groupe social des esclaves est vidé des individus concrets censés le constituer. D’autres individus viennent « occuper le même territoire expérientiel que [ces derniers/ères] tout en effaçant de ce territoire les traces qu’ils et elles y ont laissées50 ».

  • 51 Barbara Smith est essayiste, éditrice et figure importante du féminisme noir aux États-Unis.
  • 52 Smith Barbara, » ‘‘Feisty Characters’’ and ‘‘Other People’s Causes’’: Memories of White Racism an (...)

49Les suffragistes blanches qui se comparent aux esclaves « s’approprient l’expérience des esclaves noir·e·s », et cette appropriation relève d’une compétition pour la possession d’un espace discursif à des fins d’utilité stratégique. Barbara Smith51 relève par exemple, dans les récits faits par certaines féministes blanches de leur engagement au sein des mouvements de libération des femmes, les traces de cette logique concurrentielle : l’expression d’un désir d’apparaître comme plus radicales que les militant·e·s des « autres » luttes52. Dans ce contexte, les membres des groupes avec lequel on se compare (« les esclaves », « les peuples colonisés ») sont tout simplement effacés, mis de côté ; tandis qu’un autre groupe reprend les termes préalablement utilisés pour décrire leur expérience et leur oppression. On écarte le référent pour n’en garder que le signe ; si bien que « l’esclave » devient ce « véhicule spirituel », un simple support symbolique utilisé pour exprimer et porter l’attention sur la souffrance d’une autre.

50Pour filer la métaphore économique utilisée par Spelman, le procédé discursif de l’analogie entre sexisme et esclavage participe d’une économie concurrentielle de l’attention, où des femmes blanches disputent aux populations noires leur part de marché. Ce faisant, montre la philosophe, elles effacent non seulement les épreuves spécifiques traversées par les groupes esclavagisés ou colonisés, mais elles rendent également impensables les héritages de ces systèmes d’oppression dans les hiérarchies sociales contemporaines.

Les paradoxes de la comparaison : vers une éthique féministe

51Dans Fruits of Sorrow, cependant, Elizabeth Spelman développe une critique de l’usage de la comparaison qui est loin d’être unilatérale. Si, dans Inessential Woman, elle se concentre exclusivement sur ses effets excluants, son second ouvrage insiste plutôt sur les tensions et les ambiguïtés qui le traversent.

  • 53 Je détaille ici brièvement les deux autres paradoxes relevés par l’autrice.

52Plusieurs paradoxes structurent, selon elle, l’utilisation par les féministes de l’analogie comme procédé discursif53. L’un d’entre eux, celui qui m’intéresse ici, est celui de l’appropriation, qui s’énonce comme suit.

Les paradoxes de la comparaison : appropriation versus indifférence

53Aux antipodes de l’analogie prédatrice se situe une seconde attitude : l’affirmation d’incommensurabilité. Par exemple, plutôt que de prétendre que « les femmes sont comme les esclaves », il s’agit, pour les féministes blanches, d’affirmer que « la situation ou l’expérience des femmes blanches est absolument sans commune mesure avec celle des femmes noires ».

54Cette affirmation d’incommensurabilité met en place une distance qui résulte parfois de la volonté, chez ces féministes, de respecter la spécificité d’un combat qui n’est pas directement le leur, et d’éviter la logique appropriationniste. Le paradoxe de la comparaison réside cependant dans le fait que cette attitude comporte elle aussi un risque : celui de la distanciation alternativement indifférente ou réifiante.

  • 54 « Such envious glorification of Jordan’s experience turns Jordan into an exotic and alien suffere (...)

55Elizabeth Spelman cite, à ce propos, un témoignage de la poétesse noire-étasunienne June Jordan. Cette dernière raconte une conversation déroutante tenue avec une femme blanche, au cours de laquelle celle-ci se met à « réciter avec une curieuse envie les importants problèmes auxquels Jordan, en tant qu’africaine-américaine, doit faire face : ‘‘la pauvreté, la violence, les discriminations en général’’« . Cette attitude de « glorification envieuse » transforme ainsi Jordan en un « sujet souffrant exotique et étranger54 ». Ici, le problème ne réside pas dans le fait de transformer l’autre entre « véhicule spirituel », mais plutôt de construire une figure du sujet souffrant fétichisé, placé par son interlocutrice à une distance qui rend impensable toute communauté d’expérience ou de luttes.

  • 55 Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 8.

56Spelman met ici le doigt sur les implications politiques du refus radical de toute analogie, de toute affirmation de similarité d’oppression ou d’expérience. L’affirmation d’incommensurabilité a pour conséquence de creuser la distance entre celles qui occupent le centre des luttes féministes vis-à-vis de celles qui en sont à la marge, et participe ainsi à une logique de « l’exil55 » – vis-à-vis du féminisme, voire même de l’humanité. Cette mise à distance est aux antipodes d’une politique active de création de solidarité politique : l’affirmation d’incommensurabilité revient à refuser de traiter celles vis-à-vis desquelles on est en position de pouvoir comme des personnes également légitimes à représenter et à porter les luttes féministes.

57La philosophe María Lugones identifie dans cette attitude ce qu’elle appelle un « échec de l’amour » (failure of love). Celle-ci utilise le terme d’amour pour parler d’une disposition affective, mêlant capacité d’identification et respect de la singularité d’autrui, qu’elle considère comme étant centrale à l’organisation politique. Cet échec de l’amour au sein des mouvements féministes se manifeste par « l’incapacité de se percevoir soi-même dans d’autres femmes qui sont différentes de nous », et donne lieu à une attitude d’indifférence. Évoquant la manière dont, trop souvent, les femmes blanches ignorent les femmes de couleur ou effacent leurs récits et leurs voix, Lugones s’interroge sur les limites d’un « nous » féministe lorsqu’il est formulé par des femmes qui « n’ont pas du tout besoin d’[elle] pour que leur monde soit entier » :

  • 56 « Their world and their integrity do not require me at all. There is no sense of self-loss in the (...)

Mon inconsistance, elles ne la vivent pas comme la perte d’une partie d’elles-mêmes. Au contraire, c'est elles qui, par leur indifférence, me dérobent ma propre substance ; une indifférence qu'elles ont le luxe de pouvoir se permettre et qui paraît parfois délibérée.56

  • 57 Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 119.

58En formulant ce qu’elle appelle le paradoxe de l’appropriation, Elizabeth Spelman montre ainsi que la comparaison donne lieu à un double écueil politique. L’appropriation, à travers l’analogie prédatrice, relève de ce qu’Elizabeth Spelman appelle une « exploitation sentimentale57 », et témoigne tout à la fois d’un déficit d’attention à l’autre et d’un déni d’humanité. Cependant, l’attitude inverse, qui consiste, pour des femmes socialement privilégiées, à affirmer que leur situation n’a rien de commun avec l’expérience de celles qui sont plus marginalisées qu’elles, n’est pas plus défendable. Cette affirmation d’incommensurabilité va de pair avec une attitude qui oscille entre réification et indifférence. Elle participe ainsi à une logique politique de l’exil – la distanciation entre le centre des mobilisations féministes et ses marges – et, ce faisant, constitue le sujet féministe autour d’une norme centrée sur les expérience et intérêts des groupes dominants.

Vers une éthique féministe

  • 58 Lire à ce sujet la critique très pertinente que Vanina Mozziconacci adresse à ce type d’approche (...)

59Elizabeth Spelman analyse le caractère paradoxal de la comparaison, au point de laisser à son argument à un stade aporétique dont l’on voit difficilement comment sortir. L’on peut regretter que la philosophe s’en tienne principalement à un argument critique, et à une posture de déconstruction des discours et des catégories de pensée des féministes58.

60À l’issue de ces réflexions, la question soulevée par la philosophe reste en effet entière : comment comparer sans s’approprier ni rester indifférent·e ? Est-ce même possible ?

61Je défendrai ici que ce paradoxe n’indique pas forcément une impasse. Il montre plutôt que la question de la comparaison, loin de se limiter à une simple question de méthode, donne lieu à des réflexions d’ordre éthique. À ce titre, si les questions que je soulève dans cet article restent en suspens, ce n’est pas parce qu’elles sont impossibles à trancher mais parce qu’elles invitent à explorer d’autres champs de recherche.

  • 59 Lépinard Éléonore, « Toward a Feminist Ethics of Responsibility », in Feminist Trouble: Intersect (...)
  • 60 Lépinard Éléonore, » Théoriser en féministe / théoriser le féminisme : Pour une éthique de la res (...)

62L’une des pistes permettant d’approfondir les intuitions de Spelman est ainsi celle qu’Éléonore Lépinard a décrit comme « l’éthique de la responsabilité féministe59 ». Lépinard montre que des questions liées à la méthode des études féministes – en l’occurrence, à la question de la théorisation féministe/du féminisme – sont inséparables de problèmes éthiques. Les questions de méthode sont aussi des questions éthiques, au sens où la théorisation féministe n’est aboutie que si elle consiste en un engagement auprès des autres féministes. La méthode féministe est ainsi portée par la même « pulsion éthique » que celle qui trace les contours de la « communauté politique et morale » formée par les féministes60.

  • 61 Ibid., p. 24.

63Éléonore Lépinard insiste sur le caractère relationnel du féminisme comme « projet moral et politique61 » : pour comprendre ce qu’est et ce que doit être le féminisme, il est nécessaire de penser le type de relation que les féministes cherchent ou doivent chercher à établir les unes vis-à-vis des autres.

  • 62 Ibid., p. 18.

Théoriser en féministe, ce serait donc théoriser pour les autres féministes. Il y a là une forme d’adresse : théoriser en féministe, comme se dire féministe, ce serait avant tout s’adresser aux autres féministes, reconnaître et établir avec elles des relations de nature spécifique.62

64Dans Fruits of Sorrow, Elizabeth Spelman suggère elle aussi que la comparaison pose la question de la qualité des relations qu’entretiennent entre elles les féministes. Quel type d’attention les féministes sont-elles capables de porter les unes aux autres ? Comment faire en sorte que celles qui se situent dans une situation relative de pouvoir et de privilège construisent avec les féministes des marges un rapport qui ne soit marqué ni par l’indifférence ni par l’appropriation ? En définitive, d’un questionnement méthodologique, la problématique de la comparaison conduit finalement à des enjeux éthiques. Elle nous invite à penser, de manière prescriptive, les relations entre les féministes et ce qu’elles doivent être.

Conclusion

65Dans ses premiers travaux, Elizabeth Spelman met en lumière le pouvoir de la comparaison ; pouvoir d’exclusion, mais aussi, comme le suggèrent ses réflexions plus tardives sur les paradoxes de l’analogie, pouvoir de création de solidarités politiques. Si la pensée de la philosophe reste principalement à un stade critique, celui de la déconstruction, elle ouvre cependant des champs de recherche stimulants en posant la question suivante : comment penser les modalités d’une pratique féministe de la comparaison ?

  • 63 Tronto Joan, « Partiality Based on Relational Responsibilities: Another Approach to Global Ethics (...)
  • 64 Young Iris Marion. « Asymmetrical Reciprocity: On Moral Respect, Wonder, and Enlarged Thought ». (...)
  • 65 Lugones María, « Playfulness, ‘World’-Travelling, and Loving Perception », Hypatia, n° 2/2, 1987, (...)

66Ses analyses permettent d’appréhender de manière originale l’articulation entre les procédures épistémologiques propres à la méthode des études féministes, et les enjeux éthiques et stratégiques propres au féminisme comme discours politique engagé, visant à la transformation sociale. En approfondissant la question de la comparaison, comme instrument analytique et rhétorique, Elizabeth Spelman argumente de manière particulièrement convaincante en faveur de l’indissociabilité entre positionnement politique et théorisation féministe. Les paradoxes qu’elle expose tendent ainsi à montrer la pertinence des questionnements éthiques pour penser la méthode des études féministes. De nombreuses pistes se dégagent alors pour dépasser l’aporie de la comparaison, que ce soit au niveau de l’éthique du care63, de l’éthique procédurale de la communication et de la délibération64, ou de certaines reformulations transnationales et postcoloniales de la notion de solidarité féministe65.

Haut de page

Bibliographie

Beauvoir Simone de, Le deuxième sexe. I, Les faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949.

Bentouhami Hourya et Guénif-Souilamas Nacira, « Avec Colette Guillaumin  : penser les rapports de sexe, race, classe. Les paradoxes de l’analogie », Cahiers du Genre, n° 63/2, 2017, p. 205‑219.

Butler Judith, Trouble dans le genreKraus Cynthia (trad.), Paris, la Découverte, 2006

Crenshaw Kimberlé, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur, », Cahiers du Genre, traduction d’Oristelle Bonis, no 39, 2005, p. 51‑82.

Dawidowicz Lucy S., « Thinking about the Six Millions : Facts, Figures, Perspectives », in Holocaust : Religious and Philosophical Implications, New York, Parangon House, 1989.

Dorlin Elsa, « De l’usage épistémologique et politique des catégories de ‘‘sexe’’ et de ‘‘race’’ dans les études sur le genre », Cahiers du Genre, no 39, 2012, p. 83‑105.

— « Le sujet politique du féminisme », in Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

— (dir.), Black feminism : anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, l’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2008.

Frasch Delphine, » Les féminismes du standpoint sont-ils matérialistes  ? », Nouvelles Questions Feministes, n° 39/1, 2020, pp. 66‑80.

Fricker Miranda, Epistemic injustice, New York, Oxford University Press, 2007.

Garcia Manon, On ne naît pas soumise, on le devient, Paris, Climats, 2018.

Gines Kathryn T., » Comparative and Competing Frameworks of Oppression in Simone de Beauvoir’s The Second Sex », Graduate Faculty Philosophy Journal, n° 35/1, 2014, p. 251‑273.

Guillaumin Colette, « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes », Questions Féministes, 1978, no 2, pp. 5‑30.

« Pratique du pouvoir et idée de Nature (2) Le discours de la Nature », Questions Féministes, 1978, no 3, pp. 5‑28.

Harding Sandra, « Repenser l’épistémologie du positionnement : qu’est-ce que l’objectivité forte ? », Brousseau Charlie, Crespo Thomas, Védie Léa (trad.), in Garcia Manon (dir.), Textes clés de philosophie féministe, Paris, Vrin, 2021.

Hartsock Nancy, » The Feminist Ftandpoint : Developing the Ground for a Specically Feminist Historical Materialism », in Harding Sandra et Hintikka Merrill (dir.), Discovering Reality, New York, Klewer Academic Publishers, 1983.

Heyes Cressida, Line drawings : defining women through feminist practice, Ithaca, Cornell University Press, 2000.

hooks bell, De la marge au centre : théorie féministe, traduction de Noomi B. Grüsig, Paris, Cambourakis, 2017.

Hull Gloria T., Bell-Scott Patricia et Smith Barbara (dir.), All the Women are White, all the Blacks are Men, but some of us are brave : Black women’s studies, Old Westbury, Feminist Press, 1982.

Jaunait Alexandre et Chauvin Sébastien, « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, n° 62/1, 2012, p. 5‑20.

Lépinard Éléonore, « Malaise dans le concept », Cahiers du Genre, 2005, n° 39/2, p. 107‑135.

« The Contentious Subject of Feminism: Defining Women in France from the Second Wave to Parity », Signs, n° 32/2, 2007, pp. 375‑403.

« Toward a Feminist Ethics of Responsibility », in Feminist Trouble : Intersectional Politics in Post-Secular Times, Oxford/New York, Oxford University Press, 2020, pp. 179-233.

« Théoriser en féministe / théoriser le féminisme : Pour une éthique de la responsabilité féministe », in Choulet-Vallet Anaïs, Clochec Pauline, Frasch Delphine, Giacinti Margot et Védie Léa (dir.), Théoriser en féministe, Lyon, Hermann, 2021, pp. 17‑34.

Lugones María, « Playfulness, “World”-Travelling, and Loving Perception », Hypatia, n° 2/2, 1987, p. 3‑19.

Mozziconacci Vanina, « ‘Penser quelque chose’ : féminisme, philosophie et utopie », in Jeannelle Jean-Louis, Lasserre Audrey (dir). Se réorienter dans la pensée : femmes, philosophie et arts, autour de Michèle Le Dœuff, Presses universitaires de Rennes, pp. 183-190, 2020.

Okely Judith, Simone de Beauvoir : a re-reading, Londres, Virago Press, 1986.

Schor Naomi, « Cet essentialisme qui n’en est pas un », in Féminismes au présent, Paris, L’Harmattan, 1993.

Smith Barbara, « ‘Feisty Characters’ and ‘Other People’s Causes’ : Memories of White Racism and U.S. Feminism », in DuPlessis Rachel Blau et Snitow Ann Barr (dir.), The Feminist Memoir project : Voices from Women’s Liberation, New Brunswick, Rutgers University Press, 2007.

Spelman Elizabeth, Fruits of sorrow : framing our attention to suffering, Boston, Beacon Press, 1997.

Inessential woman : problems of exclusion in feminist thought, Boston, Beacon Press.

Stone Alison, « Essentialism and Anti-Essentialism in Feminist Philosophy », Journal of Moral Philosophy, n° 1/2, 2004, p. 135‑153.

Thiam Awa, La parole aux négresses, Paris, Denoël, 1980.

Tronto Joan, « Partiality Based on Relational Responsibilities: Another Approach to Global Ethics », Ethics and Social Welfare, n° 6/3, 2012, p. 303-316.

Yellin Jean Fagan, Women and sisters : the antislavery feminists in American culture, New Haven, Yale University Press, 1989.

Young Iris Marion. « Asymmetrical Reciprocity: On Moral Respect, Wonder, and Enlarged Thought ». In Intersecting Voices. Dilemmas of Gender, Political Philosophy, and Policy, 38‑59. Princeton University Press, 1997.

Haut de page

Notes

1 Cet article doit beaucoup aux relectures et encouragements de mon ami·e Tal Piterbraut-Merx, décédé le 25 octobre 2021. Ses engagements intellectuels et militants vivent toujours, à travers l’empreinte précieuse qu’elle a laissée chez chacun·e de ses proches, et qui continuera encore longtemps de nous inspirer.

2 « A description of the common world we share ‘‘as women’’ may be simply a description of my world with you as my honorary member. » Spelman Elizabeth, Inessential woman: problems of exclusion in feminist thought, Boston, Beacon Press, 1988, p. 142.

3 Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit.

4 Spelman Elizabeth, Fruits of sorrow: framing our attention to suffering, Boston, Beacon Press, 1997.

5 Pour reprendre le sous-titre de son ouvrage Inessential woman.

6 Guillaumin Colette, » Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes », Questions Féministes, 1978, n° 2, p. 5‑30, et Guillaumin Colette, » Pratique du pouvoir et idée de Nature (2) Le discours de la Nature », Questions Féministes, 1978, n° 3, p. 5‑28.

7 Bentouhami Hourya et Guénif-Souilamas Nacira, » Avec Colette Guillaumin : penser les rapports de sexe, race, classe. Les paradoxes de l’analogie », Cahiers du Genre, n° 63/2, 2017, p. 215.

8 ibid., p. 215.

9 ibid., p. 215

10 ibid., p. 215

11 ibid., p. 215

12 ibid., p. 218

13 Crenshaw Kimberlé , « Cartographies des marges  : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Art. cit., p. 53.

14 Lépinard Éléonore, « Malaise dans le concept », Cahiers du Genre, n° 39/2, 2005, p. 107‑135.

15 Voir à ce sujet la conclusion de Butler Judith, Trouble dans le genreKraus Cynthia (trad.), Paris, la Découverte, 2006, ainsi que Dorlin Elsa, » Le sujet politique du féminisme », in Sexe, genre et sexualités, Paris, Presses universitaires de France, 2008, et que Lépinard Éléonore, » The Contentious Subject of Feminism : Defining Women in France from the Second Wave to Parity », Signs, n° 32/2, 2007, pp. 375‑403.

16 Jaunait Alexandre et Chauvin Sébastien, » Représenter l’intersection », Revue française de science politique, n° 62/1, 2012, p. 5.

17 « It is no news that dominant Western feminist thought has taken the experiences of white middle-class women to be representative of, indeed normative for, the experiences of all women. » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. ix

18 « Much of such thought, it is now common to say, expresses and reinforces the privilege of white middle-class women: their lives and works, their griefs and joys constitute the norm in relation to which other women’s lives – if they are mentioned at all – are described as ‘‘different’’. Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit. p. ix.

19 Voir à ce sujet Heyes Cressida, Line Drawings : Defining Women through Feminist Practice, Ithaca, Cornell University Press, 2000. Pour d’autres mentions de ce concept, lire également Schor Naomi, » Cet essentialisme qui n’en est pas un », in Féminismes au présent, Paris, L’Harmattan, 1993 ; et Stone Alison, » Essentialism and Anti-Essentialism in Feminist Philosophy », Journal of Moral Philosophy, n° 1/2, 2004, p. 135‑153.

20 Crenshaw Kimberlé, » Cartographies des marges  : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, Bonis Oristelle (trad.), 2005, no 39, pp. 51‑82.

21 Gines Kathryn T., » Comparative and Competing Frameworks of Oppression in Simone de Beauvoir’s The Second Sex », Graduate Faculty Philosophy Journal, n° 35/1, 2014, p. 251‑273.

22 Beauvoir Simone (de), Le deuxième sexe. I, Les faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949, p. 21.

23 Garcia Manon, On ne naît pas soumise, on le devient, Paris, Climats, 2018, p. 138., à propos de l’ouvrage de Judith Okely, Simone de Beauvoir : a re-reading, London, Virago Press, 1986.

24 Hull Gloria, Bell-Scott Patricia et Smith Barbara (dir.), All the Women are White, all the Blacks are Men, but Some of Us are Brave: Black Women’s Studies, Old Westbury, Feminist Press, 1982.

25 Dorlin Elsa, » De l’usage épistémologique et politique des catégories de ‘‘sexe’’ et de ‘‘race’’ dans les études sur le genre », Cahiers du Genre, n° 39, 2012, p. 91.

26 « […] additive analyses of identity and of oppression can work against an understanding of the relations between gender and other elements of identity, between sexism and other forms of oppression. » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 115.

27 « […] in contrasting ‘‘women’’ to a number of other groups, and in choosing not to pay attention to the women in those other groups, she expresses her determination to use ‘‘woman’’ only in reference to those females not subject to racism, anti-Semitism, classism, imperialism ». Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 65.

28 « These two features are crucial to the way in which white middle-class privilege works in feminist theory and hence crucial to understanding why we would miss a golden opportunity if we simply dismissed de Beauvoir’s focus as an individual expression of her privilege and leave it at that. » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 76.

29 « … while it is true that such oversimplification expresses the privileged tunnel vision of someone of de Beauvoir’s own race and class, we must also take the task of unmasking privilege seriously by trying to locate the places it finds a home, rather than simply noting that is must be at work. » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 77.

30 Pour une discussion en langue française du concept féministe de standpoint, voir Frasch Delphine, » Les féminismes du standpoint sont-ils matérialistes  ? », Nouvelles Questions Feministes, n° 39/1, 2020, pp. 66‑80.

31 Hartsock Nancy, » The Feminist Standpoint : Developing the Ground for a Specically Feminist Historical Materialism », in Harding Sandra et Hintikka Merrill (dir.), Discovering Reality, New York, Klewer Academic Publishers, 1983 ; Harding Sandra, « Repenser l’épistémologie du positionnement : qu’est-ce que l’objectivité forte ? », Brousseau Charlie, Crespo Thomas, Védie Léa (trad.), in Garcia Manon (dir.), Textes clés de philosophie féministe, Paris, Vrin, 2021.

32 Cette situation correspond à ce que Fricker nomme « injustice herméneutique » : voir Fricker Miranda, Epistemic injustice, New York, Oxford University Press, 2007.

33 Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 103

34 « Les femmes blanches de la bourgeoisie étatsunienne sont produites comme telles dans un rapport qui est tout autant interpénétré de sexisme, de racisme et d’antagonisme de classe, que celui qui touche les femmes Africaines Américaines, par exemple. Or, toute la difficulté est que, jouissant de certains privilèges de classe et de couleur, elles ne perçoivent pas ce rapport comme étant toujours et en même temps un rapport touchant à la classe, au ‘sexe’ et à la ‘race’«  Dorlin Elsa, « Introduction : vers une épistémologie des résistances », in Dorlin Elsa (dir.), Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 12.

35 « […] aren’t the effects of sexism on women more distinct and hence easier to investigate when other forms of oppression don’t affect the women in question? » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 76.

36 « […] it [feminist theory] implicitly holds that some women really are more complete example of ‘‘woman’’ than other are. » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 11.

37 « Just who does she think ‘we’ is? » Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 57.

38 Pour la métaphore géographique opposant marge et centre, voir hooks bell, De la marge au centre : théorie féministe, traduction de Noomi B. Grüsig, Paris, Cambourakis, 2017. Cette image permet de représenter la distribution sociale et politique du pouvoir d’une manière relationnelle (comme des positions relatives au sein d’un même espace social). Elle est utile pour signifier spécifiquement les situations relatives de pouvoir ou, au contraire, de vulnérabilité, au sein d’un même groupe social (en l’occurrence, « les femmes »).

39 Militante pour les droits des femmes et pour l’abolition de l’esclavage, elle est l’autrice principale de la « Déclaration de sentiments », en 1848, à l’occasion de la convention de Seneca Falls. Ce document est considéré comme l’un des textes fondateurs des mouvements pour les droits civiques et politiques des femmes aux États-Unis.

40 « The prolonged slavery of women is the darkest page in human history. » Yellin Jean Fagan, Women and sisters: the antislavery feminists in American culture, New Haven, Yale University Press, 1989, p. 171. Cité dans Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 113.

41 « They were eager to have the rights of women considered a ‘‘legitimate branch of the anti-slavery enterprise’’. » Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 113.

42 Jean Fagan Yellin, Women and sistersop. cit.

43 Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 114.

44 Le torchon brûle est l’un des principaux journaux du MLF. Il publie à Paris, de 1971 à 1973, des articles rédigés par des contributrices anonymes.

45 Anonyme, « Pourquoi je suis dans la lutte des femmes ». Le Torchon brûle, n° 0, 1970.

46 « We find it self-evident that women are a colonized group who have never-anywhere-been allowed self-determination. » Burris Barbara, « The Fourth World Manifesto ». In Notes From the Third Year, Koedt Anne et Firestone Shulamith (dir.), New York, 1971, p. 102.

47 Thiam Awa, La parole aux négresses, Paris, Denoël, 1980, p. 154‑155. Cité dans Bentouhami Hourya et Guénif-Souilamas Nacira, » Avec Colette Guillaumin  : penser les rapports de sexe, race, classe », Art. cit., p. 207.

48 Thiam Awa, La parole aux négresses, Paris, Denoël, 1980, p. 154‑155. Cité dans Bentouhami Hourya et Guénif-Souilamas Nacira, » Avec Colette Guillaumin  : penser les rapports de sexe, race, classe », Art. cit., p. 207.

49 Littéralement, en anglais, bellhops réfère à l’employé·e de l’hôtel chargé·e de porter les valises ou d’effectuer des menus achats pour les client·e·s. En français, les termes équivalents (« porteur/se » ou « coursier/ère ») sont plus polysémiques et prêtent ainsi à confusion. J’ai donc choisi une autre métaphore, afin de rendre compte de l’acte signifié par la philosophe : le fait de s’effacer soi-même pour porter quelque chose au bénéfice de quelqu’un d’autre.

50 « [Yellin’s] work invites us to consider to what degree such women appropriated the experience of Black slaves, and Black female slaves in particular, that is, the extent to which they presented themselves as occupying the same experiential territory as slaves while erasing signs of the slaves’ occupation of that territory. » Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 116.

51 Barbara Smith est essayiste, éditrice et figure importante du féminisme noir aux États-Unis.

52 Smith Barbara, » ‘‘Feisty Characters’’ and ‘‘Other People’s Causes’’: Memories of White Racism and U.S. Feminism », in DuPlessis Rachel Blau et Snitow Ann Barr (dir.), The Feminist Memoir project: Voices from Women’s Liberation, New Brunswick, Rutgers University Press, 2007, p. 478.

53 Je détaille ici brièvement les deux autres paradoxes relevés par l’autrice.

Il y a tout d’abord le paradoxe de l’identification, qui peut être énoncé comme suit : l’oppression réside dans un déni d’humanité partagé, au sens où, en déshumanisant les dominé·e·s, les membres du groupe dominant dénient du même coup toute ressemblance ou tout point commun avec elles et eux. L’identification réaffirme au contraire cette humanité commune (par exemple, c’est là que réside l’efficacité politique d’un slogan tel que « nous sommes tou·te·s des immigré·e·s »). Cependant, cette communauté revendiquée court le risque de masquer les clivages effectifs, et, ce faisant, de dissimuler la responsabilité des dominant·e·s dans la perpétuation des rapports d’oppression.

Le paradoxe de l’universalité, quant à lui, consiste dans la contradiction suivante. Le fait de reconnaître à l’expérience de groupes minoritaires son caractère universel est un moyen de lui témoigner respect et considération ; cependant, cette attitude contribue aussi à la banaliser. Un exemple de ce type de banalisation réside dans l’utilisation abusive des références à l’holocauste comme simple topos de l’horreur ou de la catastrophe : Elizabeth Spelman cite à ce sujet l’historienne Lucy Davidowicz, qui dénonce l’« assimilation désinvolte du meurtre des Juifs/ves avec n'importe quel désastre ou atrocité, avec n'importe quel état de fait que l'on réprouve ou même tout bonnement qui ne nous plaît pas » (« […] the glib equation of the murder of the Jews with any disaster or atrocity, with any state of affairs one abhors or even merely dislikes », Dawidowicz Lucy, » Thinking about the Six Millions : Facts, Figures, Perspectives », in Holocaust : Religious and Philosophical Implications, New York, Parangon House, 1989. Cité dans Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 129).

54 « Such envious glorification of Jordan’s experience turns Jordan into an exotic and alien sufferer. » Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 118.

55 Spelman Elizabeth, Inessential woman, op. cit., p. 8.

56 « Their world and their integrity do not require me at all. There is no sense of self-loss in them for my own lack of solidity. But they rob me of my solidity through indifference, an indifference they can afford and which seems sometimes studied. » Lugones María, » Playfulness, ‘‘World’’-Travelling, and Loving Perception », Hypatia, n° 2/2, 1987, p. 7.

57 Spelman Elizabeth, Fruits of Sorrow, op. cit., p. 119.

58 Lire à ce sujet la critique très pertinente que Vanina Mozziconacci adresse à ce type d’approche aporétique, à partir d’une relecture de la pensée de Michèle Le Doeuff : Mozziconacci Vanina, « ‘Penser quelque chose’ : féminisme, philosophie et utopie », in Jeannelle Jean-Louis, Lasserre Audrey (dir). Se réorienter dans la pensée : femmes, philosophie et arts, autour de Michèle Le Dœuff, Presses universitaires de Rennes, pp. 183-190, 2020.

59 Lépinard Éléonore, « Toward a Feminist Ethics of Responsibility », in Feminist Trouble: Intersectional Politics in Post-Secular Times, Oxford/New York, Oxford University Press, 2020, pp. 179-233.

60 Lépinard Éléonore, » Théoriser en féministe / théoriser le féminisme : Pour une éthique de la responsabilité féministe », in Choulet-Vallet Anaïs, Clochec Pauline, Frasch Delphine, Giacinti Margot et Védie Léa (dir.), Théoriser en féministe, Lyon, Hermann, 2021, pp. 17‑34., p. 18.

61 Ibid., p. 24.

62 Ibid., p. 18.

63 Tronto Joan, « Partiality Based on Relational Responsibilities: Another Approach to Global Ethics », Ethics and Social Welfare, n° 6/3, 2012, p. 303-316.

64 Young Iris Marion. « Asymmetrical Reciprocity: On Moral Respect, Wonder, and Enlarged Thought ». In Intersecting Voices. Dilemmas of Gender, Political Philosophy, and Policy, 38‑59. Princeton University Press, 1997.

65 Lugones María, « Playfulness, ‘World’-Travelling, and Loving Perception », Hypatia, n° 2/2, 1987, p. 3‑19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Védie, « Comment bien comparer ? »Terrains/Théories [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 02 décembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/teth/3775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3775

Haut de page

Auteur

Léa Védie

Léa Védie est doctorante en philosophie à l’ENS de Lyon. Elle a codirigé l’ouvrage collectif Théoriser en féministe, paru en 2021 aux éditions Hermann. Elle est l’autrice de plusieurs articles et traductions, portant sur les liens entre théorisation et mobilisations féministes ainsi que sur l’épistémologie féministe.  

 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search