Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Dossier« Des mêmes » et « des autres » :...

Dossier

« Des mêmes » et « des autres » : la comparaison à l’épreuve d’un retour au sein d’un Hausprojekt féministe à Berlin

Revisiting a research field: the “temporal comparison” of Berlin’s feminist Hausprojekt ten years on
Edith Gaillard

Résumés

Retraverser un terrain de recherche dix ans après place d’emblée le/la chercheur.e dans une posture comparative. L’environnement social revisité porte une certaine familiarité. Le regard est façonné, orienté par les expériences du passé. Les observations précédemment réalisées, les paroles récoltées, les données analysées sont comme figées par l’entremise des différentes restitutions. Le Hausprojekt et son agencement, les règles, les interdits liés à la visée politique, féministe, queer, anarchiste, de la maison, sont connus ; alors même qu’en 10 ans, le collectif des habitant·e·s s’est entièrement renouvelé au point de devenir « autre ». La majorité des habitant·e·s se réclame du mouvement queer en présentant des «  identités fluides  », des «  identités temporaires  ».

À partir de ce contexte, cet article se propose d’appréhender les terrains de la comparaison sous l’angle de cette « épreuve » du temps qui a passé. La comparaison conduit à historiciser le terrain et le regard scientifique en questionnant la manière dont un retour sur un terrain de recherche renouvelle les réflexions sur les orientations de la recherche, la méthodologie et les rapports qui se jouent et se (re)tissent entre le/la chercheur.e et les personnes enquêtées.

L’historicité du terrain et du regard scientifique annonce un questionnement qui dépasse les seuls enjeux de la construction d’un cadre comparatif pour révéler les soubassements méthodologiques et épistémologiques du travail de recherche aux prises avec les évolutions du féminisme au sein d’un espace autonome et libertaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Littéralement, «  queer  » signifie «  étrange  », «  bizarre  », «  anormal  ». La critique queer (...)
  • 2 L’écriture inclusive « ·e » indique les identités transgenres de certaines habitant·e·s de la maiso (...)
  • 3 La formulation allemande est conservée pour indiquer la spécificité de ces lieux de vie. Littéralem (...)

1Après trente ans d’existence, le Liebig34, maison affichée «  queer1 anarcha-féministe  », à Berlin, a été vidé de ses occupant·e s2, le 9 octobre 2020. Squatté en 1990 par l’immigration d’une jeunesse venue de l’ouest pour s’installer dans les nombreuses maisons laissées à l’abandon à l’est, à la suite de la chute du Mur de Berlin, toléré et «  légalisé  » au moment de la réunification des deux Allemagne, ce Hausprojekt3 féministe abritait — sur quatre étages — en non-mixité « femmes, lesbiennes, trans », plus d’une trentaine de personnes majoritairement âgées de 20 à 30 ans et originaires du monde entier.

  • 4 Voir Gaillard Edith, « Une résistance queer anarcha-féministe : le Liebig34 », Dièses Revue, 9 janv (...)

2Au fil du temps, cette maison était devenue une référence dans la résistance féministe4, en Allemagne et à l’étranger. Au rez-de-chaussée, on trouvait une librairie alternative, ainsi qu’un bar collectif : deux espaces non-commerciaux et autogérés. Le bar offrait un espace de rencontre, avec une scène et toute une installation permettant l’accueil de cuisines populaires et solidaires, de projections de films, de concerts, de discussions, de soirées de soutien et de solidarité envers les groupes opprimés.

3À l’intersection d’autres luttes, du mouvement squat et des espaces libres, celles pour un droit à la ville ou contre la gentrification en cours de la ville de Berlin, le Liebig34 était, depuis les années 2000, au cœur d’enjeux spéculatifs  ; et ce, pour avoir été acheté, en 2008, par un promoteur immobilier5. Après une tentative infructueuse visant à racheter de manière collective la maison, les militant·e·s féministes avaient finalement accepté de signer un contrat de location sur dix ans, s’achevant à la fin de l’année 2018.

  • 6 Il s’agit bien ici d’un retour sur le terrain, après des années d’absence, par la même chercheuse e (...)

4Depuis cette échéance, l’avenir de la maison, du projet féministe, queer et anarchiste, ainsi que du collectif des habitant·e·s était en suspens. C’est dans ce contexte d’incertitude, de fin de contrat locatif que s’est réalisé un retour6 sur le terrain de la recherche doctorale, traversé à dix ans d’intervalle (2008-2018) par la « même » chercheuse.

  • 7 L’objectif de ce retour était de « conforter » le travail d’analyses antérieurement réalisées afin (...)

5Retraverser un terrain de recherche dix ans après place d’emblée le/la chercheur.e dans une posture comparative. L’environnement social revisité porte une certaine familiarité. Le regard est façonné, orienté par les expériences du passé. Les observations précédemment réalisées, les paroles récoltées, les données analysées sont comme figées par l’entremise des différentes restitutions7 comme les publications ou les communications.

6Par ce qu’il ou elle a déjà vécu, le/la chercheur.e connaît déjà une part de la situation traversée. Le lieu et son agencement, les règles, les interdits liés à la visée politique, féministe, queer, anarchiste, de la maison, sont connus ; alors même qu’en 10 ans, le collectif des habitant·e·s s’est entièrement renouvelé au point de devenir « autre » tout en restant des « mêmes », si on regarde certaines caractéristiques sociales (l’âge des occupant·e s, le temps d’occupation…). Dix ans plus tard, aucun visage n’est (re)connu. La majorité des habitant·e·s se réclame du mouvement queer en présentant des «  identités fluides  », des «  identités temporaires  », en se présentant comme a-genre ou non-binaire. Cette évolution du sujet politique annonce un tournant dans la politique féministe en présence.

7L’enquêtrice a quant à elle vieilli, a changé de position sociale en étant maintenant maîtresse de conférences et de socialisation professionnelle universitaire. Ces changements informent de conditions d’enquête spécifiques, d’un rapport différent aux enquêté.e.s.

8L’ensemble de ces réalités ont mis en exergue des dimensions occultées, voire aveugles, du précédent terrain, obligeant à un retour réflexif sur la pratique même de recherche et du regard scientifique.

9À partir de ces écarts, de ces « mêmes » qui sont également des « autres », cet article se propose d’appréhender les terrains de la comparaison sous l’angle de cette « épreuve » du temps qui a passé. S’agit-il du même terrain ? La seule matérialité d’un espace justifie-t-elle ce travail de comparaison ?

10La comparaison conduit à historiciser le terrain et le regard scientifique en questionnant la manière dont un retour sur un terrain de recherche renouvelle les réflexions sur les orientations de la recherche, la méthodologie et les rapports qui se jouent et se (re)tissent entre le/la chercheur.e et les personnes enquêtées.

11L’historicité du terrain et du regard scientifique annonce un questionnement qui dépasse les seuls enjeux de la construction d’un cadre comparatif pour révéler les soubassements méthodologiques et épistémologiques du travail de recherche aux prises avec les évolutions du féminisme au sein de cet espace autonome et libertaire.

12Après un détour sur les contextes universitaires et scientifiques des deux périodes de recherche (Encadré 1), le propos s’organisera, dans une première partie, depuis un jeu d’échelles : le terrain au cœur des changements historiques, politiques et sociaux de la ville de Berlin, les évolutions internes de la maison étudiée. Ce retour réflexif révèle le regard scientifique : celui du chercheur.e qui se retrouve sur un même terrain, à revivre des situations, retraverser des émotions alors qu’entre temps, il/elle est devenu.e « autre ». Qui regarde ? De quelle manière est façonné ce regard ? Quelle histoire est contenue dans le regard de la/du chercheur.e ?

13D’autres problématiques s’énoncent dont les réponses ont à voir avec les caractéristiques sociales et scientifiques de l’enquêtrice, avec sa socialisation académique, les filiations de la discipline sociologique transmise. Pour l’éclairer, dans une seconde partie, il s’agira de rendre compte de l’évolution des « politiques féministes » au sein du Liebig34 et des sujets politiques, révélant les enjeux méthodologiques et épistémologiques à retraverser un terrain de recherche dix ans plus tard.

Encadré 1 : Les contextes des deux recherches engagées à dix d’intervalle.

  • 8 Plus précisément, la recherche a été facilitée par l’obtention d’une bourse de courte durée, d’un m (...)

L’approche « longitudinale » visée par ce retour éclaire différents niveaux de la comparaison. Par exemple, la durée de l’enquête n’est pas équivalente. Le travail de recherche doctorale a été réalisé entre la fin de l’année 2007 et le début de l’année 2011 et s’est appuyé sur deux modèles de squat féministe, en France et à Berlin. Ce croisement s’est construit à partir de la dimension « transnationale » du féminisme qui favorise les liens au-delà des frontières : en l’occurrence entre la France et l’Allemagne. Le terrain allemand s’est polarisé autour du Liebig34 et s’est réalisé en 2008, lors de deux séjours d’un mois et, en 2009-2010, à la suite de l’obtention d’un financement de douze mois8.

  • 9 Le mois d’avril avait été privilégié pour réaliser cette mobilité. Il s’agissait de profiter de deu (...)

La recherche doctorale s’est donc réalisée sur plusieurs années avec des allers-retours sur le terrain alors que le retour n’avait qu’une durée d’un mois9.

Cela a donc une incidence sur les différentes séquences et méthodes qui composent et dessinent un périmètre au travail de comparaison. La recherche doctorale s’est réalisée sur des temps longs d’immersion en mobilisant les techniques ethnographiques de l’observation participante. Celles-ci ont été une entrée essentielle pour observer les règles des lieux, les habitudes de la maison, la vie quotidienne. Il s’agissait d’habiter le Hausprojekt, de le pratiquer au même titre que ses habitant·e·s, de prendre en charge la gestion du quotidien : faire la vaisselle, cuisiner pour le collectif… Au-delà des tâches qui relèvent de la gestion du quotidien, j’ai pu participer à des manifestations féministes, des ateliers mécaniques, des ateliers d’écriture, des discussions politiques, des moments plus festifs, plus conviviaux… Une méthode qualitative par entretien a par ailleurs été mise en place pour saisir ce qui ne se donnait pas à voir et à entendre en immersion : les trajectoires habitantes et militantes des squatteuses. 20 personnes ont été interrogées. Seul un tiers était de nationalité allemande (dont une d’origine palestinienne). Les autres entretiens ont été réalisés auprès d’une Américaine, d’une Israélienne, d’une Italienne, d’une Portugaise, de trois Suissesses (francophones), de deux Suédoises, d’une Norvégienne et de trois Françaises. Le terrain a par ailleurs été prolongé par une analyse de documents, des tracts, des brochures, des émissions de radio.

  • 10 Ces conditions matérielles et institutionnelles balisent le temps de l’action entre le projet tel q (...)

Retraverser un terrain, le temps d’un mois, n’offre pas les mêmes conditions de recherche d’autant plus que cette mobilité, réalisée en tant qu’enseignante-chercheuse et donc soumise à une « autorisation d’absence pour l’étranger », a été financée et facilitée par deux aides obtenues à la suite du dépôt d’un projet de recherche. Un ancrage dans une institution scientifique berlinoise était demandé. Une attestation de présence et une participation à des rencontres scientifiques étaient requises (à la fois par les instances financeuses de ce déplacement et par l’institution scientifique d’accueil) impliquant donc des temps balisés par l’institution scientifique10.

La méthodologie d’enquête s’est finalement adaptée à toutes ces réalités, à l’action programmée et anticipée qui a rencontré inéluctablement le temps des habitant·e s du Liebig34 : leur (in)disponibilité, le temps accordé par certain·e·s d’entre iels, des rendez-vous réalisés, des rendez-vous reportés qui se mêlent au temps institué de la maison (celui de la réunion plénière de celle-ci qui se réalise toutes les semaines, de l’agenda politique, culturelle et artistique des différents collectifs qui font vivre la maison).

14Un détour par les archives a aidé à retracer une chronologie des événements des dix ans dernières années, à consolider l’histoire du Hausprojekt. Une méthodologie par observation directe et par entretiens informels exploratoires a été mise en place, ce qui informe des acquis préalables du terrain et des contraintes de cette revisite, modelée par des contingences scientifiques, académiques et temporelles.

  • 11 Comme le suggère J.-P Olivier de Sardan, cette méthode est salutaire pour observer, entendre, voir, (...)

15Le terrain a été réalisé dans l’urgence ; contrastant avec l’expérience du terrain de thèse. Une méthodologie qualitative par observation participante permet en effet de se faire « embarquer » dans la vie des habitant·e·s et par le rythme de la maison11. Pour une revisite, cette manière d’appréhender le terrain se présente comme une contrainte, voire un impossible ou même un impensable à l’aune du temps qui a passé : revivre les conditions précaires, insalubres du Hausprojekt, le poids et la charge d’une vie en collectivité, les rapports de force avec la police…. Cela n’aurait d’ailleurs pas pu se réaliser au regard des différentes contraintes professionnelles que je devais relever (suivi des étudiant.es français.es, participation à des séminaires…) La méthodologie mise en place dix ans auparavant ne pouvait aucunement être reproduite : faute de temps, faute d’envie au regard de l’évolution de la chercheuse.

La comparaison à l’épreuve de l’historicité du terrain et du regard scientifique

16La comparaison se joue dans la perception des différences et des similitudes entre les expériences passées et la pratique du terrain actualisée pour finalement saisir des évolutions, les changements, les dynamiques sociales. Le/la chercheur.e est invité.e à renouveler le regard, à partir d’un jeu d’échelles, qui se révèle avec cette prise de distance temporelle, cette mise à distance spatiale.

  • 12 Cet écart de dix ans ne paraît rien à l’échelle de l’histoire, mais rend compte d’une mutation cert (...)

17Qu’est-ce qui a changé et quand le changement a-t-il eu lieu ? Y a-t-il des moments, des temps, des périodes12 où le travail comparatif est opérant ; alors qu’à d’autres moments, il apparaîtrait tordre la réalité sociale ?

  • 13 Bonini Nathalie, « Retour et détour sur le terrain : une réflexion sur l’influence des temporalités (...)

18Un ensemble de déplacement s’est révélé à la faveur de cette posture réflexive. Comme le souligne l’anthropologue Nathalie Bonini, un retour sur le terrain de la recherche doctorale rend compte d’une « maturation théorique et analytique » annonçant une meilleure appropriation d’un ensemble de savoirs disciplinaires, d’une meilleure maîtrise des concepts, des théories, offrant ainsi des guides de lecture facilitant le travail de recherche13. Cette maturation a à voir avec la somme des connaissances acquises dans une évolution professionnelle, mais elle a également à voir avec une inflexion personnelle, révélant la naïveté dont j’ai pu faire preuve lors des premières collectes des données. Cette naïveté à se déplacer dans des espaces de la contestation féministe, autonome et libertaire, à la frontière du droit, perpétuellement sous surveillance. Ce retour permet donc de rompre avec cette première propension. Si cela apparaît de prime abord salutaire, cela replace, de manière accrue, la question du regard scientifique au centre de la fabrique de la recherche.

19Depuis une graduation, de la ville de Berlin et ses mutations, à la maison étudiée et ses similitudes, pour tendre vers le regard scientifique de la chercheuse façonné par le temps qui a passé, la comparaison se présente comme un outil réflexif.

L’histoire du Hausprojekt féministe au cœur des mutations historiques, politiques et économiques de la ville de Berlin

  • 14 La tournure passive traduit les expulsions et fermetures de projets que ce quartier a pu connaître  (...)

20L’histoire du Liebig34 transpire de tous ses « pores » de l’histoire allemande, de la Grande Histoire. Située dans le quartier de Friedrichshain, ancien quartier de Berlin-Est dans le secteur russe intégré à la République Démocratique Allemande (RDA), la maison se retrouvait dans une des rues les plus actives dans la contestation d’extrême gauche : une dizaine d’Hausprojekt14 façonnaient ainsi un territoire de la contestation. Cette concentration géographique de la militance allemande se comprend à la lumière de l’Histoire. Après la Seconde Guerre mondiale, les logements vacants de l’Est, souvent symbole du génocide des Juifs par les nazis, ont été intégrés aux administrations communales de logement, tout en étant en même temps délaissés par le parti communiste. C’est dans ces espaces inoccupés et délaissés par les tragédies de l’histoire que les squatteur.e.s majoritairement ouest-allemand.e.s ont pris place.

21Après la chute du mur, à « l’Est », il s’agit de restituer les propriétés immobilières à leur propriétaire d’avant la séparation. Ce travail est complexifié par de potentielles expropriations d’anciens propriétaires juifs pendant la seconde guerre mondiale. Cette zone de flou permet des occupations temporaires que les habitant.e.s des Hausprojekte régularisent auprès des institutions allemandes, en déclarant l’occupation et en acceptant de payer de modestes loyers. La situation des « squats légalisés » se voit ensuite régulée à la suite d’un « retour à l’ordre », d’une stabilisation des archives, des cadastres, des statuts de propriété, ce qui explique ce temps long des occupations berlinoises.

22Si le vide politique de ces années charnières a permis l’éclosion d’un mouvement contestataire à l’Est de Berlin, il n’en reste pas moins que très rapidement, la voie de la privatisation du parc immobilier communal a été choisie par les instances politiques allemandes. Ce phénomène de privatisation des logements publics a commencé, dès les années 90, par la vente des anciens logements d’Etat communiste puis par les logements sociaux, communaux. Cette politique avait pour but de combler les déficits publics de la ville de Berlin en se débarrassant d’une partie de son parc immobilier et a eu pour conséquence d’engager un conflit entre les habitant.e.s des Hausprojekte et les assises du pouvoir en place pour se maintenir dans tous les espaces occupés. La problématique des squats est relancée dans les années 2000 après l’annonce de plusieurs expulsions. Le Liebig 34 fait partie des lieux à expulser. Ces annonces ont eu, pour conséquence, une relance de la mobilisation autour de la question des « espaces libres » avec la création du réseau « Wir Bleiben Alle ! », « Nous resterons tous ! ».

  • 15 Au moment même où la plupart des capitales européennes connaissaient une hausse des prix de l’immob (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Azozomox et Kuhn Armin, The History and Cycles of Squatting in Berlin (1969-2016), op. cit.
  • 18 Holm Andrej and Kuhn Armin, « Squatting and gentrification in East Germany since 1989/90 » in Ander (...)
  • 19 Cette néolibéralisation de la ville fait l’objet d’un mouvement de contestation citoyen qui dénonce (...)

23Après la réunification, les prix de l’immobilier berlinois ont baissé d’un tiers15. Le marché de l’immobilier a connu ensuite un frémissement entre 2007 et 2010, puis un véritable boom16. C’est dans ce contexte là que le Liebig34 est mis en vente en 2008 et qu’il est racheté par un promoteur immobilier, connu et contesté pour le rachat d’anciens squats17. Les immeubles ou appartements peu attrayants, vétustes, comme le Hausprojekt féministe, sont des placements immobiliers intéressants pour un ensemble de promoteurs18, qui, après travaux, augmentent de manière significative les loyers19.

24Ces augmentations de loyer sont rendues possible par le biais de travaux dits de « modernisation » qui consistent à améliorer un logement ou un immeuble par l’ajout d’un ascenseur, d’un balcon, d’une baignoire ou encore, pour le cas de la partie est-allemande, en remplaçant les nombreux poêles à charbon par des installations plus modernes.

  • 20 Les changements les plus vertigineux se traduisent par des augmentations de loyer dans les quartier (...)

25Les effets de la spéculation et la gentrification en cours20 de la capitale allemande et du quartier concerné contrastent avec le Hausprojekt qui, en 2018, était resté dans le même état de délabrement, avec les mêmes mots d’ordre féministes, anticapitalistes, contre la spéculation, la propriété privée.

Un regard renouvelé face à des inchangés

  • 21 Deux évènements expliquaient cette défiance policière : l’annulation de l’expulsion d’un Hausprojek (...)

26Le Liebig34 était donc situé dans un quartier où se trouvaient d’autres immeubles investis par une communauté de militant.e.s autonomes et libertaires. La présence policière y était « permanente »21. Des fourgons de police stationnaient quotidiennement dans le quartier ou devant la maison. Des agents de police signifiaient leur présence par des déplacements, le jour comme la nuit. Cet état de tension informait sur le jeu institutionnel entre un terrain qui s’annonçait en butte à l’ordre social et la réponse régalienne à des formes de transgression, d’opposition, de contestation et/ou de résistance.

27Ce contexte socio-politique renvoyaient exactement aux mêmes réalités de la recherche effectuée dix ans auparavant. Dix ans plus tard, cétait toujours la même photographie des fourgons de polices postés aux pieds de la maison, immobiles, laissant planer une possibilité dintervention. Autant dix ans auparavant, javais fait fi de cette situation ; cette posture pouvant être renvoyée à cette forme de naïveté soulignée précédemment. Lors de ce retour, les paroles dune ancienne squatteuse résonnaient :

  • 22 Une ancienne habitante du Liebig34 (française, 30 ans, issue des classes moyennes), interviewée en (...)

Je suis traumatisée, je crois. C’est peut-être un peu exagéré, mais peut-être pas tant que ça. J’ai vraiment la peur du flic, quand même, à l’intérieur. Les situations de stress avec les flics, ça me rend malade. Je n’ai vraiment plus… Oui, ils ont réussi, je suis foutue, j’ai peur (rires). Après, je dis ça parce que justement, je vis plus dedans et après c’est beaucoup le fantasme de… Enfin, je ne sais pas, c’est comme ça que ça marche les traumatismes. C’est comme après un accident, il faut y retourner après. […] C’était musclé. Ils sont venus nous chercher une fois sur le toit au paint ball. Une autre fois, ils nous ont fait ramper par terre. On s’est pris du fer. Oui, c’était vraiment… Ah, c’était rock n’roll.22

  • 23 Ce qui était différent, c’était la fermeture du porche, autrefois ouvert et qui permettait d’accéde (...)

28Les fourgons stationnés, les policièr.e.s nombreux.ses en faction au pied de l’immeuble, ces dispositifs de contrôle et de sanctions rappelant le rapport de force constant se sont accompagnés d’une réminiscence d’émotions négatives, de crispations, face à cette présence policière23.

29Cette réalité a eu pour effet de mettre en exergue les conditions de vie réelles des habitant·e·s du Liebig34, précédemment analysées, lors de la recherche doctorale, à partir de ce double terrain, à l’aune des squats féministes français qui avaient, quant à eux, tous fait l’objet d’une expulsion.

30A la fin des années 2000, ce qui apparaissait comme une voie à la normalisation des conditions de vie des habitant.es du Hausprojekt avec la signature d’un contrat locatif de dix ans se retrouvait réévalué, dix ans plus tard, par ce contexte de tensions permanentes. À côté de cette contractualisation de l’occupation de la maison féministe, le quartier et plus spécifiquement la rue « Rigaerstrasse », à l’angle de la Liebigstrasse, étaient devenus, selon les forces de l’ordre berlinoise, une « zone dangereuse » (Gefahrengebiet), une « zone de danger », autorisant davantage les contrôles et les fouilles24.

31Le travail de comparaison se trouve ici complexifié à la fois par la dimension temporelle, du temps qui a passé et les changements socio-économiques qui refaçonnent autrement les rapports sociaux et donc l’opposition à un système ; mais également par la dimension transnationale de la recherche doctorale construite à partir de deux terrains, français et allemand. Ce retour sur le terrain allemand dix ans plus tard conduit le/la chercheur.e – non pas à comparer le terrain allemand à deux périodes différentes – mais à « comparer deux comparaisons ».

  • 25 Ce vocable est directement repris à nos informatrices.
  • 26 En Allemagne, les pratiques de squat relèvent aujourd’hui du pénal, avec des expulsions sans délais (...)

32Au-delà du contexte répressif, faire du terrain au sein de cette mouvance féministe, autonome, libertaire s’annonce être une épreuve. L’entrée sur le terrain est compliquée. La fermeture, le non-intérêt, voire même l’hostilité sont les épreuves à relever par le/la chercheur.e qui travaillent sur les squats politiques. Le Hausprojekt et ses pratiques militantes et/ou habitantes étaient un jeu subtil entre une prise de possession d’un espace et la reconnaissance de cette prise de pouvoir d’un bien par une certaine « publicisation » d’un espace qui se veut ouvert sur l’extérieur, solidaire. Les habitant·e·s construisaient alors des manières de dire et d’agir spécifiques, constitutives d’une certaine « culture du secret » s’exprimant autour du couple « fermeture »/ » paranoïa25 »,entre défense et défiance26.

  • 27 À ce moment-là, je projetais la situation de femmes en difficulté qui chercheraient à entrer en con (...)
  • 28 C’est vraiment le vocable utilisé par les Allemandes et toutes personnes étrangères pour qualifier (...)
  • 29 Ce retour a été complexifié par plusieurs situations de conflits externes et internes à la maison q (...)

33Les mêmes difficultés d’accès au terrain ont été rencontrées lors de cette revisite. Les différents courriels envoyés avant mon arrivée sont restés sans réponse. Une fois à Berlin et après quatre relances, je me suis finalement décidée27 à me rendre « au Plenum28 » de la maison. Je connaissais l’existence de ces réunions pour avoir été témoin, dix ans auparavant, de cette pratique d’organisation collective de gestion du collectif et de la maison, confirmée par le site internet. Dix ans auparavant, cette épreuve dans l’accès au terrain n’avait pas créé, d’incompréhension, ni même de posture de distanciation. Pour ce second terrain, l’effet premier a été de créer « un rejet du terrain29 » avant de s’en saisir pour engager un travail réflexif autour de la recherche et du regard scientifique.

Un regard aux prises dans des rapports sociaux d’âge ou l’épreuve générationnelle

34Ce renouvellement de regard sur le terrain a été accompagné par des effets de contextes politiques, économiques, sociaux et également par une dimension plus subjective : un regard plus distancié sur les expressions queer, anarcha-féministes.

35Dix ans auparavant, les rapports sociaux d’âge entre elles et moi étaient restés dans l’ombre de la recherche et avaient été oblitérés comme pouvant influer le travail alors même que j’avais bien consciente d’appartenir à la même tranche d’âge que les personnes rencontrées. Dix ans plus tard, se rejouait la même catégorisation faite autour de l’âge de ses habitant·e·s : elles avaient toujours entre 20 et 30 ans. Ce résultat était, par ailleurs, consolidé par la durée de résidence des occupant·e·s, oscillant en moyenne entre deux et trois ans, ce qui restait là encore inchangé. Finalement, la contractualisation de la maison n’avait pas eu pour conséquence la stabilisation du groupe d’habitant·e·s qui, même dans un cadre fixe, ne vieillissait pas en son sein. Le groupe des habitant·e·s se régénérait par des cycles d’engagement et de désengagement. Les habitant·e·s s étaient donc resté e·s des « mêmes » en âge, alors même que l’écart d’âge entre iels et moi s’était creusé, pouvant aller jusqu’à vingt ans. Se présenter sur un terrain de recherche avec un tel écart ne provoque pas le même rapport à la recherche. Est-ce que les personnes interrogées disent la même chose, de la même manière, avec les mêmes mots, lorsqu’on se présente avec un écart d’âge d’une vingtaine d’années ? Récolte-t-on le même matériau, de même qualité ?

36Afin de favoriser les échanges et créer de la « complicité » sur ce terrain particulièrement indifférent et très peu accueillant, je construisais mes échanges à partir de mon expérience passée. Le rapport d’âge était alors davantage accentué, redoublé par une épreuve générationnelle autour de l’orientation politique à dominante queer du Liebig34, ce qui a participé au renouvellement de ses habitant·e s, annonçant des « autres ».

Les « terrains de la comparaison » ou l’évolution des « politiques féministes » au sein du Liebig34

37Le Liebig34 s’inscrivait dans une double filiation : celles du mouvement social libertaire et autonome autour des squats et des « espaces libres » (Freiräume) et des revendications féministes des années 70.

  • 30 On parle de Freiraumbewegung, pour décrire un mouvement social dont l’objectif est d’ouvrir des lie (...)
  • 31 Schindele E., Schemme D. et Rosenberger B. « Frauen besetzen Häuser », Courage, vol. 6-4, 1981, p.  (...)
  • 32 Sur ce chiffre, en confrontant les différents articles de presse, cela oscille entre une centaine e (...)

38Expérimenter la vie collective, l’autogestion et la démocratie directe était les idées qui traversaient la scène alternative allemande depuis les années 1970, période à laquelle sont apparues les premières maisons autogérées. Ces habitats alternatifs se donnaient pour objectif de développer de nouvelles formes de « vivre ensemble » en construisant généralement en leur sein des espaces d’activités politiques, de sociabilités30. Dès le début des années 1980, on pouvait déjà lire sur les façades de certaines maisons squattées à Berlin-Ouest des slogans féministes comme « L’avenir sera féminin »31. En avril 1990, au moment de l’occupation par une centaine32 d’autonomes et libertaires de douze maisons dans la MainzerStraße, dans le quartier de Friedrichshain, une des maisons était ouvertement non-mixte, réservée pour « les femmes et les lesbiennes ».

  • 33 Le « privé est politique » est un slogan politique utilisé dans le cadre des mouvements de libérati (...)

39La dynamique habitante du Liebig34 s’inscrivait, de la même façon, dans l’idée que « le privé est politique33  ». La politisation du privé, de la vie quotidienne prenait la forme de réflexions et de remises en question concrètes des structures familiales, des normes de genre et de sexualité, ainsi que des violences. En investissant cet espace politique, les habitantes cherchaient à démontrer la capacité autonome des femmes, la normalité de toutes les expressions de genre et de toutes les sexualités.

  • 34  La « non-mixité voulue, la non-mixité politique » est la conséquence de la théorie de l’auto-émanc (...)
  • 35 Entretien réalisé en octobre 2008 auprès d’une allemande de 20 ans, issue des classes moyennes, rés (...)
  • 36 Tract de présentation de la maison et de ses orientations politiques (Recueilli en octobre 2008)

40Le recours à la non-mixité, répertoire d’actions « choisi, et non imposé »34, consistait à s’appuyer sur le vécu des habitant·e·s pour définir l’objet de la lutte, leur garantir le contrôle politique de leur engagement. Cela permettait d’assurer l’autonomie de définition de leurs revendications et stratégies. La non-mixité était à la fois un levier d’autonomisation et un support individuel et collectif de politisation des expériences vécues. C’est ce que traduit une habitante du Liebig34 pour rendre compte de l’absence d’hommes : « à partir du moment où il n’y a pas d’homme, les rôles, ils sont complètement détruits. Donc, ça veut dire que tu peux être toi sans être, sans avoir à te battre au quotidien pour ne plus être la femme socialisée femme.35 » Le Liebig34 était l’ « outil » permettant d’ « être soi sans être son genre ». Il offrait la possibilité de remettre en question les rôles stéréotypés attribués aux femmes. « Cela ne veut pas dire nier le fait que nous avons toutEs grandi dans une société capitaliste normative, qui a conditionné nos comportements et nos pensées ; mais aller de l’avant dans la déconstruction des rôles établis.36 ». Les habitant·e·s du Liebig34 essayaient d’y vivre libres du sexisme, du patriarcat, du racisme et de toute forme de hiérarchie et la non-mixité était un moyen privilégié pour atteindre ce but.

De la « cause des femmes » …

  • 37 Wittig Monique, La pensée straight, Balland, « Le Rayon », Paris, 1992.

41À son ouverture, au début des années 90, le Liebig34 était un squat mixte, de femmes et d’hommes. À la faveur des dynamiques féministes et lesbiennes présentes en son sein, le projet de maison a évolué, à la fin des années 90, devenant une maison non-mixte réservée « aux femmes et aux lesbiennes ». Pour expliquer cette distinction des femmes et des lesbiennes, on peut citer la philosophe et théoricienne, Monique Wittig, pour qui « les lesbiennes ne sont pas des femmes »37. Cette citation a pour but de souligner la manière dont la catégorie « femme » n’est définie que par rapport à celle de l’homme, dans un ordre hétérosexuel. En se situant en dehors de cet ordre, les lesbiennes ne peuvent être définies ou envisagées comme « femmes ». Elles ont donc une place spécifique à l’intérieur de la classe « femme ». Cette transgression du sujet lesbien dans l’ordre hétérosexuel permet ainsi de penser et d’envisager l’abolition des genres et des sexes. Elle pointe et présente l’hétérosexualité non plus comme une sexualité mais comme un régime politique.

42Au sein du Liebig34, penser la non-mixité entre des femmes et des lesbiennes consistait alors à pousser plus en avant l’analyse des rapports sociaux de sexe en identifiant nommément l’hétérosexualité comme institution, comme régime politique au centre des rapports de domination entre les femmes et les hommes.

  • 38 Les femmes sont souvent reléguées à des tâches subalternes (principalement d’organisation matériell (...)

43A l’origine du squat, la non-mixité était un moyen de lutter pour l’égalité des sexes en essayant d’enrayer la monopolisation du pouvoir par les hommes et l’exclusion des minorités de genres38. Ses contours se sont redessinés, jusqu’au début des années 2000, pour repenser le modèle d’organisation des relations femmes-hommes.

  • 39 Tract de présentation de l’orientation politique de la maison, en 2008.
  • 40 « Cisgenre », ou « cis » se construit en opposition au terme transgenre. Il désigne les personnes d (...)
  • 41 Page d’accueil du site Internet du Liebig34, consulté en avril 2018.
  • 42 Pour une meilleure compréhension des enjeux de cette évolution, il s’agirait de rentrer dans la thé (...)

44Au début des années 2000 et à l’instar des évolutions de la critique féministe dans les milieux autonomes et libertaires, la non-mixité va s’ouvrir aux sujets trans, MtoF (Male to Female). Cette évolution rend compte de réflexions et de luttes qui s’éloignent de celle contre le sexisme, système de discrimination basé sur le sexe, pour envisager les questions de genre sous l’angle des ressentis, en dehors d’une socialisation. En 2008, comme pour réaffirmer son caractère politique, le Hausprojekt est redéfini comme étant une maison « queer anarcha-féministe ». Il visait, pour ses habitant·e·s, la prise en compte de « l’oppression quotidienne que subissent les femmes, mais aussi les autres minorités sujettes aux discriminations et préjudices du système hétéronormé39. » Dix ans plus tard, les habitant·e·s affichaient ne pas vouloir « éprouver le sexisme quotidien et la domination cis-mâle40 […]. C'est pourquoi nous vivons sans hommes-cis à Liebig34. Tous les autres genres (a-) sont les bienvenus ici […] pour « toutes les autres identités de genre. »41. Engageant des questionnements sur d’autres rapports de pouvoir que les seuls rapports sociaux de sexe, l’objectif de cette nouvelle non-mixité sans « homme cis-genre » était de suspendre, le temps de l’occupation, un certain nombre de rapports de pouvoir42, par l’accueil de toutes les minorités sexuelles et de genres.

… aux revendications queer

  • 43 Le transféminisme rend compte de l’alliance entre les mouvements trans et féministes dans la lutte (...)
  • 44 Ce slogan était tagué sur les murs de la maison. « Le futur sera queer » fait écho avec le slogan f (...)

45Cette évolution des contours de la non-mixité traduit un glissement vers une approche davantage queer et trans-féministe43 qui s’amorçait en 2008 mais qui n’était pas encore incarné par le collectif des habitant.e.s qui remettaient en cause, à cette époque, davantage les normes de sexualité que les normes de genre. En 2018, la position queer s’appuie sur une nouvelle différenciation : entre les personnes «  cis  » - celles qui s’identifient au sexe qui leur a été attribué à la naissance - et les personnes «  trans  », celles qui ne s’identifient pas de cette attribution et qui adoptent des pratiques de transition. Elles s’identifient soit comme trans, soit comme des personnes non-binaires, en présentant une identité de genre autre que celle relevant des normes du masculin ou du féminin, en refusant de s’inscrire en tant qu’ « homme » ou en tant que « femme ». En d’autres termes, c’est rompre avec l’ordre des genres, avec la binarité des genres. Cette « nouvelle » délimitation des contours stratégiques de la maison a eu pour conséquence de renouveler le profil des habitant·e·s de la maison. Cela a joué sur les parcours résidentiels des un·es et des autres. Le groupe des habitant·e·s s’est entièrement renouvelé autour de ces enjeux queer. Cette dynamique a permis d’afficher de nouvelles identités collectives et une vision stratégique partagée autour de l’idée que : « The future is queer »44.

46En 2018, la majorité des habitant·e·s se revendiquait de la non-binarité de genres, alors que dix ans auparavant, elles se disaient davantage lesbiennes et revendiquaient le L dans l’acronyme LGBTQI+(Lesbiennes, Gays, Bi.es, Trans, Queer, Intersexes +) :

  • 45 Entretien réalisé auprès d’une ancienne squatteuse, de 29 ans, à la terrasse d’un cafér à Berlin, e (...)

47« Je pense que je suis plus lesbienne parce que je suis féministe que féministe parce que lesbienne.45 »

48La revendication au sujet « femme », même si elle était complexifiée par une histoire personnelle et intellectuelle, un corps, une sexualité, un genre était bien présente :

  • 46 Ibid.

Je préfère avoir mes cheveux courts et aller au parc du coin et puis voir des gamins qui me regardent avec des yeux de merlan frit avec mon chapeau sur la tête et ils me disent : « Tu es quoi, tu es un garçon ou une fille ». Bah, je suis une femme. Et d’être super fière d’être une femme différente que la femme hétéro de base.46

49En pointant la nature instable des catégories au travers de la fluidité ou de la non-binarité des identités, les habitant·e·s du Hausprojekt insistaient sur le caractère socialement construit des systèmes de classification de sexe, de genre et de sexualité et, en conséquence, résistaient à la tendance qui considère que ces catégories sont stables et fixes.

  • 47 Cette politique queer s’éloigne des mobilisations féministes contre le pouvoir du masculin sur le f (...)
  • 48 Preciado Beatriz, « Multitudes queer », Multitudes, 2003, 2, p. 23.

50La transition de genre et l’affirmation d’un genre non-binaire mettent alors en crise les notions normatives de masculinité et de féminité, d’homosexualité et d’hétérosexualité et se situent au-delà du régime politique de la différence sexuelle et de l’ordre hétéronormatif. Dans cette perspective, le vocable queer, tel qu’il était utilisé à la fin de l’histoire du Liebig34, faisait référence à une multitude d’identités de genres et de sexualités47, à « une multiplicité des corps48 ».

51Cette remise en cause des catégories normatives qui rendent compte de la manière dont l’ordre social est construit, a pour conséquence de soulever un ensemble d’enjeux méthodologiques. Comment penser et échantillonner une population dont les contours seraient fluides ?

  • 49 Guillaumin Colette, Sexe, race et pratique de pouvoir. L’idée de nature, Éditions Côté-femmes, coll (...)
  • 50 À partir d’un même cadrage théorique énoncé lors de la recherche doctorale, dix ans plus tard, les (...)

52L’entrée de la recherche doctorale a été énoncée, en référence aux travaux de Colette Guillaumin, à partir de la catégorie sociologique « femme » comme critère de classement des individu.e.s49. Dès lors qu’il y a classement et assignation, les groupes « femmes » et « hommes » ne peuvent être considérés comme naturels, ils sont socialement construits et hiérarchisés l’un par rapport à l’autre. Dix ans plus tard, cette entrée « femme » est malmenée, elle est rendue caduque. L’approche queer/déconstructiviste rappelle le caractère multiple et changeant des identités sexuelles, ainsi que le rôle et le pouvoir contraignant du discours hétéronormatif qui structure l’ordre social. Si cette approche aide à penser la question des identités sexuelles, elle dialogue avec le « chantier » sociologique et peut s’y heurter. Comment penser une entrée par la catégorie sociologique « femme » si celle-ci est contestée50, réfutée par l’annonce d’une identité fluide ou non-binaire ? Compare-t-on des « mêmes » ou des « autres », des « mêmes » avec des « autres » ?

Conclusion : La comparaison, un outil réflexif

53À partir de ce retour sur le terrain d’enquête confronté à une population autre dans une même unité de lieu, l’enjeu de la comparaison se densifie à partir de la complexité des éléments comparés entre eux. L’écriture même de cette restitution s’est vue complexifiée à partir d’un questionnement épistémologique, d’une approche méthodologique, d’apports théoriques et d’une restitution plus centrée sur la/le chercheur.e aux prises avec ses propres contingences personnelles, professionnelles et institutionnelles.

54Retraverser un lieu de vie à dix ans d’intervalle ne consiste pas à l’investir comme pour la première fois, pour voir et comprendre ce qui s’y passe et pour vérifier si et comment ce qui s’y passe entre dans telle construction théorique ou valide telle hypothèse, mais bien de s’y rendre pour y intégrer ce que des conceptualisations autres - comme ce glissement d’une critique féministe à une critique queer de l’ordre social - proposent, au-delà du constat des écarts au modèle qui ont, dans un premier temps, provoqué un rejet de terrain ; alors que ces écarts ont révélé l’historicité du regard scientifique.

  • 51 Genard Jean-Louis et Roca I Escoda Marta, « Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et (...)

55Comme le suggère Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda51, une portée épistémologique de la surprise est à intégrer et à envisager dans son rapport au terrain à partir des « dispositions » du chercheur.e.

  • 52 Olivier de Sardan Jean-Pierre, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropo (...)

56Ce retour sur le terrain était encadré par un contexte institutionnel contraignant qui n’a pas aidé le/la chercheur.e à recevoir les différences et similitudes des dynamiques sociales à l’œuvre. La dimension temporelle est pourtant au centre de ces enjeux si on s’accorde avec J.-P. Olivier de Sardan pour qui « il faut, sur le terrain, avoir perdu du temps, beaucoup de temps, énormément de temps, pour comprendre que ces temps morts étaient des temps nécessaires.52 »

57Cette revisite façonne et ancre les données dans des temps spécifiques tout en indiquant le caractère dynamique, mouvant de la réalité d’un terrain, ce que pointe le renouvellement de la population et les évolutions des politiques féministes au sein de cette mouvance autonome et libertaire. Le temps consacré aux différentes séquences et méthodes a empêché une certaine disposition à l’imprégnation. Mais au-delà de ces questions de faisabilité et ces considérations matérielles de réalisation, est-ce que le/la chercheur.e est finalement « disposé.e » socialement à retraverser un terrain à partir des effets de périodes et de la question générationnelle ?

  • 53 Bensa Alban, « Conclusion. Remarques sur les politiques de l’intersubjectivité », op. cit. p. 325
  • 54 Alessandrin Arnaud, « Au-delà du troisième sexe : expériences de genre, classifications et débordem (...)

58Les deux niveaux exposés – l’historicité du terrain et l’historicité du regard scientifique – annoncent un questionnement qui dépasse les seuls enjeux de la construction d’un cadre comparatif. Comme l’indique Alban Bensa, « l’âge, le sexe, le statut professionnel, les conceptions morales et politiques implicites ou explicites des interlocuteurs en présence et sans doute aussi leur trajectoire sociale et leur habitus ne sont en rien indifférents à la forme des données ethnographiques.53 » Au-delà des différents rapports qui nous enchâssent personnellement, le glissement militant, identitaire, théorique, entre une perspective féministe et une perspective queer, à l’échelle d’une même unité de lieu, sur une période d’une dizaine d’années, pointe de manière accrue les soubassements épistémologiques du travail de recherche ainsi que les frontières entre le « scientifique » et le militant. Cela révèle sa socialisation académique, les filiations de la science transmise et conduit à envisager le travail de comparaison à partir d’une position historiquement, socialement, politiquement située. L’idéologie en acte ou l’utopie pratiquée au sein du Hausprojekt féministe se retrouve finalement redéfinie à partir de la question générationnelle -entre les enquêté·e·s et la chercheuse – qui est redoublée par ces appellations « non-binaire », « agenre » qui sont l’expression d’une jeune génération54 et qui trouble le chantier sociologique.

59Le fait que le groupe des habitant·e·s se soit régénéré à partir d’un cycle d’engagement et de désengagement, que cette jeune génération ait recours à d’autres catégorisations que celles inscrites dans la manière de poser le cadre de sa recherche, n’informe-t-il pas finalement d’un nouveau terrain, d’un « autre » terrain ?

Haut de page

Bibliographie

Alessandrin Arnaud, « Au-delà du troisième sexe : expériences de genre, classifications et débordements », Socio, 9, 2017, p. 201-214.

Amantine, « Das Private ist Politisch » – Häuserkampf und Gender, Femina, Zeitschrift für feministische Politikwissenschaft, n° 1, 2012, p. 131-134.

Amantine, Gender und Hauserkampf, Münster, Unrast, 2011.

Azozomox et Kuhn Armin, The History and Cycles of Squatting in Berlin (1969-2016) https://newyorck.tools4activists.org/files/2014/06/The-History-and-Cycles-of-Squatting-in-Berlin-1969-2016.pdf

Azozomox, « Squatting and diversity-Gender and patriarchy in Berlin, Madrid and Barcelona » in Cattaneo Claudio and Martinez Miguel (Eds.), The squatters’movement in Europe. Commons and autonomy as alternatives to capitalism, Pluto, London, 2015, p. 189-210.

Bensa Alban, « Conclusion. Remarques sur les politiques de l’intersubjectivité » in Bensa Alban et Fassin Didier (dir.), Les politiques de l'enquête. Epreuves ethnographiques, Paris, La Découverte, coll. « recherches », 2008, p. 323-328.

Bocquet Denis et Laborier Pascale, Sociologie de Berlin. Paris, La Découverte, « Repères », 2016.

Bonini Nathalie, « Retour et détour sur le terrain : une réflexion sur l’influence des temporalités sur les orientations de recherche », Enquêtes et Ancrages : Revenir, reprendre... Le « Re » dans l’enquête, 2017. [en ligne], consulté le 27 décembre 2019. URL: http://revue-ancrages.fr/sites/revue-ancrages.fr/files/pdf/ea_bonini_retour_et_detour_sur_le_terrain_0.pdf

Burawoy Michael, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une ethnographie réflexive », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique. EHESS, coll. « En temps et lieux », Paris, 2010, p. 295-350.

Chevalier Thomas, « Le mouvement des locataires à Berlin. Péripéties récentes d’un mouvement de résistance contre la ville néolibérale », Contretemps, [en ligne], mis en ligne en août 2016, URL : https://www.contretemps.eu/le-mouvement-des-locataires-a-berlin-peripeties-recentes-dun-mouvement-de-mobilisation-populaire-contre-la-ville-neoliberale/

Chevalier Thomas, « Résister à la ville néolibérale ? L’initiative populaire à Berlin », Métropolitiques, [en ligne], mis en ligne en juin 2016, URL : http://www.metropolitiques.eu/Resister-a-la-ville-neoliberale-L.html

Delphy Christine, Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française (1980-2010), Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes », 2010.

Fillieule Olivier et Roux Patricia (sous la direction de), Le sexe du militantisme, Presses de SciencesPo, Paris, 2009.

Gaillard Edith, « Une résistance queer anarcha-féministe : le Liebig34 », Dièses Revue, 9 janvier 2021 : https://dieses.fr/une-resistance-queer-anarcha-feministe-le-liebig34

Gaillard Edith, Habiter autrement : des squats féministes en France et en Allemagne. Une remise en question de l’ordre social, Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Sylvette Denèfle, Ecole doctorale Sciences de l’Homme et de la Société, Equipe CITERES, 2013.

Genard Jean-Louis et Roca I Escoda Marta, « Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et son statut épistémologique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 20 décembre 2019. URL : Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide.

Guillaumin Colette, Sexe, race et pratique de pouvoir. L’idée de nature, Éditions Côté-femmes, coll. « Recherches », Paris, 1992.

Holm Andrej, Mietenwahnsinn. Warum Wohnen immer teurer wird und wer davon profitiert, Knaur, 2014.

Holm Andrej, Wir bleiben alle! Gentrifizierung – Städtische Konflikte um Aufwertung und Verdrängung, Unrast, 2010.

Holm Andrej and Kuhn Armin, « Squatting and gentrification in East Germany since 1989/90 » in Anders Freia and Sedlmaier Alexander (Eds.), Public goods versus economic interests. Global perspectives on the history of squatting, Routledge, London/New York, 2016, p. 278-304.

Kuhn Armin, Vom Hauserkampf zur neoliberalen Stadt. Besetzungsbewegungen in Berlin und Barcelona. Westfälisches Dampfboot, Münster, 2014.

Noyé Sophie, Féminisme matérialiste et queer. Politiques d’un constructivisme radical. Thèse IEP de Paris, sous la direction de Jean-Marie Donegani, 2016.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie » Enquête, n° 1, Editions Parenthèses, 1995, p. 71-109.

Peter Erik, « Sabotagepils und Schikanen », TAZ, 28.12.2015.https://taz.de/Gefahrengebiet-Rigaer-Strasse-Berlin/ !5260467/

Preciado Beatriz, « Multitudes queer », Multitudes, 2003, 2, p. 17-25.

Prieur Cha, « Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance. Étude à la lumière des milieux parisiens et montréalais », Thèse de doctorat en Géographie politique, culturelle et historique. Sous la direction de Louis Dupont, Paris 4, 2015.

Rioufreyt Thibaut, « L’enquête et sa fin : une réanalyse comparée de deux enquêtes sur des revues partisanes », Enquêtes et Ancrages : Revenir, reprendre... Le « Re » dans l’enquête, 2017. [en ligne], consulté le 27 décembre 2019. URL: http://revue-ancrages.fr/sites/revue-ancrages.fr/files/pdf/ea_rioufreyt_lenquete_et_sa_fin.pdf

Schindele E., Schemme D. et Rosenberger B. « Frauen besetzen Häuser », Courage, vol. 6-4, 1981, p. 4-9.

Wittig Monique, La pensée straight, Balland, « Le Rayon », Paris, 1992.

Haut de page

Notes

1 Littéralement, «  queer  » signifie «  étrange  », «  bizarre  », «  anormal  ». La critique queer renouvelle les termes «  femmes  », «  hommes  », l’orientation sexuelle en soulignant la relativité que ces réalités recouvrent dans le temps et dans la diversité des sociétés. Célébrant les identités dissidentes, les «  anormaux  », les transgenres, les folles, les prostituées, le queer défend les «  identités stratégiques  », les «  identités temporaires  », les écarts, les dissonances, les transgressions, les parodies… Il refuse l’enfermement des sujets dans des cases, dans des « prisons » identitaires.

2 L’écriture inclusive « ·e » indique les identités transgenres de certaines habitant·e·s de la maison féministe. Le reste des formulations « .e » indique une féminisation du propos.

3 La formulation allemande est conservée pour indiquer la spécificité de ces lieux de vie. Littéralement, cela se traduirait par « projet de maison » : le projet renvoyant à une visée politique d’inscrire les manières d’habiter dans une démarche politique, de politiser le privé.

4 Voir Gaillard Edith, « Une résistance queer anarcha-féministe : le Liebig34 », Dièses Revue, 9 janvier 2021 : https://dieses.fr/une-resistance-queer-anarcha-feministe-le-liebig34

5 https://newyorck.tools4activists.org/files/2014/06/The-History-and-Cycles-of-Squatting-in-Berlin-1969-2016.pdf

6 Il s’agit bien ici d’un retour sur le terrain, après des années d’absence, par la même chercheuse et non d’un réexamen d’un terrain précédemment étudié par un.e autre chercheur.e : comme ce que l’anthropologue Annette Weiner (1988) a pu effectuer sur les îles Trobriands, à la suite des travaux de Bronislaw Malinowski ou encore la démarche de Michael Burawoy (2010) sur les traces de Daniel Roy dans un atelier de construction mécanique des Etats-Unis. Soulignons néanmoins le flou terminologique qui accompagne ces pratiques de recherche : revisite, analyse secondaire, réanalyse ou encore, réutilisation. Les visées portent des différences. Rioufreyt Thibaut, « L’enquête et sa fin : une réanalyse comparée de deux enquêtes sur des revues partisanes », Enquêtes et Ancrages : Revenir, reprendre... Le « Re » dans l’enquête, 2017. [en ligne], consulté le 27 décembre 2019. URL : http://revue-ancrages.fr/sites/revue-ancrages.fr/files/pdf/ea_rioufreyt_lenquete_et_sa_fin.pdf

7 L’objectif de ce retour était de « conforter » le travail d’analyses antérieurement réalisées afin de renouer avec le terrain, avec des données qui, avec le temps, apparaissaient, de plus en plus artificialisés, bricolés, fictionnalisés, voire même truqués. Le travail de restitution, d’écriture, de transmission donnait l’impression, avec le temps, de produire une caricature de certains traits caractéristiques du sujet et/ou de l’objet du Hausprojekt féministe.

8 Plus précisément, la recherche a été facilitée par l’obtention d’une bourse de courte durée, d’un mois, du centre franco-allemand de recherche en sciences humaines sociales Marc Bloch et d’une bourse allemande de La Chambre des députés de Berlin (Abgeordnetenhaus von Berlin) de douze mois.

9 Le mois d’avril avait été privilégié pour réaliser cette mobilité. Il s’agissait de profiter de deux semaines sans cours (avec néanmoins l’obligation d’assurer, lors d’un rendez-vous à distance, le suivi de mémoire de cinq étudiantes formalisé par la formation d’un Master 2) et des deux semaines de vacances allouées à Pâques pour faire du terrain et de la recherche.

10 Ces conditions matérielles et institutionnelles balisent le temps de l’action entre le projet tel qu’il est énoncé en amont et sa réalisation, ainsi que sa justification au travers des rapports de recherche. L’aide financière était versée, à hauteur du coût réel de la mission, et surtout au retour de la mobilité « si et seulement si les documents ci-joints » sont dûment complétés : « Avant la mobilité : une lettre d'engagement dûment complétée et signée et après la mobilité : une attestation de présence et un rapport de mobilité ».

11 Comme le suggère J.-P Olivier de Sardan, cette méthode est salutaire pour observer, entendre, voir, comprendre à partir de la vie quotidienne et de son imprégnation, elle crée un ensemble de possibles, d’opportunités et participe d’une meilleure compréhension des interactions et des modes de vie. Olivier de Sardan Jean-Pierre, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie » Enquête, n° 1, Editions Parenthèses, 1995, p. 71-109.

12 Cet écart de dix ans ne paraît rien à l’échelle de l’histoire, mais rend compte d’une mutation certaine de la ville de Berlin. Cela pose la question des limites à comparer des réalités distantes dans le temps.

13 Bonini Nathalie, « Retour et détour sur le terrain : une réflexion sur l’influence des temporalités sur les orientations de recherche », Enquêtes et Ancrages : Revenir, reprendre... Le « Re » dans l’enquête, 2017. [en ligne], consulté le 27 décembre 2019. URL : http://revue-ancrages.fr/sites/revue-ancrages.fr/files/pdf/ea_bonini_retour_et_detour_sur_le_terrain_0.pdf

14 La tournure passive traduit les expulsions et fermetures de projets que ce quartier a pu connaître : comme l’expulsion de la maison du Liebig14, en 2011, qui faisait face à la maison étudiée.

15 Au moment même où la plupart des capitales européennes connaissaient une hausse des prix de l’immobilier et des loyers souvent démesurée. Voir Bocquet Denis, Laborier Pascale, « VI. Architecture, espaces urbains et politique de la ville », in Bocquet Denis éd., Sociologie de Berlin. Paris, La Découverte, « Repères », 2016, p. 85-100.

16 Ibid.

17 Azozomox et Kuhn Armin, The History and Cycles of Squatting in Berlin (1969-2016), op. cit.

18 Holm Andrej and Kuhn Armin, « Squatting and gentrification in East Germany since 1989/90 » in Anders Freia and Sedlmaier Alexander (Eds.), Public goods versus economic interests. Global perspectives on the history of squatting, Routledge, London/New York, 2016, p. 278-304; Kuhn Armin, Vom Hauserkampf zur neoliberalen Stadt. Besetzungsbewegungen in Berlin und Barcelona. Westfälisches Dampfboot, Münster, 2014.

19 Cette néolibéralisation de la ville fait l’objet d’un mouvement de contestation citoyen qui dénonce la spéculation et la gentrification. Voir Chevalier Thomas, « Le mouvement des locataires à Berlin. Péripéties récentes d’un mouvement de résistance contre la ville néolibérale », Contretemps, [en ligne], mis en ligne en août 2016, URL : https://www.contretemps.eu/le-mouvement-des-locataires-a-berlin-peripeties-recentes-dun-mouvement-de-mobilisation-populaire-contre-la-ville-neoliberale/ ; Chevalier Thomas, « Résister à la ville néolibérale ? L’initiative populaire à Berlin », Métropolitiques, [en ligne], mis en ligne en juin 2016, URL : http://www.metropolitiques.eu/Resister-a-la-ville-neoliberale-L.html

20 Les changements les plus vertigineux se traduisent par des augmentations de loyer dans les quartiers populaires où vivent les groupes sociaux les plus précaires et les anciens quartiers de l’Est. Holm Andrej, Mietenwahnsinn. Warum Wohnen immer teurer wird und wer davon profitiert, Knaur, 2014; Holm Andrej, Wir bleiben alle! Gentrifizierung – Städtische Konflikte um Aufwertung und Verdrängung, Unrast, 2010. Voir le blog personnel d’Andrej Holm: https://gentrificationblog.wordpress.com/, dans lequel il délivre un travail de quantification de ces phénomènes de gentrification et de spéculation à Berlin.

21 Deux évènements expliquaient cette défiance policière : l’annulation de l’expulsion d’un Hausprojekt, invalidée pour vices de procédure et la recherche d’un militant autonome à la suite d’exactions commises au moment du G20, de 2017, qui s’était tenu à Hambourg.

22 Une ancienne habitante du Liebig34 (française, 30 ans, issue des classes moyennes), interviewée en août 2010, dans son nouveau logement, à Berlin. Au moment de l’entretien, cela faisait presque deux ans qu’elle avait quitté le Liebig34 et qu’elle était définitivement sortie du mouvement squat qu’elle avait à la fois connu en France et en Allemagne.

23 Ce qui était différent, c’était la fermeture du porche, autrefois ouvert et qui permettait d’accéder à la cour intérieure ou au bar. Éviter l’intrusion des forces de l’ordre et contrecarrer des opposants politiques qui étaient à l’origine d’un incendie criminel achevaient de me crisper sur ce terrain des oppositions politiques.

24 Peter Erik, « Sabotagepils und Schikanen », TAZ, 28.12.2015 : https://taz.de/Gefahrengebiet-Rigaer-Strasse-Berlin/ !5260467/

25 Ce vocable est directement repris à nos informatrices.

26 En Allemagne, les pratiques de squat relèvent aujourd’hui du pénal, avec des expulsions sans délais et de lourdes condamnations pouvant aller jusqu’à l’incarcération ; alors qu’en France, celles-ci sont considérées comme un litige civil, traité par le tribunal d’instance ayant pour conséquence, l’expulsion.

27 À ce moment-là, je projetais la situation de femmes en difficulté qui chercheraient à entrer en contact avec les habitant·e·s de la maison pour y trouver écoute, refuge, soutien féministe. Au regard de la difficulté à entrer en contact avec les membres du Liebig34, je perdais cette relative posture de neutralité dans la relation d’enquête.

28 C’est vraiment le vocable utilisé par les Allemandes et toutes personnes étrangères pour qualifier la réunion plénière de la maison. Il est intéressant de souligner que ce vocable était particulièrement utilisé dans les organisations communistes.

29 Ce retour a été complexifié par plusieurs situations de conflits externes et internes à la maison queer, anarcha-féministe : des conflits entre une scène politique et la « société » allemande ; des conflits à l’intérieur de cette scène, entre le milieu autonome et libertaire et la maison féministe et, enfin, à l’intérieur même de la maison. Le contexte de réalisation de la recherche était assez tendu.

30 On parle de Freiraumbewegung, pour décrire un mouvement social dont l’objectif est d’ouvrir des lieux de liberté, pensés comme des lieux autogérés, anti-autoritaires.

31 Schindele E., Schemme D. et Rosenberger B. « Frauen besetzen Häuser », Courage, vol. 6-4, 1981, p. 4-9.

32 Sur ce chiffre, en confrontant les différents articles de presse, cela oscille entre une centaine et 250 occupant.e.s. La « Mainzer », comme les allemand.e.s l'appelaient, est rapidement devenue le centre de la géographie des squats, dans le quartier de Friedrichshain.

33 Le « privé est politique » est un slogan politique utilisé dans le cadre des mouvements de libération des femmes à partir des années 1960. Il a été forgé à partir de la version anglaise « The personal is political » (Le « personnel est politique »). Hanisch Caroll, « Problèmes actuels : éveil de la conscience féminine. Le « personnel est aussi « politique » », Partisans, n °54-55, « Libération des femmes, année zéro », juillet-octobre 1970.

34  La « non-mixité voulue, la non-mixité politique » est la conséquence de la théorie de l’auto-émancipation. Voir Delphy Christine, Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française (1980-2010), Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes », 2010.

35 Entretien réalisé en octobre 2008 auprès d’une allemande de 20 ans, issue des classes moyennes, résidente du Liebig34, depuis deux ans.

36 Tract de présentation de la maison et de ses orientations politiques (Recueilli en octobre 2008)

37 Wittig Monique, La pensée straight, Balland, « Le Rayon », Paris, 1992.

38 Les femmes sont souvent reléguées à des tâches subalternes (principalement d’organisation matérielle de la vie militante), délégitimées dans leurs prises de parole et écartées des lieux de décision. Voir Fillieule Olivier et Roux Patricia (sous la direction de), Le sexe du militantisme, Presses de SciencesPo, Paris, 2009.

39 Tract de présentation de l’orientation politique de la maison, en 2008.

40 « Cisgenre », ou « cis » se construit en opposition au terme transgenre. Il désigne les personnes dont le genre est en concordance avec le sexe déclaré à l’état-civil à la naissance, les personnes assignées au sexe masculin à la naissance et qui se considère homme. Dans le cas du Liebig34, les personnes assignées au sexe masculin à la naissance et qui se considèrent hommes.

41 Page d’accueil du site Internet du Liebig34, consulté en avril 2018.

42 Pour une meilleure compréhension des enjeux de cette évolution, il s’agirait de rentrer dans la théorie politique, de rendre compte des différences entre les féminismes, de pointer les écarts et les convergences entre le féminisme matérialiste et la théorie queer. Sur ces points voir : Noye Sophie, Féminisme matérialiste et queer. Politiques d’un constructivisme radical. Thèse IEP de Paris, sous la direction de Jean-Marie Donegani, 2016.

43 Le transféminisme rend compte de l’alliance entre les mouvements trans et féministes dans la lutte contre l’ensemble des systèmes d’oppression, en utilisant les outils politiques du mouvement féministe et du mouvement queer. Le but est la reconnaissance des transidentités et de la pluralité des identités de sexe et de genre.

44 Ce slogan était tagué sur les murs de la maison. « Le futur sera queer » fait écho avec le slogan féministe « L’avenir sera féminin » des années 80.

45 Entretien réalisé auprès d’une ancienne squatteuse, de 29 ans, à la terrasse d’un cafér à Berlin, en août 2010.

46 Ibid.

47 Cette politique queer s’éloigne des mobilisations féministes contre le pouvoir du masculin sur le féminin, sa critique et son renversement.

48 Preciado Beatriz, « Multitudes queer », Multitudes, 2003, 2, p. 23.

49 Guillaumin Colette, Sexe, race et pratique de pouvoir. L’idée de nature, Éditions Côté-femmes, coll. « Recherches », Paris, 1992.

50 À partir d’un même cadrage théorique énoncé lors de la recherche doctorale, dix ans plus tard, les contours du terrain se dessineraient autrement : en d’autres lieux et en d’autres temps. A moins qu’il n’existe une filiation entre les habitant·e·s inscrites dans la maison dix ans auparavant, et celles d’aujourd’hui ? Si oui, elle s’inscrirait à quel niveau : celui de la théorie, de l’engagement ou du côté des identités. Ces différentes questions se posent, de la même façon, à partir de la logique spatiale et de l’identification d’un espace queer. Si l’entrée sur le terrain ne se pense pas à partir d’une population mais à partir d’un lieu, de la maison, quels seraient les indicateurs qui permettrait d’encadrer un espace queer et qui permettrait d’engager un travail comparatif ? Sur ces enjeux de délimitation, voir Prieur Cha, « Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance. Étude à la lumière des milieux parisiens et montréalais », Thèse de doctorat en Géographie politique, culturelle et historique. Sous la direction de Louis Dupont, Paris 4, 2015.

51 Genard Jean-Louis et Roca I Escoda Marta, « Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et son statut épistémologique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 20 décembre 2019. URL : https://journals.openedition.org/sociologies/4532.

52 Olivier de Sardan Jean-Pierre, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », op. cit. p. 74.

Ces réflexions sont également partagées par Nathalie Bonini, lors de son « retour et détour » en Tanzanie, sur le terrain des Massaï. Bonini Nathalie, « Retour et détour sur le terrain : une réflexion sur l’influence des temporalités sur les orientations de recherche », op. cit.

53 Bensa Alban, « Conclusion. Remarques sur les politiques de l’intersubjectivité », op. cit. p. 325

54 Alessandrin Arnaud, « Au-delà du troisième sexe : expériences de genre, classifications et débordements », Socio, 9, 2017, p. 201-214.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edith Gaillard, « « Des mêmes » et « des autres » : la comparaison à l’épreuve d’un retour au sein d’un Hausprojekt féministe à Berlin »Terrains/Théories [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 02 décembre 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/teth/3795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.3795

Haut de page

Auteur

Edith Gaillard

Edith Gaillard est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Brest. Après avoir mené une thèse sur les squats féministes en France et en Allemagne, elle poursuit ses activités de recherche en vue d’élaborer une sociologie du genre renouvelée à partir de la problématique de l’habitat et de l’habiter, des engagements appréhendés en fonction du genre et de l’âge et des idéologies politiques traversées par les luttes féministes et écologiques.  

 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search