Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Comptes-rendusDardot Pierre, Laval Christian, D...

Comptes-rendus

Dardot Pierre, Laval Christian, Dominer. Enquête sur la souveraineté de l’État en Occident, Paris, La Découverte, 2020, 736 p.

Marco Spagnuolo

Texte intégral

Dominer, voix du verbe « souveraineté »

1Y a-t-il vraiment une contradiction entre le souverainisme et le néolibéralisme ? C’est la question qui traverse toute la dernière recherche de Pierre Dardot et Christian Laval. La réponse est non, il n’y en a pas. Parce qu’on ne peut pas continuer de les considérer uniquement comme deux côtés d’une même rationalité : celle de la dialectique entre l’État-Nation et le marché. Dit autrement, les partisans de l’un et de l’autre ont toujours affaire à une souveraineté : politique pour les souverainistes, économique pour les néolibérales.

2À lire Dominer. Enquête sur la souveraineté de l’État en Occident, on pense que si une contradiction existe, elle fait plutôt référence aux discours actuels qui polarisent le champ politique autour d’une alternative « mortifiante ». D’un côté, le souverainisme (de droite ou de gauche), comme promoteur de la défense des besoins de l’État (identifié de temps à autres comme la Nation ou le Peuple). De l’autre côté, le néolibéralisme comme défenseur des prérogatives du marché, au premier rang desquelles la libre circulation des marchandises et des capitaux, ce qui se traduit par la dérégulation du marché du travail, l’allégement des charges fiscales pour les entrepreneurs que compensent des politiques d’austerity et la gestion entrepreneuriale des services publics, toutes justifiées par la « sacralité » de l’équilibre budgétaire. Entre souverainisme et néolibéralisme, une véritable césure est-elle donc praticable ? Dardot et Laval avancent une thèse très importante, en soutenant que la « souveraineté n’est pas morte, et la domination bureaucratique de l’État est plus puissante que jamais, même si elle s’est habillée, avec le néolibéralisme, d’une rhétorique antiétatiste » (p. 28).

Qu’est-ce qu’est la souveraineté ?

3Ce livre s’appuie sur une enquête « sur la souveraineté de l’État en Occident » comme le rappelle le sous-titre. Il s’agit d’un véritable manuel généalogique pour celles et ceux qui souhaiteraient comprendre les rapports entre État, société, gouvernement et citoyenneté dans la modernité occidentale. Dans cette enquête, Dardot et Laval abordent, avant tout, deux éléments centraux, tant du point de vue analytique que politique.

4Le premier est une question de méthode. Les auteurs s’interrogent sur la manière d’envisager le rapport entre État et souveraineté. Les auteurs reprochent l’erreur (souvent commise par la gauche selon eux) qui consiste à naturaliser ce rapport. En effet, on tient pour acquis que la souveraineté est un attribut de l’État, sans lequel ce dernier serait pris en otage par d’autres pouvoirs. Il s’agit d’une opération qu’on appellerait de « mystification » – mettent en garde les auteurs – qui trouve sa raison dans les plis de la philosophie officielle (« d’État », dirait Deleuze) : on prend en compte une donnée historique (la souveraineté), on la vide de ses déterminations historiques, donc on conclut en la substantialisant. Dans ces conditions, un fait juridique – au lieu d’être utilisé comme catégorie analytique pour lire un phénomène toujours historiquement déterminé – viendrait à être une entité en soi, dotée de sa propre vie et qui trouve son fondement dans la théologie ou dans une métaphysique de la création. On finit par transformer la souveraineté en un attribut naturel de l’État, plutôt que de l’envisager comme une qualification contingente résultant d’une situation historiquement déterminée. Et on affirme que l’État, c’est nécessairement souverain. Dardot et Laval s’opposent à cette forme transcendantale de la philosophie, en employant une méthode généalogique plus sensible à la matérialité des processus historiques. De cette façon, l’éternité de l’État souverain vient à être brisée, alors qu’émergent les raisons matérielles qui en sont les conditions de possibilité : « la souveraineté de l’État ne naît qu’avec l’État moderne, soit l’État qui se construit du XIIe au XVIIe siècle. Or cet État, n’est pas l’État, mais un certain type d’État » (p. 38-39). L’État est dit souverain non pas par définition, mais seulement en raison de faits politiques précis qui trouvent leur « complication » dans ce qu’ils ont défini comme « le tournant de 1300 », expression qui donne son nom au quatrième chapitre. C’est seulement en vertu de cette conjoncture formidable entre les débats relatifs à la découverte de la Politica d’Aristote au XIIIe siècle et la lutte entre l’Empire et l’Église au cours du XIVe, que les raisons de la souveraineté furent exercées en tant que dispositifs de légitimation et comme véritable glaive d’un côté à l’autre du combat. Le deuxième élément touche à la définition même de la souveraineté, soit :

la domination exercée, à l’intérieur d’un territoire donné, par une puissance étatique sur la société et sur chacun de ses membres. Autrement dit, c’est le concept d’une forme spécifique de domination, celle de l’État moderne (p. 17).

5« Domination » tire son origine du latin « dominium » qui désigne la propriété sur laquelle le dominus romain exerçait son propre pouvoir. Il n’est pas fortuit que la conception souveraine de l’État soit, jusqu’en 1789, doublée de celle de patrimoine. Bien avant que Louis XIV n’affirme que « L’État, c’est moi », les souverains européens pratiquaient comme dispositif gouvernemental une confusion continue entre ce qui relevait d’une propriété de l’État, et ce qui était propre à la personne physique du roi. Le problème – qui n’était pas de nature strictement « fiscale » – fonctionnait comme élément d’activation de ce qui, encore aujourd’hui, constitue un mystère de l’État : ce dernier étant la propriété du souverain, celui-ci peut en décider (l’imperium exercé par le jus imperii) en tant que propriétaire légitime. Une telle conception du propre pouvoir a été progressivement accompagnée par l’abandon des prétentions universelles de l’État, maintenant plus orienté vers un exercice de la souveraineté sur le territoire et la population de sa propriété.

6Tel est le terrain sur lequel, après la guerre de Trente ans (1618-1648), l’équilibre européen fut formalisé par la paix de Westphalie, qui traça une nouvelle géographie continentale fondée sur le principe du « cujus regio, ejus religio ». Dorénavant, le nom « souverain » indiquera le pouvoir d’un État libre et indépendant, qui agit sur le champ international en suivant ses propres intérêts. Il s’agit de l’affirmation de la « raison économique d’État » (p. 326) par laquelle la souveraineté commence à s’exercer sur les autres États pas seulement dans les termes des glaives, mais de plus en plus dans ceux de la puissance économique. Les rapports entre États viennent à se développer dans et par la concurrence du marché. Une fois posé le principe de la souveraineté politique au XVIIe siècle, les physiocrates du siècle suivant poseront celui de la souveraineté économique. Dans tous les cas, c’est un discours sur l’État, et en particulier sur sa gouvernementalité. En d’autres termes, dès maintenant le gouvernement des populations doit s’articuler en fonction des lois du marché, identifiées par les libéraux comme les lois naturelles du corps de l’État, dont le sang est proprement la richesse (dominium). Ici, Smith redéfinira la souveraineté à partir des nouvelles exigences du marché – en particulier, en soulignant la nécessité de l’intervention de l’État sur les inégalités sociales, en défense du droit de propriété. Si les fonctions changent, l’essence de la souveraineté reste la même.

Souverainisme et néolibéralisme. Les deux faces de la souveraineté

  • 1 Schmitt Carl, Légalité et légitimité, Paris, Éditions de la M.S.H., 2016 [1932].

7L’articulation entre souveraineté politique et souveraineté économique a suivi, elle aussi dans le dernier siècle, un même schéma déjà à l’œuvre au XVIIIe : la première, étant le champ d’effectuation de la seconde. C’est ainsi que Dardot et Laval expliquent la coexistence entre souverainisme et néolibéralisme, tous deux trouvant leur genèse dans l’entre-deux guerres, en enveloppant les deux faces de la souveraineté contemporaine. Le souverainisme, on le sait aujourd’hui, trouve ses racines dans la crise qui traversait l’Allemagne des années 1920. La République de Weimar était fragilisée par l’instabilité de sa Constitution (1919), produite par un délicat compromis entre sociaux-démocrates et libéraux. Si ces derniers n’arrivaient pas à faire face aux lourdes sanctions de guerre imposées par la France, le SPD procéderait froidement à l’élimination (même physique) de toute force politique à sa gauche. De cette façon, le président du Reich, Paul von Hindenburg, n’eut aucune difficulté à mettre hors-jeu le gouvernement rouge en Prusse, en imposant Franz von Papen comme tuteur, tel que prévu par l’article 48 de la Constitution. C’est l’évènement-clef du souverainisme : la cour constitutionnelle déclara constitutionnel l’usage de cet article, qui donnait au président, en cas d’urgence, la faculté de réunir en soi les pouvoirs exécutif et législatif. Cette décision a été interprétée par le philosophe et juriste allemand, Carl Schmitt, comme l’exercice proprement souverain de la souveraineté, naturelle conséquence de la définition du souverain livrée dans la Théologie politique (1922). Dix ans après, celui-ci concluait, dans Légalité et légitimité1, que la démocratie était définie comme un « État faible » qui, pour survivre, allait naturellement s’orienter vers un « État total » tout en lui étant impossible de se configurer comme « État fort ». Pour tenir sa propre légitimité, l’État démocratique exerce donc sa souveraineté en termes d’extension illimitée de ses fonctions de contrôle, notamment sur l’économie et sur les rapports sociaux. En effet, le président Hindenburg revendiquait un « État fort » en faisant usage de l’article 48 de la Constitution. Le père des souverainistes trouvait donc dans la démocratie le terrain du totalitarisme, qui se posait comme seule alternative à la dégénérescence anarchique de la crise (structurelle et intimement liée à la faiblesse constitutive de la démocratie). Afin d’y faire face, Schmitt proposait la réunion des pouvoirs exécutif et législatif en la personne du souverain, unique possesseur légitime du pouvoir (dominium), qui les exercerait dans la décision (imperium).

8C’est dans ce piège que les premiers néolibéraux tombèrent, depuis Rüstow à Pöpke jusqu’à Hayek, en traçant les lignes de leur théorie dans les années 1930. En 1938, tous les néolibéraux allemands, réunis au Congrès Lippman à Paris, partageaient deux idées : la démocratie a une vocation totalitaire (comme l’avait déjà montré Schmitt) ; elle va donc être supprimée au profit d’un nouvel ordre global, dans lequel les États devront éliminer, peu à peu, les entraves aux flux de capital. La double expression souveraine du commandement et de la domination, jusqu’ici inhérente à l’État, vient s’articuler à une division de compétences. À l’État, la souveraineté politique (la décision) ; au capital, la souveraineté économique (la domination). Ce passage est d’une importance majeure, puisque c’est exactement ici que seront édifiées tant la mystification anti-étatiste du néolibéralisme que la rhétorique du souverainisme. Dans la recherche de Dardot et Laval, cette polarisation vient à exploser, en permettant au lecteur de découvrir la vérité cachée par ces « mystères » de l’État.

  • 2 Hayek Friedrich A., La route de la servitude, Paris, PUF, 2013 [1944],

9Dans La Route de la servitude2, le philosophe et économiste austro-britannique, Friedrich A. Hayek se situe dans la même perspective que Schmitt : le néolibéralisme a besoin de la souveraineté de l’État-nation, dans la mesure où

seule une autorité politique authentiquement chargée de faire respecter une loi constitutionnelle mondiale serait en mesure de limiter le pouvoir politique potentiellement nuisible des États (p. 651).

  • 3 Constitution qui est à l’origine de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, et qui vient juste d (...)

10Ce néolibéral – par ailleurs inspirateur de la Constitution politique de la République du Chili de 19803 – saisit pleinement qu’on ne pouvait pas construire une constitution économique efficace en l’absence d’une constitution politique solide. Loin de les opposer, il suivit l’intuition de Schmitt en posant la décision souveraine comme condition de possibilité de l’institution de la concurrence et du libre marché. Dans ce dernier, en effet, il n’y a pas d’autorégulation, les flux de capital et de marchandises ont toujours besoin d’un support et d’une politique de l’État, qui doit faire son possible pour rendre plus compétitives les forces économiques nationales et plus attrayante la délocalisation des entreprises étrangères. D’où la dérégulation du marché du travail, l’étau sur les libertés syndicales, les campagnes contre les privilèges de l’« emploi fixe » ou les propositions de réforme du système fiscal progressif. Contrairement aux rhétoriques souverainiste et néolibérale actuelles, Hayek affirma avec vigueur leur réciprocité : le libre marché implique nécessairement une souveraineté état-nationale puissante. C’est ce que soulignent, avec d’autres mots, Gilles Deleuze et Félix Guattari en 1972 :

  • 4 Deleuze Gilles, Guattari Félix, L’Anti-Œdipe, Paris, Minuit, 1972, p. 307. Pour une étude de la fon (...)

S’il est vrai que la fonction de l’État moderne est la régulation des flux décodés, déterritorialisés, un des principaux aspects de cette fonction consiste à re-territorialiser, pour empêcher les flux décodés de fuir par tous les bouts de l’axiomatique sociale. On a parfois l’impression que les flux de capitaux s’enverraient volontiers dans la lune, si l’État capitaliste n’était là pour les ramener sur terre4.

11Aujourd’hui, la continuité entre les gouvernements « jaune-vert » et « jaune-rouge » en Italie en matière de sécurité et d’économie, ainsi comme la gestion macronienne de l’ordre publique à la Le Pen en France, ne révèlent pas seulement la coappartenance de ces fausses oppositions. Mais aussi, comme l’écrivent Dardot et Laval une nécessité pratique :

l’intégration dans un ordre économique global très favorable au capital et générateur d’inégalités de plus en plus obscènes suppose la réaffirmation répressive de la souveraineté étatique dont le visage policier et punitif est de plus en plus manifeste (p. 675).

Pour un peuple souverain au-delà de la souveraineté du peuple

12Le capital, le marché, les flux de capitaux et de marchandises sont des choses et des rapports qui ne peuvent pas gouverner. Souverainisme et néolibéralisme, gouvernance globale et institutions étatiques nationales, sont les deux faces du gouvernement du capital, des marchés, des flux. C’est toujours la politique qui décide sur l’état de choses. Il s’agit toujours de quelqu’un, en chair et en os, et pas de choses inanimées. Il faut donc sortir de la logique qui fait d’un objet mort un sujet vif, et relever le tapis de la souveraineté pour le nommer pour ce qu’il est : un « régime d’irresponsabilité » (p. 9). Affirmer cela, c’est employer une méthode matérialiste. Marx aurait dit qu’il s’agit de renverser le revers, voire de remettre sur pieds ce que la philosophie transcendantale a posé jambes en l’air : « il faut penser avec les mains ».

  • 5 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, Principes de la philosophie du droit, Paris, Gallimard, 1940, p. 284

13En procédant de cette façon, Marx comprend que le problème de la philosophie hégélienne du droit résidait dans un principe de mystification : la représentation. Le philosophe de la dialectique, en effet, avait procédé à une analogie entre l’État et l’organisme vivant, en suivant le théoricien du libéralisme autoritaire Hobbes. Il pouvait ainsi affirmer que « l’Idée de l’État » s’explique dans la « constitution politique5 », de même que « l’Idée de l’Homme » s’explique dans la « constitution humaine ». Comme si une idée pouvait agir, ainsi Marx le commentait, en comprenant l’opération de renversement de la réalité mise en place par Hegel. Si dans la réalité, l’État est le sujet, et « souverain » est son prédicat, chez Hegel, le premier devient un prédicat du sujet « souveraineté ». En d’autres termes, il se passe comme si un adjectif pouvait agir.

  • 6 Marx Karl, Critique du droit politique hégélien, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 67

14Il ne s’agit pas de comprendre comment la souveraineté agit, mais qui en fait usage. Est-ce l’État ? Effectivement, on dit que l’État a fait, n’a pas fait, a porté peu d’attention à ceci ou à cela… Pouvons-nous donc soutenir que l’État exerce la souveraineté ? Non, puisqu’il est la structure par laquelle elle est exercée, ou mieux : « l’État est un abstract. Seulement le peuple concret ». Selon Dardot et Laval, Marx découvre l’équivocité de la souveraineté : puisqu’elle n’est pas un sujet autonome, elle change de sens si référée à tel ou tel autre sujet. En d’autres termes, « [s]ouveraineté du monarque ou du peuple, c’est là la question »6. » C’est une antinomie très importante, car elle relève de la complémentarité entre les fausses polarisations du débat actuel et lui oppose une autre perspective. D’un côté, on retrouve une souveraineté de quelque chose – du peuple, du monarque, de la Nation ou du marché – et de l’autre une souveraineté comme adjectif. Hegel pensait la souveraineté comme sujet (d’ici la spécification « de ») à partir de la disjonction, chère aux philosophes libéraux comme Hobbes, entre la sphère publique et celle privée. La première était le règne du politique, en désignant l’État, alors que la seconde était sociale et s’exprimait dans le champ de la société civile (le marché en général). De cette façon, l’État apparaît comme une chose, autre que la population, engagée dans les commerces quotidiens, et agit sur la société, dans la double articulation du commandement et de la décision, comme le moment de synthèse des conflits sociaux.

  • 7 Spinoza Baruch, Œuvres V. Traité politique, Paris, Puf, 2015, p. 107.
  • 8 Nietzsche Friedrich, Ainsi parlait Zarathustra, Paris, Le Livre de poche, 1966, p. 66.

15Marx, au contraire, en s’insérant dans une tradition matérialiste qu’il tirait des expériences les plus radicales de la Révolution française – mais aussi par la proposition spinozienne de la démocratie absolue – entrevoyait dans cette disjonction une mystification de plus. Son affirmation selon laquelle l’État est un abstrait alors que seulement le peuple est concret, provient juste de la définition de Spinoza de « la souveraineté comme puissance de la multitude »7. Cette image de la pensée que l’on appelle matérialisme nous livre une conception de l’État comme expression des relations et des rapports sociaux, redéfinies sans cesse par les déterminations historiques qui les traversent. La politique entretient un rapport récursif avec les faits historiques, pas avec un Dieu ou un transcendantal, et indique l’espace de la dialectique entre les forces sociales sur la décision. C’est cette vérité que l’on nous cache quand nous sentons quelqu’un prononcer les mots « Moi, l’État, je suis le Peuple »8. » Lui, le Moi, le Souverain, Dieu… en nous privant de ce savoir, nous vole la possibilité d’intervenir dans la dialectique politique, de créer et transformer de nouveaux espaces d’autodéterminations. Aujourd’hui, il s’est donné deux noms, néolibéralisme et souverainisme, et l’ouvrage de Dardot et Laval nous incite à reconnaître ce monstre à deux têtes. Pour opposer la révocabilité du mandat à la délégation irrévocable, l’autodétermination à la représentation, la transparence de la construction collective au secret des décisions, la participation démocratique à la classe des représentants et des professionnels de la politique. Ou, comme le soutiennent les deux auteurs, pour opposer « la responsabilité de l’autogouvernement à l’irresponsabilité du gouvernement ».

  • 9 Spinoza Baruch, Œuvres III. Traité théologico-politique, Paris, Puf, 2016, p. 521.
  • 10 Marx Karl, « Introduction à une critique de la Philosophie du droit de Hegel », Œuvres politiques, (...)

16Mais que signifie donc le droit de l’État comme puissance de la multitude ? Le véritable acteur de la vie politique d’un État, c’est la multitude ; c’est pourquoi, une fois interrompue la récursivité entre représentants et représentés, les premiers ne peuvent plus rien face aux vrais acteurs de la scène. Parce qu’ils brisent cette dernière entre politique et société, en détachant le droit de l’État de la puissance de la multitude, c’est-à-dire qu’ils coupent la branche sur laquelle ils sont assis. Il n’est pas fortuit que la crise actuelle de la représentation soit le produit de cette rupture, qui a été élargie par les représentants dans un véritable régime d’irresponsabilité, en transférant la source de la décision sur l’imposition des politiques antipopulaires à des sujets inexistants : « c’est le marché qui l’impose », « c’est l’Europe qui nous ordonne de le faire ». C’est exactement pourquoi Spinoza définit le gouvernement démocratique comme « le plus naturel et le plus proche de la liberté que la nature accorde à chacun »9 » et Marx affirme que la démocratie est « l’énigme résolue de toutes les constitutions »10.

Haut de page

Notes

1 Schmitt Carl, Légalité et légitimité, Paris, Éditions de la M.S.H., 2016 [1932].

2 Hayek Friedrich A., La route de la servitude, Paris, PUF, 2013 [1944],

3 Constitution qui est à l’origine de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, et qui vient juste d’être abolie il y a quelques mois par un puissant cycle de luttes.

4 Deleuze Gilles, Guattari Félix, L’Anti-Œdipe, Paris, Minuit, 1972, p. 307. Pour une étude de la fonction de l’État dans l’illimitation capitaliste dans l’œuvre de Deleuze et Guattari, voir Sibertin-Blanc Guillaume, Politique et État chez Deleuze et Guattari. Essai sur le matérialisme historico-machinique, Paris, Puf, 2013, pp. 150-162.

5 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, Principes de la philosophie du droit, Paris, Gallimard, 1940, p. 284

6 Marx Karl, Critique du droit politique hégélien, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 67

7 Spinoza Baruch, Œuvres V. Traité politique, Paris, Puf, 2015, p. 107.

8 Nietzsche Friedrich, Ainsi parlait Zarathustra, Paris, Le Livre de poche, 1966, p. 66.

9 Spinoza Baruch, Œuvres III. Traité théologico-politique, Paris, Puf, 2016, p. 521.

10 Marx Karl, « Introduction à une critique de la Philosophie du droit de Hegel », Œuvres politiques, Paris, La Pléiade, 1982, t. III, p. 901.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Spagnuolo, « Dardot Pierre, Laval Christian, Dominer. Enquête sur la souveraineté de l’État en Occident, Paris, La Découverte, 2020, 736 p. »Terrains/Théories [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/teth/4025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.4025

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search