Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18DossierComptes rendusBartsidis Michalis et Douzinas Co...

Dossier
Comptes rendus

Bartsidis Michalis et Douzinas Costas (Éds.), Living in Dark Times, Vienne, Transform! Europe & Nicos Poulantzas Institute, 2022, 177 p.

Kyriakos Melidis

Texte intégral

  • 1 Le premier volume comprend les contributions de la conférence qui se concentre sur l’expérience de (...)

1Le deuxième volume de l’ouvrage collectif1 « Living in Dark Times », édité par Michalis Bartsidis et Costas Douzinas, recueille les contributions de la conférence « Left Theory for the 21st Century II », qui s’est déroulée en ligne les 14 et 15 janvier 2021, organisée conjointement par l’Institut Nicos Poulantzas et le réseau Transform ! Europe Network. La conférence, ainsi que le livre lui-même, visent à cartographier les théories contemporaines de gauche et à susciter un dialogue entre ces dernières et les acteurs politiques des mouvements sociaux et les gouvernements de gauche, qui ont émergé lors de l’éclatement de la crise financière en Europe du Sud (Grèce, Espagne et Portugal).

2Les contributions de ce volume, qui adoptent un point de vue théorique de gauche, cherchent à interpréter les différentes dimensions de la multiple crise contemporaine, laquelle s’exprime par le retour ou le développement de tendances réactionnaires. Sur la base de cette lecture du présent, elles cherchent à développer des théories et des stratégies de transformations sociales émancipatrices. Bien qu’ayant des points de départ différents dans les sciences humaines et sociales (philosophie, sciences politiques, psychanalyse) et se focalisant sur des phénomènes divers (populisme, crise du coronavirus, austérité, etc.), les différentes perspectives de l’ouvrage s’unifient sur la base d’un schéma théorique :

3Notre époque – les sociétés contemporaines – se caractérise par le retour ou le développement d’une « négativité », qui prend la forme de l’autoritarisme, de la croissance des inégalités, de l’expansion du néo-conservatisme, du néolibéralisme et du populisme d’extrême droite, ainsi que de la destruction sociale et environnementale. La crise sanitaire renforce les tendances susmentionnées et leur ajoute de nouvelles dimensions, principalement en rendant la peur de la mort constamment présente. Mais cette négativité même peut être perçue – d’un point de vue philosophique – comme le « mouvement dialectique de passage » (p. 1) à quelque chose d’autre. Par conséquent, le principal devoir de la théorie de gauche est de comprendre cette négativité et de développer des théories et des mouvements émancipateurs afin de la surmonter, en reconstruisant une nouvelle idée du socialisme (p. 3) et en créant la « possibilité d’une transformation sociétale totale » (p. 4). La pandémie a contribué à cette orientation en montrant les limites de la négativité et en fournissant un arrière-plan idéologique plus favorable à la gauche, en mettant notamment en avant les valeurs de solidarité, de justice sociale et de biens communs ou publics.

4La contribution de Jean-Luc Nancy et la discussion qui la suit ouvrent le débat et servent de base théorique commune. Développant son approche de la négativité hégélienne, il propose un schéma de deux types de négativité : la négativité dialectique, que l’on peut traverser, et la négativité à laquelle on s’arrête et qui conduit au nihilisme (p. 9). Nancy distingue quatre mouvements dans la dialectique (première position, négation, négation de la négation, nouvelle position) et se concentre sur le troisième mouvement, qui décrit une condition de coexistence de la négation et de la position : la négativité coexiste avec le mouvement qui s’en distancie. Ce potentiel de transformation de la négativité dessine le cadre interprétatif du livre.

5Dans la première partie du volume, intitulée « Hégémonie, démocratie et montée de l’extrême droite : peur, espoir et sécurité », les tendances contemporaines et les défis pour une stratégie de gauche sont discutés. Costas Douzinas (p. 27) observe le retour du radicalisme de gauche sur le plan théorique après les années 2000 et sur celui de la pratique politique après les années 2010. Il cartographie les théories radicales contemporaines organisées autour des concepts de conflit et de sujet politique, qu’il commente sur le fond de l’expérience de gouvernement de SYRIZA en Grèce et aboutit à une méthodologie pour la stratégie de la gauche radicale. Enfin, il soulève les contradictions dans lesquelles le gouvernement de SYRIZA s’est trouvé pris, et pose à ce sujet des questions qui, cependant, restent ouvertes.

6Gerasimos Kouzelis étudie la « configuration de forces défavorable » (p. 38) à l’origine de l’émergence de l’extrême droite, avec pour toile de fond l’occupation du Capitole américain. Il affirme qu’une « redéfinition des principes fondamentaux de la modernité » a lieu : la démocratie est limitée aux processus formels et institutionnels, la liberté est comprise comme la liberté du marché, l’égalité comme égalité des chances et la fraternité comme une solidarité exclusive. La façon dont l’économisme et l’individualisme sont vécus dans de multiples sphères rend possible le recadrage autoritaire que constitue le radicalisme de droite (p. 39). Une discussion plus approfondie est menée sur les limites et les possibilités offertes par les réseaux sociaux en tant que nouvelle forme de sphère publique.

7Walter Baier contribue au débat avec quelques réflexions sur l’actualité de l’austro-marxisme et des théories d’Otto Bauer. Après avoir présenté et commenté les racines intellectuelles du mouvement, son évolution théorique et politique et ses réussites politiques, intégrées dans leur contexte historique, il se concentre sur le concept de « socialisme intégral ». Celui-ci apparaît comme un dépassement dialectique et une synthèse entre la social-démocratie et le communisme. Bien que Baier reconnaisse la pertinence et l’actualité de ce concept pour une stratégie socialiste moderne, il ne développe pas son argumentation par une analyse plus approfondie.

8Yannis Stavrakakis commente la stratégie du « populisme de gauche ». Dans la première partie, il examine la remise en cause populiste de tout déterminisme historique, l’éloignement du réductionnisme de classe et le développement de la capacité à former des alliances, en tant qu’éléments fondamentaux d’une stratégie populiste de gauche. Ces éléments sont développés dans une perspective généalogique, en remontant aux racines du débat marxiste. Dans la deuxième partie, il examine les apports de la stratégie populiste, en soulignant la capacité à mobiliser et à canaliser des mouvements sociaux hétérogènes, ainsi qu’à remporter des succès électoraux. Enfin, il développe quelques réflexions sur les limites et les défis potentiels de cette stratégie.

9La première section se termine par le texte d’Alexandros Kioupkiolis, qui discerne certains éléments d’une contre-hégémonie dans le nouveau municipalisme développé à partir des organisations communales en Espagne lors de l’explosion du mouvement du 15M. Après avoir décrit les conditions de leur émergence au sein du mouvement anti-austérité et dressé la carte de leurs caractéristiques politiques et organisationnelles, A. Kioupkiolis met l’accent sur leur stratégie double, à la fois dans les institutions et « dans la rue » : le municipalisme entreprend, d’une part, la participation aux autorités locales visant à les transformer ; et, d’autre part, la participation aux mouvements sociaux locaux. Enfin, l’auteur évalue cette expérience en reconnaissant son potentiel de transformation mais en soulignant également les limites de cette approche qui ont commencé à apparaître.

10La deuxième section du volume du livre portant le titre « The pandemic and the global lockdown : technologies, biopolitics, climate crisis » comprend des contributions concernant la crise sanitaire. Adam Gearey défend la thèse selon laquelle « ce qui milite contre une réponse à l’infection virale, à la vulnérabilité commune de notre substance humaine partagée, c’est la condition de classe » (p. 86). S’appuyant sur les textes d’Engels, il commente la relation entre la condition humaine et la condition de classe pour conclure à la nécessité d’une « solidarité virale » entre les classes pour faire face au virus.

11Paul Guillibert étudie le nouveau « régime de frontières » biopolitique qui a émergé au cours de la pandémie. Alors que le virus est qualifié de « passeur de frontières » (border-crosser) (p. 91) et se propage très rapidement dans l’environnement du capitalisme mondial, la réponse à la pandémie a été le renforcement des frontières entre les nations, qui tentent de reprendre le contrôle de leurs populations et de leurs ressources. Sur la base de ce « paradoxe » (p. 91), P. Guillibert affirme que cette stratégie est le résultat de l’effacement des frontières biologiques entre les écosystèmes naturels et le monde industriel, suite à la destruction de l’environnement, causée par un « capitalisme du désastre » (p. 101) (par exemple, la déforestation, etc.). Enfin, le nouveau régime rétablit de nouvelles frontières épistémiques entre la science et la politique.

12L’essai de Todd McGowan aborde le populisme de droite qui s’est développé pendant la pandémie à partir du concept de plaisir. Le leader populiste promet à ses partisans un plaisir illimité et désigne des ennemis – par exemple les immigrés, les experts, les juifs – comme les raisons de l’échec de la joie (joy failure). La contribution se concentre sur le rôle des experts qui limitent le plaisir en exigeant des sacrifices en vue d’un « bien » social à long terme.

13Konstantinos Kavoulakos examine la possibilité d’une nouvelle forme de conscience qui a émergé pendant la crise pandémique. Tout d’abord, il examine de manière critique les approches non dialectiques concernant la relation entre la nature et la société. Ensuite, il distingue et évalue trois modèles de gestion de la pandémie : le modèle néolibéral, le modèle du libéralisme social ou étatique et le modèle de l’Extrême-Orient. Ces modèles sont caractérisés par des contradictions internes. Dans ces contradictions, et en particulier dans celles du second modèle, il trouve des éléments idéologiques ainsi que des propositions politiques opposés au modèle dominant. Ces éléments peuvent constituer la base d’une transformation sociale et d’une nouvelle relation entre la nature et la société.

14La deuxième section se termine par le texte de Vasilis Tsianos et Dimitris Parsanoglou, qui prévoient la fin de l’hégémonie néolibérale. D’une part, la crise climatique montre les limites du modèle d’accumulation du capitalisme extractiviste ; d’autre part, la précarité multiple et différenciée ne peut être reproduite dans les modes de régulation existants. Une partie de l’élite cherche déjà des solutions dans un Green New Deal et dans des politiques au-delà de l’ordre néolibéral, où l’État jouerait un rôle de premier plan. Cela crée un espace pour des politiques alternatives.

15La troisième partie du volume, intitulée « La négativité dans l’histoire et la politique de gauche : séparations, universaux, utopies », comprend des textes qui se réfèrent plus explicitement à l’hypothèse originelle de la négativité, en développant des approches du point de vue de la philosophie, de la psychanalyse et de l’histoire des idées. Tania Vosniadou examine la négativité en tant que destructivité dans le contexte de la théorie psychanalytique. Elle présente tout d’abord certains éléments de la théorie de Nathalie Zaltzman et se concentre sur le concept de pulsion de mort, qu’elle relie à la négativité hégélienne. Sur cette base, elle développe quelques réflexions sur les processus psychiques primaires et secondaires et, enfin, elle discute cette théorie en rapport avec l’approche philosophique de Jean-Luc Nancy.

16Athena Athanasiou, se référant aux travaux de Walter Benjamin, Theodor Adorno et Ernst Bloch, voit dans la négativité du présent des possibilités de renouveau. L’« im-possibilité » est perçue comme une « nouvelle pensée du possible » (p. 143) et, pour cette raison, la théorie critique de gauche, basée sur les luttes contemporaines, doit viser à recadrer le présent vivant. Dans ce contexte, la pensée de l’utopie est perçue comme une « résistance permanente » [...] et une « figure contingente de la performativité critique » (p. 146). Vicky Iakovou traite également du concept d’utopie. À partir de l’œuvre de Walter Benjamin et de ses influences ou références à Fourier, elle trouve des éléments d’une utopie émergente, qui peut surmonter la mélancolie et les passions tristes (p. 161) qui caractérisent la théorie critique contemporaine.

17Enfin, Michalis Bartsidis clôt la discussion avec sa contribution sur l’actualité du socialisme. Après avoir exploré le concept de négativité au moyen de l’étude d’Althusser sur Machiavel, il pose la question de l’utopie du présent, autant théoriquement que politiquement, en développant une méthodologie active. Il conclut que, contre la domination de l’obscurantisme, une tendance contradictoire vers un nouveau modèle se développe, caractérisée par la solidarité, la collectivité, les biens communs et les services publics. Dans cette tendance, il voit la reconceptualisation de l’utopie socialiste aujourd’hui.

18La réussite la plus importante de ce volume est la manière dont les textes, à première vue très différents, sont reliés entre eux. Bien qu’il s’agisse d’un volume collectif, les textes ne sont pas simplement résumés et juxtaposés comme des actes de colloque. L’argument central, la discussion sur la négativité et sa dynamique de transformation imprègne plus ou moins l’ensemble du corpus. C’est pourtant surtout dans la troisième partie que la négativité devient le sujet d’une réflexion philosophique plus approfondie.

  • 2 Urban Hans-Jürgen, « Vom Aufbruch der Gewerkschaften zur Erneuerung der Bewegung », Blätter für deu (...)

19Cependant, de cette réussite résulte aussi la principale faiblesse du livre. Les textes ne sont reliés entre eux qu’indirectement par rapport à la position initiale de la négativité et ne parviennent pas à développer un dialogue interne. Ce faisant, le concept de négativité prend une forme très abstraite et homogénéise des phénomènes très hétérogènes (par exemple, le néolibéralisme, l’autoritarisme, le populisme, la pulsion de mort, etc.), ce qui limite la profondeur analytique et la spécificité de chacune de ses mobilisations ; la problématique générale rend difficile une étude plus approfondie du lien structurel existant entre les différents versants du concept. Cette homogénéisation se reflète également dans l’autre pôle de l’interrogation, celui des résistances et du socialisme. Alors que faire une « mosaïque de la gauche »2 peut être une première étape pour faire face à la fragmentation des mouvements sociaux et de la gauche parlementaire, la formation d’alliances stratégiques nécessite une analyse plus spécifique des déterminations des acteurs impliqués.

20En général, les auteurs et les éditeurs réussissent à atteindre leur objectif initial, à savoir développer des interconnexions entre le débat théorique et le débat politique à la lumière des événements politiques contemporains, de la crise du Covid-19 à l’expérience des gouvernements de gauche dans le sud de l’Europe et en particulier en Grèce. Le volume reflète le débat théorique et politique de la période actuelle, tel qu’il s’est développé principalement en Grèce, et constitue une lecture intéressante pour les universitaires ainsi que pour les acteurs politiques. 

Haut de page

Bibliographie

Bartsidis Michalis et Douzinas Costas (Éds.), Living in Dark Times, Transform! Europe & Nicos Poulantzas Institute, 2022.

Bartsidis Michalis et Douzinas Costas (Éds.), Thinking Left Governmentality: The SYRIZA experience 2015-2019, Transform! Europe & Nicos Poulantzas Institute, 2022.

Urban Hans-Jürgen, « Vom Aufbruch der Gewerkschaften zur Erneuerung der Bewegung », Blätter für deutsche und internationale Politik, no 5, 2009, p. 71-78.

Haut de page

Notes

1 Le premier volume comprend les contributions de la conférence qui se concentre sur l’expérience de SYRIZA au sein du gouvernement : Bartsidis Michalis et Douzinas Costas (Éds.), Thinking Left Governmentality : The SYRIZA experience 2015-2019, Vienne, Transform ! Europe & Nicos Poulantzas Institute, 2022.

2 Urban Hans-Jürgen, « Vom Aufbruch der Gewerkschaften zur Erneuerung der Bewegung », Blätter für deutsche und internationale Politik, no 5, 2009, p. 71-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kyriakos Melidis, « Bartsidis Michalis et Douzinas Costas (Éds.), Living in Dark Times, Vienne, Transform! Europe & Nicos Poulantzas Institute, 2022, 177 p. »Terrains/Théories [En ligne], 18 | 2024, mis en ligne le 07 mars 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/teth/5637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.5637

Haut de page

Auteur

Kyriakos Melidis

Kyriakos Melidis est doctorant en sociologie à l’université Friedrich Schiller à Iéna.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search