Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18DossierArticlesLe maître et l’élève

Dossier
Articles

Le maître et l’élève

Althusser correcteur du gramscisme de Poulantzas, une étude à partir du manuscrit de Pouvoir politique et classes sociales
Anthony Crézégut

Résumés

Cet article vise à étudier la genèse du livre Pouvoir politique et classes sociales de Nicos Poulantzas, un manuscrit longuement étudié et critiqué par Louis Althusser, transformé par l’échange entre les deux, notamment autour des concepts d’hégémonie ou de société civile. Cette correspondance est celle d’un maître avec son élève, d’une leçon professorale et d’un drame humain. Si Poulantzas transfigure son texte, semble se convertir à l’intransigeance du maître, il conserve sa finesse et ses doutes originels, issus de la matrice gramscienne. Avec le temps, vient le désenchantement sur le maître et l’élève semble redevenir maître de lui-même, en tant que jeune grec, étranger, européen, face au magistère français, comme penseur en devenir iconoclaste face à la force de l’habitus français, si ce n’est parisien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, Paris, François Masp (...)
  • 2 Roger Garaudy (1913-2012) était après-guerre le philosophe officiel du PCF, sur une ligne orthodoxe (...)
  • 3 Serge Mallet (1927-1973), sociologue du monde ouvrier connu pour sa théorisation de la Nouvelle cla (...)
  • 4 Le PSU était le parti dit de la nouvelle gauche, rompant avec la gauche traditionnelle, la SFIO (Se (...)

1Le livre de Nicos Poulantzas Pouvoir politique et classes sociales1 fut un des événements intellectuels de mai 1968, un bestseller vendu à 40 000 exemplaires. Il posait déjà la question du dépassement des apories de la radicalité anti-institutionnelle, à partir du cycle ouvert par la brèche de mai 1968. Cet ouvrage dense, publié par l’éditeur subversif Maspero, proposait une stratégie de conquête du pouvoir institutionnel, à partir d’une alternative réformatrice radicale et de vastes alliances sociales. Sans synthétiser toutes ces articulations, la centralité du concept de « bloc au pouvoir », qui a tant séduit la gauche du PS (Parti socialiste) et de la CFDT (Confédération française démocratique du travail), comme alternative au Programme commun, aide à en comprendre la portée. Il s’agissait de dépasser la reprise platement historiciste du bloc historique gramscien d’abord par la dissidence de Roger Garaudy dans le PCF2 (Parti communiste français), la théorisation de Serge Mallet3 dans le PSU (Parti socialiste unifié)4, puis par la direction mitterrandienne du PS. N. Poulantzas cherchait à aller au-delà de ce récit téléologique de la Nouvelle gauche sur un nouveau bloc historique, centré sur les cadres, ingénieurs et techniciens, les nouvelles classes moyennes, qui se substituerait à l’ancien à gauche, construit autour de la classe ouvrière traditionnelle voire les fonctionnaires subalternes, et conquerrait une hégémonie politique sans détruire les fondements de la domination culturelle et économique de celles de l’adversaire. N. Poulantzas essayait pour sa part de déconstruire le bloc au pouvoir dominant, identifiant sa fraction hégémonique, la bourgeoisie financière monopoliste, en la désolidarisant de ses fractions de classes en appui, les couches moyennes intellectuelles, et la fraction régnante dans l’appareil d’État, la fonction publique supérieure.

2Ce livre dense conceptuellement, publié en deux tomes, a une histoire singulière. Sa généalogie est celle d’un drame à deux, entre l’étudiant grec N. Poulantzas et son maître Louis Althusser, qui fit office de correcteur, de précepteur. À l’admiration du premier pour le second succède la désillusion, redoublée par l’agacement du dernier pour le premier, non sans séduction. Outre le drame humain qui se noue, c’est aussi la genèse d’une œuvre qui eut une vaste influence internationale qui constitue ici l’enjeu. N. Poulantzas s’est vu contraint d’arbitrer entre les différentes couches de son identité, théorique et personnelle, le premier masque gramscien, qui épouse ses traits fins mais semble se liquéfier par son inconstance même, et celui de substitution, althussérien, plus stable, rigoriste mais qui le corsète. Il accouche d’un livre schizophrénique et amphibologique, un palimpseste où, derrière les couches primaires du gramscisme et secondaires de l’althussérisme, N. Poulantzas cherche à faire porter sa voix.

  • 5 On retrouve cette position peu claire dans les souvenirs d’Alain Lipietz, un des théoriciens de l’é (...)
  • 6 Daniel Lindenberg évoque un « intellectuel grec au verbe haut et direct » qu’il voit dans ses salon (...)
  • 7 Poulantzas Nicos, « Préliminaires à l’étude de l’hégémonie dans l’État », Les Temps modernes, no 23 (...)
  • 8 Althusser Louis, Pour Marx, Paris, François Maspero, 1965.
  • 9 Althusser Louis et al., Lire le Capital, Paris, François Maspero, 1965.
  • 10 Le Comité Central d’Argenteuil du PCF était censé trancher les débats internes entre intellectuels (...)
  • 11 Paul Boccara (1932-2017), économiste et agrégé d’histoire, théorise ce qui sera la ligne économique (...)
  • 12 Voir la lettre de L. Althusser à A. Badiou, 19 mai 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2.C1-02 (...)
  • 13 Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État (notes pour une recherche) », La Pens (...)

3Concrètement, on peut identifier trois moments dans cet échange, à la fois théorique et intime, entre le maître L. Althusser et l’élève N. Poulantzas, dont on peut restituer succinctement le contexte. En 1966, le jeune N. Poulantzas, âgé de trente ans, est en pleine construction identitaire. Il a quitté la Grèce et se cherche politiquement, ancien militant dans son pays natal et militant en devenir dans son pays d’adoption5. Il vient de finir sa thèse en philosophie du droit à la Sorbonne et, séduit par le magistère sartrien, fréquente alors le salon de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir6. Il a tout juste publié son premier article, centré de façon gramscienne sur la quête d’une stratégie hégémonique pour la gauche en Occident, dans Les Temps modernes7. Cherchant sa voie, intellectuelle et politique, il est en quête d’un tuteur. La découverte des écrits de L. Althusser, sa rigueur si ce n’est son rigorisme théorique exprimé dans Pour Marx8 et Lire le Capital9 face aux illusions de la nouvelle gauche humaniste, le fascine. C’est alors qu’il livre à L. Althusser le manuscrit de ce qui doit être son opus magnum. L’année 1967 est décisive : L. Althusser corrige sévèrement le manuscrit et N. Poulantzas semble accepter la leçon, évoquant une conversion intellectuelle et existentielle. En réalité, c’est ici la vie et le projet de L. Althusser qui priment. Ce dernier se convertit à l’idée qu’il se fait de la révolution culturelle maoïste, une stratégie intransigeante de lutte frontale contre les appareils d’État, déconstruisant les illusions de la transformation réformiste de l’État ou de la vitalité de la société civile. Concrètement, il oriente ses étudiants vers la constitution de jeunesses maoïstes en rupture avec l’UEC (Union des étudiants communistes) réformiste et libérale, favorable aux thèses italiennes et gramsciennes, comme celle orthodoxe, affiliée à la ligne du PCF. Après le Comité central d’Argenteuil au sein du PCF, en 196610, il est convaincu que ce parti est réformiste ou, selon le vocable de l’époque, révisionniste, qu’il adhère aux thèses humanistes de R. Garaudy ou à l’économisme de Paul Boccara, autour du concept de « capitalisme monopoliste d’État » (CME)11. Sa stratégie reste incertaine, elle cherche à organiser des groupes semi-clandestins, de plus en plus vers le PSU où agissent Alain Badiou et Emmanuel Terray, pour radicaliser et subvertir l’organisation et contrer l’aile-droite qui adhère aux thèses réformistes de S. Mallet12. C’est l’arrière-fond indispensable pour comprendre la révision althussérienne du manuscrit poulantzassien. Il s’agit de gauchir le texte, dans le sens d’une intransigeance de principe tout en maintenant le côté opératoire de sa recherche, couper les ponts avec une ligne réformiste, libérale, humaniste qui pourrait être un embryon de programme commun entre un nouveau PS et un PCF rénové. Le troisième moment, en 1969, est postérieur à la publication du livre de N. Poulantzas, chez Maspero mais pas dans la nouvelle collection que dirige L. Althusser, Théorie. C’est le moment critique, L. Althusser préparait de son côté son propre manuscrit, préliminaire à son fameux article sur les « appareils idéologiques d’État »13 (AIE), radical dans sa critique des illusions de la réformabilité des sociétés européennes et de l’État occidental, avec une théorie puissante de l’emprise des structures sur les agents sociaux qui y sont assujettis. N. Poulantzas retrouve nombre de ses intuitions, de ses idées, jadis sévèrement corrigées par L. Althusser, quoique régulièrement renversées. Le soupçon de détournement ou double jeu, voire de plagiat, est l’occasion pour N. Poulantzas de se libérer de l’emprise mais aussi de régler ses comptes et surtout de renverser les rôles.

4Le corpus documentaire mobilisé est issu du fonds Althusser, de l’IMEC (Institut Mémoires de l’Edition contemporaine), la plupart des manuscrits ne sont pas datés mais peuvent être contextualisés par les références qu’ils contiennent mais aussi par la correspondance annexe entre les acteurs de cette histoire. Dans le cadre de notre thèse, sur la réception de A. Gramsci en France, les entretiens nous ont été utiles, évoquant cette affaire, bien que la plupart se concentre sur l’importance qu’eut ce livre dans leur propre trajectoire.

Un drame humain : le malaise existentiel de l’élève et la quête d’un maître

  • 14 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, fin 1965/début 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, (...)

5La lecture des premières lettres de N. Poulantzas à L. Althusser laisse une empreinte pathétique. Après son premier article publié en France, tributaire de la philosophie de A. Gramsci, celui-là a le sentiment d’un profond gâchis. Il ressent un profond dégoût pour son travail antérieur mêlé à ses flirts sartriens, son éloignement du combat de ses camarades grecs. Il est à la recherche d’une paternité théorique qui lui permettrait en fin de compte d’enfanter son œuvre propre, un père droit, une orthodoxie théorique pour le sortir du marasme et de ses propres ambiguïtés. Il le dit sans failles à L. Althusser, « je ne pourrais jamais regagner sur toute la merde idéologique qui m’a bercé toutes ces années. C’est te dire si je me récupère finalement, c’est à toi que je le devrai14 ». La fréquentation des étudiants de L. Althusser, à l’ENS Ulm (École normale supérieure), que le jeune intellectuel immigré considère comme des frères d’adoption, semble l’enchanter. Une communion avec de jeunes philosophes brillants, radicalisés dans la perspective maoiste où il désire « partager la flamme politique des élèves d’Ulm », une façon pour lui de renouer avec la nostalgie de la lutte, réelle ou fantasmée, dans le KKE (Parti communiste grec).

  • 15 Jean-Paul Dollé (1939-2011) est un philosophe agrégé qui s’engage d’abord dans les courants de gauc (...)
  • 16 Robert Linhart (1944-…), philosophe agrégé formé à l’ENS sous la tutelle de L. Althusser, il est un (...)
  • 17 L’UJCML naît en 1966 comme une scission maoïste de l’UEC dont la crise entre 1963 et 1965 avait opp (...)
  • 18 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03
  • 19 Ibid.

6L. Althusser sent cette faille existentielle en lui ; elle le touche profondément autant qu’elle lui ouvre une prise providentielle. N. Poulantzas livre dans le premier manuscrit de son livre une pensée impure pour L. Althusser, champ lexical qu’il avait fait circuler auprès de ses élèves d’Ulm pour étiqueter Poulantzas. Il le répète à l’envi en privé, et dans les mêmes termes, que ce Grec est confus, brouillon, douteux. Les élèves de L. Althusser, comme Jean-Paul Dollé15, Robert Linhart16 ou Etienne Balibar, susurrent à son oreille les jugements du maître, non sans enjeux politiques. Cela doit se comprendre dans le moment de la fondation de l’UJCML (Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes) maoïste17 alors que N. Poulantzas reste un électron libre politique, à la pensée moins radicale, dans cette configuration. N. Poulantzas fait acte de soumission : il veut se corriger, souhaite être critiqué, car lui, qui fut un sceptique et a mis du temps à se convaincre du message althussérien, n’éprouve désormais plus de doutes quant à sa vérité. Il attend de L. Althusser, écrit-il, qu’il l’ « aide à me préserver du danger de confusion18 ». Continuant de s’excuser pour son passé et son être, lui qui, selon ses propres termes est un « écorché vif », sensible et fragile, souffre de ne pas avoir été un « inconditionnel » de la première heure de l’orthodoxie althussérienne, pré-maoïste19. Toutes ces brimades de L. Althusser et ses élèves le ramènent à sa culpabilité de ne pas avoir été un militant actif en Grèce, de ce travail clandestin jamais assumé qu’il ne cesse d’évoquer.

  • 20 Note à Nicos, sans date (1965-1966 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.
  • 21 Ibid.
  • 22 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, 23 février 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. (...)

7Avant toute considération conceptuelle, L. Althusser corrige N. Poulantzas sur la forme, non comme un professeur de classe préparatoire d’un grand lycée parisien, mais comme un répétiteur de collège de province face à un allophone prometteur. C’est ce qu’on retrouve dans les premières notes correctrices de L. Althusser sur le manuscrit de N. Poulantzas, sans doute au début de l’année 1966. A la fois badin et moqueur, L. Althusser l’humilie sèchement pour mieux le rattraper avec commisération. Ainsi, il l’avertit de façon docte et professorale sur le fait qu’il doit être « corrigé très sérieusement » mais qu’il ne s’agit que de le taquiner, un terme qui revient dans leurs échanges privés20. Il commence ainsi par corriger ses supposées fautes de français, ainsi on ne dit pas « par contre », oral, gauche et vulgaire mais « en revanche, au contraire ». De même, il lui livre un bréviaire assez long sur tout un ensemble de termes plus techniques, de l’ordre du lexique philosophique, qu’il ne maîtrise pas, tel le terme de réfléchissement qui doit être corrigé en réflexion21. En privé, à E. Balibar, il évoque un manuscrit « terriblement mal écrit », où sa mission serait de tout réécrire en français intelligible22.

Un redressement conceptuel : une emprise et ses méprises

  • 23 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, 14 avril 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C (...)
  • 24 La question de l’italianisme doit se comprendre dans la séduction qu’exerce le PC italien, inspiré (...)
  • 25 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, 23 février 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. (...)
  • 26 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, mai 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C1-bis
  • 27 Ibid.
  • 28 Entretien avec Etienne Balibar, 13 juin 2018.

8Ayant trouvé une prise, par laquelle il forge son emprise, L. Althusser distingue la prise conceptuelle, telle qu’il la conçoit, de ces méprises notionnelles poulantzasiennes. Cela suppose de démolir le socle conceptuel de l’identité intellectuelle de N. Poulantzas, son gramscisme, ou de faire tomber ce masque d’emprunt pour mettre à nu son visage vide. Au-delà du drame existentiel, c’est une affaire politique. N. Poulantzas aurait été déformé par ses lectures italiennes, notamment A. Gramsci, car, comme le confiait L. Althusser à E. Balibar, ce N. Poulantzas serait « tordu23 ». On retrouve une rhétorique rigoriste, voire viriliste, chère à L. Althusser séparant le pur et l’impur, le droit et le maladroit, le dur et le mou. Il faut donc redresser le bâton tordu selon une autre métaphore chère à L. Althusser, empruntée à V. I. Lénine. E. Balibar dispose désormais, vraisemblablement du manuscrit, qu’il doit corriger dans le concret. Les échanges entre L. Althusser et E. Balibar au cours de l’année 1967 sont réguliers. Althusser y confie que le texte de Poulantzas n’offrirait que des prolégomènes théoriques contaminés par ses penchants politiques opportunistes, qu’il qualifie d’italianisme24, à la source de tensions avec les jeunes maoïstes lui reprochant « son gramscisme en particulier, ses penchants italiens25 ». Tout est donc à réécrire : il parvient à convaincre N. Poulantzas de la nécessité d’un contrôle théorique qu’il qualifie de « fraternel » et que E. Balibar devrait assurer26. La solution semble trouvée au printemps 1967, N. Poulantzas acceptant de « remanier son livre, après mes épouvantables critiques, ce qui me remplit de joie. Je n’ai pas perdu, et pourtant j’en ai perdu, je veux dire passé, ô combien, mon temps avec ce bouquin27 ». E. Balibar conserve le souvenir d’une année durant laquelle, disposant du manuscrit qu’il est censé réviser, celui-ci peine à voir le jour, aussi en raison des doutes althussériens sur l’orthodoxie aléatoire de N. Poulantzas ; or « avec le recul, sur le fond, je pense qu’Althusser avait tort et Poulantzas avait raison28 ».

  • 29 Sans détailler l’ensemble de ces lettres, on peut se référer à la lettre d’amour, au ton parfois ha (...)
  • 30 Cette critique radicale de l’idéologie « libérale » italienne prégnante au sein de l’UNEF (Union na (...)
  • 31 Il illustre cet embrochage conceptuel en déconstruisant tout l’édifice théorique gramscien et finit (...)

9Le cœur des critiques conceptuelles adressées par L. Althusser à N. Poulantzas vise en réalité A. Gramsci et un italianisme ambiant dans la gauche moderniste des années 1960, qui s’est cristallisé dans l’Union de la gauche des années 1970 dominée par le PS. Ce que L. Althusser effleure latéralement dans les articles recueillis dans Pour Marx, au début des années 1960, il s’y confronte dans Lire le Capital en 1965-1966 : le double refus de l’historicisme et de l’humanisme gramsciens exerce, à la consultation de la correspondance reçue par L. Althusser, une très forte impression sur Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Gilles Deleuze, mais aussi Jacques Derrida29. Ce qui se présente comme une querelle philosophique, en apparence épistémologique, mais aussi ontologique, est aussi en réalité une confrontation idéologique, aux incidences politiques latentes. L’obsession althussérienne, cette fois manifeste dans la correspondance envoyée par L. Althusser, est celle de la lutte contre le réformisme sur le plan politique, un mouvement politique qui incarne la capitulation devant la pensée libérale, l’idéologie dominante de son temps30. Cependant, plus fondamentalement, c’est un combat contre l’idéologie progressiste qui la sous-tend, avec son cortège de pragmatisme, d’empirisme, d’éclectisme. C’est par ce doublet historicisme-humanisme que L. Althusser embroche l’ensemble des concepts gramsciens (société civile, hégémonie, civilisation/culture, intellectuels organiques, religion laïque), dans sa refutatio anti-gramscienne, anti-italienne, du cinquième chapitre de Lire le Capital : « Le marxisme n’est pas un historicisme31. » De fait, A. Gramsci, malgré ses intuitions pénétrantes, reste prisonnier d’une conception du monde à la fois libérale (progressiste) et catholique (réactionnaire). D’une part, son idéalisme survalorise le rôle des intellectuels, le monde des idées et de l’éthique, leur capacité à changer le monde, à conquérir l’hégémonie autour du concept œcuménique de culture et d’humain, en hypostasiant une société civile parée de toutes les vertus. D’autre part, il stérilise cet activisme libertaire, ou le conduit dans une impasse, en ne sortant pas d’un organicisme conservateur de matrice catholique. Un organicisme qui est celui de la régulation par le corps social, du rôle charnière des intellectuels organiques qui présenteraient le nouveau visage des clercs d’antan, à la laïcisation de la religion qui conserve sa fonction de ciment culturel. Cela alimente de nouvelles illusions, de nouveaux mythes, une foi aveugle transposée du fétiche de dieu et de l’Eglise en fétichisme du parti politique et de l’État. C’est tout cet arrière-plan, tantôt exprimé de façon manifeste par L. Althusser tantôt, le plus souvent, enserré dans une série de non-dits, de sous-entendus, de signaux, manifestes seulement en privé, qui conditionne la critique virulente de L. Althusser envers le gramscien pénitent, N. Poulantzas.

  • 32 Tout ce qui suit est, sauf contre-indication, issu de la Note à Nicos, sans date (1965-1966 ?), Arc (...)

10Pour revenir à la critique althussérienne de N. Poulantzas, la première prise althussérienne et méprise poulantzasienne porte sur le concept de « société civile »32. Pour L. Althusser, ce concept est tout entier hérité du droit bourgeois, un vice à la fois de la formation originelle de philosophe du droit de N. Poulantzas et du gramscisme libéral qu’il a intériorisé par ses lectures italiennes pécheresses. Toute la théorie de A. Gramsci est viciée par ce concept qu’il faut remettre en question pour L. Althusser. Les notions opératoires poulantzasiennes de fractions de classes dans la société civile recomposées en bloc au pouvoir en quête du pouvoir d’État ne peuvent déboucher que sur un réformisme libéral qui feint d’opposer une société civile privée, vivace et vertueuse, à un État public à réformer et à mettre en adéquation avec elle. Cette thèse, L. Althusser la sublime au niveau théorique ne voyant dans la société civile qu’une hypostase, une abstraction idéologique, qui n’existe que dans le « droit bourgeois investi dans l’idéologie juridique bourgeoise ». L. Althusser semble alors réduire purement et simplement la société civile à l’idée de base économique, soit la conception autant marxiste que libérale, et refuse ainsi une éventuelle dimension éthique de la société civile, tout comme « l’opposition non-pertinente entre la société civile et l’État » basée sur celle entre le privé et le public. En contre-point, L. Althusser reste sur la thèse marxiste et léniniste classique, celle de la lutte de classes dans une société fracturée par l’économie capitaliste, alors que la transition au socialisme ne peut passer que par la phase de la dictature du prolétariat. Ce constat cinglant, L. Althusser l’alimente de doctes citations de Karl Marx, quelque peu biaisées. Il minimise son usage dans les ouvrages historiques de K. Marx, jugés immatures, et ne voit aucune trace du concept dans Le Capital, seule œuvre digne d’intérêt à ses yeux.

  • 33 L. Althusser et P. Bourdieu mènent alors en 1966 un travail commun sur l’école, impliquant égalemen (...)

11Seconde méprise au sujet de la notion d’hégémonie, qu’il s’agit de corriger selon L. Althusser, puisque le péché véniel de N. Poulantzas serait qu’il souffre d’un morbus biographicus, s’entichant de A. Gramsci au point de s’identifier à lui. L. Althusser déplace ce processus d’identification vers sa propre autorité théorique. Il livre ici une critique bien plus serrée sur ses passages concernant l’« État hégémonique ». L. Althusser refuse d’abord la catharsis éthique gramscienne, la sublimation de la dimension économique (corporatiste pour A. Gramsci) en idéal éthique, qui serait le propre à une classe capable d’atteindre l’hégémonie, de proposer un modèle de civilisation, de faire naître à la fois un État éducateur, éthique (Stato etico) et une société auto-gérée (Società regolata). Cela tendrait à faire croire, pour le philosophe français, que l’État éthique (ou État-providence en des termes qui nous sont plus communs) puisse garantir les « intérêts socio-économiques des classes dominées ». Là encore, le théoricien grec laisse trop de place à l’hypothèse d’une réforme démocratique de l’État capitaliste vers un État social. Le cœur de sa critique est qu’il faut effacer le terme d’hégémonie, fondement de la théorie poulantzasienne des blocs au pouvoir qui laisse imaginer un renversement d’hégémonie par les subalternes, sans changer les structures. La notion d’hégémonie doit être substituée par le concept de domination, qui fonde la théorie des AIE écrasant les classes dominées, ne laissant à ces dernières comme alternative qu’une lutte frontale contre les AIE, à partir d’une idéologie radicalement alternative. Pour L. Althusser, les erreurs de N. Poulantzas sur le bloc au pouvoir découlent intégralement de sa conception « du déploiement de l’essence hégémonique ». Quand N. Poulantzas cite K. Marx à propos de son concept d’hégémonie, L. Althusser le corrige instantanément, car « pour Marx, hégémonie veut dire tout simplement dominant ». Cette substitution de la domination à l’hégémonie, y compris quand le terme d’hégémonie est utilisé nominalement, correspond alors parfaitement à l’entreprise de M. Foucault ou P. Bourdieu, avec qui L. Althusser est encore en symbiose en 196633. Il faut abandonner A. Gramsci et renouer avec K. Marx, dans une version défendue dans Lire le Capital par son lecteur autorisé, L. Althusser. L’objectif de ce redressement est clair quand L. Althusser critique la valorisation par N. Poulantzas de la société civile de l’État capitaliste face à l’État féodal dit organique. Il s’agit de couper court à l’illusion hégélienne d’un État capable de faire la synthèse des contradictions sociales. À propos de tout ce qui vient de cette « fameuse société civile qui soutient la plupart des thèses de Gramsci, y compris des histoires sur l’hégémonie », L. Althusser conclut clairement : « il faut y renoncer ».

Le Français L. Althusser et l’Européen N. Poulantzas : la dialectique de la force et la faiblesse

  • 34 Lettre de Nicos Poulantzas à André Gorz, 6 mars 1964, Archives Gorz, IMEC, Caen, 371GRZ/40/1.
  • 35 Guy Besse (1919-2004), philosophe matérialiste très orthodoxe dans le PCF, qui sera même le censeur (...)
  • 36 Lettre de Louis Althusser à Guy Besse, 25 juillet 1965, Archives Althusser, IMEC, Caen, Corresponda (...)
  • 37 « Sur l’État », 9 ff, dactyl (1976-1977 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT 2 26-02.03, où Alth (...)

12Sur la centaine de pages d’échanges entre N. Poulantzas et L. Althusser entre 1965 et 1968, un élément culturel structurant saute aux yeux : la francité de L. Althusser face à l’européanité de N. Poulantzas, alors que ce dernier semble avoir dénié sa grécité, un comble pour une philosophie politique qui se veut fondatrice ou refondatrice. Dans sa naïveté originelle, présentant sa carte de visite à André Gorz, pour publication dans les Temps modernes, ses références sont toutes européennes : le Tchèque Karel Kosik, le Roumain Lucien Goldmann, le Hongrois Georg Lukács, l’Anglais Ralph Miliband, l’Italien Umberto Cerroni, le Soviétique Evgueni Pachoukanis sans oublier J.-P. Sartre évidemment34. De l’autre côté, L. Althusser a une aversion presque caricaturale pour l’italianisme. Elle est moins xénophobe que consciente du sens de la majesté française et semble rejouer la Querelle des Bouffons de ce 18e siècle qui le fascine à peine moins que le 17e siècle, à la fois classique et baroque, constituant sa véritable langue maternelle. Cela se retrouve notamment dans le chapitre Le marxisme n’est pas un historicisme de Lire le Capital en 1966, critiquant non seulement A. Gramsci mais aussi Benedetto Croce et Giovanni Gentile, et même Giambattista Vico en arrière-plan, toute la philosophie italienne dont se nourrit A. Gramsci. En privé, L. Althusser ne s’en cachait pas à Guy Besse, philosophe matérialiste classique et contempteur de la ligne gramscienne et italienne dans le PCF35, quand il lui livre son manuscrit de Lire le Capital : « Les Italiens vont être servis, je me suis occupé longuement de Gramsci et des Italiens actuels. C’est moi qui me suis occupé de la « question » italienne avec un soin très particulier36. » Quand il s’agit de livrer les origines intellectuelles son grand concept d’AIE, en privé bien sûr, il ne lit que des classiques français : Descartes, Pascal, Bossuet, Malebranche37.

  • 38 Benny Lévy (1945-2003), philosophe agrégé formé à l’ENS par L. Althusser, un des fondateurs de l’UJ (...)
  • 39 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.
  • 40 R. Establet (1938-…), agrégé de philosophie, formé à l’ENS sous la direction de L. Althusser, parti (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 5 octobre 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. (...)
  • 43 Ibid.

13Si l’impureté bigarrée de N. Poulantzas lui semble une faiblesse face à la force d’une pure pensée purement française, les rôles vont tantôt s’inverser, et la faiblesse de N. Poulantzas se révèlera une force pour ne pas céder totalement à l’emprise. Certes, N. Poulantzas a été subjugué initialement par la puissance rhétorique des élèves normaliens, mais derrière ce clinquant le vide lui saute aux yeux. Il peut alors renverser les épithètes affublées par L. Althusser, retourner le stigmate. La première salve, N. Poulantzas la livre dès 1966, en renversant l’accusation par L. Althusser de confusion théorique et d’un verbiage d’importation sans guère de cohérence philosophique. Il vise d’abord ses accusateurs, Robert Linhart et Benny Lévy38. Ce seraient donc les élèves de L. Althusser, formés dans le moule normalien, et non pas N. Poulantzas qui produiraient ce qu’il qualifie de « charabia invraisemblable » entretenant les confusions et révélant un manque de rigueur épistémologique39. Il choisit même des cibles plus élevées, et s’indigne du provincialisme français. Lui qui dit avoir lu Max Weber et Ernst Cassirer en allemand, ou Talcott Parsons en anglais, doute de ce qu’il qualifie de « sous-wéberisme de bas étage » chez R. Establet40 ou E. Balibar. Malgré le respect qu’il éprouve pour la force de frappe intellectuelle de M. Foucault et P. Bourdieu, il ne se prive pas pour autant de les mettre en cause, coupables de ces emprunts de contrebande41. C’est à partir de cette mise au point que N. Poulantzas change de ton par rapport au maître, au cours de l’année 1967. Il s’agace d’un manuscrit que L. Althusser a gardé sous la main une année durant, pour en garder le suc tel un directeur de thèse retors. N. Poulantzas lance un ultimatum quant à la sortie du livre, trouvant « très injuste et très dégueulasse » que son manuscrit ne sorte pas, remettant en cause « ton attitude, et tout ce qu’elle comportait, pendant une année »42. Derrière son apparente rigueur, L. Althusser lui paraît dilettante, détaché et précieux, ridicule même dans sa volonté de toujours « fignoler ». Dans un français de plus en plus riche, il revient au drame existentiel de l’immigré au bord du gouffre, N. Poulantzas est isolé, « autrement seul que vous tous à Paris »43.

  • 44 Critique de Pour Marx par Nicos Poulantzas, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.
  • 45 Ibid.
  • 46 Galvano della Volpe (1895-1968), philosophe italien spécialisé en esthétique. Il tente d’explorer, (...)
  • 47 Lucio Colletti (1924-2001), philosophe italien, élève de G. Della Volpe, spécialisé dans la logique (...)
  • 48 Ibid.

14N. Poulantzas se permet de prolonger la critique par un texte de vingt-deux pages, qui semble daté de la fin de l’année 1966 ou du début de l’année 1967, traitant du Pour Marx de L. Althusser. Il reste fidèle au chemin éclairant ouvert par son maître, ne regrette pas son pari althussérien : la coupure épistémologique et une théorie générale de la connaissance scientifique, la conception de la totalité comme structure à dominante, et surtout sa critique de l’histoire et de l’historicisme emprisonnés dans la problématique hégélienne du « développement continu-unilinéaire du sujet44 ». Autrement dit, une partie de la critique althussérienne de son gramscisme de jeunesse était justifiée, sur le plan épistémologique avant tout, et l’a renforcé théoriquement et humainement. C’est finalement tout ce qu’on retrouve dans une bonne partie du premier tome de Pouvoir politique et classes sociales qui semble la confession du bien-fondé de sa conversion à la suite de ses péchés théoriques de jeunesse. Mais N. Poulantzas n’abjure pas tout. Tout d’abord, A. Gramsci, dans sa reprise purifiée par le N. Poulantzas lecteur de L. Althusser, a des atouts qui permettent aussi de corriger ce dernier. Il offre une réhabilitation du politique et de l’histoire autour du concept d’hégémonie, d’un point de vue ni historiciste ni politiste, dans leur caractère indécis qui est celui de la lutte et du choix politique éclairés par l’analyse scientifique de la conjoncture. Or, cette fois N. Poulantzas assume, L. Althusser souffre d’une « série d’ambiguïtés ». D’une part, une sorte de quiétisme encourageant à la passivité quand le politique ne fait que réfléchir la structure. D’autre part, un messianisme qui selon N. Poulantzas, sur-politise la théorie. On y perd la dimension heuristique de la théorie au profit d’un choix existentialiste du parti-pris, de la conception agonistique de l’engagement maoïste dans un combat face à une contradiction principale, selon le vocable maoïste, bien identifiée mais sans fondement théorique. Enfin, peut-être, derrière tout cela, et l’apparente rigueur structuraliste more geometrico, il souffre d’un « pluralisme éclectique45 » incarné par la notion de « structure-à-dominante ». Ici, N. Poulantzas pointe l’arbitraire létal d’un structuralisme dépendant d’a priori, sapant le fondement scientifique de la théorie et la ramenant à un pari subjectif. Et N. Poulantzas ose le crime de lèse-majesté française, il a lu d’autres Italiens que A. Gramsci, précisément ses critiques : Galvano della Volpe46 et Lucio Colletti47, dont la rigueur analytique n’a pas à rougir face à celle de L. Althusser. Il suggère à ce dernier de s’en inspirer tant leur conception de la coupure épistémologique lui paraît plus fine, d’autant plus qu’ils ont saisi l’importance, épistémologique comme politique, du concept d’autonomie relative des superstructures48. A la fin de cette correction du correcteur, il semble que ce soit un match nul prolifique entre le leader et le contender ; or le doctorant étranger ayant remis le directeur français à sa place, ils peuvent désormais parler d’égal à égal.

Quand l’élève devient le maître : N. Poulantzas correcteur de L. Althusser

  • 49 Tout ce qui suit, sauf contre-indication, est issu de la lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althuss (...)
  • 50 A. Gorz (1923-2007), philosophe qui fut d’abord un disciple de l’existentialisme sartrien. Au cours (...)

15Une fois le manuscrit de N. Poulantzas enfin publié en 1968, après une année de dure tractation et de menaces à peine voilées, il est stupéfait par le manuscrit d’Althusser sur la reproduction, lequel semble improvisé – il s’agit du brouillon de son futur article sur les AIE. N. Poulantzas y relève des emprunts in extenso de ses manuscrits, y compris dans ce que L. Althusser y avait censuré, tout en étant très rarement cité49. Il éructe avec le sentiment d’avoir été floué, comme si son directeur de conscience avait pillé son étudiant naïf. Pour N. Poulantzas il s’agit d’« une justification indirecte de thèses justes que j’ai été pendant quatre ans le seul entre nous à soutenir sans failles. TU LES AS DANS TES ECRITS constamment et systématiquement occultées et oubliées ». Malgré tout, N. Poulantzas renchérit sur le bienfait de la lutte althussérienne contre les réformistes de la Nouvelle Gauche, les « Serge Mallet et autres connards », parmi lesquels il mentionne A. Gorz50. N. Poulantzas se livre dans ce cas à une surenchère radicale dans la haine envers les libéraux, modernistes, de gauche qui était l’obsession de L. Althusser, dans sa propre critique de N. Poulantzas, soit les inspirateurs théoriques de la Nouvelle Gauche, du PSU et de la CFDT. On ne sait s’il est là dans le pastiche détaché ou l’identification éprise du langage de son maître. Toutefois, c’est au tour de l’élève N. Poulantzas de donner une bonne leçon au maître L. Althusser.

  • 51 C. Bettelheim (1913-2006) est un économiste influent par ses thèses (radicales, critiques de l’impé (...)
  • 52 M.-A. Macciocchi (1922-2007), journaliste issue du PCI avant d’entrer en dissidence maoïste après 1 (...)

16D’abord sur le fond. L. Althusser méconnaît et méprise la lutte de classes réelle, et ne dit rien de la question du temps de travail à diminuer, de la lutte des immigrés à appuyer et du fordisme à questionner. Son rejet de l’économisme conduit à un dédain pour l’économie, or la nécessaire critique de celle-ci est le fondement d’une orthodoxie marxienne conséquente. Tout ce que L. Althusser écrit à ce sujet n’est, selon la pique acerbe de N. Poulantzas, que « formules vides et creuses, d’une inanité exemplaire, bref des mots ». Si L. Althusser avait corrigé les erreurs de N. Poulantzas, le couvrant d’opprobre, c’est au tour de ce dernier de traquer ce qu’il appelle des « bévues mémorables ». Lui l’orthodoxe, qui se veut plus puriste que K. Marx ou V. I. Lénine, serait incapable d’articuler théoriquement lutte économique et politique. Cela ne déboucherait que sur du gauchisme vain, puéril, une « insurrectionalisation » de la lutte à la façon des jeunes maoïstes de l’UJCML qu’il parraine, non sans embarras en tant que philosophe encarté au PCF. N. Poulantzas jubile, jouant avec ironie au professeur : « tu es sans aucun doute possible sur la bonne voie et il serait infiniment dommage d’en rester là » pointant ses maigres incartades sur les errements de la ligne du PCF, dont L. Althusser reste un militant. Sur ce point d’ailleurs, sa timidité dans l’analyse théorique se double d’une légèreté coupable pour N. Poulantzas. En effet, quand L. Althusser critique l’« action parlementaire-électorale » du PCF, il l’accuse d’être un AIE reproduisant la « domination idéologique de la bourgeoisie ». N. Poulantzas raille cette hardiesse incongrue consistant à oser faire du PCF un AIE de l’État bourgeois. Si L. Althusser ne formule qu’à demi-mot le fond de sa pensée et peine à l’assumer, celle-ci a sa cohérence : le PCF et la gauche adhèrent à l’idéologie dominante par leur foi dans l’école humaniste et l’État social, le républicanisme jacobin interclassiste, ce qu’il confie en secret à ses camarades maoïstes plus âgés comme Charles Bettelheim51 et Maria-Antonietta Macciocchi52. Quant à N. Poulantzas, il est passé par le désenchantement envers son maître. Il se demande si tout cela n’est pas un appel voilé à construire une formation extra-parlementaire à l’italienne, autonomiste et clandestine, si ce n’est de lutte armée, et rappelle que cela va « ravir aux nues les gauchistes ! »

  • 53 J.-A. Miller (1944-…), agrégé de philosophie et élève de L. Althusser avant de se séparer de son ma (...)

17Sur la forme, N. Poulantzas ne va pas se priver d’une petite revanche culturelle. D’abord sur le style, alors que L. Althusser avait critiqué le caractère gauche et ampoulé du style poulantzassien, son élève corrige le caractère factice de ses expressions populistes et peu appropriées à un texte théorique. Ainsi en est-il des foucades, légèrement réactionnaires, contre les jeunes de 68, ces « jeunes et beaux messieurs, leurs voitures de sport de papa-maman ». Il le supplie de ne pas généraliser le cas de ses élèves avec qui il règle des comptes, en l’occurrence Jacques-Alain Miller53, dans un « amalgame insultant » pour toute la jeunesse, sans aucun début d’analyse sociologique. Ensuite, avec justesse, N. Poulantzas trouve le texte perspicace sur le cas d’espèce français, avec son État puissamment original, mais guère valable dans les dynamiques générales de l’Occident capitaliste. Il est gallocentré selon ses termes, en fait victime de l’idéologie juridique française, avec son droit érigé en système codifié, ce que n’est pas le droit anglo-saxon, ni le droit allemand bien étudié par Friedrich Engels dans des textes non-traduits qu’ignore L. Althusser. Une revanche cruelle, puisque L. Althusser reprochait à N. Poulantzas d’être esclave de l’idéologie juridique bourgeoise en général. Le maître ulmien souffre donc de ce provincialisme si français, que L. Althusser raillait pourtant dans sa préface à Pour Marx, et une vraie étude comparée manque cruellement à L. Althusser qui ne produit qu’une généralisation abusive à partir de sa propre position singulière.

  • 54 La note est la suivante : « Gramsci est, à notre connaissance, le seul qui se soit avancé sur la vo (...)

18En fin de compte, ce que N. Poulantzas trouve le plus intéressant dans le texte de L. Althusser sur les AIE, il pense que A. Gramsci l’avait déjà découvert, de façon plus subtile et riche. Une revanche triomphale pour N. Poulantzas face à un L. Althusser qui lui avait demandé de renier son gramscisme. C’est bien l’élève qui suggère au maître de lire A. Gramsci, les passages sur les organisations généralement vues comme privées (Eglise, partis, écoles, syndicats), mais que A. Gramsci conçoit comme « faisant partie de l’État, organisant l’hégémonie, ie selon lui le consentement, ie comme AIE ». Alors, N. Poulantzas lui fait comprendre qu’il serait bon de se corriger sans se renier. L. Althusser serait ici moins provincial que malhonnête par omission, cherchant à se prévaloir d’une découverte déjà connue ailleurs et depuis quelques décennies. Il demande que L. Althusser ajoute au moins « une note », laquelle préciserait que « Gramsci, dans son optique à lui, avait pourtant levé un lapin là, vu le problème ». L. Althusser le fera dans une petite note, en effet, dans son article final, un mince tribut rendu. C’est ce codicille proposé par son élève N. Poulantzas qui induit tant de lecteurs en erreur, croyant voir dans l’article sur les AIE une exégèse gramscienne dans ce qui était, à l’origine, un réquisitoire, si ce n’est contre A. Gramsci, en tout cas contre les gramsciens de son temps. Ce qui est remarquable, c’est que L. Althusser reprendra presque au mot près la note que suggérait N. Poulantzas dans son article, l’ajoutant à son manuscrit d’où A. Gramsci était absent54. Il suffit alors à N. Poulantzas de renvoyer L. Althusser à ses chères études, y compris pour affiner sa conception aussi gauche que gauchiste du Parti communiste. Il lui propose donc de relire les passages sur « mon ô cher combien prince collectif », autrement dit les notes de A. Gramsci sur ce que devrait être un Parti communiste authentiquement révolutionnaire et réaliste. Une opportunité pour critiquer le PCF stalinien par la gauche sans verser dans le gauchisme maoïste, péché mignon de son maître qu’il pointe alors, sans rancune, mais avec une ironie toute jouissive. N. Poulantzas semble avoir retrouvé son âme, trouvé son style, incisif et rieur, sérieux et léger à la fois.

Poulantzas juge de Nicos… et ses contemporains juges de N. Poulantzas

  • 55 N. Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales, op. cit., pp. 53-54
  • 56 Ibid., p. 58.

19À lire sa correspondance de 1969, il semble que N. Poulantzas se soit enfin libéré de L. Althusser, qu’il ait retrouvé sa propre voix et le début d’une voie à lui. Il parle à la première personne, « Nicos », comme il signe, redevient sujet, et non pas l’objet du désir du maître. Cette sorte de catharsis tant attendue, elle ne vient pas du maître, mais de lui-même. Sauf que le drame existentiel se referme sur lui. Il a déjà publié Pouvoir politique et classes sociales corrigé par L. Althusser, le voilà objectivé selon la hantise sartrienne, et il porte sur lui l’image de l’althussérien modèle, pour les autres. Le premier tome c’est en effet le « Poulantzas » de L. Althusser qui juge le jeune « Nikos », et où l’auteur écrit de façon ventriloque. Une autocritique permanente de toutes ses erreurs de jeunesse, dans un style pesant, un ralliement sans réserve aux thèses althussériennes critiquant l’historicisme gramscien. Il règle ses comptes, un par un, avec les concepts gramsciens, suivant à la lettre les directives althussériennes. Pourtant, dans le second tome, se révèle soudain comme un autre texte, comme s’il n’avait pas été retouché, celui-ci, par L. Althusser. C’est Nikos qui commence à poindre, qui semble essayer de se faire entendre, avec originalité, vivacité et audace parfois. A partir du concept d’hégémonie, celui-là même qu’il critique vigoureusement dans le premier tome, il élabore alors ses propres concepts qui firent florès dans la CFDT ou le PS : celui de « bloc au pouvoir » réunissant des « fractions dominantes » et surtout une « pluralité de classes et fractions »55. Cela ne va pas sans contradictions qui confinent à la confusion, en cherchant à concilier l’inconciliable de sa matrice composite, althusséro-gramscienne. Ainsi en est-il lorsqu’il définit le bloc au pouvoir comme « unité contradictoire particulière des classes ou fractions de classe politiques dominantes, dans son rapport avec une forme particulière de l’État capitaliste56 ». On ne peut qu’être interloqué par une formule qui, à ce niveau de généralité et sans clarification rigoureuse et non-contradictoire dans la définition des termes, veut tout et rien dire à la fois.

  • 57 Poulantzas Nicos, Les classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, Paris, Seuil, 1974.
  • 58 Poulantzas Nicos, Fascisme et dictature, Paris, François Maspero, 1970.
  • 59 Ce concept est mis en avant dans le livre Fascisme et dictature, qu’il dit emprunter à Gramsci. Dan (...)
  • 60 La formule est théorisée dans une réflexion sur la « crise d’hégémonie » en Europe occidentale (Pou (...)
  • 61 Ibid..
  • 62 Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, Presses Universitaires de France, 197 (...)

20Certes, l’œuvre de N. Poulantzas ne se réduit pas à cette œuvre pionnière où malgré tout, l’essentiel de sa pensée, de ses potentialités comme de ses contradictions, est déjà là. En dix ans, avant sa mort tragique, il écrit beaucoup et essaie de confronter sa pensée théorique au réel, à l’épaisseur des sociétés occidentales en mutation, prises dans un cadre de plus en plus globalisé, comme à la crise du politique et de la logique de compromis des États européens. Il serait vain, et peu à propos, de discuter chacun de ses livres. D’une part, un essai de synthèse sur les mutations des classes sociales dans le capitalisme des Trente Glorieuses, où il identifie le nœud des contradictions politiques et sociales dans les classes moyennes, la petite-bourgeoisie, les couches intellectuelles57. D’autre part, une réflexion inquiète et aiguë sur les relations entre capitalisme et fascisme, dictature et consentement, dans la genèse de l’État contemporain, y compris de l’État-providence ou libéral58. Ces deux volumes, qui s’intéressent à des enjeux concrets, pointent les contradictions de l’État capitaliste, libéral et démocratique, et la difficulté à proposer une alternative socialiste démocratique, qui puisse faire obstacle à la possibilité du fascisme en temps de crise. Deux formules l’obsèdent, celle critique et radicale d’un « équilibre catastrophique »59 » dans la crise d’hégémonie du bloc au pouvoir qui ouvre la voie à une réaction brutale, néo-fasciste. L’autre plus modérée et constructive perçoit l’État comme une « condensation matérielle du rapport de forces »60 social, avec la possibilité d’une transformation progressiste de la société. Sa dernière œuvre cristallise toutes ses inquiétudes, synthétise les potentialités de son œuvre tout comme elle révèle ses propres contradictions. Elle naît du contexte de la crise de l’État qu’il étudie comme un moment décisif et incertain61, celle de l’État-providence et de la crise capitaliste de 1973 et l’hypothèse d’une révolution conservatrice à l’horizon et d’une mutation néo-libérale. Ce texte, L’État, le pouvoir et le socialisme62, envisage un début de changement de paradigme, en élargissant la conception de l’État et du pouvoir, au-delà du politique stricto sensu, en dialoguant avec M. Foucault. Son hypothèse est celle d’un pouvoir qui ne se limite pas à un État condensant les rapports de force sociaux et les arbitrant mais qui à la fois gouverne la société, la réagence, voire la crée, en multipliant les instances de contrôle social.

21La matrice de la pensée de N. Poulantzas comme son évolution au cours des années 1970 ont globalement reçu une fin de non-recevoir à la fin de la décennie, en France.

  • 63 Il est frappant de lire la lettre de C. Buci-Glucksmann à L. Althusser, 22 juillet (1970), Archives (...)
  • 64 L’eurocommunisme proposait une révision du communisme orthodoxe, notamment influencé par les thèses (...)
  • 65 L’opposition de ces deux lignes est théorisée en 1977 par Patrick Viveret et P. Rosanvallon, issus (...)

22Sur le plan politique, il a essayé avec son amie Christine Buci-Glucksmann63 de définir un eurocommunisme de gauche, c’est-à-dire un ensemble transpartisan s’étalant de l’aile-gauche du PS et de la CFDT, aux réformateurs du PCF, voire de la LCR et du PSU64. Une voie réaliste d’investissement et de transformation de l’État, adaptée aux sociétés occidentales, à partir d’une critique radicale du capitalisme productiviste et d’un reflet des mutations des nouvelles classes moyennes. Ce processus fut bloqué par le PCF en 1977, évacuant l’hypothèse d’un eurocommunisme à la fois réformateur et radical. Si une partie du PS la reprit, ce fut essentiellement pour se distinguer de la ligne frustre du PCF. Toutefois dès 1977, l’opposition entre courants dits néo-jacobins du CERES chevènementiste et néo-girondins des Rocardiens des Assises du socialisme et de la CFDT, avec l’apport théorique de Pierre Rosanvallon et Alain Touraine, ne laisse aucune place pour la via media de N. Poulantzas65.

  • 66 H. Weber (1944-2020), politologue de formation et enseignant à Vincennes, adhérant à l’UEC puis à l (...)
  • 67 Poulantzas Nicos, « L’État et la transition au socialisme. Interview de Nicos Poulantzas par Henri (...)
  • 68 Entretien avec Henri Weber, 26 octobre 2016, Paris-Solférino.
  • 69 A. Adler (1950-…), historien de formation, normalien et agrégé, il devient un proche de L. Althusse (...)
  • 70 ALT 2 26-02.03 – Sur l’État, 9 ff, dactyl (1976-1977 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen.
  • 71 Entretiens avec Pierre Birnbaum, 17 avril 2018 et Henri Weber, 26 octobre 2016.

23Paradoxalement, dans la gauche radicale, le soupçon althussérien se retrouvera chez les théoriciens de la LCR, comme Henri Weber66. Il réalise un entretien avec N. Poulantzas, pour la revue de la LCR Critique communiste, en 1977 où ce dernier expose en avant-première ses thèses sur l’État, le pouvoir et le socialisme67. H. Weber essaie de débusquer le réformisme de N. Poulantzas derrière la radicalité de son discours, son retour à une social-démocratie conventionnelle, la soumission du mouvement social aux organes de l’État représentatif au lieu de contester frontalement le pouvoir. Avec le recul, H. Weber confesse avoir voulu « le pousser dans ses retranchements, je cherche à savoir ce qu’il a dans le ventre » sur la question de la démocratie directe et démocratie représentative. Il perçoit un N. Poulantzas « pas clair sur ces questions, tiraillé ». Il en tire la conclusion que l’eurocommunisme de N. Poulantzas n’est qu’un « ersatz de la social-démocratie allemande, un petit ersatz » et paradoxalement, cela rapprochera H. Weber de la social-démocratie68. Ce qui est frappant alors est la convergence entre théoriciens althussériens et trotskistes de la LCR sur leur critique de la même formule de N. Poulantzas : l’État condensation matérielle d’un rapport de force. H. Weber souligne que c’est stricto sensu une reprise de Jean Jaurès et Karl Kautsky, c’est exactement ce que note L. Althusser dans un manuscrit de 1977, visiblement partagé avec Alexandre Adler69, et qu’il qualifie de la « plus grande sottise » en citant V. I. Lénine70. Entre 1977 et 1979, N. Poulantzas essaiera de faire vivre sa ligne au sein d’un think tank, d’un cercle de pensée au nom de « Mélusine », regroupant la plupart de ses collègues de l’université de Vincennes. On y retrouve des théoriciens originaux de la LCR (Jean-Marie Vincent, H. Weber), dissidents du PCF (C. Buci-Glucksmann, Catherine Clément) et autres électrons libres gravitant autour du PS mais opposés entre néo-jacobins (Régis Debray) et néo-girondins (p. Viveret, Pierre Birnbaum). Le groupe espère conseiller le futur gouvernement de gauche et l’orienter dans une perspective à la fois radicale et réaliste. Toutefois, il se divise en interne, peine à produire une ligne concrète et se réduit à l’impuissance. Et de l’avis de ses membres, le suicide de N. Poulantzas en 1979 marque la fin de cette utopie intellectuelle et politique, le théoricien grec en étant l’âme et l’esprit71.

  • 72 La première trace se trouve dans une conférence donnée par Stuart Hall à l’Association britannique (...)
  • 73 Hall Stuart, « Nicos Poulantzas State, Power, Socialism », New Left Review, no 119, 1980, p. 60-69. (...)

24Finalement, celui qui proposa la critique compréhensive, nuancée mais engagée, de la dernière œuvre et de toute la trajectoire de N. Poulantzas se trouve hors de France. L’étrangeté de l’étranger N. Poulantzas, sa façon de faire éclater les champs disciplinaires, sa radicalité cherchant à changer le réel, a exercé une influence sur Stuart Hall. Il est important de noter qu’au point de départ de la réflexion de S. Hall sur le rapport entre idéologie et culture, et les médias comme « appareil idéologique », se trouve l’étrange lecture que L. Althusser fait de l’œuvre d’A. Gramsci, avec le concept d’Appareil idéologique d’Etat72. Pour autant, dans le texte de 1980 où Stuart Hall fait la critique du dernier livre de Poulantzas, L’État, le pouvoir, le socialisme, mais en profite pour revenir sur toute la vie et l’œuvre de Poulantzas, on peut dire qu’in fine Hall prend le parti de Poulantzas contre Althusser, et que les critiques qu’il lui adresse se centrent sur des résidus althussériens non-résolus, et dont Hall à ce moment précis cherche à se départir73. L’éloge post-mortem de S. Hall en dit beaucoup sur les contradictions mais aussi les potentialités ouvertes par le travail de N. Poulantzas.

25À la mort de ce dernier, le théoricien de Birmingham en fait un repère pour penser une nouvelle théorie critique articulée à un objectif d’activisme politique réaliste. Il offre un bilan lucide sur celui qui a gagné une « juste réputation de théoricien d’une stature exceptionnelle et d’une grande originalité ». S. Hall décèle bien des contradictions internes dans le travail de N. Poulantzas. Les dilemmes d’un homme qui se débat avec le structuralo-fonctionnalisme de matrice althussérienne, cherchant à retrouver ses propres origines gramsciennes. Ce qu’il identifie comme une tension entre la structure et la pratique, qui tendent à devenir antinomiques, clairement chez L. Althusser, n’est pas résolue chez N. Poulantzas selon S. Hall, et n’est que renforcée par ce qu’il appelle le formalisme de l’exposition, lui aussi hérité de L. Althusser. Ce qui l’a sauvé partiellement de l’impasse althussérienne, ce sont ses travaux ultérieurs sur l’impérialisme, la crise des dictatures fascistes, la société capitaliste dans sa mutation post-moderne, comme un retour aux contradictions du réel. Ses travaux sont plus clairs dans leur exposition, touchent au concret des rapports sociaux, mais Hall convient que jamais ce formalisme emprunté à Althusser n’est abandonné, jamais une analyse concrète d’une situation prise dans sa spécificité conjoncturelle n’est poussée jusqu’au bout. S. Hall, toutefois, loue ses premiers travaux comme des interventions théoriques de premier plan, identifiant justement le « rôle de l’État dans l’organisation du bloc au pouvoir et la désorganisation des classes dominées ». Cette formule poulantzasienne, qui irritait déjà Althusser en 1966-1967, suscitait son mépris en 1976-1977, n’y voyant qu’un ersatz social-démocrate dans le moment eurocommuniste, Hall tend à la faire sienne. Le théoricien eurocommuniste grec aurait eu le mérite d’avoir essayé d’offrir un statut théorique plus systématique à l’œuvre de A. Gramsci et son concept d’hégémonie, ce qu’Althusser par ailleurs appelait de ses vœux dès les années 1960. Cependant, N. Poulantzas ne se départit pas d’un rapport ambivalent, hérité encore de L. Althusser, à un A. Gramsci loué et critiqué dans un même geste. C’est sur ces dernières pistes de recherche que S. Hall s’appuie. La déconstruction du concept de classe moyenne et sa division entre vieilles et nouvelles classes moyennes lui paraît féconde. Sur son intégration de la question de la matérialité du pouvoir, dans un dialogue avec M. Foucault, S. Hall rejoint encore une fois plutôt N. Poulantzas. Selon S. Hall, N. Poulantzas voit juste à ne pas tomber dans l’idée d’une « multiplicité de micro-pouvoirs », qui ouvre la porte à la glose des nouveaux philosophes et au paradigme néolibéral. S. Hall soutient N. Poulantzas dans son insistance sur ce qu’il appelle la matérialité institutionnelle de l’État, défini par sa condensation matérielle de rapports de force, qui fit également une forte impression à P. Bourdieu dans les années 1980.

26Pour le théoricien britannique, N. Poulantzas reste toutefois pris dans ses propres contradictions, pris entre la quête constante d’une « droiture et d’une orthodoxie » nominale et la « confluence sélective » et éclectique théoriquement qui sape sa propre théorie. Cela fait écho à d’autres contradictions chez Poulantzas, celles entre sa vie et sa théorie, et au rapport non-résolu à l’héritage de son père adoptif théorique. Cela étant, pour S. Hall, N. Poulantzas est à sauver. Car il a eu cette prescience des combats des années 1980, de ce monde post-moderne dont la face monstrueuse voit le jour non à Paris mais dans le monde anglo-américain. En effet, il a senti la dérive vers un étatisme autoritaire issu de la crise du capitalisme, un renouvellement qui donnera lieu au néolibéralisme thatchérien combinant démolition de l’État social et populisme autoritaire. Dans cette autopsie du cadavre théorique poulantzassien, qui ne fut jamais menée jusqu’au bout en France, on retrouve donc un jugement d’une grande lucidité sur les apports et contradictions de N. Poulantzas.

Haut de page

Bibliographie

Althusser Louis, Pour Marx, Paris, François Maspero, 1965.

Althusser Louis, Balibar Étienne, Establet Roger, Macherey Pierre et Rancière Jacques, Lire le Capital, Paris, François Maspero, 1965.

Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État (notes pour une recherche) », La Pensée, no 151, 1970, p. 3-38.

Baudelot Christian et Establet Roger, L’école capitaliste en France, Paris, François Maspero, 1972.

Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970.

Hall Stuart, « Nicos Poulantzas State, Power, Socialism », New Left Review, no 119, 1980, p. 60-69.

Hall Stuart, « Deviancy, politics and the media », Discussion Paper at University of Birmingham, 1973, p. 39-41.

Lindenberg Daniel, Choses vues : une éducation politique autour de 1968, Paris, Bartillat, 2008.

Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, Presses Universitaires de France, 1978.

Poulantzas Nicos, La crise des dictatures : Portugal, Grèce, Espagne, Paris, François Maspero, 1975

Poulantzas Nicos, Les classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, Paris, Seuil, 1974.

Poulantzas Nicos, Fascisme et dictature, Paris, François Maspero, 1970.

Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, Paris, François Maspero,1968.

Poulantzas Nicos (Éd.), La crise de l'État, Paris, Presses Universitaires de France, 1976.

Poulantzas Nicos, « L’État et la transition au socialisme. Interview de Nicos Poulantzas par Henri Weber », Contretemps, 2016 [1977] [En ligne].

Poulantzas Nicos, « Préliminaires à l’étude de l’hégémonie dans l’État », Les Temps modernes, no 234, 1965, p. 862-896.

Poulantzas Nicos, « Préliminaires à l’étude de l’hégémonie dans l’État (fin) », Les Temps modernes, no 235, 1965, p. 1048-1069.

Viveret Patrick et Rosanvallon Pierre, Pour une nouvelle culture politique, Paris, Seuil, 1977.

Haut de page

Notes

1 Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, Paris, François Maspero,1968.

2 Roger Garaudy (1913-2012) était après-guerre le philosophe officiel du PCF, sur une ligne orthodoxe, avant de devenir au cours des années 1960 un dissident dit révisionniste, soit révisant la théorie marxiste orthodoxe, s’inspirant des thèses italiennes et de la Nouvelle gauche française. Il sera exclu du PCF après 1968 et ses thèses sur le nouveau bloc historique seront reprises publiquement par Mitterrand lors de la fondation du nouveau PS au Congrès d’Epinay.

3 Serge Mallet (1927-1973), sociologue du monde ouvrier connu pour sa théorisation de la Nouvelle classe ouvrière selon son livre daté de 1963. Il y oppose alors une classe ouvrière nouvelle – essentiellement des techniciens, ingénieurs et cadres issus de la production, capables de proposer une autre logique productive et une alternative socio-économique –à la vieille classe ouvrière, des OS aux ouvriers statutaires corporatistes, défendus par la gauche syndicale (CGT [Confédération générale du travail]) et politique (PCF), soumis à la logique productiviste. D’abord militant du PCF après-guerre, puis dissident, il sera un des théoriciens du PSU.

4 Le PSU était le parti dit de la nouvelle gauche, rompant avec la gauche traditionnelle, la SFIO (Section française de l’internationale ouvrière) et le PCF, faisant converger oppositionnels communistes, chrétiens progressistes ou socialistes de gauche. En 1967 s’y côtoient une aile radicale, où on retrouve le jeune maoïste Alain Badiou, et une autre plus modérée, avec le socialiste chrétien Michel Rocard.

5 On retrouve cette position peu claire dans les souvenirs d’Alain Lipietz, un des théoriciens de l’écologie politique en France et alors membre de l’aile-gauche du PSU, Pour A. Lipietz, ce qui se disait dans ces milieux de gauche alternative en France était ironique sur son positionnement ambivalent : « il était militant français en Grèce et militant du KKE en France ». Entretien avec Alain Lipietz, 5 octobre 2016, Villejuif.

6 Daniel Lindenberg évoque un « intellectuel grec au verbe haut et direct » qu’il voit dans ses salons comme « encore sartrien mais en train, comme nous tous, d’évoluer vers le structuralisme et plus précisément le camp althussérien » (Lindenberg Daniel, Choses vues : une éducation politique autour de 1968, Paris, Bartillat, 2008, pp. 53-55).

7 Poulantzas Nicos, « Préliminaires à l’étude de l’hégémonie dans l’État », Les Temps modernes, no 234, 1965, p. 862-896 ; Poulantzas Nicos, « Préliminaires à l’étude de l’hégémonie dans l’État (fin) », Les Temps modernes, no 235, 1965, p. 1048-1069.

8 Althusser Louis, Pour Marx, Paris, François Maspero, 1965.

9 Althusser Louis et al., Lire le Capital, Paris, François Maspero, 1965.

10 Le Comité Central d’Argenteuil du PCF était censé trancher les débats internes entre intellectuels du PCF, opposant la ligne moderniste de Garaudy et celle intransigeante de L. Althusser. Elle accouche sur une relative libéralisation culturelle du PCF, tolérant les débats internes tout en se méfiant de ses deux lignes extrêmes.

11 Paul Boccara (1932-2017), économiste et agrégé d’histoire, théorise ce qui sera la ligne économique du PCF après 1966 puis du Programme Commun, à partir d’une critique de la fusion du capitalisme monopoliste et de l’appareil d’État en France. Il propose une alternative keynésiano-marxiste consistant pour la gauche à investir l’appareil d’État et changer la politique économique en un sens anti-monopoliste

12 Voir la lettre de L. Althusser à A. Badiou, 19 mai 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2.C1-02 où se fomente un groupe clandestin, d’inspiration maoïsante, un pied dans le PCF, un pied dans le PSU.

13 Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État (notes pour une recherche) », La Pensée, no 151, 1970, p. 3-38.

14 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, fin 1965/début 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.

15 Jean-Paul Dollé (1939-2011) est un philosophe agrégé qui s’engage d’abord dans les courants de gauche de l’UEC avec ses amis Pierre Goldmann et Bruno Queysanne. De sensibilité nietzschéenne, sa radicalité va à la fois le rapprocher de la fondation des jeunesses maoïstes en 1966 (l’UJCML) mais sur une ligne spontanéiste, libertaire.

16 Robert Linhart (1944-…), philosophe agrégé formé à l’ENS sous la tutelle de L. Althusser, il est un des fondateurs de l’UJCML maoïste avant de rejoindre la Gauche prolétarienne (GP), mao-spontanéiste et de théoriser le mouvement des Etablis qu’il met en pratique en travaillant et militant pendant une année comme ouvrier spécialisé à Renault-Billancourt.

17 L’UJCML naît en 1966 comme une scission maoïste de l’UEC dont la crise entre 1963 et 1965 avait opposé une direction pro-italienne, suivant la ligne plutôt réformiste du PC italien, avec une direction alternative soutenue par le PCF, alors qu’une aile-gauche composite se formait. Cette gauche comprenait une fraction trotskiste plutôt proche des Italiens, qui donnera naissance à la future JCR (Jeunesse communiste révolutionnaire) puis LCR (Ligue communiste révolutionnaire), et une autre maoïste, qui avait mené une alliance tactique avec le PCF avant de s’en séparer radicalement.

18 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03

19 Ibid.

20 Note à Nicos, sans date (1965-1966 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.

21 Ibid.

22 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, 23 février 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C1-bis.

23 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, 14 avril 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C1-bis.

24 La question de l’italianisme doit se comprendre dans la séduction qu’exerce le PC italien, inspiré par A. Gramsci et dirigé par Palmiro Togliatti, sur une partie de la nouvelle gauche française qui l’oppose au PCF. Le PCI est censé proposer une ligne réformatrice plus réaliste, communiste mais libérale, ouverte aux intellectuels.

25 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, 23 février 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C1-bis.

26 Lettre de Louis Althusser à Etienne Balibar, mai 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C1-bis.

27 Ibid.

28 Entretien avec Etienne Balibar, 13 juin 2018.

29 Sans détailler l’ensemble de ces lettres, on peut se référer à la lettre d’amour, au ton parfois hallucinatoire, de M. Foucault à L. Althusser, à la lecture de Lire le Capital, où il admet au moins quatre points sur lesquels il a une dette envers son maître : l’autonomie du théorique, l’identification de l’invisible des problèmes, la question de la coupure historique, et la spécificité du « penser » au sens heideggérien. Sur tous ces points, la critique althussérienne de l’historicisme et de l’humanisme lui semble primordiale. Lettre de Michel Foucault à Louis Althusser, 24 janvier 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2 6-05.02.

30 Cette critique radicale de l’idéologie « libérale » italienne prégnante au sein de l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) et de l’UEC, soit les prémisses du mouvement étudiant qui se révèlera dans l’action en 1968, mais aussi du PSU, il l’exprime à plusieurs reprises à son ami Michel Verret, sociologue communiste, toujours dans les mêmes termes, avec toujours la même obsession : faire la critique d’une idéologie qui tient lieu de théorie. Une quête de 1958 à 1968, qu’il réactive par sa critique du libéralisme libertaire du mouvement de mai 1968 et qui donne lieu à son article sur les AIE. Voir notamment Lettre de Louis Althusser à Michel Verret, 22 janvier 1964, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C7-02.

31 Il illustre cet embrochage conceptuel en déconstruisant tout l’édifice théorique gramscien et finit justement par condamner A. Gramsci en le prenant par son épistémologie jugée à la fois relativiste, sceptique et pragmatique (L. Althusser, Lire le Capital, op. cit., p. 166).

32 Tout ce qui suit est, sauf contre-indication, issu de la Note à Nicos, sans date (1965-1966 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03 ?

33 L. Althusser et P. Bourdieu mènent alors en 1966 un travail commun sur l’école, impliquant également Roger Establet, Christian Baudelot et Jean-Claude Passeron, partant de l’hypothèse que cette institution est un appareil de reproduction de l’idéologie dominante et des rapports sociaux. Si le binôme se scinde dès 1967, il donne lieu à des travaux où on retrouve encore ce parallélisme de la recherche, cette même base commune : la note sur les AIE de L. Althusser et l’essai sur la reproduction de P. Bourdieu et J.-C. Passeron en 1970 (Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970), puis le livre de C. Baudelot et R. Establet sur l’école capitaliste en France, en 1972 (Baudelot Christian et Establet Roger, L’école capitaliste en France, Paris, François Maspero, 1972).

34 Lettre de Nicos Poulantzas à André Gorz, 6 mars 1964, Archives Gorz, IMEC, Caen, 371GRZ/40/1.

35 Guy Besse (1919-2004), philosophe matérialiste très orthodoxe dans le PCF, qui sera même le censeur inquiet de l’œuvre de A. Gramsci dans le PCF en 1959. Frustré de ne pas avoir eu la carrière universitaire, le cursus normalien, qu’il pouvait légitimement viser, il fait preuve d’une méfiance certaine envers les intellectuels établis dans les institutions et les idéologies à la mode, idéalistes et pragmatiques selon lui, notamment celles social-libérales de la nouvelle gauche.

36 Lettre de Louis Althusser à Guy Besse, 25 juillet 1965, Archives Althusser, IMEC, Caen, Correspondance particulière.

37 « Sur l’État », 9 ff, dactyl (1976-1977 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT 2 26-02.03, où Althusser revient sur les fondements philosophiques de sa conception des AIE.

38 Benny Lévy (1945-2003), philosophe agrégé formé à l’ENS par L. Althusser, un des fondateurs de l’UJCML puis de la GP avec R. Linhart. Il devient par la suite le secrétaire personnel de J.-P. Sartre, avant de faire une transition politiquement du maoïsme au judaïsme orthodoxe, et intellectuellement de V. I. Lénine à Emmanuel Levinas.

39 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 1966, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.

40 R. Establet (1938-…), agrégé de philosophie, formé à l’ENS sous la direction de L. Althusser, participant au volume collectif Lire le Capital. Il s’oriente dès le milieu des années 1960 vers la sociologie de l’éducation, dans un travail parallèle à celui de P. Bourdieu. À partir du paradigme théorique althussérien, il critique la reproduction scolaire dans l’ouvrage publié avec C. Baudelot.

41 Ibid.

42 Lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 5 octobre 1967, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.

43 Ibid.

44 Critique de Pour Marx par Nicos Poulantzas, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.

45 Ibid.

46 Galvano della Volpe (1895-1968), philosophe italien spécialisé en esthétique. Il tente d’explorer, surtout après 1945, une esthétique matérialiste rompant avec l’idéalisme de B. Croce, qui avait exercé une influence décisive sur A. Gramsci. Il entame dans cette perspective un dialogue avec la philosophie analytique, le néo-positivisme logique, le structuralisme ou l’empirisme sans se réduire à ces courants de pensée.

47 Lucio Colletti (1924-2001), philosophe italien, élève de G. Della Volpe, spécialisé dans la logique. Militant du PCI, il est un des penseurs de la « nuova sinistra » (nouvelle gauche) italienne. Il tend à proposer une philosophie rompant avec l’hégélianisme, dominant dans le gramscisme italien, et renouant avec une philosophie logique-analytique combinée avec un néo-empirisme critique, dans une lignée Aristote-Kant opposée à celle Platon-Hegel.

48 Ibid.

49 Tout ce qui suit, sauf contre-indication, est issu de la lettre de Nicos Poulantzas à Louis Althusser, 1969, Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C5-03.

50 A. Gorz (1923-2007), philosophe qui fut d’abord un disciple de l’existentialisme sartrien. Au cours des années 1960, il devient la tête pensante des Temps modernes, un penseur influent au sein de la CFDT y compris par son rôle de journaliste au sein du Nouvel observateur. Il commence à proposer une critique radicale du modèle productiviste, à partir des mutations de la classe ouvrière, des sociétés néo-capitalistes et de l’aliénation, qu’il ne cessera de radicaliser dans la décennie suivante.

51 C. Bettelheim (1913-2006) est un économiste influent par ses thèses (radicales, critiques de l’impérialisme et cherchant un mode de production alternatif au capitalisme occidental), tant dans les pays du Tiers-monde que dans la Nouvelle gauche française. Il adhère sans failles aux thèses maoïstes après 1966 et théorise en parallèle à L. Althusser la thèse des AIE, dénonçant la compromission du PCF avec ceux-ci en France. Yves Duroux, très proche d’Althusser, confie avoir joué le rôle d’« intermédiaire entre les deux, faisant circuler les textes autour des AIE » (entretien avec Yves Duroux, 19 juillet 2016).

52 M.-A. Macciocchi (1922-2007), journaliste issue du PCI avant d’entrer en dissidence maoïste après 1966, devenant une adhérente fervente à la Révolution culturelle maoïste dont elle diffuse les thèses en France. Elle sera aussi une collègue de N. Poulantzas à Vincennes, dans le même département de sociologie, non sans rivalités entretenues par les amis de L. Althusser. Alors que L. Althusser se fait le tuteur de M.-A. Macciocchi pour l’introduire en France, il lui confie sa « pensée de derrière » quant à son manuscrit sur les AIE : « c’est une bombe qui servira d’appui à la tienne. Un texte théorico-historique, politique à 100 %, sous prétexte de parler de la théorie marxiste de l’État, du droit, de la révolution, des rapports de production et tout le bordel ». Il confie alors que sa cible est à la fois le PCF et la révolte de mai 1968, intégrés respectivement sur le plan matériel et idéologique aux structures des appareils d’État occidentaux. Voir Lettre de Louis Althusser à Maria-Antonietta Macciocchi, 4 avril 1969, Archives Althusser, IMEC, Caen.

53 J.-A. Miller (1944-…), agrégé de philosophie et élève de L. Althusser avant de se séparer de son magistère, en devenant psychanalyse et disciple de Jacques Lacan, suscitant des rivalités personnelles. Il intègre les groupes de la jeunesse maoïste après 1966 à l’instar de R. Linhart et Jean-Paul Dollé, sur une ligne antagoniste à celle du PCF.

54 La note est la suivante : « Gramsci est, à notre connaissance, le seul qui se soit avancé sur la voie que nous empruntons. Il a eu cette idée, que l'État ne se réduisait pas à l'appareil (répressif) d'État, mais comprenait, comme il disait, un certain nombre d'institutions de la société civile : l'Église, les Écoles, les syndicats, etc. Gramsci n'a malheureusement pas systématisé ses intuitions, qui sont restées à l'état de notations aiguës, mais partielles (cf. Gramsci : Œuvres choisies, Paris, Éditions sociales, pp. 290, 291 (note 3), 293, 295, 436. Cf. Lettres de la Prison, Éditions sociales, p. 313. » (L. Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’État (notes pour une recherche) », art. cit.)

55 N. Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales, op. cit., pp. 53-54

56 Ibid., p. 58.

57 Poulantzas Nicos, Les classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, Paris, Seuil, 1974.

58 Poulantzas Nicos, Fascisme et dictature, Paris, François Maspero, 1970.

59 Ce concept est mis en avant dans le livre Fascisme et dictature, qu’il dit emprunter à Gramsci. Dans le volume de 1970, il y perçoit, de façon quelque peu fataliste, encore sous l’influence du concept althussérien d’AIE, le moment critique du « processus de fascisation » menant à un « État d’exception » de type fasciste. À noter qu’en 1975, dans La crise des dictatures, après l’effondrement des dictatures d’Europe du sud, son utilisation du concept est plus nuancée voyant désormais l’État comme assurant l’« équilibre instable des compromis » (Poulantzas Nicos, La crise des dictatures : Portugal, Grèce, Espagne, Paris, François Maspero, 1975, p. 117) entre classes, laissant augurer tant une possibilité de transition social-démocratique qu’une fascisation de type nouveau, un « État d’exception » aux contours incertains.

60 La formule est théorisée dans une réflexion sur la « crise d’hégémonie » en Europe occidentale (Poulantzas Nicos (Éd.), La crise de l'État, Paris, Presses Universitaires de France, 1976, p. 38). Le texte apparaît comme une reprise, ajournée, potentiellement auto-critique de ses thèses de 1970, mais aussi une prise de distance nette avec la théorisation des AIE althussériens. L’État n’est ni Chose (instrumentale) ni Sujet (absolu), illusions propres à la social-démocratie comme au stalinisme y compris dans leurs analyses du fascisme, mais un rapport de forces tant intellectuel-idéologique que social-matériel, marqué par des « appareils d’hégémonie » potentiellement discordants, autonomes, dans lesquels il est possible de peser, de jouer des contradictions.

61 Ibid..

62 Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, Presses Universitaires de France, 1978.

63 Il est frappant de lire la lettre de C. Buci-Glucksmann à L. Althusser, 22 juillet (1970), Archives Althusser, IMEC, Caen, ALT2. C1-05, car on y retrouve des affinités électives évidentes entre la critique compréhensive du maître L. Althusser par C. Buci-Glucksmann et celle de N. Poulantzas.

64 L’eurocommunisme proposait une révision du communisme orthodoxe, notamment influencé par les thèses italiennes, pour trouver une voie réaliste vers la conquête du pouvoir en Occident, réconciliée avec la démocratie libérale. L’eurocommunisme de gauche dont N. Poulantzas et C. Buci-Glucksmann sont les principaux théoriciens en France dit se distinguer de l’eurocommunisme de droite, hérité de R. Garaudy, et repris par l’Union de la gauche en France, qui serait une simple stratégie opportuniste de conquête du pouvoir à partir de nouvelles alliances sociales. L’eurocommunisme de gauche porte une finalité ambiguë, à la confluence de la révolution culturelle maoïste, de l’alternative sociale-libérale en germination et d’un socialisme de gauche traditionnel. Il s’agit de concilier la valorisation authentique des nouveaux mouvements sociaux issus de mai 1968 avec une stratégie réformatrice, de transformation radicale des appareils d’État et des institutions éducatives.

65 L’opposition de ces deux lignes est théorisée en 1977 par Patrick Viveret et P. Rosanvallon, issus de la CFDT et influents dans le courant rocardien, social-libéral du PS (Viveret Patrick et Rosanvallon Pierre, Pour une nouvelle culture politique, Paris, Seuil, 1977). Elle se cristallise au congrès de Nantes du PS en 1977 opposant les jacobins du CERES de Jacques Chevènement, issu de la SFIO, centrés sur la question de la conquête d’État et de son utilisation pour une transformation socialiste, et les girondins menés par Michel Rocard, issus du PSU ou de la CFDT, des milieux chrétiens progressistes, qui valorisent la vitalité de la société civile face à un État centralisateur qui l’étouffe historiquement. Les deux courants manifestent un intérêt pour l’œuvre de N. Poulantzas au début des années 1970 mais s’en séparent alors. C’est le cas en particulier les néo-girondins, avec l’appui de A. Touraine, rival de N. Poulantzas comme de A. Gorz en tant que tuteur idéologique au sein de la CFDT, qui radicalisent l’opposition entre société civile et État.

66 H. Weber (1944-2020), politologue de formation et enseignant à Vincennes, adhérant à l’UEC puis à la JCR au milieu des années 1960. Il devient un des théoriciens de la LCR dans les années 1970 avant de rejoindre le PS dans les années 1980 sur une ligne plutôt sociale-libérale.

67 Poulantzas Nicos, « L’État et la transition au socialisme. Interview de Nicos Poulantzas par Henri Weber », Contretemps, 2016 [1977] [En ligne].

68 Entretien avec Henri Weber, 26 octobre 2016, Paris-Solférino.

69 A. Adler (1950-…), historien de formation, normalien et agrégé, il devient un proche de L. Althusser après 1968. Militant du PCF, il occupe une place médiatrice entre L. Althusser, les eurocommunistes de gauche et la direction du PCF, cherchant à concilier une ligne italienne avec une orthodoxie rénovée.

70 ALT 2 26-02.03 – Sur l’État, 9 ff, dactyl (1976-1977 ?), Archives Althusser, IMEC, Caen.

71 Entretiens avec Pierre Birnbaum, 17 avril 2018 et Henri Weber, 26 octobre 2016.

72 La première trace se trouve dans une conférence donnée par Stuart Hall à l’Association britannique de sociologie en 1971 (Hall Stuart, « Deviancy, politics and the media », Discussion Paper at University of Birmingham, 1973, p. 39-41).

73 Hall Stuart, « Nicos Poulantzas State, Power, Socialism », New Left Review, no 119, 1980, p. 60-69. Toutes les citations suivantes sont extraites de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Crézégut, « Le maître et l’élève »Terrains/Théories [En ligne], 18 | 2024, mis en ligne le 13 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/teth/5735 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.5735

Haut de page

Auteur

Anthony Crézégut

Anthony Crézégut est enseignant à Sciences-Po Paris ainsi qu’au lycée Marcel Pagnol de Marseille en section ESABAC (baccalauréat binational italien). Chercheur associé au laboratoire (UMR) TELEMMe d’Aix-Marseille et du CNRS. Agrégé d’histoire, docteur en histoire de la pensée, il a soumis une thèse « Inventer Gramsci. Décomposition d’une intelligence française au prisme italien » qui doit être prochainement publiée et retrace l’histoire de la réception française de Gramsci. Parmi ces dernières publications, son article sur « Les œuvres de Gramsci en France » (in Mil neuf cent, n° 40, 2022) et « Gramsci, reversed in the Caribbean camera obscura. Haitian lights on the blind spots of Western Marxism » (in Historical Materialism, à paraître).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search