Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18DossierN. Poulantzas et la crise grecquePoulantzas, SYRIZA et les antinom...

Dossier
N. Poulantzas et la crise grecque

Poulantzas, SYRIZA et les antinomies de la politique de gauche dans les sociétés libérales

Peter Bratsis

Résumés

Une lecture poulantzasienne de la montée et de la chute de SYRIZA comme force de gouvernement en Grèce permet de voir la faiblesse actuelle de l’État capitaliste aussi bien que l’incapacité de la gauche politique existante à dépasser le libéralisme. Le tournant autoritaire de l’État grec, s’appuyant de plus en plus sur des mécanismes coercitifs de contrôle, grandit à cause d’une crise de légitimité due à l’absence de réformes et au manque de dépense publique. Le gouvernement dirigé par SYIRIZA n’a pas été seulement incapable de rompre avec cet étatisme autoritaire, mais il a aussi échoué à surmonter, avec des conceptions clairement de gauche concernant ce qui est l’humain et ce qui est nécessaire pour mettre fin à la domination de classe, l’obsession libérale pour la souffrance humanitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tite Live, « Préface à Histoire romaine », in Taine Hippolyte, Essai sur Tite Live, trad. par Hippo (...)

[N]ous ne pouvons souffrir ni nos vices ni leurs remèdes1.

  • 2 Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, François Maspero, 19 (...)

Il importe donc de voir que la conjoncture, le « moment actuel » qui est l’objet de la pratique politique, est produite par la réflexion sur les pratiques de l’ensemble des niveaux de la structure, dans leur unité. Si la superstructure politique de l’État est un lieu privilégié qui concentre les contradictions des niveaux de la structure et permet le déchiffrement concret de leur articulation, la conjoncture permet de déchiffrer l’individualité historique de l’ensemble d’une formation2.

Retour à la théorie de l’État

1La montée de SYRIZA (Coalition de la gauche radicale – Alliance progressiste) en tant que force politique majeure en Grèce a été rapide et inattendue, suscitant un grand intérêt international. Suite à la crise financière mondiale de 2008 et à l’imposition de politiques d’austérité extrêmement lourdes en Grèce à partir de 2010, plusieurs observateur·rices ont vu dans les succès électoraux de SYRIZA un grand danger pour le consensus libéral qui dominait la scène politique dans la plupart des pays du monde. Les forces libérales-capitalistes ont notamment regardé avec inquiétude et crainte ce processus, tandis que les différentes factions de la gauche mondiale se sont adressées à SYRIZA avec espoir, se demandant si ce parti aurait pu servir de première étape dans un tournant à gauche plus large en réponse aux échecs toujours croissants du capitalisme. La plupart des discussions politiques qui ont suivi se sont concentré sur la question de savoir si SYRIZA était assez radical pour conduire la Grèce au socialisme et à quoi pourrait ressembler un processus de transition vers le socialisme aujourd’hui.

  • 3 Pour une excellente analyse de SYRIZA et de la situation politique grecque au prisme de la théorie (...)

2Il n’est pas surprenant qu’une grande partie de la discussion ait consisté à réexaminer les débats marxistes sur les questions de réforme ou de révolution, le destin de la social-démocratie ou la viabilité actuelle des idées de ce que l’on a appelé « eurocommunisme3 ». L’une des discussions les plus sérieuses et les plus emblématiques de cette période a été le dialogue qui a eu lieu entre Alex Callinicos et Stathis Kouvelakis en février 2015, au cours des premiers mois, d’ailleurs très mouvementés, du gouvernement dirigé par SYRIZA après sa victoire aux élections. Bien que S. Kouvelakis ait été beaucoup plus mesuré dans son analyse et plus prudent en ce qui concernait l’évaluation des opportunités politiques du moment, A. Callinicos a très bien résumé le point de vue plus optimiste (pas nécessairement plus optimiste à l’égard de SYRIZA en soi, mais sans doute à l’égard des possibilités révolutionnaires de l’époque) concernant la situation politique en Grèce et les questions stratégiques à aborder :

  • 4 Callinicos Alex et Kouvelakis Stathis, « SYRIZA and the socialist strategy. Debate video and transc (...)

3En d’autres termes, nous sommes confrontés à une situation dans laquelle les grands débats stratégiques que les marxistes avaient dans les années 1910 et 1920, mais qui ont aussi repris après 1968, en particulier en Europe – ce type de débats stratégiques, non seulement sur la réforme et la révolution, mais aussi sur la manière de combiner les différentes formes de lutte, les différents types de partis, etc. Nous les voyons très clairement revenir dans le cas de la Grèce4.

  • 5 Le premier ouvrage de N. Poulantzas a été publié, en français, en mai 1968 (Poulantzas Nicos, Pouvo (...)

4Ainsi, il était communément admis que nous nous trouvions à un moment où la gauche avait le vent en poupe, que la possibilité d’une transition au socialisme était bien réelle et que nous devions donc nous efforcer de comprendre les mécanismes spécifiques de cette transition. Un retour sur la théorie marxiste de l’État a été alors considéré comme vital pour cet effort, et les travaux de Vladimir Ilitch Lénine, Rosa Luxemburg, Antonio Gramsci, Ralph Miliband et, surtout, Nicos Poulantzas ont occupé le devant de la scène5.

L’étatisme autoritaire et le retour de l’hétéronomie

  • 6 Bratsis Peter, « The End of TINA », Jacobin, 2015 [En ligne].

5La victoire électorale de SYRIZA en 2015 n’indiquait pas, cependant, que la société grecque avait adopté des positions politiques plus progressistes et radicales et que la question d’une transition au socialisme était de nouveau sur la table, comme elle l’avait été en 1917 ou après 1968. Bien sûr, il n’est jamais possible de prédire l’avenir, mais il semblait évident à l’époque6, et il l’est encore plus aujourd’hui, que la lutte politique de cette conjoncture ne visait pas immédiatement l’institution du socialisme, mais plutôt l’affirmation du primat de la souveraineté populaire. Face à cinq années de mécontentement massif et de mobilisations sociales, après une série de grèves générales intenses, d’occupations, de manifestations et de protestations généralisées, l’État grec s’était montré totalement inflexible et incapable de répondre aux demandes populaires en adoptant des politiques réformistes. Alors que l’État capitaliste, en tant que facteur de cohésion et de reproduction sociale, devrait idéalement répondre au mécontentement populaire par des changements dans la politique et dans le plan de dépense publique, l’État grec n’a été capable de répondre aux mouvements populaires venus d’en bas que par la répression physique. Le retournement des électeurs vers Syriza a été un symptôme de cet échec de l’État grec. Il s’agissait donc essentiellement d’explorer la possibilité d’un régime différent et plus radical : de vérifier qu’un régime plus radical fasse la différence en termes de réactivité des politiques publiques. Il s’agissait d’annuler ou, du moins, d’atténuer, les politiques d’austérité, comme la grande majorité de la société grecque l’exigeait.

6La position des principaux partis politiques en Grèce, comme celle des principales institutions politiques de l’Union européenne (UE) et au-delà, était qu’il n’y avait pas d’alternative : que les Grecs n’avaient pas d’autre choix que d’accepter l’austérité et les diktats de leurs créanciers financiers. D’Antonis Samaras et Angela Merkel à Larry Summers et Christine Lagarde, la ligne de conduite était que les élections et la volonté populaire n’ont aucune importance lorsqu’il s’agit de politiques publiques sérieuses ; comme l’aurait dit Wolfgang Schäuble, les élections ne peuvent pas être autorisées à changer la politique économique. La logique profonde qui sous-tendait ces positions était que la raison humaine est inférieure aux calculs des marchés, que les marchés déterminent la meilleure politique possible et qu’aucune protestation publique ou initiative électorale ne peut changer quoi que ce soit. L’hypothèse fondamentale sur laquelle repose l’idée de la politique en tant que telle (que la société est auto-créée, que nous produisons la société nous-mêmes et qu’il est donc nécessaire de décider le type de société que nous voulons créer) a été remise en question, les marchés financiers ayant apparemment pris le pas sur la souveraineté des citoyens.

  • 7 Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir, le socialisme, Paris, Presses universitaires de France, 1978, (...)
  • 8 Surnom donné au groupe de pression international constituée par le Fonds monétaire international (F (...)

7Lorsque les gens se sont tournés vers la pensée de N. Poulantzas pour comprendre les perspectives et les défis de SYRIZA, ils se sont surtout concentrés sur la dernière section de son dernier livre qui traite de la «voie démocratique au socialisme7 ». Cependant, ils auraient plutôt dû se concentrer sur la section précédente, dans laquelle Poulantzas examine le déclin de la démocratie et la montée de ce qu’il appelle « l’étatisme autoritaire ». Dès 1978, Poulantzas avait mis le doigt sur les instabilités fondamentales et sur la crise de légitimation créée par les crises fiscales de l’État capitaliste, ainsi que sur les problèmes auxquels conduisaient le primat du pouvoir exécutif sur le législatif, la bureaucratisation croissante des appareils étatiques et la domination grandissante des capitalistes compradores et du capital monopolistique. En effet, à bien des égards, la situation à laquelle SYRIZA et les habitants de la Grèce ont été confrontés en 2015 était une version extrême de l’issue autoritaire à ces contradictions, que N. Poulantzas avait examinés tant d’années auparavant. La victoire électorale de SYRIZA pouvait-elle faire ce que les nombreuses manifestations et grèves générales n’avaient pas pu faire ? Le pouvoir des classes dominées, relayé par le parlement désormais contrôlé par SYRIZA, pourrait-il suffire à briser les mécanismes de sélection et les limites de la matérialité institutionnelle de l’État grec ? La Grèce serait-elle capable de résister à l’imposition de politiques par les bastions des classes capitalistes transnationales qui formaient la tristement célèbre « Troïka »8  ? Peut-être plus important encore, un gouvernement SYRIZA serait-il capable de briser la fausse perception qu’il n’y avait pas d’alternative ; que ce sont les marchés, et non pas les gens, qui décident du caractère de notre société ? La souveraineté populaire pourrait-elle se réaffirmer et commencer à contrer l’hétéronomie créée par l’idéologie du capitalisme contemporain ?

8Nous connaissons désormais la réponse à certaines de ces questions, mais pour d’autres, nous sommes encore dans l’incertitude. Le gouvernement SYRIZA a certainement été en mesure de résoudre certains des problèmes crées par l’austérité grâce à des politiques de redistribution destinées à ceux qui se trouvent tout en bas de l’échelle sociale. Le régime a également apporté plusieurs autres innovations, notamment en ce qui concerne les droits des minorités, la lutte contre la violence d’extrême droite et, surtout, l’adoption d’une série de réformes constitutionnelles visant à démocratiser l’État grec. Cependant, en ce qui concerne les questions fondamentales que l’on vient de mentionner, la triste réalité est que le gouvernement SYRIZA n’a pas seulement échoué à mettre fin à l’austérité mais – voici le point déterminant à mon avis – n’a pas réussi à réfuter l’idée qu’« il n’y a pas d’alternative », et qu’il est donc nécessaire d’accepter la souveraineté des marchés financiers. En outre, on ne sait pas non plus clairement comment les rapports de pouvoir matérialisés par les institutions étatiques grecques ont limité le potentiel d’action et de réforme de SYRIZA. L’argument selon lequel le gouvernement SYRIZA de 2015 à 2019 n’a pas pu atteindre ses objectifs en raison de la « sélectivité structurelle » de l’État grec n’est pas convaincant pour la simple raison qu’aucune politique ou initiative adoptée par le gouvernement n’a été annulée par une résistance juridique ou administrative au sein de l’État ou par un prétendu « deep-State ». En effet, même des politiques aussi impopulaires que l’accord de Prespa ont été acceptées et mises en œuvre par les appareils d’État pendant cette phase.

Les limites subjectives de la politique de gauche dans les sociétés libérales

  • 9 Pour une discussion complète des éléments structurels et subjectifs de la crise, voir Bratsis Peter (...)

9Les limites que l’expérience de SYRIZA a révélées concernant le potentiel de transformation sociale n’étaient pas structurelles, mais bien plutôt subjectives9. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de limites ni d’obstacles structurels en général, mais que la lutte n’est pas allée jusqu’à les rendre visibles (au-delà du rôle évident joué par la Troïka elle-même). Ce que l’expérience de SYRIZA nous montre est qu’une lutte politique dont l’objectif principal est de réduire la souffrance et la douleur de la population, et qui s’adresse donc à la population en tant que corps humains qui souffrent plutôt qu’en tant que sujet politique collectif, est extrêmement limitée et fondamentalement incapable d’engager une lutte radicale, qui peut elle-même être une source de souffrance et de douleur. Plutôt que de rompre avec l’idée qu’il n’y a pas d’alternative, l’expérience de SYRIZA a eu pour effet de la confirmer aux yeux d’une grande partie des gens.

  • 10 Il est bien évidemment vrai que la contraction économique n’a pas été perçue de la même manière dan (...)

10Examinons la « crise humanitaire » qu’a connue la Grèce en 2015. Il est bien connu que la Grèce a subi l’une des plus fortes contractions économiques de l’histoire en temps de paix entre 2009 et 2015, passant d’un peu plus de 350 milliards de dollars de PIB en 2009 à un peu moins de 200 milliards en 2015. Cela a certainement été un choc et de nombreuses personnes se sont retrouvées dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins de base, les taux de pauvreté et de personnes sans-abri ont monté d’un coup. Cependant, le PIB en 2015 était presque le même qu’en 2003, les gains importants réalisés par l’économie grecque au cours de ces années ont disparu, mais les niveaux globaux de consommation étaient encore assez élevés si on les compare à d’autres contextes nationaux (la Grèce avait bénéficié du deuxième taux de croissance du PIB au sein de l’UE au cours des années 2000). Comment se fait-il que la consommation globale en 2003 ait été suffisante, mais que le même niveau de consommation en 2015 ait été une tragédie10 ? Comment est-il concevable que, au milieu de la catastrophe climatique, alors que les niveaux de consommation ne peuvent plus être autorisés à augmenter indéfiniment sans entraîner une destruction toujours plus grande de notre monde, il n’ait pas été possible de comprendre les dilemmes auxquels la Grèce et tant d’autres sociétés étaient confrontées ? Pourquoi n’a-t-on pas pu sortir du langage de l’économisme libéral ? De plus, avec son mantra constant sur la « crise humanitaire », SYRIZA a adopté un regard que l’on peut qualifier d’« impérial » : il a réduit les grecs à une vie nue (bare life), peut-être digne de pitié, de charité ou de protection, mais certainement pas capable de devenir un sujet politique à part entière. Dans cette perspective, laquelle demeure libérale, les Grecs ont été réduits à leur infrastructure biologique : des bêtes souffrantes, qui se reconnaissent elles-mêmes comme des victimes ayant besoin d’être sauvées par les centres névralgiques du pouvoir capitaliste (capitalist heartlands).

11Heureusement, même avec des échecs aussi fondamentaux dans notre pensée et notre imagination, il existe toujours la capacité et le potentiel de nous transformer et de transformer nos communautés, de rompre avec l’imaginaire libéral/économiste qui a colonisé et vulgarisé une grande partie de nos vies politiques et intellectuelles. L’affirmation selon laquelle le pouvoir politique ne se « gagne » pas lors des élections, mais doit être « produit » d’en bas, par la base – une idée qu’A. Tsipras lui-même a souvent défendue, qui est commune à SYRIZA, PODEMOS et à de nombreux autres mouvements politiques similaires – indique une piste stratégique, potentiellement fructueuse pour comprendre nos possibilités politiques actuelles. En effet, contrairement aux façons dominantes de comprendre le monde politique comme une arène de compétition neutre ou le pouvoir politique comme quelque chose qui peut être exercé selon la volonté de chacun, cette formulation s’appuie sur une intuition présente autant chez Aristote que chez Machiavel, A. Gramsci, Cornelius Castoriadis, et bien d’autres penseur·es encore : l’intuition selon laquelle les sociétés se créent elles-mêmes à partir de la base ; que le pouvoir politique a une matérialité et une dynamique propre, qui ne peuvent pas être facilement réorientées, défaites ou supprimées, mais, en même temps, que nous sommes actifs dans la création de ce pouvoir et que nous sommes capables de le transformer précisément parce que  nous constituons nous-mêmes cette matérialité du pouvoir.

12Malheureusement, toutefois, on s’est peu interrogé sur les types d’activités nécessaires pour produire un nouveau pouvoir politique. Qu’est-ce qui constitue la matérialité du pouvoir politique et comment de nouvelles formes et articulations de ce pouvoir peuvent-elles être produites ? Le pouvoir politique est-il produit par des protestations et des manifestations ? L’opinion publique a-t-elle une quelconque efficacité politique ? L’hypothèse partagée par une grande partie de SYRIZA, par ses partisans et par ses détracteurs semble avoir été que l’expression par les gens de leurs désirs et de leurs préférences, par le biais de protestations, de manifestations ou – en juillet 2015 – de référendums, constituait une source de pouvoir politique. De nombreux·ses militant·es de gauche se sont alors inquiété·es de la soi-disant démobilisation des « mouvements » après l’élection de SYRIZA : du fait que les grèves et les manifestations avaient fortement diminué depuis l’arrivée au pouvoir de la gauche. Dans ce cas, il est évident que le terme « mouvements » fait référence à la capacité de se mobiliser dans la forme des manifestations et des protestations. De même, beaucoup pensaient que le résultat du référendum contre l’austérité renforcerait considérablement le pouvoir de SYRIZA et la position de négociation de la Grèce vis-à-vis de ses créanciers financiers. Nous avons cependant appris que l’expression d’une préférence ou d’une opinion politique sous la forme de manifestations et de grèves (ou même en termes de vote lors des élections générales ou du référendum) n’a que peu de conséquences, voire aucune. L’histoire récente de la Grèce, où plus de trente grèves générales et de nombreuses autres manifestations n’ont non seulement pas fait dérailler l’austérité, mais n’ont même pas réussi à la ralentir, est peut-être révélatrice de cette insuffisance des formes de protestation et de résistance. Cela témoigne aussi du fait que ces formes d’action sont extrêmement limitées lorsqu’il s’agit d’avoir un impact sur le pouvoir politique, et que la politique de protestation au sens classique est devenue une partie de ce que Jean-Paul Sartre appelait le « pratico-inerte ».

  • 11 Nietzsche Friedrich, Humain, trop humain, Éd. d’Henri Albert, trad. par Alexandre-Marie Desrousseau (...)
  • 12 Havel Vaclav, Le pouvoir des sans-pouvoir, Paris, Comité international pour le soutien de la Charte (...)

13Il n’est pas vrai, bien sûr, que les classes populaires soient sans importance ou insignifiantes, mais leur action se situe ailleurs, notamment dans leur activité sociale ; la matérialité de leur existence sociale est beaucoup plus significative que l’expression fugace d’opinions. Comme Friedrich Nietzsche l’a souligné il y a longtemps, « [o]pinions publiques — paresses privées11 », point que reprend Vaclav Havel quand. il souligne judicieusement qu’en dépit du mécontentement et du désaccord généralisés à l’égard du régime tchécoslovaque, celui-ci a pu gouverner en toute sécurité et se reproduire sans grande difficulté, précisément parce que, là où les citoyens tchèques avaient du pouvoir, dans leurs habitudes et leurs actions quotidiennes, ils fonctionnaient, par habitude, par répétition et par intérêt personnel, comme les nerfs du pouvoir de l’État ; en décorant les vitrines des magasins pour les fêtes nationales, en votant, en se présentant consciencieusement au travail, en payant leurs impôts, et ainsi de suite, les gens produisaient et reproduisaient activement le pouvoir et la légitimité de l’État12. De la même manière, nous pourrions affirmer que l’une des principales raisons, mais pas la seule, pour laquelle les nombreuses manifestations, grèves générales, élections et référendums en Grèce se sont avérés insuffisants pour transformer les rapports de pouvoir est que ces actions n’ont pas perturbé les pratiques quotidiennes ordinaires par lesquelles le pouvoir de l’État se produit et se reproduit. Des grèves de vingt-quatre heures et des manifestations d’ampleur ont pu être très efficaces pour exprimer le désaccord des citoyens avec l’austérité, mais elles n’ont pas eu pour effet de perturber ou de transformer les routines et les rythmes quotidiens de la vie en Grèce. Il ne fait aucun doute que la grande majorité des Grecs étaient et sont toujours opposés aux mesures d’austérité adoptées à partir de 2010. Et alors ? Dans la mesure où leurs routines et activités quotidiennes sont restées les mêmes, la production du pouvoir politique a continué sans relâche et l’État grec a pu mettre en œuvre l’austérité sans trop de difficultés. L’esprit et la volonté des Grecs étaient peut-être opposés à l’austérité, mais leurs corps la soutenaient pleinement.

14Une leçon fondamentale que nous avons apprise, ou réapprise, de la crise grecque et de l’échec de SYRIZA est que l’opinion publique en elle-même n’a que peu de poids et que toute tentative de faire dérailler les modalités du pouvoir politique et ses articulations doit perturber les « routines » : les activités ordinaires qui sont constitutives de ce pouvoir. Tel fut d’ailleurs l’effet de mai 68, l’événement qui mit l’État français à genoux, et telle fut la menace explicite de l’UE avec la coupure des liquidités et la fermeture des banques grecques en juin 2015 – le message était que l’État grec pouvait être mis à genoux rapidement. C’est ici que la pensée de N. Poulantzas et celle de Henri Lefebvre sont, une fois de plus, d’une grande utilité. Si la production du pouvoir politique peut être déréglée en suspendant les routines et les répétitions de la vie quotidienne, une question encore plus importante et difficile est de savoir comment produire un nouveau pouvoir qui supplante l’ancien. Une fois que nous avons détruit l’ordre politique existant, comment pouvons-nous le remplacer par un ordre nouveau ? N. Poulantzas et H. Lefebvre nous proposent deux principes directeurs pour un tel projet de changement.

15Premièrement, H. Lefebvre élève la vie quotidienne au niveau le plus fondamental et le plus concret de l’existence sociale. Pour lui, la vie quotidienne est le niveau social qui est vécu et où tout changement pratique se manifeste. En d’autres termes, la vie quotidienne est tout et il n’y a pas de transformation politique qui ne soit pas aussi une transformation de la vie quotidienne. En tant que telles, toutes les intentions nobles de ce que nous désirons (un progrès de la démocratie ou de l’émancipation humaine, par exemple) ne peuvent être réalisées que par une transformation de la vie quotidienne. Les questions d’architecture et d’urbanisme, l’école et la journée de travail, l’alimentation et la sexualité, pour ne citer que quelques exemples évidents, ne sont pas des questions secondaires ou tertiaires, mais des questions primordiales qui sont au cœur de notre existence sociale et d’où émergent les institutions plus abstraites et supposées plus grandioses de la société. Nous n’avons pas le temps d’entrer dans les détails de ce que pourraient être ces changements, mais le fait est qu’au cœur de notre lutte et de nos efforts nous devons explorer ces questions et nous engager activement dans la refonte de notre propre monde ordinaire. Plutôt que de donner la réponse de Samuel Gompers, à savoir que nous voulons « plus », nous devons réfléchir et agir pour refaire notre vie quotidienne, en refusant de soutenir aveuglément sa répétition.

  • 13 Marx Karl, Grundrisse. Fondements de la critique de l’économie politique, trad. par Roger Dangevill (...)

16La conception de l’État de N. Poulantzas s’accorde bien avec cette position, notamment lorsqu’il définit l’État comme un rapport social et ses institutions comme des condensations de la lutte des classes. Cela signifie non seulement que l’État est constitué par les pratiques et les luttes quotidiennes, mais aussi que les institutions politiques sont l’un des moyens par lesquels les luttes passées se perpétuent et exercent leur influence sur le présent. Si le capital, à l’instar de la définition donnée par Karl Marx dans les Grundrisse, est du « travail mort13 », alors l’État est une « lutte morte ». En tant que tel, tout effort de transformation de nos sociétés doit tenir compte du poids du passé sur le présent et avoir pour objectif stratégique de transformer les institutions et les appareils de l’État. La lutte à l’intérieur et à l’extérieur de l’État doit toujours inclure la reconstitution des institutions étatiques de manière qu’elles soient plus favorables aux résultats substantiels que nous souhaitons. Par exemple, si la bureaucratisation et la centralisation sans cesse croissantes de l’État constituent une limite essentielle à l’action politique des classes populaires, l’un des principaux objectifs de SYRIZA devait être de concentrer la lutte sur la transformation de ces institutions. L’instauration d’assemblées populaires pour remplacer les autorités municipales, par exemple, ou l’élimination du christianisme grec-orthodoxe en tant que religion d’État et la purge des quelque 13 000 clercs qui infestent encore les rangs des fonctionnaires. Malheureusement, au lieu de discuter intensément de ce qui précède, la plupart des dirigeants de SYRIZA se sont concentrés sur la lutte contre la corruption et l’élimination du clientélisme, plutôt que de se consacrer à la refonte de l’État grec en tant que tel. Autrement dit, au lieu de critiquer la forme même de l’État et de réfléchir aux moyens de reconstituer la Grèce, ils sont restés bloqués dans le fantasme libéral selon lequel une organisation objective et impersonnelle de l’autorité étatique fournirait enfin les conditions de possibilité pour la prospérité et la justice. Un parti qui donne le nom de N. Poulantzas à son institut culturel aurait dû se méfier de cela.

17Nos horizons politiques et notre imagination ont été tellement colonisés par les valeurs libérales que nous avons considéré que la mesure fondamentale du progrès était la croissance économique au sens strict, l’augmentation des niveaux de consommation, et nous avons considéré l’intérêt économique comme la plus fondamentale des motivations politiques. Lorsque les négociations avec la Troïka ont atteint leur apogée, durant l’été 2015, le choix suivant s’est présenté : ou bien accepter l’austérité avec ses conséquences économiques bien connues et une bonne dose supplémentaire d’humiliation nationale, ou bien jeter les dés et rompre une fois pour toutes avec les exigences des marchés financiers. Il est très probable que les conséquences économiques auraient été encore plus lourdes dans le deuxième scénario, que la souffrance humaine aurait été encore plus grande dans la mesure où la consommation aurait chuté. La population a été avertie d’un rationnement de la nourriture et du carburant. Certains membres du parlement ont prévenu que les ferries qui transportent la nourriture et l’eau vers les îles auraient pu s’arrêter. Comment pourrait-on risquer la sécurité économique au nom de la recherche d’une plus grande sécurité économique ? Comment pourrait-on accepter des pertes économiques encore plus importantes aujourd’hui en faisant le pari risqué que la tactique pourrait apporter une croissance plus forte à l’avenir ? Le peuple grec accepterait-il un tel argument ou cela aboutirait-il à un chaos politique ? On craignait que ce qui s’est passé au Chili en 1973 ne se répète en Grèce si SYRIZA s’engageait dans la voie d’un refus obstiné, voire suicidaire, plutôt que dans celle d’une collaboration prudente et, en fin de compte, de la survie.

  • 14 De la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie est un texte très utile pour comprendre à quel po (...)

18Nous devrions nous rappeler que l’intérêt personnel et la peur ne sont pas des valeurs de gauche, mais le fondement du libéralisme. Le mantra libéral sur les vertus de l’intérêt personnel et le désir de sauvegarder le fameux triptyque – vie, liberté, propriété – sont d’ailleurs bien connus. Du point de vue du libéralisme, la seule chose qui vaille la peine de risquer la sécurité est la sécurité elle-même. La seule chose qui vaille la peine de risquer sa vie est bel et bien la vie biologique. En ce sens, les Grecs n’ont pas accepté leur soumission aux principes du marché et à la Troïka par irrationalité ou masochisme, mais par intérêt personnel14. Pour le gouvernement SYRIZA, risquer la « mort », au moins politique mais peut-être aussi sous d’autres formes, en rejetant la souveraineté du capital financier était hors de portée. À tout le moins, il était impensable de permettre aux Grecs de souffrir d’une plus grande pauvreté consumériste et d’une plus grande érosion de la vie quotidienne au nom des principes de la souveraineté et de l’autonomie populaires.

19Revenons à l’invasion de la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale pour voir un contraste avec le présent. Nous savons que de nombreux Grecs ont collaboré avec les nazis. Certains avaient peut-être des convictions fascistes, mais la grande majorité d’entre eux ont collaboré par intérêt personnel. Pourquoi risquer sa vie ? Pourquoi laisser passer une occasion de gagner de l’argent ? Il suffit de jouer le jeu et au moins on peut survivre un jour de plus. La logique de la collaboration repose sur la primauté de l’intérêt personnel et de la préservation de soi. Elle est certainement compréhensible pour nous, mais ce n’est pas une éthique que nous tenons en haute estime. La logique de la résistance, en revanche, est tout à fait opposée. Le célèbre acte héroïque de Manolis Glezos, par exemple, est complètement irrationnel d’un point de vue libéral. Pourquoi risquer sa vie pour décrocher un drapeau ? C’est une mission suicide, mieux vaut garder la tête baissée et survivre un jour encore. Solon est un autre exemple d’honneur politique désintéressé. Alors qu’Aristote est généralement assez clinique dans son langage, lorsqu’il parle de la démocratie athénienne son admiration pour Solon transparaît clairement. Pourquoi Solon était-il si grand aux yeux d’Aristote ? Après avoir institué ses célèbres réformes et ramené Athènes à la démocratie, il a volontairement quitté Athènes en exil : un suicide politique. Il était suffisamment intelligent pour comprendre que, pour que ses réformes aient une chance d’aboutir, il devait quitter Athènes et il était prêt à en payer le prix.

Vers une subjectivité révolutionnaire

20Dans quelle mesure M. Glezos ou Solon sont-ils possibles aujourd’hui en Grèce ? Est-il possible pour les dirigeants politiques comme pour les citoyen·nes ordinaires de sacrifier leurs intérêts personnels ou de risquer leur vie biologique au nom d’une conception supérieure, politique, du bien ? Alors que les conceptions de l’honneur propres à la société traditionnelle conduisaient à une plus grande propension à risquer sa sécurité et sa vie, pour les individus produits par les sociétés modernes, cela est peut-être moins vrai. Alors que les tentacules du libéralisme pénètrent de plus en plus profondément dans toutes les sociétés modernes, y compris la société grecque, les possibilités d’action politique fondée sur des principes deviennent de plus en plus lointaines et improbables. Pour autant, l’action fondée sur des principes n’est pas non plus complètement impossible.

21Le résultat surprenant du référendum grec en 2015 a donné un aperçu de la possibilité durable d’une action fondée sur des principes politiques. Même face à la menace de représailles économiques (coupure de l’accès aux liquidités et bien plus encore), les Grecs ont choisi de défier l’ordre établi et de ne pas accepter les exigences de la Troïka. Il était peut-être difficile de savoir quelles seraient les conséquences ou quelles autres options auraient pu exister dans le cas où les créanciers de la Grèce refuseraient de faire de nouvelles concessions dans les négociations, mais la signification du vote était très claire. Le problème auquel SYRIZA a été confronté était de nature éthique : celui de l’éthique politique qu’il aurait fallu formuler pour mobiliser et diriger la volonté politique des Grecs. Si tout ce que nous faisons c’est lutter pour accroître l’activité économique, augmenter les dépenses et réduire l’austérité, jusqu’où la résistance peut-elle aller ? Comme nous l’avons noté précédemment, seulement jusqu’à ce qu’elle ne mette pas en danger encore plus d’austérité économique et de souffrance. Cependant, si notre objectif n’était pas simplement de mettre fin à l’austérité mais de récupérer la souveraineté populaire, de faire en sorte que les Grecs redeviennent les architectes critiques de leur propre société plutôt que les exécutants serviles des diktats des marchés, alors endurer la « souffrance » de niveaux de consommation était quelque chose d’envisageable. Malheureusement, cela ne s’est jamais produit : le discours de SYRIZA était si étroitement axé sur l’annulation de l’austérité qu’il a raté l’occasion d’explorer l’éventail des possibles que les mobilisations populaires et la résistance avaient ouvert.

22Les implications de ce qui précède concernant la possibilité d’une politique de gauche en Grèce et dans d’autres sociétés libérales sont assez claires. Les effets corrosifs et paralysants du libéralisme doivent être constamment combattus et attaqués. Plus important encore, les partis et les mouvements de gauche doivent produire des visions et des objectifs politiques positifs qui offrent aux gens de nouvelles façons d’orienter leurs désirs politiques, de nouvelles manières de mesurer le succès et le progrès, de nouveaux modes de vie. La pandémie de Covid-19 est un exemple de la manière dont de nouvelles situations et possibilités politiques peuvent émerger et de la raison pour laquelle nous avons besoin d’une vision et de valeurs politiques allant au-delà du libéralisme. Lorsque de nombreuses personnes dans le monde, confrontées au dilemme de risquer leur vie pour gagner leur vie ou de protéger leur santé mais de risquer leur bien-être économique en ne travaillant pas, voient plus clairement la futilité et l’indigence de la vie moderne sous le capitalisme, elles n’ont pas d’autre choix. Où sont les visions d’une société qui ne se limite pas à la vie biologique et à la propriété privée ? Pourquoi le fait d'être « libre » de ne pas porter de masque ou d’assister à des services religieux en salle apparaît-il à beaucoup comme le summum de la libération ? Malheureusement, la gauche actuelle est encore largement prise dans cette dualité (tantôt elle plaide pour plus de sécurité et de protection contre le virus, tantôt pour moins de restrictions à la circulation et à l’activité économique). Si tout ce que nous pouvons offrir est la promesse d’emplois et de santé biologique, en quoi la gauche se distingue-t-elle du monde libéral qui nous opprime ?

23L’expérience de SYRIZA soulève une série de questions très difficiles pour la théorie marxiste et les formations politiques de la gauche radicale. Pouvons-nous encore identifier des valeurs et des principes « de gauche » distincts des normes libérales-capitalistes ? De même, avons-nous une vision de ce que c’est que d’être « humain », distincte de notre sous-structure animale, qui va au-delà du fait que nous souffrons tous et que nous pouvons ressentir la douleur (nous sommes des êtres sensibles). Nous sommes tous capables d’aller au-delà du fétichisme libéral qui consiste à éviter la douleur et la souffrance par-dessus tout, la sécurité et la sûreté étant vues comme les valeurs les plus élevées. La pensée de gauche doit renaître pour repenser et réorienter nos modes de vie dans le monde, pour imiter à nouveau les actions héroïques de personnes telles que M. Glezos et Solon, pour vivre de telle sorte que l’on puisse créer des institutions politiques nouvelles, plus égalitaires, qui nous libèrent et nous reconstituent en tant qu’animaux politiques.

24Traduit de l’anglais par Matteo Polleri

Haut de page

Bibliographie

Bratsis Peter, « The Greek Crisis as Concrete Universal: On the Impossibility of Reform and the Impasse of Subjectivity », Situations, no 6/1-2, 2016, p. 69-84.

Bratsis Peter, « The End of TINA », Jacobin, 2015 [En ligne].

Callinicos Alex et Kouvelakis Stathis, « SYRIZA and the socialist strategy. Debate video and transcript », International Socialism, no 146, 2015 [En ligne].

Havel Vaclav, Le pouvoir des sans-pouvoir, Paris, Comité international pour le soutien de la Charte 77, 1982 [1978].

Khachaturian Rafael, « A New Eurocommunism? The Political Theory and Practice of SYRIZA », Western Political Science Association Annual Conference, 2015.

La Boétie Étienne de, De la servitude volontaire ou le contr’un, transcription par Charles Laisant et Élisée Reclus, reprise et préfacée par Jacques Bonnet, Paris, À l’Orient, 2007 [1576].

Marx Karl, Grundrisse. Fondements de la critique de l’économie politique, trad. par Roger Dangeville, Paris, Anthropos, 1967 [1857-1858].

Nietzsche Friedrich, Humain, trop humain, Éd. d’Henri Albert, trad. par Alexandre-Marie Desrousseaux, Paris, Société du Mercure de France, 1906 [1886].

Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir, le socialisme, Paris, Presses universitaires de France, 1978.

Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, François Maspero, 1968.

Tite Live, « Préface à Histoire romaine », in Taine Hippolyte, Essai sur Tite Live, trad. par Hippolyte Taine, Paris, Hachette, 1860 [Ier siècle avant notre ère], p. 37.

Haut de page

Notes

1 Tite Live, « Préface à Histoire romaine », in Taine Hippolyte, Essai sur Tite Live, trad. par Hippolyte Taine, Paris, Hachette, 1860 [Ier siècle avant notre ère], p. 37.

2 Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, François Maspero, 1968, p. 100 [souligné dans l’original].

3 Pour une excellente analyse de SYRIZA et de la situation politique grecque au prisme de la théorie de l’État, voir Khachaturian Rafael, « A New Eurocommunism? The Political Theory and Practice of SYRIZA », Western Political Science Association Annual Conference, 2015.

4 Callinicos Alex et Kouvelakis Stathis, « SYRIZA and the socialist strategy. Debate video and transcript », International Socialism, no 146, 2015 [En ligne].

5 Le premier ouvrage de N. Poulantzas a été publié, en français, en mai 1968 (Poulantzas Nicos, Pouvoir politique et classes sociales de l’État capitaliste, op. cit.). Cette temporalité parfaite a eu comme résultat une flambée de ventes, le public s’attendant à une analyse des événements historiques qui avaient lieu en ce moment dans les rues de Paris. Nous pouvons ironiquement remarquer que le retour contemporain à N. Poulantzas, qui a été largement oublié entre sa mort et le début des années 2000, se fait aussi sous le poids d’événements historiques inattendus.

6 Bratsis Peter, « The End of TINA », Jacobin, 2015 [En ligne].

7 Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir, le socialisme, Paris, Presses universitaires de France, 1978, quatrième partie.

8 Surnom donné au groupe de pression international constituée par le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission européenne (NdT).

9 Pour une discussion complète des éléments structurels et subjectifs de la crise, voir Bratsis Peter, « The Greek Crisis as Concrete Universal: On the Impossibility of Reform and the Impasse of Subjectivity », Situations, no 6/1-2, 2016, p. 69-84.

10 Il est bien évidemment vrai que la contraction économique n’a pas été perçue de la même manière dans la société grecque, car certains ont tout perdu tandis que d’autres ont augmenté leur richesse. Cependant, il est tout aussi évident que la solution à ce problème n’est pas la hausse de la croissance économique, mais la redistribution de la richesse.

11 Nietzsche Friedrich, Humain, trop humain, Éd. d’Henri Albert, trad. par Alexandre-Marie Desrousseaux, Paris, Société du Mercure de France, 1906 [1886], p. 415.

12 Havel Vaclav, Le pouvoir des sans-pouvoir, Paris, Comité international pour le soutien de la Charte 77, 1982 [1978].

13 Marx Karl, Grundrisse. Fondements de la critique de l’économie politique, trad. par Roger Dangeville, Paris, Anthropos, 1967 [1857-1858], p. 457.

14 De la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie est un texte très utile pour comprendre à quel point l’intérêt personnel est fondamental dans le procès d’asservissement (La Boétie Étienne de, De la servitude volontaire ou le contr’un, transcription par Charles Laisant et Élisée Reclus, reprise et préfacée par Jacques Bonnet, Paris, À l’Orient, 2007 [1576]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Bratsis, « Poulantzas, SYRIZA et les antinomies de la politique de gauche dans les sociétés libérales »Terrains/Théories [En ligne], 18 | 2024, mis en ligne le 13 mars 2024, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/teth/5765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/teth.5765

Haut de page

Auteur

Peter Bratsis

Peter Bratsis est professeur de science politique à la City University of New York. Il a notamment publié Everyday Life and the State (Routledge, 2007) et, avec Stanley Aronowitz, Paradigm Lost: State Theory Reconsidered (University of Minnesota Press, 2002). Il est aussi l’un des fondateurs de la revue Situations : Project of the Radical Imagination. Ses articles ont paru dans des nombreuses revues, dont par exemple Social Text, Historical Materialism, and International Journal of Urban and Regional Research.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search