Navigation – Plan du site
Dossier

La réception du spectacle vivant : un défi pour les sciences sociales

Aurélien Djakouane et Gabriel Segré

Texte intégral

« Les œuvres […] n’existent et ne durent que par l’activité interprétative de leurs publics successifs »

  • 1 Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, « Le temps donné au regard. Enquête sur la réception de la (...)

Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler1

Des inégalités d’accès aux mécanismes de réception

  • 2 Bourdieu Pierre, Darbel Alain, L’Amour de l’art. Les musées d’art européens et leurs publics, Paris (...)
  • 3 Idem.

1Si, à n’en pas douter, l’avènement d’une sociologie des publics de la culture en France a constitué un moment décisif de l’histoire de la discipline, elle ne semble pas être parvenu à élargir son emprise au-delà de la question des déterminants sociaux et du périmètre proposé par la théorie de la légitimité culturelle. En effet, dès les années 1960, les travaux de Pierre Bourdieu mettent au cœur de leur réflexion l’étude des mécanismes sociaux de l’exclusion et de l’accès à l’art : « pour que la culture remplisse sa fonction d’enchantement, il suffit que passent inaperçues les conditions historiques et sociales qui rendent possibles et la pleine possession de la culture […] et la dépossession culturelle.2 ». Fondées sur des enquêtes quantitatives destinées à mesurer les propriétés sociales des publics, ces recherches ont permis de mettre en lumière les processus d’acquisition des dispositions sociales favorables à la fréquentation des œuvres. Cette posture critique en réaction à l’orientation des politiques publiques d’alors – et singulièrement contre la thèse malrucienne de l’amour de l’art inné – a incontestablement permis de mettre en évidence, « contre l’idéologie charismatique du don, le principe caché des inégalités devant la culture.3 »

  • 4 Certes, dès l’Amour de l’art, la question des codes nécessaires à la réception des messages iconiqu (...)
  • 5 Passeron Jean-Claude, « Consommation et réception de la culture. La démocratisation des publics », (...)

2Ce faisant, cette sociologie a délaissé la question de la réception des œuvres4, laissant le champ ouvert à l’interprétation philosophique ou esthétique. Certes, ces travaux mettent au jour l’importance des processus cognitifs liés à la réception des œuvres et la manière dont les dispositions cultivées se manifestent à travers l’acquisition de codes nécessaires à l’appréhension des œuvres. Mais peu est dit explicitement sur les mécanismes concrets d’acquisition de ces dispositions, ou sur ceux d’appréciation des œuvres. La principale conséquence en est la méconnaissance des processus de construction de sens, les mécanismes de prise de plaisir et de formation de l’intérêt, la diversité des manières de recevoir une œuvre. L’enjeu est de taille car il s’agit d’éviter de réduire les pratiques culturelles à un acte de consommation5 pour continuer d’en explorer les dimensions sociales et significatives.

  • 6 Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la Réception, Gallimard, Paris, 1978.
  • 7 Véron Éliséo et Levasseur Martine, Ethnographie d’une exposition. L’espace, le corps et le sens. B. (...)
  • 8 Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, Le temps donné aux tableaux. Compte-rendu d’une enquête au (...)
  • 9 Hennion Antoine, La passion musicale, une sociologie de la médiation, Paris, A.-M. Métailié, 1993.
  • 10 Hennion Antoine, « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatiqu (...)
  • 11 Pecqueux Anthony, Roueff Olivier (dir.), Écologie sociale de l’oreille. Enquêtes sur l’expérience m (...)
  • 12 Pedler Emmanuel, Entendre l’opéra. Une sociologie du théâtre lyrique, Paris, L’Harmattan, 2003.
  • 13 Ethis Emmanuel, Les spectateurs du temps. Pour une sociologie de la réception du cinéma, Paris, L’H (...)
  • 14 Gonon Anne, In vivo. Les figures du spectateur des arts de la rue, Montpellier, L’Entretemps, 2011.

3Pour autant, il serait faux de dire que la sociologie a totalement déserté ce terrain. A la suite des travaux de Jauss6 sur la réception littéraire qui mettent en évidence la construction générationnelle des horizons d’attente en matière artistique ou bien encore les pactes de réception liant l’œuvre, son public et son époque, des recherches consacrées à la réception des œuvres ont vu le jour. En plaçant l’acte d’interprétation au centre de l’analyse, ces travaux ont apporté un nouvel éclairage sur les pratiques culturelles. Bien que prenant la forme de rapports d’enquête peu diffusés, les premiers résultats significatifs viennent de l’étude des comportements des visiteurs de musées. D’une part, avec le travail précurseur de Éliséo Véron et Martine Levasseur7 qui met en lumière la diversité des expériences muséales, la variété des parcours de visite et les différentes lectures d’une même exposition. D’autre part, avec les travaux de Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler8 qui montrent les ressorts des perceptions différenciées des tableaux en reliant les actes sémiques de l’expérience esthétique et les propriétés sociales des visiteurs. Progressivement, ces travaux vont s’étendre au domaine musical. Citons, par exemple, ceux d’Antoine Hennion sur la passion musicale9 et l’activité des amateurs10, ou ceux rassemblés par Anthony Pecqueux et Olivier Roueff11 autour de l’écologie de l’écoute. Citons encore ceux d’Emmanuel Pedler12 qui montrent, à propos de l’opéra, que les répertoires savants ne sont pas dominants dans les groupes dominants. Sur le cinéma, les travaux d’Emmanuel Ethis marquent également une étape décisive dans la compréhension de la construction sociale de la perception du temps et l’analyse des réceptions différenciées du temps filmique13. Enfin, plus récemment encore, les arts de la rue sont à l’honneur avec les travaux d’Anne Gonon14 qui livrent une ethnographie des spectateurs des arts de la rue tout en mobilisant les apports des sciences de l’information et de la communication et de la sémiologie.

L’apport des Cultural Studies et de la sociologie des médias

  • 15 Grignon Claude et Passeron Jean-Claude, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en so (...)
  • 16 Hoggart Richard, La Culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970 (1ère édition 1957).
  • 17 Hall Stuart, « Codage/Décodage », Réseaux, n° 64 CNET, 1994, p. 27-39 (traduction d’un texte de 197 (...)

4C’est surtout dans le monde scientifique anglo-saxon que la question de la réception est étudiée. Les Cultural Studies notamment vont lui donner un approfondissement méthodologique et théorique important. Sous l’influence de personnalités atypiques parce qu’issues des classes populaires, tels Richard Hoggart et Stuart Hall, le Cultural Center for Cultural Studies de Birmingham va prendre au sérieux l’autonomie des classes populaires dans leur capacité à s’approprier différemment les contenus culturels. En développant une problématique de la réception, ces travaux mettent en évidence des régimes différenciés de réception du contenu des médias en évitant le double écueil du relativisme et du légitimisme tel que Jean-Claude Passeron et Claude Grignon le théoriseront dans Le Savant et le Populaire15. Richard Hoggart dresse ainsi une ethnographie précise et compréhensive des classes populaires conscientes de ce qui séparent « Eux et Nous »16. Ces résonnances marxistes se retrouvent plus encore chez Stuart Hall qui, tout en analysant sémiotiquement le contenu idéologique des discours médiatiques, rompt avec le modèle légitimiste et met en évidence des registres différenciés de réception chez les classes populaires17.

  • 18 Certeau Michel de, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, « Folio Essais », Gallimard, Paris, (...)
  • 19 Radway Janice, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, Chapel Hill, Universi (...)
  • 20 Ang Ien, Desperatly Seeking the Audience, Londres, Routledge, 1991 ; Glévarec Hervé, La sériephilie (...)
  • 21 Morley David, The Nationwide audience, London, British Film Institute, 1980.
  • 22 Jenkins Henry, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, New York, Routledge, 19 (...)
  • 23 Dahlgren Peter, « Les actualités télévisées. A chacun son interprétation », Réseaux, n° 44-45, 1990 (...)
  • 24 Katz Elihu et Liebes Tamar, The export of meaning, Cross-cultural readings of Dallas, New York, Oxf (...)

5Plus tard, et souvent influencées par Michel de Certeau18 et ses réflexions sur la « consommation-production » ou l’activité de « braconnage » des spectateurs, de nombreuses recherches vont examiner les réceptions d’œuvres littéraires19 ou cinématographiques aussi bien que de productions télévisuelles : séries20, journaux21. L’ambition de ces travaux est de rendre raison de l’activité du récepteur et des différentes lectures qu’il produit des contenus médiatiques ou artistiques en les réinscrivant dans leur contexte socioculturel de réception. Les travaux d’Henry Jenkins22, de Peter Dahlgren23 ou encore de Elihu Katz et Tamar Liebes24 sont caractéristiques de ces recherches sur les mécanismes d’interprétation des contenus et de production de sens.

  • 25 Allard Laurence, « Dire la réception. Culture de masse, expérience esthétique et communication », R (...)
  • 26 Méadel Cécile (dir.), La réception, Paris, CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2009.
  • 27 Dayan Daniel et Katz Élihu, La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct, Paris, (...)
  • 28 Pasquier Dominique, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris,, É (...)
  • 29 Maigret Éric, « Strange grandit avec moi : sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bande (...)

6En France, la sociologie des médias, portée par les revues Réseaux et Hermès, va reprendre à son compte hypothèses théoriques, armature conceptuelle et parti-pris méthodologiques (focus groupes, observations ethnographiques, entretiens, analyse de courriers de fans…) issus des Cultural Studies pour saisir les comportements des téléspectateurs. Laurence Allard25, Cécile Méadel26 et Daniel Dayan27 étudient avec minutie l’activité spectatorielle, la réception comme processus itératif et les manières de détourner ou de s’approprier les contenus médiatiques. Dominique Pasquier28, de son côté, éclaire les mécanismes d’identification, d’imitation, de projection, d’élaboration de liens affectifs mis en place par les jeunes téléspectatrices des séries télévisées. Éric Maigret29 se penche sur ces mêmes mécanismes chez les jeunes lecteurs de Comics.

Le spectacle vivant : un point aveugle

  • 30 Cibois P, « Les abonnés du théâtre : un public hétérogène », in Donnat Olivier (dir.), Regards croi (...)
  • 31 Négrier Emmanuel, Djakouane Aurélien, Jourda Marie, Les publics des festivals, Paris, Michel de Mau (...)
  • 32 Djakouane Aurélien et Pedler Emmanuel, « Carrières de spectateurs au théâtre public et à l’opéra : (...)
  • 33 Pasquier Dominique, « La sortie au théâtre. Réseaux de conseil et modes d'accompagnement », Sociolo (...)
  • 34 Lahire Bernard, « Entre sociologie de la consommation culturelle et sociologie de la réception cult (...)
  • 35 Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Par (...)

7Tous ces travaux nous enseignent combien ces thématiques sont fécondes pour comprendre le rapport que les individus entretiennent avec les contenus culturels, comment ils produisent du sens à partir de leurs expériences esthétiques et comment ces expériences s’inscrivent dans leur quotidien. Pourtant, force est de constater que le spectacle vivant (théâtre, danse, cirque, concert…) reste rétif à une telle approche. Certes, l’analyse des publics a donné lieu à des recherches éclairant les caractéristiques socioculturelles des spectateurs, leurs goûts et leurs modalités de fréquentation des salles de théâtre30 et des festivals31. D’autres travaux encore se sont attachés à restituer la construction des pratiques culturelles dans le temps long d’une carrière de spectateur32 et des différentes formes de prescriptions qui s’y rattachent. Certains enfin, envisagent la sortie comme une pratique de sociabilité33 en étudiant les modalités de circulation des informations disponibles sur les pièces, les prescriptions associées et les réseaux d’accompagnants. Mais il faut bien reconnaître que ces travaux restent peu nombreux et que, la plupart du temps, ils n’éclairent qu’indirectement la question de la réception34. Doit-on en conclure que le dispositif du spectacle vivant et son caractère éphémère interdisent une telle approche ? En posant cette question, nous interrogeons la capacité des sciences sociales à traduire la complexité de l’expérience esthétique, et par là-même, de l’expérience ordinaire des individus. Pour la sociologie de la culture, l’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de prendre « les consommations artistiques pour ce qu’elles sont – des expériences et non pas seulement des consommations35. »

8Convaincus que l’expérience du spectateur – son activité, ses émotions, sa lecture des spectacles, ses interactions avec ses proches ou les autres membres du public, ses moments de plaisir ou ses déceptions – constitue un objet de première importance pour les sciences sociales, il nous paraît nécessaire que sociologues, anthropologues, ethnologues, historiens et philosophes s’en emparent. Deux raisons au moins justifient une telle entreprise. D’abord, parce qu’étudier la réception des spectacles conduit, comme nous venons de l’évoquer, à aborder de front la question des méthodes de recueil et d’analyse des données en sciences sociales. Ensuite, parce que sorties culturelles et réception des œuvres vivantes sont souvent le fruit de pratiques collectives et objets de sociabilité, qui traduisent, à leur manière, l’emprise du monde social sur les individus.

  • 36 Dewey John, Art as experience. New-York, Perigee Book, 1934.

9Dans ce numéro, nous sommes donc partis d’une vision large de l’activité de réception. Il s’agit de considérer non seulement le moment de la confrontation avec une œuvre mais aussi l’ensemble des étapes qui participent à la sortie au spectacle, en amont et en aval de cette confrontation. Notre hypothèse de départ est que c’est tout au long de ces trois temps (avant, pendant et après) que s’élaborent les processus de construction de sens, de prise de plaisir, de jugement de goût, de rejet, de controverses, de décrochage, etc. Cette hypothèse nous a rendus particulièrement sensibles aux interactions qui entourent la représentation. A la fois, parce que ces interactions participent de l’expérience esthétique des individus36 et qu’elles se trouvent au cœur des sociabilités qui s’y déploient. Une même importance est accordée aux émotions. Si ces dernières évoluent dans le temps en lien avec les expériences passées des individus, elles se construisent souvent durant ces interactions. Bref, il nous semble que la réception s’élabore dans le spectacle qu’offrent non plus seulement les acteurs sur scène mais les spectateurs, à l’entrée ou à la sortie du théâtre, et plus encore dans la salle.

10Nous sommes également partis d’une définition large du spectacle vivant, incluant théâtre, chanson, musique, danse, cirque, arts de la rue. Toutes ces disciplines ne sont pas représentées ici mais la plupart d’entre elles figurent en bonne place.

11Malgré cette double ouverture, nous avons rencontré des difficultés pour composer ce numéro. Certes, nous avons reçu un nombre conséquent de propositions de grande qualité. Mais beaucoup n’abordaient pas directement la question de la réception des œuvres vivantes, ne faisant souvent même que l’effleurer. Sans doute s’agit-il d’un nouvel indice de la difficulté des chercheurs à placer cet objet au cœur de leurs enquêtes. C’est en tous cas, un signe supplémentaire que la réception du spectacle vivant demeure un point aveugle des sciences sociales. Ce déficit de travaux sur la réception n’a fait que renforcer notre conviction de la nécessité d’ouvrir un espace pour diffuser et valoriser les travaux existants sur le sujet. Mais c’est également un obstacle réel avec lequel nous avons dû composer.

12Au final, tous les textes retenus éclairent indéniablement plusieurs des aspects de la réception de spectacle vivant et proposent ce qui nous semblent être de véritables avancées, méthodologiques et analytiques.

Éclairer une zone d’ombre

13En explorant divers objets et options méthodologiques, les contributions rassemblées dans ce numéro participent à lever une partie du voile. Elles permettent en outre de démontrer tout à la fois la faisabilité de l’étude de la réception du spectacle vivant et la fécondité d’une telle approche.

14En posant au cœur de son observation les comportements des spectateurs de théâtre, Dominique Pasquier s’interroge sur la manière de faire public aujourd’hui. En s’appuyant sur un corpus de quatre-vingt entretiens, elle explore la double relation que les spectateurs entretiennent avec les acteurs et avec leurs semblables dans la salle. Si le respect des artistes constitue la norme sociale de ce qui est attendu du public contemporain, ce respect n’interdit pas d’autres formes de manifestations. Pasquier éclaire ainsi la manière dont la construction d’un public fait l’objet d’une négociation permanente entre expression de soi et maintien de ce collectif éphémère. En étudiant la teneur des échanges, entre amis ou sein du couple, à propos des spectacles, avant, pendant et après le spectacle, cet article réaffirme l’importance d’étudier la place que les sociabilités occupent dans l’acte de réception, y compris dans des arts savants comme le théâtre où la domestication des corps est fortement présente.

15En apportant une contribution essentielle sur un objet encore trop peu exploré – le cirque – Samuel Juhle et Émilie Salaméro restituent les résultats d’un vaste programme d’enquête européen qui combine analyse de la réception, des fréquentations et de la médiation. Grâce à ce travail, ils montrent à la fois comment les « préférences esthétiques » se construisent dans la durée des parcours spectatoriels, en lien avec les modes de socialisation qui les ont façonnées. En distinguant deux registres de réception particuliers – émerveillement et détournement –, les auteurs analysent la manière dont les spectateurs s’approprient les courants esthétiques du spectacle vivant contemporain pour construire et justifier leurs préférences et leurs goûts. De manière salutaire, Juhle et Salaméro nous invitent à dépasser l’opposition entre réception naïve et réception savante tout en nous incitant à suivre les spectateurs dans le temps et dans leurs différents espaces de loisirs.

16Cette invitation à dépasser clivages et oppositions classiques sur la relation à l’art, nous la retrouvons dans l’article d’Ariane Richard-Bossez, Sylvia Girel et Fanny Broyelle. En partant d’un terrain réputé difficile d’accès – les enfants –, les autrices proposent une double réflexion théorique et méthodologique à l’intersection des sociologies de la culture et de l’éducation. S’appuyant sur l’observation d’une vingtaine de représentations théâtrales « jeune public », elles soulignent les dimensions à la fois sensorielle, émotionnelle, cognitive, interactive et régulatrice qui caractérisent la réception que les enfants font d’un spectacle, avant, pendant et après celui-ci. Elles incitent dès lors à intégrer ces multiples dimensions dans le dispositif d’enquête. Enfin, en questionnant l’effet socialisateur durable des expériences enfantines, elles réaffirment l’intérêt d’une observation longitudinale des pratiques culturelles.

17En se plaçant au cœur d’un concert de rap, Anthony Pecqueux montre la portée heuristique de l’observation en matière de réception. Il étudie ainsi la manière dont un concert peut être vécu comme un événement. Son approche pragmatique mêle description ethnographique et propositions théoriques autour de l’attente et de la félicité. En portant son regard tour à tour sur l’avant spectacle et le spectacle en lui-même, il s’interroge sur ce qu’est l’attente et ce qu’on attend avant un spectacle. Il observe la façon dont cette attente participe à la réception de ce qui va advenir. Le dispositif multisalle où il a mené ses observations lui permet d’étudier à la fois les différents comportements des spectateurs, leurs rapports aux salles, aux artistes et à la musique. Il couple cette description des comportements et des postures des spectateurs à une série d’hypothèses théoriques éclairantes sur l’endurabilité, l’avènement de la félicité où la conscience de participer à un événement révèle les ressorts concrets de la prise de plaisir du spectateur et de la réception d’un concert de rap.

18En s’appuyant sur une vaste enquête quantitative et qualitative sur les pratiques culturelles des étudiants strasbourgeois, Pierre-Édouard Weill et Sébastien Michon analysent la manière dont les dispositions sociales et leurs contextes d’incorporation pèsent sur la perception d’une offre locale de spectacles. D’abord, ils reconstituent la diversité et la polarisation de l’espace des sorties aux spectacles. Ensuite, ils pointent différents types de profils d’étudiants selon la variété, l’intensité et leurs critères de justification de leurs sorties. Enfin, ils montrent comment les contextes de socialisation familiale et scolaire prédisposent à des formes spécifiques d’appropriation de l’offre locale de spectacle. On comprend ainsi la manière dont les étudiants choisissent les salles en fonction de leur perception de la programmation, de l’ambiance, de leur représentation des publics en présence, de leur localisation, de tout un ensemble de considérations pratiques et morales, qui à leur tour orientent leur réception des spectacles.

19Enfin, toutes ces questions relatives aux méthodes, à la complexité et la spécificité du spectacle vivant dans l’analyse sociologique de sa réception, nous les aborderons avec Bruno Péquignot qui a accepté de se prêter, avec nous, au jeu de l’entretien.

Haut de page

Bibliographie

Allard Laurence, « Dire la réception. Culture de masse, expérience esthétique et communication », Réseaux, n° 68, 1994/12, p. 65-84.

Ang Ien, Desperatly Seeking the Audience, Londres, Routledge, 1991.

Beaudoin Valérie, Maresca Bruno, Les Publics de la Comédie française, Paris, La Documentation Française, 1997.

Bourdieu Pierre, Darbel Alain, L’Amour de l’art. Les musées d’art européens et leurs publics, Paris, Minuit, 1966, p. 147.

Certeau Michel de, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, « Folio Essais », Gallimard, Paris, 1990, (1ère édition 1980).

Cibois P, « Les abonnés du théâtre : un public hétérogène », in Donnat Olivier (dir.), Regards croisés sur les pratiques culturelles, La Documentation Française, Paris, 2003, pp. 171-187.

Collin Jean-Damien, Djakouane Aurélien, Négrier Emmanuel, Un territoire de rock. Les publics des Eurockéennes de Belfort, Paris, L’Harmattan.

Dahlgren Peter, « Les actualités télévisées. A chacun son interprétation », Réseaux, n° 44-45, 1990, p. 299-312.

Dayan Daniel et Katz Élihu, La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

Dewey John, Art as experience. New-York, Perigee Book, 1934.

Djakouane Aurélien et Pedler Emmanuel, « Carrières de spectateurs au théâtre public et à l’opéra : prescription opératoires et prescription incantatoires », in Donnat Olivier et Tolila Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Paris, Presses de Science Po, 2003, vol. 2, pp. 203-214.

Djakouane Aurélien, Les carrières de spectateurs. Vers une sociologie des formes de prescriptions théâtrales. Thèse de Sociologie de l’EHESS soutenue le 18 décembre 2007.

Ethis Emmanuel (dir.), Avignon, le public réinventé. Le festival sous le regard des sciences sociales, Paris, La Documentation Française, 2002.

Ethis Emmanuel, Les spectateurs du temps. Pour une sociologie de la réception du cinéma, Paris, L’Harmattan, 2006.

Glévarec Hervé, La sériephilie : sociologie d’un attachement culturel, Paris, Ellipses, 2012.

Gonon Anne, In vivo. Les figures du spectateur des arts de la rue, Montpellier, L’Entretemps, 2011.

Grignon Claude et Passeron Jean-Claude, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie, Paris, Le Seuil, 1989.

Guy Jean-Michel, Mironer Lucien, Les publics du théâtre : fréquentation et image du théâtre dans a population française âgée de 15 ans et plus, Paris, La Documentation Française, 1988.

Hall Stuart, « Codage/Décodage » (traduction d’un texte de 1974), Réseaux, n° 64 CNET, 1994, p. 27-39.

Hennion Antoine, « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, n° 85, 2004/3, p. 9-24.

Hennion Antoine, La passion musicale, une sociologie de la médiation, Paris, A.-M. Métailié, 1993.

Hoggart Richard, La Culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970 (1ère édition 1957).

Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la Réception, Gallimard, Paris, 1978.

Jenkins Henry, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, New York, Routledge, 1992.

Katz Elihu et Liebes Tamar, The export of meaning, Cross-cultural readings of Dallas, New York, Oxford, New York Universtity Press, 1990.

Lahire Bernard, « Entre sociologie de la consommation culturelle et sociologie de la réception culturelle », Idées économiques et sociales, vol. 155, no. 1, 2009, p. 6-11.

Maigret Éric, « Strange grandit avec moi : sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux, n° 70, 1995, pp. 79-103.

Méadel Cécile (dir.), La réception, Paris, CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2009.

Morley David, The Nationwide audience, London, British Film Institute, 1980.

Négrier Emmanuel, Djakouane Aurélien, Jourda Marie, Les publics des festivals, Paris, Michel de Maule, 2010.

Pasquier Dominique, « La sortie au théâtre. Réseaux de conseil et modes d'accompagnement », Sociologie, 2012 (Vol. 3), p. 21-37.

Pasquier Dominique, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999.

Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, « Le temps donné au regard. Enquête sur la réception de la peinture », Protée, vol. 27, n° 2, 1999, p. 93-116, p. 93.

Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, Le temps donné aux tableaux. Compte-rendu d’une enquête au musée Granet, Documents Cercom / Imerec, 1991.

Passeron Jean-Claude, « Consommation et réception de la culture. La démocratisation des publics », in Donnat Olivier et Tolila Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Science Po, 2003, p. 631-390.

Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, (1er édition 1991), 2006.

Pecqueux Anthony, Roueff Olivier (dir.), Écologie sociale de l’oreille. Enquêtes sur l’expérience musicale, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009.

Pedler Emmanuel, Entendre l’opéra. Une sociologie du théâtre lyrique, Paris, L’Harmattan, 2003.

Radway Janice, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1984.

Véron Éliséo et Levasseur Martine, Ethnographie d’une exposition. L’espace, le corps et le sens. B.P.I., Centre G. Pompidou Martine, 1989.

Haut de page

Notes

1 Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, « Le temps donné au regard. Enquête sur la réception de la peinture », Protée, vol. 27, n° 2, 1999, p. 93-116, p. 93.

2 Bourdieu Pierre, Darbel Alain, L’Amour de l’art. Les musées d’art européens et leurs publics, Paris, Minuit, 1966, p. 147.

3 Idem.

4 Certes, dès l’Amour de l’art, la question des codes nécessaires à la réception des messages iconiques contenus dans les œuvres, tout comme celle de la perception du temps de la visite sont prises en compte. Mais elles n’éclairent pas suffisamment les mécanismes de réception des œuvres.

5 Passeron Jean-Claude, « Consommation et réception de la culture. La démocratisation des publics », in Donnat Olivier et Tolila Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Science Po, 2003, p. 631-390.

6 Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la Réception, Gallimard, Paris, 1978.

7 Véron Éliséo et Levasseur Martine, Ethnographie d’une exposition. L’espace, le corps et le sens. B.P.I., Centre G. Pompidou Martine, 1989.

8 Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, Le temps donné aux tableaux. Compte-rendu d’une enquête au musée Granet, Documents Cercom / Imerec, 1991.

9 Hennion Antoine, La passion musicale, une sociologie de la médiation, Paris, A.-M. Métailié, 1993.

10 Hennion Antoine, « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, n° 85, 2004/3, p. 9-24.

11 Pecqueux Anthony, Roueff Olivier (dir.), Écologie sociale de l’oreille. Enquêtes sur l’expérience musicale, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009.

12 Pedler Emmanuel, Entendre l’opéra. Une sociologie du théâtre lyrique, Paris, L’Harmattan, 2003.

13 Ethis Emmanuel, Les spectateurs du temps. Pour une sociologie de la réception du cinéma, Paris, L’Harmattan, 2006.

14 Gonon Anne, In vivo. Les figures du spectateur des arts de la rue, Montpellier, L’Entretemps, 2011.

15 Grignon Claude et Passeron Jean-Claude, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie, Paris, Le Seuil, 1989.

16 Hoggart Richard, La Culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970 (1ère édition 1957).

17 Hall Stuart, « Codage/Décodage », Réseaux, n° 64 CNET, 1994, p. 27-39 (traduction d’un texte de 1974).

18 Certeau Michel de, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, « Folio Essais », Gallimard, Paris, 1990, (1ère édition 1980).

19 Radway Janice, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1984.

20 Ang Ien, Desperatly Seeking the Audience, Londres, Routledge, 1991 ; Glévarec Hervé, La sériephilie : sociologie d’un attachement culturel, Paris, Ellipses, 2012.

21 Morley David, The Nationwide audience, London, British Film Institute, 1980.

22 Jenkins Henry, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, New York, Routledge, 1992.

23 Dahlgren Peter, « Les actualités télévisées. A chacun son interprétation », Réseaux, n° 44-45, 1990, p. 299-312.

24 Katz Elihu et Liebes Tamar, The export of meaning, Cross-cultural readings of Dallas, New York, Oxford, New York Universtity Press, 1990.

25 Allard Laurence, « Dire la réception. Culture de masse, expérience esthétique et communication », Réseaux, n° 68, 1994/12, p. 65-84.

26 Méadel Cécile (dir.), La réception, Paris, CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2009.

27 Dayan Daniel et Katz Élihu, La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

28 Pasquier Dominique, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris,, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999.

29 Maigret Éric, « Strange grandit avec moi : sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux, n° 70, 1995, pp. 79-103.

30 Cibois P, « Les abonnés du théâtre : un public hétérogène », in Donnat Olivier (dir.), Regards croisés sur les pratiques culturelles, La Documentation Française, Paris, 2003, pp. 171-187 ; Beaudoin Valérie, Maresca Bruno, Les Publics de la Comédie française, Paris, La Documentation Française, 1997 ; Guy Jean-Michel, Mironer Lucien, Les publics du théâtre : fréquentation et image du théâtre dans a population française âgée de 15 ans et plus, Paris, La Documentation Française, 1988.

31 Négrier Emmanuel, Djakouane Aurélien, Jourda Marie, Les publics des festivals, Paris, Michel de Maule, 2010 ; Collin Jean-Damien, Djakouane Aurélien, Négrier Emmanuel, Un territoire de rock. Les publics des Eurockéennes de Belfort, Paris, L’Harmattan ; Ethis Emmanuel (dir.), Avignon, le public réinventé. Le festival sous le regard des sciences sociales, Paris, La Documentation Française, 2002.

32 Djakouane Aurélien et Pedler Emmanuel, « Carrières de spectateurs au théâtre public et à l’opéra : prescription opératoires et prescription incantatoires », in Donnat Olivier et Tolila Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Paris, Presses de Science Po, 2003, vol. 2, pp. 203-214 ; Djakouane Aurélien, Les carrières de spectateurs. Vers une sociologie des formes de prescriptions théâtrales. Thèse de Sociologie de l’EHESS soutenue le 18 décembre 2007.

33 Pasquier Dominique, « La sortie au théâtre. Réseaux de conseil et modes d'accompagnement », Sociologie, 2012 (Vol. 3), p. 21-37.

34 Lahire Bernard, « Entre sociologie de la consommation culturelle et sociologie de la réception culturelle », Idées économiques et sociales, vol. 155, no. 1, 2009, p. 6-11.

35 Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, (1er édition 1991), 2006, p. 406.

36 Dewey John, Art as experience. New-York, Perigee Book, 1934.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Djakouane et Gabriel Segré, « La réception du spectacle vivant : un défi pour les sciences sociales  », Terrains/Théories [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/teth/970

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Terrains/Théories sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Nanterre
  • Logo Université Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals