Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Marcel Thiry prosateurGenresMarcel Thiry écrivain politique

Marcel Thiry prosateur
Genres

Marcel Thiry écrivain politique

Paul Aron et Pierre Halen
p. 73-84

Texte intégral

1On a souvent entendu cette opinion : que l’écrivain, en Belgique, se désintéresserait de la politique. Pourtant, d’Emile Verhaeren à Pierre Mertens, l’indifférence n’est certainement pas la figure dominante. Il arrive cependant que la coupure soit manifeste et délibérée : c’est un choix d’écriture qu’on observera, par exemple, dans la génération des années ’ 50 ; ce choix a malheureusement été suivi par une critique souvent peu empressée de lever certains lièvres, voire d’interroger son propre rapport à la société. Cette double indifférence trouve sans doute son origine dans un souci de repli consécutif aux déchirures de la guerre. Or, si les menaces de la question royale paraissent aussi démodées que les enjeux sartriens de l’« engagement », les carences du bon vieux Réel n’en persistent pas moins, et elles ne s’articulent pas moins qu’autrefois en termes de valeurs et de choix. Au-delà de cet aspect éthique inévitable, se profile un champ théorique et historique encore peu balisé. Puisque les œuvres s’insèrent dans l’Histoire selon des modalités à chaque fois particulières, la critique a aussi pour tâche de décrypter ces médiations souvent touffues, et de dépasser le relatif interdit dont nous parlions.

Littérature et politique

2Marcel Thiry présente à première vue le double visage du citoyen particulièrement engagé dans son siècle et du littérateur qui s’en dégagerait, dualité que dirait à sa manière l’opposition, chez lui, du « premier » et du « second métier ». Certes, l’écrivain laisse deviner la sensibilité et l’éthique de l’homme et, très souvent, un épisode biographique revient sous sa plume, transposé. C’est le cas de la campagne de Russie, ou, plus tard, de discussions au Sénat. Mais une lecture rapide de l’œuvre littéraire ne laisse pas l’impression que l’écrivain s’efforce de traduire les options militantes que l’homme a développées avec constance ; on est étonné, par exemple, de ne pas y trouver trace du combat fédéraliste wallon, ou de si vagues et de si minces (dans Echec au Temps, notamment). Ainsi, ce bref quatrain, extrait de Songes st Spélonques (1973), apparaît comme une mise à distance – voire comme une disqualification – du travail de l’auteur au Parlement européen de Strasbourg :

« Le traducteur n’entend pas l’orateur.
Le traducteur n’entend pas l’orateur. »
L’orateur n’entend pas qu’au-dehors l’assemblée
Par un printemps d’oiseaux d’Alsace est assiégée.

3La valeur « printemps » – et la valeur poème – semble ici faire concurrence au sérieux de l’action, et l’emporter sur celle-ci. Faut-il, sur des indications semblables, accréditer l’idée d’une opposition ou d’une contradiction entre l’engagement que l’homme a souscrit toute sa vie et le « désengagement » que poèmes et romans suggéreraient ? Ce serait une façon assez simpliste d’écarter, sans la résoudre, la question que pose l’articulation des deux sphères de discours. On peut tenter une solution, à la lumière de l’œuvre elle-même et des derniers développements critiques.

  • 1 Voir ce motif dans : P. Halen, Une poétique de l’imparfait, Bruxelles, Ciaco-Artei, 1990, pp. 95-99 (...)

4Tout d’abord, on notera que l’œuvre thiryenne, se mettant en abyme dans les attitudes des personnages ou dans certains thèmes poétiques, propose une figure centrale, celle du départ 1 Il ne s’agit pas du « Fuir, là-bas, fuir » cher aux poètes du XIXe siècle. Le départ se donne ici pour imaginaire, et a pour premier sens concret, à travers l’évocation d’un Autre espace-temps, celui de rappeler la nature essentiellement imparfaite de la condition historique ; tout Ordre social, qui se donnerait pour tel, apparaît dès lors comme inessentiel et susceptible de « vaciller », voire d’être renversé ou détruit.

5Le quatrain ci-dessus n’est qu’une des multiples manifestations du mécanisme thiryen de la défaillance, qui voit l’être, un moment, renoncer aux impératifs du premier métier, fût-il politique en ce cas, et lorgner vers une condition moins insatisfaisante, plus « réelle » eu égard à ce que le désir lui signifie de son identité. Mais la défaillance du parlementaire n’est pas pour le faire renoncer à sa quête d’un certain Bien toujours insuffisamment réalisé ; au contraire, elle agit sur lui comme une distraction, sans doute, mais aussi comme un rappel à l’ordre de son manque.

6De ce premier point de vue, il apparaît qu’une logique profonde, qui n’exclut pas la tension, unit les deux versants d’une activité prolixe qui s’étendit sur plus d’un demi-siècle. Nous classons donc les écrits et les actes politiques sous la rubrique du « second métier », en compagnie des poèmes et des œuvres de fiction : le combat du citoyen pour des causes en apparence perdues rejoint l’aspect don-quichottesque des quêtes romanesques qu’imagine l’écrivain. La différence n’est que d’intention : l’action et l’écriture politiques se mobilisent pour les causes possibles, et même raisonnées, à défaut d’être faciles ni raisonnables ; l’écriture littéraire s’attaque aux objectifs impossibles, quoique nécessaires et essentiels. Des deux côtés, celui de l’homme dans l’Histoire et celui des personnages qui ont une plus grande liberté dans le dessein – et dans l’aveu de leurs désirs –, le modèle est celui du Résistant, plus ou moins désespéré, à l’égard de l’injustice imposée par l’Ordre et les Lois.

  • 2 Ibid., pp, 166-171. Sur ces questions, voir aussi : P. Halen, « M.T. Portrait d’un écrivain en mili (...)

7Il est un deuxième point de vue, et un troisième, qui permettent d’approcher autrement cette unité. On observera d’abord que l’œuvre n’est pas si exempte qu’on pourrait le croire d’allusions au réel historique. Si l’écrivain a choisi de ne pas enfermer son œuvre dans des problématiques « belgicaines » qui n’intéresseraient guère le lectorat français ou international, en revanche il n’a pas hésité à y évoquer le contexte du fascisme et de la guerre. Dès 1934, dans les Trois Proses en vers, la question de la neutralité, la naïveté des petites démocraties à l’égard de l’Allemagne, et la certitude du conflit mondial à-venir sont évoquées. On a indiqué récemment comment le Récit du Grand-Père était à ranger aussi sous la rubrique des écrits politiques2. Quant aux poèmes de guerre, publiés d’abord dans la clandestinité et repris bien plus tard en volume, leur engagement est indéniable. En sens inverse, une chronique journalistique comme « Frontière », dont nous reparlerons, mériterait amplement le statut littéraire que lui dénie son origine.

8Enfin, la lecture des écrits politiques récemment publiés nous le rappelle : le polémiste et le militant reste un écrivain. C’est dans une langue admirable (et quelquefois redoutable) que le Liégeois défend son grand amour des démocraties. Il y a là des pages d’anthologie, dans le meilleur sens de l’expression, que l’on ne néglige comme telles que parce que leur message politique mobilise encore aujourd’hui toute l’attention du lecteur.

Lettres aux jeunes Wallons

  • 3 Ceci n’est qu’une façon de parler, tant il est regrettable qu’un ouvrage de cet intérêt n’ait pas r (...)

9Le militant-écrivain est donc un des aspects essentiels du Thiry prosateur. Un volume récemment édité par les soins3 de l’Institut Jules Destrée recueille 23 textes (chroniques, pamphlets, lettres), précédés d’une très longue introduction. L’initiative est heureuse : on n’y trouve pas les fameuses lettres à Robert Poulet, contrairement à ce qui avait été annoncé dans la presse, et c’est regrettable, mais l’ouvrage permet de dresser un premier bilan des thèmes chers à Thiry. 11 nous convainc aussi qu’une étude complète de la question devrait un jour être réalisée.

10Relevons d’abord la continuité ; Thiry n’a pas connu des « périodes militantes » alternant avec des moments de retrait. Il y a pourtant aussi des temps forts : les réparations imposées par le Traité de Versailles, la flamandisation de l’Université de Gand, la politique de neutralité, l’affaire royale, les grèves de 60, la loi Gilson en 62, etc. Ceci nous amène à souligner la nature circonstancielle de ces textes qui s’inscrivent à un moment précis de l’histoire, parfois au jour le jour. L’écrivain ne s’y pose pas en penseur, et il n’a pas laissé la synthèse qui eût articulé les éléments d’une action fédéraliste « en général ».

  • 4 Aucun de ces textes n’a été repris dans le volume que nous présentons. Les revues, liégeoises, sont (...)

11Néanmoins, de grands principes conduisent ce combat obstiné. Dès l’université, Thiry collabore aux revues étudiantes et ferraille dur, notamment contre une revue adverse, catholique et conservatrice4. Jeune avocat, il collabore à la Gazette de Bruxelles entre 1920 et 1928 (120 articles). Dans la Défense wallonne (1921-1927), L’Action wallonne (1933-1940), La Meuse (1944), Wallonie libre (1945-1976), La Wallonie (1961-1962), Forces wallonnes (1968-1977) et dans ses interventions en tant que mandataire public, il développe, par touches successives et parfois changeantes, l’image qu’il se fait du sort de la Wallonie et de son avenir. Le Soir publie environ 250 articles politiques entre 1938 et 1974. Enfin quelques volumes et brochures, comme Voir grand (1921), Hitler n’est pas jeune (1940) ou La Belgique pendant la guerre (1947) achèvent de donner une idée de l’importance quantitative de ces prises de position.

12Ce long parcours permet évidemment plusieurs lectures. Celle qu’ont choisie les éditeurs des Lettres aux jeunes Wallons tente de rendre manifeste une cohérence autour d’un nombre limité de thèmes. Défenseur de la Wallonie dès 1919, partisan de l’alliance militaire avec la France, Thiry semble encore engagé dans le même combat lorsqu’il prononce aux côtés de Plisnier des discours exaltant le fédéralisme et qu’il figure enfin sur les listes du Rassemblement Wallon en 1968. La « francophilie » se manifeste encore dans son opposition viscérale au rexisme, celui-ci prônant une politique de neutralité qui éloigne la Belgique de sa protectrice naturelle. Cette lecture, bien entendu, n’est pas étrangère à la préoccupation actuelle d’une Wallonie soucieuse de légitimité historique, et qui reconnaît en Thiry, comme en Chavée ou en Plisnier, des précurseurs. Eu égard au contexte actuel, les auteurs n’omettent pas de souligner que Thiry marquait nettement sa préférence pour un fédéralisme « à deux », qui rassemblerait face à la Flandre les intérêts de tous les francophones ; ici comme ailleurs, le réalisme l’emporte de très loin sur le sentiment personnel, qui eût sans doute alimenté des rêves d’indépendance wallonne ou même seulement principautaire.

13Il n’est pas sûr que toutes les précautions que prend l’Introduction de ces Lettres aux jeunes wallons suffisent, pour le lecteur, à articuler des valeurs qui sans cesse réagissent l’une sur l’autre. Chacun peut y trouver son bien : l’amoureux de la francité, l’amoureux de la France, l’antifasciste, le séparatiste et le fédéraliste, l’ancien combattant patriote et le pacifiste, le réaliste et l’idéaliste. Ces valeurs, chaque texte les hiérarchise en fonction du moment, de sorte que la porte est grande ouverte pour les contresens. Il suffit de l’un ou l’autre mot malencontreux. Peut-on dire, par exemple, que Thiry « ne put cacher sa nostalgie d’une Belgique entièrement française » ou encore qu’il « ne comprit pas le mouvement flamand » ? Il eût fallu soutenir le contraire : que Thiry avait, parmi les premiers, parfaitement compris où voulait en venir le mouvement flamand et quelle menace il représentait, pour la langue française, soit, mais aussi, plus fondamentalement, pour l’état de droit. Quant à la nostalgie, ce sentiment a été, à certains moments, celui de l’homme Thiry ; mais le polémiste, lorsque sont en jeu des questions directement politiques, se place sur un tout autre terrain. S’il lui arrive de reprendre la formule du Cardinal Mercier, selon laquelle le français est le ciment de la Belgique unitaire, c’est, comme souvent chez lui, pour la détourner ironiquement de son sens initial : puisque la liberté de parler la langue française est à présent menacée, il n’y a plus lieu de soutenir le régime unitaire.

  • 5 À la mort de Maurras, Paul Dresse de Lébioles consacrera à ce dernier un long poème d’hommage, ains (...)
  • 6 Nous soulignons. Voir Toi qui pâlis au nom de Vancouver. Œuvres poétiques (1924-1975), Seghers 1975 (...)

14Le lecteur risque même de croire que Thiry plaçait au-dessus de tout la francité. Mais il pourfend les moindres ambigüités pré-fascistes chez quantité d’écrivains français, et le procès de Maurras ne suscite en lui aucune pitié5. Le combat pour les démocraties libérales est primordial, et les sentiments pour la douce France viennent ensuite. De même encore, l’Allemagne et la Germanie sont certes vilipendées suffisamment par Thiry à l’époque que nous savons. Mais, pour qu’il n’y ait pas de malentendu, il eût fallu rappeler que l’écrivain éprouvait plus qu’un simple intérêt pour l’Allemagne et sa culture, et que sans cela, il n’eût pas écrit Juste ; que les poèmes d’Inermis, par exemple, invoquent, à côté de « la France étendue en son sang » et de « l’Italie ivre et prostituée », « l’autre humaine aussi d’avant l’ogre et le sang, / L’Allemagne nôtre aussi qu’on nous a tuée »6. De même enfin, il est certes arrivé à Thiry de proposer une solution de type « rattachiste » : c’était stratégie réaliste à tel moment, en prévision de la Libération, par exemple, car la plupart du temps l’homme s’accommode plutôt bien de sa nationalité ; c’est volontairement qu’à l’occasion des deux guerres il se présente aux bureaux d’enrôlement, et c’est aussi en patriote qu’il se pose lorsqu’il attaque les Degrelle, les Poulet et les Colin, ainsi que, dans les partis traditionnels, ceux qui font passer le sentiment de la Flandre avant les intérêts du pays.

15Ces Lettres aux Jeunes Wallons ont donc surtout le mérite de nous donner à relire un échantillon choisi, et, en creux, d’appeler une édition plus fournie de ces écrits dont beaucoup sont encore à retrouver. Une réflexion de fond, qui hiérarchiserait l’axiologie de ces textes, est plus qu’urgente ; elle mettrait aussi en évidence les revirements, les évolutions qui font sans doute plus honneur à l’intelligence et au sens des responsabilités de l’écrivain que l’impavide rectitude que certains voudraient trouver chez lui.

Les flèches d’un modéré

  • 7 Loi du 31 juillet 1921, imposant aux fonctionnaires la langue de leur région, et reprenant les term (...)

16Le plus souvent, le militant apparaît comme un modéré, moins sensible aux injustices sociales qu’aux questions culturelles et identitaires ; il aperçoit bien les enjeux de ces dernières, en termes de pouvoir surtout, mais ne recourt aux arguments économiques que très secondairement. Si certaines chroniques ne négligent ni le sentiment ni l’humour, en revanche ses « tribunes libres », fermes, voire acerbes, ne prennent position que sur le terrain légal et rationnel : il déteste les coups de force, ceux que commettent, par exemple, les « commandos » flamingants dans la périphérie bruxelloise, ou pareillement celui que commet la loi dite « von Bissing »7 à l’égard de la Constitution belge. A 17 ans sur le front autrichien, relativement fermé aux intérêts alors exprimés par les populations russes, il s’enthousiasme pour Kerensky et son offensive, mais il n’accepte pas la Révolution d’Octobre qui place le régiment belge, il faut le dire, dans une situation impossible. Plus tard, il répétera à plusieurs reprises son amour du moujik et du soldat russe, tout en considérant, avec plus de recul, la prise de pouvoir par les bolcheviques comme « le plus grand drame » de l’histoire contemporaine. En 1926, comme beaucoup d’intellectuels de sa génération, il n’est pas dépourvu d’une admiration pour le régime mussolinien, qu’il exécrera ensuite.

  • 8 On ne peut s’empêcher de rapprocher ceci de l’adage, cité notamment dans le Récit du Grand-Père : « (...)

17En 1960, il déplore la Grande Grève ; mais de cette dernière, il dira aussi qu’elle a empêché qu’on méconnaisse plus longtemps le problème wallon. « Le diable a porté pierre », écrit-il ; la « faute au second degré » de la grève, en révélant les carences d’un système, indique les voies de son évolution8. « Une Belgique moins unitaire pour être plus unie » est la formule à laquelle il se rallie. Thiry chroniqueur ne se fixe pas pour objectif de discerner des issues politiques : l’évolution de la situation en imposera le profil concret ; en attendant, il combat au jour le jour pour des droits, des principes, une morale. L’homme d’ordre préfère la justice, ou l’idée qu’il s’en fait, à l’ordre lui-même, quitte à adhérer, s’il le faut, aux solutions extrêmes.

18Les polémiques à propos du rexisme illustrent bien cette tournure d’esprit. Quand il s’adresse « à un jeune wallon rexiste », ce n’est pas pour attaquer de front le parti, ni même les excès de son chef. Pragmatique, il s’intéresse davantage à l’équation « neutralité = flamingantisme » pour essayer d’enfoncer un coin entre la base électorale de Degrelle et son propos idéologique. Mais parfois le ton se fait plus ouvertement incisif. Ainsi, la défaite électorale de Rex en 1937 ne signifie pas la défaite du rexisme, et Thiry de renoncer à toutes les subtilités rhétoriques pour polémiquer durement :

  • 9 « Rex vaincu », dans L’Action wallonne du 15 mai 1937. Cité dans Lettres aux jeunes wallons, op.cit (...)

Rexistes larvés sur tous les bancs de la majorité, rexistes, plus ou moins larvés, dans tous les ministères, rexistes honteux à la tête de l’année, où la thèse de la défense à la frontière n’est plus défendue que par une opposition dédaignée... Le rexisme, en tant que maladie politique, triomphe. Car le rexisme, c’est essentiellement cet abandon des droits du Parlement à l’intérieur, des alliances française et anglaise à l’extérieur. Que cette politique-là marquée par le discours royal du mois d’octobre, par le voyage royal à Londres du mois d’avril, que cette politique-là soit menée par Rex ou par le roi, il ne faut pas être grand latiniste pour voir que c’est la même chose9.

19Sur ces positions, notre modéré mène un combat qui n’a plus rien de rhétorique. Quelques jours avant l’invasion allemande, il se livre à son plus tranchant réquisitoire, Hitler n’est pas jeune. Ici encore, c’est en apparence une voix bien raisonnable qui guide la réflexion, Thiry, s’adressant à la jeunesse, démontre que le nazisme est dépourvu de ces charmes romantiques qu’on serait tenté de voir en lui, que le « dynamisme » dont Hitler se pare masque un vil calcul d’intérêts. Son propos relève de la contre-propagande, destinée aussi à dissiper cette équivoque : que les neutralistes belges auraient le monopole du patriotisme.

  • 10 On retrouve la même observation au sujet de la bataille de Waterloo, enjeu symbolique fort vif avan (...)

20Les flèches décochées sont parfois plus acérées encore. Dès avant-guerre, Thiry prophétise les dangers de l’écart qui s’ouvre entre le Roi et la nation. « L’Etat parle un autre langage que l’opinion »10, écrit-il et, plus que de la neutralité officielle, c’est de ce déni de démocratie qu’il tient le gouvernement comptable. Par cette voie, en effet, peut s’instiller la propagande allemande, et le « fait belge » risque d’être ruiné. La conclusion s’impose :

  • 11 Hitler n’est pas jeune, cité dans Lettres aux jeunes Wallons, op.cit., p. 140.

La victoire allemande serait la mort, la paix de fait accompli ne serait pas la vie. La vie, c’est la guérison de l’Europe. Il faut que l’Allemagne change, et pour cela qu’elle expie. Il faut qu’elle soit maintenue en tutelle jusqu’à ce qu’elle ait assez évolué pour prendre sa place dans une fédération de ses vainqueurs. Pour cela, il faut d’abord qu’elle soit vaincue11

21Cette exigence conduit Thiry à vouloir, en mai 40, reprendre du service dans l’armée. A rejoindre ensuite les rangs de la Résistance au sens large : il participe à L’honneur des poètes ainsi qu’aux Lettres françaises clandestines. Thiry, qui est régulièrement la cible d’attaques dans Le Nouveau Journal et ailleurs, n’en paraît pas autrement intimidé ; avec son vieil ami Georges Thone, il est au centre d’une action qui a sans doute dépassé la publication du premier numéro d’un périodique clandestin, Sambre et Meuse ; ils préparent l’après-guerre, et s’attendent à l’éclatement du pays. Sauf un écrit (« Chronique d’un occupé »), l’anthologie citée n’apporte guère de renseignements nouveaux sur cette période fort mal connue de l’activité thiryenne ; il y a bien cette photo d’un « groupe de résistants » en 1944, mais on aurait aimé pouvoir identifier les compagnons de l’époque.

22Le prosateur politique donne, avec la publication à Paris en 1947 de La Belgique pendant la guerre, son plus volumineux essai. Dans le contexte de l’Affaire royale, les problèmes s’entremêlent comme en 1920. Le livre souligne, en même temps que la responsabilité royale dans la défaite de 40, celle des partis conservateurs et des sentiments anti-français de la Flandre ; Paul Dresse de Lébioles, royaliste et unitariste convaincu, venait lui aussi de sortir de presse son Complexe belge. L’amitié qu’il éprouve pour Thiry ne l’empêche pas de traiter celui-ci de « bouffon » dans le compte rendu qu’il publie à propos de La Belgique pendant la guerre. Dans une longue lettre, Thiry réfute patiemment ses arguments et conclut ainsi :

  • 12 Lettre inédite du 30 mai 1947. Le compte rendu de Paul Dresse avait paru dans Vrai, et des extraits (...)

Mais est-il possible, mon cher Paul, que pour vous, après la double expérience de 14 et de 40, lorsqu’on dit qu’il aurait fallu s’unir dès 36 contre l’Allemagne, on soit coupable d’avoir voulu « inféoder la Belgique à la France » ? Je le dis avec tristesse (...] : c’est vous, ce n’est pas nous, qui rendrez la Belgique impossible. Car revendiquer [...] le droit de « faire sa guerre-à-soi » dans la situation de 1940, c’est confirmer qu’un si étroit nationalisme reste un péril mortel pour la sécurité de la Belgique, de la France et de l’Europe.
Oui, ce que vous écrivez là me paraît grave, comme il me paraît grave et même sinistre que la défense s’organise en même temps autour du roi et autour de tout un germano-fascisme renaissant. [...]
Il y a un « fait belge », c’est ma conviction. Mais les faits se défont, – et c’est vous, prenez-y garde, en persévérant dans des erreurs dont ne veut plus la Wallonie, qui aurez défait la Belgique12.

23Cette citation indique assez l’état des esprits, à l’époque. Elle suggère aussi l’origine démocratique en même temps que patriotique de l’option fédéraliste après la guerre. Pour la dénigrer, la Gazette de Liège avait choisi ce titre : « Les égarements d’un poète », et Paul Dresse avait insinué la thèse du rattachisme. On n’était pas, à ce moment, à un coup bas idéologique près.

Frontières

24La réflexion politique de Thiry n’est pas seulement ce travail de la raison modérée mise au service de la justice. Une telle présentation, si elle est conforme à la rhétorique de son argumentation, ne souligne pas assez l’élan du cœur qui guide sa pensée. Un texte admirable en livre la démonstration ; publié dans Le Soir du 10 octobre 1938, Frontière est une chronique de la vie quotidienne : un marchand de bois fait sa tournée aux limites du territoire, là où, dans la forêt, se devinent les avant-postes allemands. Mais l’atmosphère est calme, et les pacifiques douaniers belges n’ont guère de travail. Sauf celui de remettre entre les mains des Allemands, au-delà de la frontière, les réfugiés juifs qui s’efforcent de passer en Belgique. « – Il faut bien, n’est-ce pas ? La Belgique ne peut pas les avoir tous sur le dos ? » Et Thiry de conclure :

  • 13 Le texte est cité dans Lettres aux jeunes Wallons, op.cit., pp. 123-127.

Quelque chose se raidit dans notre nuque pour empêcher l’acquiescement banal, la tranquillisation, le simple signe de tête qu’attend notre brave homme. Il n’y a pour lui répondre, encore une fois, que le silence, le grand silence de la forêt qui assiste à ces choses-là, toutes les nuits et tous les jours, et qui médite, en face de l’Allemagne13.

25Des textes comme celui-ci montrent que le militant Thiry, en rédigeant ses chroniques, ne négligeait pas les talents de l’écrivain.

26Sa qualité de littérateur l’a servi d’une autre façon lorsqu’il s’est agi de conduire, sur les deux fronts culturel et politique, la participation belge aux divers organes de la Francophonie qui se mettaient en place à la fin des années 1960. Son amour de la France ne l’empêche pas alors d’apercevoir que ces institutions auraient tout à perdre d’une attitude trop dominatrice de l’Hexagone. C’est la solidarité qu’il fixe comme objectif à la francophonie, afin d’aider les zones où le français plie sous les coups de ta loi du nombre – quand ce n’est pas sous celle des coups de force, physiques ou légaux. A cette occasion encore, Thiry a su démontrer que le sens de l’histoire n’est pas toujours une vertu refusée aux écrivains.

Haut de page

Notes

1 Voir ce motif dans : P. Halen, Une poétique de l’imparfait, Bruxelles, Ciaco-Artei, 1990, pp. 95-99 ; voir aussi, ibid., p. 205. Le départ est une modalité narrative du phénomène plus fondamental de la défaillance.

2 Ibid., pp, 166-171. Sur ces questions, voir aussi : P. Halen, « M.T. Portrait d’un écrivain en militant », in H.-J. Lope (Hrsg.), Les écrivains belges devant l’Histoire. Actes du colloque de Marbourg (11-12.10.1990), Frankfurt-Bem-New York-Paris, Peter Lang, à paraître 1991, Studien und Dokumente zur Geschichte der Romanischen Literaturen.

3 Ceci n’est qu’une façon de parler, tant il est regrettable qu’un ouvrage de cet intérêt n’ait pas reçu toute l’attention d’un professionnel de l’édition et de la mise en page, qui lui eût évité, e.a,, la mise en place malhabile des tirets, des apostrophes et des blancs (Lettres aux jeunes Wallons, Préf. de F. Perin, Intr. de M, Ajzenberg et L. Rochette. InsiJ. Dcstrée, 1990).

4 Aucun de ces textes n’a été repris dans le volume que nous présentons. Les revues, liégeoises, sont e.a. L’étudiant libéral et Le Vaillant.

5 À la mort de Maurras, Paul Dresse de Lébioles consacrera à ce dernier un long poème d’hommage, ainsi qu’un article dans la Revue Générale. S’ensuit un échange de correspondance où l’on voit Thiry reprendre la position de l’ami que la collaboration de Dresse à Cassandre avait mis en alerte ; à propos du poème, il lui écrit : « Nul ne peut éprouver un autre sentiment que le respect en vous voyant rendre cet hommage éclatant au grand vaincu que vous n’avez cessé d’aimer fidèlement. Puis-je vous indiquer que cet hommage ne perdrait rien de sa grandeur et gagnerait en objectivité, en sérénité, en chance de durée, si vous effaciez cette “traîtrise” imputée aux juges et aux gouvernants qui ont condamné Maurras et appliqué sa condamnation [pour trahison] ? » « Cette trahison, mon cher Paul, est flagrante [...] Maurras, les Allemands occupant la France, a lutté dans le même sens que la propagande allemande, contre les juifs, contre les gaullistes, contre les communistes, contre les résistants quels qu’ils soient. Il a approuvé, réclamé l’exécution d’otages, proposé un tri parmi les prisonniers communistes et la mise au poteau des chefs triés. Cela, c’est signé de lui, et c’est indiscutable. [...] » (Lettres inédites des 8 et du 23 décembre 1952).

6 Nous soulignons. Voir Toi qui pâlis au nom de Vancouver. Œuvres poétiques (1924-1975), Seghers 1975, p. 169-184 ; et aussi Jeune fille la Paix, ibid., pp. 187-194.

7 Loi du 31 juillet 1921, imposant aux fonctionnaires la langue de leur région, et reprenant les termes d’une ordonnance du gouverneur militaire allemand, en date du 9 août 1917, dans le cadre de la « Flamenpolitik ». S’il adhère à ce moment à la tendance « unioniste » du mouvement wallon, dont l’objectif non dissimulé est le maintien d’une Belgique où la langue principale et officielle est le français, Thiry ne met pas l’accent sur le refus, comme tel, de la langue flamande ; son argumentation, au contraire, pose des problèmes de droit et s’appuie sur un principe de liberté, qui lui paraît menacé par le rapport de forces majoritaire/minoritaire qui divise le Parlement après les élections au suffrage universel de 1919. En d’autres termes, il ne dénie pas aux néerlandophones le droit de s’exprimer dans la langue de leur choix, ce qui le mettrait en contradiction avec les valeurs qu’il défend, mais il conteste, précisément, que ce choix, où bien des raisons objectives pouvaient intervenir en faveur du français, ne soit plus permis. Voir e.a. « Questions brûlantes », dans La Gazette, 5 août 1921.

8 On ne peut s’empêcher de rapprocher ceci de l’adage, cité notamment dans le Récit du Grand-Père : « ex vero nihil nisi vcrum unum, ex falso quod libet ». Le rapprochement repose sur une même forme de raisonnement logique, et souligne la parenté que nous esquissions plus haut entre les deux versants de l’œuvre.

9 « Rex vaincu », dans L’Action wallonne du 15 mai 1937. Cité dans Lettres aux jeunes wallons, op.cit., pp. 119-122.

10 On retrouve la même observation au sujet de la bataille de Waterloo, enjeu symbolique fort vif avant et après la guerre, dont on retrouvera des traces dans Echec au Temps. Ainsi : « Si les efforts de MM. Crokaert, Selliers de Moranville, L’Hoist et consorts, pour établir qu’à Waterloo les Belges étaient du côté de l’Angleterre n’étaient pas contraires à la vérité historique, ils resteraient tout de même parfaitement vains. Car la Wallonie se contenterait de leur répondre que même si Waterloo, en 1815, avait été salué en Belgique comme une victoire, le même Waterloo, jugé en 1938, « senti » par la Wallonie actuelle, n’est pas autre chose qu’un désastre. [...] S’il est permis de parler sentiment, [...] [i]l y a en France, mais surtout en Wallonie, quelque chose de physique qui ne peut pas admettre Waterloo. Ni l’ineffable Degrelle, ni M. Crokaert, ni même Robert Poulet avec tout son talent, n’y changeront jamais rien » (L’Action wallonne, 15 juillet 1938).

11 Hitler n’est pas jeune, cité dans Lettres aux jeunes Wallons, op.cit., p. 140.

12 Lettre inédite du 30 mai 1947. Le compte rendu de Paul Dresse avait paru dans Vrai, et des extraits furent publiés dans La Gazette de Liège des 25-27 mai. Il donnera lieu à un droit de réponse de Thiry.

13 Le texte est cité dans Lettres aux jeunes Wallons, op.cit., pp. 123-127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron et Pierre Halen, « Marcel Thiry écrivain politique »Textyles, 7 | 1990, 73-84.

Référence électronique

Paul Aron et Pierre Halen, « Marcel Thiry écrivain politique »Textyles [En ligne], 7 | 1990, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/textyles/1795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.1795

Haut de page

Auteurs

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Pierre Halen

U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search