Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9FrancophonieDe quelques lectures belgo-franco...

Francophonie

De quelques lectures belgo-francophones ou franco-wallonnes : d’une tribu l’autre

Pierre Halen
p. 320-326

Texte intégral

1Le vieux débat : la langue est le seul critère irrécusable pour identifier une littérature, mais elle ne suffit pas à rendre compte, par elle-même, de toute l’identification. Du moins est-on assuré que les évolutions de la langue, soit du point de vue de son expansion, soit du point de vue de ses constituants linguistiques, concernent celles des littératures domiciliées à son enseigne. D’autre part, à l’heure de la problématique construction européenne, les structures de la Francophonie changent, elles aussi, et ses représentations se modifient ; en même temps, le long feuilleton de l’évolution institutionnelle en Belgique donne lieu à de nouvelles péripéties dont rien n’assure qu’elles déboucheront sur une clarification attendue par tous. Un certain nombre de publications récentes font écho à ce triple débat dont les enjeux sont inextricablement mêlés.

  • 1  Le Français en débat. Préf. de B.J. Risopoulos. Bruxelles, Min. de la Communauté française, 1992, (...)
  • 2  Voir p.e. R. Lafont, Robert. Nous, peuple européen. Paris, Kimé, 1991, pp.260-262.

2Évoquons d’abord le quatrième cahier publié par la maison de la Francité à Bruxelles dans la série Français & société 1 ; il regroupe les textes de quatre conférences prononcées en 1990-1991, respectivement par Marc Wilmet, Jean-Marie Klinkenberg, Bernard Cerquiglini et Roger Dehaybe à propos du statut actuel de la langue française et de son évolution. L’analyse des trois premiers cités, linguistes, fait apparaitre comme plutôt désuètes les Chasses aux belgicismes et autres Corrigeons-nous dont les descendants survivent néanmoins en Belgique ; le combat pour une fantasmatique pureté de la langue masque des interrogations sociales plus graves, souligne J.-M. Klinkenberg, qui recommande aussi, avec M. Wilmet, l’abandon de cette méfiance systématique à l’égard de son propre parler que le francophone belge est deux fois tenté de subir. Les données institutionnelles et politiques du problème, rappelées ensuite par R. Dehaybe, devraient être de nature à éviter l’aberrante séparation des intérêts francophones de Bruxelles et de la Wallonie à laquelle d’aucuns s’emploient ; par ailleurs, tant de pays africains, que la Belgique et la France ont obligés à s’insérer de fait dans la Francophonie à l’époque coloniale, ne comprendraient guère aujourd’hui qu’on ne leur garantisse plus la solidité de cette passerelle vers la vie internationale. À l’heure où le nouveau louque de certains intellectuels de France, subjugués peut-être par la grande illusion « réaliste » d’Alain Minc, est de prôner paradoxalement, au nom des nécessités de la communication, l’adoption de l’anglais par l’Europe et, au nom du droit à la différence, la revalorisation des langues sous-nationales2, ces considérations ne sont pas inutiles.

  • 3  Lisez, c’est du belge. Dossier Actualquarto, n° 10, 6 février 1992, 12 p.

3D’aussi lucides réflexions sur la langue n’ont rien qui nous éloigne des champs littéraires, structurés par les mêmes enjeux, qu’il s’agisse de la présence de l’Afrique à l’étal des librairies ou du soupçon que le francophone belge continue parfois de nourrir, a priori, vis-à-vis de ses écrivains. Ainsi, c’est contre un auto-dénigrement de la même espèce que s’élève le bref dossier pédagogique consacré par la revue Actualquarto aux lettres belges de langue française3. On ne peut que se réjouir de cette initiative et de l’appui que lui a apporté la Communauté française, en la personne de Joseph Duhamel. Les élèves seront utilement confrontés à ces brefs articles, d’une actualité fort claire et, pour tout dire, apéritive. Un entretien accordé en 1985 par Jean-Marie Klinkenberg au journal Vers l’Avenir s’y trouve reproduit, où le sentiment wallon plutôt qu’une feinte objectivité vient « mettre en cause l’idée d’une Communauté française de Belgique qui serait homogène ». Mais, dirions-nous, aucune communauté n’est homogène, aucune collectivité n’existe sans croire qu’elle a « une histoire relativement cohérente derrière elle », alors que la fonde, seul, le nom auquel ses membres se rallient. On voit que le « débat politique » a des répercussions sur les positions de l’historien (et non l’inverse, me semble-t-il) jusque dans ce type de publication didactique. Le « Bruxellois » (le nom de l’Autre), s’il s’éprouvait isolé à présent, n’aurait du reste qu’à s’en prendre à lui-même, d’avoir souvent mal partagé le pouvoir symbolique avec le « Wallon ». Pour le reste, un dossier à recommander aux enseignants et aux élèves, où ne figure, des œuvres elles-mêmes, qu’un extrait du Repas chez Marguerite (pourquoi ce livre-là ?). Un apéritif disions-nous.

  • 4  Écrire le pays. Rencontres d’écrivains francophones. Saint-Imier (CH), Canevas éditeur et Espace 2(...)

4Pour les entremets, recommandons plutôt l’agréable petit volume où treize interventions d’écrivains se proposent comme autant de variations sur le thème retenu pour les Rencontres d’écrivains francophones par la Communauté des Radios publiques de Langue française4. Écrire le pays : sans autre précision, c’était la porte ouverte à bien des rêveries sur les lieux de l’enfance, ces lieux irrécusables, ces scènes, ces paysages et ces émotions que tant d’écrivains emmènent avec eux leur vie durant, et que l’exil ranime. Dans le même ordre d’idées, le pays c’est aussi la langue, souvent les langues et leur jeu, comme plusieurs auteurs se plaisent à le rappeler ici,

5La RTBF, pour son compte, avait invité René Swennen et Jacques Sojcher. Le premier, ayant déploré qu’il n’y eût plus guère que le français pour assurer les différents rôles que jouaient le latin et les dialectes, situe clairement le pays « entre Somme et Loire », puisqu’aussi bien, de tous les écrivains francophones de Belgique, seuls les Flamands auraient exprimé un pays qui ne fût pas la France, Cette position « néo-classique », que bien des faits d’histoire littéraire pourraient illustrer, n’est évidemment pas partagée par Jacques Sochjer, se proclamant ici « écrivain mineur » et jouant à ne pas être le « poète sérieux » dont parlait Chavée ; du coup, le pays trouve une consistance « franco-bruxelloise » et renoue avec une identité dont De Coster, sans doute, fut le premier enfant, mais qui s’autorise aussi de références mondiales et bigarrées. Voilà revenue la belgitude, avec pertes et fracas de langue. Par tradition, chaque institution nationale invite à ces rencontres un écrivain étranger : le RTBF a jugé plaisant d’inviter, à ce titre, Thierry Haumont, lequel ne manque pas l’occasion de rappeler l’« inutile médiocrité » que constitue à ses yeux la Belgique, eu égard au terril de l’enfance wallonne.

6Ce trio de représentants a du moins l’avantage de la diversité. En commun, sauf une allusion à Ruysbroeck chez Sochjet, ils ont aussi cette singularité de ne citer aucun écrivain de « leur pays ». Leurs confrères canadiens, suisses et français semblent vivre dans des « pays » plus volontiers attentifs à eux-mêmes.

  • 5  Les Littératures d’expression française. Dossier publié par Lettres et Cultures de langue français (...)
  • 6  Le constitutionaliste Fr. Delpérée réitérait récemment, quant à lui, sa proposition du terme « fra (...)

7Signalons également, dans la perspective de ce qui précède, la nouvelle présentation, plus soignée et plus consistante, que reçoit la revue de l’Adelf : Lettres et cultures de langue française, à présent dirigée par Charles Saint-Prot5. Sans doute par l’effet d’une intention programmatique, cette livraison entend « présenter un panorama actuel » de toutes les littératures d’expression française ; c’est dite qu’on en reste, bien sûr, à des pages de synthèse qui renouvellent peu l’approche de chacune des littératures, mais font le point avec plus ou moins de clarté. Ici comme en d’autres lieux de la « francophonie » officielle, on a laissé s’exprimer cet attachement attendri et un peu crispant pour une langue française en lutte pour sa survie internationale ; enfin, l’on va jusqu’à s’en prendre, d’une manière qui peut paraître déplacée et même réactionnaire, au Traité de Maastricht, lequel confierait à la « technocratie bruxelloise le soin d’unifier – c’est-à-dire de niveler – les cultures des nations », quand la francophonie serait, elle, un « humanisme pour demain » ! Comme si la langue française n’avait, elle-même, unifié/nivelé et en définitive supplanté quantité de « cultures », de dialectes et de langues... En revanche, on a du moins accepté l’idée qu’il y ait des littératures, et l’on reprend sans ambiguïté l’accusation de Robert Corne vin selon qui « le drame des écrivains de langue française est encore l’ignorance de la grande presse française ». Observons aussi de qu’elle manière la « Communauté française Wallonie-Bruxelles », cet impossible intitulé officiel de la Belgique francophone, est désormais (?) étiquettée au moyen du seul terme de « Wallonie » par Charles Saint-Prot dans son introduction ; l’auteur oublie-t-il Bruxelles comme il oublie le Valais dans une autre énumération, ou a-t-il abouti aux mêmes conclusions que, naguère, M. Gérard Deprez ? De l’étranger, où l’on a bien le droit de vouloir simplifier les choses mais certes pas celui de considérer Bruxelles et sa périphérie comme des entités flamandes, pourrait venir s’imposer la nécessité de ne recourir qu’à cette appellation claire6.

8Le panorama que propose ensuite Robert Frickx, en dépit de son titre : « La littérature française de Belgique », commence par accepter le fait d’une entité spécifique, ne serait-ce que parce qu’elle répond à une demande évidente sur le marché de la critique ; « l’appartenance du patrimoine culturel de la Belgique à celui de la France [...], ajoute-t-il, n’est d’ailleurs revendiquée que par une minorité d’écrivains belges ». Quant au contenu de cette spécificité (mais faut-il qu’elle ait un contenu, et les réalités du marché des biens symboliques francophones autant que les nécessités identitaires ne suffisent-elles pas ?), on en revient ici à l’idée d’un « apport du sang germanique », et l’on oppose, à ceux qui veulent « réduire le génie des peuples et leur littérature à la langue », la prégnance des « racines » et l’évidence, ici répétée, de « l’attachement au terroir ». C’est peut-être évoquer les choses d’une manière un peu passéiste, quand la tradition et le terroir ne sont que les modalités avec lesquelles quelques écrivains s’inventent des valeurs et interrogent le présent. Mais Robert Frickx ne pouvait bien sûr s’attarder à ces questions alors qu’il lui fallait encore, en peu de pages, réussir l’exercice difficile du panorama d’histoire littéraire. L’auteur déplore qu’il ne soit forcément pas complet et que tout le monde n’ait pu y être cité ; il s’y trouve pourtant trop de noms déjà, et de fort inégale importance, pour reprendre un euphémisme de l’article, eu égard aux lecteurs réunionnais, maliens ou même français qui le liront. Enfin, deux regrets. D’abord, les trois références bibliographiques (non dues, semble-t-il, à Robert Frickx) qui sont mentionnées (p. 143) « pour en savoir plus » au sujet de la « Wallonie » sont pour le moins insatisfaisantes. Ensuite, il est dommage qu’une publication qui fait un tel cas des prestiges de la langue française ait laissé s’imprimer tant de fautes d’orthographe (« La Revue d’études palestiniennes éditent », p. 10 ; « d’avoir rassembler, p. 11, etc.) et, dans la contribution de Robert Frickx, tant de coquilles malvenues : Aygesparse (p. 16, 17), Gorges Linze (p. 17), Jacque Izoard (p. 19), Jacques Sterneg (p. 23), La Cave aux crapauds (p. 23), et surtout : les fameuses phases « contripète » et « contrifuge » de notre littérature !

  • 7  Les Enjeux de la francophonie. Dossier publié par Textes et documents pour la classe, hebdomadaire (...)

9Le dossier préparé par la revue pédagogique Textes et documents pour la classe, en collaboration avec la Communauté française de Belgique qui devrait l’avoir diffusé dans ses établissements scolaires, mérite des éloges7. Bien illustré, clairement présenté et rédigé, il fait le point avec réalisme sur « les enjeux de la francophonie » : « conjuguer identité et diversité ». Seul un liminaire cède au lyrisme en évoquant le « banc d’essai pour la civilisation humaniste de l’an 2000 » qu’elle constituerait. La Belgique y est, quantitativement et qualitativement, bien représentée, encore qu’on ne sache à qui attribuer cette citation qui a dû plaire à M. Dehaybe : « l’avenir du français en Afrique se joue à Bruxelles » (p. 6) ; qu’il s’agisse d’y négocier la politique linguistique de l’Europe future (« l’avenir de la communauté de langue française en Europe passe par la défense interactive des autres langues parlées sur le Continent européen »), d’y affirmer comme au Québec le « droit des personnes » prioritairement à celui du sol ou du sang, d’y veiller sur une politique de « coopération » appelée à devenir de plus en plus européenne ou encore d’y vivre au quotidien, comme à Genève, une socialité internationale à dominante francophone : les tâches ne manquent pas, auxquelles il faudrait ajouter celle de jouer un rôle plus considérable dans l’édition.

10Si ce dossier évoque presque toujours l’intitulé officiel : « Communauté française de Belgique », il lui arrive de faire bref et de recourir à l’appellation inédite : « en Wallonie-Bruxelles » (p. 5). Parmi quelques extraits de chansons, c’est Maurane qui représente cette zone au nom difficile ; parmi les romanciers, X. Deutsch, F. Dannemark et Pierre Mertens. Mais parmi les « textes sans frontières », c’est un extrait de Vera Feyder, à propos de Liège, qui est retenu ; on peut y lire que « le parler liégeois ne ressemble à aucun autre » et que, s’il fait songer néanmoins au vaudois et au canadien, « il est aussi éloigné du bruxelaire que le cockney l’est du texan. Qu’on se le dise ! ». Vous avez dit « sans frontières » ?

11La bibliographie signalée en fin de dossier n’est, forcément, qu’un échantillon illustrant la « richesse des métissages et des symbioses ». Conséquence d’une vieille et regrettable habitude parisienne, aucun écrivain français n’est cité parmi les francophones, tandis que la couverture du dossier montre des enfants africains lisant Astérix... N’eût-il pas été plus conforme à l’esprit de cette belle livraison d’exhiber de jeunes Français lisant Amkoullel, l’enfant peul ?

  • 8  167 p. S’adresser au C.I.E.F., Université de Paris-Sorbonne, Rue Victor Cousin, 1, F-75005 Paris.

12Ce rapide tour d’horizon, clôturons-le par l’évocation d’un périodique nouveau, annuel, dont la première livraison a été disponible en juin 1992 : L’Année francophone internationale (1991)8. Cette publication est vouée à « ce qu’un honnête homme de notre temps doit savoir sur la politique et l’économie, les arts et la culture, la littérature, la chanson, le cinéma et les principaux vecteurs de la civilisation contemporaine à travers la francophonie ». Chaque mot a dû être pesé dans cette adresse au lecteur qui, en faisant l’hypothèse d’une civilisation mondiale, se propose de la saisir à travers l’univers francophone, Foin de certaines nostalgies, donc, comme de certaines idéalisations et de certaines ambigüités. Elles reviennent néanmoins à quelques endroits, et il est significatif qu’il s’agisse notamment de la contribution plus politicienne d’un membre du Ministère français de la Coopération ; la francophonie serait « une sorte de laboratoire d’humanité solidaire » et, face à « l’effondrement ou [au] déclin des empires matérialistes », « l’avenir est de nouveau ouvert aux peuples résolus, aux fortes volontés et aux grandes entreprises » (p. 25). Cette rhétorique, qui eût ravi Flaubert, rappelle fâcheusement les accents lyriques des discours sut l’Empire ; plus haut, on s’était du reste félicité du fait que le Cambodge « s’apprête à regagner le cercle de famille » (p. 21). On évoque par ailleurs une « conception africaine de la démocratie » (p. 21), formulation dangereuse dont usaient aussi M. Mobutu et quelques autres. On laisse enfin entendre que la France est, des pays francophones du Nord, le seul vraiment généreux à l’égard du Sud (p. 26). Ce sont des reliquats, sans doute, des débris, dont le discours « francophone » aurait intérêt à se débarrasser, tout comme il aurait à réfléchir quant à la place systématiquement prioritaire qu’il continue d’accorder à la France.

  • 9  A. Decaux, Le Tapis rouge. Paris, Perrin, 1992.

13À lire le récent Tapis rouge, où l’ex-Ministre délégué à la Francophonie Alain Decaux a consigné les souvenirs de sa brève carrière9, on découvrira quantité d’anecdotes et d’entretiens intéressant l’histoire hexagonale. Forcément, on découvre aussi ce que constitue, dans les faits, la politique française en matière de francophonie : une représentation diplomatique en plus, mais sans portefeuille, où, sous la « grande idée », on ne distingue pas toujours clairement les intérêts francophones de ceux de la France.

14Des axes plus positifs et constructifs se dégagent néanmoins. On fait place, dans L’Année francophone internationale comme sous la plume d’A, Decaux, à la nature diverse des produits culturels contemporains. On envisage même l’idée de promouvoir, au nom de la francophonie, le « développement des langues africaines et la création culturelle dans les pays du Sud » (p. 27). On précise le rôle du « culturel » comme « condition et moteur du développement » (p. 28). On parvient aussi à mieux articuler l’une par rapport à l’autre les superstructures francophone et européenne, alors que d’aucuns, comme Charles Saint-Prot (supra), continuent de les présenter comme rivales, ce qui ne s’explique que par la permanence du rêve impérial français ; la solution de « diversité » où ce rêve est dilué ne doit en effet pas faire illusion : on la retrouverait sans peine dans le discours des années ’30 sur les territoires d’outre-mer, dans les années ’40 et ’50 sur l’Union française, Enfin, on inclut formellement la France parmi les états francophones et, contrairement au dossier sur « les enjeux de la francophonie », on présente une sélection d’écrivains fiançais au même titre que de leurs confrères belges, suisses ou africains.

15Pour lucide qu’il se veuille, le programme de cette Année francophone internationale reste bien vaste et l’on privilégie forcément ici une approche compréhensive plutôt qu’extensive : les collaborations réussissent pour la plupart à proposer d’utiles synthèses qui, probablement, constitueront aussi avec le temps une sorte de mémoire pratique des évènements de telle année dans tel secteur géo-culturel. La nécessité de pratiquer des choix n’imposait cependant pas celle d’avoir condensé en une seule contribution générale ce qui concernait l’Afrique noire, dont les destinées sont multiples, quoi qu’il en soit de la relative convergence des évolutions politiques récentes. Ne pourrait-on diviser ce domaine gigantesque en plusieurs zones, ne serait-ce que, par exemple : « Afrique centrale » et « Afrique de l’Ouest » ; ou bien choisir, chaque année, deux ou trois pays qui feraient l’objet d’une approche aussi détaillée que celles dont bénéficient la France, la Belgique et la Suisse ? Ce serait faire œuvre utile, d’un point de vue également pratique et symbolique, car ces pays aussi ont une histoire, faut-il le répéter, et le besoin de synthèses claires en ce qui les concerne est tout aussi grand, sinon plus.

  • 10  Toutefois, la dernière partie, « Congrès, colloques et renseignements », est quelque peu brouillon (...)
  • 11  Acte de foi renouvelé ensuite dans la Revue Générale (cfr notre compte rendu dans ce numéro).

16Sauf ce relatif déséquilibre Nord-Sud, la conception de cette première livraison est remarquable10, En ce qui concerne la Belgique, on pouvait se reposer sur Marc Quaghebeur pour brosser une de ces fresques historico-littéraires dont il s’est fait une spécialité et même un style ; le critique ne manque pas d’y dénoncer, lui aussi, « l’impasse structurelle » qui sépare de manière « inquiétante » les intérêts francophones des Bruxellois et des Wallons. Il ne manque pas non plus l’occasion de répondre à Charles Bertin qui avait renouvelé, dans la Revue des deux mondes, une prise de position intitulée « Je suis un écrivain français »11, qui rejoint ainsi le crédo, évoqué ci-dessus, de René Swennen : telle est la « minorité d’écrivains » dont parlait R. Frickx. Outre son caractère à la fois inopportun et désuet, cette déclaration était d’autant plus « aisément réfutable » qu’elle s’abaissait à l’injure larvée et restait sourde à tout ce qui l’entoure. On voit que les « spécialistes » qui ont collaboré à cette première Année francophone internationale savent allier à l’analyse le sentiment, ce qu’illustrerait aussi bien le tableau un peu mitterandiste de la « France en 1991 » par Robert Jouanny (ceci n’est en rien un reproche).

17Faut-il que les « Wallons », les « Franco-wallons » ou les « Wallonie-Bruxelliens » se réjouissent de l’approbation, par la Fédération Internationale des Professeurs de Français, d’un projet de « Déclaration universelle des Droits linguistiques » (p, 144) ? Il semble que non, car ce document vise à « reconnaitre à chaque langue le droit d’être apprise dans tous les secteurs de l’activité humaine ». Comme il eût été préférable de reconnaitre à chaque humain le droit d’apprendre et de vivre publiquement dans la langue qu’il souhaite ! Curieux décalage, alors que le terme de « démocratie » revient dans ces diverses publications francophones plus ou moins officielles comme un motif obsessionnel ; il nous ramène à notre point de départ, lorsque nous relevions, avec Jean-Marie Klinkenberg, l’ambigüité des purismes et de quelques autres combats déplacés.

Haut de page

Notes

1  Le Français en débat. Préf. de B.J. Risopoulos. Bruxelles, Min. de la Communauté française, 1992, 60 p., Cahiers Fiançais & Société n° 4.

2  Voir p.e. R. Lafont, Robert. Nous, peuple européen. Paris, Kimé, 1991, pp.260-262.

3  Lisez, c’est du belge. Dossier Actualquarto, n° 10, 6 février 1992, 12 p.

4  Écrire le pays. Rencontres d’écrivains francophones. Saint-Imier (CH), Canevas éditeur et Espace 2 (Radio Suisse romande), 1991, 139 p.

5  Les Littératures d’expression française. Dossier publié par Lettres et Cultures de langue française, Revue semestrielle de l’Association des Ecrivains de Langue Française, (Paris), n° 17, 1er sem. 1992, 156 p.

6  Le constitutionaliste Fr. Delpérée réitérait récemment, quant à lui, sa proposition du terme « franco-wallon » (Louvain, sept. 92, n° 31, p. 24).

7  Les Enjeux de la francophonie. Dossier publié par Textes et documents pour la classe, hebdomadaire du Centre National de Documentation Pédagogique (29, Rue d’Ulm, F-75230 Paris), n° 612, 18 mars 1992, 32 p.

8  167 p. S’adresser au C.I.E.F., Université de Paris-Sorbonne, Rue Victor Cousin, 1, F-75005 Paris.

9  A. Decaux, Le Tapis rouge. Paris, Perrin, 1992.

10  Toutefois, la dernière partie, « Congrès, colloques et renseignements », est quelque peu brouillonne du point de vue de l’organisation graphique, et l’on y trouvera difficilement son bien.

11  Acte de foi renouvelé ensuite dans la Revue Générale (cfr notre compte rendu dans ce numéro).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « De quelques lectures belgo-francophones ou franco-wallonnes : d’une tribu l’autre »Textyles, 9 | 1992, 320-326.

Référence électronique

Pierre Halen, « De quelques lectures belgo-francophones ou franco-wallonnes : d’une tribu l’autre »Textyles [En ligne], 9 | 1992, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.2052

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search