Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13VariaLa diffusion de l’œuvre de George...

Varia

La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne

Hubert Roland
p. 193-203

Texte intégral

1En 1916-1918, la maison d’édition Insel-Verlag, dirigée à Leipzig par Anton Kippenberg, publia trois traductions de l’œuvre de Georges Eekhoud : Jean-Paul von Ardeschah traduisit Burch Mitsu, tandis que Tony Kellen prit en charge Kees Doorik et La Nouvelle Carthage. Cet intérêt prononcé d’Anton Kippenberg pour l’œuvre d’Eekhoud est à resituer dans le cadre d’une ambitieuse « série flamande » qui, en plein conflit mondial, s’efforçait de mettre en valeur en Allemagne la littérature flamande, principalement de langue néerlandaise. Charles De Coster et Georges Eekhoud furent les seuls auteurs « flamands » d’expression française à être repris par Kippenberg et son réseau de conseillers et traducteurs.

2La mise en valeur de l’œuvre d’Eekhoud dans ce contexte peut être considérée comme l’aboutissement d’une réception assez enthousiaste de l’auteur en Allemagne depuis le milieu des années 1890 ; celle-ci avait toutefois fait l’objet de certains malentendus. Par ailleurs, l’intérêt de Kippenberg pour la littérature belge puise ses racines dans la médiation qu’il avait réalisé avant 1914 en faveur de Verhaeren. Les circonstances politiques et l’orientation stratégique et idéologique de l’administration civile allemande en direction de la culture flamande stimulèrent l’intérêt d’un éditeur dont l’éclectisme et l’ouverture sur le monde n’étaient déjà plus à démontrer.

« Rectifications »

  • 1  Cote ML 2970/172. Je remercie Fabrice van de Kerkhove d’avoir attiré mon attention sur cette note
  • 2  L’article de Fabrice Polderman, « L’œuvre de Georges Eekhoud à l’étranger » parut dans le numéro d (...)

3C’est le titre que porte une note dactylographiée de trois pages, conservée dans le fonds Eekhoud des Archives et Musée de la Littérature, et probablement rédigée par l’écrivain lui-même1 Cette note concerne la diffusion de l’œuvre d’Eekhoud en allemand et elle répond à un article rédigé dans la hâte par Fabrice Polderman, qu’elle considère comme « bâclé à la suite d’une documentation incomplète »2. Cette note vise donc à corriger les informations données par Polderman et à attester que « l’œuvre de Georges Eekhoud est répandue au moins autant en Allemagne qu’en France », et qu’elle y est « peut-être même plus goûtée ».

4On y apprend que La Nouvelle Carthage fut traduite trois fois en allemand :

  • Une première fois par Alfred Goetze en 1898 dans le supplément littéraire du Vorwärts, l’organe socialiste de Berlin, de façon « à peu près fidèle » ; cette traduction se recommande en outre « par son souci de couleur et son élégance », Goetze la fait précéder d’une étude sur l’auteur, estimée « très remarquable et très documentée ».

    • 3  À cause d’une faute de frappe, h suite de la note contredit l’indication chronologique de 1903, en (...)

    La seconde traduction de l’œuvre, par Tony Kellen, parut dans un premier temps dans la Rheinisch Westfälische Zeitung en 1903, où elle fut précédée d’une étude « assez pédante et vaguement pharisienne (quoique consciencieuse) »3. La traduction elle-même paraît pour le moins singulière et fait l’objet d’une rectification importante, justifiée par le fait qu’il s’agit du « plus cavalier des tripatouillages » :

L’esprit, la tendance, la portée, la sensibilité de l’œuvre y sont absolument dénaturées. Le roman y est réduit à une simple narration. Toutes les hardiesses en sont expurgées. Aussi des chapitres entiers parmi les plus importants et les plus caractéristiques, notamment vers la fin du livre ont été supprimés, de sorte que l’ouvrage ne représente plus que la moitié de l’original. Pour comble le traditore et non traduttore a poussé le sans gêne jusqu’à y aller d’un dénouement de sa farine et pour que l’histoire finît bien il célèbre dans un épilogue les noces de Bergmans et Régina, veuve de Bégard [sic : Béjard]. Il va sans dire que Georges Eekhoud a répudié cette version par trop vertueuse, cette adaptation pour familles puritaines et bien pensantes de [cette] œuvre manifestement libre, franche et passionnée.

5La première traduction de Kellen fut à nouveau publiée en janvier et février 1915 dans le Düsseldorfer General Anzeiger.

6– Kellen dut par contre remanier de fond en comble sa traduction pour la faire éditer par Kippenberg en 1917-18 dans la « flämische Serie » de l’Insel-Verlag.

7Avant de s’attarder plus loin sur la diffusion de l’œuvre d’Eekhoud en Italie et en Angleterre, puis sur la bibliographie en tchèque, en polonais, en « jüdisch ou dialecte judéo-allemand » et en néerlandais (notamment les traductions de La Petite Servante et du Coq rouge par Stijn Streuvels), l’auteur de la note procède encore à un inventaire de quelques études et traductions en allemand :

8– une nouvelle étude sérieuse et étendue d’Alfred Goetze dans le numéro de septembre 1896 de la revue Die Gesellschaft (Leipzig), suivie d’une excellente traduction de Burch Mitsu ;

9– une remarquable traduction de Hiep-Houp par Goetze dans le numéro de novembre 1897 de la même revue ;

10– une très bonne traduction de Tante Marie par Rudolf Komadina, toujours dans Die Gesellschaft (octobre 1900) ;

11– les traductions du Dr Meienreiz concernent Escal Vigor en 1903 (Max Spohr Verlag, Leipzig) et différents récits (La Bonne Leçon, Le Suicide par amour, Une mauvaise rencontre) dans la Wiener Rundschau et la revue Der Eigene ;

  • 4  La première traduction de Kees Doorik par Kellen partir anonymement en 1892-93 dans ! a « Sammlung (...)

12– la traduction de Kees Doorik par Kellen, publiée dans le cadre de la série flamande de Kippenberg. Curieusement, le Burch Mitsu de Jean-Paul von Ardeschah, publié aussi chez Insel, n’est pas mentionné par la note4.

Monopole de la traduction pour l’Insel-Verlag

  • 5  Émile et Marthe Verhaeren – Stefan Zweig. Correspondance, Edition établie, présentée et annotée pa (...)

13On connaît le zèle belgophile d’avant-guerre d’Anton Kippenberg grâce à l’édition critique de la correspondance entre Emile Verhaeren et Stefan Zweig rédigée par Fabrice van de Kerckhove. À partir de 1910, l’éditeur devint le meilleur allié de Stefan Zweig dans sa campagne de diffusion de l’œuvre du poète belge en Allemagne5.

  • 6  Voir Siegfried Unseld, « Anton Kippenberg : "Den besten unserer Zeit genugthun” », dans Intel-Alma (...)
  • 7  Ces deux initiatives sont mentionnées dans les rapports inédits de von der Lancken, chef de la « p (...)

14Kippenberg (1874-1950) reprit seul la direction de l’Insel-Verlag en 1906. En ce qui concerne la forme, l’éditeur s’attache à la diffusion du « beau livre » et fonde l’Insel-Bücherei, sorte de collection de poche. Quant à son programme d’édition, il reprend peu d’auteurs contemporains, mais ceux dont l’éditeur croit à la pérennité ; l’Insel-Verlag se veut par ailleurs une maison d’édition « ouverte sur le monde », dans la tradition de Goethe (« Weltliteratur mit Goethe und im Goetheschen Sinn »)6. Une place était donc réservée à Verhaeren aux côtés des œuvres de Goethe, Hofmannsthal et surtout Rilke. Kippenberg acquit ainsi un droit de préférence pour les traductions en volumes de Verhaeren. Quelques mois avant la guerre, Kippenberg était encore assurément ouvert sur le monde et songeait à éditer en allemand les œuvres complètes de Flaubert. L’occupation allemande de la Belgique, à laquelle il prit part dès août 1915 comme responsable d’un « Kriegszeitung », lui procura l’occasion de concilier ses vertus de bon patriote et ses qualités d’éditeur. La « Flamenpolitik » de l’occupant, dont l’objectif consistait à soutenir les revendications du mouvement flamand par une série de mesures politiques et administratives, devait en effet comprendre un volet culturel de poids, avec la création d’une revue artistique, Der Belfried, et l’édition de traductions d’auteurs flamands, pour la plupart d’expression néerlandaise7.

  • 8  Pour davantage de précisions, voir l’article que j’ai consacré à Rudolf-Alexander Schroder, Wilhel (...)

15Une compétition ardue s’engagea entre différentes maisons d’édition allemandes fascinées par la matière ; le travail de l’Insel-Verlag fut favorisé par l’influent directeur de la firme Krupp à Essen, Eberhard von Bodenhausen, qui intercéda pour favoriser la mutation en Belgique du poète allemand belgophile Rudolf-Alexander Schröder, une des chevilles ouvrières de la série flamande, puis de Kippenberg lui-même8. L’objectif de ce dernier comme éditeur de la série flamande ressort clairement d’une lettre à Bodenhausen du 31 mai 1915 :

  • 9  Cité dans : Bernhard Zeller, Die Insel. Eine Ausstellung zur Geschichte des Verlags unter Anton un (...)

Qu’il s’agisse de "conserver" la Belgique, de la "protéger" ou qu’importe : il faut avant tout [...] que nous tissions des relations spirituelles avec elle, auxquelles nous donnerions de réels fondements, surtout par le commerce de livres, que nous devons rendre beaucoup plus politique, Je pense ainsi à un programme d’édition germano-belge (ou germano-flamand ?), aux orientations politiques, culturelles et littéraires, dont ferait partie une sorte d’Insel-Bücherei. [...] Que savent sur nous ces Flamands qui nous sont si proches ? Que savons-nous d’eux ?9

  • 10  Cité dans : Gerhard Schuster (éd.), Hugo von Hofmannsthal. Briefwechsel mit dem Insel-Verlag, Arch (...)
  • 11  Voir Bert Govaerts, « De kleine oorlog van Anton Kippenberg », dans Dietsche Warande en Belfort, 1 (...)
  • 12  La collection économique de l’Insel-Bücherei reprit une traduction du Sire Halewyn de Charles De C (...)

16L’occasion était rêvée pour Anton Kippenberg, comme il l’écrivit alors à Hugo von Hofmannsthal, de « favoriser sur place ses vieux intérêts flamands »10. Le jeune écrivain hollandais Jan Greshoff avait déjà fait parvenir par écrit à Kippenberg, à la demande de ce dernier, un inventaire des auteurs de langue flamande à qui il convenait d’accorder une place dans la série flamande11. Celle-ci parut donc en 1917-18 et résulta d’un travail intensif de deux ans. Censée fournir au lecteur allemand une sorte de coupe transversale de l’histoire de la littérature flamande, elle mettait à l’honneur la littérature de langue flamande, depuis la mystique et le théâtre moyenâgeux jusqu’aux auteurs des xixe et xxe siècles : Anton Bergmann, Hendrik Conscience, Guido Gezelle, Stijn Streuvels, Herman Teirlinck, Cyriel Buysse, René de Clercq et August Vermeylen ; Georges Eekhoud et Charles De Coster complétaient ainsi ce panorama12. Dans le réseau des traducteurs et collaborateurs de Kippenberg, conscrits au sein de l’administration civile allemande de Belgique, Rudolf-Alexander Schroder et Friedrich-Markus Huebner multiplièrent les contacts sur place avec les auteurs concernés.

Une compétition intense

  • 13  Le dossier « Flamica » de Weimar comprend la correspondance d’édition entre Kippenberg, les auteur (...)

17Une abondante documentation d’archives inédites relative à la « flämische Serie » peut être consultée aux archives de l’Insel-Verlag, conservées au Goethc-Schiller-Archiv de Weimar13. Elle atteste de l’intense compétition que se sont livrée plusieurs éditeurs allemands, lorsqu’il s’est agi de faire paraître en langue allemande les auteurs flamands pendant la guerre. Citons simplement ici une lettre de Rudolf-Alexander Schroder (en vers), incitant Kippenberg à se hâter pour faire traduire la première pièce de la série flamande, une anthologie de vieilles chansons flamandes :

  • 14  Deutsches Literaturarchiv Marbach (DLA), 64.1490.

Betreffs der Verdeutschung der Vlamengesänge
Ich bitte Euch, Professor, zieht’s nicht in die Länge !
Sonst kommen Herr Müller und kommen Herr Diederichs
Und machen aus Schönem und Gutem was Wiedrigs14.

  • 15  Voir les catalogues 25 Jahre Georg Müller Verlag. München, 1928 et 60 Jahre Eugen Diederichs Verla (...)
  • 16  Goethe-Schiller-Archiv (GSA) 50/82,7. Mentionnons encore la traduction du Sang rouge des Flamands (...)

18Si Schröder mentionne ici les éditeurs Georg Müllier et Eugen Diederichs, c’est bien parce qu’il est au courant de leur zèle belgophile, similaire à celui de l’Insel-Verlag. Georg Millier a en effet édité avant la guerre des œuvres de Félicien Rops et Georges Rodenbach ; quant à Diederichs, il fut l’éditeur allemand de Maeterlinck, De Coster et Lemonnier15. Le dossier « Flamica » fourmille d’allusions diverses à la guerre d’édition que se livrèrent Insel, Georg Müller et Diederichs, notamment par annonces interposées dans les journaux : dans une lettre à Kippenberg du 11 avril 1916, Markus Huebner explique par exemple qu’il s’est hâté de traduire Ruysbroeck, parce que « Diederichs écrit partout où il le peut sut la mystique flamande ; il a donc certainement quelque chose en tête »16.

  • 17  Une première contribution dans ce sens a été réalisée pat Joachim Schultz dans un article « Das Bi (...)
  • 18  GSA 50/82,7.
  • 19  Friedrich-Markus Huebner fut tenté par la traduction des nouvelles d’Eekhoud, mais « se contenta » (...)

19L’intérêt pour la Flandre avait certes été ravivé en Allemagne par la « Flamenpolitik » ; il reste encore à inscrire cette passion allemande pour la Flandre dans la durée et à examiner de près quelle était l’image de la Belgique et de la Flandre dans les milieux intellectuels allemands avant et après la guerre17. Eekhoud et Streuvels firent eux aussi l’objet de sollicitations multiples. On apprend encore dans une lettre de Markus Huebner à Kippenberg, datée du 24 novembre 1915, que Diederichs avait énergiquement approché Eekhoud avant la guerre pour le faire traduire18. Et si Kippenberg put compter des œuvres d’Eekhoud dans la série flamande, il le dut aux visites régulières de Huebner à la rue du Progrès, domicile de l’auteur19.

  • 20  Rassemblées dans GSA 50/82,5.

20La correspondance directe entre Eekhoud et l’Insel-Verlag ne comprend que trois pièces20, la dernière d’entre elles mettant un terme à toute controverse éditoriale avec les concurrents. Le 27 juillet 1916, Georges Eekhoud écrivit ainsi :

Très cher honoré Monsieur,
Par la présente je vous déclare que l‘Insel Verlag est le seul éditeur avec lequel j’ai traité par un contrat en due forme et à l’exclusion donc de tous les autres éditeurs, pour le droit de traduction de toutes mes œuvres en allemand.

21Comme dans le cas de Verhaeren, mais pour des raisons sans doute différentes, Kippenberg se réserva donc auprès d’Eekhoud un droit de préférence. Pour examiner les raisons qui l’y ont poussé, il convient de se pencher sur la correspondance de l’éditeur avec Markus Huebner, les traducteurs Jeau-Paul von Ardeschah et Tony Kellen, et l’éditeur Georg Müller.

  • 21  Cette lettre se trouve dans le dossier de correspondance Kippenberg – Huebner (GSA 50/82,7). L’Ins (...)
  • 22  GSA 50/82,5. Î1 semble que la traduction de ce recueil, qui ne verra pas le jour, fit promise à Hu (...)

22Lorsque Markus Huebner se rend pour la première fois chez Eekhoud le 23 novembre 1915, ce dernier l’informe de l’intérêt prononcé d’Eugen Diederichs pour son œuvre. Le médiateur de ce dernier fut, semble-t-il, jean-Paul von Ardeschah. Peu après cette visite, une lettre d’Eekhoud du 10 décembre 1915 accorda curieusement à Huebner l’autorisation de traduire ses œuvres (à l’exception d’Escal Vigor dont il voit déjà cédé les droits de traduction), pour le compte de l’Insel-Verlag21. Eekhoud confirme ce droit de préférence dans une lettre à Kippenberg du 27 décembre de la même année, où il exprime son souhait de voir réunis, sous le titre général de Kermesses flamandes, un certain nombre de contes issus de quatre recueils : Kermesses, Nouvelles Kermesses, Cycle patibulaire et Communions22.

  • 23  Comme Maurits Sabbe et August Vermeylen. Voir le détail de ces tractations dans Bert Govaerts, art (...)
  • 24  Lettre du 31 mai 1916 à Markus Huebner, GSA 50/82,7.
  • 25  Avec notamment des textes de Guide Gezelle, René de Clercq et Prosper van Langendonck,
  • 26  Gärtner en traduisit un quatrième, Rose van Dalen, pour l’Insel-Verlag.
  • 27  Notons toutefois l’absence de nouvelles traduites du français dans ce dernier ouvrage, tandis que (...)
  • 28  GSA 50/83,1.
  • 29  GSA 50/82,5.
  • 30  Eekhoud ajoute ici lui-même en bas de page : « plus d’un gros tiers de l’ouvrage original ».
  • 31  GSA 50/82,8.
  • 32  Dans sa lettre du 10 août 1916, Kellen recopie à son tour le passage d’une lettre qu’Eekhoud lui a (...)
  • 33  Lettre de l’Insel-Verlag à Kellen du 10 août 1916. La qualité des traductions demeura le critère p (...)

23Une péripétie supplémentaire intervient en mai 1916, lorsque le très officiel Boersenblatt für den deutschen Buchhandel annonce la publication allemande de deux œuvres d’Eekhoud chez Georg Müller. Kippenberg sollicite que Markus Huebner se rende directement chez Eekhoud pour discuter de l’affaire. En effet, Eekhoud n’est pas le seul auteur belge à traiter avec la concurrence ; à cela s’ajoutent les problèmes rencontrés par Kippenberg auprès de certains auteurs flamands qui rejettent ses propositions23. Parlant du projet global de la série flamande, Kippenberg ajoute, anxieux : « L’entièreté de notre action menace d’être détruite »24. Les craintes de Kippenberg sont bel et bien fondées : si Diederichs se limita en fin de compte à la publication d’une anthologie de poésie flamande en édition bilingue25, Georg Müller se révéla beaucoup plus entreprenant ; il fit traduire trois romans de Cyriel Buysse par Georg Gartner26, de même que des œuvres de Louis Delattre et d’Eugène Demolder. Enfin Georg Goyert (traducteur des Lettres à Élise pour Insel) rassembla pour l’éditeur munichois le Flandern, Ein Novellenbuch, concurrence directe du Flämisches Novellenbuch compilé par Markus Huebner pour Insel...27 L’annonce faite par Georg Müller dans le Boersenblatt de la parution de La Nouvelle Carthage et des Kermesses suscita un échange de lettres avec Kippenberg28. Le 3 juin 1916, Kippenberg en appela au contrat passé avec Eekhoud les 11/13 janvier 1916. Georg Müller tarda quelque peu à répondre, avant de s’appuyer sur la traduction de La Nouvelle Carthage par Tony Kellen, publiée, on le sait, dans différentes revues ; autorisée par Eekhoud pour la parution en revues, le travail de Kellen aurait également été autorisé par l’auteur à paraître sous forme de livre. Kippenberg se renseigna dès lors à la source et reçut à ce moment un courrier plutôt cocasse, à savoir une lettre datée du 16 juillet 1916 de Tony Kellen, recopiée quasi intégralement à la main par Eekhoud !29 Les explications de Kellen sont les suivantes : deux éditeurs allemands se sont soudainement intéressés à sa traduction ; toute l’ambiguïté repose sur le concept de « traduction autorisée » : si La Nouvelle Carthage était autorisée par l’auteur pour paraître en revue, l’était-elle également pour paraître en volume ? Eekhoud lui-même semble y avoir perdu son latin et/ou avoir distribué les autorisations de traduction avec générosité... Mécontent du « tripatouillage » que l’on sait, Eekhoud aurait, d’après la lettre recopiée, permis à Kellen de faire paraître sa traduction de La Nouvelle Carthage en volume, « en exprimant le désir d’y voir rétablis quelques-uns tout au moins des passages supprimés »30. Ces informations sont complétées par l’échange de lettres entre l’Insel-Verlag et Kellen31. Ce dernier a en effet négocié en parallèle avec Insel et Georg Müller, et semble irrité par les hésitations d’Eekhoud32. Il finit par accepter la proposition que lui fait Kippenberg de publier sa traduction, à condition qu’elle soit cette fois-ci complète et révisée par rapport à l’original33. En mars 1918, l’Insel-Verlag reprendra également la traduction que Kellen avait faite de Kees Doorik.

  • 34  GSA 50/82,1.
  • 35  Ardeschah fait dire à Eekhoud à son propos dans sa lettre du 20 janvier 1917 à l’éditeur : « Au mo (...)
  • 36  Kippenberg se soucie peu du jugement de Cari Hauptmann, qu’il n’estime pas un « berufener Beurteil (...)

24La correspondance entre l’Insel-Verlag et Jean-Paul von Ardeschah débute en mars 1916. Ardeschah revendique lui aussi l’estime d’Eekhoud, qui voit écrit un prologue à sa traduction du Dorfwinkel de Camille Lemonnier éditée chez Diederichs34. Kippenberg n’est pas demandeur en ce qui concerne une autre traduction de La Nouvelle Carthage. En revanche, il commande auprès d’Ardeschah une traduction de Burch Mitsu mais juge la traduction des Libertins d’Anvers insuffisante sur le plan qualitatif, ce qui suscitera l’ire d’Ardeschah. Encore une fois, il sera question d’une prétendue recommandation de Georges Eekhoud35, et même d’une recommandation de Carl Hauptmann36. Le Fonds Eekhoud contient encore la copie d’une lettre de Hauptmann à Ardeschah, datée du 2 janvier 191 [8] :

  • 37  ML 2970/27.

Ich sende Ihnen Eekhouds "Burch Mitsueilend zurück. [...] Das kleine Werk ist von seltenem Reiz, trägt echteste Züge. Hat die Gewalt mn Laermanns Bildern./ Ist ausnehmend schön erzählt. Sowohl in den hellerlichten Seegefühlen, wie auch in der Schilderung der Massenwirkungen37.

  • 38  GSA 50/82,10. Schacht recevra toutefois un honoraire pour son travail, tout comme Ardeschah après (...)

25Pour compléter le panorama de la documentation consacrée à Eekhoud aux archives de Weimar, il convient de mentionner la traduction de plusieurs nouvelles proposée par le Dr Roland Schacht à l’Insel-Verlag en 1918, puis en 1920. Prétextant d’abord la pénurie de papier puis les contraintes du programme d’édition, Kippenberg renoncera à publier les nouvelles traduites par Schacht38.

Un intermédiaire culturel méconnu

  • 39  Il collabora également après la guerre au Disque Vert.

26La personnalité et les textes de l’écrivain et critique d’art Friedrich-Markus Huebner (1886-1964) restent encore largement méconnus en Allemagne et en Belgique, où il faudrait analyser la passion de celui-ci pour l’art belge. Outre les traductions déjà mentionnées, Huebner est par exemple l’auteur d’études consacrées à Jeroen Bosch, Gustaaf de Smet et Marc. Eemans, ce qui témoigne de son éclectisme en la matière39.

  • 40  ML 2954/16.
  • 41  Les Allemands réquisitionnent à ce moment des cuivres et risqueraient ainsi de s’en prendre aux bi (...)
  • 42  ML 2954/18.
  • 43  ML 2954/19.

27La première mention de ce « collaborateur de La Vie intellectuelle et ami de Rency » dans le journal inédit d’Eekhoud remonte au 13 février 1916, lorsque l’auteur reçoit des mains de son ami 3000 F de droits d’auteur (dont 1000 iront au Mercure de France), « en trente beaux billets belges »40. Le 10 août 1917, Huebner vient chercher chez Eekhoud l’exemplaire des Libertins d’Anvers qui servit à la traduction non publiée d’Ardeschah. Le 29 octobre 1917, Huebner apporte à la rue du Progrès deux exemplaires de La Nouvelle Carthage, la traduction cette fois-ci « tout à fait fidèle » de Kellen41 ; le 16 mai 1918, « Monsieur H... » glisse dans la boîte aux lettres les journaux allemands contenant des comptes rendus de l’édition allemande de La Nouvelle Carthage42. Enfin, le 27 octobre 1918, l’employé allemand vient annoncer à son ami belge que la partie est bel et bien perdue pour l’occupant : « C’est la désorganisation et peut-être la révolution ? Jusqu’où les mènera la réaction démocratique ? »43.

28Deux semaines plus tard auront lieu les événements de la révolution bruxelloise des soldats-ouvriers allemands, menée entre autres par l’écrivain expressionniste Cari Einstein. Eekhoud, même s’il regarde les événements de loin, les qualifie de « sensationnels, formidables, inouïs » :

  • 44  12 novembre 1918, ML 2954/19.

La Révolution allemande à Bruxelles. Le gouvernement des socialistes ouvriers, marins et soldats. – La paix ! Le désarmemement ! – Réapparition passagère mais formidable, spontanée de drapeaux et de cocardes, d’insignes belges. La racaille compromet ce bel élan pacifiste et de fraternisation44.

  • 45  Voir l’article « Materialen über Cari Einsteins Aufenthalt in Belgien », que j’ai donné dans le vo (...)

29Une tentative de fraternisation entre certains révolutionnaires allemands et les autorités du Parti Ouvrier Belge avorta dès l’après-midi du 10 novembre 1918 et le « Soldatenrat » se substitua alors simplement à l’autorité allemande déchue pour négocier le retour des troupes en Allemagne. La possibilité d’un soulèvement révolutionnaire avait été écartée par le P.O.B. lui-même45. On s’étonnera donc de retrouver dans le journal d’Eekhoud un écho tardif d’un éventuel courant républicain en Belgique, à la date du 17 novembre 1918 :

  • 46  ML 2954/19. Cet extrait est à mettre en parallèle avec un passage du Journal inédit d’Edmond Picar (...)

[A]urions-nous la Révolution chez nous et pour notre propre compte ? [...] après le bochévisme nous aurions le Bolchevisme... Toujours est-il que d’après les conversations que j’ai eues ces derniers temps Vidée républicaine gagnerait pas mal d’adhérents chez nous, même dans les couches bourgeoises et dans les milieux de fonctionnaires, dans le monde quasi-officiel ?46

  • 47  18 avril 1919, ML 2954/19.

30Le dégoût d’Eekhoud pour les règlements de compte de fin de guerre et pour « l’esprit de Versailles » est manifeste. Aussi réagira-t-il avec sympathie au manifeste de Déclaration d’indépendance de l’esprit que lui fit parvenir Romain Rolland lors du lancement du mouvement « Clarté »47. C’est probablement dans le même esprit qu’il faut comprendre le compte rendu que Markus Huehner fait de sa dernière visite chez Eekhoud, dans une longue lettre du 29 octobre 1918 au couple Kippenberg :

  • 48  On ne trouve pas cette lettre dans les archives de Weimar Elle finit par aboutir dans le dossier « (...)

Georges Eekhoud m’a promis, lorsque j’ai pris congé de lui, de venir immédiatement en Allemagne dans le but de publier un livreil rédigerait les impressions de son voyage en Allemagne. Eekhoud a pour lui la tribune du Mercure de France. Les personnes éduquées de Belgique et de France l’écouteront. Il est ouvertement germanophile et voudrait contribuer à la réconciliation de l’Est et de l’Ouest, comme Romain Rolland48,

  • 49  Paul Colin, Allemagne (1918-1921). Paris, F. Rieder et Cie, 1923. Dans la même lettre, Huebner men (...)

31Le rôle évoqué ici pour Eekhoud échut plutôt au jeune Paul Colin, relais de « Clarté » en Belgique, qui rassembla en livre ses impressions de voyage sur l’Allemagne d’après-guerre49.

  • 50  Voir Robert O.-J. Van Nuffel, notice sut Georges Eekhoud dans : Biographie nationale, t. 35, Bruxe (...)
  • 51  Voir l’article de Maurits Coppieters sur le mouvement « Clarté » en Flandre : « De Republiek van d (...)
  • 52  Voir le compte rendu de la série flamande donné par Hausenstein (« Bemerkungen über flämische Lite (...)

32Suite à ses contacts avec l’Insel-Verlag et à ses publications en allemand, Eekhoud fera l’objet d’une controverse après la guerre et devra donner sa démission de professeur à la Ville de Bruxelles50. On lui reprocha aussi sa sympathie pour le mouvement flamand51. Il est vrai que Wilhelm Hausenstein, autre connaisseur allemand de la culture belge, avait déjà classifié Eekhoud, aux côtés de Verhaeren, Maeterlinck et De Coster, parmi les représentants de l’esprit flamand52. Si ces auteurs n’utilisèrent pas la langue néerlandaise, nous dit Hausenstein, c’est parce qu’il s’agissait là d’un véritable martyre, impliquant l’impossibilité de toute diffusion de leurs écrits en Belgique et en Europe. Peu importe la bonne ou mauvaise foi de Hausenstein dans le caractère unilatéral de cette explication, la sympathie d’Eekhoud pour le mouvement flamand et sa présence dans la série flamande de l’Insel-Verlag renforçaient en Allemagne l’image d’écrivain social déjà véhiculée à son propos.

Haut de page

Notes

1  Cote ML 2970/172. Je remercie Fabrice van de Kerkhove d’avoir attiré mon attention sur cette note

2  L’article de Fabrice Polderman, « L’œuvre de Georges Eekhoud à l’étranger » parut dans le numéro de décembre 1913 de La Société nouvelle.

3  À cause d’une faute de frappe, h suite de la note contredit l’indication chronologique de 1903, en indiquant que la même étude « reparut » plus tard, en novembre 1902 (sic) dans la revue Germania publiée en Belgique. Une étude du Dr. V. Hammern (pseudonyme de Kellen ?) parut en effet dans le n° de novembre 1903 de Gennania. On n’explique pas ici que cette revue fut initiée en 1898 par l’« Alldeutscher Verband », dans le but de combattre l’ennemi commun de ce groupement et des Flamands, à savoir la Fiance. Voir la dissertation de Bruno De Corte, Het Tijdschrift Germania (1898-1905) in het kader van de Vlaams-Duitse Betrekkingen, K.U.L., 1982.

4  La première traduction de Kees Doorik par Kellen partir anonymement en 1892-93 dans ! a « Sammlung ausländischer Romane » à Stuttgart. Je remercie Madame Mirande Lucien (Université de Lille III), qui m’a permis de compléter cette contribution en me fournissant la version inédite de la quatrième partie de sa thèse de doctorat consacrée à Georges Eekhoud.

5  Émile et Marthe Verhaeren – Stefan Zweig. Correspondance, Edition établie, présentée et annotée par Fabrice van de Kerckhove. Bruxelles, Labor et Archives et Musée de la Littérature, 1996. Voir le compte-rendu de cet ouvrage dans le présent volume.

6  Voir Siegfried Unseld, « Anton Kippenberg : "Den besten unserer Zeit genugthun” », dans Intel-Almanach auf das Jahr 1996, p. 21.

7  Ces deux initiatives sont mentionnées dans les rapports inédits de von der Lancken, chef de la « politische Abteilung », département de l’administration civile allemande qui supervisa la « Flamenpolitik ». Voir les rapports portant sur les périodes novembre 1915-janvier 1916 (pp. 19-20) et août 1916-janvier 1917 (p. 21). Une copie de ces rapports est disponible sur microfilms aux Archives du Ministère Belge des Affaires Étrangères (Archives du « Auswärtiges Amt » allemand, film F.N.R.S. n° 6).

8  Pour davantage de précisions, voir l’article que j’ai consacré à Rudolf-Alexander Schroder, Wilhelm Hausenstein et Friedrich-Markus Huebner, qui paraîtra dans les Actes du Colloque « Les relations littéraires et culturelles belgo-allemandes – Die deutsch-belgjschen Beziehungen im literarischen und kulturellen Bereich 1890-1940 » (Louvain-la-Neuve, 25 et 26.09.1996).

9  Cité dans : Bernhard Zeller, Die Insel. Eine Ausstellung zur Geschichte des Verlags unter Anton und Katharina Kippenberg. Stuttgart, Deutsches Literaturarchiv, 1965, p. 175.

10  Cité dans : Gerhard Schuster (éd.), Hugo von Hofmannsthal. Briefwechsel mit dem Insel-Verlag, Archiv für Geschichte des Buchwesens. Bd. xxv : Lieferung 1/2. Frankfurt/M., 1984, col. 590,

11  Voir Bert Govaerts, « De kleine oorlog van Anton Kippenberg », dans Dietsche Warande en Belfort, 135ste jaargang, n° 6, décembre 1990, pp.740-741.

12  La collection économique de l’Insel-Bücherei reprit une traduction du Sire Halewyn de Charles De Coster par Albert Wesselski et celles de Burch Mitsu et Kees Doorik. Dans la collection « Bibliothek der Romane », on retrouvait les Contes brabançons, le Voyage de noces (traduits par Wesselski) et les Lettres à Elise (traduites par Georg Goyert), de même que la traduction remaniée de La Nouvelle Carthage par Kellen. Le tirage des œuvres d’Eekhoud ne dépassa jamais les 10 000 exemplaires. Herr Halewyn et Die Hochzeitsreise furent en revanche réédités plusieurs fois et eurent un retentissement comparable à celui de Sûjn Streuvels, par exemple, Le gros succès flamand de Kippenberg fut Felix Timmermans, que l’Insel-Verlag promut avec retentissement après la guerre.

13  Le dossier « Flamica » de Weimar comprend la correspondance d’édition entre Kippenberg, les auteurs, les traducteurs ou autres collaborateurs concernés. Vu que Kippenberg conservait le plus souvent un double des lettres dactylographiées qu’il faisait envoyer, le dossier « Flamica » ne se limite pas au courrier reçu par l’éditeur. En revanche, le dossier doit être complété par certains documents conservés dans d’autres centres d’archives, le « Suhrkamp Haus » à Francfort et le « Deutsches Literaturarchiv » à Marbach.

14  Deutsches Literaturarchiv Marbach (DLA), 64.1490.

15  Voir les catalogues 25 Jahre Georg Müller Verlag. München, 1928 et 60 Jahre Eugen Diederichs Verlag. Ein Almanach. Düsseldorf-Köln, 1956.

16  Goethe-Schiller-Archiv (GSA) 50/82,7. Mentionnons encore la traduction du Sang rouge des Flamands par Johannes Schlaf (Rotes Flamenblut), réalisée avant la guerre mais qui ne parut qu’en 1916 chez l’éditeur Egon Fleischel.

17  Une première contribution dans ce sens a été réalisée pat Joachim Schultz dans un article « Das Bild Belgiens in tien deutschen literarischen Zeitschriften 1900-1930 », qui paraîtra dans les Actes du Colloque « Les relations littéraires et culturelles belgo-allemandes – Die deutsch-belgischen Beziehungen im literarischen und kulturellen Bereich 1890-1940 ».

18  GSA 50/82,7.

19  Friedrich-Markus Huebner fut tenté par la traduction des nouvelles d’Eekhoud, mais « se contenta » d’adapter en allemand Ruysbroeck, Hadewijch, Lanseloet van Denemerken et Mariken van Nieumighen. Également actif au sein de la « politische Abteilung » puis de l’administration de la Flandre autonome, il compila et traduisit un Flämisches Novellenbuch de quelque 400 pages.

20  Rassemblées dans GSA 50/82,5.

21  Cette lettre se trouve dans le dossier de correspondance Kippenberg – Huebner (GSA 50/82,7). L’Insel-Verlag devait toutefois se mettre en règle avec le Mercure de France pour la question des droits d’auteur.

22  GSA 50/82,5. Î1 semble que la traduction de ce recueil, qui ne verra pas le jour, fit promise à Huebner.

23  Comme Maurits Sabbe et August Vermeylen. Voir le détail de ces tractations dans Bert Govaerts, art.cit.

24  Lettre du 31 mai 1916 à Markus Huebner, GSA 50/82,7.

25  Avec notamment des textes de Guide Gezelle, René de Clercq et Prosper van Langendonck,

26  Gärtner en traduisit un quatrième, Rose van Dalen, pour l’Insel-Verlag.

27  Notons toutefois l’absence de nouvelles traduites du français dans ce dernier ouvrage, tandis que Goyert fit place dans le sien pour des textes de De Coster (Herr Halewyn traduit par lui-même), de Rodenbach et de Lemonnier {traduit pat Ardeschah).

28  GSA 50/83,1.

29  GSA 50/82,5.

30  Eekhoud ajoute ici lui-même en bas de page : « plus d’un gros tiers de l’ouvrage original ».

31  GSA 50/82,8.

32  Dans sa lettre du 10 août 1916, Kellen recopie à son tour le passage d’une lettre qu’Eekhoud lui aurait adressée le 1er février 1904, où il est question de cette « excellente traduction », qu’il serait très agréable de « voir paraître en volume ».

33  Lettre de l’Insel-Verlag à Kellen du 10 août 1916. La qualité des traductions demeura le critère prépondérant de sélection pour la série flamande ; Kippenberg y insiste à diverses reprises dans sa correspondance avec Markus Huebner, régulièrement pressé par le temps à cause de la course à la publication engagée avec les autres éditeurs.

34  GSA 50/82,1.

35  Ardeschah fait dire à Eekhoud à son propos dans sa lettre du 20 janvier 1917 à l’éditeur : « Au moins vous êtes un "traduttore” et non un “traditore”. On peut être fier et heureux d’être traduit par vous ».

36  Kippenberg se soucie peu du jugement de Cari Hauptmann, qu’il n’estime pas un « berufener Beurteiler » en la matière. Dans sa lettre du 13 janvier 1918, Ardeschah regrette que Les Libertins ne soient pas encore parus en version allemande. Ses amis écrivains, dont Richard Dehmel, lui réclament en effet davantage d’écrits d’Eekhoud. Le nom d’Ardeschah n’apparaît que de façon voilée dans la note « Rectifications », où l’on parle du monopole que l’Insel-Verlag s’est assuré de l’œuvre d’Eekhoud « à des conditions extrêmement flatteuses et avantageuses pour cet écrivain » ; on indique ensuite : « La série de ces traduction [sic] s’ouvrira par celle des Libertins d’Anvers due à M. »

37  ML 2970/27.

38  GSA 50/82,10. Schacht recevra toutefois un honoraire pour son travail, tout comme Ardeschah après qu’il aura adapté les Libertins d’Anvers.

39  Il collabora également après la guerre au Disque Vert.

40  ML 2954/16.

41  Les Allemands réquisitionnent à ce moment des cuivres et risqueraient ainsi de s’en prendre aux bibelots de famille et reliques d’Eekhoud : « À ce propos nous nous concerterons avec M. Huebner qui nous présentera jeudi le fonctionnaire chargé de l’expertise des œuvres d’art. Enfin [ !] S’il n’y a pas moyen d’éviter ce malheur nous nous y résignerons comme nous avons déjà subi avec stoïcisme tant d’autres choses ! » (ML 2954/17).

42  ML 2954/18.

43  ML 2954/19.

44  12 novembre 1918, ML 2954/19.

45  Voir l’article « Materialen über Cari Einsteins Aufenthalt in Belgien », que j’ai donné dans le volume Carl-Einstein-Kolloquium 1994, édité par Klaus H. Kieffer (Franfurt/M. [e.a.], Peter Lang, Bayreuther Beiträge zur Literaturwissenschaft vol.16, 1996, pp.41-53).

46  ML 2954/19. Cet extrait est à mettre en parallèle avec un passage du Journal inédit d’Edmond Picard qui, à la même date du 17 novembre 1918, écrit : « Quelqu’un me demande : Que pensez-vous du mouvement Républicain ? – Je réponds : Il est en route. – – En effet, il donne lieu à de multiples et sourdes rumeurs ; dangereuses, car elles sont spontanées. C’est la poussée de l’Histoire qui agit. Est-ce bon ? Est-ce mal ? en Belgique ? Douteux, mais probablement inévitable. Quand ? Peut-être vite » (Edmond Picaro, Bruxelles devant la guerre. Chronique d’un de ses habitants. Janvier à août 1915  - 21 juin 1917 an 31 décembre 1918. Bibliothèque royale, salle des manuscrits, Mss iii  228).

47  18 avril 1919, ML 2954/19.

48  On ne trouve pas cette lettre dans les archives de Weimar Elle finit par aboutir dans le dossier « Akten Belgien » des Archives du « Auswärtiges Amt » (Ministère des Affaires Étrangères) allemand. Une copie sur microfilm en est conservée aux Archives du Ministère belge des Affaires Étrangères (Akten Belgien, n° 63, vol, 16. document A47193 ; film F.N.R. S, n° 44)

49  Paul Colin, Allemagne (1918-1921). Paris, F. Rieder et Cie, 1923. Dans la même lettre, Huebner mentionne encore que James Ensor lui a promis de venir en personne à Berlin, lorsqu’y serait organisée après l’Armistice une exposition de ses œuvres complètes. Tout en prêchant un idéal de réconciliation, Markus Huebner explique que la diffusion d’une image positive de l’Allemagne rendue par ses amis belges permettrait d’endiguer l’influence française,

50  Voir Robert O.-J. Van Nuffel, notice sut Georges Eekhoud dans : Biographie nationale, t. 35, Bruxelles, Bruylant, 1970, col. 207-222.

51  Voir l’article de Maurits Coppieters sur le mouvement « Clarté » en Flandre : « De Republiek van de Menselijkheid. 1920. Het jaar van de klaproos. Deel 2 », dans Kruispunt, n° 150, mats 1992, pp.110-112 consacrées à Eekhoud.

52  Voir le compte rendu de la série flamande donné par Hausenstein (« Bemerkungen über flämische Literatur ») dans l’hebdomadaire des Socialistes allemands Die Glocke, 25. Heft, 3. Jahrgang, 22 septembre 1917, pp.991 ff.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne »Textyles, 13 | 1996, 193-203.

Référence électronique

Hubert Roland, « La diffusion de l’œuvre de Georges Eekhoud en Allemagne »Textyles [En ligne], 13 | 1996, mis en ligne le 04 avril 2013, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.2138

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search