Navigation – Plan du site

Consignes pour la présentation des textes (dossier, varias)

Dans la mesure du possible, afin de faciliter le travail de mise en forme et de mise en page des textes, nous vous demandons de respecter les consignes suivantes.

Longueur

Nous vous prions de vous en tenir à 25 000 ou 30 000 signes espaces compris.

Mise en page Textyles

La mise en page doit être minimale : pas de numéro de page, pas d’en-tête ni de pied de page, pas de double espacement, pas de caractères gras, pas de saut de ligne entre les paragraphes, pas de retrait en début de paragraphe ; l’italique est réservé aux titres d’ouvrages et aux concepts particuliers.

Ne pas ajouter manuellement d’aliéna au début d’un paragraphe. Enlever les alinéas superflus.

Ne pas ajouter de ligne de blanc après titres et sous-titres : supprimer les lignes de blancs superflues. Il en va de même pour les citations en décroché : supprimer les lignes d’espace en trop.

N’utilisez pas de style. Contentez-vous d’indiquer le titre par la police de taille 16, les sous-titres de taille 14, le texte courant de taille 12 et les citations en décroché de taille 10.

Le titre et le nom de l’auteur et de l’institution auquel il appartient se présentent ainsi :

Titre de mon article [Times New Roman, 16 pt]
Jacques
Dupont [Times New Roman, 12 pt]
Université du Pont [Times New Roman, 12 pt]

Le nom de l’auteur n’est pas répété en fin d’article

Pour les notes de bas de page, on utilise les styles automatiques « notes de bas de p. » et « appel notes de bas de p. ».

Vérifications automatiques

Vérifier qu’il n’y a pas de double espace, que les « é » majuscules sont bien écrits « É » et non « E », idem pour les « À ».

Vérifier que toutes les apostrophes ont la forme bouclée « s’il » et non la forme d’une goutte « s'il » (cela peut se résoudre par « recherche avancée et remplacement » en demandant de remplacer toutes les apostrophes, la machine met automatiquement partout des bouclées).

Les références bibliographiques

Les références bibliographiques sont précisées en note ; il n’y a pas de bibliographie à la fin des articles. Textyles utilise le système de référence à la française.

Les simples renvois de page à l’ouvrage étudié peuvent être inclus dans le texte de l’article : (p. 345), avec une mention de titre abrégé et en italiques s’il y a plusieurs textes fréquemment cités. Exemple, pour La Vie chez les Papous : (VP, p. 135). Par souci de clarté, mieux vaut n’utiliser ce système que pour un seul auteur : il est préférable de recourir aux notes de bas de page pour tous les autres auteurs cités.

Les références complètes répondront aux modèles suivants :

a) Ouvrages :

Dupont (Nathan), La Vie chez les Papous, préface d’Alfred Battice, lecture d’Émile Séverin, Paris, Éditions Gaston, coll. La Vie en grand, 1983.

b) Articles dans un ouvrage collectif :

Dupont (Nathan), « Un soir avec le sorcier », dans Guidon (Paul), éd., Les Grandes Soirées mondaines, Paris, Gaston, 1987, p. 345-367.

c) Articles dans une revue :

Vilcoyote (Pierre), « La Vie chez les Papous, de Nathan Dupont : enjeux politiques et littéraires », dans Guidon (Paul) et Marcel (Charles), dir., Textyles, no234, La littérature coloniale, 2017, p. 345-367.

Notez en particulier que les prénoms ne sont pas abrégés (important pour l’index).

Bien vérifier que, dans les références, ce sont des virgules qui se trouvent entre le lieu d’édition (Paris) et le nom de l’éditeur (Gallimard), ainsi qu’après le titre (et non des points ou des deux points)

On use du raccourci « p. » même s’il y a plusieurs pages (et non de « pp. »). Il est suivi d’un blanc insécable.

Selon l’usage classique, le titre porte la majuscule à toutes les initiales jusque et y compris au premier substantif.

Exemple : La Sale Neige et La Neige sale.

Exception : quand le titre est une phrase, seul le premier mot prend la majuscule

Ex : La Neige sale et La neige était sale.

Autre exception : quand le titre est constitué de deux noms reliés par « et », les deux noms prennent la majuscule

Ex : La Neige et la Pluie.

Quand l’auteur renvoie à un ouvrage sans le citer, utiliser « Voir » (et non « Cfr. » ni « Cf. »)

Quand un ouvrage ou un article est cité plusieurs fois, n’user de la mention « Ibidem » que si la note précédente renvoie bien au même texte. La page peut varier, il suffit de l’indiquer après la mention Ibid.

Exemple :

1 Dupont (Nathan), La Vie chez les Papous, préface d’Alfred Battice, lecture d’Émile Séverin, Paris, Éditions Gaston, coll. La Vie en grand, 1983, p. 13.

2 Ibid.

Si un même texte est cité plusieurs fois mais pas dans des notes successives, répéter les noms, prénom de l’auteur, suivi de la mention « op. cit. » en italiques et du numéro de page :

1 Dupont (Nathan), La Vie chez les Papous, préface d’Alfred Battice, lecture d’Émile Séverin, Paris, Éd. Gaston, coll. La Vie en grand, 1983, p. 13.

2 Retinne (Gaspard), La Vie et la Mort, Paris, Flammarion, 1999, p. 7.

3 Dupont (Nathan), op. cit., p. 59.

Nous n’utilisons donc jamais « in » (on utilise « dans »), « cfr. », « cf. » (on utilise « voir »), « ibid. » (on utilise « ibidem »), ni « Loc. cit. » (seulement op. cit.)

Quand toute une référence se trouve entre parenthèses après une citation, on opte pour les signes [ ]. Il n’est pas utile de remettre un point après la référence.

« Ceci cela. » [Dupont (Nathan), op. cit., p. 59]

Les citations

Si une citation est tronquée, on signale la coupure par […] [et non (…)]

Quand une citation entre guillemets contient une phrase complète (c’est-à-dire qu’elle commence par une majuscule ou qu’elle en contient une), le point se situe avant les guillemets.

Il a déclaré : « Sa situation est parfaite. »

Comme le souligne Maurice Dupont, « Sa situation est parfaite. »

On ne peut qu’être d’accord avec Jacques Rancière quand il écrit : « Il sélectionne, il compare, il interprète. Il lie ce qu’il voit à bien d’autres choses qu’il a vues sur d’autres scènes, en d’autres sortes de lieux. Il compose son propre poème avec les éléments du poème en face de lui. »

Comme le souligne Maurice Dupont, « […] il allait vers un mieux. Et sa situation est parfaite. »

Si la citation n’est pas complète, le point se trouve hors de la citation, que celle-ci soit ou non en fin de phrase.

Il le trouvait « bavard » et chercha à le faire taire.

Il le trouvait « bavard, surtout en fin de journée ».

Il n’est pas rare que la récriture soit considérée comme de la « création pis aller ».

Il en va de même avec les parenthèses. Voici un exemple qui combine les deux cas :

L’artiste romantique trouve sa légitimité en lui-même (Vigny, préface de Chatterton « Il n’y a ni maitre ni école en poésie ; le seul maître, c’est celui qui daigne faire descendre dans l’homme l’émotion féconde, et faire sortir les idées de nos fronts, qui en sont brisés quelquefois. »)

Quand la citation dure plus de deux lignes, on la décroche, on diminue la taille de la police (de 12 à 10) et on supprime les guillemets.

Si la citation courte est en langue étrangère, elle est entre guillemets (pour marquer le caractère citationnel) et en italiques pour marquer la langue étrangère. En décroché et en italiques si elle est longue.

Place de l’appel de note

Quand un appel de note suit une citation entre guillemets, il se place avant le premier signe de ponctuation. Pas d’espace avant l’appel de note.

Il le trouvait « bavard, surtout en fin de journée1 » .

Comme le souligne Maurice Dupont, « […] il allait vers un mieux. Et sa situation est parfaite2. » 

Quand il suit une citation en décroché, on le place avant le point final.

Espaces insécables

Entre « p. » et les chiffres

Avant et après les guillemets français : «   »

Devant l’appel de notes

Devant le [;], le [:], le [!], le [?], le [/]

Dans les dates, entre le chiffre et le mois : « 3 mai ». Idem pour « 16 ans »

Entre les différentes parties d’un nom propre composé : « De Coster »

Entre « xxe » et « siècle »

Entre « années » et « 1970 »

En revanche pas d’espace insécable avant et après les tirets semi-cadratin –

Veillez à supprimer les espaces insécables superflus.

Détails typographiques

Les majuscules sont accentuées.

Utilisez l’abréviation no avec un « o » mis en exposant et non le signe degré du clavier « ° »

oe est ligaturé : œ, Œ

Le tiret utilisé est le tiret semi-cadratin : –

Les guillemets utilisés sont les guillemets français : «   » ; si, à l’intérieur d’un énoncé figurant entre guillemets, se trouvent d’autres guillemets, utiliser le sous-système “et” (sans espace).

Exemple : Comme le souligne Maurice Dupont, « La situation est parfaitement “sous contrôle”. »

Quand une citation dure plus de trois lignes, ne pas la placer entre guillemets mais en décroché.

Sigles et acronymes, en petites capitales, sans point, sans majuscule : ucl, ulg, siey, arllf, fnrs… (il faut donc souvent remplacer les majuscules par des petites capitales : CGRI devient cgri ou enlever les points entre les lettres : U.C.L. devient ucl)

Siècles : chiffres romains, petites capitales : xxe siècle (avec un blanc insécable avant « siècle »)

Décennies : « années 1960 » (et non « années 60 », ni « années soixante »).

  • OpenEdition Journals