Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Aron et Philippe Dewolf
p. 7-10

Texte intégral

1Né à Saint-Gilles le 25 septembre 1900 et décédé le 19 novembre 1966, Marcel Lecomte fut un écrivain discret, adepte des zones d’ombre et du mot rare. Son œuvre littéraire propre, poèmes en prose et récits brefs, tient en deux volumes de format modeste : les Œuvres rééditées par Jacques Antoine en 1980 (170 pages) et les Poésies complètes, aux éditions de la Différence, en 2009 (253 pages). S’y ajoutent toutefois plusieurs volumes compilant les textes publiés par Lecomte dans la presse et en revues, chroniques, critiques et écrits politiques, ainsi que la correspondance. Du coup, le peu se fait nombre, et c’est toute une vie consacrée à l’écriture qui se dévoile.

2Même contraste d’ailleurs dans ses relations. Lecomte entre en littérature sous l’égide du météore dadaïste Clément Pansaers ; son esthétique peut, parfois, faire songer à Michaux (Jacques Carion l’évoque dans les pages qui suivent) ; il tutoie Jean Paulhan (voyez les lettres que commente l’un d’entre nous) ; il influence Magritte et se lie avec Marcel Broodthaers… Mais son parcours semble mû par une nécessité intérieure qui le confine souvent dans la solitude : comme surveillant dans une école secondaire, au café, dans son bureau des Musées royaux des Beaux-Arts ; l’homme vit en retrait des groupes littéraires autant que de la réussite sociale. Le livre lui sert de refuge, presque d’identité, au minimum de lest.

3Rappelons ses liens avec le groupe surréaliste (que Marie Godet développe ci-après). Membre actif du trio qui publiait les tracts de Correspondance, du 22 novembre 1924 au 20 juin 1925, il signe Vert 3, Rouge 6, Orange 9, Rose 12, Orange 15 et Blanc 18, avant de se voir infliger l’humiliante carte de visite du 21 juillet 1925 : «  Correspondance prend congé de Marcel Lecomte. » Dès 1928, il retrouve Goemans, Nougé et Mesens au comité de rédaction de Distances. En 1934-1935, sa signature apparaît au sommaire de Documents 34, revue dirigée par Jean Stéphane, mais avec laquelle les surréalistes avaient trouvé « un terrain d’entente » pendant deux ans. Dans la revue L’Invention collective, en avril 1940, Lecomte publie encore la brève mais fondamentale réflexion « À propos du point blanc ». Il s’écarte à nouveau du groupe après la guerre, mais renoue avec Magritte à partir de 1952. Il apparaît ainsi dans René Magritte ou la leçon des choses, le film de Luc de Heusch (1959), et s’exprime sur le surréalisme dans plusieurs émissions radiophoniques. Il en demeure un compagnon de route obstinément présent, jusqu’après la mort pourrait-on dire, puisque Mariën édite encore Le Sens de la vie en 1968 aux éditions des Lèvres nues, avec un dessin de René Magritte, ainsi que Le Lac des Lignes avec trois photos de son cru en 1985 sous la même enseigne éditoriale.

4Lucide, Lecomte a lui-même parfaitement situé sa manière d’être. Peu après sa disparition, la revue Phantomas publie un numéro d’hommage en juillet 1967. Il s’ouvre par une sorte de frontispice aux textes rassemblés, un montage de photos de Marcel Lecomte prises par Marcel Broodthaers où l’on ne voit que ses mains, ses pieds et son visage, l’image de l’ensemble du corps étant absente. Ce montage est accompagné d’une brève interview de Lecomte qui peut avoir été le fruit de l’imagination de Broodthaers aussi bien que la transcription d’un entretien qui a vraiment eu lieu. Lecomte répond à deux questions de Broodthaers ; la première de celles-ci est formulée dans une tournure dont Lecomte était familier, à savoir donner à penser :

M. B. : Ton nom n’est pas mentionné au Gotha, bien qu’il donne à penser qu’il y soit.
M. L. : Je ne regrette pas que mon nom manque au Gotha, mais il manque.
M. B. : Posséderais-tu une philosophie de l’absence ?
M. L. : Pour moi, l’absence est dans la même durée que la présence.

5Il est bien d’autres occurrences dans l’œuvre de Lecomte où l’absence et la présence sont mises en regard l’une de l’autre, notamment dans « Le Rayon du Silence », un des poèmes du Vertige du Réel :

Une nuit comme toutes les nuits, opaque et infinie.
Tel coin de terre, tel carrefour où l’air est épais d’huile lourde.
Quelques femmes, des hommes, éperdument appuyés aux parois trop souples du sommeil marchent, s’arrêtent, repartent, s’immobilisent, s’enlacent aux angles inquiétants et insinuants de la rue ruinée, gouffre d’ombre, dans l’insatiable chaleur qui fait penser à la mer, la mer, chevelure de la nuit qui les absorbe, les berce, engloutit leur présence-absence.

6Absence et présence ont marqué la suite du décès de Lecomte survenu au soir du 19 novembre 1966, dans un restaurant du centre de Bruxelles. Lecomte venait de quitter le café où il avait ses habitudes, le Petit Rouge, en y laissant son manteau. Il ne viendra jamais le récupérer et celui-ci restera suspendu pendant plusieurs mois à la patère, sans que personne ne s’avise de le déplacer, comme le spectre ou l’exuvie du poète.

7Au moment où nous écrivons ces lignes, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique consacrent une belle exposition à «  Magritte, Broodthaers et l’art contemporain  » (13 octobre 2017-10 février 2018). En parallèle est présentée une exposition thématique sur « Marcel Lecomte : les alcôves du surréalisme » ; dans ces chambres secrètes, en marge de l’exposition principale, une fois de plus, Lecomte est toujours présent autant qu’absent.

8Plus que le catalogue de l’exposition, une livraison des Cahiers des mrbab en est le prolongement. Elle présente Lecomte sous l’angle de ses rapports avec les beaux-arts et les artistes, rassemble les textes que Lecomte a écrits au sujet de Magritte et, comme une sorte de réponse jusqu’ici inédite, elle réunit les lettres de Magritte à Lecomte.

9La présente livraison de Textyles vise à compléter ce que ces travaux récents et la biographie en préparation par Philippe Dewolf apporteront à la connaissance de Marcel Lecomte. Elle se décompose en quatre segments. Le premier évoque la poétique de l’auteur, à travers les poèmes en prose du recueil Applications (Gérald Purnelle) et le sens de la lenteur qui habite son écriture (Jacques Carion). Ses liens avec le surréalisme font l’objet de deux contributions, l’une de Marie Godet sur les années essentielles qui entourent la Seconde Guerre mondiale, et l’autre de Gwendoline Morán Debraine sur les catégories du visible et de l’invisible, qui fondent notamment sa relation avec le peintre et poète Jacques Lacomblez. Jacques Aron et Linda Dewolf se penchent sur Lecomte traducteur, à travers les quelques textes que celui-ci a consacrés au philosophe allemand Constantin Brunner et aux traductions de Kafka qui ont été critiquées par Bernard Groethuysen. Une étude de la correspondance entre Lecomte et Paulhan, retrouvée et rassemblée par Philippe Dewolf, ferme le ban.

10Trois varias complètent cet ensemble. Laurent Béghin et Hubert Roland étudient le rôle de Pierre-Louis Flouquet, illustrateur, poète et animateur de revues, dans la première série du Journal des poètes (1931-1935). Particulièrement réceptif à la poésie internationale, Flouquet entretenait une abondante correspondance avec des médiateurs et des traducteurs européens, en particulier dans le pourtour méditerranéen, en Europe centrale et orientale, et en Amérique du Nord. Fondé sur les archives du poète, l’article décrit un réseau fondé sur la connivence, les admirations partagées et une certaine idée de la poésie.

11Michel Métayer étudie à nouveaux frais l’épisode fondamental pour les frères Oscar et Marcel Thiry que fut l’aventure des autos-canons belges en Russie, en 1917. Marcel Thiry revient à trois reprises dans son œuvre sur la grave blessure de son frère, sur la culpabilité qu’il a ressentie, dans un jeu subtil de va-et-vient entre la réalité et la fiction.

12Przemysław Szczur ouvre enfin, de manière innovante, le dossier encore peu nourri des scènes érotiques en littérature belge. Il analyse la scène d’intimité homosexuelle dans une quinzaine de textes. L’étendue chronologique du corpus témoigne de l’importance du contexte sociodiscursif dans lequel sont publiés les livres contenant des scènes d’intimité. La précision des descriptions et leur lexique diffèrent fortement à travers l’histoire. Quatre figures principales peuvent être observées : l’ellipse, l’euphémisation métaphorique, l’explicitation et la pornographisation. Ces modes de présence de la scène au sein des textes étudiés recouvrent à la fois des stratégies narratives et rhétoriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron et Philippe Dewolf, « Présentation », Textyles, 52 | 2018, 7-10.

Référence électronique

Paul Aron et Philippe Dewolf, « Présentation », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2797

Haut de page

Auteurs

Paul Aron

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Philippe Dewolf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals