Navigation – Plan du site

Marcel Lecomte, Henri Michaux, Paul Desmeth

La lenteur et ses effets
Jacques Carion
p. 21-27

Texte intégral

1Autour de la lenteur, trois auteurs largement contemporains qui commencent à publier au tournant des années 1920.

2Ils se connaissent.

Ils donnent leurs textes à des revues où ils se retrouvent : Le Disque vert, Nord, Mesures, La Nouvelle Revue française, quelques fois à des éditeurs qui leur sont communs, comme Gallimard.

  • 1 Michaux (Henri), Sitôt lus. Lettres à Franz Hellens (1922-1952), Paris, Fayard, 1999, p. 81.
  • 2 Michaux (Henri), À la minute que j’éclate. Quarante-trois lettres à Herman Closson, Bruxelles, Didi (...)
  • 3 Lecomte (Marcel), « Henri Michaux et ses fantômes », dans Le Journal des poètes, février 1954. Repr (...)

3Ils se reconnaissent. Parfois, en quelques mots, Henri Michaux disant à Franz Hellens «  Desmeth, très bien »1 ; parfois au travers d’étranges coïncidences, Henri Michaux écrivant à Herman Closson en 1924 : «  Pour moi, Marcel Lecomte est plantureusement concret et objectif  »2, celui-ci affirmant en 1954 que l’univers de Michaux est «  très concret »3 …

4Ils s’attachent à reprendre attentivement leurs écrits en volumes : Lecomte monte et remonte les séquences de ses textes avec une patience infinie, Michaux supprime, ajoute et multiplie les variantes tout au long des rééditions, Desmeth, lui, remplace un mot par un autre et recompose inlassablement le même recueil pendant près de quarante ans…

  • 4 On sait que, s’agissant de l’auteur de Plume, David Vrydaghs a recomposé un tel trajet avec finesse (...)

5Qu’ils manifestent, explicitement ou non, leur intention d’échapper aux déterminations de la vie littéraire, ils suivent une trajectoire qui n’est pas directement lisible4.

6Absence de ces repères et de ces gestes enchaînés qui permettent de créer une image d’auteur assez précise pour qu’elle puisse être placée et valorisée : ces trois-là sont longtemps considérés comme «  insaisissables » et l’on dit, sans craindre de se répéter, qu’ils résistent au classement.

  • 5 Picon (Gaëtan), L’Usage de la lecture, Paris, Mercure de France, 1979, p. 106.

7Certains commentateurs de Henri Michaux, Jean Cassou, Claude Roy ou Gaëtan Picon, par exemple, ne disent pas autre chose, le dernier affirmant même qu’il ne connaît «  pas d’auteur dont il soit plus difficile de parler » 5… Bien plus tard, Marcel Schneider voit dans les textes de Michaux «  une œuvre fantastique », Georges Jacquemin «  une œuvre surréaliste » et Jean-Baptiste Baronian «  une poésie en prose fantastique »…

8«  Absence de repères » ? Et si la lenteur en était un, avec tout le lexique de la fatigue, de la paresse, de l’accablement et de la lassitude…

9Posons l’un à côté de l’autre quelques minuscules volumes tels que La Ralentie de Henri Michaux, L’Apologie de la paresse de Clément Pansaers et Le Règne de la lenteur de Marcel Lecomte ou Simplifications de Paul Desmeth.

Il y a là des rapprochements possibles, pour peu que l’on consente à se défaire de quelques phrases abruptes, trop abruptes, comme celles de Paul Neuhuys.

  • 6 « Hommage à Marcel Lecomte », dans Fantasmagie, n° 25, mai 1967, p. 9.
  • 7 Neuhuys (Paul), « Une mise au point qui n’est point de mise », dans Phases, n° 1, janvier 1954, p.  (...)

10Quand celui-ci évoque Marcel Lecomte, il lance : «  Henri Michaux lui doit sa Ralentie »6  ; quand il rappelle l’importance de Clément Pansaers, il ne craint pas d’affirmer : «  C’est en le lisant que Henri Michaux s’est découvert » 7

  • 8 Dachy (Marc), « Apologie du Canac survivant », dans Plein Chant, n° 30-40, Dada Pansaers, 1988, p.  (...)

11Il vaut mieux, semble-t-il, pour observer de tels rapprochements, suivre Marc Dachy qui suggère prudemment qu’«  entre Michaux, Lecomte et le Pansaers de L’Apologie de la paresse quelque chose se dessine de l’ordre du «  règne de la lenteur »8 …

12Cette lenteur qui apparaît comme une caractéristique commune est-elle une empreinte, une emprise ou une pratique ?

  • 9 Epstein (Jean), La Poésie d’aujourd’hui, Paris, La Sirène, 1921.
  • 10 Michaux (Henri), Œuvres complètes i, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 1998, p. 59.

Elle semble, en tous cas, liée à la paresse et à cette fatigue qu’Henri Michaux découvre très tôt chez Jean Epstein9 et à laquelle il donne toute son importance : «  la fatigue de l’époque, dit-il, fatigue affleurant dans la littérature actuelle »10 .

  • 11 Michaux (Henri), Poésies complètes, op. cit., p. 89-90.
  • 12 Michaux (Henri), Œuvres complètes ii, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2001, p. 285.
  • 13 Michaux (Henri), Œuvres complètes iii, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2004, p. 963.

13Cette fatigue, qui le marque durablement, lui et d’autres, est évoquée dans Qui je fus (1927) sous les titres Fatigue  I, Fatigue II : «  Il allait lentement, le plus lentement possible », «  Une fatigue, c’est le bloc “moi” qui s’effrite »11 ; elle est analysée dans Passages (1963) : «  L’extrême et anéantissante fatigue me retire assez considérablement du monde familier »12 ; elle est encore rappelée dans Saisir (1979) «  Où était ma paresse, ma fatigue ? »13 .

On peut assurément voir là une expérience fondatrice, qui contraint à la lenteur, qui devient une forme d’écriture et qui amène une façon de composer le texte.

14Malgré leur brièveté, les textes de Henri Michaux, de Marcel Lecomte et Paul Desmeth ont une manière de s’étirer. 

Ceux de Michaux dilatent le temps, font apparaître des manques que marquent les blancs typographiques qui fractionnent le mouvement des phrases.

Ceux de Lecomte et de Desmeth occupent attentivement l’espace par la précision de leurs notations tout au long de phrases qui semblent s’encombrer à mesure qu’elles progressent.

15Dans tous les cas, le tremblé incessant ou la minutie répétée sont le fait d’un discours «  flottant » et d’un texte «  instable » qui peut parfois aller jusqu’à s’effondrer, comme le montrent exemplairement les pages de Henri Michaux intitulées L’Espace aux ombres :

  • 14 Michaux (Henri), Œuvres complètes ii, op. cit., p. 519.

Les feuilles éclaboussent de lumière les yeux du voyageur fatigué, mais il n’y a pas de feuilles et plus d’yeux 14.

16Ce flottement, cette instabilité rendent incertains la perception des choses, la relation au monde et le rapport entre le visible et l’invisible.

  • 15 Michaux (Henri), Œuvres complètes i, op. cit., p. 189.

Elles ne concernent pas que celui qui a dit un jour : «  Je me suis bâti sur une colonne absente »15

  • 16 Lecomte (Marcel), Rencontre dans Paris, avec un dessin de Raoul Ubac, Bruxelles, Éditions des Oubli (...)

Car c’est ce qu’on lit dans le texte de Marcel Lecomte Rencontre dans Paris, marqué par «  une étrange lenteur » : «  Sans doute, quelque fatigue survenue sourdement amenait-elle ces perceptions dilatées, […] une laborieuse modification dont on eût dit qu’elle se voulait tout d’abord indiscernable… »16

17Ce flottement, cette instabilité caractérisent aussi formellement ces petits textes déposés dans des revues, sans présentation, sans encadrement, sans effet d’ancrage, repris en volumes, recomposés sans cesse, réécrits parfois, se répondant de loin en loin…

  • 17 Michaux (Henri), Œuvres complètes i, op. cit., p. 512.

18On peut retenir la phrase de Henri Michaux dans la postface de La Nuit remue : «  Les morceaux, sans liens préconçus, y furent faits paresseusement au jour le jour […], dans un léger vacillement. »17 Qu’il s’agisse de vacillement pour Michaux, de suspens pour Lecomte ou de ressassement pour Desmeth, l’effet le plus marquant est que, dans chacun des cas, on voit ralentie la saisie des éléments qui permettent la découverte du sujet.

19Il y a, dans de tels textes, un éparpillement de ce sujet, une multiplicité de voix, une prolifération d’actants. «  Je fus le voyageur », écrit parfois Paul Desmeth, mais aussi «  Nous, les voyageurs », «  un homme », «  un peintre », «  on » (cette non-personne, comme disent les linguistes)… «  Le voyageur », écrit aussi Marcel Lecomte, que remplacent «  l’observateur », «  le spectateur invisible », «  on », «  je », ou «  M »…

20«  Quelqu’un », dit souvent Henri Michaux, qui se perd aussi dans la distance à soi du «  il », l’anonymat du «  on », ce miroir sans tain, ou de ce «  A », cet autre auquel il ne parvient pas à donner un nom, avant de s’effacer comme sujet d’énonciation, ou de ne plus se faire entendre que par la voix de la dépossession…

  • 18 Blanchot (Maurice), Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959, p. 270 : « l’écrivain qui, au plus pr (...)

21Cette façon pour le narrateur d’inventer en lui une voix, de faire naître dans sa voix d’autres voix18, de faire entendre une parole spectrale, participe avec le tremblé et la minutie, non seulement à la création d’un espace onirique, mais à celle d’une écriture onirique, ce «  style rêve » dont parle déjà Henri Michaux dans Les Rêves et la jambe, en pensant peut-être au «  langage rêve » de Paul Valéry.

22Cette écriture onirique est une écriture qui s’étire et qui étire aussi ses manques.

  • 19 Lecomte (Marcel), Le Suspens, Paris, Mercure de France, 1971, p. 122.

Michaux y insiste et procède par évidement ; Lecomte et Desmeth, eux, compensent ce vide en décomposant et en reprenant sans cesse gestes et mouvements, au point qu’on a le sentiment que ce qui est perçu est «  un songe reconstruit »19.

  • 20 Michaux (Henri), Œuvres complètes iii, op. cit., p. 1310-1314.

23Un tel songe est lié à un espace désencombré, à peine occupé par un Michaux qui demeure, comme il dit, «  à distance » (un de ses textes les plus troublants a pour titre : Voyage qui tient à distance20), un labyrinthe de rues et de chemins cherchés sans cesse parcourus par Lecomte qui observe avec un recul nettement marqué, un paysage de vallons, de bois et de labours toujours recomposé par un Desmeth toujours fasciné…

24«  L’espace lui paraissait troublé », dit Marcel Lecomte dans Le Suspens. Mais c’est tout le récit qui s’y déploie qui est frappé d’une inquiétante incertitude.

  • 21 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988, p. 36.

25Dans le vacillement, le suspens et le ressassement, la parole qui n’est nulle part, le récit qui n’a pas de lieu d’ancrage ne laissent pas d’«  inquiéter vaguement », comme dit Paul Desmeth, celui qui demeure, selon ses mots, «  dans l’attente de nuances, de formes, de figures »21

  • 22 Michaux (Henri), Œuvres complètes ii, op. cit., p. 348.

26C’est sans doute là ce que Henri Michaux appelle le trouble — lui qui affirme que l’écrivain est « celui qui reste joint à son trouble »22. Aucun des trois écrivains ne s’en éloigne, ils en font le centre d’un trajet circulaire sur lequel Michaux revient trois ou quatre fois, que Lecomte et Desmeth tracent de manière répétitive : il leur est impossible de fermer la boucle de tels parcours, car toujours il reste un vide, un inachèvement.

  • 23 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988, p. 116 et 83.
  • 24 Lecomte (Marcel), Le Suspens, Paris, Mercure de France, 1971, p. 81
  • 25 Lecomte (Marcel), Rencontre dans Paris, op.cit., p. 15.

27Le centre le plus dérobé dont toute l’œuvre s’approche lentement, même quand elle cherche à s’en éloigner, est lié, pour Paul Desmeth à «  un souvenir très ancien, d’avant l’espace fait d’oubli » et provoque en lui «  une impression de commencement »23, tout en faisant prendre conscience à Marcel Lecomte d’«  un certain passé », d’«  un espace décalé »24 et en l’amenant à dire : «  C’était comme un véritable commencement. »25

  • 26 Michaux (Henri), Œuvres complètes iii, op. cit., p. 906

28Cette patiente approche a été décrite de manière saisissante par Henri Michaux dans Moriturus, le texte qui de relais en reprise, va au bout de ce qu’initient La Ralentie, L’Espace aux ombres. Ce qui est décrit là est une déambulation : dans la lumière d’un rêve éveillé, rien ne bouge vraiment ; tout, dans le paysage, est en attente, «  au bord d’un grand changement qui ne venait pas »26.

29Le seul changement qui se produit transforme imperceptiblement ce paysage immuable en paysage vacillant. Le témoin, hésitant, se dirige vers le lieu du désastre et tombe lentement.

  • 27 Ibidem, p. 910-913.

Tandis qu’il était là, en suspens, une seconde arrivait, arriva, pas très différente des autres… Puis à nouveau rien. Un autre “rien”. Une voix pourtant en émanait, jamais entendue. Et que proclamait-elle  ? Tu vas naître…27.

30«  C’était comme un commencement », disent Marcel Lecomte et Paul Desmeth…

  • 28 Derrida (Jacques), Parages, Paris, Galilée, 1986, p. 274.

Cette triple volonté de se soustraire à l’écoulement du temps alliée à une hantise de l’immobilisation, de l’empierrement trouve peut-être un écho dans la phrase de Jacques Derrida : «  Il est impossible de décider s’il y a eu événement, récit, récit d’événement ou événement de récit. »28

31N’y a-t-il pas là le motif pour lequel ces textes ont été si peu analysés ? Peut-on le faire autrement qu’en suivant leurs méandres, en refaisant patiemment tout le trajet qu’ils tracent, en redisant lentement les choses ?

32Malgré ses liens avec Jean Paulhan, Henri Michaux n’obtient, lors de la parution de La Ralentie en 1937 qu’un seul article d’une page signé de Julien Lanoë dans la nrf. Les commentaires d’écrivains comme Jacques Dupin, Philippe Jaccottet ou Yves Bonnefoy ne sont venus que beaucoup plus tard, et plus tard encore les analyses de Jean-Pierre Martin, Raymond Bellour ou Renée Ventresque…

  • 29 Ronse (Henri), « Préface », dans Lecomte (Marcel), Œuvres, Bruxelles, Éditions Jacques Antoine, 198 (...)
  • 30 Dewolf (Philippe), « Avant-propos. Exerçons-nous, lisons lentement, attentivement », dans Lecomte ((...)
  • 31 Quaghebeur (Marc), « Au-delà du réalisme magique : Marcel Lecomte », dans Lettres belges entre abse (...)

33Au-delà des chroniques de Herman Closson, Hubert Juin, André Gascht ou André Miguel qui accompagnèrent l’édition des textes de Marcel Lecomte, il fallut attendre les publications posthumes pour voir le mouvement dessiné par ces textes réunis, esquissé par Henri Ronse29, révélé dans tous ses détours par Philippe Dewolf30, analysé, pour un de ceux-là, par Marc Quaghebeur31

  • 32 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988.

34Et il en va de même, à sa manière, pour Paul Desmeth, très rarement commenté lors des éditions successives de ses petits textes avant que Paul Willems, Luc et Adrienne Fontainas n’ouvrent le rassemblement des poèmes et des proses à une lecture enfin élargie32.

35Mais souterrainement, au long des années, le fin réseau de ces textes frappés d’étrangeté s’est prolongé, s’est répandu dans des revues telles que Messages (1942), Réponse (1945), Troisième convoi (1946), Les Cahiers de la Pléiade (1946).

  • 33 Voir à ce propos : Carion (Jacques) et De Decker (Jacques), Les Aventuriers de la littérature, Brux (...)

36Dans Le Disque vert repris en 1953 et 1954, avec Franz Hellens, Marcel Lecomte côtoie des écrivains d’une autre génération tels que Georges Lambrichs et Jean Pfeiffer, qui, la même année (1946), ont publié chez Minuit L’Aventure achevée et Traité de l’aventure33.

  • 34 Lambrichs (Georges), Se prendre aux mots, Paris, Éditions de la Différence, 1991, p. 54.

37Un même trouble se dissimule au centre de ces textes et Georges Lambrichs en arrive à suggérer que «  rien de ce qui m’arrive n’est vrai, je ne l’invente pas non plus. Il serait plus juste de dire que je suis inventé et dès lors que tout ce qui m’arrive, c’est un autre qui le perçoit. »34

38Ne peut-on voir là, dans ce jeu subtil que pratiqueraient, à leur manière, Max Loreau dans Nouvelles des êtres et des pas, Guy Vaes, dans Octobre long dimanche ou Paul Willems dans La Cathédrale de brume et qui est, dans le prolongement de ce que disent Michaux, Lecomte et Desmeth, un des éléments constitutifs de ce qu’on nomme «  réalisme magique » ou «  fantastique réel » ?

  • 35 Hellens (Franz), Le Fantastique réel, Bruxelles, Labor, coll. Poteau d’angle, 1991, p. 92.

39On peut en tous cas y voir une tentative inlassable — au point de donner l’impression de se répéter — de désenfouir en parcourant un même espace, en creusant un même temps ce qui «  ne peut se découvrir, dit F. Hellens, que dans un sens circulaire, elliptique, en courbes, spirales et autres révolutions dont on ne conçoit pas la fin »35.

40«  Ce qui ne peut se découvrir »…

  • 36 Perros (Georges), Papiers collés 1, Paris, Gallimard, 1960, p. 16.
  • 37 Pfeiffer (Jean), La Vie absente, Bruxelles, Labor, coll. Poteau d’angle, 1991, p. 41.

Georges Perros affirme que «  l’esprit de Michaux tourne autour d’un point sans identité »36 et Jean Pfeiffer que sa vision se répète, toujours inachevée, «  autour d’un centre vide »37.

  • 38 Pfeiffer (Jean), « Par un bel après-midi de printemps », dans Exercice du silence, Bruxelles, [s.l. (...)
  • 39 Lisøe (éric), « Le réalisme magique : avatars et transmutations », dans Textyles n° 21, Bruxelles, (...)

41«  Il ne s’est rigoureusement rien passé », glisse cet auteur à la fin d’un de ses récits38, confirmant ainsi, d’une certaine manière, l’hypothèse d’Éric Lisøe, selon qui le réalisme magique serait «  un signifiant vide »39.

  • 40 Paulhan (Jean), Les Fleurs de Tarbes, Paris, Gallimard, 1941, p. 177.

42Voilà de quoi inciter à terminer l’évocation de ces écritures qui se maintiennent en suspens au-dessus d’un certain vide par cette phrase de Jean Paulhan qui figure à la dernière page des Fleurs de Tarbes : «  Mettons enfin que je n’ai rien dit. »40

Haut de page

Notes

1 Michaux (Henri), Sitôt lus. Lettres à Franz Hellens (1922-1952), Paris, Fayard, 1999, p. 81.

2 Michaux (Henri), À la minute que j’éclate. Quarante-trois lettres à Herman Closson, Bruxelles, Didier Devillez, 1999, p. 59.

3 Lecomte (Marcel), « Henri Michaux et ses fantômes », dans Le Journal des poètes, février 1954. Repris dans Lecomte (Marcel), Les Voies de la littérature, Bruxelles, Labor, 1988, p. 145.

4 On sait que, s’agissant de l’auteur de Plume, David Vrydaghs a recomposé un tel trajet avec finesse : Michaux l’insaisissable. Socioanalyse d’une entrée en littérature, Genève, Droz, 2008.

5 Picon (Gaëtan), L’Usage de la lecture, Paris, Mercure de France, 1979, p. 106.

6 « Hommage à Marcel Lecomte », dans Fantasmagie, n° 25, mai 1967, p. 9.

7 Neuhuys (Paul), « Une mise au point qui n’est point de mise », dans Phases, n° 1, janvier 1954, p. 6.

8 Dachy (Marc), « Apologie du Canac survivant », dans Plein Chant, n° 30-40, Dada Pansaers, 1988, p. 193.

9 Epstein (Jean), La Poésie d’aujourd’hui, Paris, La Sirène, 1921.

10 Michaux (Henri), Œuvres complètes i, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 1998, p. 59.

11 Michaux (Henri), Poésies complètes, op. cit., p. 89-90.

12 Michaux (Henri), Œuvres complètes ii, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2001, p. 285.

13 Michaux (Henri), Œuvres complètes iii, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 2004, p. 963.

14 Michaux (Henri), Œuvres complètes ii, op. cit., p. 519.

15 Michaux (Henri), Œuvres complètes i, op. cit., p. 189.

16 Lecomte (Marcel), Rencontre dans Paris, avec un dessin de Raoul Ubac, Bruxelles, Éditions des Oublis, [1944] , p. 11 et 15.

17 Michaux (Henri), Œuvres complètes i, op. cit., p. 512.

18 Blanchot (Maurice), Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959, p. 270 : « l’écrivain qui, au plus près de lui-même, s’est uni à la voix étrangère ».

19 Lecomte (Marcel), Le Suspens, Paris, Mercure de France, 1971, p. 122.

20 Michaux (Henri), Œuvres complètes iii, op. cit., p. 1310-1314.

21 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988, p. 36.

22 Michaux (Henri), Œuvres complètes ii, op. cit., p. 348.

23 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988, p. 116 et 83.

24 Lecomte (Marcel), Le Suspens, Paris, Mercure de France, 1971, p. 81

25 Lecomte (Marcel), Rencontre dans Paris, op.cit., p. 15.

26 Michaux (Henri), Œuvres complètes iii, op. cit., p. 906

27 Ibidem, p. 910-913.

28 Derrida (Jacques), Parages, Paris, Galilée, 1986, p. 274.

29 Ronse (Henri), « Préface », dans Lecomte (Marcel), Œuvres, Bruxelles, Éditions Jacques Antoine, 1980, p. 7-15.

30 Dewolf (Philippe), « Avant-propos. Exerçons-nous, lisons lentement, attentivement », dans Lecomte (Marcel), Les Voies de la littérature, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1988, p. 11-17, et « Poésie sans défense », dans Lecomte (Marcel), Poésies complètes, Paris, La Différence, 2009, p. 7-24.

31 Quaghebeur (Marc), « Au-delà du réalisme magique : Marcel Lecomte », dans Lettres belges entre absence et magie, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1990, p. 95-113.

32 Desmeth (Paul), Simplifications, Bruxelles, Les Éperonniers, 1988.

33 Voir à ce propos : Carion (Jacques) et De Decker (Jacques), Les Aventuriers de la littérature, Bruxelles, Les Éditions de l’Ambedui, Cahiers du Théâtre-Poème, n° 3, 1993.

34 Lambrichs (Georges), Se prendre aux mots, Paris, Éditions de la Différence, 1991, p. 54.

35 Hellens (Franz), Le Fantastique réel, Bruxelles, Labor, coll. Poteau d’angle, 1991, p. 92.

36 Perros (Georges), Papiers collés 1, Paris, Gallimard, 1960, p. 16.

37 Pfeiffer (Jean), La Vie absente, Bruxelles, Labor, coll. Poteau d’angle, 1991, p. 41.

38 Pfeiffer (Jean), « Par un bel après-midi de printemps », dans Exercice du silence, Bruxelles, [s.l.], 1942, [n.p.]

39 Lisøe (éric), « Le réalisme magique : avatars et transmutations », dans Textyles n° 21, Bruxelles, 2002, p. 23.

40 Paulhan (Jean), Les Fleurs de Tarbes, Paris, Gallimard, 1941, p. 177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Carion, « Marcel Lecomte, Henri Michaux, Paul Desmeth », Textyles, 52 | 2018, 21-27.

Référence électronique

Jacques Carion, « Marcel Lecomte, Henri Michaux, Paul Desmeth », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2799 ; DOI : 10.4000/textyles.2799

Haut de page

Auteur

Jacques Carion

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals