Navigation – Plan du site

Lecomte et le surréalisme bruxellois aux alentours de la Seconde Guerre mondiale

Marie Godet
p. 29-40

Texte intégral

1Marcel Lecomte occupe une place particulière, et pour tout dire inconfortable, dans l’histoire du surréalisme en Belgique. Présent dès l’éclosion à Bruxelles d’un mode de pensée que l’on qualifiera de «  surréaliste », via l’aventure de Correspondance, il est presque aussitôt écarté de cette entreprise. Cela n’empêche que Lecomte resurgit constamment dans la trajectoire du groupe surréaliste bruxellois. Dans cet article, l’évolution de sa position sera principalement étudiée en fonction des défis posés au groupe bruxellois. Les circonstances que celui-ci traverse, et en particulier la Seconde Guerre mondiale, pèsent en effet lourdement sur la place réservée à Lecomte — au sein ou en dehors du groupe.

1940, l’heure du regroupement

  • 1 Le lien de Magritte à Lecomte précède le tournant dadaïste du peintre. En 1923 et 1924, Lecomte col (...)

2Le fameux petit carton «  “Correspondance” prend congé de Marcel Lecomte  », daté du 21 juillet 1925, marque la fin de la pleine appartenance de Lecomte au surréalisme bruxellois — une histoire d’autant plus brève qu’elle s’achève avant même que le groupe surréaliste ne se forme. Les tracts de Correspondance, rédigés par Paul Nougé, Camille Goemans et Marcel Lecomte, inaugurent en effet à l’automne 1924 un état d’esprit surréaliste dans la capitale belge, contemporain de la définition du surréalisme à Paris, tandis que le groupe effectif n’est constitué qu’à partir du ralliement des «  dadaïstes  » E.L.T. Mesens et René Magritte à la cellule menée par Nougé, en 1926. Lecomte avait une première fois changé de camp puisqu’on retrouve d’abord son nom aux côtés de ceux de Mesens et Magritte (ainsi que Goemans) sur le prospectus annonçant la revue Période (octobre 1924). La réplique qui en est lancée peu après par Nougé avait incité Lecomte et Goemans à rejoindre celui qui prendra la tête du surréalisme bruxellois jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres. Pourtant, à la suite de son expulsion de Correspondance, on retrouve Lecomte dans le premier numéro de Marie, revue dirigée par Mesens et à laquelle Magritte contribue, en juin 1926 : il est donc de retour dans son cercle initial1. Au moment de la réunion des deux factions, en automne 1926, son nom n’apparaît plus.

  • 2 Voir Mariën (Marcel), L’Activité surréaliste en Belgique, Bruxelles, Éd. Lebeer Hossmann, coll. Le (...)

3Cette mise à distance de Lecomte s’explique par plusieurs facteurs. Avant tout, la conception de l’écriture prônée par Nougé s’oppose à celle de Lecomte : Nougé prône un refus de l’œuvre qui ne correspond pas aux aspirations littéraires de son ancien complice. Par la suite, le positionnement de ce dernier par rapport au groupe bruxellois apparaît comme fluctuant. Le tract Le Domestique zélé, signifiant son exclusion à André Souris, témoigne de l’ambiguïté du statut de Lecomte. Exceptionnellement, les surréalistes bruxellois et hennuyers s’allient et s’expriment, en ce mois de janvier 1936, au nom du «  Groupe surréaliste en Belgique ». Lecomte se joint à eux lui aussi, mais son nom n’est pas placé auprès des signatures surréalistes. Il est parmi ceux qui «  Ont manifesté le désir de joindre leur signature à la nôtre »2  ; la distinction est significative. La situation évolue à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Deux phénomènes contradictoires se produisent : Lecomte est intégré plus étroitement au groupe bruxellois tandis qu’il fait figure de modèle pour des jeunes qui s’inscrivent volontairement en marge du surréalisme.

  • 3 Les périodiques sont étroitement contrôlés alors qu’en ce qui concerne l’édition de livres, du mois (...)
  • 4 Nous avons étudié ce phénomène dans notre thèse de doctorat : Le Poids du réel. Les surréalistes br (...)

4En avril 1940 paraît le second numéro de L’Invention collective. Cette revue du groupe surréaliste bruxellois, dont le premier numéro était sorti en février, est dirigée par Magritte et Raoul Ubac. Explicitement vouée à s’opposer tant que faire se peut aux circonstances — et notamment au silence auquel sont réduits les surréalistes parisiens —, elle manifeste une volonté de resserrer les rangs. La présence dans les deux livraisons de Paul Delvaux, associé pour la première fois aux surréalistes bruxellois, en est la preuve. De même, on retrouve Lecomte au sommaire des deux numéros. On peut penser qu’il s’agit avant tout de faire bloc à une époque difficile. La création d’une revue est un acte fort pour un groupe qui n’en fait pas son mode de ralliement privilégié. D’autant que ce type d’entreprise devient impossible sous l’Occupation ; les modalités de la censure invitent plutôt à la publication individuelle sous forme de plaquettes3. Cette revue constitue dès lors un repère symbolique dans l’histoire du surréalisme en Belgique. Elle acte par ailleurs une transition au sein du groupe bruxellois : ce n’est plus Nougé mais Magritte qui le dirige désormais, plus ou moins tacitement. La création de L’Invention collective ouvre enfin une série de débats sur la nécessité d’un renouvellement du surréalisme qui seront au cœur de l’activité du mouvement dans les années suivantes4. En ce sens, Lecomte est présent à un moment décisif de l’histoire du groupe.

  • 5 Voir entre autres l’entretien de Marcel Piqueray avec Maury (Pierre), « Les frères Piqueray crient (...)
  • 6 Les promoteurs du mouvement, « Les Bases de l’irréalisme », dans La Revue irréaliste, [n° 1], févri (...)
  • 7 Ibidem.
  • 8 Le court texte La Galerie des glaces sera à nouveau publié dans le recueil Au delà des gestes qui s (...)

5C’est lors de ce même mois d’avril 1940 que sort le numéro unique de La Nouvelle Revue Belgique. On y voit apparaître les noms de Marcel et Gabriel Piqueray. Leurs cinq récits poétiques sont dédiés à Lecomte, à Magritte, ou à l’un et l’autre. Les jumeaux Piqueray doivent sans doute à Lecomte, que Gabriel a rencontré en 1937 et Marcel en 19395, leur connaissance de Magritte. Ce coup de chapeau au plus emblématique des surréalistes bruxellois s’effectue pourtant depuis la marge du mouvement. La Nouvelle Revue Belgique est publiée par les initiateurs de l’irréalisme. Ce mouvement né en 1939 se définit explicitement par rapport au surréalisme qui ne «  satisfait plus »6 ses promoteurs. Animé par le poète Guy de Wargny (né en 1918), il devient le lieu d’accueil d’une jeune génération qui se trouve dès lors dans une situation de distance volontaire par rapport au surréalisme. Alors que le groupe surréaliste bruxellois est doté depuis 1937 de la fidélité sans faille de Marcel Mariën (1920-1993), des personnalités comme Christian Dotremont (1922-1979), puis les jumeaux Piqueray, nés en 1920, publient avec les irréalistes. Ce groupe porté par une «  juvénilité intense »7 est dans une relative position de force : quatre numéros de La Revue irréaliste sont publiés entre février et novembre 1939 — à une époque où les surréalistes bruxellois ne possèdent pas de revue. Si l’invasion allemande marque la fin de La Nouvelle Revue Belgique comme celle de L’Invention collective, la première pourra par ailleurs se muer en maison d’édition et continuer à publier sous l’Occupation. Un cinquième numéro de La Revue irréaliste paraît même en novembre 1940. Les Piqueray y marquent à nouveau par une dédicace leur attachement à Lecomte8.

  • 9 Piqueray (Marcel et Gabriel), lettre à Paul Colinet, 8 février 1941, Bruxelles, Archives et Musée d (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Contrairement à Dotremont qu’ils côtoient chez les irréalistes, les Piqueray ne rejoindront d’aille (...)
  • 12 Piqueray (Marcel et Gabriel), lettre à Paul Colinet, 8 février 1941, Bruxelles, Archives et Musée d (...)

6Ainsi, au moment où Lecomte se trouve directement lié au groupe bruxellois, ses protégés affirment leur marginalité par rapport au surréalisme. Ce positionnement en porte-à-faux n’alimente pas uniquement des débats d’historiens. Il semble avoir occasionné un conflit avec le nouveau meneur du surréalisme bruxellois ; dans une lettre de février 1941, les Piqueray évoquent «  l’incompréhensible ? affaire Magritte-Piqueray. Triste. »9 Cette «  affaire » reste assez obscure mais semble porter sur leur affiliation puisque les Piqueray sont amenés à se justifier : «  Gabriel et moi sommes chez les irréalistes “par hasard”. […] Gabriel et moi ne tenons pas à nous réclamer spécialement de l’irréalisme, pas plus que du surréalisme d’ailleurs. Pour nous, écrire = libération d’une obsession, sublimation et tout le Saint Tremblement. Le reste est littérature. »10 Contrairement aux fondateurs du mouvement irréaliste, il s’agit moins pour les Piqueray de se distinguer du surréalisme que de refuser tout embrigadement11. Mais cette souplesse des frontières ne semble pas convenir à Magritte. Les ambitions irréalistes ont pu contribuer à cet antagonisme : dans la même lettre de février 1941, on apprend que le numéro 6 de La Revue irréaliste en préparation se proposait d’inclure une série de collaborateurs «  historiques  » des entreprises surréalistes : «  Le numéro 6 de la R. Irréaliste sortira bientôt : collaborateurs nombreux dont Marcel (Oncle) [Lecomte], Dumont, Chavée, Ubac, etc. »12

  • 13 Wangermée (Robert), André Souris et le complexe d’Orphée. Entre surréalisme et musique sérielle, Li (...)
  • 14 Dotremont (Christian), lettre à Marcel Mariën, 14 mars 1942, Bruxelles, Archives et Musée de la Lit (...)

7L’orée des années 1940 est éprouvante pour les premiers surréalistes. Ils doivent trouver un nouveau souffle pour leur mouvement et faire face à l’arrivée de jeunes poètes, enthousiastes ou concurrents, et ce dans un contexte de guerre. Cette situation les mène à faire fi des dissensions passées entre «  aînés »  ; le critère générationnel influe à cette époque sur la délimitation des camps. Cette tendance se poursuit sous l’Occupation. On constate alors un rapprochement avec Souris, exclu en 193613. De même, dans une lettre de mars 1942, Dotremont évoque une «  séance historique du groupe surréaliste » ayant réuni il y a peu Nougé, Magritte, Ubac, Lecomte et d’autres14. Il semble que cette réunion ait eu pour objectif de définir l’orientation à donner au surréalisme sous l’Occupation. Le statut d’aîné de Lecomte lui confère alors une pertinence certaine.

Un retrait volontaire

  • 15 Ibidem.
  • 16 On connaît surtout de son activité sous l’Occupation l’exposition privée organisée à la galerie Lou (...)
  • 17 Voir Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel L (...)
  • 18 Voir à ce sujet François (Claude), « Entretien avec Denis Marion », dans Aron (Paul), Delsemme (Pau (...)
  • 19 Lambrichs (Georges), lettre à Camille Goemans, 20 janvier 1942, Bruxelles, Archives et Musée de la (...)
  • 20 Ibidem., p. 111-133.

8Selon la lettre de Dotremont, les participants à cette «  séance historique du groupe surréaliste  » ont décidé de procéder à «  une hermétisation du surréalisme »15. L’activité de Magritte durant cette période peut être vue sous cet angle, du moins en partie. Le peintre se livre à certaines entreprises relativement discrètes. Il tente également de rendre sa peinture moins immédiatement scandaleuse, et même de l’éloigner de la réalité16. Lecomte quant à lui initie un projet en 1942 avec Ubac, ainsi que ses jeunes amis Jean Pfeiffer (1913-1985) et Georges Lambrichs (1917-1992). Le petit groupe se propose de créer une revue manuscrite limitée à quatre exemplaires qui ne sortira finalement pas17. Ce projet fait écho aux trois numéros de Chemins privés, revue manuscrite à exemplaire unique réalisée par Nougé, Roger Goossens, Denis Marion et Robert Mathy en 194118. Lambrichs écrit : «  Notre hermétisme nous commandera d’autant de rigueur et d’exigence que nous posons en principe un défi au public. »19 Ces périodiques non diffusés permettent de contourner les modalités de la censure. Il s’agit aussi à cette époque de rendre les options poétiques moins immédiatement visibles ou discernables. Mais concernant Lecomte et ses jeunes amis, l’hermétisme est également à comprendre sous son acception ésotérique20.

  • 21 Dotremont (Christian), lettre à Marcel Mariën, 14 mars 1942, Bruxelles, Archives et Musée de la Lit (...)
  • 22 Sur ce groupe, voir Fauré (Michel), Histoire du surréalisme sous l’Occupation, Paris, La Table Rond (...)
  • 23 Terme forgé par Olivier Cariguel (« Panorama et typologie des revues littéraires légales françaises (...)
  • 24 Voir Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel L (...)

9Dotremont s’insurge contre la stratégie des aînés : «  je ne suis pas absolument d’accord quant à une hermétisation du surréalisme. […] Ce n’est pas au moment où l’on jette des b. [bombes ?], où l’on commence à jeter des b. (et cela ne fera qu’augmenter) que les surréalistes doivent devenir onanistes ou faire l’amour entre eux. »21 L’opposition générationnelle qui s’est dessinée avant la guerre se confirme. Dotremont, qui a entre-temps rejoint le surréalisme, préfère adopter la stratégie de la Main à plume, jeune groupe surréaliste parisien auquel il participe activement22. Au-delà de ses publications sous forme de «  revues-plaquettes »23, la Main à plume se livre à une activité publique qui passe par le tract et l’interpellation de la presse, au moyen d’un vocabulaire volontairement outrancier et provocateur. Au départ plutôt intergénérationnel, ce groupe se veut avant tout associé à la jeunesse. Ubac, qui a une dizaine d’années de plus que les meneurs Jean-François Chabrun et Noël Arnaud, prend part aux débuts de cette aventure ; il contribue parallèlement à la revue Messages de Jean Lescure dès le premier numéro paru sous l’Occupation, en mars 1942. Via Lambrichs, Lecomte est quant à lui présent dans le numéro de Messages publié à Bruxelles en décembre 194224.

  • 25 Arnaud le reconnaîtra plus tard [lettre du 24 juillet 1974 publiée dans Magritte (René), Écrits com (...)
  • 26 Arnaud (Noël), Blanchard (Maurice), Bocquet (Charles) et al., « Nom de Dieu ! » [1er mai 1943], dan (...)
  • 27 Ibidem. Postérieurement, Arnaud attribuera le « choix des têtes de Turc » à « l’influence belge ». (...)

10Pour une longue série de raisons, la Main à plume prend Messages en grippe. Elle lui reproche ouvertement son mysticisme — et, moins ouvertement, le fait de constituer sa principale concurrente25. Messages est la victime du tract Nom de Dieu !, lancé par la Main à plume en mai 1943. La revue de Lescure est accusée de vouloir profiter des circonstances pour remplacer le surréalisme. «  Bien entendu, tout en entretenant-du-surréalisme-ce-qu’il-a-de-valable, et patati et patata… »26 Or, pour la relève surréaliste, Messages en est incapable : la revue est confuse et pétrie d’idéalisme. La Main à plume compare son antagonisme vis-à-vis de Messages à l’opposition entre Breton et Bataille. Lecomte et Ubac sont explicitement visés par le tract  ; après avoir cherché une explication à leur collaboration, le groupe affirme «  qu’en réalité Messages comble les vœux de toujours d’Ubac et de Lecomte »27. Après la guerre, Lecomte rendra aux jeunes la monnaie de leur pièce (cf. infra).

  • 28 Ubac est cité dans Nom de Dieu ! [Arnaud (Noël), Blanchard (Maurice), Bocquet (Charles) et al., « N (...)

11La fidélité au surréalisme devient au cœur de l’Occupation une vertu fondamentale. L’histoire de la Main à plume le démontre : ses membres les plus actifs sont issus du groupe des Réverbères, né en 1938, qui refusait le surréalisme et préférait s’inscrire dans la lignée de Dada. L’arrivée de la Seconde Guerre mondiale change la donne. Elle exige un positionnement face au réel, entre éthique et politique, que les jeunes ne parviennent à trouver que dans le surréalisme. La fondation de la Main à plume qui en découle n’a pas pour objectif de se calquer sur les pas des aînés partis en exil ; il devient rapidement évident que le surréalisme doit évoluer pour répondre à la situation d’Occupation. Toutefois la défection est mal considérée. À l’inverse, Ubac estime que l’éclectisme de Messages est la seule option valable au vu des circonstances28. Ce choix fait par Ubac et Lecomte n’est pas uniquement condamné par les jeunes : Magritte qui avait participé de façon limitée à la Main à plume joint sa signature à Nom de Dieu !. Il se retourne ainsi non seulement contre Lecomte mais aussi contre son proche compagnon de 1940. L’harmonie entre aînés se fissure donc elle aussi au nom de la fidélité au mouvement.

L’épuration surréaliste

  • 29 C’est plus largement le cas pour l’ensemble de la scène littéraire belge : voir le schéma établi pa (...)
  • 30 Mariën (Marcel), L’Activité surréaliste en Belgique, op. cit., p. 341.
  • 31 « Note d’avertissement », dans Réponse, printemps 1945, p. 7.

12La Libération est marquée par une floraison de publications surréalistes et para-surréalistes. Le format de la revue, redevenu accessible, est réinvesti avec énergie29. Début 1945, Lecomte contribue à la revue Le Ciel bleu, dirigée par Paul Colinet, Dotremont et Mariën. Les acteurs marginaux de la nébuleuse surréaliste sont particulièrement bien représentés dans ce périodique  ; les Piqueray sont parmi eux. Dans son fameux ouvrage L’Activité surréaliste en Belgique, Mariën affirmera que cette revue «  ne relève pas vraiment du surréalisme »30. Par contre, Lecomte n’est pas présent dans La Terre n’est pas une vallée de larmes, rassemblement surréaliste compilé par Mariën durant la guerre et qui sort en février 1945. Avec Souris, Lambrichs et d’autres, Lecomte publie pour sa part au printemps 1945 le cahier de poésie Réponse qui se veut le reflet d’une «  expérience magique »31. On y retrouve Jean Lescure, cheville ouvrière de Messages. Dotremont et Magritte, entre autres, figurent également au sommaire.

  • 32 Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel Lecomt (...)
  • 33 L’événement est salué par un article publié dans l’édition des 8 et 9 septembre du Drapeau rouge ta (...)
  • 34 Les œuvres offertes constituent les lots d’une tombola organisée par la Fédération bruxelloise du p (...)
  • 35 Au sujet de cette exposition et de la coopération entre surréalistes et communistes, voir Godet (Ma (...)

13Damien Grawez a montré que Lecomte s’attèle à cette époque à désengager la poésie32. Ce projet va tout à fait à contre-courant de l’air du temps, et en particulier de la tournure que prend l’activité bruxelloise. Les surréalistes réunis autour de Magritte se lancent en effet après la Libération dans une procédure de collaboration avec le Parti communiste de Belgique. Le pcb célèbre l’arrivée de Magritte dans ses rangs en septembre 194533. Le peintre participe à l’Amicale des Arts plastiques de la Fédération bruxelloise du parti. Avec son ami le peintre Pierre Sanders, il offre une œuvre au parti afin de lever des fonds pour une bibliothèque34. Il publie même en octobre 1945 un article dans Le Drapeau rouge. Quant aux autres surréalistes, on les retrouve également dans la presse communiste. L’exposition organisée par Magritte en décembre 1945 et janvier 1946 à la galerie des éditions La Boétie est une occasion supplémentaire de manifester les convictions du groupe35.

14Sanders l’exprime ouvertement : l’adhésion au pcb définit l’appartenance au groupe surréaliste.

  • 36 Sanders (Pierre), lettre à Claude Serbanne, 17 janvier 1946, Bruxelles, Archives de l’Art contempor (...)

Faute d’information, nos amis français y ajoutent souvent [au groupe surréaliste de Belgique] certains noms de poètes et de peintres (exemple : Paul Delvaux en peinture) qui y sont totalement étrangers tant par leur position morale que par leur absence de position politique, les surréalistes belges ayant adhéré au parti du matérialisme dialectique : le parti communiste.36

  • 37 Lecomte est impliqué dans l’Association Révolutionnaire Culturelle dans la première moitié des anné (...)

15S’il prend Delvaux en exemple, on peut en dire autant de Lecomte. Ces deux contributeurs de L’Invention collective sont publiquement exécutés par Mariën dans Les Corrections naturelles. La première partie de cet ouvrage sorti en 1947 date de février 1946. Il s’agit d’un texte qui fait suite à l’exposition surréaliste à la galerie des éditions La Boétie. Mariën reproche à Lecomte son manque de hardiesse au niveau politique. Or, dans les années 1930, c’est notamment dans les publications à caractère politique qu’on retrouvait Lecomte en compagnie des surréalistes37.

16L’exposition de La Boétie, en décembre 1945 et janvier 1946, a été mal reçue tant par la presse que par le PCB. À la veille des élections de février 1946, la coopération avec les communistes semble déjà vouée à l’échec. Plus encore, c’est tout le mouvement surréaliste, décrété mort ou obsolète par une grande partie de la critique, qui est à la recherche de renouveau. Magritte et son second Mariën réagissent à ces difficultés par un surcroît de provocation, de virulence. Les critiques adressées à Delvaux comme à Lecomte dans le texte de Mariën — dont Magritte suit l’élaboration — débordent largement le cadre politique.

  • 38 Mariën (Marcel), Les Corrections naturelles, Bruxelles, Librairie Sélection, 1947, p. 18-19.

Il y a encore… il y a encore cette charogne de Marcel Lecomte, dont le passé, pour verdoyant qu’il fût, ne peut qu’ajouter au faix de ses crimes. Cet aimable auteur de second rayon qui partage aujourd’hui sa durée entre les sueurs que lui coûte la confection de sa littérature racée, l’illusion de puissance qu’il tire, au moyen de ses tarots, de l’exploitation de la crédulité humaine et de la sienne propre, et le commerce des vieilles filles rances qui, à l’entendre ânonner, se pâment, s’est dit un jour qu’il lui fallait passer à l’action.38

  • 39 Pourtant, lorsque Mariën avait publié L’Oiseau qui n’a qu’une aile fin 1941, Lecomte en avait fait (...)

17Et la diatribe se poursuit sur trente lignes. La tentative de faire redémarrer le surréalisme passe pour Mariën par une épuration. Ceux qui ont été erronément (selon lui) associés au mouvement sont impitoyablement balayés39. Parmi ses victimes figure de même Charles Pry, qui a tenté de joindre surréalisme et Jeune Peinture belge. Dans un tel contexte, il n’y a plus de place pour Lecomte.

  • 40 « Une nouvelle Initiative Culturelle du Séminaire des arts », dans Magritte (René), Écrits complets(...)
  • 41 On retrouve des échos de ces deux entreprises dans une lettre collective extrêmement violente de la (...)
  • 42 Lecomte (Marcel), lettre à Suzanne Van Damme, 14 juillet 1946, Bruxelles, Archives de l’Art contemp (...)

18Cette période «  déchaînée  » de Magritte et Mariën est ponctuée de tracts agressifs et grossiers concoctés par les deux comparses. En mai 1946, ils diffusent le programme fictif d’une série de séances sur la pratique sexuelle prétendument organisées par le Séminaire des arts. Selon Mariën, le public s’est précipité au Palais des Beaux-Arts pour réserver ses places. Les conférences du professeur «  bulgare  » au nom wallon Ijowescu devaient être «  illustrées par des scènes explicatives pour lesquelles de jeunes intellectuels des deux sexes prêteront leur concours  »40. Lecomte est cité sur ce prospectus aux côtés de Freud et Kierkegaard parmi les grands théoriciens de la sexualité41. Il n’est pas la cible première de la machination mais semble en avoir été affreusement vexé. C’est probablement à ce sujet qu’il écrit à la peintre Suzanne Van Damme : «  Magritte poursuit son jeu d’infamie, mais c’est moi qui ai été, cette fois l’objet de son action. C’est une incroyable lie humaine que ce personnage. Je médite un peu là-dessus. J’aurai un entretien à ce sujet avec Nougé. »42

Du tarot à Breton

  • 43 On y trouve aussi Colinet, les Piqueray et Capacci lui-même, qui écrit également.
  • 44 Lecomte rencontre Van Damme dans un café, probablement avant la Seconde Guerre mondiale (Bodart [Ma (...)

19Sa rancœur envers Magritte ne fait pas pour autant de Lecomte un acteur isolé. On le retrouve à cette époque dans l’entourage du couple de peintres Suzanne Van Damme (1901-1986) et Bruno Capacci (1906-1996), qui sont également amis avec Colinet, les Piqueray et les Scutenaire. Chacun des époux fait l’objet d’une monographie en fin d’année 1946 – pour lui un petit ouvrage collectif auquel Lecomte contribue43, pour elle un grand format par le seul Lecomte. Ces monographies sont publiées aux éditions La Boétie, acteur majeur de l’activité surréaliste dans l’immédiat après-guerre. De nombreux ouvrages surréalistes y sont publiés dans la foulée de la Libération ; c’est également dans la galerie ouverte par ces éditions qu’a lieu l’exposition organisée par Magritte en décembre 1945. Ce nouveau bastion du surréalisme accueille les satellites du mouvement : Delvaux, de Chirico, Labisse sont gratifiés d’une monographie. Van Damme et Capacci peuvent également être associés à cette famille élargie44.

  • 45 C’est sous l’enseigne de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (La Cambre) qu’a été publ (...)
  • 46 L’exemplaire que Capacci dédicace et envoie de Florence à Breton est visible sur le site www.andreb (...)
  • 47 Les marches de l’escalier représentaient les arcanes majeurs du tarot. Rappelons qu’au début de la (...)

20Le commentaire que Lecomte consacre à Capacci dans l’ouvrage des éditions La Boétie fait référence au tarot, une passion du poète45 décriée par Mariën dans ses Corrections naturelles. En mars 1947, Capacci envoie sa monographie à Breton, qui invite le peintre à participer à l’exposition surréaliste qu’il prépare alors46. Le tarot sera invoqué dans cette manifestation47. Le 15 juin de la même année sortent aux éditions Fontaine à Paris deux minces ouvrages pratiquement jumeaux, réalisés par chacun des époux en collaboration avec Colinet. Des phrases de Colinet accompagnent des dessins des artistes. Le bandeau entourant ces deux ouvrages porte une phrase identique : «  Je ne sais pas jusqu’à ce jour de collaboration plus exemplaire entre un poète et un artiste… André Breton. » On retrouve au catalogue de l’exposition surréaliste de la galerie Maeght, qui s’ouvre le 7 juillet 1947, les noms de Van Damme, Capacci et Colinet.

21Cette exposition confirme la scission entre Breton et ses anciens amis bruxellois. Dès son retour d’exil, Breton avait marqué sa désapprobation tant à l’égard du surréalisme en plein soleil de Magritte que de l’engagement politique du groupe bruxellois. En retour, le surréalisme tel qu’il le recrée alors est rejeté par Magritte comme par les jeunes générations belge et française, réunies dans le surréalisme-révolutionnaire. Lecomte assume pleinement sa préférence pour le camp bretonnien. Un article qu’il publie en janvier 1948 sur Les courants surréalistes de Paris fait la part belle à l’ésotérisme de Breton tout en réglant son compte en quelques phrases au groupe surréaliste-révolutionnaire de Noël Arnaud :

  • 48 Lecomte (Marcel), «  Les courants surréalistes de Paris  », dans Les Beaux-Arts, 12e année, n° 397, (...)

Aujourd’hui Breton et son groupe ont pleinement le sentiment de la distance, qui les sépare des révolutionnaires sociaux prolétariens. […] Il semble en tous cas évident que le groupe de Breton poursuit seul un travail créateur et critique véritablement surréaliste. Mais il était fatal de la part de ceux qui venus seulement au surréalisme en 39-40, et par là n’ayant pas vécu l’intégralité de son expérience, il était fatal, disons-nous, qu’ils donnassent dans une sorte d’impasse poético-politique dont la plupart de leurs textes et manifestes témoignent aujourd’hui.48

22L’engagement communiste est considéré par Lecomte comme une erreur de jeunesse qui n’en est pas moins jugée sévèrement. Finalement, d’une proximité avec le noyau du surréalisme bruxellois à une adhésion au surréalisme bretonnien de l’après-guerre, qui fait écho à ses propres aspirations ésotériques, le parcours de Lecomte est symptomatique des remous traversés par le mouvement durant les années 1940. L’union recherchée à la veille de l’invasion allemande ne résiste pas à la Libération ; on assiste à la fin de la décennie à un véritable éclatement du surréalisme dont Lecomte est également un acteur.

Haut de page

Notes

1 Le lien de Magritte à Lecomte précède le tournant dadaïste du peintre. En 1923 et 1924, Lecomte collabore à la revue 7 Arts dont Magritte fréquente alors les animateurs, en particulier Pierre-Louis Flouquet. C’est Lecomte qui fait découvrir la peinture de Chirico à Magritte, à l’automne 1923 [Draguet (Michel), Magritte, Paris, Gallimard, coll. Folio Biographies, 2014, p. 116]. En 1925, Lecomte publie le recueil de poèmes Applications avec deux dessins de Magritte.

2 Voir Mariën (Marcel), L’Activité surréaliste en Belgique, Bruxelles, Éd. Lebeer Hossmann, coll. Le Fil rouge, 1979, p. 306. Entre-temps, Lecomte avait notamment participé à la revue Distances en 1928. Il a également été photographié par Nougé dans la série La Subversion des images (1929-1930).

3 Les périodiques sont étroitement contrôlés alors qu’en ce qui concerne l’édition de livres, du mois d’août 1940 jusqu’au 15 janvier 1943, seuls les manuscrits relatifs aux domaines politique et militaire sont soumis à la censure préalable. Voir notamment Fincoeur (Michel B.), « Aperçu sur l’édition francophone belge sous l’occupation allemande 1940-1944 », dans Cahiers du Cédic, n° 5, décembre 2008, p. 17-32.

4 Nous avons étudié ce phénomène dans notre thèse de doctorat : Le Poids du réel. Les surréalistes bruxellois et l’objet dans les années 1940, sous la direction du Professeur Denis Laoureux, Université libre de Bruxelles, Département d’Histoire, Histoire de l’art et Archéologie, 2016-2017.

5 Voir entre autres l’entretien de Marcel Piqueray avec Maury (Pierre), « Les frères Piqueray crient plus au quotidien qu’au surréalisme qu’on se le dise », dans Le Soir, 19 février 1992, p. 3. Marcel Piqueray fait de Lecomte leur « maître incontesté ». À l’époque de leur rencontre, Lecomte était surveillant à l’Athénée royal d’Etterbeek fréquenté par Gabriel.

6 Les promoteurs du mouvement, « Les Bases de l’irréalisme », dans La Revue irréaliste, [n° 1], février 1939, p. 3.

7 Ibidem.

8 Le court texte La Galerie des glaces sera à nouveau publié dans le recueil Au delà des gestes qui sort en 1941 aux éditions de la Nouvelle Revue Belgique. Le recueil reprend la même dédicace à Lecomte. Il comprend également une préface de Paul Colinet, rencontré en 1941 et avec lequel les Piqueray collaboreront à plusieurs reprises.

9 Piqueray (Marcel et Gabriel), lettre à Paul Colinet, 8 février 1941, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ml 5134/304 ; « l’incompréhensible ? » est entouré et encerclé d’une série de points d’interrogation.

10 Ibidem.

11 Contrairement à Dotremont qu’ils côtoient chez les irréalistes, les Piqueray ne rejoindront d’ailleurs jamais pleinement le surréalisme.

12 Piqueray (Marcel et Gabriel), lettre à Paul Colinet, 8 février 1941, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ml 5134/304.

13 Wangermée (Robert), André Souris et le complexe d’Orphée. Entre surréalisme et musique sérielle, Liège, Pierre Mardaga éditeur, coll. Musique-Musicologie, 1995, chapitre 15. Mariën rencontre Souris en 1943 à l’occasion de l’exposition Magritte chez Lou Cosyn.

14 Dotremont (Christian), lettre à Marcel Mariën, 14 mars 1942, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ml 5041/8.

15 Ibidem.

16 On connaît surtout de son activité sous l’Occupation l’exposition privée organisée à la galerie Lou Cosyn en 1943 mais bien d’autres événements attestent d’une tension entre une volonté de diffuser sa peinture et la peur d’une réaction de l’occupant. L’objectif de sa peinture en vient finalement à s’inverser par rapport à la situation d’entre-deux-guerres. Voir pour plus de détails Godet (Marie), Le Poids du réel. Les surréalistes bruxellois et l’objet dans les années 1940, op. cit., partie ii.

17 Voir Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel Lecomte, Georges Lambrichs, Jean Pfeiffer) », dans Zabus (Chantal), éd., Le Secret : motif et moteur de la littérature, Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, 1999, p. 122. Goemans est invité à y participer. Cet article montre également à quel point les trajectoires de Lecomte et d’Ubac se recoupent à cette époque.

18 Voir à ce sujet François (Claude), « Entretien avec Denis Marion », dans Aron (Paul), Delsemme (Paul), Devroey (Jean-Pierre), dir., Denis Marion. Pleins feux sur un homme de l’ombre, Bruxelles, Le Cri, 2008, p. 182-183.

19 Lambrichs (Georges), lettre à Camille Goemans, 20 janvier 1942, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ml 5200/11 ; cité d’après Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel Lecomte, Georges Lambrichs, Jean Pfeiffer) », op. cit., p. 122.

20 Ibidem., p. 111-133.

21 Dotremont (Christian), lettre à Marcel Mariën, 14 mars 1942, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ml 5041/8.

22 Sur ce groupe, voir Fauré (Michel), Histoire du surréalisme sous l’Occupation, Paris, La Table Ronde, [1982] 2003 ; Vernay (Anne) et Walter (Richard), éd., La Main à plume. Anthologie du surréalisme sous l’Occupation, Paris, Syllepse, 2008.

23 Terme forgé par Olivier Cariguel (« Panorama et typologie des revues littéraires légales françaises sous l’Occupation », dans La Revue des revues, n° 24, 1997, p. 9) pour évoquer les publications de la Main à plume qui changeaient de titre à chaque livraison afin de ne pas apparaître comme une revue.

24 Voir Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel Lecomte, Georges Lambrichs, Jean Pfeiffer) », op. cit., p. 123. Le parcours de Lecomte démontre, comme beaucoup d’autres, que les frontières entre écriture résistante et écriture de collaboration doivent être revues puisqu’il participe la même année à Messages, associé à la Résistance, et à la nrf de Drieu la Rochelle.

25 Arnaud le reconnaîtra plus tard [lettre du 24 juillet 1974 publiée dans Magritte (René), Écrits complets, édition établie et annotée par André Blavier, Paris, Flammarion, 1979, p. 150]. Les deux groupes avaient précédemment tenté de s’unir. Les craintes de la Main à plume apparaissent aujourd’hui comme fondées puisque Messages a largement éclipsé le jeune groupe surréaliste dans l’historiographie.

26 Arnaud (Noël), Blanchard (Maurice), Bocquet (Charles) et al., « Nom de Dieu ! » [1er mai 1943], dans Vernay (Anne) et Walter (Richard), éd., La Main à plume. Anthologie du surréalisme sous l’Occupation, op. cit., p. 145.

27 Ibidem. Postérieurement, Arnaud attribuera le « choix des têtes de Turc » à « l’influence belge ». Lettre du 24 juillet 1974 publiée dans Magritte (René), Écrits complets, op. cit., p. 150.

28 Ubac est cité dans Nom de Dieu ! [Arnaud (Noël), Blanchard (Maurice), Bocquet (Charles) et al., « Nom de Dieu ! », op. cit., p. 145]. Voir la totalité de la lettre dans laquelle il répond aux reproches du groupe dans Fauré (Michel), Histoire du surréalisme sous l’Occupation, op. cit., p. 210-212.

29 C’est plus largement le cas pour l’ensemble de la scène littéraire belge : voir le schéma établi par Aron (Paul) et Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de langue française de 1830 à nos jours, éd. rev. et augm., Bruxelles, Éd. Labor, 1998, p. 212.

30 Mariën (Marcel), L’Activité surréaliste en Belgique, op. cit., p. 341.

31 « Note d’avertissement », dans Réponse, printemps 1945, p. 7.

32 Grawez (Damien), « Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel Lecomte, Georges Lambrichs, Jean Pfeiffer) », op. cit., p. 111-133.

33 L’événement est salué par un article publié dans l’édition des 8 et 9 septembre du Drapeau rouge tandis qu’une photographie paraît en une le 10.

34 Les œuvres offertes constituent les lots d’une tombola organisée par la Fédération bruxelloise du parti. Les prix sont exposés du 5 au 11 janvier 1946 à la Galerie L’Écrin d’Art, 4 rue Van der Meulen.

35 Au sujet de cette exposition et de la coopération entre surréalistes et communistes, voir Godet (Marie), Le Poids du réel. Les surréalistes bruxellois et l’objet dans les années 1940, op. cit., parties iii et iv.

36 Sanders (Pierre), lettre à Claude Serbanne, 17 janvier 1946, Bruxelles, Archives de l’Art contemporain en Belgique, inv. 89716.

37 Lecomte est impliqué dans l’Association Révolutionnaire Culturelle dans la première moitié des années 1930. Il signe avec E.L.T. Mesens un texte titré « Mouvement de pensée dans la révolution » dans Documents 35 (reproduit dans Mariën [Marcel], L’Activité surréaliste en Belgique, op. cit., p. 259-260 ; voir aussi p. 302). En 1935, Lecomte est également signataire de la déclaration à teneur politique des surréalistes belges, Le Couteau dans la plaie. Ce texte est critique à l’égard de l’urss mais réaffirme la foi de ses signataires en la Révolution prolétarienne mondiale.

38 Mariën (Marcel), Les Corrections naturelles, Bruxelles, Librairie Sélection, 1947, p. 18-19.

39 Pourtant, lorsque Mariën avait publié L’Oiseau qui n’a qu’une aile fin 1941, Lecomte en avait fait un compte rendu très flatteur. Mariën l’avait envoyé à Noël Arnaud pour publication en 1942. Il n’a pas été publié à l’époque mais Mariën s’en est chargé plus tard [Lecomte (Marcel), Magritte (Paul), Paulhan (Jean), « Sur trois ouvrages de Marcel Mariën », dans Le Vocatif, n° 82, décembre 1974, np.]. Mariën publiera également des œuvres posthumes de Lecomte aux éditions des Lèvres nues.

40 « Une nouvelle Initiative Culturelle du Séminaire des arts », dans Magritte (René), Écrits complets, op. cit., p. 172 ainsi que p. 188 pour le commentaire de Mariën.

41 On retrouve des échos de ces deux entreprises dans une lettre collective extrêmement violente de la main de Mesens mais qui a également été signée par Magritte. Elle a dû être envoyée à Lecomte au cours de la même période. Elle fait notamment référence à la loi de fermeture des maisons closes en France. Lecomte est à l’époque constamment associé à la sexualité (lettre communiquée par Philippe Dewolf, AML, FS XLVII/87/20).

42 Lecomte (Marcel), lettre à Suzanne Van Damme, 14 juillet 1946, Bruxelles, Archives de l’Art contemporain en Belgique, inv. 5774.

43 On y trouve aussi Colinet, les Piqueray et Capacci lui-même, qui écrit également.

44 Lecomte rencontre Van Damme dans un café, probablement avant la Seconde Guerre mondiale (Bodart [Marie-Thérèse], Marcel Lecomte, Paris, Éd. Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 1970, p. 22). Il faudrait consacrer une étude à ce couple et à ses relations avec le milieu du surréalisme.

45 C’est sous l’enseigne de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (La Cambre) qu’a été publié en 1948 Le Sens des tarots (avec deux illustrations de Pierre Alechinsky).

46 L’exemplaire que Capacci dédicace et envoie de Florence à Breton est visible sur le site www.andrebreton.fr. Quant à Breton, il envoie une lettre à Capacci le 17 mars 1947, Bruxelles, Archives de l’Art contemporain en Belgique, inv. 5772.

47 Les marches de l’escalier représentaient les arcanes majeurs du tarot. Rappelons qu’au début de la guerre, les surréalistes réfugiés à Marseille avant de pouvoir quitter l’Europe avaient créé le jeu de Marseille, un jeu de cartes inspiré du tarot.

48 Lecomte (Marcel), «  Les courants surréalistes de Paris  », dans Les Beaux-Arts, 12e année, n° 397, 23 janvier 1948, p. 8. Cet article a déjà été commenté par Grawez (Damien), «  Surréalisme et anticommunisme à la Libération : un courant secret (Marcel Lecomte, Georges Lambrichs, Jean Pfeiffer)  », op. cit., p. 115 et 121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Godet, « Lecomte et le surréalisme bruxellois aux alentours de la Seconde Guerre mondiale », Textyles, 52 | 2018, 29-40.

Référence électronique

Marie Godet, « Lecomte et le surréalisme bruxellois aux alentours de la Seconde Guerre mondiale », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2800 ; DOI : 10.4000/textyles.2800

Haut de page

Auteur

Marie Godet

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals