Navigation – Plan du site

Le Visible et l’Invisible

Gwendoline Morán Debraine
p. 41-54

Texte intégral

Introduction

  • 1 Duchamp (Marcel) et Breton (André), Surrealist intrusion in the enchanters’ domain, New York, D’Arc (...)

1Nous nous proposons d’étudier ici les relations du poète et critique d’art Marcel Lecomte avec l’invisible. La question que nous nous posons est celle de la place occupée par l’invisible dans ses préoccupations, dont témoigne la critique d’art. Peut-on parler de lui comme d’un souffleur d’indicible ? Acteur du mouvement surréaliste, son portrait, souvent décrit comme une ombre dont on sent la présence en en notant toutefois l’absence, nous révèle sa singularité. Singularité qui se traduit également dans ses écrits sur l’art, nettement orientés dans la perspective de déceler des signes de cet invisible dans les œuvres. Il nous semblait dès lors nécessaire d’associer à notre étude son intérêt pour les images. Parmi les artistes surréalistes belges rencontrés de manière régulière, celles de René Magritte et de Jacques Lacomblez retiennent l’attention du poète bruxellois. Le premier rencontre Lecomte dès 1922, avant l’époque de Correspondance (1924), le second, à la fin des années 1950. Notons que Lacomblez est le seul peintre belge, avec Magritte, à participer à l’Exposition internationale du surréalisme à New York en 19601.

  • 2 Dewolf (Philippe), Le Regard des choses. Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositio (...)

2 L’analyse qui va suivre procède d’une approche chronologique s’intéressant d’abord aux premiers contacts de Lecomte avec l’invisible et l’alchimie avant de se pencher sur ses relations avec Magritte et Lacomblez. Elle doit beaucoup aux travaux de réédition menés par Philippe Dewolf notamment avec Le Regard des choses dans lequel apparaît un Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositions2. Nous avons également tenu à recueillir le témoignage du peintre Jacques Lacomblez dont une sélection d’images viendra enrichir notre propos.

Marcel Lecomte et le mystère du quotidien

  • 3 Bodart (Marie-Thérèse), Marcel Lecomte, Paris, Éd. Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui (n°194), 197 (...)

3Les premiers contacts de Lecomte avec ce que nous pouvons appeler le mystère du quotidien remontent aux années 1915-1916 alors qu’il accompagne son père, le peintre de paysages Émile Lecomte, en promenade3. Lors de ces escapades régulières dans les étendues boisées du sud de Bruxelles, le jeune Marcel découvre ce qui l’entoure dans un silence nécessaire à l’«  observation attentive ». La profondeur et la densité de l’espace s’y manifestent notamment par des jeux d’ombre et de lumière. Des années plus tard, son texte Phases d’un souvenir déterminant (Le Carnet et les Instants, p. 34-49) revient sur l’une de ces promenades au cours de laquelle ils s’engagent dans un quartier neuf. Au contraire de son père, peu sensible à ce nouveau territoire, Marcel Lecomte connaît sa première révélation et entre dans ce qu’il appelle «  l’espace secret  ».

À certains moments […] tous les objets de cette aire me semblaient avoir perdu leurs rapports normaux. Il s’était établi entre eux de nouveaux liens, de nouveaux accords m’apportant la certitude d’un climat insolite, hautement poétique, réconfortant au cœur même du quotidien, des travaux de l’homme.

  • 4 Lecomte (Marcel), « Clément Pansaers, disciple de Tchouang-Tsé », dans Le Journal des poètes, n°4, (...)
  • 5 Tchouang-Tsé, cité dans Bodart (Marie-Thérèse), Marcel Lecomte, op. cit., p. 15.
  • 6 Alleau (René), Alchimie, Paris, Éd. Allia, 2008, p. 36.
  • 7 Van Lennep (Jacques), « Marcel Lecomte, cet alchimiste… », dans Fantasmagie, n°25, Hommage à Marcel (...)

4Peu de temps après cette découverte, en mai 1918, la rencontre de Clément Pansaers dans sa Maison à l’Allée près de La Hulpe le transporte, d’après ses propres mots, «  de l’autre côté du Miroir de l’Art ». Avec lui, il découvre le Tao grâce notamment aux enseignements de Tchouang-Tsé4 qui invite à «  une construction de soi par creusement »5. Précisons à ce propos que, dans la Chine antique, le Tao rassemble les connaissances magico–techniques héritées des premiers métallurgistes mais aussi les données fondamentales de la tradition ésotérique et initiatique chinoise6. La profonde connaissance ésotérique de Lecomte, soulignée par Jacques van Lennep7, est donc à inscrire dans la continuité de ces préoccupations naissantes.

  • 8 Houbart (Suzanne), « Marcel Lecomte aux Musées royaux des Beaux-Arts », dans Bulletin des Musées ro (...)
  • 9 Lepetit (Patrick), Le Surréalisme. Parcours souterrain, Éd. Dervy, Paris, 2012, p. 171 et 195.
  • 10 Breton (André), Second Manifeste du surréalisme, Paris, Kra, 1930, p. 69.
  • 11 Flahutez (Fabrice), Nouveau monde et nouveau mythe. Mutations du surréalisme, de l’exil américain à (...)
  • 12 Lecomte (Marcel), « Les Cahiers du Sud et le Catharisme », dans Le Journal des poètes, n°10, novemb (...)

5Ses recherches ultérieures en matière de mystique, d’alchimie et de magie sont avérées par l’existence d’une riche bibliothèque ésotérique et de nombreuses notes, publiées ou manuscrites, conservées essentiellement aux Archives de l’Art contemporain en Belgique. Les textes des mystiques allemands tels que Maître Eckhart, Jacob Boehme et ceux du Suisse Paracelse retiennent l’attention de Lecomte de même que René Alleau ou encore René Guénon qui sont quelques-uns des auteurs de sa bibliothèque. Nous relevons aussi la présence de plusieurs écrits et documents d’André Breton dont il partage, après la guerre, le goût pour l’hermétisme et la magie8. L’ouvrage de Patrick Lepetit intitulé Le Surréalisme. Parcours souterrain ne manque pas, en effet, de relever une parenté entre le but de la haute science et celui du surréalisme9. Si nous pouvons déjà lire dans le Second Manifeste que «  la pierre philosophale n’est rien d’autre que ce qui devrait permettre à l’imagination de l’homme de prendre sur toutes choses une revanche éclatante »10, l’exil américain de Breton et d’autres surréalistes parisiens joue un rôle dans la réactivation des grandes découvertes des années 193011. Chez Lecomte, resté à Bruxelles, cet intérêt pour l’histoire et ses lieux occultes se manifeste en outre par des séjours en Avignon et à Carcassonne qui donnent lieu à la publication d’études sur Les Illuminés et Le Catharisme12.

6Dans ses recueils, Lecomte attire notre attention sur des correspondances frappantes du quotidien. L’importance de ces expériences met l’accent sur la naissance de son écriture qui va de pair avec celle de la vision. Il convient ici de noter le caractère significatif de certains de ses titres : Les Minutes insolites, Le Vertige du Réel, L’Accent du secret, etc. «  Pour approcher l’invisible [nous dit-il], il n’est rien d’insignifiant. » (Le Carnets et les Instants, p. 74) Qu’il nous parle d’un guide aveugle ou de la déclaration inattendue d’un guichetier de gare, ces expériences semblent s’imposer à lui avec facilité et, comme Paulhan, nous suggérons «  qu’il les éprouve plus fortement […] que nous » (p. 10). Les témoignages abondent quant à ce lien particulier qui le lie avec ce qui ne peut être expliqué.

  • 13 Piette (Jacques), « Le Maître des ondes » [manuscrit], s.l., n.d. Bruxelles, Musées royaux des Beau (...)

Il faut [dit Jacques Piette] l’avoir vue [la tête de Lecomte] métamorphoser les traits invisibles de sa configuration spatiale, dont le temps des yeux et de la mâchoire inférieure forme comme le point d’attache d’un labeur intérieur absorbant, organiquement lié par mille fibres mouvantes aux effluves ambiantes, pour pressentir ce qu’elle peut contenir de présence à capter l’envers du monde visible13.

  • 14 Lévi (Éliphas) [cité dans Lepetit (Patrick), Le Surréalisme. Parcours souterrain, op. cit., p. 171]
  • 15 Lecomte (Marcel), « Le Problème du point blanc », dans La Maison, n°6, juin 1951, p. 206-207 [cité (...)
  • 16 Bodart (Marie-Thérèse), Marcel Lecomte, op. cit., p. 35.

7En tant qu’amateur et critique d’art, son attirance pour l’invisible caché dans le visible s’étend aux images du passé comme du présent qu’il lui arrive de contempler et dans lesquelles il trouve un espace propice à l’épanouissement de son don de voyance. Il y décèle un «  point sensible » appelé aussi «  point blanc » qui, par son rayonnement, éclaire «  les relations qu’entretiennent entre eux les éléments de l’œuvre ». Cette explication donnée par Lecomte rejoint celle d’Éliphas Lévi lorsqu’il définit le «  Grand-œuvre » comme «  la conquête du point central où réside la force équilibrante »14. Chez Lecomte, ce point semble être invisible comme le suggère d’ailleurs le poème Le Sens de l’invisible (Le Vertige du réel, p. 31). Néanmoins, ses écrits sur l’art amènent à penser qu’il peut être situé dans l’espace. Le mystère n’est pas dévoilé mais la puissance de cette découverte produit un trouble chez le spectateur15. Il en ressort désorienté, ce qui constitue, pour la méthode Zen, la base d’une nouvelle réorientation16.

Marcel Lecomte et les «  images poétiques visibles  » de René Magritte 

  • 17 La rencontre entre Magritte et les membres de Correspondance pourrait avoir eu lieu en 1919, date d (...)
  • 18 Magritte (René), « Esquisse autobiographique », ca. mai 1954, citée dans Blavier (André), René Magr (...)
  • 19 Magritte (René), interview Jacques Goossens, ca. 28 janvier 1966, citée dans ibidem, p. 625.
  • 20 Magritte (René), lettre à Pierre Andrieu, ca. 20 novembre 1947, citée dans ibidem, p. 590.
  • 21 Scutenaire (Louis), Mon Ami Mesens, Bruxelles, Luc Canon, 1972, p. 31 et Mesens (E.L.T.), dans Les (...)

8Si l’un prend la plume et l’autre le pinceau, il n’en ressort pas moins qu’une parenté d’esprit apparaît à l’analyse de leurs œuvres. C’est au début des années 1920 que Magritte fait la connaissance de Marcel Lecomte17 pour qui la découverte de Chirico constitue une nouvelle révélation. Ce dernier n’attend pas longtemps avant de lui présenter Le Chant d’amour (1914), œuvre dans laquelle sont réunis un gant rouge de caoutchouc et le visage d’une statue antique. Magritte, alors en pleine période de recherches, trouve sa voie à travers sa rencontre avec l’artiste italien18. Il ne s’agit pas de se préoccuper «  d’une manière de peindre, mais de ce qu’il faut peindre »19. Pour arriver à cela, dit Magritte, «  Chirico n’a rien fait d’autre, […] [que de faire] “vivre” l’espace en le peuplant d’objets extraordinaires »20. La responsabilité de Lecomte dans la découverte des images de Chirico par Magritte, bien qu’affirmée par Magritte, est remise en question par les témoignages de Scutenaire et Mesens21. Si toutefois le fait est avéré, Lecomte aurait donc joué un rôle déterminant dans l’approche de l’objet par Magritte, approche dont lui-même avait été bouleversé :

Lorsque, beaucoup plus tard, il me fut possible de contempler pour la première fois, dans une revue italienne, des reproductions en couleur des tableaux «  métaphysiques » de Georges de Chirico, j’éprouvai instantanément le frisson révélateur. Il s’agissait de l’œuvre d’un homme qui avait voulu reproduire, oui, reproduire plus que recréer, les sensations étranges qu’il avait dû connaître devant un édifice, un jardin, des statues ou encore un objet quelconque isolé. Il l’autonomisait, cet objet, l’impliquait de manière inattendue, lente, grave dans un climat de rupture poétique avec son milieu. [Le Carnet et les Instants, p. 47-48]

  • 22 Magritte (René), « L’art de la ressemblance », s.d., cité dans ibidem, p. 656.
  • 23 Magritte (René), « La Ligne de vie », 20 novembre 1938, citée dans ibidem, p. 103-130.
  • 24 Nougé (Paul), René Magritte ou les Images défendues, Bruxelles, La Boétie, 1943.
  • 25 Voir les bibliographies : Dewolf (Philippe), Les Voies de la littérature. Choix de chroniques litté (...)
  • 26 Lecomte (Marcel), Applications, Louvain, J. Vandoren/Les Écrivains réunis, 1925.
  • 27 Lecomte (Marcel), « René Magritte et le Problème de l’image poétique », dans 30e Salon, Charleroi, (...)
  • 28 Bianchi (Valentina), Nougé et Magritte. Les Objets bouleversants, op. cit., p. 38.
  • 29 Lecomte (Marcel), « Golconde », in La Carte d’après nature, n° 6, avril 1954 et Lecomte (Marcel), « (...)

9Les peintures de Magritte questionnent, comme Lecomte, la relation entre les mots et les choses. Dans le but de créer «  un effet poétique bouleversant » c’est-à-dire une «  pensée qui voit en ressemblant au monde non séparé de son mystère »22, il développe une nouvelle métaphysique des objets les plus familiers. Ses écrits, rassemblés par André Blavier, ainsi que l’analyse de ses images par Paul Nougé nous aide à en saisir toute la portée. Dans La Ligne de vie I (1938), en particulier, le peintre explicite les différents moyens mis en place tels que le dépaysement, la création de nouveaux objets ou encore la transformation de certains d’entre eux23, en se référant à l’ouvrage de Nougé intitulé Les Images défendues (1943)24. Les textes «  théoriques » de Lecomte qui s’intéressent spécifiquement à Magritte sont publiés, quant à eux, entre 1953 et 1966 à l’exception d’un premier texte paru dans une revue liégeoise en 192425. Ils sont au nombre de douze et témoignent d’une compréhension profonde de la peinture de l’artiste, de son évolution et de la manière dont sa représentation évoque le mystère ou l’invisible. Notons, ici, la parution en 1925 du recueil Applications de Lecomte illustré par deux dessins de Magritte26. Le poète est séduit en particulier par la situation des objets les uns par rapport aux autres qui les dote «  densité secrète  » et crée la surprise. Le spectateur peut alors percevoir pleinement les dimensions plurielles de l’univers27. Cette dernière idée rejoint celle de Magritte et de Nougé selon laquelle ces représentations concourent à La Connaissance du monde28. Datés de 1954 et 1962, deux des textes de Lecomte portent respectivement sur Golconde (1953) et La Cascade (1961)29, des œuvres récentes au moment de leur parution.

  • 30 Lecomte (Marcel), « Quelques tableaux de Magritte et les textes qu’ils ont suscités », dans Bulleti (...)

Dans l’un de ces tableaux, comme dans l’autre, si différents soient-ils, j’ai éprouvé le sentiment qu’il y avait là une calligraphie de ce que j’appellerai le Chiffre du mystère.
Cela tient sans doute à ce que les objets, les éléments de ces tableaux sont à chaque fois présentés dans toute leur évidence, mais en même temps délicatement hiératisés à travers leur capacité subversive ou leur charme : leur Inexprimé, qui résulte de l’éclat de l’évidence, est bien contenu ici dans leur Exprimé même30.

10La correspondance révèle, en effet, que Magritte ne manque pas d’informer l’écrivain de ses recherches et ce, en particulier dans les années où celui-ci s’intéresse à ses images en tant que critique d’art.

11En outre, L’Univers des lettres et des mots du peintre retient aussi l’attention du poète de Correspondance qui y consacre un article. Il précise que «  la mise à distance du mot à l’objet » participe à lui donner un «  nouveau sens » puis poursuit ses réflexions sur base de différents exemples.

  • 31 Lecomte (Marcel), « L’Univers des lettres et des mots dans la peinture de René Magritte », dans La (...)

C’est qu’il ne faut pas choisir à tout prix la coïncidence parfaite de la lettre et de son objet. Les conditions mêmes de notre présence au monde nous donnent le désir d’imaginer à l’égard de ces objets de secrètes distances, qui les rendent à la fois clairs et mystérieux31.

  • 32 Magritte (René), « Les Mots et les Images », dans La Révolution surréaliste, n° 12, décembre 1929, (...)
  • 33 Walravens (Jan), « Rencontre avec Magritte », ca. 1962 [citée dans Blavier (André), René Magritte. (...)
  • 34 Cité dans Sylvester (David) et Whitfield (Sarah), René Magritte. Catalogue raisonné. I : Oil Painti (...)
  • 35 Magritte (René), lettre à Gaston Puel, 22 mai 1955 [citée dans Blavier (André), René Magritte. Écri (...)

12Chez Magritte, qui se défend de faire une peinture littéraire, la peinture apparaît en effet comme la description d’une pensée. Les Mots et les Images32 révèlent qu’elle est le fruit d’une profonde réflexion où, finalement, le mot «  entretient avec les figures peintes le même rapport que ces figures entre elles »33. Lecomte collabore également aux travaux de l’artiste en proposant quelques titres susceptibles de lui plaire. Ainsi le titre L’Homme du large (1927) est une trouvaille de Lecomte : «  Magritte et moi [dit-il] lisions à haute voix les romans de Joseph Conrad. Le titre du tableau, c’est moi qui l’ai donné et il découle de ces lectures »34. En 1955, Magritte écrit encore à Gaston Puel, que La Trahison des images (1929) «  a fait l’objet de discussions avec Colinet et Lecomte, dictionnaire en main […] »35.

  • 36 Houbart (Suzanne), « Marcel Lecomte aux Musées royaux des Beaux-Arts », op. cit., p. 166-168.

13Enfin, en 1955, Magritte peint le portrait de son ami Marcel Lecomte dans une œuvre intitulée Souvenir de voyage (fig. 1). Elle représente, à l’avant-plan, Marcel Lecomte pétrifié accompagné d’un lion tandis qu’à l’arrière–plan se dresse une tour foudroyée. Dans ce portrait psychologique, l’artiste introduit différents objets dont la symbolique fait largement écho à sa complicité avec l’écrivain. À cet égard, la tour foudroyée renvoie vraisemblablement à la tour du Marquis de Sade, présente dans le portrait de l’écrivain par Man Ray (1940) et que Magritte ne pouvait ignorer. De plus, Souvenir de voyage paraît résulter de l’assemblage de fragments de tableaux précédents tel que La Folie Almayer (1951), Le Mal du pays (1941)36 ou encore les deux autres versions de Souvenir de voyage où Lecomte cependant n’apparaît pas.

Marcel Lecomte et les «  suscitations » chez Jacques Lacomblez

  • 37 Canonne (Xavier), Le Surréalisme en Belgique : 1924-2000, Anvers, Fonds Mercator, 2006, p. 172-179.
  • 38 Lacomblez (Jacques), Conversation avec Claude Arlan [Dominique Meurant], [Gerpinnes], Éd. Tandem, 1 (...)

14D’une manière différente que René Magritte, un autre peintre et poète surréaliste accompagne Marcel Lecomte dans la quête de l’invisible. Il s’agit de Jacques Lacomblez, né à Ixelles en 1934, qui est à considérer comme le chef de file du mouvement Phases en Belgique, mouvement de tendance surréaliste qui se manifeste dès l’année 1952 à Paris37. Ce groupe se réclame de l’éthique surréaliste en tenant compte de mouvements qui, à l’exemple de Cobra ou de l’abstraction lyrique, doivent beaucoup à l’imaginaire38. Fondateur de la revue Edda, Lacomblez œuvre ainsi, de 1958 à 1964, au rapprochement de Phases avec le surréalisme et Breton qui compte d’ailleurs parmi les collaborateurs du périodique.

  • 39 Ibidem, p. 19, 25-26.
  • 40 Mertens (Phil), Résumé des activités de la « galerie Saint-Laurent » rédigé à l’occasion de la Xe a (...)

15Dans ce contexte, Lacomblez (probablement plus proche des Français) rencontre non seulement le groupe hennuyer rassemblé autour de Chavée mais aussi certaines personnalités du groupe dit de Bruxelles parmi lesquelles Marcel Lecomte, Paul Colinet et Marcel Havrenne. C’est vraisemblablement à la galerie Saint-Laurent que le jeune peintre-poète croise le chemin de Lecomte, déjà âgé d’une cinquantaine d’années39 (fig. 2). En effet, la célèbre galerie bruxelloise fondée en 1949 par Philippe-Édouard Toussaint40 est, dans les années 1950 et 1960, visitée régulièrement par la silhouette devenue familière du critique d’art.

16Dans une conférence présentée aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Jacques van Lennep attire l’attention sur ce lien d’amitié entre Lacomblez et Lecomte qui se découvrent rapidement un intérêt commun «  pour les rites magiques, la mystique ou l’occultisme » dont l’aîné est devenu un érudit. Dans une lettre adressée à Lecomte alors en poste aux Musées royaux et datée de 1962, Lacomblez écrit : 

  • 41 Lacomblez (Jacques), lettre à Marcel Lecomte, 1962, citée dans Van Lennep (Jacques), Chant funèbre (...)

Il a été tout de suite question de promenade, de promenade haute, illuminée — ou assombrie — par les miroirs et les récifs qu’un cheminement en tel pays entend bien soumettre au promeneur égaré. Pour assumer pareille conquête, il fallait choisir — mieux rencontrer les Argonautes éprouvés : ce furent très tôt les Romantiques allemands, Breton et ses amis — et d’autres comme Louis ii de Bavière ou St Jean de la Croix… Peut-être y a-t-il lieu également de dévoiler quelque peu l’intérêt que je voue aux Indiens du Nord, aux Aztèques et aux grandes stèles rituelles qui, de Carnac à l’Île de Pâques, jalonnent le fleuve des Sacres…41

  • 42 Entretien accordé par Jacques Lacomblez, peintre et poète surréaliste (Bruxelles, 28 octobre 2016).

17Ce goût partagé par les deux hommes se traduit, dès 1958, par la participation de Lecomte au premier numéro de la revue Edda dont le titre est d’ailleurs inspiré par la mythologie scandinave, celtique et germanique42. Le texte de ce dernier, Le Clair doit être obtenu, traite des nouvelles préoccupations spirituelles des peintres (fig. 3).

  • 43 Lecomte (Marcel), « Le Clair doit être obtenu », dans Edda. Cahier international de documentation s (...)

Le tableau tend à devenir pour son créateur même une sorte de révélateur comme peut l’être un miroir magique.
Dès lors, il arrivera que le peintre trouve dans la contemplation, dans la méditation même de son tableau, ouverture à une voie de connaissance […] qui lui montre l’accès à ce nouvel espace où le clair enfin se fait inépuisable43.

  • 44 Van Lennep (Jacques), Alchimie. Contribution à l’histoire de l’art alchimique, Bruxelles, Crédit Co (...)

18De ces «  signes » ou «  symboles » que Lecomte semble appeler, les tableaux de Lacomblez en contiennent plus d’un, l’artiste étant «  un des rares à avoir trouvé une parfaite adéquation moderne entre le symbolisme ésotérique et la peinture »44. Nous retrouvons en effet dans ses images, que le poète de Correspondance perçoit comme un «  canevas de suscitations », des éléments du cosmos tels que la terre, le ciel ou encore les astres qui ne sont pas sans évoquer la métamorphose alchimique des paysages.

  • 45 Entretien accordé par Jacques Lacomblez, peintre et poète surréaliste (Bruxelles, 28 octobre 2016).
  • 46 Lacomblez (Jacques), Conversation avec Claude Arlan [Dominique Meurant], op. cit., p. 61-62.

19Un an après la parution du premier numéro d’Edda, en 1959, c’est sur les conseils de Marcel Lecomte et d’André Breton que Jacques Lacomblez part pour Montségur, haut lieu cathare45. L’hérésie cathare, influencée par l’Orient, intéresse particulièrement le peintre par son aspect gnostique. Fasciné depuis toujours par «  les itinéraires spirituels », il aime se pencher sur «  ceux qui se promènent au bord du gouffre » et ce, d’autant plus que le Parsifal de Wagner le séduit déjà avant son séjour à Montségur46.

  • 47 Voir bibliographie : Dewolf (Philippe), Les Voies de la littérature. Choix de chroniques littéraire (...)
  • 48 Le 25 octobre 1948, André Breton exclut Matta du groupe surréaliste « pour disqualification intelle (...)
  • 49 Jacques Lacomblez, Bruxelles, Galerie Saint-Laurent, 15 – 28 novembre 1957, s.p.
  • 50 Charbonel (Jean-Claude), « Le Temps cristallisé ou la quête du réel absolu », dans Jacques Lacomble (...)

20Critique d’art porté sur l’invisible et son caractère mystérieux, Lecomte ne manque pas de poser son regard sur les recherches de plusieurs peintres du mouvement Phases. Entre 1955 et 1964, il écrit ainsi pour Jacques Lacomblez, Marie Carlier et Remo Martini et accorde un entretien sur le sculpteur Marcel Arnould. Notons que, déjà en 1948, il se livre à une critique des œuvres des surréalistes Brauner, Hérold et Toyen47 dont les deux premiers rejoignent Phases après l’affaire Matta (la même année)48. Au sujet des premiers, il met l’accent sur la dimension secrète de leurs œuvres et voit dans l’art de Lacomblez «  des espaces […] où les cristaux d’un certain passé redonnent leur devenir à la forme et à la matière de quelques objets et signes qui peuvent nous être plus chers que tout au monde. »49 (fig. 4) Le fondateur d’Edda cherche, en effet, à faire sortir un visible de l’invisible. Devant ces paysages intérieurs tout en équilibre, le sentiment d’émanation se fait plus intense et nous ne pouvons que penser à cette phrase de Novalis citée par Jean-Claude Charbonel : «  C’est vers l’intérieur que va le chemin mystérieux. C’est en nous qu’est l’éternité avec tous ses mondes, le passé et l’avenir »50.

Conclusion

21La relation du poète et critique d’art Marcel Lecomte avec l’invisible est une relation personnelle et profonde qui se manifeste dès son adolescence et qui est encore renforcée par la rencontre de Clément Pansaers et ses recherches ultérieures. Dans le domaine de l’art, la définition d’un «  point blanc » lui permet de formuler ce que son intuition a pu saisir de «  l’envers du monde visible ». À cet égard, les œuvres des peintres René Magritte et Jacques Lacomblez traduisent chacune à leur manière une proximité avec la pensée du poète. Nous nous risquons ici à évoquer une possible influence du critique sur les deux artistes. Néanmoins, il nous semble que si Marcel Lecomte partage ce qu’il éprouve, Magritte, de son côté, procède à une révolution des objets qui est davantage le fruit d’une réflexion. L’amitié plus tardive avec Lacomblez se comprend, quant à elle, à la lumière d’un voyage intérieur qu’ils partagent tous les deux.

22Au terme de cette étude, Marcel Lecomte nous paraît pouvoir être reconnu comme un souffleur d’indicible. Son intérêt pour l’invisible se retrouve non seulement dans ses œuvres mais aussi dans ses travaux sur l’art. C’est, en effet, ce dont témoignent ses écrits sur les deux peintres belges. Afin de pousser plus loin nos investigations, il serait notamment intéressant d’étudier dans quelle mesure son goût pour l’invisible conditionne sa lecture des œuvres d’art. Pour ce faire, cette dernière pourrait être comparée à celle d’autres auteurs contemporains pour les mêmes artistes.

Fig. 1. Georges Thiry, [René Magritte devant «  Souvenir de voyage »]

Fig. 1. Georges Thiry, [René Magritte devant «  Souvenir de voyage »]

Bruxelles, s.d.

© Photo Georges Thiry. Musée de la Photographie, Charleroi.

Fig. 2. Georges Thiry, [Jacques Lacomblez, Marcel Lecomte et Marie Carlier]

Fig. 2. Georges Thiry, [Jacques Lacomblez, Marcel Lecomte et Marie Carlier]

Bruxelles, Galerie Saint-Laurent, 1958.

© Photo Georges Thiry. Musée de la Photographie, Charleroi.

Fig. 3. Jacques Lacomblez (° 1934), Rite, 1957

Fig. 3. Jacques Lacomblez (° 1934), Rite, 1957

Huile sur toile.

Collection particulière.

Fig. 4. Jacques Lacomblez (° 1934), L’Échelle alchimique, 2013

Fig. 4. Jacques Lacomblez (° 1934), L’Échelle alchimique, 2013

Huile sur toile.

Collection particulière.

Haut de page

Notes

1 Duchamp (Marcel) et Breton (André), Surrealist intrusion in the enchanters’ domain, New York, D’Arcy Galleries, 1960.

2 Dewolf (Philippe), Le Regard des choses. Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositions établi et annoté, Bruxelles, Éd. Labor, coll. Archives du futur, 1992.

3 Bodart (Marie-Thérèse), Marcel Lecomte, Paris, Éd. Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui (n°194), 1970, p. 12-14.

4 Lecomte (Marcel), « Clément Pansaers, disciple de Tchouang-Tsé », dans Le Journal des poètes, n°4, avril 1958, p. 2.

5 Tchouang-Tsé, cité dans Bodart (Marie-Thérèse), Marcel Lecomte, op. cit., p. 15.

6 Alleau (René), Alchimie, Paris, Éd. Allia, 2008, p. 36.

7 Van Lennep (Jacques), « Marcel Lecomte, cet alchimiste… », dans Fantasmagie, n°25, Hommage à Marcel Lecomte, mai 1967, p. 8 et 9.

8 Houbart (Suzanne), « Marcel Lecomte aux Musées royaux des Beaux-Arts », dans Bulletin des Musées royaux des Beaux-Arts, n°2-4, 1970, p. 156-158.

9 Lepetit (Patrick), Le Surréalisme. Parcours souterrain, Éd. Dervy, Paris, 2012, p. 171 et 195.

10 Breton (André), Second Manifeste du surréalisme, Paris, Kra, 1930, p. 69.

11 Flahutez (Fabrice), Nouveau monde et nouveau mythe. Mutations du surréalisme, de l’exil américain à l’« Écart absolu » (1941-1965), Dijon, Les Presses du Réel, 2007, p. 10.

12 Lecomte (Marcel), « Les Cahiers du Sud et le Catharisme », dans Le Journal des poètes, n°10, novembre-décembre 1950, p. 6 ; Lecomte (Marcel), « Les Illuminés d’Avignon et l’Alchimie traditionnelle », dans Être libre, n°145-147, mars-avril 1958, p. 9-12.

13 Piette (Jacques), « Le Maître des ondes » [manuscrit], s.l., n.d. Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Fonds Marcel Lecomte, n° inv. 13603/1, 13604/1 et 13606/6.

14 Lévi (Éliphas) [cité dans Lepetit (Patrick), Le Surréalisme. Parcours souterrain, op. cit., p. 171].

15 Lecomte (Marcel), « Le Problème du point blanc », dans La Maison, n°6, juin 1951, p. 206-207 [cité dans Dewolf (Philippe), Le Regard des choses. Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositions établi et annoté, op. cit., p. 48-50].

16 Bodart (Marie-Thérèse), Marcel Lecomte, op. cit., p. 35.

17 La rencontre entre Magritte et les membres de Correspondance pourrait avoir eu lieu en 1919, date de sa première exposition à Bruxelles. Voir Bianchi (Valentina), Nougé et Magritte. Les Objets bouleversants, Bruxelles, P.I.E. Peter, Lang, coll. Documents pour l’histoire des francophonies / Europe (vol. 20), 2015, p. 17.

18 Magritte (René), « Esquisse autobiographique », ca. mai 1954, citée dans Blavier (André), René Magritte. Écrits complets. Édition établie et annotée, Paris, Flammarion, 1979, p. 367.

19 Magritte (René), interview Jacques Goossens, ca. 28 janvier 1966, citée dans ibidem, p. 625.

20 Magritte (René), lettre à Pierre Andrieu, ca. 20 novembre 1947, citée dans ibidem, p. 590.

21 Scutenaire (Louis), Mon Ami Mesens, Bruxelles, Luc Canon, 1972, p. 31 et Mesens (E.L.T.), dans Les Beaux-Arts, 7 mai 1954, p. 6, cités dans ibidem, p. 370.

22 Magritte (René), « L’art de la ressemblance », s.d., cité dans ibidem, p. 656.

23 Magritte (René), « La Ligne de vie », 20 novembre 1938, citée dans ibidem, p. 103-130.

24 Nougé (Paul), René Magritte ou les Images défendues, Bruxelles, La Boétie, 1943.

25 Voir les bibliographies : Dewolf (Philippe), Les Voies de la littérature. Choix de chroniques littéraires suivi d’une bibliographie, Bruxelles, Éd. Labor, coll. Archives du futur, 1988, p. 222-264 et Dewolf (Philippe), Le Regard des choses. Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositions établi et annoté, op. cit., p. 217-218.

26 Lecomte (Marcel), Applications, Louvain, J. Vandoren/Les Écrivains réunis, 1925.

27 Lecomte (Marcel), « René Magritte et le Problème de l’image poétique », dans 30e Salon, Charleroi, Cercle artistique et littéraire, 1956, cité dans Dewolf (Philippe), Le Regard des choses. Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositions établi et annoté, op. cit., p. 142.

28 Bianchi (Valentina), Nougé et Magritte. Les Objets bouleversants, op. cit., p. 38.

29 Lecomte (Marcel), « Golconde », in La Carte d’après nature, n° 6, avril 1954 et Lecomte (Marcel), « La Cascade » in Rhétorique, n° 5, avril 1962.

30 Lecomte (Marcel), « Quelques tableaux de Magritte et les textes qu’ils ont suscités », dans Bulletin des Musées royaux des Beaux-Arts, n°1-2, 1964, p. 101-110 [cité dans Dewolf (Philippe), Le Regard des choses. Choix de chroniques artistiques et de préfaces d’expositions établi et annoté, op. cit., p. 155].

31 Lecomte (Marcel), « L’Univers des lettres et des mots dans la peinture de René Magritte », dans La Revue graphique, n° 9, décembre 1965, p. 294-295, cité dans ibidem, p. 155.

32 Magritte (René), « Les Mots et les Images », dans La Révolution surréaliste, n° 12, décembre 1929, p. 32-33.

33 Walravens (Jan), « Rencontre avec Magritte », ca. 1962 [citée dans Blavier (André), René Magritte. Écrits complets. Édition établie et annotée, op. cit., p. 537].

34 Cité dans Sylvester (David) et Whitfield (Sarah), René Magritte. Catalogue raisonné. I : Oil Paintings 1916-1930, vol. 1, Houdson / Antwerpen, Menil Fondation / Fonds Mercator, 1992, p. 206.

35 Magritte (René), lettre à Gaston Puel, 22 mai 1955 [citée dans Blavier (André), René Magritte. Écrits complets. Édition établie et annotée, op. cit., p. 404-405].

36 Houbart (Suzanne), « Marcel Lecomte aux Musées royaux des Beaux-Arts », op. cit., p. 166-168.

37 Canonne (Xavier), Le Surréalisme en Belgique : 1924-2000, Anvers, Fonds Mercator, 2006, p. 172-179.

38 Lacomblez (Jacques), Conversation avec Claude Arlan [Dominique Meurant], [Gerpinnes], Éd. Tandem, 1998, p. 29-30.

39 Ibidem, p. 19, 25-26.

40 Mertens (Phil), Résumé des activités de la « galerie Saint-Laurent » rédigé à l’occasion de la Xe assemblée de l’aica., s.l.n.d.

41 Lacomblez (Jacques), lettre à Marcel Lecomte, 1962, citée dans Van Lennep (Jacques), Chant funèbre pour Albéric Magnard de J. Lacomblez, conférence organisée aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, s. d [Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, archives Jacques Lacomblez, n° inv. 16129].

42 Entretien accordé par Jacques Lacomblez, peintre et poète surréaliste (Bruxelles, 28 octobre 2016).

43 Lecomte (Marcel), « Le Clair doit être obtenu », dans Edda. Cahier international de documentation sur la poésie et l’art d’avant-garde, n° 1, été 1958, s.p.

44 Van Lennep (Jacques), Alchimie. Contribution à l’histoire de l’art alchimique, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 19 décembre 1984 – 10 mars 1985, p. 420.

45 Entretien accordé par Jacques Lacomblez, peintre et poète surréaliste (Bruxelles, 28 octobre 2016).

46 Lacomblez (Jacques), Conversation avec Claude Arlan [Dominique Meurant], op. cit., p. 61-62.

47 Voir bibliographie : Dewolf (Philippe), Les Voies de la littérature. Choix de chroniques littéraires suivi d’une bibliographie, op. cit., p. 222-264.

48 Le 25 octobre 1948, André Breton exclut Matta du groupe surréaliste « pour disqualification intellectuelle et ignominie morale ». En réalité, il tient sa liaison avec l’épouse de Gorky responsable du suicide de ce dernier [Durozoi (Gérard), Histoire du mouvement surréaliste, Paris, Éditions Hazan, 1997, p. 507].

49 Jacques Lacomblez, Bruxelles, Galerie Saint-Laurent, 15 – 28 novembre 1957, s.p.

50 Charbonel (Jean-Claude), « Le Temps cristallisé ou la quête du réel absolu », dans Jacques Lacomblez, Saint-Brieux, Musée d’art et d’histoire, 10 octobre — 22 novembre 2009, p. 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Georges Thiry, [René Magritte devant «  Souvenir de voyage »]
Légende Bruxelles, s.d.
Crédits © Photo Georges Thiry. Musée de la Photographie, Charleroi.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 2. Georges Thiry, [Jacques Lacomblez, Marcel Lecomte et Marie Carlier]
Légende Bruxelles, Galerie Saint-Laurent, 1958.
Crédits © Photo Georges Thiry. Musée de la Photographie, Charleroi.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 3. Jacques Lacomblez (° 1934), Rite, 1957
Légende Huile sur toile.
Crédits Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 4. Jacques Lacomblez (° 1934), L’Échelle alchimique, 2013
Légende Huile sur toile.
Crédits Collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/2802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwendoline Morán Debraine, « Le Visible et l’Invisible », Textyles, 52 | 2018, 41-54.

Référence électronique

Gwendoline Morán Debraine, « Le Visible et l’Invisible », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2802 ; DOI : 10.4000/textyles.2802

Haut de page

Auteur

Gwendoline Morán Debraine

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals