Navigation – Plan du site

Comment Constantin Brunner est-il apparu au firmament de Marcel Lecomte ?

Jacques Aron
p. 55-63

Texte intégral

1Malgré une œuvre philosophique originale considérable et l’intérêt que lui portent aujourd’hui la recherche universitaire et un large public cosmopolite, Constantin Brunner demeure une figure tellement atypique, que les raisons de sa traduction éventuelle par Marcel Lecomte — projet dont il ne reste que quatre pages publiées — méritent d’être interrogées. S’agissait-il d’un choix électif basé sur un nombre suffisant d’affinités ou d’un moyen supplémentaire de vivre de sa plume, dans un monde où l’expression littéraire personnelle peine à trouver sa voie ? Et s’il s’agit d’affinités, de quelle nature sont-elles : philosophiques, culturelles, sentimentales ?

  • 1 Aron (Jacques), « Constantin Brunner, le plus juif des philosophes allemands, le plus allemand des (...)

2Ce philosophe juif allemand — rappelons-le brièvement — est né à Hambourg en 1862, soit trente-huit ans avant Lecomte, avant même la naissance de l’Allemagne moderne (1871), alors que notre auteur entre dans sa vie d’adulte après la fin de la Première Guerre mondiale, qui laisse cette Allemagne complètement ébranlée par le choc de sa défaite militaire imprévue. Que peut-il bien y avoir de commun entre un jeune Belge, certes attiré par la philosophie et touché par sa rencontre dans le pays occupé avec des intellectuels allemands plutôt cosmopolites, anarchistes et pacifistes, et celui que j’ai nommé par ailleurs «  le plus allemand des philosophes juifs ou le plus juif des philosophes allemands1 »  ? Sans doute, de part et d’autre — chez Brunner comme chez Lecomte —, un ébranlement aussi profond et une perte de repères aussi considérable, même s’ils sont de nature si différente et si peu susceptibles, à première vue, de rapprochements ou de convergences. Mais peut-être est-ce là, précisément, ce qui caractérise, à l’échelle européenne, le sentiment de rupture irréversible entre l’avant et l’après-guerre. Une jeunesse — la génération de Lecomte — se cherchant de nouveaux pères spirituels, de nouveaux «  maîtres », des figures tutélaires pour ne pas errer seule dans le désert nihiliste annoncé par Nietzsche ? Ou tourmentée à ce moment par la table rase dadaïste, plus radicale encore ?

3Après la guerre, ces disciples souvent inattendus, Brunner, qui a cinquante-six ans et se profile depuis longtemps en prophète solitaire, va les voir affluer, parfois à son corps défendant et là où il ne les attendait sûrement pas : hors d’Allemagne, notamment parmi les intellectuels juifs orientaux et dans la minorité de ceux-ci qui avait placé ses espoirs dans la «  culture » allemande, dans la pensée libérale et émancipatrice allemande, sans se rendre compte à quel point celle-ci était déjà en régression et sur le point d’être submergée, plus tard éliminée, par un pangermanisme blessé et revanchard, et de surcroît ouvertement antisémite.

  • 2 Brunner (Constantin), Spinoza contre Kant et la Cause de la Vérité spirituelle, traduit et précédé (...)
  • 3 Brunner (Constantin), Materialismus und Idealismus, Potsdam, Gustav Kiepenheuer Verlag, 1928.

4Brunner est un nationaliste conservateur, imprégné de la langue, de la culture et de l’histoire germaniques. Petit-fils du grand rabbin d’Altona, qu’il n’a jamais connu, il rejoue durant son enfance les guerres de Frédéric de Prusse. Il s’affirme «  ex-Juif », parce qu’athée, et développe isolément durant quinze ans — de 1893 à 1908 — une théorie philosophique à laquelle il donnera un titre souvent mal interprété comme une manifestation d’élitisme : La Doctrine des Hommes d’Esprit et du Peuple. Deux volumes de onze cent quarante pages qu’aucun traducteur ne s’est encore hasardé à rendre en français ni dans aucune autre langue d’ailleurs. En hégélien fidèle à l’idéalisme allemand, Brunner accorde à des personnalités emblématiques touchées par le génie un rôle essentiel dans la genèse des idées ; sa première œuvre majeure se conclut sur une opposition tranchée entre Spinoza et Kant. Il la reprendra en 1909 dans un écrit plus condensé : Spinoza contre Kant et la Cause de la Vérité spirituelle. C’est ce texte que l’un de ses disciples, issu comme beaucoup d’entre eux de Czernowitz, capitale de la Bucovine, province la plus orientale de l’empire austro-hongrois, traduira en français et publiera à Paris en 1932 chez un éditeur philosophique réputé2. Ce sera, à ma connaissance, la seule intervention de Brunner dans le domaine francophone durant l’entre-deux-guerres. J’ignore si Lecomte l’avait lue ou consultée. Dans son avant-propos, ce disciple qui l’introduit en France, Henri Lurié, rendait compte de l’évolution de l’œuvre de Brunner jusqu’à son complément théorique le plus important : Matérialisme et Idéalisme3, de 1928.

5Le rôle joué par les intellectuels juifs de Bucovine et de sa capitale en particulier, germanophones, mais souvent polyglottes, dans la diffusion internationale des idées de Brunner mérite quelques brefs commentaires. Cette province austro-hongroise est démembrée après 1918 ; Czernowitz échoit à la Roumanie, son importante communauté juive orientée vers la culture allemande, déjà ébranlée et affaiblie par les années de guerre et les fluctuations du front, par l’émigration d’une partie de ses membres, va devoir faire face à la flambée du nationalisme roumain et à son antisémitisme récurrent. C’est là, pourtant, au sein d’un «  Séminaire éthique » qui comptera jusqu’à cent quarante membres, que Brunner trouvera ses admirateurs les plus fervents. Henri Lurié (1905-1994) est de ceux-là, comme Leo Sonntag (1901-1983), chaînon majeur des traductions françaises de l’après-Seconde-Guerre-mondiale, ou Lothar Bickel (1902-1951), exécuteur testamentaire du maître qui assurera la publication des importantes œuvres posthumes. La vie et l’action de chacun d’eux doivent davantage aux circonstances hasardeuses et dramatiques de l’histoire européenne qu’à des choix ou des orientations personnels. Henri Lurié est à Paris en 1932 ; son émigration aux USA en 1957 l’écarte du retour de Brunner sur la scène française à cette époque. Pourquoi avoir insisté sur ces détails ? Parce que ces agents de transmission de la pensée brunnérienne appartiennent à la génération de Lecomte, le premier écrivain de langue française qui se soit proposé de renouer en 1949 avec le philosophe judéo-allemand.

6On sait que la traduction d’écrits philosophiques constitue un créneau particulier de ces disciplines difficiles — la philosophie et la traduction. Les éditeurs intéressés cherchent donc souvent à s’assurer auprès de spécialistes de la compétence des candidats à la transposition dans une autre langue de textes souvent déjà problématiques dans la leur. Traduttore, traditore. On prête volontiers à Bernard Groethuysen (1880-1946) d’avoir joué le rôle d’autorité en la matière — auprès de Gallimard notamment — et d’avoir pu être l’un des censeurs possibles de l’intervention de Lecomte. Il paraît évident que leurs connaissances ne sont absolument pas comparables et que l’écrivain belge a pu apparaître aux yeux de Groethuysen comme un pur dilettante  ; faute d’éléments probants, je me contenterai d’une interrogation : Marcel Lecomte, par tout ce que nous savons de ses inclinations et de ses œuvres, était-il vraiment intéressé à approfondir la quête inépuisable de Brunner, ou seulement par quelques aspects de l’écriture de ce dernier, plus proches de ses propres préoccupations  ? Tout ce que j’en sais m’incline vers cette dernière hypothèse. Lecomte n’était pas un coureur de fond pour cette épreuve philosophique ; le climat, parfois onirique, de certains textes de Brunner devait l’attirer davantage.

  • 4 Aron (Jacques), La Cambre et l’architecture. Un regard sur le Bauhaus belge, Liège, Pierre Mardaga, (...)
  • 5 Teirlinck (Herman), Ode à ma main, traduit par Marcel Lecomte, Bruxelles, Éditions des Artistes, 19 (...)

7Travaillant à un moment donné sur l’histoire de l’enseignement des arts et de l’architecture en Belgique4, j’avais remarqué qu’il avait été le traducteur à partir du néerlandais de quelques textes de l’écrivain flamand Herman Teirlinck, dans un recueil portant le titre du premier d’entre eux : Ode à ma main5. En supposant que cette traduction émane d’un choix personnel, on y retrouve l’expression assez poétique d’une pensée qui n’aurait pas déplu à Brunner : l’engagement de l’individu tout entier dans la conservation d’une tradition, comme antidote à une modernité technologique abandonnée à elle-même et jugée, de ce fait, plus destructrice que progressiste.

  • 6 Brunner (Constantin), Aus meinem Tagebuch, Potsdam, Gustav Kiepenheuer Verlag, 1928. Les extraits t (...)
  • 7 Brunner (Constantin), Kunst, Philosophie, Mystik. Gesammelte Aufsätze, préface de Lothar Bickel. Zu (...)

8Tâchons à présent, et dans les limites du maigre témoignage qu’il nous en a laissé, de soupeser le choix que fait Lecomte dans un recueil de Brunner paru en 1928 en même temps que Matérialisme et Idéalisme, et que le philosophe ne considère pas comme détachable de ce dernier : Pages de mon Journal6 (Lurié traduit par : De mes Mémoires). Et auquel Lecomte ajoute arbitrairement un aussi court extrait intitulé «  Rêve » de l’ouvrage posthume : Art, Philosophie, Mystique7. On le voit, ces quelques échantillons épars jetés en pâture aux lecteurs d’une revue publiée par les Éditions de Minuit ne nous indiquent tout au plus que ce fil conducteur commun : la révélation inconsciente d’une vérité profonde inaccessible à première vue par les seuls chemins de la raison ou de l’analyse. Un certain «  surréalisme » brunnérien, qu’il ne faudrait cependant pas détacher de son pôle «  matérialiste » opposé. Lecomte aurait-il pu, aurait-il été disposé à expliquer cela aux lecteurs de Brunner, comme tentèrent de le faire ceux qui lui succédèrent à partir de 1952 dans la diffusion en français de l’œuvre prolifique du philosophe de Hambourg, exilé aux Pays-Bas en 1933 et qui y meurt en 1937 à l’âge de 75 ans ?

9Inutile de spéculer sur ce qui n’a pas eu lieu. Notons le bref passage de Lecomte sous la lumière de l’astre Brunner, encore en pleine expansion aujourd’hui dans l’univers de l’Esprit. Dans l’entre-deux-guerres, nous l’avons vu, Henri Lurié avait ouvert à Brunner le chemin de la France. Ce dernier y fait favorablement allusion dans la lettre qu’il adresse le 21 janvier 1931 à sa fidèle correspondante néerlandaise Selma van Leeuwen (1880-1972), qui soutiendra ses publications et son exil final aux Pays-Bas, cette mystérieuse S. v. L. qui apparaît à la première ligne de la traduction de Lecomte. Elle y raconte le rêve étrange qu’elle fit un jour avant de lui rendre visite à Potsdam : celui d’avoir versé toutes ses difficultés de compréhension de la philosophie assez ésotérique de Brunner dans un cendrier qu’elle avait vu sur son bureau, la calotte retournée du crâne d’un condamné. «  Regarde, lui dis-je », écrit Brunner, qui ajoute : «  Elle ouvrit les yeux et se sentit indiciblement heureuse, car le crâne était vide ».

  • 8 Brunner (Constantin), Ausgewählte Briefe 1884-1937, éditées par Jürgen Stenzel und Irene Aue-Ben-Da (...)

10Dans cette lettre qu’il adresse à Lurié en 1931, Brunner note avec satisfaction : «  Il y a du neuf : la parution prochaine d’une traduction française de mon Spinoza contre Kant. Comme beaucoup ont avoué qu’ils ne sont parvenus que grâce à moi à la compréhension de Spinoza, espérons que ce petit livre y contribuera favorablement8 ». 

  • 9 Les actes du colloque Constantin Brunner dans son contexte, auquel j’eus l’occasion de prendre part (...)

11Selma van Leeuwen survécut à la déportation des Juifs néerlandais et vivait aux USA au moment où Lecomte traduisait ces lignes. Il faudra attendre 1952 pour que d’autres reprennent le flambeau de la diffusion française du philosophe9. Je ne m’arrêterai qu’à quelques-unes de ses étapes :

  • «  Témoignage », texte traduit par Marthe Robert dans la revue Les Temps Modernes, n° 80, juin 1952  ;

  • N° spécial 375 (déc. 1963-janv. 1964) des Cahiers du Sud, intitulé «  Constantin Brunner, un philosophe hors les murs (1962-1937) », comprenant trois textes ainsi que des contributions de Ferdinand Alquié, Henri Thomas, Michaël Baraz et Robert Rovini.

  • L’Amour, traduit et adapté de l’allemand par Dominique Aury, Henri Thomas et Leo Sonntag, préface de Henri Thomas, Paris, Gallimard, 1968. Il s’agit en fait d’une version réduite de l’ouvrage de Brunner, Liebe, Ehe, Mann und Weib, paru en 1924 chez Gustav Kiepenheuer Verlag, Potsdam.

12Et plus récemment, trois ouvrages de Brunner dont j’ai assuré la traduction et la présentation :

  • Le Malheur de notre Peuple allemand et nos Völkisch, Bruxelles, Mémoire d’Auschwitz et Didier Devillez Éditeur, 2008.

  • Écoute Israël, écoute aussi Non-Israël (Les Sorcières) & La nécessaire Auto-Émancipation des Juifs allemands, Bruxelles, Didier Devillez Éditeur, 2011.

  • Des Devoirs des Juifs et des Devoirs de l’État, Bruxelles, Les Éditions Aden, 2011.

  • 10 Brunner (Constantin), Ausgewählte Briefe, op. cit., note des éditeurs p. 534.

13Parmi les noms de ces passeurs de la pensée de Brunner, il en est un qui mérite d’être particulièrement retenu, celui de Leo Sonntag. Fuyant l’Allemagne nazie, il se réfugie en Belgique, en Suisse, en France, où il s’établit après 1945. Il rendit encore visite à plusieurs reprises à Brunner, à Berlin et à La Haye. «  En France, il attira l’attention de nombreux intellectuels sur Brunner, parmi lesquels Jean-Paul Sartre et Albert Camus, le professeur de philosophie Ferdinand Alquié, l’écrivain Henri Thomas (1912-1993) et le théoricien du surréalisme André Breton10 ».

  • 11 Baraz (Michaël), La révolution inespérée, Constantin Brunner, Paris, Librairie José Corti, 1986, p. (...)
  • 12 « Künstler und Philosophen », « Zur Technik des künstlerischen Schaffens », textes repris dans le r (...)
  • 13 Brunner (Constantin), Der Judenhass und die Juden, Berlin, Oesterheld & Co Verlag, 1918.
  • 14 Brunner (Constantin), Unser Christus oder das Wesen des Genies, Berlin, Oesterheld & Co Verlag, 192 (...)

14Dans une étude originale consacrée à Brunner, un philosophe français, auteur de deux études dédiées à Montaigne et Rabelais, a tenté de rapprocher sa pensée du mouvement surréaliste11. Mais à vrai dire, Brunner fait preuve d’une méfiance presque instinctive à l’égard de tous les mouvements avant-gardistes d’après 14-18, comme de tout radicalisme politique. C’est leur caractère utopique qu’il met en cause, face aux pesanteurs d’une nature humaine qui lui paraît quasi immuable. C’est pour l’essentiel avant la Première Guerre mondiale, qu’il s’est préoccupé des rapports entre l’art et la philosophie, auxquels il a consacré deux études, respectivement en 1893 et 1916 : De la technique de la création artistique et Artistes et philosophes12. L’immédiat après-guerre le place devant l’urgence de sa condition juive-allemande, complètement déstabilisée par la conjonction de nouveaux facteurs politiques : le chauvinisme antisémite, le nationalisme juif (sionisme), l’immigration juive d’Europe orientale. Il publie en 1918 le livre qu’il méditait depuis longtemps, la plus profonde étude philosophique (sur une base anthropologique et religieuse) de l’antisémitisme, à laquelle il préfère donner une appellation plus générale : La haine des Juifs et les Juifs13. Immédiatement suivie d’une réévaluation complète de la figure du Christ : Notre Christ ou l’essence du Génie14. D’innombrables opuscules gravitent encore autour de ces thèmes d’actualité. Aussi, quand reparaît en 1927 une réédition en deux volumes de son œuvre fondamentale La Doctrine des Hommes d’Esprit et du Peuple, la novation artistique est-elle encore représentée dans ce texte ancien par… Gustave Courbet ! Sur des courants artistiques plus contemporains, Brunner s’est cependant prononcé à plusieurs reprises dans sa correspondance, mais la pression des événements ne lui a pas laissé le loisir d’en traiter plus systématiquement dans l’un ou l’autre ouvrage. Le penseur de Potsdam reste essentiellement un philosophe du temps long de l’humanité, une espèce en voie de disparition à l’heure de Twitter et de Facebook. Et Lecomte ? Tout au plus, pourrait-on les rapprocher par une sage lenteur dans l’approche des phénomènes et une méfiance quasi viscérale envers tout ce qui brille d’un éclat qui pourrait n’être qu’illusion et séduction de l’instant.

Document : Brunner traduit par Lecomte

Pages de Journal

15Lors de sa dernière visite, S. v. L. me dit qu’elle avait lu une grande part de la «  Doctrine » et qu’elle y trouvait maintes difficultés avec lesquelles elle se débattait constamment. Il lui vint un rêve la nuit précédant son voyage. Elle entrait dans mon cabinet de travail. Moi, j’étais assis sous le plafond, sur l’un des doubles rayons de livres, à l’extrême droite. «  Viens de ce côté », lui disais-je en lui désignant le côté gauche. Elle monta et nous nous trouvâmes assis en face l’un de l’autre. Entre elle et moi, il y avait mon cendrier fait du crâne d’un assassin (la calotte fixée sur un socle noir). – «  Toutes les pensées que tu n’as pas comprises, place-les dans ce crâne vide », lui dis-je. Elle eut honte et ferma les yeux pendant qu’elle versait, versait… À la fin, elle cessa et je lui demandai : «  Tout y est-il  ? »

‒ Tout.

‒ Regarde, lui dis-je. Elle ouvrit les yeux et se sentit indiciblement heureuse, car le crâne était vide.

Le Christ et Judas

16L’élaboration de la «  Cène  » occupa la plus grande partie de la vie de Léonard. Il lui fallut des années pour n’achever que quelques disciples ; sans arrêt il pensait au Christ. Comment le trouver, comment trouver le Christ ! Enfin, il pensa en avoir découvert le modèle en la personne d’un choriste dont le visage rayonnait de l’immense chaleur et douceur de la plus pure âme humaine. Et à nouveau de longues années s’écoulèrent ; tous les disciples étaient peints ; seul Judas manquait encore. Lorsqu’un jour il aperçut au marché un mendiant dont les traits empreints de la plus insondable infamie le bouleversèrent. C’était enfin son Judas ; il poserait pour lui et l’emmènerait à la maison. Cependant, comme il l’observait de plus en plus et voulait se mettre à l’œuvre, le visage devant lui se mua en un autre visage, et dans un effroi horrible, palette et pinceaux glissèrent de ses mains. Ce Judas n’était nul autre que son Christ ; la boisson et les vices avaient transmué totalement le Christ en Judas.

17Il en est véritablement ainsi de tout travail sur toutes choses et en y consacrant sa vie entière on n’arriverait même pas à en épuiser une seule, mais uniquement à l’approfondir intérieurement, et à en parfaire sans cesse la forme et l’expression, jusqu’à la mort.

18C’est pourquoi seules les circonstances extérieures ont pu me faire violence, contrairement à mes premières intentions : je ne voulais admettre aucune publication de mon œuvre avant son achèvement intégral, c’est-à-dire après ma mort seulement, et cela eût été bien mieux ainsi ; j’eusse été le plus satisfait et en tous points j’eusse davantage fait mon devoir.

19En vérité, lorsque je me sens poussé à écrire, mon cœur se gonfle, mon imagination déborde, le flux de mes pensées se projette au loin : elles déferlent les unes après les autres et je ne suis plus que cerveau et cœur qui finissent par se toucher. Et lorsqu’il en est ainsi, j’écris vraiment avec cœur et cerveau (ou du moins) j’y crois.

20Par la suite, cependant, je suis à nouveau ramené en arrière et, avant que je ne m’en sois rendu compte, je me retrouve à la tâche avec l’idée que je ne fais qu’entamer la partie, que je n’ai pas encore gagné la bataille principale avec le verbe, l’ennemi terrible qu’il me faut vaincre, le sombre adversaire auquel je dois arracher la lumière.

21L’artiste créateur vit comme les bêtes de proie ; il chasse la nuit et souvent il lui faut jeûner pendant de longues périodes.

22Un véritable entretien souffre aussi peu un tiers que l’amour, car il est un amour entre deux êtres.

Rêve

23Il me semblait être assis au théâtre. La scène était la grande place d’un village. Au centre, un tilleul hors d’âge et puissant. Quoique tout fût plongé dans l’obscurité, je pouvais tout distinguer. L’avant-scène remplie de monde et tout à fait en avant, un peu à l’écart du reste, le récitant à la voix miraculeusement profonde, miraculeusement douce  ; comme il m’avait été donné de l’entendre chez un moine, au temps de ma jeunesse. Le récitant, le lamentateur, se faisait l’écho de l’épouvantable peur qui régnait sur tous, et tous se lamentaient. C’était une plainte austère et sacrée, grandiose et effroyable comme la fin du monde. Vraiment ainsi ; car les hommes de ce village étaient l’humanité et ce village, le monde et l’écroulement du monde était imminent.

24Le récitant disait des choses dont j’ai perdu l’enchaînement, mais il était surtout question d’un homme mystérieux au nom étrangement terrifiant. Je n’ai pas gardé le souvenir du nom, mais dans mon rêve il me paraissait effrayant. Et l’homme lui-même plus effrayant encore… Il était adossé à la tour de l’église, tel un guetteur, un épouvantail, l’antithèse même du Christ, et je crois que c’était Satan. Et les habitants de ce village lui étaient livrés à merci par dette et contrat et rien ne pouvait les sauver sauf (cela) ; si à la dernière heure, la vieille horloge du village sonnait, du haut du clocher, treize coups au lieu de douze. Et nous vivions maintenant l’heure grave de l’ultime délai, à tout moment l’horloge pouvait sonner. Une immense et déchirante affliction, comme une prière, une supplication farouche, l’espoir d’un miracle, furent passionnément clamées en oraisons saccadées toujours plus brèves, entrecoupées de silences haletants pleins d’attente désespérée ; tous les regards, comme fascinés, convergeaient vers ce côté où, à l’arrière-plan, plus noire que les ténèbres, se profilait la tour.

25À présent, en un long tremblement et de tout son élan, comme si c’était le dernier coup et comme si par-là se mourait l’ultime vigueur du mouvement fatigué de la cloche, vibra le premier son de la mi-nuit. Et ainsi un coup après l’autre. Et dans les intervalles, la voix du récitant qui comptait : un, deux, trois, quatre et ainsi de suite, comme un cri épouvantable s’évanouissant. Et tous, répétant le nombre en un sombre écho. Compter ainsi avait quelque chose d’indiciblement cruel, et mon cœur était horriblement serré à la vue de cette assemblée ; je le contenais de mes mains. À présent, il allait éclater et le plus affreux se produire. Le douzième coup venait de retentir ; celui-là, personne ne le compta. Le cœur s’arrêta, il était glacé ; nous étions tous effondrés sur le sol et nous tordions comme si nous eussions voulu disparaître en nous-mêmes. Le silence était pareil à la mort. Ce silence se prolongeait dans l’éternité. Soudain, le treizième coup retentit. Et aussitôt après un son mat, tel celui que provoquerait la chute d’un corps tombé d’une grande hauteur et s’écrasant sur les pierres.

  • 15 Brunner (Constantin), dans Revue 84, n° 8-9, Paris, mai 1949, p. 252-255.

26Le Redoutable au nom effrayant avait lui-même sauvé le monde. Et tel un serpent, il était monté en s’enroulant aux parois extérieures de la tour et au dernier moment, avec une force gigantesque, avait imprimé un tour complet à l’aiguille, pour qu’elle sonnât une treizième fois. Ensuite, avec l’aiguille arrachée, il avait été précipité dans l’espace en une chute mortelle. Église et clocher s’écroulèrent sur lui : l’humanité était délivrée ; enfin réellement délivrée.15

Haut de page

Notes

1 Aron (Jacques), « Constantin Brunner, le plus juif des philosophes allemands, le plus allemand des philosophes juifs », dans Diasporiques, n° 9, mars 2010, p. 32-37.

2 Brunner (Constantin), Spinoza contre Kant et la Cause de la Vérité spirituelle, traduit et précédé d’un avant-propos par Henri Lurié, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1932, réédition 1933.

3 Brunner (Constantin), Materialismus und Idealismus, Potsdam, Gustav Kiepenheuer Verlag, 1928.

4 Aron (Jacques), La Cambre et l’architecture. Un regard sur le Bauhaus belge, Liège, Pierre Mardaga, 1982, p. 36.

5 Teirlinck (Herman), Ode à ma main, traduit par Marcel Lecomte, Bruxelles, Éditions des Artistes, 1967.

6 Brunner (Constantin), Aus meinem Tagebuch, Potsdam, Gustav Kiepenheuer Verlag, 1928. Les extraits traduits par Lecomte se trouvent respectivement p. 3, 193 et 378.

7 Brunner (Constantin), Kunst, Philosophie, Mystik. Gesammelte Aufsätze, préface de Lothar Bickel. Zurich, Humanitas Verlag, 1940. L’extrait traduit par Lecomte se trouve à la page 145. Il s’agit en fait d’un texte paru en 1918 dans la revue allemande Die Zukunft.

8 Brunner (Constantin), Ausgewählte Briefe 1884-1937, éditées par Jürgen Stenzel und Irene Aue-Ben-David, Berlin, Wallstein Verlag, 2012, p. 447.

9 Les actes du colloque Constantin Brunner dans son contexte, auquel j’eus l’occasion de prendre part, contiennent une bibliographie complète comprenant les traductions en langues étrangères : Aue-Ben-David (Irene), Lauer (Gerhard), Stenzel (Jürgen), éditeurs, Constantin Brunner im Kontext, ein Intellektueller zwischen Kaiserreich und Exil, Berlin, Walter de Gruyter, 2014, p. 394.

10 Brunner (Constantin), Ausgewählte Briefe, op. cit., note des éditeurs p. 534.

11 Baraz (Michaël), La révolution inespérée, Constantin Brunner, Paris, Librairie José Corti, 1986, p. 190 et suivantes.

12 « Künstler und Philosophen », « Zur Technik des künstlerischen Schaffens », textes repris dans le recueil posthume Kunst, Philosophie, Mystik, op. cit., p. 63 et 159.

13 Brunner (Constantin), Der Judenhass und die Juden, Berlin, Oesterheld & Co Verlag, 1918.

14 Brunner (Constantin), Unser Christus oder das Wesen des Genies, Berlin, Oesterheld & Co Verlag, 1921.

15 Brunner (Constantin), dans Revue 84, n° 8-9, Paris, mai 1949, p. 252-255.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Aron, « Comment Constantin Brunner est-il apparu au firmament de Marcel Lecomte ? », Textyles, 52 | 2018, 55-63.

Référence électronique

Jacques Aron, « Comment Constantin Brunner est-il apparu au firmament de Marcel Lecomte ? », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2804 ; DOI : 10.4000/textyles.2804

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals