Navigation – Plan du site

Marcel Lecomte et Franz Kafka

Une traduction discutée
Linda Dewolf
p. 65-78

Texte intégral

Lecomte et la traduction

  • 1 Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique. 1914-1918, Bruxelles, Archives et (...)

1Marcel Lecomte a traduit des textes littéraires de l’allemand et du néerlandais. Son premier contact attesté avec des interlocuteurs germanophones remonte à mai 1918, au moment où, à La Hulpe, il est accueilli dans un milieu de lettrés allemands, un petit cercle gravitant autour de Carl Sternheim (1878-1942) qui s’est établi en Belgique dès 1912. C’est à ce milieu qu’Hubert Roland a consacré sa monographie sur La « Colonie » littéraire allemande en Belgique. 1914-19181. Gottfried Benn et Carl Einstein en font également partie. La visite de Lecomte à la villa de Claire-Colline à La Hulpe où séjournent les Sternheim est indissociable de sa rencontre avec Clément Pansaers, alors précepteur des enfants des Sternheim. Pansaers publie des textes de Sternheim et de Carl Einstein dans sa revue Résurrection. Il fait découvrir le Tao à Lecomte par le biais des seules traductions des grands auteurs taoïstes disponibles à l’époque, à savoir en allemand. C’est encore à Claire-Colline que Lecomte rencontre une jeune femme qu’il présentera comme allemande. Leur liaison amoureuse marquera Lecomte à vie. Dans plusieurs de ses récits, il la désigne sous les initiales de son prénom « Fr. » et ne cite son nom qu’une seule fois, « Von Hagen ».

2Peu après la fin de la guerre, Lecomte a lu dans le texte, c’est-à-dire en allemand, Daniel, Gespräche von der Verwirklichung de Martin Buber, paru à Leipzig en 1913. En 1925, il signe la traduction d’une pièce de théâtre en un acte de l’écrivain expressionniste allemand Herwarth Walden, Glaube, qu’il traduit par Foi. Elle est jouée par la troupe de théâtre qu’anime Max Deauville, le Groupe Libre, et est donnée à deux reprises en octobre 1925 au Casino de Saint-Josse. L’écrivain et critique Camille Poupeye a reproché à Lecomte d’avoir traduit Glaube par foi, alors que la pièce aborde plutôt la question de la confiance, au sens de trahison ou d’abus de confiance. Au cours des décennies suivantes, Lecomte traduira des textes de Constantin Brunner, des pages de journal de Hugo von Hofmannsthal, des poèmes, des proses brèves et aphorismes de Friedrich Georg Jünger, des nouvelles d’Ernst Jünger et des pages d’autres auteurs allemands tels que Johannes R. Becher, Ernst Bertram, Georg Britting, Hermann Kasack et Edgar Lohner.

3Lecomte a manifestement été sensible à la première traduction, par Alexandre Vialatte, de La Métamorphose de Kafka parue en 1928, traduction qui, depuis lors, a été remise en question, notamment par Claude David. Il n’en demeure pas moins que Lecomte se fie à la traduction de Vialatte du bref récit « Le plus proche village », lorsqu’il en fait un commentaire, en 1948, dans Les Cahiers du Sud. En outre, il a traduit Am Sarazenenturm (La Tour des Sarrasins, 1961) de Ernst Jünger et Traüme, Die Hieroglyphe, Morgenländisches Lied de Friedrich Georg Jünger, d’importants fragments de Ad Me Ipsum de Hugo von Hofmannsthal, Pluie durable de Martin Kessel, ainsi qu’Ode à ma main de Herman Teirlinck et Poèmes choisis de Karel Van de Woestijne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lecomte a été en contact avec Hélène Zylberberg qui a signé la traduction du livre de Max Brod, Kafka — Souvenirs et documents, parue en 1945. La même année, Pierre Klossowski signe la traduction du Journal intime de Kafka (d’après l’édition de 1937). Cette version fournit un point de comparaison qui se justifie du fait que Klossowski et Lecomte se connaissaient, ont correspondu et avaient une sympathie réciproque. Enfin, Lecomte a écrit plusieurs chroniques et notes au sujet de Kafka, qui sont révélatrices de son degré de connivence avec l’auteur du Procès.

4Deux traductions de Kafka par Lecomte paraissent en France en 1938 : « Notes et méditations » dans la revue Mesures (coordonnée par Jean Paulhan) en janvier, et un poème de Kafka, en juin, dans Mouches à Miel, le périodique dirigé par Jean de Bosschère. Mesures paraît à partir de 1935. Henri Michaux et le philosophe germano-français Bernard Groethuysen, grand ami de Paulhan, font partie du comité de rédaction. Groethuysen y signe des textes à la fois sous son nom propre et sous le pseudonyme de « Germain Landier » pour les traductions de l’allemand avec sa compagne, Alix Guillain. C’est sous cette signature que paraît, en octobre 1936, une traduction de poèmes en allemand de Barbara Church.

  • 2 Bernard Dandois vient de publier cette correspondance. Voir : Dandois (Bernard), Bernard Groethuyse (...)

5Bernard Groethuysen est un écrivain et philosophe allemand, de père hollandais, né à Berlin en 1880. Il se trouve à Paris au moment où éclate la Grande Guerre et il sera interné en France, comme la plupart des ressortissants civils de son pays, tout au long du conflit. Si la correspondance entre Groethuysen et Paulhan s’amorce en 1923, c’est en 1931 qu’il s’établit définitivement à Paris, habitant alors le même immeuble que Paulhan, rue Campagne-Première2. Paulhan et Groethuysen collaborent à La Nouvelle Revue française dès 1920. En 1927, ils fondent la collection La Bibliothèque des Idées, chez Gallimard. Selon Alix Guillain, Groethuysen était l’ami le plus cher de Paulhan. Le texte que Paulhan a écrit à la suite de son décès survenu à Luxembourg en 1946, témoigne de leur grande complicité. C’est ainsi que Paulhan a fait lire la traduction de Lecomte à Groethuysen ; il s’en est suivi une série de rectificatifs qui ont fait sourciller Paulhan quant à la fiabilité de cette traduction.

6Les Notes et Méditations de Kafka parues dans Mesures sont traduites d’après les textes rassemblés dans le sixième volume des Œuvres de Kafka, paru à Prague en 1937 (Tagebücher und Briefe, Aus der Quartheften, Betrachtungen über Sünde, Leid, Hoffnung und den Wahren, Meditationen).

7La chronologie de la correspondance que s’échangent Paulhan et Lecomte à propos de Kafka et qui va d’août 1937 à janvier 1938 éclaire le cheminement de ces traductions et explique partiellement la façon dont Lecomte a été amené à traduire Kafka. En août 1937, Lecomte propose également de traduire Tchouang-Tsé dont l’œuvre existe en allemand  ; c’est alors qu’il offre ses services en tant que lecteur ou correcteur en invoquant le fait qu’il connaît l’allemand et qu’il y a des traductions intéressantes à entreprendre. En septembre 1937, Jean Paulhan marque son accord pour Kafka. Deux mois plus tard, Paulhan accuse réception d’une épreuve de Lecomte qui tente de le persuader d’accepter une deuxième traduction de Kafka, ce que Paulhan refuse net. En décembre 1937, Paulhan rend compte des critiques du comité de rédaction et demande à Lecomte de pouvoir effectuer les modifications qu’il jugera indispensables. Lecomte ne manifestera aucune objection aux ajustements et se déclarera même prêt à tenir compte de son avis. Ajoutons que la revue Mesures, à laquelle Lecomte destine sa traduction de Kafka, est très ouverte aux textes traduits d’autres langues : l’anglais, l’allemand, l’italien, le danois et même le chaldéo-syriaque. Outre les auteurs déjà cités, de l’allemand paraissent des traductions de Stefan George, Friedrich Hölderlin, Maître Eckhart, Georg Wilhelm Friedrich Hegel et Martin Heidegger.

Quelques notes à propos des observations de Groethuysen

8Notre grille d’analyse s’inspire, entre autres, de Milan Kundera avec qui nous partageons les préoccupations concernant le problème de la fidélité à l’original. Groethuysen a pris certains passages de la traduction de Lecomte en défaut et les a retravaillés  ; il a relevé des écarts lexicaux ou syntaxiques, un constat que nous illustrons par ailleurs. Nous tenterons d’examiner le bien-fondé de certaines de ces critiques.

9Nous avons tenu à vérifier la pertinence des observations de Groethuysen et à esquisser une lecture de plusieurs passages significatifs dans les traductions de Lecomte pour établir des différences et des options par rapport au texte source.

10Nous examinerons ici la traduction de Lecomte à plusieurs niveaux : lexical, stylistique et syntaxique. Parallèlement, nous repérerons les écarts de traduction considérés comme problématiques par Groethuysen. À cet effet, nous avons retranscrit quelques extraits de Betrachtungen über Sünde und Leid ; Réflexions sur le Péché, les souffrances, l’espoir et la véritable voie, d’abord en version originale puis en français.

11Comme les traductions françaises ne sont pas, semble-t-il, le fait d’un seul traducteur, sans doute y a-t-il eu des débats autour des traductions françaises disponibles comme cela a été souvent le cas à propos d’autres auteurs retraduits au fil du temps. Certains termes ou expressions ont une polysémie en allemand (Weg par exemple) qu’il est difficile de rendre en français ; il nous semble que ces problèmes méritent d’être abordés de front.

  • 3 Lecomte (Marcel), Lettre à Jean Paulhan, 14 décembre 1937, imec, fonds Paulhan, plh 161.15.

12Même s’il affirme dans un courrier à Paulhan3 avoir serré le texte allemand de très près, Lecomte traduit Kafka à son image et traduit de Kafka ce qui, pour le paraphraser, « le touche droit ».

13C’est à la suite d’une erreur de traduction du mot « Quarthefte » (Aus den Quartheften) que Lecomte présente comme « cahiers trimestriels », alors qu’il s’agit des cahiers in-quarto de Kafka, que Paulhan admoneste Lecomte pour l’avoir mis dans une fâcheuse situation face au comité de rédaction de Mesures. C’est Groethuysen qui lui a mis la puce à l’oreille et on peut inférer de son intervention dans la traduction de Lecomte qu’il ne s’agit pas d’une collaboration réalisée en bonne entente et sans nuages, mais bien d’une décision qu’a prise Paulhan à la suite de cette première confusion et d’autres approximations de Lecomte dont Groethuysen et sa compagne Alix Guillain établiront un bref mais rigoureux décompte. Paulhan, qui peut manifester une très grande ouverture d’esprit, est intraitable dès lors qu’il s’agit de décider de la publication d’un texte dont le moins qu’on puisse attendre est qu’il soit irréprochable. Il y va du sérieux de son travail et du crédit que lui accorde le lecteur.

14Lecomte ne traduit pas systématiquement Kafka. Il grappille certains passages qui lui sont tendus comme un miroir. Si l’on sait quelle est l’importance que revêt pour lui le « point blanc », par exemple le point sensible d’un paysage comme il l’a écrit dans une des proses brèves du Vertige du Réel, il n’est pas fortuit que, dans la première des Méditations que traduit Lecomte, il soit question de point de non-retour à atteindre (dans le chef de Kafka).

Texte source de Franz Kafka
Von einem gewissen Punkt an gibt es keine Rückkehr mehr. Dieser Zeitpunkt ist zu erreichen.
Traduction de Marcel Lecomte
À partir d’un certain point, il n’y a plus de retour. C’est ce point qu’il faut atteindre.

15La deuxième Méditation pourrait faire partie d’un traité taoïste : « Il y a un but, mais pas de chemin. Ce que nous nommons chemin, c’est hésitation. » Or, l’idée de chemin et la prédisposition à l’hésitation sont une constante chez Lecomte. Dans la seule peinture partagée qu’il réalise avec l’artiste Cobra Serge Vandercam, Lecomte écrit « Dire le chemin et l’être », et dans une de ses premières lettres à Paulhan, en 1924, il reconnaît : « Je sais bien hésiter. »

Texte source de Franz Kafka :
Es gibt ein Ziel, aber keinen Weg ; was wir Weg nennen, ist Zögern.
Das Negative zu tun, ist uns noch auferlegt ; das Positive ist uns schon gegeben.
Traduction de Marcel Lecomte :
Il y a un but, mais pas de chemin. Ce que nous nommons chemin, c’est hésitation.
Ce qu’il nous reste encore à faire : le négatif. Quant au positif, il nous est déjà donné.
Remarques de Groethuysen :
Encore une fois, j’aurai [sic] pu, moi aussi, traduire « Weg » par « chemin ». Je pense qu’il faut ici « voie » ou alors, il faut méconnaître Kafka et sa pensée, celle qui se dégage du Procès, du Château.

16Un point particulièrement épineux de cette traduction concerne donc celle du mot « Weg ». Groethuysen plaide pour que ce soit « voie », tout en concédant qu’il aurait sans doute aussi traduit par « chemin » comme l’a fait Lecomte — du reste, c’est « chemin » qui sera conservé dans la version finale. Groethuysen ajoute cette remarque essentielle : « Le traducteur cherche trop souvent le symbolisme des mots. Chez Kafka, il s’agit du symbolisme des choses : “ Symbolische Sachlichkeit, der sachliche Symbolik, – autrement dit, subjectivité [nous traduirions plutôt par « objectivité », comme dans Nouvelle Objectivité] Neue Sachlichkeit symbolique, symbolisme subjectif – Il faut éviter les mots symboliques. » Cette conception de la traduction rapproche Groethuysen de Milan Kundera pour qui il vaut mieux ne pas enjoliver une traduction de Kafka. Le reproche adressé à Lecomte est étonnant dans la mesure où il s’agit d’un poète peu enclin au jeu des symboles, mais bien marqué par un souci de littéralité. Reste à savoir lequel des deux mots, chemin ou voie, est le plus symbolique. Il semble bien, à la décharge de Lecomte, que « chemin » soit plus concret, terrestre, alors que « voie » s’applique souvent à des concepts chargés de symboles.

17Ce passage appelle deux observations. L’aphorisme « Il y a un but mais pas de chemin » peut faire penser que le « vrai chemin » kafkaïen est une transposition de la « voie » telle qu’on l’envisage dans le Tao. Dans le Tao, que Lecomte connaissait, il est écrit que « La voie vraiment voie est autre qu’une voie constante. » Pour Groethuysen il aurait mieux valu écrire « Il y a un but, mais pas de voie. Ce que nous nommons voie, c’est hésitation. » Toute différente est la position de Lecomte par rapport à l’échec et à l’irrésolution, et il n’est pas fortuit que le dernier livre qu’il préparait fut centré sur « le suspens ».

18Dans la troisième Méditation, Kafka stipule que « Fréquenter les autres induit à s’observer soi-même », ce qui n’est guère éloigné de cette phrase du Vertige du Réel : « Faisant de lui-même l’instrument de ses propres recherches… »

Texte source de Franz Kafka :
Verkehr mit Menschen verführt zur Selbstbeobachtung.
Traduction de Marcel Lecomte :
Fréquenter les autres induit à s’observer soi-même.

  • 4 Liste d’observations dactylographiées de Bernard Groethuysen et Alix Guilain (annotation manuscrite (...)

19L’analyse des observations de Groethuysen4 qui sont toutes pour le moins laconiques nous fait comprendre que la connaissance de l’allemand de Lecomte peut être ponctuellement prise en défaut. Les imperfections ou inexactitudes ayant été corrigées donnent à penser que le texte a été retravaillé. Groethuysen a fait remarquer que certains mots passaient mal à la traduction.

20Les propositions de rectification de Groethuysen seront en grande partie appliquées dans la version finale du texte, mais il est un cas particulier où un élément des Méditations de Kafka n’a pas été repris :

Texte source de Franz Kafka :
Das Böse weiβ vom Guten, aber das Gute vom Bösen nicht ! Selbsterkenntnis hat nur das Böse. Ein Mittel des Bösen ist das Zwiegespräch.
Traduction de Marcel Lecomte :
Le mal n’ignore pas le bien, mais le bien ignore le mal. La connaissance de soi n’est le fait que du mal.

21L’élément non repris est la dernière phrase que Groethuysen propose de traduire par « Une ressource du mal est l’explication avec soi-même », alors que Lecomte avait proposé « … est le dialogue ».

  • 5 Ibidem, note 3.

Texte source de Franz Kafka :
Allerdings - drittes allerdings - die Musik hört man jedenfalls, auch das Brüllen der Tiere. Bis man endlich ohnmächtig vor Schrecken in die Arme des Polizisten zurückfällt, der von Berufs wegen den Zirkus umgeht und nur leise mit der Hand dir auf die Schulter geklopft hat, um dich auf das Ungehörige eines solchen gespannten Zusehns, für das du nichts gezahlt hast, aufmerksam zu machen.
Traduction de Marcel Lecomte :
Assurément — troisième assurément — on entend en tous cas la musique, de même que le rugissement des fauves. Il en va de la sorte jusqu’à ce que l’on tombe évanoui de frayeur dans les bras du policier de service, qui fait la ronde autour du cirque et qui n’a fait que vous taper légèrement sur l’épaule pour vous faire remarquer ce qu’a d’inconvenant une contemplation aussi soutenue, pour laquelle vous n’avez rien payé.
Annotations dactylographiées de Groethuysen à propos de la traduction de Marcel Lecomte5 :
Pourquoi taper au lieu de frapper ? Taper est plus léger.
La traduction initiale de Lecomte a vraisemblablement été : Une contemplation aussi contenue. Groethuysen écrit : Mal lu, le texte dit : soutenue.
der von Berufs... Il s’agit d’une fonction, non d’un devoir. Devoir professionnel est lourd.

22À regarder ces annotations de plus près, on constate que la plupart d’entre elles sont des remarques sur des choix lexicaux de Lecomte : auf die Schulter klopfen est une collocation équivalant à « taper sur l’épaule de quelqu’un » et dans ce contexte-ci, gespannt signifie effectivement « soutenu » s’agissant de qualifier une « contemplation ». Groethuysen ne semble pas d’accord avec certains choix de traduction ou du moins les questionne.

23Parmi les libertés prises dans la version française par rapport au texte allemand, on relève des transformations lexicales comme Tiere qui, traduit littéralement, désigne des animaux et non des fauves, mais accompagné du verbe brüllen signifiant rugir ; la traduction « les fauves qui rugissent » est parfaitement défendable.

Meditationen – Méditations
Texte de Franz Kafka :
Der Selbstmörder ist der Gefangene, we1cher im Gefängnishof einen Galgen aufrichten sieht, irrtümlich glaubt, es sei der für ihn bestimmte, in der Nacht aus seiner Zelle ausbricht, hinuntergeht und sich selbst aufhängt.
Traduction de Marcel Lecomte :
Celui qui se suicide est ce prisonnier, qui voyant que l’on dresse une potence dans la cour de la prison, croit à tort que la potence lui est destinée ; il s’évade la nuit de sa cellule, descend et va se pendre.
Remarques de Groethuysen :
Et va se pendre lui-même. Pourquoi avoir déplacé les mots ? Toute la densité psychologique de la phrase disparaît. L’accent est bien sur lui-même, en allemand comme en français. Il va lui-même se pendre et non : se pendre lui-même
Selbst est ici accusatif et non nominatif non : – ipse, mais : se ipsum. D’ailleurs lui-même n’avait pas été interverti, mais effacé dans le texte.

24Groethuysen épingle ici une construction syntaxique fautive en français : sich aufhängen est un verbe pronominal se traduisant par « se pendre », l’expression est renforcée par le pronom personnel « lui » composé avec l’adjectif indéfini « même » mis en évidence.

  • 6 Il est difficile d’établir qui a contrôlé la version finale des textes.

25Dans le passage suivant, la traduction de la dernière phrase dit exactement le contraire de ce qu’avait écrit Kafka : «  Ich war also immer unzufrieden, auch mit meiner Zufriedenheit », ce qui dans la traduction révisée et publiée devient : « J’étais donc toujours mécontent, fût-ce même de mon mécontentement. ». Il y a là clairement un contresens, Zufriedenheit signifie « contentement », d’où résulte le contresens que Lecomte n’avait pas fait dans sa traduction d’origine et dont il se défendra : « Puis-je vous signaler qu’il y a une erreur p. 45, ligne 7, là où l’on dit : « J’étais donc toujours mécontent, fût-ce Zufriedenheit, c’est-à-dire/fût-ce même de/aussi de ma satisfaction — cf. vol. de Kafka, p. 114. Et c’était ainsi que j’avais traduit. Sans doute, a-t-on commis cette erreur en recopiant. »6

  • 7 Kafka (Franz), « Aus den Quartheften », dans Kafka (Franz), & Brod (Max), Tagebücher 1910-1923. Her (...)

Texte de Franz Kafka :
Die Entwicklung war einfach. Als ich noch zufrieden war, wollte ich unzufrieden sein und schlieβ michmit allen Mitteln der 005Aeit und der Tradition, die mir zugänglich waren, in die Unzufriedenheit, nun wollte ich zurückkehren können. Ich war also immer unzufrieden, auch mit meiner Zufriedenheit. Aus den Quartheften7
Traduction de Marcel Lecomte :
Le progrès était simple. Lorsque j’étais content, je voulais être mécontent, et alors usant de tous les moyens du temps et de la tradition, qui étaient à ma disposition, je me poussais dans le mécontentement ; mais alors je voulais revenir en arrière.
J’étais donc toujours mécontent, fût-ce même de mon mécontentement.

26Par moments, Lecomte assemble des traductions littérales ou quasi littérales. Il suit l’ordre syntaxique tel qu’il est en allemand et conserve l’inversion sujet — objet direct : « Ein Käfig ging einen Vögel suchen. ».

Traduction de Marcel Lecomte :
Une cage s’en allait à la recherche d’un oiseau.

27Le passage du tutoiement au vouvoiement est un autre trait significatif dans la traduction de « Du » par « vous » chez Lecomte. Klossowski traduit par : « Tu dis que tu ne comprends pas cela. Cherche à le comprendre en le nommant maladie. C’est l’un des nombreux symptômes que la psychanalyse croit avoir découverts. […] ».

Texte de Franz Kafka :
Du sagst, daß du es nicht verstehst.
Such es zu verstehn indem du es Krankheit nennst.
Es ist eine der vielen Krankheitserscheinungen,
Welche die Psychoanalyse aufgedeckt zu haben glaubt.
[…]
Traduction de Marcel Lecomte :
Vous dites que vous ne le comprenez pas.
Tâchez de le comprendre en l’appelant maladie. […]

28Une relecture à chaud permet d’emblée de repérer quelques détails qui, sans être mal traduits, diffèrent de la version allemande sans raison apparente. Voici les variantes que nous avons notées : Lecomte recourt à un développement lexical de « Eisenbahnreisenden » au moyen de la périphrase « voyageurs qui ont eu à subir un accident de chemin de fer ». Il était logique de garder le mot « chemin de fer » tel quel. Lecomte a fait une transposition sans raison apparente. L’idée de l’accident est incluse dans le terme « verunglückt », que Lecomte aurait simplement pu rendre par « accidenté(s) ».

Wir sind, mit dem irdisch befleckten Auge gesehn, in der Situation von Eisenbahnreisnden, die in einem langen Tunnel verunglückt sind, und zwar an einer Stelle, wo man das Licht des Anfangs nicht mehr sieht, das Licht des Endes aber nur so winzig, daB der Blick es immerfort suchen muβ und immerfort ver1iert, wobei Anfang und Ende nicht einma1 sicher sind.
Traduction de Marcel Lecomte :
À nos yeux terrestres et impurs, nous sommes dans la situation des voyageurs qui ont eu à subir un accident de chemin de fer au fond d’un tunnel, et, pour préciser, à un endroit d’où l’on n’aperçoit plus la lumière de l’entrée et où celle de la sortie est infime à ce point que le regard doit constamment la chercher et la perd constamment, en sorte qu’entrée ni sortie ne sont certaines.
Remarques de Groethuysen
Befleckten, pourquoi impur ? et non souillé ? p. 222 Souillé est plus fort que befleckt. Œil souillé surtout, introduit dans le texte français une dissonance qui ne se trouve pas dans le texte allemand.

29Le fragment suivant comporte dans sa logique, sinon dans le schéma des trois cercles, beaucoup d’obscurités et de contorsions que la traduction n’éclaircit pas.

Texte de Franz Kafka :
In meinem Fall kann man sich drei Kreise denken, einen innersten A, dann B, dann C. Der Kern A erklärt dem B, warum dieser Mensch sich quälen und sich mißtrauen muß, warum er verzichten muß, warum er nicht leben darf. […] War nicht z. B. Diogenes in diesem Sinne schwer krank ? C, dem handelnden Menschen, wird nichts mehr erklärt, ihm befiehlt bloß schrecklich B ; C handelt unter strengstem Druck, aber mehr in Angst, aIs in Verständnis, er vertraut, er glaubt, daß A dem B alles erklärt und B alles richtig verstanden hat.
Traduction de Marcel Lecomte :
Dans mon cas, on peut imaginer trois cercles ; le premier, le plus central : A, puis B, puis C. Le noyau A explique à B pourquoi tel homme doit se tourmenter et se méfier de lui-même, pourquoi il doit renoncer, pourquoi il ne lui est pas permis de vivre. […]
Quant à C, à l’homme qui agit, on ne lui dit plus rien, B ne lui donne que des ordres d’une voix terrible. C agit sous cette pression rigoureuse, mais par peur, plutôt que par consentement. Il a confiance, il croit que A explique tout à B et que B a tout bien compris.
Remarques de Groethuysen :
Einen innersten A. A. le premier ou plus profond se défend tout autant que le plus central, qui n’est pas très beau. Il s’agit d’un terme tout à fait simple et quotidien. Pourquoi le remplacer par une amplification ?
Et que B a tout bien compris est vraiment assez plat.

30Il y a un autre point où la traduction présente un défaut plus sensible que Groethuysen ne manque pas de repérer, nous donnons ici un exemple, parmi les plus révélateurs :

Texte de Franz Kafka :
Die Freuden dieses Lebens sind nicht die seinen, sondern unsere Angst vor dem Aufsteigen in ein höheres Leben ; die Qualen dieses Lebens sind nicht die seinen, sondern unsere Selbstqual wegen jener Angst.
Traduction de Marcel Lecomte :
Les joies de cette vie ne sont pas les siennes, mais notre angoisse devant la montée vers la vie supérieure. Les tourments de cette vie ne sont pas les siens, mais bien notre propre tourment à cause de cette angoisse.
Remarques de Groethuysen :
J’attire particulièrement votre attention sur le passage : « Die Freuden dieses Lebens », qui, tel qu’il a été repris est devenu totalement incompréhensible. Le traducteur en effet n’avait pas compris le texte allemand : seinen se rapporte à Leben.

31Si l’on suit les observations de Groethuysen, il aurait donc fallu traduire comme ceci : « Les joies de cette vie-ci ne sont pas celles de sa vie, mais notre angoisse devant la montée vers une vie supérieure. Les tourments de cette vie-ci ne sont pas ceux de sa vie, mais bien notre propre tourment à cause de cette angoisse-là. »

32Dans l’exemple suivant, sous la plume de Lecomte, « Es ist ein Mandat » devient : « Il est un mandat ». Cette tournure énonciative semble peu naturelle, par rapport à « c’est un mandat », un gallicisme qui confère un ton plus direct et péremptoire.

33Dans la phrase qui suit, la formulation positive en début de phrase en allemand « In diesem Widerspruch, immer nur in einem Widerspruch » est traduite par deux négations répétées : « Ce n’est que dans cette contradiction, ce n’est que dans une contradiction que je puis vivre. »

  • 8 Kafka (Franz), « Réflexions sur le péché, la souffrance, l’espérance et le vrai chemin », traduit p (...)

Texte source de Franz Kafka8 :
Es ist ein Mandat. Ich kann mener Natur nach nur ein Mandat übernehmen, das niemand mir gegeben hat. In diesem Widerspruch, immer nur in einem Widerspruch kann ich leben. Aber wohl jeder, denn lebend stirbt man.
Traduction de Marcel Lecomte :
Il est un mandat. Suivant ma nature, je ne puis accepter qu’un mandat que personne ne m’aura confié. Ce n’est que dans cette contradiction, ce n’est que dans une contradiction que je puis vivre. Mais peut-être chacun en est-il là, car, vivant, on meurt.

Conclusions

34Même s’il existe des disparités entre le texte allemand et sa traduction par Lecomte, nous tenons à préciser que les défauts — ou les points contestables — se remarquent bien plus que les apports. Bien que l’allemand soit la langue maternelle de Groethuysen, il faut observer que ses commentaires sont souvent descriptifs et n’évitent pas l’écueil de quelques contradictions. Au-delà de la reprise de Lecomte sur certains points, Groethuysen semble vouloir mieux « interpréter » le texte-source.

35Nous supposons qu’un grand nombre d’écarts de traduction découlent d’un travail effectué à la hâte. Nous trouvons des exemples qui font preuve de la connaissance linguistique du traducteur, des mots et expressions que Lecomte a utilisés d’une façon appropriée. Il semble avoir assimilé heureusement certaines structures typiques de l’allemand.

  • 9 Ce sera « Quand les neutres mobilisent », récit d’une prise d’armes à Bruxelles, au moment où le pa (...)

36« Chat échaudé craint l’eau froide », affirme le dicton, et Paulhan aura conclu que la fiabilité de Lecomte en matière de traduction était pour le moins relative. Le résultat le plus concret des réserves de Groethuysen sera que les propositions de Lecomte en vue de traduire Constantin Brunner (qui venait de décéder le 27 août 1937) pour la nrf resteront lettre morte en raison du veto de Groethuysen, et que la proposition d’une note critique au sujet des Nouvelles Orientales de Marguerite Yourcenar connaîtra le même sort, Paulhan faisant la sourde oreille. Lorsque les incidents se seront décantés et qu’en octobre 1938, à la faveur des accords de Munich, Lecomte proposera un Air du mois pour la nrf, Paulhan exigera que son texte soit très précis9. Pendant la guerre, Lecomte essaiera d’entrer en contact avec Hélène Zylberberg (1904-1992), traductrice de Kafka également dans Mesures, en avril 1940, ainsi que dans la revue Confluences — publiée à Lyon — en octobre 1942, par l’intermédiaire de Paulhan qui, conscient des menaces qui pèsent sur les Juifs, ne lui communiquera pas ses coordonnées tout en le priant d’adresser un courrier à lui faire suivre par le canal de la revue L’Arbalète. On se représentera donc que Paulhan protégeait les personnes qui se cachent aussi bien que ce qui était destiné à rester caché.

37Pour conclure et revenir à la question de départ, Lecomte a-t-il fait preuve de fidélité par rapport à l’original ? La question reste ouverte. Il nous semble que la traduction est à considérer davantage sous l’angle des variantes (le plus souvent lexicales) diversement motivées.

38Comme nous n’avons pas eu accès au manuscrit de Lecomte, notre réflexion est construite à partir de la lecture de la traduction publiée. Une relecture à froid de la traduction première aurait sans doute fait apparaître les problèmes d’obscurité du texte traduit avant l’ultime réglage stylistique de l’épreuve.

39La confrontation de la traduction de Lecomte avec le texte original fait ressortir des passages plus ou moins affectés par des écarts, elle met en relief les variantes et les analogies, en nous aidant à découvrir une interprétation personnelle du traducteur. La lecture croisée entre le texte de départ et sa traduction nous permet de centrer notre attention sur ces variantes ou déformations qui peuvent priver le lecteur de certaines métaphores, certains mots-clés, certains rythmes ou, au contraire, ajouter des éléments inédits afin de renforcer l’interprétation personnelle du texte. Lecomte semble particulièrement conscient de la valeur du rythme phrastique qu’il cherchera à maintenir dans sa traduction. Pour traduire Kafka, Lecomte a tenté de rester le plus proche possible de la syntaxe. Il n’a pas imposé un vocabulaire trop riche pour rester au plus près de la simplicité du texte, souvent très dépouillé sur un plan lexical. 

  • 10 Dans le Cahier glm de mars 1938, consacré à la « Trajectoire du rêve », Lecomte écrit une brève étu (...)

40Lecomte a, semble-t-il, entretenu d’étroites relations avec l’univers de Franz Kafka, notamment dans la perception qu’il a à la même époque de la Métamorphose10 en laquelle il voit un phénomène de durcissement au cours du sommeil qui mène le rêveur à se réveiller avec l’illusion de se voir pris dans une carapace. À l’instar de Kafka, Lecomte ressent le monde à la fois comme étranger et familier.

41Le parti pris de Lecomte a été de traduire des fragments isolés tirés des cahiers de Kafka mais il est évident qu’à partir d’un échantillon si parcellaire, il est risqué de prétendre à des conclusions définitives. On n’épuise pas son mystère en disséquant un à un les seuls fragments du Journal que Lecomte a traduits.

42Reste que, et c’est là une autre conclusion qui demanderait à être reprise dans un travail général sur les médiateurs franco-germaniques, la connaissance que Lecomte avait de l’allemand était loin d’être négligeable. Les circonstances de son apprentissage de la langue allemande demandent à être éclaircies, mais il est certain qu’il la lisait et la traduisait de manière convaincante, même si quelques points de détails ont pu être relevés par les relecteurs pointilleux de la nrf.

Haut de page

Notes

1 Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique. 1914-1918, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, coll. Archives du Futur, 2003, p. 181-183. On remarquera toutefois que Lecomte situe cette rencontre dans des textes de nature poétique (comme Le suspens et Nostalgie automnale), qui laissent peut-être autant de place à l’imagination qu’à l’expérience réelle.

2 Bernard Dandois vient de publier cette correspondance. Voir : Dandois (Bernard), Bernard Groethuysen et Alix Guillain, Lettres 1923-1949 à Jean Paulhan et Germaine Paulhan, Paris, Éditions Claire Paulhan, 2017.

3 Lecomte (Marcel), Lettre à Jean Paulhan, 14 décembre 1937, imec, fonds Paulhan, plh 161.15.

4 Liste d’observations dactylographiées de Bernard Groethuysen et Alix Guilain (annotation manuscrite de la compagne de Groethuysen au point 12) que Paulhan a jointe à sa lettre de janvier 1938 («  mercredi  »).

5 Ibidem, note 3.

6 Il est difficile d’établir qui a contrôlé la version finale des textes.

7 Kafka (Franz), « Aus den Quartheften », dans Kafka (Franz), & Brod (Max), Tagebücher 1910-1923. Herausgegeben von Max Brod, S. Fischer Verlag, 1983.

8 Kafka (Franz), « Réflexions sur le péché, la souffrance, l’espérance et le vrai chemin », traduit par Marcel Lecomte et Germain Landier, Mesures n° 1, 1938 Texte source : Kafka (Franz), Betrachtungen über Sünde und Leid.

9 Ce sera « Quand les neutres mobilisent », récit d’une prise d’armes à Bruxelles, au moment où le pays est mis sur le pied de guerre à la suite de la crise des Sudètes.

10 Dans le Cahier glm de mars 1938, consacré à la « Trajectoire du rêve », Lecomte écrit une brève étude au sujet de La Métamorphose de Kafka et décèle dans la situation de Grégoire Samsa, au moment de son réveil, un signe du « durcissement » qui s’est opéré pendant le sommeil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Linda Dewolf, « Marcel Lecomte et Franz Kafka », Textyles, 52 | 2018, 65-78.

Référence électronique

Linda Dewolf, « Marcel Lecomte et Franz Kafka », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2806 ; DOI : 10.4000/textyles.2806

Haut de page

Auteur

Linda Dewolf

Vrije Universiteit Brussel, Toegepaste Taalkunde, LIST

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals