Navigation – Plan du site
Varias

La première série du Journal des Poètes (1931-1935) de Pierre-Louis Flouquet et son réseau de médiateurs

Laurent Béghin et Hubert Roland
p. 93-110

Texte intégral

  • 1 Barbarus (Johannes), « Le poète multiplié », traduit [de l’estonien] par l’auteur, dans Journal des (...)

Nulle part on ne trouve autant de poètes qu’en Europe,
Que la distance entre nous diminue !
À vous tous mon appel à haute voix :
« tous les poètes de tous les pays, unissez-vous »
Allo ! vous là ! Moi, ici, en bas.
L’Europe bouleversée comme Sodome, Gomorrhe,
Allo, entre nous non-interrompue la ligne des cœurs :
Dieu a créé le chaos, nous créerons l’ordre.
Allo, Paneurope, allo.
Johannes Barbarus1

  • 2 En plus du dossier thématique dirigé par Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), Textyles, n° 45, Les (...)

1Les études relatives aux médiateurs culturels et aux processus de la médiation intellectuelle en Belgique ont connu, ces dernières années, un regain d’intérêt manifeste2. Outre la redécouverte et la mise en valeur de nombreuses figures actives dans ce vaste champ, dont la dimension patrimoniale apparaît progressivement, ce sont surtout les revues qui attirent l’attention des chercheurs. C’est que, par leur adhérence à l’actualité, la souplesse de leur organisation et la multiplicité des voix qui s’y expriment, les périodiques constituent souvent un vecteur de transferts culturels plus efficace que les livres. Parmi la production revuiste belge, que l’on sait particulièrement abondante à la Belle Époque et dans l’entre-deux-guerres, le Journal des Poètes occupe une place importante et jusqu’ici peu étudiée dans le processus de réception francophone de la poésie internationale.

  • 3 Constitué de milliers de lettres professionnelles – hélas pour la plupart non cataloguées – que Flo (...)
  • 4 Voir l’article programmatique de D’hulst (Lieven), Gonne (Maud), Lobbes (Tessa), Meylaerts (Reine) (...)

2Le présent article se propose de caractériser les mécanismes de médiation à l’œuvre dans la série initiale du Journal des Poètes (1931-1935). Nous appuyant sur la correspondance inédite adressée à Paul-Louis Flouquet3, son premier directeur, nous montrerons comment la revue put explorer la production poétique non francophone grâce à la mise en place de réseaux plus ou moins informels de médiateurs. En guise d’illustration, nous nous arrêterons notamment sur la figure d’Yvan Goll, l’un de ses principaux informateurs en matière de poésie de langue allemande. Nous poserons enfin la question de savoir à quel point cette constellation d’intermédiaires a pu (ou non) épouser les contours d’un « modèle multipolaire de médiateurs culturels à l’intérieur d’espaces multiculturels », dans lequel certaines études récentes voient la caractéristique des transferts culturels en Belgique jusqu’en 19454. Mais, avant cela, il nous faut toucher un mot de l’histoire du Journal et brosser un rapide tableau de la présence des poésies étrangères dans sa première série.

Genèse et projet d’une revue

  • 5 Vandercammen (Edmond), « L’aventure collective du Journal des Poètes », dans Bulletin de l’Académie (...)
  • 6 Sur Pierre-Louis Flouquet, voir Pas (Wim et Greet), Dictionnaire biographique. Arts plastiques en B (...)
  • 7 Parmi les collaborateurs de ce mensuel qui ne compta que trois numéros figuraient Marcel Arland, Lo (...)
  • 8 Alfano (Mélanie), La Lanterne Sourde 1921-1931. Une aventure culturelle internationale, préface de (...)

3L’origine du Journal des Poètes remonte au mois de février 1931 lorsque quelques poètes belges de langue française – Pierre Bourgeois, Maurice Carême, Georges Linze, Géo Norge et Edmond Vandercammen – eurent l’idée de créer une revue exclusivement consacrée à la poésie5. Pour la diriger, ils songèrent à Pierre-Louis Flouquet6. Né en 1900, de nationalité française, mais établi depuis longtemps à Bruxelles, à la fois peintre – il partagea un atelier avec Magritte – et poète, Flouquet n’était pas un néophyte en matière de revues. À Paris, en 1921, il a donné quelques dessins à Aventure, l’éphémère mensuel de René Crevel7. Toujours dans les années 1920, mais à Bruxelles cette fois, il co-dirige 7 Arts et participe au groupe de la Lanterne sourde de Paul Vanderborght8. Surtout, à nouveau à Paris, il est le directeur artistique de Monde, de 1928, année de la fondation par Henri Barbusse de cet « hebdomadaire d’information littéraire, artistique, scientifique et sociale », à 1930, lorsqu’il démissionne – il aurait refusé de s’affilier au parti communiste – et prend la direction de la revue bruxelloise d’architecture Bâtir. En dépit de sa jeunesse, Flouquet pouvait donc se targuer d’une réelle expérience dans le domaine de l’édition. Homme de réseau, bien introduit dans le monde littéraire belge et français, il possédait assurément toutes les qualités pour mener à bien le projet que Norge et ses amis lui avaient confié.

  • 9 Le premier numéro du Journal est daté du 4 avril 1931.
  • 10 Fréché (Bibiane), « La création des biennales de poésie de Knokke en 1952 ou l’ascension tranquille (...)

4Publié d’avril 1931 à décembre 1935 sous la forme d’un hebdomadaire9, le Journal des Poètes fut remplacé, l’année suivante, par le Courrier des poètes, une revue à la périodicité irrégulière, ainsi que par la série des « Cahiers du Journal des Poètes », une collection de volumes de poésie dont la parution fut interrompue en décembre 1942. En 1946, le Journal reparut mensuellement et devint, à partir du début des années 1950, l’organe officiel des Biennales internationales de Poésie alors organisées au casino de Knokke-Le-Zoute10. Il est aujourd’hui édité quatre fois par an sous l’égide de la Maison Internationale de la Poésie Arthur-Haulot de Namur, ce qui en fait l’une des plus anciennes revues littéraires belges francophones.

  • 11 Hölderlin (Friedrich), « L’esprit du temps », « Le matin », traduction d’Alzir Hella et Olivier Bou (...)

5Loin de se borner aux seuls écrivains de langue française, le Journal des Poètes manifesta d’emblée un intérêt peu commun pour les littératures étrangères et se constitua en un observatoire de la poésie internationale. On ne saurait énumérer ici toutes les littératures étrangères qui bénéficièrent de son hospitalité tant elles sont nombreuses : résolument éclectique, la revue accueillit des auteurs du monde entier. La seule restriction fut d’ordre chronologique : si l’hebdomadaire publia parfois des vers de grands classiques – Hölderlin, Góngora, Blake11 –, il s’intéressa surtout à la production contemporaine.

  • 12 Le numéro 1 du Journal ne contenait que quatre traductions : Rombauts (Willem), « Un animal », trad (...)
  • 13 Respectivement dans Le Journal des Poètes, ii, 7, 9 janvier 1932 ; ii, 11, 6 février 1932 ; ii, 14, (...)

6Cette curiosité pour la création non francophone se manifesta, quoique timidement, dès les premières livraisons12. La tendance s’amplifia au fil du temps et le Journal se montra de plus en plus généreux à l’égard des auteurs étrangers. À partir de la fin de 1931, il consacra même régulièrement une pleine page – et souvent davantage – à la poésie contemporaine d’une nation. La revue, qui n’hésitait pas à explorer des littératures mal connues en Occident, offrit ainsi à ces lecteurs un panorama des jeunes poésies estonienne, hollandaise, hongroise, égyptienne ou polonaise13. Elle eut néanmoins ses domaines de prédilection : l’Italie, l’Espagne et le Portugal (y compris dans leurs prolongements sud-américains), la Russie, l’Angleterre et l’Amérique du Nord, les pays de langue allemande. Une pareille ouverture aux lettres étrangères eût été impossible sans la présence d’un dense réseau de médiateurs et de traducteurs.

Un réseau de médiateurs et de traducteurs

7Dans un article déjà ancien mais pionnier, Michel Espagne et Michaël Werner définissaient la notion de réseau comme

  • 14 Espagne (Michel), Werner (Michaël), « La construction d’une référence culturelle allemande en Franc (...)

un système d’élaboration collective d’une idéologie et plus particulièrement d’une référence interculturelle. Il désigne un ensemble de personnes entre lesquelles fonctionne un circuit d’échanges épistolaires ou oraux justifiés, par exemple, par le souci de faire paraître régulièrement une revue. […] L’intérêt de cette notion […] est notamment de démontrer que toute une série de productions idéologiques qui ont fait date ont une genèse entièrement collective.14

8À l’exception, peut-être, du concept d’idéologie, ces lignes s’appliquent admirablement au cas du Journal des Poètes. L’hebdomadaire belge s’appuie en effet sur un maillage très serré d’échanges impliquant d’innombrables collaborateurs. La correspondance de Flouquet permet d’en mesurer la complexité et la richesse. Procédant par coups de sonde, nous avons utilisé quelques-uns des documents qui la composent afin d’esquisser le fonctionnement de ce réseau ou du moins d’en pointer certaines caractéristiques et certaines voies particulièrement remarquables.

L’incontournable circuit parisien et ses prolongements

  • 15 Comme George Altman, qui donne en 1931 un article consacré à Maïakovski [Altman (George), « Sur Vla (...)
  • 16 « J’ai appris par Baillon, qui était venu me voir ces jours-ci, la naissance du Journal des Poètes. (...)
  • 17 « Je serai très heureux de contribuer, de ma part, à la diffusion de la revue, en Italie. Je pense (...)
  • 18 Fiumi (Lionello), « Position de l’Italie », dans Le Journal des Poètes, ii, 8, 16 janvier 1932, p.  (...)
  • 19 L’écrivain rencontra Mathilde Pomès en juillet 1920. Avec elle, il traduisit des pages choisies de (...)
  • 20 Sur Mathilde Pomès (1886-1977), on consultera Patout (Paulette), « In memoriam. Mathilde Pomès », d (...)

9Le Journal des Poètes ne tente pas de se passer de Paris. Il y organise même régulièrement, en alternance avec Bruxelles, des banquets où se réunissent auteurs français et étrangers de passage. On a vu par ailleurs que Flouquet a travaillé dans la capitale française. Il y a conservé des relations et certains des collaborateurs du Journal ont écrit ou écrivent encore pour Monde15. Sa correspondance témoigne de l’intensité de ces relations parisiennes. Des exemples ? Contacté par l’entremise de La Nouvelle Revue juive, à laquelle Flouquet s’était tout d’abord adressé, le poète Joseph Milbauer entretint à plusieurs reprises les lecteurs du Journal de la poésie yiddish16. L’Italien Lionello Fiumi, établi à Paris depuis 1924, est contacté lui aussi dès 1931 et accepte aussitôt de collaborer à la revue bruxelloise et de lui fournir traductions et études critiques17. Il sera l’un des principaux médiateurs du Journal en fait de poésie italienne18. On ignore en revanche par quel canal Flouquet est entré en relation avec l’hispanisante Mathilde Pomès. Peut-être par le biais de Valery Larbaud, qui figure, dès 1931, dans le comité français du Journal19. Quoi qu’il en soit, cette enseignante à l’école des Sciences Politiques fut l’un des plus solides piliers de la revue, qu’elle alimenta régulièrement en traductions de poètes hispaniques et en études sur la poésie d’Espagne et d’Amérique du Sud20.

  • 21 Goll a lui-même alimenté une double, voire une triple orthographe de son prénom : Yvan, Ivan (le pl (...)
  • 22 Sur cet auteur franco-allemand, voir Grunewald (Michel) et Valentin (Jean-Marie), dir., Yvan Goll, (...)

10La réception de la littérature allemande, tout à fait significative dans le Journal, est également tributaire du circuit parisien. Au cœur de celle-ci, on trouve l’action médiatrice de l’écrivain multilingue Yvan Goll (1891-1950)21, qui doit être resituée dans une perspective franco-allemande et résolument internationaliste. Homme de réseaux, ce Lorrain l’est assurément. Pleinement ancré dans les milieux expressionnistes allemands avant 1914, militant pacifiste en Suisse aux côtés de Romain Rolland et de Henri Guilbeaux pendant la guerre, il s’est installé à Paris en 1919. Sa contribution au surréalisme est réelle et s’affirme dans une relation éminemment conflictuelle avec André Breton. Il fonde ainsi en 1924 la revue Surréalisme, dans laquelle il publie son propre « Manifeste du surréalisme ». Sa participation à d’autres mouvements d’avant-garde, comme le zénithisme lancé par la revue multilingue zagréboise Zenit, est avérée22.

  • 23 Richard (Lionel), « Sur l’expressionnisme allemand et sa réception critique en France de 1910 à 192 (...)

11Sur le plan de la médiation culturelle à proprement parler, Lionel Richard a décrit Goll comme une des rares personnalités – avec le Belge Paul Colin – à avoir mené « le seul véritable combat […] pour faire connaître le mouvement expressionniste de 1919 à 1923 » en France, ceci par le biais d’articles publiés dans Action et dans la Revue rhénane, de l’édition des anthologies poétiques Le Cœur de l’Ennemi et Les Cinq Continents, d’une traduction du dramaturge Georg Kaiser, représentée à Paris en 1924, de même que finalement de sa propre pièce Mathusalem, jouée au Théâtre Michel en 1927 (avec Antonin Artaud dans un des rôles principaux)23.

  • 24 Sous le titre « Le rêve de Mathusalem », la pièce fut jouée au 125, rue de l’Hippodrome dans la pér (...)

12Fin 1931, Goll est parvenu à faire monter sa pièce Mathusalem à Bruxelles24. C’est pour lui l’occasion d’accorder à Géo Charles une interview sur la poésie, qui paraît dans le numéro du 12 décembre 1931 du Journal des Poètes. Suivant une stratégie de communication bien rôdée, Goll y expose le programme d’un « théâtre poétique moderne », dans lequel – en complicité totale avec son interlocuteur – il range l’Ubu Roi de Jarry, Les Mamelles de Tirésias d’Apollinaire, certaines pièces de Ribemont-Dessaignes et la sienne. Les auteurs du « théâtre poétique » contemporain sont pour lui des poètes. Ils s’opposent, selon Goll, aux auteurs purement dramatiques, en ceci qu’ils n’entendent pas « copier la vie au théâtre » mais « ont avant tout le désir de recréer la vie. Ils ne veulent pas du tout en donner, par exemple, une image exacte, mais plutôt révéler la signification profonde des faits et des paroles qui unissent les personnages dans une action. » De cette manière, ce théâtre poétique moderne crée des prototypes, comme son personnage de Mathusalem, que Goll appelle « l’éternel Bourgeois » : « Il ne parle pas la langue courante du théâtre habituel et conventionnel. Il dit des phrases, les phrases-types que chaque bourgeois, dans n’importe quel pays, répète suivant sa prononciation. L’action n’est pas individuelle et unique : le cas est applicable et nettement imputable à tous les bourgeois du monde entier. » Goll laisse le soin à Géo Charles d’effectuer le rapprochement entre cette conception du théâtre moderne et l’appellation originelle du surréalisme conçue par Apollinaire et Pierre Albert-Birot en 1917, au moment de la création des Mamelles de Tirésias. Cette prise de position n’est sans doute pas innocente si on se réfère aux querelles dogmatiques déclenchées par Breton autour du surréalisme dans le champ parisien. Très clairement, la tribune de l’interview lui permet de promouvoir sa conception d’un nouveau théâtre poétique moderne, selon laquelle il peut donner « à chaque personnage la langue de son âme ». Il laisse ainsi la jeune fille sentimentale Ida s’épancher dans une langue lyrique confinant à la poésie pure, là où son frère « voué aux affaires modernes, n’emploie que le style haché des appareils Morse ».

  • 25 La date de la lettre est difficile à lire mais est de toute manière postérieure à l’interview avec (...)
  • 26 Il publie ses poèmes dans la revue : « Rue de la mort » (i, n° 2, 11 avril 1931, p. 1), « Les marin (...)

13À partir de cette intervention, Goll et son épouse Claire deviennent des collaborateurs réguliers de Flouquet dans le cadre de l’initiative du Journal, comme en atteste une lettre de Goll fin 193125. Son épouse et lui font indéniablement partie de la « famille » des amis et collaborateurs de Flouquet – ce sera le cas sur tous les plans (y compris financier), au moins jusqu’à la mort du poète en 1950. Le couple constitue certainement le relais germanophone le plus régulier et le plus fiable. Vivant à Paris, Goll est promu membre du comité français du Journal. Il est vrai qu’il retire indéniablement des avantages de cette situation, qui lui permet de promouvoir ses propres publications26.

14On perçoit bien à travers certaines priorités et certains accents du discours critique de Goll – l’impératif de faire coïncider l’art et la vie, la thématique de la langue du bourgeois – qu’il prolonge à l’intérieur du champ belge son balisage de l’expressionnisme allemand, une esthétique qu’il configure de sa propre autorité, dans un acte d’appropriation caractéristique du médiateur. Sa latitude est d’autant plus grande pour le faire que les passeurs de l’expressionnisme dans le monde francophone sont rares au sein d’un champ intellectuel qui a peiné à renouer avec l’Allemagne dans les années 1920.

15Au moment où l’expressionnisme s’est épuisé en Allemagne, on constate que le Journal des Poètes redouble d’intensité pour offrir une tribune à la littérature allemande contemporaine. Si Goll se révèle à cet égard le médiateur principal, son action ne se situe pas sur le plan individuel : elle est également organisée sous la forme de convergences et de mise en réseau avec de tierces personnes. Il y a tout d’abord la contribution des époux M. et J.-H. Fagne-Gumbel [Gümbel], à qui Goll délègue manifestement la traduction de poèmes de langue allemande.

  • 27 « L’esprit du temps » et « Le matin », dans des traductions de Alzir Hella et Olivier Bournac. Höld (...)

16Le numéro du 22 novembre 1931 du Journal des Poètes esquisse un état des lieux intitulé « Douze poètes de l’Allemagne contemporaine ». À côté de deux inédits de Hölderlin sous l’égide duquel le numéro est ainsi placé27, les douze poètes en question sont Herbert Fritsche, Ludwig Strauss, Alfred Wolfenstein, Georg von der Vring, Paula Ludwig, Oskar Loerke, Jakob Haringer, David Luschnat, Fritz Diettrich, Théodor Kramer, Gerda von Below, Georg Britting. Les traductions sont fournies par les Fagne-Gümbel et Goll.

  • 28 Un exemple parfait « d’expressionnisme visionnaire et humanitaire » est donné via une traduction d’ (...)
  • 29 Hebmann (Kurt), « Perspective de la Jeune Poésie Allemande », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 2, (...)

17Les textes des poèmes sont précédés par un article fouillé de Kurt Hebmann (« Perspective de la Jeune Poésie Allemande »), traduit par Fagne-Gümbel. Plutôt que d’accentuer la césure de la guerre et l’idée d’une nouvelle génération qui lui aurait succédé, Hebmann préfère mettre en valeur « [l]a révolution qui a fait l’homme moderne », celle qui « commence au xixe siècle » et a favorisé l’idée d’une « rénovation » de la poésie allemande à l’orée du siècle nouveau via Wedekind, Nietzsche ou « l’éthique supra-chrétienne et anti-bourgeoise d’un [Stefan] George ». Hebmann trace également un trait reliant la poésie sociale du naturalisme à la poésie prolétarienne « qui commence seulement à faire sentir sa véritable portée ». Dans le même temps, il parle d’un « mouvement révolutionnaire » dans la poésie allemande, qui naît avant la guerre et atteint son point culminant dans les dernières années de celle-ci. Sans le nommer ainsi, il évoque le courant expressionniste et en accentue le côté visionnaire : « La haute tension de l’Europe, l’imminence, qu’on ressent, d’une catastrophe et d’une humanité neuve, délivrée, se déchargent dans des visions extatiques et des confessions, qui n’auraient de réplique que dans l’apparence agitée des époques baroque et gothique. »28 Enfin il est aussi question du mouvement de la poésie prolétarienne qui, dans une continuité avec l’expressionnisme permet également l’avènement d’un « homme nouveau » : « Cette poésie a de grandes chances d’avenir ; elle donnera, quand elle se sera débarrassée de son côté sentimental, une grande voix, épique avant tout, aux nouvelles réalités, et aidera à vaincre l’empire du subjectif et du psychologique. »29

18La poésie de langue allemande est également représentée de manière substantielle dans des numéros thématiques à vocation internationaliste du Journal. Ainsi en est-il dans le numéro spécial du 14 mai 1932, consacré aux « poètes devant la guerre ». À côté notamment des illustres War Poets Siegfried Sassoon (trad. Jean Joucan) et Wilfred Owen (trad. Stéphanie Chandler), on fait place aux textes de Georg von der Vring (trad. M. et J.-H. Fagne-Gümbel), August Stramm (trad. Stéphanie Chandler), Franz Werfel (trad. Y. Goll), Walter Hasenclever (trad. Raymond-Raoul Lambert), Stefan Zweig (« Inscription sur une statue de Liebknecht », 1916, trad. Y. Goll), Wilhelm Klemm (trad. Y. Goll), Rudolf Leonhard (trad. Goll) et Joachim von Bulow (trad. Stéphanie Chandler). On retrouve à nouveau la veine expressionniste à travers la traduction que Goll donne de « La bataille de la Marne » de Klemm.

19Deux ans plus tard, le Journal des Poètes prolonge l’exploration de la nouvelle tendance internationale de la littérature prolétarienne dans le numéro thématique du 8 avril 1934, intitulé « Poésie sociale, poésie humaine ». Ici aussi s’intègrent parfaitement des « Voix d’Allemagne », représentées par des poèmes de Karl Otten (« Ouvriers »), Karl Bröger (« Prière au peuple »), Paul Zech (« Rue des usines »), Walter Hasenclever (« La mort de Jaurès ») et Max Barthel (« L’appel de mai », « Le réveil de la ville ») dans des traductions de Raymond-Raoul Lambert.

20Il ne fait pas de doute que le Journal des Poètes pose un geste affirmé qui consiste à réintégrer l’Allemagne dans des tendances nouvelles de la poésie d’aujourd’hui, une volonté qui ne va pas de soi à une époque où l’Allemagne est encore frappée d’un certain ostracisme dans le monde intellectuel francophone.

  • 30 Goll (Yvan), Lettre à Flouquet, 23 mars 1933, aml, ml 7508/456/4.

21Lorsque resurgira peu après le « danger allemand » à la suite de la nomination d’Hitler comme chancelier le 30 janvier 1933, le Journal élargira encore l’universalité de son propos avec la publication du numéro du 19 mars 1933, intitulé Documents d’Amérique : les rouges, les blancs, les noirs, s’ouvrant sur un article consacré aux Indiens, « premiers poètes de l’Amérique » par Constance Lindsay Skinner. Dans sa lettre du 23 mars 1933 à Flouquet, Goll verra là un positionnement clairement engagé, dont il se réjouit : « Bravo pour votre dernier numéro ! Cette [manifestation] de poèmes noirs-blancs-rouges est la plus belle réponse au nouveau barbarisme de l’Allemagne : noir-blanc-rouge ! Quelle belle cueillette de chansons, de mythes, de [contes] inconnus. Une source [admirable] de travail. »30

Les connections belges

  • 31 Laffon (Rafael), « Haute tension », traduit de l’espagnol par l’auteur et Edmond Vandercammen, dans (...)
  • 32 En tout dix poèmes de jeunes poètes russes vivant pour la plupart à Paris (David Knut, Antonin Land (...)
  • 33 Montale (Eugenio), [Ne nous demande pas le verbe qui libère] et Quasimodo (Salvatore), « Terre » et (...)
  • 34 Béghin (Laurent), « Notes sur l’œuvre de Robert Vivier russisant », dans Le bulletin de l’Académie (...)
  • 35 Blok (Alexandre), [Toi qui es allée vers les champs, / Sans retour], dans Le Journal des Poètes, ii (...)

22Si l’on consulte à présent attentivement les sommaires de la revue et la correspondance de Flouquet, force est de constater que l’hebdomadaire recourt très souvent à des médiateurs en marge des circuits parisiens. Comme on pouvait s’y attendre, le Journal fit abondamment appel aux ressources offertes par la Belgique de langue française. Edmond Vandercammen rend compte à plusieurs reprises de publications espagnoles ou latino-américaines31. René Meurant aide Zinaïda Šakhovskaja à adapter en français des auteurs russes de l’émigration32. Poète, romancier publié à Paris, mais aussi professeur à l’Université de Liège, où il enseigne les lettres françaises et italiennes, Robert Vivier donne au Journal de nombreuses versions de poètes transalpins33. L’Italie n’est cependant pas le seul domaine au profit duquel il exerce ses talents de traducteur. Aidé par son épouse, l’écrivain avait, dans les années 1920, mis en français quelques auteurs russes34. Il récidive pour le Journal des Poètes avec des versions d’Alexandre Blok et d’Ossip Mandelstam35.

  • 36 « Cette année a lieu aussi le centenaire du Kalevala, épopée finnoise. Y avez-vous pensé ? Si cela (...)
  • 37 Bricteux (Auguste), « Du pays des quarante mille lacs : le Kalevala et la légende poétique finnoise (...)

23Peut-être recruté par Vivier, l’orientaliste liégeois Auguste Bricteux (1873-1937) a été invité à présenter dans l’hebdomadaire bruxellois le Livre des Rois, l’épopée du poète perse du xe siècle Firdousi. Satisfait de cette première collaboration, ce savant polyglotte propose à Flouquet une étude inédite sur le Kalevala accompagnée de la traduction de plusieurs extraits du poème finnois36. On ne possède pas la réponse de Flouquet. Mais il y a tout lieu de croire qu’elle fut positive puisque le Journal publia, peu après son numéro sur Firdousi, une présentation et des fragments du Kalevala, le tout signé Bricteux37.

  • 38 Née à Vienne, Stéphanie Schwartz (1879-1958) avait épousé un nommé Frédéric Chandler, puis, après l (...)
  • 39 Owen (Wilfred), « Te Deum pour la jeunesse sacrifiée », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 23, 14 m (...)
  • 40 Sacher (Friedrich), « Chant du jardin » et Mitterer (Erika), « Visite à l’hôpital », dans Le Journa (...)

24Une autre polyglotte, la Bruxelloise Stéphanie Chandler, collabora activement à la revue38. Le 4 avril 1932, elle écrit à Flouquet de lui envoyer « tout ce qu’[il veut] en anglais, soit de poètes anglais, soit américains, africains, australiens, etc. ». Elle traduira en effet pour le Journal des vers de Wilfred Owen, de Siegfried Sassoon et de poètes américains39. Mais, bien qu’elle affirme dans la même lettre préférer les poètes anglo-saxons à ceux d’expression allemande, elle donnera aussi à l’hebdomadaire des versions d’écrivains allemands et autrichiens ainsi qu’une étude sur Schnitzler40.

  • 41 Sur Lucien-Paul Thomas (1880-1948), voir Mantou (Reine), « Thomas, Lucien-Paul » dans Nouvelle biog (...)
  • 42 Sur les traductions de Góngora, voir la note 9 du présent article. Dans la collection des « Cent ch (...)

25Pour compléter ce rapide tableau des médiateurs belges du Journal des Poètes, mentionnons enfin l’importante collaboration de Lucien-Paul Thomas41. Formé à Liège à l’école de Maurice Wilmotte et professeur à l’Université de Bruxelles depuis 1920, ce romaniste donne à la revue de Flouquet non seulement de nombreux articles sur des questions de métrique française, mais aussi des traductions de Góngora, un auteur auquel il avait déjà consacré plusieurs études savantes42.

Une alliance des périphéries

  • 43 Blok (Alexandre), [Le jour s’est flétri, innocence et grâce], [J’allais dans la nuit obscure et plu (...)

26Le Journal put également compter sur des médiateurs établis en Suisse, comme le psychanalyste Charles Baudoin, Français mais vivant en Suisse depuis 1915, qui, pour l’hebdomadaire de Flouquet, traduisit Alexandre Blok43 et surtout le poète alémanique Carl Spitteler. Mais la notion de périphérie peut aussi englober des segments de la géographie littéraire française qui ne se confondent pas avec la capitale.

  • 44 Paire (Alain), Chroniques des « Cahiers du Sud » 1914-1966, Paris, imec, 1993.
  • 45 Sur Léon-Gabriel Gros (1905-1985), voir Paire (Alain), Chroniques des « Cahiers du Sud » 1914-1966, (...)
  • 46 Burnshaw (Stanley), « L’ombre et les yeux » ; Tate (Allen), « Monsieur Pope » ; Anderson (Forrest), (...)

27C’est le cas, par exemple, des Cahiers du Sud. Publiés à Marseille depuis 1925, ils constituent dans les années 1930 une des plus remarquables revues littéraires non parisiennes44. Flouquet entretient une correspondance avec Jean Ballard, le directeur du mensuel phocéen, mais surtout avec Léon-Gabriel Gros, l’un de ses principaux collaborateurs45. Ce dernier, qui est aussi angliciste, donne au Journal non seulement certains de ses poèmes, mais également plusieurs traductions de poètes anglais et nord-américains46. Par ailleurs, il lui arrive de servir d’intermédiaire entre l’hebdomadaire bruxellois et d’autres collaborateurs des Cahiers du Sud.

  • 47 Sur Pierre Hourcade (1908-1983), voir Teyssier (Paul), « In memoriam Pierre Hourcade », dans Bullet (...)
  • 48 Pomès (Mathilde), « La poésie au Portugal », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 18, 26 mars 1932, p (...)

28Ainsi est-ce grâce à lui qu’en 1932, Flouquet commence à correspondre avec Pierre Hourcade47. Ce normalien, qui a publié en 1930 quelques vers dans les Cahiers du Sud, est alors lecteur de français à l’université de Coïmbre. Datée du 6 avril 1932, sa première lettre à Flouquet accompagne un envoi de poèmes. À la fin de sa missive, Hourcade, qui fréquente plusieurs poètes lusitaniens, en particulier ceux de la revue Presença (Coimbre), commente la page que, le 26 mars 1932, le Journal a consacrée sous la plume de Mathilde Pomès, à la poésie portugaise48 :

Mathilde Pomès est un très authentique poète et nul chez nous ne peut se vanter d’avoir mieux qu’elle possédé l’essence véritable de l’Espagne, pénétré son casticismo et ses traductions sont excellentes et sa brève introduction ne l’est pas moins. Mais j’avoue trouver ses choix un peu bizarres. Que dirait-elle si l’on juxtaposait ainsi sans crier gare Antonio Machado, Ruben Dario, Campoamor, Guillen, et quelques médiocres académisants. Ne connaissant le Portugal que de biais, et par rencontre, elle n’a pu établir les plans de valeurs ainsi que d’inspirations différentes. Mélanger un aussi étonnant et neuf lyrique qu’est José Regio avec un poète – important certes mais très artificiel – comme Lopes Vieira et de parfaits inconnus […] est un peu dangereux.

  • 49 Hourcade (Pierre), « Poésie portugaise 1932 », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 10, 12 février 1 (...)
  • 50 Hourcade (Pierre), « Brève introduction à Fernando Pessoa », dans Cahiers du Sud, xx, n° 147, janvi (...)

29Fragment intéressant dans la mesure où il nous montre comment la subjectivité d’un médiateur – en l’occurrence Mathilde Pomès – peut déterminer un processus de réception. Nous ne possédons pas de lettres de Hourcade à Flouquet avant le mois de mars 1934. Il est cependant probable que le directeur du Journal ait invité son correspondant à corriger les erreurs de perspective que le jeune homme relevait dans l’article de Mathilde Pomès. Dans sa livraison du 12 février 1933, l’hebdomadaire publie en effet deux pages sous le titre général de « Poésie portugaise 1932 », introduction, notes et traductions de… Pierre Hourcade49 ! En ce même mois de janvier 1933, ce dernier donne aux Cahiers du Sud une « Brève introduction à Fernando Pessoa », le premier texte jamais écrit en français sur le poète lisboète50. Un peu plus tard, il envoie quelques versions de Pessoa à la revue marseillaise. Mais celle-ci semble faire la sourde oreille. Le 31 mars 1934, Hourcade écrit alors à Flouquet : « Je vais redemander aux Cahiers du Sud mes traductions de F. Pessoa qu’ils n’ont pas publiées et j’en composerai une page pour vous d’ici un ou deux mois. » Il n’en fut rien et le Journal des Poètes manqua ainsi une occasion de jouer un rôle dans la réception en français de Pessoa.

  • 51 Fundoianu (Benjamin), « Roumanie. Point de vue et sélection d’un écrivain heureux d’être partial », (...)

30D’autres collaborateurs des Cahiers écrivirent dans le Journal des Poètes. C’est le cas, par exemple, de Robert Vivier ou de Benjamin Fondane, qui, sous son nom roumain de Benjamin Fundoianu, publie en 1932 dans l’hebdomadaire de Flouquet une présentation de la jeune poésie roumaine51.

Prestige du francais et auto-traduction

  • 52 Il s’agit de Johannes Barbarus, Marie Under, Gustave Suits, Johannes Semper et Johannes Schütz. Ces (...)
  • 53 Barbarus (Johannes), Lettre – en français –à Flouquet, 28 septembre 1931.
  • 54 Par ailleurs l’usage du français devait assurer à la revue une diffusion au delà des frontières de (...)

31Le cas de Fundoianu/Fondane illustre une autre caractéristique du réseau de médiateurs dont s’est doté le Journal des Poètes : l’affirmation tranquille du prestige culturel du français. Sans être à proprement parler des écrivains bilingues, maints auteurs étrangers publiés dans l’hebdomadaire de Flouquet sont capables de se traduire dans notre langue. En l’absence d’auto-traductions, il est probable que certaines littératures s’exprimant dans des idiomes peu connus en dehors de leur aire géographique traditionnelle n’auraient jamais figuré au sommaire du Journal. Ainsi la poésie estonienne, à laquelle la revue consacre son numéro du 9 janvier 1932. Les six poètes présents dans cette livraison se sont tous auto-traduits52. Certes, l’un d’entre eux, Johannes Barbarus, qui pourtant manie bien notre langue, est conscient de « l’insuffisance d’un tel travail » et demande à Flouquet d’« avoir la bonté de bien vouloir corriger [s]on texte incompréhensible »53. Mais, sans ces versions peut-être un peu maladroites, le panorama de la poésie estonienne contemporaine fourni par le Journal n’eût probablement jamais vu le jour54.

  • 55 Couto (Ribeiro), « Sourdine », traduit du brésilien par l’auteur, dans Le Journal des Poètes, i, n° (...)

32Un constat analogue s’impose pour des langues moins exotiques. Lionello Fiumi, qui, depuis le début des années 1920, déploie une intense activité de médiation culturelle entre l’Italie et la France, traduit ses propres vers et ceux de plusieurs poètes transalpins. Le Brésilien Ribeiro Couto, diplomate en poste à Paris, met lui aussi en français les poèmes qu’il envoie au Journal55.

  • 56 Rosenberg (Isaac), « Fille et permissionnaire », « Le juif », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 15 (...)
  • 57 Roditi (Édouard), « La vide perfide », « Oraison funèbre », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 3, (...)
  • 58 « […] : il serait préférable que mes poèmes en français, ainsi que ceux de Cattaui, ne paraissent p (...)

33À côté de ces écrivains qui, tout en le maîtrisant, ne rédigent pas directement en français, le Journal des Poètes publia plusieurs auteurs bilingues, composant indifféremment dans notre langue et dans leur parler maternel et par conséquent capables de s’auto-traduire ou de traduire leurs compatriotes. On a déjà évoqué Ivan Goll et Benjamin Fondane. C’est aussi le cas d’Édouard Roditi (1910-1992). Né à Paris dans une famille sépharade originaire de Turquie, élevé en France, en Angleterre et aux États-Unis, ce poète cosmopolite appartient à la fois aux lettres françaises et anglaises. Sa double identité lui permet de donner à l’hebdomadaire de Flouquet, auquel il collabore dès ses premières livraisons, non seulement des versions françaises de sa production anglaise, mais aussi maintes traductions de poètes anglais56. Sans compter ses propres vers en français57, qu’il tient beaucoup à distinguer de ceux qu’il écrit en anglais, de manière, probablement, à affirmer cette double appartenance à laquelle nous avons fait allusion58.

Conclusion

  • 59 Nous reprenons ici quelques éléments exposés par Maud Gonne et Tessa Lobbes dans leur introduction (...)
  • 60 Ibidem.

34Comment esquisser, sur la base de ce premier tour d’horizon, le modèle de médiation culturelle et l’action des médiateurs au service de l’initiative du Journal des Poètes ? On reconnaît bien dans l’équipe réunie par Flouquet certains traits principaux de la typologie esquissée en Belgique dans d’autres contextes pour la période 1830-194559. Le médiateur culturel s’y distingue par sa polyvalence (versatility) et par sa capacité à mobiliser simultanément différents réseaux informels, dont l’étendue multipolaire est particulièrement développée dans le cas du Journal. Contrairement à ce qu’on observe dans beaucoup de projets d’avant-garde, le volet idéologique de la médiation est flexible et ne constitue pas le ciment de l’entreprise. On peut plutôt parler, avec Maud Gonne et Tessa Lobbes, de « cadres de référence partagés » (« shared frames of reference »)60, à travers une conception universalisante d’une poésie dans la lignée d’un canon européen, rappelé parfois explicitement par certaines figures tutélaires (Góngora, Hölderlin, Blake). Il s’agit en quelque sorte d’identifier et de soutenir dans le temps présent celles et ceux qui, en Europe et dans le monde, continuent d’incarner la poésie, entre la tradition et une modernité nécessaire pour régénérer celle-ci. Toute autre considération d’ordre politique, idéologique ou identitaire est en fin de compte subordonnée à cet impératif.

  • 61 Ibidem.
  • 62 C’est le cas, entre autres, de la yougoslave Zenit, publiée à Zagreb puis à Belgrade de 1921 à 1926 (...)

35Un glissement semble donc s’être opéré par rapport à la priorité donnée dans d’autres projets quant à la « production, combination and rejection of cultural identities »61. En tout cas, le Journal n’adopte pas de point de vue décidé à cet égard, dévoilant ainsi son caractère ambivalent. Le projet favorise certes les espaces multiculturels et les identités « hybrides », mais il continue aussi de perpétuer un modèle basé sur des identités traditionnelles et pour ainsi dire nationales. Il ne remet pas non plus en cause la suprématie implicite du français, là où d’autres revues plus audacieuses de l’entre-deux-guerres cultivaient conjointement internationalité et multilinguisme, afin de favoriser une perspective de décentrement62.

Haut de page

Notes

1 Barbarus (Johannes), « Le poète multiplié », traduit [de l’estonien] par l’auteur, dans Journal des Poètes, ii, n° 7, 9 janvier 1932, p. 3.

2 En plus du dossier thématique dirigé par Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), Textyles, n° 45, Les Passeurs. Médiation et traduction en Belgique francophone, 2014, mentionnons celui de Lobbes (Tessa) et Gonne (Maud), Revue Belge de Philologie et d’Histoire / Belgisch Tijdschrift voor Filologie en Geschiedenis, t. 92, n° 4, Belgian Cultural Mediators, 1830-1945. Crossing Borders, Borders Resisting, 2014, p. 1249-1402.

3 Constitué de milliers de lettres professionnelles – hélas pour la plupart non cataloguées – que Flouquet reçut au cours de sa carrière, ce fonds est conservé aux Archives et Musée de la Littérature (désormais aml) de Bruxelles. Nous remercions chaleureusement le personnel des aml pour nous avoir facilité l’accès à ces documents.

4 Voir l’article programmatique de D’hulst (Lieven), Gonne (Maud), Lobbes (Tessa), Meylaerts (Reine) & Verschaffel (Tom), « Towards a Multipolar Model of Cultural Mediators within Multicultural Spaces. Cultural Mediators in Belgium, 1830-1945 », dans Lobbes (Tessa) et Gonne (Maud), Revue Belge de Philologie et d’Histoire / Belgisch Tijdschrift voor Filologie en Geschiedenis, op. cit., p. 1255-1275.

5 Vandercammen (Edmond), « L’aventure collective du Journal des Poètes », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, liv, n° 1, 1976, p. 30.

6 Sur Pierre-Louis Flouquet, voir Pas (Wim et Greet), Dictionnaire biographique. Arts plastiques en Belgique. Peintres, sculpteurs, graveurs, 1800-2002, Anvers, Arto, 2002, p. 34-35.

7 Parmi les collaborateurs de ce mensuel qui ne compta que trois numéros figuraient Marcel Arland, Louis Aragon, Georges Limbour, Jean Cocteau, André Dhôtel. Quant aux illustrations de la revue, elles étaient signées Dufy, Dubuffet, Léger, Man Ray. Flouquet était assurément en bonne compagnie !

8 Alfano (Mélanie), La Lanterne Sourde 1921-1931. Une aventure culturelle internationale, préface de Marc Danval, Bruxelles, Racine, 2008.

9 Le premier numéro du Journal est daté du 4 avril 1931.

10 Fréché (Bibiane), « La création des biennales de poésie de Knokke en 1952 ou l’ascension tranquille du Journal des Poètes sur la scène littéraire internationale », dans Étude de lettres, 2006, nos 1-2, p. 237-254.

11 Hölderlin (Friedrich), « L’esprit du temps », « Le matin », traduction d’Alzir Hella et Olivier Bournac, dans Le Journal des Poètes, ii, n° 2, 22 novembre 1931, p. 1 ; Hölderlin (Friedrich), « Aux donneurs de sages conseils », traduction d’Alzir Hella et Olivier Bournac, dans Le Journal des Poètes, iii, n° 7, 22 janvier 1933, p. 1 ; Hölderlin (Friedrich), « Chant pour l’inconnue », par Alzir Hella et Olivier Bournac, dans Le Journal des Poètes, iv, n° 10, 22 septembre 1934, p. 10 ; Góngora (Luis de), [Six poèmes], traduits et commentés par Lucien-Paul Thomas, dans Le Journal des Poètes, ii, n° 17, 19 mars 1932, p. 1 ; Blake (William), « La divine image », traduction d’Élisabeth Denis-Graterolle, dans Le Journal des Poètes, iii, n° 11, 19 février 1933, p. 4.

12 Le numéro 1 du Journal ne contenait que quatre traductions : Rombauts (Willem), « Un animal », traduit du flamand par Anna Vandercammen, p. 1 ; Wandurski (Witold), « L’agitateur », traduit du polonais par Benjamin Goriély et Géo Charles, p. 1 ; Sassoon (Siegfried), « Anticipation de l’éternité par un critique musical », traduit de l’anglais par Jean Joucan, p. 2 ; Peter (Georg), « Peut-être », traduit de l’allemand par Fagne-Gumbel, p. 2. Ajoutons à cela un compte rendu signé P[aul] W[errie] de Quinientas palabras inútiles, un recueil du poète chilien Leucotón Devia. Les autres auteurs de cette première livraison étaient de langue française : Émile Verhaeren, Géo Charles, Pierre Albert-Birot, Henry Fagne, Pierre Guéguen, Géo Norge, Georges Linze, Maurice Carême, Pierre Belon du Mans, Pierre-Louis Flouquet et Edmond Vandercammen. Sur Benjamin Goriély (1898-1986), co-traducteur du poème de Wandurski et important médiateur de la littérature soviétique en Belgique, voir Roland (Hubert), « Le parcours de Benjamin Goriély en Belgique (1921-1930) : littérature prolétarienne et nouvelle Russie », dans Béghin (Laurent) et Roland (Hubert), dir., Textyles, n° 45, Les Passeurs, op. cit., p. 123-141.

13 Respectivement dans Le Journal des Poètes, ii, 7, 9 janvier 1932 ; ii, 11, 6 février 1932 ; ii, 14, 27 février 1932 ; ii, 24, 21 mai 1932 ; iii, 8, 29 janvier 1933. Sur le Journal des Poètes et la Pologne, voir Béghin (Laurent), « Autour de la réception de la littérature polonaise dans la Belgique francophone de l’entre-deux-guerres », dans Prace polonistyczne, série lxx, 2015, p. 44-46.

14 Espagne (Michel), Werner (Michaël), « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914) », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1987, n° 4, p. 985.

15 Comme George Altman, qui donne en 1931 un article consacré à Maïakovski [Altman (George), « Sur Vladimir Maïakovsky », dans Le Journal des Poètes, i, n° 6, 9 mai 1931, p. 3-4] ou encore l’Autrichien Charles Petrasch qui, l’année suivante, publie un reportage sur la librairie entièrement vouée à la poésie fondée à Londres par l’écrivain anglais Harold Munro [Petrasch (Charles), « The Poetry Bookshop », dans Le Journal des Poètes, iii, 12, 13 février 1932, p. 1]. Sur Georges Altman (1901-1960), voir la notice rédigée par Nicole Racine dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1982, tome 17, p. 115-116. Sur Charles Petrasch († 1952), voir Béghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie, Bruxelles, Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique / Le Cri, 2013, p. 198-200.

16 « J’ai appris par Baillon, qui était venu me voir ces jours-ci, la naissance du Journal des Poètes. Bon succès et longue vie ! Aujourd’hui, la Nouvelle Revue juive me communique la lettre que tu lui avais envoyée et dans laquelle tu lui demandais de te renseigner sur les poètes juifs d’aujourd’hui. La Nouvelle Revue juive me trouve “plus qualifié” qu’elle pour répondre. Que de détours il faut faire pour arriver jusqu’aux amis ! » [Milbauer (Joseph), Lettre à Flouquet du 10 avril 1931. Traducteur de Bialik, poète en français (le Journal publia certains de ses vers), rédacteur en chef depuis 1932 de l’Univers israélite, Joseph Milbauer (1897-1968) donna, entre autres, à l’hebdomadaire bruxellois un article intitulé « Douze poètes Juifs ou les nuances de la chanson Yidich » accompagné de poèmes de H. Leivick, Many Leib, Z. Weinper, Abraham Reisen, Itzik Manger, Debora Vogel, I. Fefer, M. Kulback, Ch. I. Londynski (dans Le Journal des Poètes, iii, n° 15, 23 avril 1933, p. 3-4).

17 « Je serai très heureux de contribuer, de ma part, à la diffusion de la revue, en Italie. Je pense que pour cela le mieux sera de publier, de temps à autre, des chroniques sur les nouveautés poétiques italiennes, et des traductions de poèmes italiens, chroniques et traductions que je serai heureux de vous donner moi-même. » [Fiumi (Lionello), Lettre à Flouquet, non datée, mais très probablement du début de l’année 1931 (l’écrivain italien y fait allusion à la récente parution en français de son recueil Survivances, publié aux Éditions Sagesse en 1930)]. Sur Lionello Fiumi (1894-1973), voir D’Anna (Riccardo), « Fiumi, Lionello », dans Dizionario biografico degli Italiani, xlviii, 1997, p. 258-260.

18 Fiumi (Lionello), « Position de l’Italie », dans Le Journal des Poètes, ii, 8, 16 janvier 1932, p. 3-4 (étude accompagnée de plusieurs traductions toutes issues de l’Anthologie de la poésie italienne contemporaine procurée par Fiumi et le Belge Armand Henneuse, Paris, Kra, 1928) ; « Trois jeunes poètes d’Italie [Giacomo Falco, Andrea Agueci, Massimo Mazzanti] », présentation et traductions par Lionello Fiumi, dans Le Journal des Poètes, ii, n° 17, 19 mars 1932, p. 3 ; « La nouvelle poésie religieuse en Italie », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 6, 18 décembre 1932, p. 3.

19 L’écrivain rencontra Mathilde Pomès en juillet 1920. Avec elle, il traduisit des pages choisies de Ramón Gómez de la Serna (Échantillons, Paris, Grasset, 1923). Voir Mousli (Béatrice), Valery Larbaud, Paris, Flammarion, 1998, p. 314-316.

20 Sur Mathilde Pomès (1886-1977), on consultera Patout (Paulette), « In memoriam. Mathilde Pomès », dans Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, xxix, n° 29, 1977, p. 307-309. Il serait fastidieux de citer toutes ses collaborations au Journal tant elles sont nombreuses et régulières. La première d’entre elles remonte au n° 3 du 18 avril 1931 : il s’agit d’une traduction du Cubain Mariano Brull.

21 Goll a lui-même alimenté une double, voire une triple orthographe de son prénom : Yvan, Ivan (le plus souvent dans le Journal) ou Iwan.

22 Sur cet auteur franco-allemand, voir Grunewald (Michel) et Valentin (Jean-Marie), dir., Yvan Goll, 1891-1950 : situations de l’écrivain, Bern [e.a.], Peter Lang, 1994, de même que la thèse de Müller-Lentrodt (Matthias), Poetik für eine brennende Welt. Zonen der Poetik Yvan Golls im Kontext der europäischen Avantgarde. Mit einem Rückblick auf 50 Jahre Forschungsliteratur zu Yvan Goll, Bern [e.a.], Peter Lang, 1997.

23 Richard (Lionel), « Sur l’expressionnisme allemand et sa réception critique en France de 1910 à 1925 », dans Arcadia. Zeitschrift für vergleichende Literaturwissenschaft, 9 / 3, 1974, p. 266-289 (en particulier p. 280-281).

24 Sous le titre « Le rêve de Mathusalem », la pièce fut jouée au 125, rue de l’Hippodrome dans la périphérie de Bruxelles. D’après un dossier de coupures de presse conservé aux aml, Goll est venu à Bruxelles pour la première et « s’est déclaré enthousiasmé par l’interprétation poétique de Rataillon, qui dépasse de loin la conception de Paris » (aml/mlt 01460). Des photos montrent un décor très moderniste et l’utilisation de marionnettes.

25 La date de la lettre est difficile à lire mais est de toute manière postérieure à l’interview avec Géo Charles, du 12 décembre 1931. « Oui, cher ami, je suis de tout cœur avec vous, et pour vous. Disposez de moi – je ferai tout ce que je pourrai pour votre – notre – valeureux Journal des Poètes. » (aml, ml 7508/456/1)

26 Il publie ses poèmes dans la revue : « Rue de la mort » (i, n° 2, 11 avril 1931, p. 1), « Les mariniers de Rotterdam » (iii, n° 6, 18 décembre 1932, p. 1), « Ivan à Claire » [5 poèmes suivis de 5 poèmes de « Claire à Yvan »] (iv, n° 6, 29 avril 1934, p. 2. Cette page, qui comporte d’autres textes encore, s’intitule « Les chants des amants et des époux »). En 1936, il publiera une collection de poèmes intitulée Métro de la mort dans les Cahiers du Journal des Poètes.

27 « L’esprit du temps » et « Le matin », dans des traductions de Alzir Hella et Olivier Bournac. Hölderlin continuera plus tard, et encore davantage après 1945, à être invoqué comme figure tutélaire de la revue. Deux autres figures « paternelles » de la poésie moderne de langue allemande incarnent clairement la passation entre tradition et modernité pour le Journal des Poètes : l’ancien naturaliste Arno Holz et surtout Rainer Maria Rilke, dont plusieurs inédits sont publiés : « Sonnet à Orphée » et « Poème » dans une traduction de Loulou Albert Lasard (9 janvier 1932). Dans le numéro du 2 février 1935 consacré à la « poésie religieuse » et préfacé par Robert Poulet, on trouve encore des traductions de Rilke (« Chant d’amour », « Pieta », « Apaisement de Marie avec le ressuscité ») et de Gertrude von Le Fort : « Pâques » (trad. de Paul Petit).

28 Un exemple parfait « d’expressionnisme visionnaire et humanitaire » est donné via une traduction d’Oskar Loerke par Yvan Goll, « J. S. Bach jouant de l’orgue la nuit ».

29 Hebmann (Kurt), « Perspective de la Jeune Poésie Allemande », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 2, 22 novembre 1931, p. 2.

30 Goll (Yvan), Lettre à Flouquet, 23 mars 1933, aml, ml 7508/456/4.

31 Laffon (Rafael), « Haute tension », traduit de l’espagnol par l’auteur et Edmond Vandercammen, dans le Journal des Poètes, iii, n° 6, 18 décembre 1932, p. 2 ; Vandercammen (Edmond), compte rendu de Mathilde Pomès, Poètes espagnols d’aujourd’hui et de Pedro Salinas, La voz a tí debida, dans Le Journal des Poètes, iv, n° 7, 2 juin 1934, p. 4. Sur Edmond Vandercammen (1901-1980), voir Rubeš (Jan), « Vandercammen, Edmond » dans Nouvelle biographie nationale, t. 2, 1990, p. 358-359 et Wauthier (Jean-Luc), dans Nouvelle biographie nationale, t8, 2005, p. 368-370.

32 En tout dix poèmes de jeunes poètes russes vivant pour la plupart à Paris (David Knut, Antonin Landinskij, Georgij Raevskij, Zinaida Šakhovskaja, Vladimir Smolenskij et Lidia Červinskaja). Ces traductions étaient précédées d’une étude de Zinaïda Schakhowskoï [Zinaida Šakhovskaja] intitulée « Russie d’exil et de douleur… La poésie des émigrés » (dans Le Journal des Poètes, v, n° 7, 25 août 1935, p. 2). Quant au poète René Meurant (1905-1977), il traduisit également pour l’hebdomadaire de Flouquet un poème de l’écrivain et critique nord-américain Morton Dauwen Zabel (« Teufelsdrockh Minor », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 4, 4 décembre 1932, p. 3). Sur Zinaida Šakhovskaja (1906-2001), voir Coudenys (Wim), « Une voix clamant dans le désert littéraire : Z. A. Šakhovskaja et l’émigration russe en Belgique » [en russe], dans Revue des études slaves, lxxiii, n° 1, 2001, p. 151-166. Cette médiatrice constitue une figure centrale de la thèse de Čečović (Svetlana), La Réception de la pensée russe en Belgique francophone (1880-1940) : revues, médiateurs, transferts culturels ; image de soi et de l’autre, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, 2016.

33 Montale (Eugenio), [Ne nous demande pas le verbe qui libère] et Quasimodo (Salvatore), « Terre » et « Confession », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 3, 29 novembre 1931, p. 2 ; Grande (Adriano), [Je me suis fait un monde limité], dans Le Journal des Poètes, ii, n° 4, 8 décembre 1931, p. 2 ; Novelli (Gino), « La mort », « Vérité », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 7, 22 janvier 1933, p. 2 ; Quasimodo (Salvatore), « Espace », « Première fois » », Maisons », dans Le Journal des Poètes, iii, 5 mars 1933, p. 1 ; Jahier (Piero), « Chant de l’épouse », dans Le Journal des Poètes, iv, n° 6, 29 avril 1934, p. 2 ; Montale (Eugenio), « La maison au bord de la mer » et Ungaretti (Giuseppe), [Comme une pierre / de San Michele], « Allégresse des naufrages », dans Le Journal des Poètes, iv, n° 8, 30 juin 1934, p. 3 ; Saba (Umberto), « Le troupeau » et Papini (Giovanni), « L’irrémédiable félicité », dans Le Journal des Poètes, v, n° 1, 2 février 1935, p. 4 ; Aleramo (Sibilla), [Encore aujourd’hui, dans la foule, / en plein soleil, tout d’un coup, / J’ai désiré mourir] et Bacchelli (Riccardo), [Je touche ce corps, le mien, – obsédant, tout parcouru / De marées de sensations qui montent et qui descendent], dans Le Journal des Poètes, v, n° 9, 16 novembre 1935, p. 4 ; Capasso (Aldo), [Toi seule es quelquefois / Plus forte que la mort], dans Le Journal des Poètes, v, n° 10, 25 décembre 1935, p. 3. Sur Robert Vivier (1894-1989), voir Béghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie, op. cit.

34 Béghin (Laurent), « Notes sur l’œuvre de Robert Vivier russisant », dans Le bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, lxxxii, 2004, 3-4, p. 65-89. Vivier avait épousé en 1922 Zénitta Tazieff, la mère du futur vulcanologue Haroun Tazieff.

35 Blok (Alexandre), [Toi qui es allée vers les champs, / Sans retour], dans Le Journal des Poètes, iii, n° 11, 19 février 1933, p. 4 ; Blok (Alexandre), « Hymne », « Fragment », « Rite orthodoxe » et Mandelchtamm (Ossip) [Osip Mandel’štam], « Le nom », dans Le Journal des Poètes, v, n° 1, 2 février 1935, p. 4.

36 « Cette année a lieu aussi le centenaire du Kalevala, épopée finnoise. Y avez-vous pensé ? Si cela vous intéresse, j’ai un très long article inédit sur le Kalevala avec traduction intégrale en vers blancs du plus beau chant et de quelques extraits. » [Bricteux (Auguste), Lettre à Pierre-Louis Flouquet, 18 mars 1935]

37 Bricteux (Auguste), « Du pays des quarante mille lacs : le Kalevala et la légende poétique finnoise », dans Le Journal des Poètes, v, n° 6, 25 juillet 1935, p. 2-3.

38 Née à Vienne, Stéphanie Schwartz (1879-1958) avait épousé un nommé Frédéric Chandler, puis, après la mort de son mari, le philosophe bruxellois Georges Dwelshauvers, dont elle divorça au début des années 1920. Elle collabora à de nombreuses revues, entre autres La Société nouvelle (en 1912 et 1914). Voir Van den Dungen (Pierre), « Schwartz, Stéphanie », dans Gubin (Éliane), Jacques (Catherine) et al., Dictionnaire des femmes belges xixe et xxe siècles, Bruxelles, Racine, 2006, p. 499-500.

39 Owen (Wilfred), « Te Deum pour la jeunesse sacrifiée », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 23, 14 mai 1932 (numéro spécial consacré aux poètes devant la guerre), p. 2 ; Sassoon (Siegfried), « Permissionnaire », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 25, 28 mai 1932, p. 2 ; Lowenfels (Walter), « Foi » et Boyle (Kay), « Lettre à Archibald Craig », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 21, 30 avril 1932, p. 1.

40 Sacher (Friedrich), « Chant du jardin » et Mitterer (Erika), « Visite à l’hôpital », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 16, 12 mars 1032, p. 1 ; Stramm (August), [Deux extraits de Tropfblut] et von Bülow (Joachim), « Printemps dans les Balkans », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 23, 14 mai 1932, p. 4. Chandler (Stéphanie), « Panégyrique de Schnitzler », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 8, 16 janvier 1932, p. 2. On doit également à Stéphanie Chandler quelques rares adaptations du catalan comme ce Gassol (Ventura), « Géant aux 99 fronts », dans Le Journal des Poètes, i, n° 5, 2 mai 1931, p. 1.

41 Sur Lucien-Paul Thomas (1880-1948), voir Mantou (Reine), « Thomas, Lucien-Paul » dans Nouvelle biographie nationale, t. 7, 2003, p. 341-342.

42 Sur les traductions de Góngora, voir la note 9 du présent article. Dans la collection des « Cent chefs-d’œuvre étrangers » dirigée Maurice Wilmotte, Lucien-Paul Thomas publia un Góngora y Argote. Poèmes, avec introduction, traduction et notes, Paris, La Renaissance du Livre, 1932. L’ouvrage fit l’objet d’un compte rendu de B[ourgeois] (P[ierrel]), dans Journal des poètes, ii, n° 16, 12 mars 1932, p. 1-2.

43 Blok (Alexandre), [Le jour s’est flétri, innocence et grâce], [J’allais dans la nuit obscure et pluvieuse], [Mon bien-aimé, mon prince, mon fiancé / Tu es triste parmi le pré fleuri], dans Le Journal des Poètes, i, n° 5, 2 mai 1931, p. 1. Signées Louis-Charles Baudoin et Lucy Dokman, ces traductions sont précédées du chapeau suivant (emprunté textuellement à une lettre de Baudoin à Flouquet datée du 20 avril 1931), assez significatif de la réception française du grand écrivain russe : « Blok est connu surtout comme le poète de la révolution russe (l’auteur des “Douze”). Il est intéressant de le voir sous son autre visage. Ces Élégies (titre du recueil de Blok) sont d’avant la révolution. Blok appartenait alors à cette génération de poètes russes qui furent les continuateurs du symbolisme français. » On notera par ailleurs la grande adaptabilité du Journal aux suggestions de ses médiateurs : le 20 avril, Baudoin propose ses versions de Blok ; Flouquet les publie le 2 mai ! Baudoin joint aux vers de Blok « des chansons populaires catalanes que j’ai traduites pour mon plaisir (pour les taper au piano) il y a quelques années » ; elles paraissent presque aussitôt dans la livraison du 9 mai (Le Journal des Poètes, i, n° 6, p. 3) !

44 Paire (Alain), Chroniques des « Cahiers du Sud » 1914-1966, Paris, imec, 1993.

45 Sur Léon-Gabriel Gros (1905-1985), voir Paire (Alain), Chroniques des « Cahiers du Sud » 1914-1966, op. cit., p. 157-162.

46 Burnshaw (Stanley), « L’ombre et les yeux » ; Tate (Allen), « Monsieur Pope » ; Anderson (Forrest), « Erreur de navigation », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 25, 28 mai 1932, p. 6. Lowenfels (Walter), « Prométhée. Chœur par 40° de froid », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 4, 4 décembre 1932, p. 4.

47 Sur Pierre Hourcade (1908-1983), voir Teyssier (Paul), « In memoriam Pierre Hourcade », dans Bulletin des études portugaises, t. 44-45, 1983-1985, p. 429-437 et Pageaux (Daniel-Henri), « Sur les premiers pas de Pessoa en France », dans Impromptus, variations, études. Essais de littérature générale et comparée, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 91-104 (en particulier p. 92-94). Le rôle d’intermédiaire joué par Gros dans les relations entre Houcade et Flouquet est signalé dans une lettre du 6 avril 1932 de celui-là au directeur du Journal.

48 Pomès (Mathilde), « La poésie au Portugal », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 18, 26 mars 1932, p. 3 (avec des traductions de poèmes de Fernanda De Castro, António Sardinha, Teixeira De Pascoaes, Augusto De Santa-Rita, Alberto D’Oliveira, Eugénio de Castro, Mário Beirão, Augusto Gil, Afonso Lopes Vieira et João de Barros).

49 Hourcade (Pierre), « Poésie portugaise 1932 », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 10, 12 février 1933, p. 3-4. Avec des vers de poètes gravitant autour de Presença : José Régio, Miguel Torga [présenté sous son vrai nom de Adolfo Rocha], António De Navarro, José Gomes Ferreira, Carlos Queirós Ribeiro, Adolfo Casais Monteiro.

50 Hourcade (Pierre), « Brève introduction à Fernando Pessoa », dans Cahiers du Sud, xx, n° 147, janvier-février 1933, p. 66-71.

51 Fundoianu (Benjamin), « Roumanie. Point de vue et sélection d’un écrivain heureux d’être partial », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 15, 15 mars 1932, p. 3. L’article était suivi de traductions de poèmes de Tudor Arghezi, George Bacovia, Adrian Manu, Ilarie Voronca, Ion Minulescu et Ion Vinea.

52 Il s’agit de Johannes Barbarus, Marie Under, Gustave Suits, Johannes Semper et Johannes Schütz. Ces traductions étaient précédées d’un article de l’écrivain et angliciste estonien Oras (Ants), « Les tendances de la poésie esthonienne après la guerre », traduction de Fernand Jouan, dans Le Journal des Poètes, ii, n° 7, 9 janvier 1932, p. 3.

53 Barbarus (Johannes), Lettre – en français –à Flouquet, 28 septembre 1931.

54 Par ailleurs l’usage du français devait assurer à la revue une diffusion au delà des frontières de la francophonie. Le 10 juillet 1932, le Brésilien Ribeiro Couto, alors à Rio de Janeiro, demande à Flouquet de lui envoyer des « reçus d’abonnement » qu’il distribuera à plusieurs de ses amis dans l’espoir de les intéresser « à votre journal, qui est vraiment unique au monde, et va de mieux et mieux ». De Trieste, le 12 décembre 1935, Umberto Saba écrit à Flouquet afin que celui-ci remercie en son nom Robert Vivier pour ses traductions du poète italien. Il ajoute : « Dans peu de jours je vous ferai avoir un exemplaire de mon dernier volume Parole. Les poèmes qui y sont contenus, sont les derniers que j’ai composés. Je crois qu’ils mériteraient d’être traduits dans votre langue, qui est la plus lue au monde. » [Béghin (Laurent), Robert Vivier ou la religion de la vie, op. cit., p. 144, n° 483]

55 Couto (Ribeiro), « Sourdine », traduit du brésilien par l’auteur, dans Le Journal des Poètes, i, n° 10, 27 juin 1931, p. 2. ; « Le miracle », traduit du portugais par l’auteur, dans Le Journal des Poètes, ii, n° 17, 19 mars 1932, p. 4.

56 Rosenberg (Isaac), « Fille et permissionnaire », « Le juif », dans Le Journal des Poètes, ii, n° 15, 15 mars 1932, p. 4.

57 Roditi (Édouard), « La vide perfide », « Oraison funèbre », dans Le Journal des Poètes, iii, n° 3, 27 novembre 1932, p. 1.

58 « […] : il serait préférable que mes poèmes en français, ainsi que ceux de Cattaui, ne paraissent pas à la page anglaise – qui serait réservée exclusivement à des choses parues en langue anglaise, ou des critiques de choses parues en anglais. » [Roditi (Édouard), Lettre à Flouquet, 29 janvier 1932]

59 Nous reprenons ici quelques éléments exposés par Maud Gonne et Tessa Lobbes dans leur introduction au dossier Belgian Cultural Mediators, 1830-1945 , op. cit., p. 1249-1253.

60 Ibidem.

61 Ibidem.

62 C’est le cas, entre autres, de la yougoslave Zenit, publiée à Zagreb puis à Belgrade de 1921 à 1926 et à laquelle, on l’a vu, collabora Yvan Goll. Cette revue accueillit des textes en serbo-croate, français, anglais, russe, italien, espagnol. Notons que la première série du Journal des Poètes ne fut pas tout à fait étrangère au multilinguisme. Elle rendit parfois compte de volumes parus à l’étranger et fit paraître au moins un texte dans sa version originale [Capasso (Aldo), « Il ritornante », dans Le Journal des Poètes, ii, 23, 14 mai 1932, p. 2]. Mais il s’agit là d’une pratique marginale et nullement significative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Béghin et Hubert Roland, « La première série du Journal des Poètes (1931-1935) de Pierre-Louis Flouquet et son réseau de médiateurs », Textyles, 52 | 2018, 93-110.

Référence électronique

Laurent Béghin et Hubert Roland, « La première série du Journal des Poètes (1931-1935) de Pierre-Louis Flouquet et son réseau de médiateurs », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2810 ; DOI : 10.4000/textyles.2810

Haut de page

Auteurs

Laurent Béghin

Université Saint-Louis Bruxelles et frs-fnrs

Articles du même auteur

Hubert Roland

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals