Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds François Jacqmin s’enrichit

Cécile Haekens
p. 149-151

Texte intégral

1Surnommé le « Stan Getz des lettres » par les frères Piqueray, qualifié de « poète des bois » par Joseph Noiret, ou encore d’« inventeur des saisons » par Théodore Koenig, François Jacqmin (1929-1992), poète, traducteur et critique d’art, a marqué de son empreinte poétique le patrimoine littéraire belge francophone de la seconde moitié du xxe siècle.

2Les aml ont reçu, en 1997, le Fonds François Jacqmin dont le traitement et l’encodage ont été achevés en 1999. En 2010, le Fonds s’est enrichi d’un nouveau lot d’archives, à la suite du don de Nadine Ernotte, sœur de la compagne du poète, Hélène Ernotte. Les archives présentes dans ce nouvel arrivage sont à la fois des traces du travail du poète liégeois et des témoignages sur l’homme public et privé. Elles ont été dépouillées, classées et encodées dans la base de données « Doxaml ».

3François Jacqmin est âgé de 11 ans lorsqu’il suit sa famille en Angleterre où il poursuit ses études d’humanités. De ce séjour, il a gardé un attachement certain à la langue et à la littérature anglaises. D’ailleurs, c’est en anglais qu’il compose ses premiers textes poétiques. Parmi les archives nouvellement acquises, se trouvent un dossier relatif à ses voyages en Angleterre ainsi que des brochures ou lettres du British Council et de l’Association belgo-britannique.

  • 1 Cette amitié transparait dans la correspondance de Noiret, voir ml 11557.
  • 2 Groupe de poètes composé par Paul Bourgoignie, Théodore Koenig, François Jacqmin, Joseph Noiret, Ga (...)
  • 3 Revue d’inspiration surréaliste et dadaïste fondée par Marcel Havrenne, Théodore Koenig et Joseph N (...)
  • 4  Lodomez (Gaëtan), « Entretien avec François Jacqmin, si je vous laissais libre de commencer par ce (...)

4De retour en Belgique, lors de son service militaire effectué à la caserne Dailly, François Jacqmin fait la connaissance de Joseph Noiret, co-fondateur du mouvement Cobra. De cette rencontre naît une amitié entre les deux hommes1 ainsi que l’opportunité pour François de rejoindre le groupe poétique des « sept types en or »2 et de prendre part à la revue Phantomas3 qu’il qualifie comme « un lieu de rencontre plutôt qu’un point de chute littéraire »4. Plusieurs exemplaires de Phantomas en témoignent, dont les numéros spéciaux dédiés à chacun des « sept types en or » dédicacés par ceux-ci. Notons aussi que certains manuscrits se présentent comme des brouillons de textes publiés dans la revue, tels « Dans le vent incolore, l’anémone… » (ml 11501/0003), « Une pensée émue… » (ml 11502/0001), « Quand je serai vieux… » (ml 11536), parus, respectivement, sous les titres » Anémone » (n° 51-61 de 1965), « Domaine anglo-saxon » (n° 152-157 de 1977) et « Poème » (n° 26-30 de 1961).

5En parallèle à sa fonction au sein de la société Cockerill et à l’écriture poétique, François Jacqmin assurait divers aspects du métier de poète en participant à des séances de dédicaces, des ateliers d’écriture, des lectures publiques, des interviews... Volontiers disposé à conseiller les auteurs qui lui remettaient leurs manuscrits, il a été sollicité à prendre part au jury du Prix triennal de poésie de 1983 qui fut octroyé, cette année-là, à Frans De Haes pour Bréviaire d’un weekend avec l’ennemi. Il a contribué, aux côtés de Francis Edeline notamment, à l’organisation des Biennales internationales de poésie (ml 11569/0001-0008).

  • 5 ml 11562/0207, p. 3.

6Lui-même récipiendaire du Prix triennal de poésie pour Le Domino gris, François Jacqmin explique, dans une interview, avoir « toujours conçu la poésie comme étant une chose devant aller en parallèle avec la réflexion, avec la réflexion philosophique »5. D’ailleurs, une lettre de Guy Vaes, adressée à Hélène Ernotte, mentionne cette capacité de François à « rendre synonyme poésie et réflexion sur le monde » (ml 11561/0001).

  • 6 Daems (Catherine), « Archives François Jacqmin (1929-1992) », dans Brogniez (Laurence), Jago-Antoin (...)

7Le nouvel ensemble d’archives compte, parmi ses manuscrits, divers états du Coquelicot de Grétry (ml 11512/0001-0003) et des Saisons (ml 11540/0001-0007). Ces documents enrichissent les manuscrits déjà traités. Ils offrent la possibilité de compléter l’étude de la genèse des manuscrits, de tenter d’y établir « un ordre interne et chronologique »6, selon la formule de Catherine Daems dans la « Chronique des aml » parue dans le n° 17-18 de Textyles. Comme il est mentionné dans ce même article, il s’avère que le contenu d’un manuscrit destiné à un projet pouvait être réutilisé ou retravaillé pour un autre projet de publication. Ainsi, des fragments de vers présents dans « Les Saisons : L’automne » (ml 11540/0002) apparaissent dans le texte « Enluminures grises » paru, en 1981, dans le n° 127/128 de AaRevue. Le manuscrit « Siroter lentement son café… » (ml 11541) a été identifié, par ailleurs, comme la traduction française du début du poème anglais de Phoebe Redner Coan « In a coffee cup ». D’ailleurs, il se pourrait qu’il y ait d’autres traductions à identifier parmi les manuscrits. On y retrouve également des notes sur l’art, les présentations des artistes Léopold Plomteux et César Domela, des notes sur des auteurs, ainsi qu’une dizaine de carnets.

8Outre les manuscrits, le nouveau don est constitué majoritairement d’une correspondance comptant plus de 100 correspondants et plus de 400 lettres et cartes. On retrouve, parmi les littéraires, les « sept types en or », François Angelet, André Balthazar, Pol Bury, Madeleine Biefnot, Alain Borer, Alain Bosquet, Stanley Chapman, Dominique Friart, David Gascoyne, Michel Gilles, Arthur Haulot, Christian Hubin, Jacques Izoard, Werner Lambersy, Étienne Lecomte, Gaëtan Lodomez, Jean-Claude Masson, Franz Moreau, Gérard Preszow, Marc Quaghebeur, André Simon, Richard Tialans, Carmelo Virone… et les artistes, Hermann Amann, Guy Boulay, Bertrand Bracaval, Paul Franck, Michel Fouat, Jean-Luc Herman, André Janssens, Armand Silvestre, Gerson Wenglinski…

9Il ressort de cette correspondance des amitiés dont certaines s’étalent sur des décennies, des propositions de projets de publications dans des revues ou des anthologies, des collaborations avec des artistes, des demandes de traductions, des commentaires et critiques de lectures de recueils de Jacqmin… La correspondance et les affiliations de Jacqmin à des cercles et des associations d’écrivains belges ou internationaux laissent entrevoir des réseaux d’entraide et d’échanges de contacts en plus de la possibilité de diffuser plus largement sa poésie. Notons qu’à travers la correspondance des « types en or », transparaissent les coulisses de la revue Phantomas ainsi que des coups de projecteurs sur le parcours des autres membres du groupe.

10Aussi, certaines lettres et cartes se distinguent par leur originalité formelle. À titre d’exemple, la lettre de grand format de Joseph Noiret (ml 11557/0012) constituée du texte « Mon cher François » paru dans le n° 13 de Phantomas, en 1959.

11L’intérêt de François Jacqmin pour les arts plastiques et ses rencontres avec des peintres, sculpteurs et photographes ont donné naissance à des œuvres et expositions mettant en rapport sa plume de poète et de critique et l’art de divers artistes tels qu’Armand Silvestre, pour le projet Camera oscura (ml 11562/0245), André Janssens pour Oiseaux fantasmes (ml 11566/0001-0004), Bertrand Bracaval pour Être (ml 11565/0001-0005), Guy Boulay pour Dix Aphorismes crépusculaires (ml 11564)… Soulignons la présence des œuvres originales de ces artistes ainsi que L’Homo poeticus (mlco 01282), portrait de François Jacqmin peint par Hélène Ernotte.

  • 7 Quelques livres sont dédicacés à la fois à François Jacqmin et à Hélène Ernotte. Soulignons aussi l (...)

12Le nouvel arrivage compte également des plaquettes, des monographies et des revues issues de la bibliothèque personnelle du poète. De nombreux livres sont dédicacés7 et certains s’avèrent être des éditions originales à tirage limité et numéroté. Les revues sont essentiellement des revues belges, plus précisément liégeoises et bruxelloises, centrées sur la poésie ou se voulant non cloisonnées, non-conformistes, mélangeant littérature et arts picturaux. On retrouve ainsi un ou plusieurs numéro(s) des revues Simulacres, Mots de passe, Mesures Art international, Le Mensuel littéraire et poétique, Le Mensuel du Cirque Divers, Le Carnet et les Instants, Carré Magazine, Aménophis… Outre la bibliophilie, François Jacqmin avait pour passions la botanique, le jardinage et la philosophie.

13Signalons, enfin, quelques documents posthumes : des lettres de la Maison de la Poésie de Paris informant que la séance que devait tenir François Jacqmin s’est transformée en un hommage à sa poésie, une lettre du groupe Euregio concernant le recueil de poèmes auquel a participé le poète, et des coupures de presse annonçant le décès du poète.

Haut de page

Notes

1 Cette amitié transparait dans la correspondance de Noiret, voir ml 11557.

2 Groupe de poètes composé par Paul Bourgoignie, Théodore Koenig, François Jacqmin, Joseph Noiret, Gabriel et Marcel Piqueray, et Pierre Puttemans.

3 Revue d’inspiration surréaliste et dadaïste fondée par Marcel Havrenne, Théodore Koenig et Joseph Noiret. Son contenu mêle poésie et arts plastiques. François Jacqmin a participé à la revue, régulièrement, du début de sa création en 1953 jusqu’au n° ultime en 1980.

4  Lodomez (Gaëtan), « Entretien avec François Jacqmin, si je vous laissais libre de commencer par ce que vous voulez, de quoi parleriez-vous ? », ml 11562/0207, p. 1.

5 ml 11562/0207, p. 3.

6 Daems (Catherine), « Archives François Jacqmin (1929-1992) », dans Brogniez (Laurence), Jago-Antoine (Véronique), dir., Textyles, n° 17-18, La peinture (d)écrite, Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 190-193.

7 Quelques livres sont dédicacés à la fois à François Jacqmin et à Hélène Ernotte. Soulignons aussi la dédicace pataphysicienne de Théodore Koenig dans son livre Secsa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Haekens, « Le Fonds François Jacqmin s’enrichit », Textyles, 52 | 2018, 149-151.

Référence électronique

Cécile Haekens, « Le Fonds François Jacqmin s’enrichit », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2816

Haut de page

Auteur

Cécile Haekens

Archives et musée de la littérature

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals