Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Quaghebeur (Marc), Histoire, forme et sens en littérature. La Belgique francophone, tome i – L’engendrement (1815-1914)

Bruxelles (e.a.), pie-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, vol. 40, 2015, 437 p.
Michel Biron
p. 159-161
Référence(s) :

Quaghebeur (Marc), Histoire, forme et sens en littérature. La Belgique francophone, tome i – L’engendrement (1815-1914), Bruxelles (e.a.), pie-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, vol. 40, 2015, 437 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est le premier d’une série de cinq tomes qui constitueront une somme importante visant à rebaliser l’histoire des lettres en Belgique francophone. Marc Quaghebeur s’est imposé depuis Balises pour l’histoire de nos lettres (1982) comme la référence par excellence pour quiconque s’intéresse à la littérature belge et, plus particulièrement, aux rapports complexes que les écrivains belges francophones ont entretenus et entretiennent toujours avec l’Histoire. Tous les spécialistes de cette littérature connaissent son érudition et sa passion pour cette vaste question qu’il a reprise, sous des formes renouvelées, dans une série d’articles ou de chapitres qui sont ici réunis autour du long xixe siècle belge allant de la bataille de Waterloo jusqu’à la Première Guerre mondiale.

2D’entrée de jeu, l’historien rappelle les singularités des textes littéraires qui ont paru en Belgique francophone au cours de cette période et qui auraient toutes à voir avec un certain refus de l’Histoire, tantôt décalée, tantôt niée, le plus souvent transformée en légende ou métamorphosée en un imaginaire fantastique même chez des écrivains soi-disant réalistes ou naturalistes. Dans le chapitre introductif, il développe en ce sens le « mythe » belge qui tourne, selon lui, autour de trois éléments centraux identifiés au siècle de Charles Quint : l’Espagne noire, la Belgique comme pays de Cocagne et la figure du Gueux illustrée notamment par la peinture de Breughel. Il voit la prégnance de cet imaginaire du xve siècle de Charles De Coster à Émile Verhaeren, Georges Eekhoud, Maurice Maeterlinck, etc. Anticipant sur les tomes suivants, il souligne la permanence de ce dialogue avec le xve siècle jusque dans les œuvres de Michel de Ghelderode, Marguerite Yourcenar, Dominique Rolin, Jean-Philippe Toussaint et Marc Quaghebeur lui-même (auteur de La Nuit de Yuste), chaque écrivain reprenant et adaptant les éléments constitutifs d’une Histoire qui n’est pas celle des États-nations. Cette thèse, qu’il développe depuis longtemps, devient ainsi l’assise sur laquelle se fonde la relecture des œuvres.

3Même s’il est construit de façon chronologique, ponctué par les grands courants naturaliste puis symboliste qui marquent l’âge d’or des lettres belges, l’ouvrage ne se lit pas comme une histoire littéraire conventionnelle. Les chapitres correspondent à des articles écrits dans divers contextes et, tout remaniés qu’ils sont, l’effet de juxtaposition demeure visible. L’unité de ton et d’objet est toutefois renforcée par la division de l’ouvrage en sept parties dont les titres, forgés sur un même moule syntaxique (verbe réfléchi et complément), substituent aux découpages canoniques une autre Histoire où se redistribuent les catégories esthétiques et les auteurs vedettes en fonction de critères qui ne sont pas ceux de Paris. Le contexte indiqué par chacun de ces titres est à la fois plus local et plus international (plus européen surtout) que le seul rapport à la capitale française : « S’inscrire au cœur du légendaire », « Se figurer à l’heure des littératures nationales », « Se vivre à travers l’Europe », « S’inventer entre historisation et carnavalisation », « S’écrire dans une langue à soi », « Se lire au tournant du siècle », « Se dire après le désastre ».

4C’est donc une histoire littéraire fortement signée que propose Marc Quaghebeur, presque un essai à vrai dire, même s’il obéit aux règles du discours savant et repose sur une connaissance encyclopédique du corpus et des données historiques. L’approche des œuvres est également très personnelle, l’auteur se promenant librement entre les synthèses et les analyses de sorte que les chapitres décrivant la vie et les réseaux littéraires alternent avec les plongées dans des œuvres qui sont tantôt des classiques, tantôt des œuvres boudées par la critique dite noble. On passe ainsi d’une vision sociologique de la littérature à des lectures détaillées, les deux approches étant souvent entremêlées et accompagnées d’abondantes références à tout ce qui s’est écrit sur le sujet, tant chez les littéraires que chez les historiens.

5Ces deux registres font aussi que le livre oscille entre deux types d’écriture : une écriture oblique et parfois provocante, établissant des liens précis et concrets entre le petit et le grand contexte, entre la petite et la grande Histoire, puis une écriture plus prudente, centrée sur un nombre restreint d’œuvres. C’est le premier registre qui semble le plus naturel à l’essayiste, comme on le voit, par exemple, dans le récit très fouillé qu’il propose de la vie culturelle à Bruxelles au xixe siècle. Il y brosse un tableau instructif des interactions entre les écrivains, les artistes, les éditeurs, les journalistes et quelques penseurs politiques (comme Marx et Engels) venus d’un peu partout en Europe. On trouverait difficilement une présentation plus vivante, plus nuancée et plus efficace de ce qu’a été la vie intellectuelle à Bruxelles à cette époque. L’historien passe ensuite à l’analyse de l’œuvre fondatrice de Charles De Coster, La Légende d’Ulenspiegel, mais on retient surtout le début et la fin de sa lecture, c’est-à-dire les endroits où il explique la portée de ce livre, qu’il présente comme le premier roman stricto sensu de la francophonie, ce que personne ne contestera. Le roman de De Coster n’a pas d’équivalent ailleurs en francophonie, ni en France d’ailleurs, où on n’y a vu qu’une curiosité rabelaisienne au parfum suranné. Cela dit, si ce chapitre résume bien le déroulement de l’intrigue, la symbolique des personnages et de certains chiffres, il peine à faire ressortir la grandeur et l’originalité du roman – peut-être parce qu’elles relèvent davantage de l’histoire du genre romanesque que de l’Histoire au sens où l’entend Marc Quaghebeur.

6Le terrain de prédilection de son essai reste celui du métadiscours, c’est-à-dire de tout ce qui, dans les œuvres comme dans les commentaires critiques, porte sur le discours littéraire, sur le mythe et sur l’historiographie de Belgique. Il évoque abondamment la réception critique des textes et s’intéresse à ses prédécesseurs, c’est-à-dire aux historiens littéraires qui, comme Francis Nautet, n’ont jamais réussi à « théoriser » la littérature qui se faisait autour d’eux. C’est globalement toute la « grande génération léopoldienne » qui semble aux prises avec un « englobant mythique » largement impensé, peu importe la valeur des œuvres produites. L’âge d’or de la littérature belge correspond ainsi paradoxalement à un vide théorique. L’apparition des premiers chefs-d’œuvre belges expliquerait même jusqu’à un certain point l’absence d’une véritable réflexion sur la littérature belge. « Cela permet à ses acteurs de ne pas devoir mener à terme la réflexion sur la littérature qu’ils produisent. Il les exempte donc de la création d’un vrai métadiscours. Celui ou ceux au(x)quel(s) ils adhèrent sont en effet eux-mêmes très mythologiques. » (p. 257) Il est vrai que les exemples empruntés à Nautet, comme à Eekhoud, Rodenbach, Picard ou Waller, tendent tous à ressasser les clichés qui touchent à « l’âme belge » et ont un intérêt surtout documentaire, étant des symptômes d’un discours général.

7C’est beaucoup moins vrai lorsqu’on parcourt les notes plus personnelles laissées par Maeterlinck dans son Cahier bleu, qui constituent une réflexion remarquablement actuelle. C’est dans de tels chapitres que l’essai de Marc Quaghebeur donne toute sa puissance. Il semble y découvrir au fil de la plume la richesse du texte qu’il commente. Il montre avec enthousiasme qu’au lieu de s’enfermer dans l’éternelle opposition entre la défense puriste de la norme française et l’irrévérence à la manière de De Coster, Maeterlinck adopte une attitude d’un tout autre type, qui « revient à prendre la langue dans l’état qui est le sien mais à la désamidonner subtilement ; à la décrisper pour parvenir à lui faire rejoindre ce que d’autres langues comme l’anglais sont censées atteindre » (p. 309-310). L’auteur de Serres chaudes s’y révèle un penseur original, pour qui l’écrivain doit chercher à établir le contact avec le monde non pas à travers un langage qui ne serait qu’un outil de communication, mais de « muqueuse à muqueuse » (p. 308). On mesure mieux, dans ces pages trop brèves, en quoi la littérature belge, bien en avance par rapport aux littératures suisse ou canadienne-française qui cherchent à se développer au même moment, occupe une place unique dans l’essor d’une francophonie résolument non provinciale, capable de s’élever au niveau d’une « littérature-monde ».

8Ce premier tome, on l’a dit, ne se contente pas de présenter les « classiques » de cette période faste. Marc Quaghebeur rend compte, parfois un peu longuement, d’œuvres oubliées ou négligées, comme le roman colonial d’un certain A. Nirep, les Mystères du Congo parus à Bruxelles en 1887-1888. On y trouve des échos au carnavalesque de La Légende d’Ulenspiegel, mais transposés dans le décor exotique de l’Afrique. L’historien sort également des sentiers battus en étudiant de près le roman d’anticipation de Rosny l’aîné, La Force mystérieuse, paru peu avant le début de la Grande Guerre, et qui a joui d’un important succès populaire à l’époque ; ou encore lorsqu’il s’attache au roman « picaro-chevaleresque » de Georges Eekhoud, Magrice en Flandre ou le Buisson des mendiants (paru en 1927), qui fait l’éloge d’une Belgique anachronique où se manifeste la force de l’héritage d’une écriture fabuleuse, exaltée et encore une fois carnavalesque issue de La Légende d’Ulenspiegel et de la tradition picturale flamande. Marc Quaghebeur choisit sciemment des œuvres exclues des histoires littéraires « officielles », mais qui disent, selon lui, quelque chose d’essentiel sur la littérature qui se fait à cette époque en Belgique et qui méritent qu’on les étudie.

9Certains méritent aussi qu’on les relise pour le simple plaisir, comme c’est le cas d’un récit autobiographique de Maria Van Rysselberghe sur lequel se conclut ce premier volume. Ce texte étonnant intitulé Il y a 40 ans, qui relate la brève passion de celle qu’André Gide a appelée « la petite dame » avec Verhaeren, est aussi le plus typique et le plus révélateur de la manière toute personnelle avec laquelle Marc Quaghebeur aborde la littérature. L’épouse du peintre Théo Van Rysselberghe, née en Belgique, proche du milieu de la Nouvelle Revue française où paraît en 1934-1935 son récit autobiographique, est aussi, selon Quaghebeur, « la plus belle plume féminine qu’a produite la Belgique du xixe siècle » (il cite aussi un deuxième nom, la comtesse de Robersart, dont il ne dira malheureusement rien de plus dans son essai). Les quelques extraits qu’on peut lire d’Il y a 40 ans lui donnent entièrement raison. Il s’agit d’un texte sobre, émouvant et d’une grande beauté. On ne sait plus trop s’il y a ici un rapport ou non avec la question de l’Histoire, posée au début de l’essai, mais c’est tant mieux, l’essayiste se permettant d’entrer dans cette histoire d’amour sans a priori.

10À travers son histoire d’amour, Maria van Rysselberghe présente ce qu’elle appelle sa « galerie privée », constituée des portraits de ses proches et de ses amis artistes ou intellectuels. Au fond, c’est peut-être cette expression qui convient le mieux pour désigner l’histoire littéraire de Marc Quaghebeur. Loin du canon de l’histoire littéraire, loin du ton objectif des ouvrages universitaires, Histoire, Forme et Sens en littérature nous présente les écrivains comme s’ils faisaient partie de son univers intime, comme s’ils étaient ses proches. Il y a une telle parenté artistique entre lui et eux que le mot d’érudition ne suffit pas pour décrire les connaissances que mobilise son essai. Ce n’est pas seulement qu’il connaît tout le monde : c’est que lui-même fait partie de cette immense famille recomposée, par-delà l’idée de nation, au nom de l’art. Son admiration pour Charles De Coster, pour Maeterlinck ou pour la « petite dame » de Gide n’a rien de scolaire ou d’universitaire et ne se réduit pas aux seules considérations intellectuelles, même si elle donne toutes les garanties du savoir scientifique. Elle relève plus profondément d’une capacité de se projeter dans un monde aujourd’hui oublié, celui de l’idéal artistique, tout en assumant les impasses et les contradictions propres aux écrivains francophones pour qui l’habitation de la langue ne va pas de soi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biron, « Quaghebeur (Marc), Histoire, forme et sens en littérature. La Belgique francophone, tome i – L’engendrement (1815-1914) », Textyles, 52 | 2018, 159-161.

Référence électronique

Michel Biron, « Quaghebeur (Marc), Histoire, forme et sens en littérature. La Belgique francophone, tome i – L’engendrement (1815-1914) », Textyles [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2821

Haut de page

Auteur

Michel Biron

Université McGill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals