Navigation – Plan du site
Malédictions littéraires

Préface

Pascal Brisette
p. 7-9

Texte intégral

  • 1 Baudelaire (Charles), « Edgar Poe, sa vie et ses ouvrages », dans Œuvres complètes de Charles Baude (...)
  • 2 Steinmetz (Jean-Luc), « Du poète malheureux au poète maudit (réflexions sur la constitution d’un my (...)

1L’idée voulant que les écrivains soient victimes d’une malédiction sociale est largement antérieure à la publication, par Verlaine, de ses Poètes maudits en 1884. L’article de Baudelaire sur Edgar Poe paru dans La Revue de Paris en mars 1852 décrivait déjà le poète américain comme l’un de ceux que «  la société frappe d’un anathème spécial1 ». Vigny avait également, dans Stello (1831), fait du Poète une « race toujours maudite par les puissances de la terre ». Dans un article publié en 1982, Jean-Luc Steinmetz suggérait de remonter jusqu’aux années 1770 et au Poète malheureux de Nicolas Gilbert : «  On notera que Gilbert, conscient de son destin, composa un texte, Le Poète malheureux, où sa misère personnelle prend la forme d’un “type”, d’un topos où se formule, pour une part, le récit primitif à partir duquel le mythe pourra s’élaborer2. » Paul Bénichou avait également observé, dans Le Sacre de l’écrivain, que le thème du poète malheureux était omniprésent dans la littérature des années 1770–1830, ce que, depuis, les travaux de Bonnet sur les éloges académiques et ceux de José Luis Diaz sur le premier romantisme ont confirmé.

2J’ai tenté, pour ma part, de montrer que ce « mythe » du poète malheureux, constamment mis à jour, nourri par l’actualité littéraire, intégrant progressivement la figure de l’artiste et, au xxe siècle, celles des artistes de la scène et du grand écran, reposait sur une association première, topique, entre le « malheur » (de l’auteur) et la « valeur » (de l’œuvre), association tenue dès les années 1770 comme un fait, une vérité soutenue par l’expérience et le destin invariablement amer des « grands hommes » — poètes, philosophes, hommes de science et de savoir :

  • 3 Delisle de Sales, De la philosophie de la nature, vol.  3, p. 368. Voir encore Thomas dans son Élog (...)

C’est une remarque bien digne de notre attention, que la plupart des hommes de génie se sont élevés au milieu de l’infortune et des orages ; Homère et Milton furent aveugles et pauvres, Lucrèce et le Tasse avaient des accès de folie ; Platon peut-être serait inconnu si on n’avait empoisonné Socrate ; Descartes né en France est mort dans les glaces de Stockholm, et le grand Corneille peu enrichi par le théâtre qu’il avait créé, persécuté par Richelieu et effacé par Racine, mourut peut-être sans soupçonner son génie et sa célébrité. Il semble que les grands talents ne servent qu’au malheur de ceux qui les partagent ; comme si le génie avait besoin d’être acheté ! Comme si la nature voulait consoler le vulgaire de la supériorité des grands hommes3 !

3Une grande part du culte dont Jean-Jacques Rousseau fut l’objet entre 1770 et la Révolution tient au fait que son type de vie, sa posture et ses mésaventures semblèrent confirmer cette « vérité éternelle » voulant que la persécution, la pauvreté et la maladie — le malheur, en un mot — frappent invariablement les hommes de génie. Plus grand l’écrivain, plus profond son malheur.

4Le mythe de la malédiction qui se déploie aux xixe et xxe siècles sur cette association entre le malheur et le génie nourrira des œuvres de fiction, des ouvrages critiques, des préfaces, des biographies, des portraits littéraires ; il se déclinera en autant de tableaux et de photographies que d’œuvres cinématographiques ; il consolera les « ratés », « minores » et autres « obscurs », et fournira aux Chateaubriand, Hugo, Flaubert, Goncourt, Vallès, Verlaine, Bloy, Céline, Houellebecq et tant d’autres un levier de reconnaissance parmi d’autres à actionner à des moments de leur carrière.

5Le dossier préparé par Denis Saint-Amand et Gérard Purnelle montre que ce levier a également été actionné, avec plus ou moins de succès parfois, par les Henri Michaux, André Baillon, Émile Leclercq, Constant Malva, ou encore par certains critiques déterrant des œuvres injustement oubliées — celle d’un Jacques Bernimolin, par exemple. Ces études confirment que la malédiction littéraire, comme le suggère avec raison Denis Saint-Amand dans son introduction, peut être appréhendée à la fois comme un ensemble de topoï travaillé par les textes, comme matériaux d’une posture littéraire et comme prise de position dans l’analyse de trajectoires. On peut également envisager le problème sous l’angle des transferts culturels. Apparaissent ici et là, chez Leclercq notamment, une déclinaison particulière du vieux topos de l’exil, issu de la tradition ovidienne des Pontiques et des Tristes ; un exil plus existentiel que politique, né de ce que Michel Biron a appelé la « conscience du désert », soit la conscience d’écrire et de publier dans un monde peu structuré, sans véritable critique, sans institutions fortes, sans masse de lecteurs capables non seulement d’assurer la survie de l’écrivain par l’achat de livres, mais incapable de « recevoir » cette proposition de sens que constitue le « malheur littéraire ». Dans le Canada français du xixe siècle et d’une bonne partie du xxe siècle, ce sentiment de déréliction, vox clamans in deserto, a été transposées dans quantité d’élégies et de satires contre ce que Crémazie appelait la « société d’épiciers ». Dans certains cas, plus rares, une telle conscience a généré des poétiques particulières, paradoxalement fortes, celle d’un Saint-Denys Garneau ou d’un Gaston Miron, par exemple.

6Il reste de nombreuses recherches à faire sur le sujet et on remerciera Gérald Purnelle, Denis Saint-Amand et les contributeurs de ce volume d’avoir posé un nouveau jalon dans l’étude d’un phénomène qui a non seulement fait écrire, mais qui a induit des comportements, orienté des carrières et des vies.

Haut de page

Notes

1 Baudelaire (Charles), « Edgar Poe, sa vie et ses ouvrages », dans Œuvres complètes de Charles Baudelaire. Jevenilia. Œuvres posthumes. Reliquiæ, notes et éclaircissements de Jacques Crépet, Paris, Louis Conard, 1939, p. 246.

2 Steinmetz (Jean-Luc), « Du poète malheureux au poète maudit (réflexions sur la constitution d’un mythe », dans Œuvres et critiques, vol.  7, n°1, 1982, p. 75.

3 Delisle de Sales, De la philosophie de la nature, vol.  3, p. 368. Voir encore Thomas dans son Éloge de Descartes : « Hommes de génie, de quelque pays que vous soyez, voilà votre sort [celui de Descartes]. Les malheurs, les persécutions, les injustices, le mépris des cours, l’indifférence du peuple, les calomnies de vos rivaux, ou de ceux qui croiront l’être, l’indigence, l’exil, et peut-être une mort obscure à cinq cents lieues de votre patrie, voilà ce que je vous annonce » [Thomas (Antoine Léonard), Éloge de Descartes, cité par Delon (Michel), L’idée d’énergie au tournant des Lumières, p. 514].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Brisette, « Préface », Textyles, 53 | 2018, 7-9.

Référence électronique

Pascal Brisette, « Préface », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2847

Haut de page

Auteur

Pascal Brisette

Université McGill

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals