Navigation – Plan du site
Malédictions littéraires

Émile Leclercq (1827-1907)

« Grand cœur » et « rateur de train »
Marianne Michaux
p. 25-42

Texte intégral

  • 1 Leclercq (Émile), « Avertissement », dans Charles de Groux, Bruxelles, Imprimerie de Vve Parent et (...)

1« Ce qu’on va lire m’est donc absolument personnel. Nul autre que moi n’en aura la responsabilité. Je tenais à faire cette déclaration publique, à cause de ma réputation, qui dans un sens est très-mauvaise [sic] : elle pourrait déteindre sur des innocents, qui ne se soucieraient en aucune façon de collaborer avec moi », écrit en 1870 Émile Leclercq dans la préface d’un livre consacré à son ami, le peintre Charles de Groux1.

2Je me proposerai d’étudier ici une figure particulière de la malédiction, à travers le cas de ce romancier, chef de file du mouvement réaliste en Belgique, entre 1855 et 1880. Mon propos sera de confronter cette construction particulière à la (aux) posture(s) adoptée(s) par Émile Leclercq dans le champ littéraire, aux circonstances objectives de production romanesque à cette époque, puis dans un second temps à l’historiographie : dans quelle mesure cette image malheureuse — dont il est peut-être partiellement responsable — a-t-elle pu contaminer l’histoire littéraire ?

3Dans le cadre restreint de cet exposé, j’utiliserai comme fil conducteur les différents noms dont il a usé au long de sa carrière, et qui sont très emblématiques des rôles qu’il endosse — successivement ou non — dans le champ des lettres.

« Pittore », artiste, bohème et chef de file (?) du mouvement réaliste

  • 2 Auprès du peintre François Joseph Navez (1787–1869).
  • 3 « Vous ne savez pas, Monsieur, que le pain n’est jamais abondant chez mon père… », écrit-il à son p (...)
  • 4 Sur les jeunes années d’Émile Leclercq, voir Aron (Paul), « Émile Leclercq », dans Nouvelle Biograp (...)

4Avant d’entrer en littérature, Émile Leclercq était peintre. Dans sa jeunesse, il vit de son art pour financer des études qui se prolongent2 et faire vivre sa famille3. En effet, faute de moyens matériels suffisants, il peint des portraits de commande dans sa région d’origine, le Hainaut, et des tableaux à caractère religieux4, pour des églises.

  • 5 Van den Dungen (Pierre), « L’Université libre au temps des Crocodiles », dans Draguet (Michel), dir (...)
  • 6 Ces sociétés et leurs journaux sont à présent très bien connus grâce aux travaux, pour les plus réc (...)
  • 7 Fondé par Félicien Rops et Victor Hallaux en 1856.

5C’est sans doute pendant ses études à Bruxelles qu’il entre en contact avec les membres des « Crocodiles5 », puis des « Joyeux », une petite société bohème6, aux activités desquelles il participe assidument, signant du pseudonyme de « Pittore » les premiers articles qu’il donne au principal organe de cette fantasque bande d’artistes et d’hommes de lettre, L’Uylenspiegel7.

  • 8 Topos inscrit dans de nombreux romans de Leclercq, comme par exemple L’Avocat Richard. À ce sujet, (...)
  • 9 Elles sont conservées à la Bibliothèque royale.
  • 10 Ses premières productions sont des poèmes romantiques…

6Membre des Joyeux depuis 1852, « Pittore » est l’un des piliers des séances littéraires du jeudi : on ne peut s’empêcher de penser que le succès par les lettres nourrit son imaginaire social, lui, jeune homme pauvre et provincial monté à la Capitale8. Les archives des « Joyeux9 » nous montrent un élève appliqué, s’exerçant à devenir écrivain10, dans ce qu’il convient d’appeler anachroniquement des ateliers d’écriture, mettant à profit les remarques de ceux qui, pour certains, resteront longtemps ses amis.

  • 11 Leclercq (Émile), « Aux Joyeux », dans L’Avocat Richard, Bruxelles et Leipzig, Auguste Schnée, 1858 (...)
  • 12 Sosset (Louis-Léon), Introduction à l’œuvre de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, (...)
  • 13 Voir la dédicace d’Amours mortelles, Bruxelles, Weissenbruch, 1892.
  • 14 Leclercq (Émile), Histoire de deux armurières, Bruxelles, Lacroix, 1864.

7Dans la préface de L’Avocat Richard, il les en remercie d’ailleurs : « Les conseils et les railleries des Joyeux m’ont été une véritable école. Leurs observations m’ont souvent obligé à retravailler d’un bout à l’autre des nouvelles que je croyais bien finies. Cette dédicace n’est donc qu’un témoignage de mon affection et de ma gratitude11. » Par ailleurs, son troisième roman, Histoire de deux armurières, dont la trame lui a été suggérée par Adolphe Bauffe, président de cette société12 et ami fidèle13, est édité en 1864 par ces mêmes Joyeux14 qui soutiennent son entreprise.

  • 15 Voir Michaux (Marianne), « L’effacement de l’écrivain », dans Dozo (Björn-Olav) et Glinoër (Anthony (...)
  • 16 Voir infra.
  • 17 Voir Kunel (Maurice), « Correspondance de Félicien Rops et de l’écrivain belge Émile Leclercq », da (...)

8La participation aux activités de cette société, ses amitiés font-elles nécessairement de Leclercq un bohème ? Si ce modèle, bien français, constitue un horizon discursif et topique pour ces jeunes artistes, il s’exporte difficilement, en tant que mythe littéraire, dans la Belgique des années 185015. De surcroît, Leclercq se positionne plutôt comme l’anti-bohème, opposant à la fantaisie de ses amis un esprit de sérieux et des valeurs assez éloignées en apparence de leurs préoccupations : aussi, Séraphin et surtout la préface de ce roman sont-ils perçus par Charles De Coster (le seul véritable bohème du groupe ?) comme une trahison16. Esprit de sérieux, travail, mérite…, ces valeurs prônées inlassablement par Leclercq semblent sonner le glas définitif des dispositions frondeuses et du goût pour la « zwanze » qui anime ses « joyeux » amis. Pour en prendre la mesure, on peut se référer à une lettre de Leclercq au peintre Félicien Rops17, ou à ce qui nous est connu de sa correspondance avec Edmond Duranty (voir infra).

  • 18 Il est nommé contrôleur des Jeux de Spa en 1863 puis, à leur disparition, il entre en 1869 au minis (...)
  • 19 Roelants (Oscar), Étude sur la société libre des Beaux-Arts de Bruxelles, Bruxelles, Palais des Aca (...)

9Mais, romancier, fonctionnaire18 et journaliste, Leclercq n’en reste pas moins longtemps « Pittore » puisqu’il continue à peindre et à exposer très officiellement (dans des Salons ou au Cercle artistique et littéraire de Bruxelles) jusqu’au moins dans les années 1870, dans le style réaliste de son ami, le peintre Charles De Groux — lui aussi un « Joyeux » et, avec Leclercq, membre fondateur de la Société libre des Beaux-Arts19.

  • 20 Stark (David Ethan), Charles De Groux and social realism in Belgian painting 1848–1875, The Ohio St (...)
  • 21 Leclercq est mentionné dans le comité fondateur par L’Art libre, présenté comme l’organe de cette s (...)
  • 22 Billen (Claire), « De L’Avocat Richard aux Scrupules de Bernus, le désenchantement bruxellois d’Émi (...)

10Leclercq peint des tableaux de genre, mettant en scène des paysans et des pêcheurs, tout en continuant à s’exercer au portrait20. L’adoption du paysage comme thème d’autres œuvres est peut-être liée au fait qu’il côtoie des membres de la Société libre des Beaux-Arts21 et de l’Ecole de Tervueren : en 1878, il rédige l’éloge funèbre d’Hippolyte Boulenger22.

  • 23 Voir « À Victor Van Hove, peintre et statutaire », dans Leclercq (Émile), Les Déshérités. Albert Ma (...)

11Lui-même se considère comme un peintre-écrivain, d’abord sérieusement23 puis avec un peu plus de légèreté, entretenant finalement vis-à-vis de cette double identité une certaine forme de distance ironique :

  • 24 Jacques [Émile Leclercq], « L’exposition du Cercle », dans Chronique, 14 décembre 1873.

Pour finir cet article, une indiscrétion. UN PEINTRE, devant les paysages d’Émile Leclercq. — Pour un romancier, ça peut passer. UN ÉCRIVAIN, arrivant. — Ajoutez que pour un peintre, ses romans ne sont pas trop mauvais. Moralité : Il faut être chair ou poisson24.

12Mais il consolide cette posture par une activité de critique artistique et littéraire, que ce soit dans la petite presse ou dans les grandes revues libérales du temps, la Revue trimestrielle et la Revue de Belgique, conforme en cela à une lignée d’écrivains qui empruntent les chemins plus légitimés de la critique d’art. Il apparaît ainsi comme un maillon essentiel entre L’Uylenspiegel et les journaux « artistes » dont la figure centrale est, dans les années 1870, Camille Lemonnier. De son point de vue, sa nomination comme inspecteur des Beaux-Arts en 1879 marque certainement une espèce d’apogée social et intellectuel, couronnant logiquement un parcours bien rempli. Elle aura été sans doute vécue comme la reconnaissance ultime et méritée de ses multiples talents.

13Dans ce contexte, profitant des avancées dans le champ artistique et du peu d’autonomie du champ littéraire, Leclercq-Pittore prend dès 1856 l’initiative de défendre et de légitimer le réalisme en Belgique, principe dont il fait son fer de lance artistique et auquel il reste farouchement fidèle tout au long de sa carrière, finissant par condamner, en son nom, le naturalisme.

  • 25 Leclercq (Émile), L’art est rationnel. Architecture, Sculpture, Peinture, Littérature, Bruxelles, A (...)
  • 26 Sur cette radicalisation, voir aussi Michaux (Marianne), « Les libéraux belges dans l’opposition (1 (...)

14Même si le contenu programmatique du nouveau principe est soumis à de nombreuses variations, entre « art pour art » et « art social », c’est cette interprétation qui finit par l’emporter, peut-être sous l’influence décisive de Proudhon. Ces hésitations — qui entament quelque peu la légitimité de Leclercq et qu’il essaye de synthétiser dans L’art est rationnel25 — sont doublement représentatives à la fois d’un champ littéraire peu autonome et de la radicalisation politique progressive à gauche de notre romancier dans les années 1870, perceptible à travers ses prises de position en tant que journaliste et en tant qu’écrivain26.

15Il n’empêche qu’il prendra toujours farouchement la défense des artistes et des écrivains, aspirant continuellement à leur émancipation et à leur indépendance, vis-à-vis des partis politiques ou de l’État, appelant de ses vœux, pour ce qui est des auteurs, la constitution d’une Société des gens de lettres.

Une posture politico-littéraire originale : « Jacques »

  • 27 Sur le courant du libéralisme progressiste et ses liens avec le courant littéraire réaliste voir Mi (...)
  • 28 Hélas — effet de la malédiction ? —, son nom n’apparaît pas dans l’étude pourtant très documentée d (...)
  • 29 Michaux (Marianne), « Les libéraux belges dans l’opposition (1870–1878) », op. cit., p. 28.

16Or Leclercq, parallèlement à son métier officiel de fonctionnaire, ses activités d’écrivain et de peintre, est le très actif chroniqueur de plusieurs journaux (Le Libre Examen, La Chronique) de la petite presse progressiste27, au destin de laquelle il faut définitivement l’associer28, et où il s’exprime d’une façon plus libre que dans les pages de la Revue trimestrielle ou de la Revue de Belgique, revues libérales mainstream, beaucoup plus consensuelles29.

  • 30 À ce sujet, voir Van den Dungen (Pierre), « La professionnalisation des journalistes belges francop (...)
  • 31 Ibidem, p. 633.

17Cette petite presse30, où s’illustrent des proscrits français et des journalistes aux origines sociales plus modestes que dans les grands journaux, est le vivier d’hommes de lettres qui, par nécessité pécuniaire, posent les jalons de ce qui n’est pas encore un métier. Après 1848 en effet, une nouvelle génération de lettrés « victimes d’un excès d’éducation31 », issus de la petite et de la moyenne bourgeoisie, investissent la petite presse progressiste, dans laquelle ils expriment leurs doléances — et leur ressentiment — à l’égard des catholiques et des libéraux doctrinaires qui détiennent les leviers du pouvoir. Entre 1860 et 1880, leur lectorat s’élargit sous le double effet de l’élévation sociale et culturelle de la petite et moyenne bourgeoisie et de l’abaissement du prix des journaux (abolition du droit de timbre, abonnements meilleur marché…), entraînant une élévation globale de la qualité littéraire de ceux-ci.

  • 32 Sur le Libre-Examen (1864–1868), journal rationaliste fondé en 1864 par Eugène Van Bemmel, voir par (...)
  • 33 Pseudonyme dont il use à partir de décembre 1869.
  • 34 Sur La Chronique, voir Wgeuw (G.), La Chronique 1868–1873. Un journal libéral radical bruxellois, M (...)

18Le Libre Examen32 et La Chronique, dont Leclercq devient le collaborateur régulier sous le pseudonyme de « Jacques33 » (et celui, plus ironique, de « Raoul de Montaigle ») en sont de bons exemples. Outre Leclercq, collaborent à La Chronique Léon Dommartin (Jean d’Ardenne), Ernest Parent (Karl Stur) ou Félix Coveliers (Vrebos)34, tous deux, avec Victor Hallaux, leur rédacteur en chef, des anciens de L’Uylenspiegel.

19Dans ces journaux, Leclercq s’exprime sur ses sujets de prédilection, l’art et la politique, construisant une posture originale — on pourrait dire d’exclusion revendiquée — assez constitutive d’une forme de malédiction littéraire (faire de nécessité vertu). Peut-être se rapproche-t-il, surtout à la fin des années 1860 et dans les années 1870, de figures ébauchées par Pascal Brissette à la fin de son essai :

  • 35 Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Les Presses de (...)

L’Intellectuel désintéressé qui se portera à la défense des faibles et des opprimés en mesurant la valeur de son acte aux périls encourus ; l’Écrivain prolétarien ou révolutionnaire qui montrera au peuple ses stigmates et voudra souffrir à ses côtés jusqu’à la libération collective35.

  • 36 Notre dépouillement s’arrête en 1880.

20Les « causeries » de Jacques, parues très régulièrement dans La Chronique, forment sans doute, à défaut d’une correspondance fournie ou de témoignages directs, la meilleure source d’information sur cet écrivain (qui s’y exprime à la 1ère personne), et par contrecoup, sur la vie bruxelloise, culturelle et politique de l’époque36. Elles se lisent toujours avec intérêt aujourd’hui.

21L’activité de chroniqueur permet à Leclercq d’exprimer des opinions politiques qu’il ne pourrait exposer ailleurs ou autrement, parce que son statut de lettré lui en procure les moyens :

  • 37 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 30 octobre 1870.

Je ne voudrais pas qu’on me prît pour un homme d’État ; je suis un homme de plume, tout simplement. Mais comme tous les gens qui ont reçu de dame Nature une langue, et de l’industrie une plume pour s’en servir, je me mêle volontiers à ceux qui, entre la poire et le fromage, s’occupent des « choses politiques37 ».

22Elle constitue pour lui une forme de compensation symbolique à son exclusion du système électoral censitaire. En 1872, il prend très clairement position à ce sujet, incriminant un système injuste qui le prive d’un droit fondamental tout simplement parce qu’il n’est pas propriétaire :

  • 38 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 29 juin 1872.

Et pourquoi donc ne payé-je pas de cens électoral ? parce que j’habite un appartement et non une maison. Cela n’est-il pas colossal ? Je ne suis pas citoyen belge parce que je loue une partie de maison38 !

  • 39 Sur ces notions et les rapports entre ethos, posture et image d’auteur, voir Maingueneau (Dominique (...)

23La petite presse lui offre aussi ce que le roman lui refuse (en partie faute d’un lectorat suffisant) : une tribune. Il y laisse paraître un ethos catégoriel (idéologie) et un ethos expérientiel (ton), constitutifs de sa posture39, et parfaitement indissociables.

  • 40 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 4 janvier 1874.
  • 41 Leclercq (Émile), « Menus propos sur la politique contemporaine », dans Libre Examen, n°21, 20 juil (...)

24Outre tous les thèmes chers aux libéraux progressistes et radicaux, dont Leclercq épouse étroitement la cause et les vues, et dont il relaie abondamment les idées tout au long de sa carrière (y compris en tant que romancier), il y adopte un ton particulier, véhément, voire violent, et par moment vaguement prophétique, qui évoque le justicier ou l’accusateur public (dans un article humoristique, il s’imagine d’ailleurs en justicier invisible, faisant un « bien immense à la société40 »), dont voici un échantillon : « en politique, en philosophie, en morale, il n’y a que deux chemins : laissez de côté le sentiment qui égare et la fourberie qui déshonore, marchez tout droit dans le sentier de la vérité, et l’humanité sera heureuse41 », déclare-t-il dans le Libre Examen en 1866.

  • 42 E.L. [Émile Leclercq], « Le sens moral », dans Libre Examen, n°35, 10 décembre 1965.
  • 43 Leclercq (Émile), « Menus propos sur la politique contemporaine », dans Libre Examen, n°20, 10 juil (...)
  • 44 Ibidem, n°21, 20 juillet 1866.
  • 45 Leclercq Émile), « L’antagonisme religieux dans la famille », dans Libre Examen, n°2, 10 janvier 18 (...)

25Il fait preuve aussi d’une véritable intransigeance, qu’il fasse l’apologie du « sens moral », par lequel « une petite nation peut être vraiment grande42 », prône une politique du « bon sens43 », ou qu’il dénonce les privilèges44 ou le non-sens que constitue la « puissance du prêtre45 ». À ce sujet, il s’en prend violemment aux « physionomies cléricales » :

  • 46 E.L. [Émile Leclercq], « Les physionomies cléricales », dans Libre Examen, 20 mars 1866.

Il ne faut donc pas s’étonner que le prêtre soit laid. Non pas laid seulement dans la physionomie mais dans les traits du visage, dans l’allure, dans la forme. L’esprit, malgré la volonté, manifeste à l’extérieur sa gêne, son malaise46.

  • 47 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 7 décembre 1869.
  • 48 Jaques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 22 septembre 1870.
  • 49 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 20 juin 1871.

26Dans La Chronique, surtout, il se montre terriblement moralisateur, dénonçant avec virulence le goût des journaux pour le scandale, alors qu’ils devraient éduquer le peuple47 ; condamne le despotisme ; fustige la vie parisienne48, espérant même que toutes les communications soient coupées entre Paris et Bruxelles, pour tenir à distance « le vice »  ; dénonce « le vrai dieu moderne » : l’or49

  • 50 Bartier (John), « La Commune de 1871 et l’opinion belge », dans Libéralisme et socialisme au xixesi (...)

27Sur le plan strictement politique, comme je l’ai montré ailleurs, on peut observer au fil du temps une progressive radicalisation de Leclercq-Jacques, qui flirte par moments avec le socialisme, sans pour autant oser se déclarer tel ouvertement. Fait notable, il est l’un des rares écrivains à prendre parti à l’époque pour les réfugiés de la Commune, événement qui semble avoir eu sur lui un effet révélateur50.

  • 51 E. le Hiboux [Émile Leclercq], « Exposition des Beaux-Arts », dans La Chronique, 27 septembre 1869.

28Mais Leclercq, journaliste, n’en néglige pas pour autant les préoccupations « artistes », incarnant une posture assez particulière, qui mêle l’art au politique, faisant du réel (ou du réalisme) le principe actif de cette nouvelle synthèse et l’agent du progressisme en politique, que ce soit dans la Chronique51 ou le Libre Examen :

  • 52 Leclercq (Émile), « Menus propos sur la politique contemporaine », dans Libre Examen, n°21, 20 juil (...)

L’invasion du RÉEL est générale et ensevelit en se développant les traditions empiriques qui ne sont plus assez saines pour se conserver et tombent en désuétude par la force irrésistible des choses52.

  • 53 Leclercq (Émile), L’art est rationnel, op. cit.
  • 54 Ibidem, p. 239.
  • 55 Ibidem, p. 284–285.

29Cette vision est toujours la sienne en 1882 dans L’art est rationnel53 qui reprend et systématise ses prises de position en matière artistique : non seulement, l’écrivain y est dépeint comme un législateur et un moraliste, qui doit encourager le bien54, mais le réalisme est décrit comme l’expression politique de revendications situées en dehors du champ littéraire55.

  • 56 Leclercq (Émile), « À Nestor Considérant », dans Constance, Bruxelles, Lebègue, 1859, 263 p., p. 3– (...)
  • 57 Leclercq (Émile), « Avertissement » dans Mœurs villageoises : Séraphin, Bruxelles et Leipzig, Schné (...)
  • 58 Leclercq (Émile), « Avertissement » dans Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872, p. I–VIII
  • 59 Leclercq (Émile), « À Jean Robie. Peintre », dans Une fille du peuple, Paris, Auguste Ghio, 1874, t (...)

30Dans son travail de romancier, la même évolution est à l’œuvre : si l’on examine les préfaces (parfois à caractère fortement manifestaire) et les dédicaces des romans de Leclercq au fil du temps, on peut suivre quasi chronologiquement les étapes de cette synthèse : des hésitations encore perceptibles dans la préface de Constance56, à l’affirmation du caractère engagé de la littérature, dans celle de Séraphin57  (qui choquera ses contemporains, surtout Charles De Coster), puis celles de Maison tranquille58 ou d’Une fille du peuple59.

  • 60 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierr (...)

31Cette position nous en dit long sur l’état du champ littéraire de l’époque et sur sa situation dans le champ du pouvoir : structurellement dominé, le champ littéraire, en voie d’autonomisation, se trouve politiquement dans l’opposition (au doctrinarisme et au catholicisme). Mais la position de Leclercq n’exprime pas seulement une alliance, dans les marges, des représentants du réalisme littéraire et de ceux du radicalisme politique : elle témoigne aussi de la place mineure réservée au roman, en tant que genre, dans le champ littéraire et le champ intellectuel, où s’imposent des hommes de lettres comme Eugène Van Bemmel ou Charles Potvin, à la tête d’instances d’émergence et de légitimation incontournables, les puissantes revues libérales de l’époque (la Revue trimestrielle, puis la Revue de Belgique), peu favorables, dans leur ensemble, au genre romanesque60.

  • 61 De Coster (Charles), « Le grand cœur », dans Revue trimestrielle, n°32, 1861, p. 238–242.

32Hélas, son engagement politique, aux côtés des libéraux radicaux, sa prétention à détenir une vérité stigmatisent notre romancier jusque dans son propre camp. Dans le portrait ironique et cruel d’un « grand cœur » dressé par Charles De Coster, dans les colonnes mêmes de la libérale Revue trimestrielle61 (qui publie régulièrement articles et nouvelles de Leclercq), il n’est pas interdit de voir en réalité celui de cet écrivain : « Si mal doué, quel parti prendre ? Il lève au ciel des yeux platement suppliants, il descend sur la terre, remarque que la bonté y a beaucoup de succès. Il a trouvé son genre, sa veine ; il a un métier, un état, une position : il est GRAND CŒUR. ».

33Découvrant l’art utile, le grand cœur s’en empare : « Il a un système, une clef, un procédé. Il ne doit plus rien chercher, son chemin est tracé. C’est maintenant que les humanitaires vont lui être utiles. Pauvres grands hommes, généreux penseurs qui rêviez le bonheur de tous, il s’approche de vous, il vous rogne, vous pille, vous plagie […]. »

34Il s’en prend ensuite à la fantaisie : « Le voici maintenant qui tombe sur la fantaisie, car il est passé maître ès discussions artistiques […] Pauvre fantaisie, comme il t’habille ! » Pour conclure : « Grands cœurs par vanité, qui êtes bons comme les femmes qui ont perdu leur beauté, vous êtes la lèpre de ce monde. ».

Émile Leclercq : « Je suis seul… »

  • 62 Cité par Crouzet (Marcel), Un méconnu du réalisme : Duranty (1833–1880), Paris, Nizet, 1964, p. 186 (...)

35Ainsi Leclercq, romancier réaliste, est bien seul, comme il l’écrit à Duranty en 1863 : « Vous me dites dans une de vos lettres que je dois garder la tête du mouvement littéraire — ici — à tous prix. Hélas, c’est trop facile. Je suis pour ainsi dire seul62… »

36Cet isolement est constitutif d’une forme de malédiction : non seulement Leclercq est seul (contre tous, cela va de soi) ; mais il n’a pas de succès littéraire, position malheureuse présentée comme héroïque. Car Leclercq affirme bien haut sa volonté d’être romancier malgré tout : il ne renoncera pas. Héros solitaire, victime­ expiatoire de ses « outrances » politiques, certes, mais aussi du manque d’autonomie du champ, Leclercq/Jacques utilise le vecteur privilégié de La Chronique pour « faire reluire » son infortune.

  • 63 Montaigle (Raoul de), « Le roman d’un géologue », dans La Chronique, 10 décembre 1873.
  • 64 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 3 mars 1874.
  • 65 Jacques [Émile Leclercq], « Notre littérature », 16 mars 1871.
  • 66 Voir aussi Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 23 octobre 1874.
  • 67 Jacques [Émile Leclercq], « Notre littérature », op. cit.

37À plusieurs reprises, il se plaint ainsi de sa mauvaise réputation (« grincheux63 » ; « sauvage64 ») qui nuit à sa carrière. Il dénonce l’état des lettres en Belgique, l’absence d’une véritable critique littéraire, l’indifférence des journalistes vis-à-vis des productions nationales… Leclercq est surtout prolixe lorsqu’il s’exprime sur son métier d’auteur et les « déboires65 » qu’il a lui-même endurés depuis qu’il écrit. De façon récurrente, il déplore les difficultés rencontrées pour se faire éditer66 (« Voilà la situation en Belgique : un écrivain qui désire publier une œuvre d’imagination quelconque ne trouve pas d’éditeur dans son pays67 »). Pour lui, le peu d’écrivains qui restent en Belgique « végètent » et sont « peu estimés » …

  • 68 Jacques [Émile Leclercq], « La littérature nationale », dans La Chronique, 27 juillet 1876.

38En 1876, dans une — touchante — lettre ouverte68 à une jeune auteure qui lui demandait des conseils, Jacques dresse le bilan très amer de sa carrière d’écrivain. Quoique « connu » (il a écrit 25 romans et est attaché à un journal « dont l’influence est énorme »), il peine à faire publier ses livres : « Je continue de travailler parce que cela m’amuse, et parce que j’aime le travail. Si ce n’était le plaisir platonique, il y a longtemps, bien longtemps que j’aurais envoyé la littérature à tous les diables ! » « À bout de sa ténacité », il avoue avoir honte pour son pays !

  • 69 Apparemment, il a mauvais caractère, comme le suggère avec délicatesse le rédacteur de La Chronique (...)

39Cette solitude assumée s’accompagne de conduites de ruptures : hormis les tensions avec De Coster, déjà évoquées, Leclercq se dispute69 — ce qui est risqué, car dans un champ sans beaucoup de possibles, cela ne peut que nuire à ses intérêts — avec Eugène Van Bemmel, et avec un ami épistolaire de longue date, l’écrivain Edmond Duranty, un de ses seuls contacts parisiens dans les années 1860.

  • 70 Charlier (Gustave), « Eugène Van Bemmel », dans Biographie nationale, Bruxelles, Bruylant, 1936–193 (...)
  • 71 Il n’est pas impossible que Leclercq lui doive son accès au fonctionnariat.
  • 72 Lettre autographe signée d’Émile Leclercq à J.F. Navez, [1848 ?], 250/336, Bibliothèque royale de B (...)

40Leclercq se brouille en effet avec Eugène Van Bemmel, directeur de la Revue trimestrielle (qui peut compter sur la très régulière participation de notre auteur) et figure intellectuelle dominante dans le champ intellectuel belge70, qui a peut-être endossé à son égard un rôle de protecteur71, perpétuant le rôle du peintre Navez, père de substitution pour Leclercq pendant ses années de formation72.

  • 73 Van Bemmel (Eugène), Souvenirs aut. en un cahier, 1827–1879, Archives et Musée de la littérature.

41Le journal d’Eugène Van Bemmel73 livre un témoignage passionnant sur la vie d’un homme de lettres de l’époque et sur certaines formes de sociabilité, celui-ci notant avec précision les grands et les petits événements de sa carrière (emplois, gains, commandes, récompenses…) et de sa vie mondaine (y compris les décès et les mariages), laissant transparaître en filigrane quel était le réseau amical et intellectuel (les deux se confondant) de ce libéral modéré. À travers ce document, nous pouvons appréhender l’évolution de ses relations avec Émile Leclercq.

  • 74 21 août 1861.
  • 75 3 avril 1863.
  • 76 « Je pars pour Spa avec mes enfants, Leclercq qui était venu passer deux jours à Bruxelles, Dulieu (...)
  • 77 Il s’agit probablement de Félicie-Émilie Cousin, décédée en 1864. Voir Charlier (Gustave), « Eugène (...)

42À partir de 1861, Van Bemmel mentionne assez régulièrement le nom de Leclercq, avec qui il visite des expositions74, part en excursion75. Il lui rend visite pendant son exil spadois76. Dans les années 1860, Leclercq fait probablement partie du cercle des intimes de l’auteur de Dom Placide : en 1863, il peint le portrait de « Lyce77 », sans doute première femme d’Eugène Van Bemmel. En 1865, Leclercq accompagne son ami à l’enterrement d’une de ses proches… Cette amitié lui ouvre peut-être aussi de nouveaux horizons : lors d’un dîner, il est mis en présence de Blanqui et de Watteau, célèbres proscrits français. Mais le 5 novembre 1873, c’est la rupture : « Brouille définitive avec Émile Leclercq après plusieurs froissements », écrit Van Bemmel. Le nom d’Émile Leclercq disparaît du Journal, ce qui scelle probablement le caractère irrévocable de cette querelle.

  • 78 Sur Charles Potvin (1818–1902), voir surtout De Spiegeleer (Christoph), Een blauwe progressist. Cha (...)
  • 79 Lettre d’E. Leclercq à Charles Potvin, 22 décembre 1863, Correspondance Wiertz, Archives de l’Acadé (...)

43Ses relations avec Charles Potvin78, autre intellectuel dominant de l’époque, ami d’Eugène Van Bemmel et directeur de la Revue de Belgique, nous sont moins connues, mais une lettre datée de 1863 montre qu’elles étaient plus que probablement plus distantes (ou distendues)79, même si, politiquement, Leclercq et Potvin sont très proches par leurs idées et fréquentent le même réseau (le libéralisme radical, la Libre pensée, la Ligue de l’enseignement…).

  • 80 Crouzet (Marcel), Un Méconnu du réalisme : Duranty (1833–1880), op. cit., p. 77. Cette correspondan (...)

44En 1867, Leclercq a aussi mis fin à une longue amitié (d’abord essentiellement épistolaire) de près de dix ans avec l’écrivain réaliste Edmond Duranty (1833– 1880), un des fondateurs du courant réaliste en France, avec lequel il avait entretenu une correspondance suivie depuis au moins 185780 (initiée par un article d’Émile Leclercq dans Uylenspiegel sur le journal Réalisme de Duranty). Il se pourrait qu’ils aient bénéficié aussi de l’entremise du critique d’art et proscrit français Thoré-Burger (1807–1869), dont Leclercq semble avoir été proche à un moment de son séjour à Bruxelles, et qui faisait régulièrement l’aller-retour entre les deux capitales.

  • 81 Voir par exemple ibidem, p. 176 : Leclercq, dans un feuilleton de l’Observateur belge (27 juin 1862 (...)
  • 82 Ibidem, p. 185.
  • 83 Ibidem.
  • 84 Ibidem, p. 186, 189 et 191.

45Exemplaires d’une relation où un auteur belge apporte son appui à un écrivain français81, les lettres de Leclercq sont un soutien pour Duranty qui aborde en 1862 la période « la plus tragique de toute son existence82 ». « De Bruxelles, Leclercq s’étonne de la situation dans laquelle se trouve son ami — qu’il n’a pas encore rencontré —, il s’en inquiète, multiplie conseils et encouragements83. » Ces conseils, dont Leclercq est naturellement prodigue, paraissent souvent inappropriés (ils ne sont pas souvent suivis d’effet !), et touchent à toutes les entreprises — malheureuses — de Duranty, mais aussi parfois au texte même de ses romans84.

46Cette amitié ne résistera pas cependant aux tensions internationales franco-belges, car la dernière lettre supposée de Leclercq à l’auteur du Malheur d’Henriette Gérard prend prétexte d’une menace d’invasion, à laquelle notre romancier réagit avec fougue (c’est le moins qu’on puisse dire…) :

  • 85 Ibidem, p. 243.

Si vous entriez en Belgique, nous nous défendrions tant bien que mal. Moi-même probablement, ma rage, ou plutôt mon indignation me pousseraient aux frontières ; et je vous tirerais dessus, malgré notre vieille amitié85.

  • 86 En 1867 et en 1870 (pour la période 1847–1880). Voir Beaux-Arts. Arrêtés, n°33 et n°36, Archives gé (...)
  • 87 Sur l’aide aux lettres, pendant cette période, voir, par exemple, Aron (Paul) et Michaux (Marianne) (...)
  • 88 Michaux (Marianne), « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850–1880) », dans Klinken (...)

47Ces conduites de rupture peuvent être aussi mises en parallèle avec son retrait de certaines institutions de la vie littéraire : Leclercq ne perçoit qu’exceptionnellement une aide de l’État (sous la forme d’ « encouragements littéraires86 »), contrairement à beaucoup d’hommes de lettres qui lui sont contemporains87. Il est vrai qu’il avait toujours critiqué tout interventionnisme des autorités publiques, prônant la participation des artistes à toutes les décisions qui les concernent88. Cette posture a-t-elle une incidence réelle sur sa « carrière » ? Leclercq, à la base déjà marginalisé, est exclu du seul maigre circuit de consécration littéraire, les prix quinquennaux de littérature. Il ne figurera — bien sûr — jamais au rang des lauréats.

  • 89 Sur ce cercle, voir par exemple De Bodt (Saskia), « Le labyrinthe bruxellois des sociétés d’artiste (...)
  • 90 Michaux (Marianne), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850–1880), op. (...)

48Quant à sa participation aux activités du Cercle artistique et littéraire de Bruxelles89, instance incontournable de la vie artistique à Bruxelles, elle est aussi caractérisée par une certaine forme d’isolement, Leclercq adoptant constamment à l’intérieur même du Cercle un rôle de membre très critique90.

49Ainsi notre romancier apparaît-il rétrospectivement comme le héros du « non-champ » littéraire sur le mode du « S’il n’en reste qu’un… ». Il se perçoit cependant comme un véritable écrivain, dont il adopte (voire imite) tous les comportements et défend les prises de position, faisant résolument « comme si ». On pourrait dire qu’il invente une posture bien particulière, celle de l’écrivain avant le champ, posture héroïque… et forcément malheureuse.

  • 91 Lemonnier (Camille), « Les rateurs de train », dans Journal des Beaux-arts et de la littérature, 28 (...)

50Camille Lemonnier pense-t-il à Leclercq lorsqu’en 1877, il fustige, lui aussi avec beaucoup d’intransigeance, les « rateurs de train », désignant par là ceux (plus particulièrement des peintres) qui ont attendu le succès toute leur vie, sans jamais le connaître (« C’est la grande phalange des incompris ; c’est la bohême noire, sinistre sans jeunesse, en cheveux gris91 ») ? Aigris, ces rateurs de train « s’incorporent alors dans le groupe des ennemis de la société » et « font bon marché de distinctions qui leur échapperont toujours » car « La Vie de Bohême de ce pauvre Mürger et l’outrecuidance de Courbet ont gangrené ces malheureux ».

51Cette image malheureuse n’est donc pas de la seule responsabilité de Leclercq : elle est aussi co-construite par d’autres acteurs du champ. Parmi eux, les Jeune Belgique.

Leclercq et la Jeune Belgique

  • 92 [Anonyme], « Chronique littéraire », dans La Jeune Belgique, 1881–1882, t. 1. p. 301.
  • 93 [Anonyme], « Les scrupules de Bernus », dans L’Art moderne, 2e année, n°16, 16 avril 1882, p. 124.

52Si, de prime abord, la Jeune Belgique réserve un accueil favorable92 à l’essai d’Émile Leclercq, L’art est rationnel, malgré le caractère anti-naturaliste de certaines des positions de l’auteur, L’Art moderne se montre, à la même époque, beaucoup plus réservé quant à ses productions, que ce soit à propos d’un roman, Les Scrupules de Bernus93 ou à propos du même essai :

  • 94 [Anonyme], « L’art est rationnel », dans L’Art moderne, 2e année, n°44, 20 octobre 1882, p. 347.

Ainsi, c’est très froidement que nous apprenons par M. Émile Leclercq que l’art est rationnel. Cet apophtegme bourru qu’il développe en 800 pages d’un style compact, a même à nos yeux quelque chose d’inquiétant. N’y a-t-il donc plus rien en ce monde qui ne soit à l’abri des morsures de la raison ? […] Hélas, hélas, la marée du pédantisme, qui infecte la fin de ce siècle, monte, monte sans cesse et bientôt l’on ne pourra plus rire, aimer, jouir sans dire pourquoi, sans devoir en rendre compte au maître d’école94.

53Dans ce contexte, le banquet Lemonnier est, en 1883, l’événement qui va cristalliser une première étape dans la relégation de Leclercq : il n’est pas invité à prendre part aux festivités, non plus que Charles Potvin, déjà tête de Turc des Jeune Belgique, ni Eugène Van Bemmel. Et si la presse est représentée — en ce compris La Chronique (en la personne de son directeur, Victor Hallaux, et de deux autres collaborateurs du journal) — la Revue de Belgique n’a pas été sollicitée.

  • 95 [Anonyme], « Le banquet Lemonnier. 27 mai 1883 », dans La Jeune Belgique, 1882–1883, t. 2, p. 249–2 (...)

54Seule figure de romancier réaliste, somme toute plus consensuelle, Émile Greyson siègera en compagnie de Karl Grün (en tant que président du Caveau verviétois, une société d’éducation populaire) aux côtés des hommes du jour, qui mettent à l’honneur Camille Lemonnier, sous les figures tutélaires d’Octave Pirmez — qui vient de mourir et dont la place vide est signalée par un bouquet de roses blanches — et de Charles De Coster, mort lui aussi quelques années auparavant95.

  • 96 Leclercq (Émile), « Le premier feu », dans Revue de Belgique, t. 49, 1885, p. 125–138.
  • 97 Leclercq (Émile), « Mémento », dans La Jeune Belgique, t. 4, 1884–1885, p. 230–231.

55Peu de temps après, les dispositions des rédacteurs de la revue envers Leclercq se sont durcies : au simple dédain succède l’attaque frontale. Dans un article intitulé « Mémento », il est férocement éreinté par ses anciens laudateurs. Ce qui a provoqué ce déchaînement est un article intitulé « Le premier feu » paru dans la Revue de Belgique96. Que lui reproche la Jeune Belgique (l’article97 n’est pas signé) ? « Peintre et gendelettre échoué dans le rond-de-cuir », Leclercq est accusé d’agir par dépit « de n’être plus jeune » ; on l’accuse de s’être rangé, de n’être qu’un fonctionnaire « rassis » et d’incarner « la protestation de la bureaucratie routinière contre le mouvement ». « Vétéran de l’art poncif », il fait autorité « dans le genre endormant ».

56Quant à ses romans, qualifiés d’ « élucubrations », ils sont ennuyeux et mal écrits : « Personne, depuis feu M. Hymans, n’écrit le Belgeoie comme lui », conclut le rédacteur avant de s’en prendre au peintre réaliste : « Mais si étonnant que soit le plumitif chez M. Leclercq, l’illusoire et fantasmatique peinture que cet actuel inspecteur des Beaux-Arts fabriquait aux alentours de 1860, avait de bien plus particulières significations encore. » Sollicité par la « peinturlure », le libre-penseur Leclercq est accusé d’avoir commis des tableaux religieux « qui allèrent orner les sacristies de campagne au loin ».

57Soit vieux, bourgeois, rangé, « ex-intransigeant », fonctionnaire, peintre raté, romancier ennuyeux, mauvais écrivain (ne maîtrisant pas sa langue)… Auquel s’ajoute le « maître d’école » de l’Art moderne : rien n’est épargné à Leclercq par ses détracteurs dont les critiques le réduisent à ce qu’il avait peut-être toujours voulu fuir : ses origines sociales, modestes (son père était instituteur) et provinciales. Mais sont aussi fustigés son manque de capital culturel, son habitus petit-bourgeois, son ethos moralisateur et vertueux…

  • 98 Leclercq (Émile), « Mémento », dans La Jeune Belgique, t. 4, 1884–1885, p. 269–270.

58La réponse98 du malheureux romancier ne se fait pas attendre, montrant combien il est désarçonné par ces (basses ?) attaques. Dénonçant des « violences de langage » et le caractère injurieux de l’article, il s’étonne du tour trop personnel de ces attaques : « Si vous croyez que je remplis mes fonctions honnêtement, pourquoi vous occupez-vous, à propos d’un article où personne n’est mis en cause, de ma situation sociale d’hier et d’aujourd’hui. » Mais ce qui semble le plus l’avoir affecté, c’est la révélation du caractère religieux de ses premières œuvres et le fait d’être décrit comme un « ex-intransigeant »…

59Cette soudaine sidération d’un auteur jusque-là fort sûr de lui montre que Leclercq perd le contrôle de son image auctoriale. Mais que peut-il contre la mauvaise foi de ses détracteurs ? Lui qui a toujours défendu l’indépendance des artistes par rapport à l’État, le réalisme dans l’art, les droits des écrivains… se retrouve de facto rétrogradé à l’arrière-garde, celle qui organise des « concours de cantates », dont les porte-drapeaux vilipendés sont désormais Charles Potvin et Louis Hymans.

Une image auctoriale amplifiée par l’historiographie

60Ainsi, Leclercq devient-il le modèle de l’écrivain-fonctionnaire, du raté… Les Jeune Belgique qui confondent son métier réel et ses positions par rapport aux subsides artistiques (il est contre !) en font l’incarnation triste du petit-bourgeois médiocre. Cette image auctoriale sera ensuite confirmée par toute l’historiographie littéraire subséquente, ce qui contribuera largement à sa « malédiction » post-mortem.

  • 99 Provenzano (François), « Le discours historiographique n’est pas réaliste. Utilisations d’une étiqu (...)
  • 100 Ibidem, p. 85.

61François Provenzano a bien montré99 comment la génération postérieure à 1880 réalise une « mainmise institutionnelle » sur l’histoire des lettres belges, imposant la vision des Jeune Belgique, ardents défenseurs de l’art pour l’art, d’une littérature nationale autonome dont ils sont les fondateurs : « Cette hyper-visibilité de la génération immédiatement successive à celle de nos réalistes rend pratiquement impossible l’intégration de ces derniers dans le panorama historiographique », ajoute-t-il100.

  • 101 Ibidem, p. 87.

62Aussi, les historiens des lettres les plus connus vont n’avoir de cesse de gommer du paysage des lettres belges — ou de la stigmatiser — l’entreprise réaliste des années 1850–1880, à l’issue d’une série de manœuvres particulières : le simple déni (Nautet), la technique du contrepoint qui accorde une très grande visibilité à la génération des Jeune Belgique aux détriments de celles qui l’ont précédées (Charlier, par exemple), la dissolution du mouvement réaliste dans d’autres catégories historiographiques (sa « dénationalisation ») et, enfin, le fait de parler des auteurs réalistes « en leur conférant des stigmates particuliers101 ».

63Dans le cas particulier d’Émile Leclercq, ces stigmates sont récurrents et se répartissent grosso modo en trois catégories : le caractère politique de ses romans, étiquetés romans « à thèse », le manque de charme — voire la platitude — de son style ou l’ennui que dégagent ses œuvres, le caractère régional de ses fictions. Car, pourrait-on dire, Leclercq écrit mal.

  • 102 Vanwelkenhuyzen (Gustave), « Les prosateurs », dans Charlier (Gustave) et Hanse (Joseph), dir., His (...)
  • 103 Ibidem, p. 295.
  • 104 Ibidem.
  • 105 Ibidem.
  • 106 Ibidem.
  • 107 Charlier (Gustave), Le Roman réaliste en Belgique. Extraits et notices, op. cit., p. 27.
  • 108 Doutrepont (Georges), Histoire illustrée de la littérature française de Belgique. Précis méthodique(...)

64S’ils concèdent du bout des lèvres quelques mérites à notre auteur — comme Gustave Vanwelkenhuyzen102, qui lui reconnaît une « profonde et généreuse conviction »103 — la plupart des historiens des lettres belges n’ont de cesse de mettre leur lecteur en garde contre les « longues et trop fréquentes descriptions104 », les « détails superflus105 », l’absence de « souci de la nuance » et des « grâces du style106 ». « Ce peintre romancier n’a rien d’un artiste », déplore Gustave Charlier dans son étude sur le roman réaliste107. On l’accuse paradoxalement d’une grande « facilité108 ».

  • 109 Nautet (Francis), Histoire des lettres belges d’expression française, Bruxelles, Rozez, t. 1, 1893, (...)
  • 110 Ibidem.
  • 111 Doutrepont (Georges), op. cit., p. 147.

65Au moment d’aborder la question du roman de mœurs, Nautet reconnaît procéder à un « triage109 », dont Émile Leclercq ne sort pas vraiment gagnant : « Qui lirait aujourd’hui, même dans les régions inférieures [?], le Séraphin, Sœur Virginie de M. Émile Leclercq, tout entachés de tendances sociales, d’utilitarisme, de pédantisme et de petit esprit politique110. » (Le choix des œuvres citées — fortement anticléricales — n’est évidemment pas anodin.) Constatant l’abondance des romans à thèse chez les romanciers d’avant 1880, Georges Doutrepont souligne : « Beaucoup d’auteurs belges, qui pratiquèrent le roman d’histoire ou de mœurs, ont pris cette mauvaise direction111. » 

  • 112 Hanlet (Camille), Les Écrivains belges contemporains de langue française 1800–1946, Liège, Dessain, (...)
  • 113 « Il est peuple, on le sent bien, notait Camille Lemonnier, et il emprunte du peuple certains tours (...)

66Camille Hanlet s’inscrit dans la filiation de Nautet, affirmant « ses portraits de caractère glissent souvent dans la caricature et la charge, où les préoccupations politiques ne sont pas absentes ». Le style de Leclercq « n’est ni agréable ni alerte, il est sec, terne et même vulgaire112 ». Cette « vulgarité » supposée sera également condamnée par Camille Lemonnier113.

  • 114 Doutrepont (Georges), Histoire illustrée de la littérature française de Belgique. Précis méthodique (...)

67Enfin, Leclercq se retrouve assigné à la description des mœurs provinciales, assimilé par exemple par Doutrepont à un « romancier de mœurs wallonnes114 ».

  • 115 Nautet (Francis), op. cit., p. 99 et p. 138–139.
  • 116 Le mot « martyre » est d’ailleurs utilisé par Nautet (op. cit., p. 99) : « Charles De Coster allait (...)
  • 117 Voir par exemple Doutrepont (Georges), op. cit., p. 114.

68Parallèlement, sous la plume de Nautet115, Charles De Coster vient enrichir le martyrologe des génies méconnus116 (autre forme de malédiction) : après avoir constaté l’absence de pierre tombale au cimetière d’Ixelles, la disparition d’Ulenspiegel des librairies, et l’incurie de la bibliothèque nationale qui ne conserve pas ses œuvres complètes, Nautet, réécrivant l’histoire, déplore : « Ainsi est honoré, en son pays, la mémoire du premier écrivain-artiste belge qui, il y a vingt ans, lutta désespérément, seul, sans escorte et sans appui — contre tous. » Il prolonge ainsi l’entreprise hagiographique des Jeune Belgique au panthéon desquels figurent déjà Pirmez et Van Hasselt117.

Leclercq, victime de Jacques ?

69Leclercq est-il victime de Jacques ? Identifié à une position d’art social (ou même régional), la (les) posture(s) de Leclercq trahi(ssen)t une réalité davantage complexe : ses hésitations entre la volonté d’instaurer une rupture de type artiste et la volonté de mettre sa plume au service d’une cause sont à l’exacte mesure du champ littéraire non-autonome, dont les agents sont partagés entre des aspirations contradictoires. Mais s’exprimant abondamment dans des préfaces, des articles ou des essais, construisant un certain ethos accusateur et moralisateur, constitutif d’une posture qui l’isole et le marginalise, y compris sur le plan institutionnel, Leclercq construit une image d’intransigeance qui prête aux attaques.

70Dans ce cas précis, la malédiction est aussi une image construite a posteriori par l’historiographie, qui entraîne des conséquences regrettables : Leclercq (de même que beaucoup d’écrivains réalistes de sa génération) disparaît du paysage littéraire, avec les dommages collatéraux que l’on sait : ni sa correspondance ni ses tableaux ne sont conservés…

  • 118 Voir Roy (Philippe), Camille Lemonnier, maréchal des lettres. Biographie, Bruxelles, Éditions Samsa (...)

71Mais à quelque chose malheur est bon : l’auteur de Maison tranquille servira de modèle à Camille Lemonnier, qui reproduit ses postures jusqu’en 1883, en calquant exactement sa conduite sur la sienne. Il corrigera cependant les maladresses de notre auteur, mettant au service de ses ambitions littéraire un capital pécuniaire plus important et un véritable esprit d’entreprise118 — au sens économique du terme —, qui fait totalement défaut à Leclercq. Dans cette distance, outre un effet de génération, on peut lire un effet d’habitus.

Haut de page

Notes

1 Leclercq (Émile), « Avertissement », dans Charles de Groux, Bruxelles, Imprimerie de Vve Parent et fils, 1871, 33 p., p. II.

2 Auprès du peintre François Joseph Navez (1787–1869).

3 « Vous ne savez pas, Monsieur, que le pain n’est jamais abondant chez mon père… », écrit-il à son professeur en 1846 (Lettre autographe signée d’Émile Leclercq à F. J. Navez, 245/134 bis, Bibliothèque royale de Belgique).

4 Sur les jeunes années d’Émile Leclercq, voir Aron (Paul), « Émile Leclercq », dans Nouvelle Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des lettres, des sciences et des beaux-arts de Belgique, 1997, vol. 4, p. 242–245 et la correspondance à F.J. Navez, conservée à la Bibliothèque royale de Belgique.

5 Van den Dungen (Pierre), « L’Université libre au temps des Crocodiles », dans Draguet (Michel), dir., Rops-De Coster. Une jeunesse à l’Université libre de Bruxelles, Cahiers du Gram, 1996, p. 69.

6 Ces sociétés et leurs journaux sont à présent très bien connus grâce aux travaux, pour les plus récents, de Trousson (Raymond), Charles De Coster ou la vie est un songe, Bruxelles, Labor, 1990, p. 33–47 ou Van den Dungen (Pierre), « Une bohème bruxelloise », dans Brissette (Pascal) et Glinoër (Anthony), dir., Bohème sans frontière, Rennes, PU de Rennes, coll. Interférences, 2010, p. 265–277.

7 Fondé par Félicien Rops et Victor Hallaux en 1856.

8 Topos inscrit dans de nombreux romans de Leclercq, comme par exemple L’Avocat Richard. À ce sujet, voir Billen (Claire), « De L’Avocat Richard aux Scrupules de Bernus, le désenchantement bruxellois d’Émile Leclercq (1817–1907) », dans Aron (Paul) et Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n°47, Bruxelles. Une géographie littéraire, 2015, p. 69–81, url : http://textyles.revues.org/2630.

9 Elles sont conservées à la Bibliothèque royale.

10 Ses premières productions sont des poèmes romantiques…

11 Leclercq (Émile), « Aux Joyeux », dans L’Avocat Richard, Bruxelles et Leipzig, Auguste Schnée, 1858, t.1 et 2, 267 p., p. VII.

12 Sosset (Louis-Léon), Introduction à l’œuvre de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1937, p. 13.

13 Voir la dédicace d’Amours mortelles, Bruxelles, Weissenbruch, 1892.

14 Leclercq (Émile), Histoire de deux armurières, Bruxelles, Lacroix, 1864.

15 Voir Michaux (Marianne), « L’effacement de l’écrivain », dans Dozo (Björn-Olav) et Glinoër (Anthony), dir., Textyles, n°46, Figuration de la vie littéraire, 2015, p. 15–33, url : http://textyles.revues.org/2578.

16 Voir infra.

17 Voir Kunel (Maurice), « Correspondance de Félicien Rops et de l’écrivain belge Émile Leclercq », dans La Revue nationale, n°338, janvier 1962, p. 23–26.

18 Il est nommé contrôleur des Jeux de Spa en 1863 puis, à leur disparition, il entre en 1869 au ministère des Beaux-Arts où il poursuit sa carrière. En 1879, il est nommé inspecteur général des Beaux-Arts.

19 Roelants (Oscar), Étude sur la société libre des Beaux-Arts de Bruxelles, Bruxelles, Palais des Académies, 1935, p. 34.

20 Stark (David Ethan), Charles De Groux and social realism in Belgian painting 1848–1875, The Ohio State University, 1979, p. 273–274. Ces tableaux sont perdus.

21 Leclercq est mentionné dans le comité fondateur par L’Art libre, présenté comme l’organe de cette société, aux côtés d’Ernest Parent, collaborateur d’Uylenspiegel. Voir Charlier (Gustave), Le Roman réaliste en Belgique. Extraits et notices, Bruxelles, Office de publicité, 1944, p. 14–15.

22 Billen (Claire), « De L’Avocat Richard aux Scrupules de Bernus, le désenchantement bruxellois d’Émile Leclercq (1817–1907) », op. cit.

23 Voir « À Victor Van Hove, peintre et statutaire », dans Leclercq (Émile), Les Déshérités. Albert Mauvais, Bruxelles, Lebègue, 1858.

24 Jacques [Émile Leclercq], « L’exposition du Cercle », dans Chronique, 14 décembre 1873.

25 Leclercq (Émile), L’art est rationnel. Architecture, Sculpture, Peinture, Littérature, Bruxelles, A.-N. Lebègue, 1882.

26 Sur cette radicalisation, voir aussi Michaux (Marianne), « Les libéraux belges dans l’opposition (1870–1878) », dans COnTEXTES, n°16, 2015, url : http://contextes.revues.org/6113; DOI : 10.4000/contextes.6113.

27 Sur le courant du libéralisme progressiste et ses liens avec le courant littéraire réaliste voir Michaux (Marianne), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel, Université libre de Bruxelles, 1997–1998, t. 2, p. 167–246.

28 Hélas — effet de la malédiction ? —, son nom n’apparaît pas dans l’étude pourtant très documentée de Van den Dungen (Pierre), Milieux de presse et journalistes en Belgique (1828–1914), Bruxelles, Académie royale de Belgique, Classe des Lettres, 2005.

29 Michaux (Marianne), « Les libéraux belges dans l’opposition (1870–1878) », op. cit., p. 28.

30 À ce sujet, voir Van den Dungen (Pierre), « La professionnalisation des journalistes belges francophones au xixe siècle », dans Revue belge de philologie et d’histoire, tome 79, fasc. 2, 2001, Histoire médievale, moderne et contemporaine – Middeleeuwse, moderne en hedendaagse geschiedenis, p. 632–634.

31 Ibidem, p. 633.

32 Sur le Libre-Examen (1864–1868), journal rationaliste fondé en 1864 par Eugène Van Bemmel, voir par exemple Defosse (Pol), Dufays (Jean-Michel) et Goldberg (Martine), dir., Dictionnaire historique de la laïcité en Belgique, Bruxelles, Fondation rationaliste, Éditions Luc Pire, 2005, p. 188.

33 Pseudonyme dont il use à partir de décembre 1869.

34 Sur La Chronique, voir Wgeuw (G.), La Chronique 1868–1873. Un journal libéral radical bruxellois, Mémoire de licence, Université catholique de Louvain, 1967 ; Van den Dungen (Pierre), Milieux de presse et journalistes en Belgique (1828–1914), op. cit., p. 101–106.

35 Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Les Presses de l’Université de Montréal, 2005, p. 359.

36 Notre dépouillement s’arrête en 1880.

37 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 30 octobre 1870.

38 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 29 juin 1872.

39 Sur ces notions et les rapports entre ethos, posture et image d’auteur, voir Maingueneau (Dominique), « Le recours à l’ethos dans l’analyse du discours littéraire », dans Fabula/Les colloques, Postures d’auteurs : du Moyen-Âge à la modernité, URL : http://www.fabula.org/colloques/documents2424.php, et Meizoz (Jérôme), « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », dans Argumentation et analyse du discours, n°3, 2009, URL : http://aad.revues.org/667.

40 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 4 janvier 1874.

41 Leclercq (Émile), « Menus propos sur la politique contemporaine », dans Libre Examen, n°21, 20 juillet 1866.

42 E.L. [Émile Leclercq], « Le sens moral », dans Libre Examen, n°35, 10 décembre 1965.

43 Leclercq (Émile), « Menus propos sur la politique contemporaine », dans Libre Examen, n°20, 10 juillet 66.

44 Ibidem, n°21, 20 juillet 1866.

45 Leclercq Émile), « L’antagonisme religieux dans la famille », dans Libre Examen, n°2, 10 janvier 1866.

46 E.L. [Émile Leclercq], « Les physionomies cléricales », dans Libre Examen, 20 mars 1866.

47 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 7 décembre 1869.

48 Jaques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 22 septembre 1870.

49 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 20 juin 1871.

50 Bartier (John), « La Commune de 1871 et l’opinion belge », dans Libéralisme et socialisme au xixe siècle : études rassemblées et publiées par Guy Cambier/John Bartier, Bruxelles, Éditions de l’ULB, 1981, p. 365–382, particulièrement p. 372 et Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 25 mai 1871.

51 E. le Hiboux [Émile Leclercq], « Exposition des Beaux-Arts », dans La Chronique, 27 septembre 1869.

52 Leclercq (Émile), « Menus propos sur la politique contemporaine », dans Libre Examen, n°21, 20 juillet 1866.

53 Leclercq (Émile), L’art est rationnel, op. cit.

54 Ibidem, p. 239.

55 Ibidem, p. 284–285.

56 Leclercq (Émile), « À Nestor Considérant », dans Constance, Bruxelles, Lebègue, 1859, 263 p., p. 3–4.

57 Leclercq (Émile), « Avertissement » dans Mœurs villageoises : Séraphin, Bruxelles et Leipzig, Schnée, 1860, 295 p., p. 7–14.

58 Leclercq (Émile), « Avertissement » dans Maison tranquille, Bruxelles, F. Claassen, 1872, p. I–VIII.

59 Leclercq (Émile), « À Jean Robie. Peintre », dans Une fille du peuple, Paris, Auguste Ghio, 1874, t. 1, p. 5–7.

60 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), dir., Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830–2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, 17–56, p. 44–46.

61 De Coster (Charles), « Le grand cœur », dans Revue trimestrielle, n°32, 1861, p. 238–242.

62 Cité par Crouzet (Marcel), Un méconnu du réalisme : Duranty (1833–1880), Paris, Nizet, 1964, p. 186, n. 87.

63 Montaigle (Raoul de), « Le roman d’un géologue », dans La Chronique, 10 décembre 1873.

64 Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 3 mars 1874.

65 Jacques [Émile Leclercq], « Notre littérature », 16 mars 1871.

66 Voir aussi Jacques [Émile Leclercq], « Causerie », dans La Chronique, 23 octobre 1874.

67 Jacques [Émile Leclercq], « Notre littérature », op. cit.

68 Jacques [Émile Leclercq], « La littérature nationale », dans La Chronique, 27 juillet 1876.

69 Apparemment, il a mauvais caractère, comme le suggère avec délicatesse le rédacteur de La Chronique à l’occasion de son décès… Voir « Émile Leclercq », dans La Chronique, 17 août 1907.

70 Charlier (Gustave), « Eugène Van Bemmel », dans Biographie nationale, Bruxelles, Bruylant, 1936–1938, t. 26, p. 163–173.

71 Il n’est pas impossible que Leclercq lui doive son accès au fonctionnariat.

72 Lettre autographe signée d’Émile Leclercq à J.F. Navez, [1848 ?], 250/336, Bibliothèque royale de Belgique.

73 Van Bemmel (Eugène), Souvenirs aut. en un cahier, 1827–1879, Archives et Musée de la littérature.

74 21 août 1861.

75 3 avril 1863.

76 « Je pars pour Spa avec mes enfants, Leclercq qui était venu passer deux jours à Bruxelles, Dulieu et sa fille. »

77 Il s’agit probablement de Félicie-Émilie Cousin, décédée en 1864. Voir Charlier (Gustave), « Eugène Van Bemmel », op. cit., p. 167.

78 Sur Charles Potvin (1818–1902), voir surtout De Spiegeleer (Christoph), Een blauwe progressist. Charles Potvin (1818–1902) en het liberaal-sociale denken van zijn generatie, Bruxelles, ASP, Gent, Liberaal Archief, 2011.

79 Lettre d’E. Leclercq à Charles Potvin, 22 décembre 1863, Correspondance Wiertz, Archives de l’Académie royale, no 15438.

80 Crouzet (Marcel), Un Méconnu du réalisme : Duranty (1833–1880), op. cit., p. 77. Cette correspondance nous est connue que par le livre de Marcel Crouzet. Tous les extraits cités ici le sont par cet auteur.

81 Voir par exemple ibidem, p. 176 : Leclercq, dans un feuilleton de l’Observateur belge (27 juin 1862) fait l’éloge de « La Cause du beau Guillaume » pour aider Duranty à conquérir le public belge, alors que le livre ne se vend pas à Paris.

82 Ibidem, p. 185.

83 Ibidem.

84 Ibidem, p. 186, 189 et 191.

85 Ibidem, p. 243.

86 En 1867 et en 1870 (pour la période 1847–1880). Voir Beaux-Arts. Arrêtés, n°33 et n°36, Archives générales du Royaume.

87 Sur l’aide aux lettres, pendant cette période, voir, par exemple, Aron (Paul) et Michaux (Marianne), « L’aide aux Lettres, de la fondation de la Belgique à celle de l’Académie », dans Kurgan-Van Hentenryk (Ginette) et Montens (Valérie), dir., L’argent des arts : la politique artistique des pouvoirs public en Belgique de 1830 à 1840, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2001, p. 131–148.

88 Michaux (Marianne), « Le premier système d’aide aux lettres en Belgique (1850–1880) », dans Klinkenberg (Jean-Marie), dir., Textyles, n°15, 1999, p. 112–122, URL : http://textyles.revues.org/1102.

89 Sur ce cercle, voir par exemple De Bodt (Saskia), « Le labyrinthe bruxellois des sociétés d’artistes », dans Bruxelles, colonie d’artistes. Peintres hollandais 1850–1890, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1995, p. 68–107.

90 Michaux (Marianne), Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850–1880), op. cit., t. 2, p. 298–300.

91 Lemonnier (Camille), « Les rateurs de train », dans Journal des Beaux-arts et de la littérature, 28 février 1877, p. 27.

92 [Anonyme], « Chronique littéraire », dans La Jeune Belgique, 1881–1882, t. 1. p. 301.

93 [Anonyme], « Les scrupules de Bernus », dans L’Art moderne, 2e année, n°16, 16 avril 1882, p. 124.

94 [Anonyme], « L’art est rationnel », dans L’Art moderne, 2e année, n°44, 20 octobre 1882, p. 347.

95 [Anonyme], « Le banquet Lemonnier. 27 mai 1883 », dans La Jeune Belgique, 1882–1883, t. 2, p. 249–270.

96 Leclercq (Émile), « Le premier feu », dans Revue de Belgique, t. 49, 1885, p. 125–138.

97 Leclercq (Émile), « Mémento », dans La Jeune Belgique, t. 4, 1884–1885, p. 230–231.

98 Leclercq (Émile), « Mémento », dans La Jeune Belgique, t. 4, 1884–1885, p. 269–270.

99 Provenzano (François), « Le discours historiographique n’est pas réaliste. Utilisations d’une étiquette par les histoires de la littérature en France et en Belgique », dans Hubert (Roland) et Fabry (Geneviève), dir., Les Frontières du réalisme dans la littérature narrative du xxe siècle. Actes du colloque international (Louvain-La-Neuve, 1–3 décembre 2004), p. 79–91.

100 Ibidem, p. 85.

101 Ibidem, p. 87.

102 Vanwelkenhuyzen (Gustave), « Les prosateurs », dans Charlier (Gustave) et Hanse (Joseph), dir., Histoire illustrée des Lettres françaises de Belgique, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1958, ch. III, p. 294–295.

103 Ibidem, p. 295.

104 Ibidem.

105 Ibidem.

106 Ibidem.

107 Charlier (Gustave), Le Roman réaliste en Belgique. Extraits et notices, op. cit., p. 27.

108 Doutrepont (Georges), Histoire illustrée de la littérature française de Belgique. Précis méthodique, Bruxelles, Marcel Didier, 1939, 400 p., p. 145 et Vanwelkenhuyzen (Gustave), op. cit., p. 294.

109 Nautet (Francis), Histoire des lettres belges d’expression française, Bruxelles, Rozez, t. 1, 1893, p. 98.

110 Ibidem.

111 Doutrepont (Georges), op. cit., p. 147.

112 Hanlet (Camille), Les Écrivains belges contemporains de langue française 1800–1946, Liège, Dessain, 1946, t. 1, p. 45.

113 « Il est peuple, on le sent bien, notait Camille Lemonnier, et il emprunte du peuple certains tours, des locutions, une manière brutale d’exprimer des choses réelles », cité par Charlier (Gustave), Le Roman réaliste en Belgique. Extraits et notices, op. cit., p. 27.

114 Doutrepont (Georges), Histoire illustrée de la littérature française de Belgique. Précis méthodique, op. cit., p. 145.

115 Nautet (Francis), op. cit., p. 99 et p. 138–139.

116 Le mot « martyre » est d’ailleurs utilisé par Nautet (op. cit., p. 99) : « Charles De Coster allait racheter toute l’iniquité littéraire précédente par ses œuvres et le martyre littéraire qu’il endura. ».

117 Voir par exemple Doutrepont (Georges), op. cit., p. 114.

118 Voir Roy (Philippe), Camille Lemonnier, maréchal des lettres. Biographie, Bruxelles, Éditions Samsa, Académie de langue et de littérature française, coll. Histoire littéraire, 2013, passim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Michaux, « Émile Leclercq (1827-1907) », Textyles, 53 | 2018, 25-42.

Référence électronique

Marianne Michaux, « Émile Leclercq (1827-1907) », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2871 ; DOI : 10.4000/textyles.2871

Haut de page

Auteur

Marianne Michaux

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals