Navigation – Plan du site
Malédictions littéraires

MM le maudit

Marcel Moreau, Monstre Maudit
Corentin Lahouste
p. 89-103

Notes de l’auteur

Les recherches sous-jacentes à ces résultats ont reçu un financement de la Politique scientifique fédérale belge dans le cadre du programme Pôles d’attraction interuniversitaires (BELSPO IAP 7/0I).

Texte intégral

  • 1 Moreau (Marcel), Mandelbaum (Arié et Stéphane), Opéra gouffre ou S.M. assassiné, Bruxelles, La Pier (...)

Je m’exclus du Jour, j’embrasse les Ténèbres : je suis au bal où dansent les maudits1.

  • 2 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante. Oscillations, Paris, Éditions de la Différence, 1992, p. (...)

Un jour, je rencontrai par hasard l’un des plus puissants éditeurs actuels qui me lança : « Vous êtes un écrivain maudit. » Pour conjurer la malédiction, je lui envoyai un manuscrit. Il le refusa, tenant à honneur sans doute de confirmer ce qu’il m’avait dit. À sa lettre, rédigée de sa propre main, il joignait pourtant un rapport de lecture favorable… « Publier ce livre, malgré tout ». À n’y rien comprendre2.

  • 3 Van Rossom (Christophe), Marcel Moreau. L’insoumission et l’ivresse, Bruxelles, Éditions Luce Wilqu (...)
  • 4 Ibidem, p. 23. Dans Le Charme et l’Épouvante, Moreau parle même d’« exécration » (p. 132) de la par (...)
  • 5 Ce que contredit peu à peu (depuis une dizaine d’années) les rééditions de ses œuvres dans les coll (...)
  • 6 Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, Boussu, ASBL Grand-Hornu-Images, 1984, p. 61.
  • 7 Ibidem, p. 14.

1De cette anecdote relatée dans Le Charme et l’Épouvante, ressort toute l’ambigüité de la malédiction qui peut être rattachée à l’écrivain Marcel Moreau. Bien qu’il ait connu un certain succès et un accueil critique des plus favorables pour ses premiers romans — surtout Quintes, cité pour le Goncourt et retenu dans la sélection du Renaudot en 1963 — et qu’il ait été publié de manière continue auprès d’éditeurs parisiens (Christian Bourgois, Gallimard, Buchet-Chastel, Éditions de La Différence, Lettres Vives, Denoël), son œuvre a plus ou moins sombré dans l’indifférence du public et de la critique. Selon Christophe Van Rossom qui présente Moreau comme un « prosateur exceptionnel [mais] encore méconnu »3, elle a été déclassée, à la suite notamment de la naturalisation française de l’écrivain (1974) qui « lui vaudra pour longtemps l’ire d’une certaine nomenklatura littéraire belge4 ». Moreau n’a dès lors cessé de voir son œuvre comme une œuvre bâtarde, négligée, indistinguée5. Ainsi, dans un auto-commentaire aussi lucide qu’empreint de modestie, il affirme : « Cet auteur n’est pas aimé du Pouvoir littéraire. On le loue peu, il se vend mal6. » Marc Quaghebeur note pour sa part qu’« il ne s’est pas facilité les chemins de la réception. Qu’il s’agisse de son pays d’origine ou de sa terre d’adoption, le breuvage, souvent, fut amer7 ».

  • 8 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, (...)

2Le motif de la persécution, qui constitue — avec la pauvreté et la mélancolie — un des trois topiques séculaires rattachés à la figure de l’écrivain maudit8, a ainsi été rapidement investi par Moreau.

  • 9 Moreau (Marcel), L’Ivre Livre, Paris, Christian Bourgois, 1973, p. 151.

Il semble bien que dans ce pays [la Belgique] on ne puisse s’élever à l’écriture non seulement littéraire mais aussi politique et mentale en place. Qu’on ne puisse s’y réaliser que par une négation sans mesure de la pesanteur officielle. La Belgique est une école de stoïcisme si l’on considère la somme d’obstacles qu’il s’agit de renverser avant de toucher un jour à une parcelle de la solitude illuminée de l’artiste9.

3C’est un jeu avec et autour de la malédiction et de la persécution qu’il met alors en place. Pour exemple, il suffit de penser à l’incipit de son deuxième roman, Bannière de bave, qui consiste en une critique littéraire controuvée qui préempterait (mais par le même coup désamorce) une éventuelle réception négative de son livre :

  • 10 Moreau (Marcel), Bannière de bave, Paris, Gallimard, 1966, p. 7 et 8.

Nous le disons d’emblée, le livre que M. MM vient de publier est un échec.
[…] Le mal ne serait pas grand si l’auteur ne s’acharnait avec hargne à nous emprisonner dans son univers de meurtre et de folie. […] De plus, l’auteur de Bannière de bave manque manifestement de rigueur, son œuvre est confuse, sanguinolente et indigeste, elle est pleine de redites10.

  • 11 Titre de l’unique chanson dont il dit se souvenir au sujet de son enfance/adolescence, ainsi qu’on (...)
  • 12 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, Paris, Buchet/Chastel, 1989, p. 83. Il convient toutefois de n (...)
  • 13 Voir p. 39–40 de Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, op. cit.
  • 14 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 162. Il dit abhorrer le clinquant et le tap (...)
  • 15 Ibidem, p. 82.
  • 16 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, Paris, Buchet/Chastel, 1966, p. 26. Dans le même roman (...)

4En amoindrissant son œuvre, il se veut, dès le départ, damné, exclu, vilipendé. Alimentant sa mauvaise réputation11 et s’emparant (se parant) du mot « maudit », il se revendique écrivain « immondain12 », disant ne pas chercher le succès13 et haïr la frivolité14. Dans cette lignée, il soutient, dans Le Charme et l’Épouvante, une sentence — au double sens du terme — péremptoire : « Je ne pouvais aspirer aux honneurs15 », qui vient compléter une tirade présente dans La Terre infestée d’hommes (son troisième roman) : « Le plus indécorable des citoyens, c’est moi16 »

  • 17 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 161.
  • 18 Le terme est ici compris à la suite des réflexions et travaux de Jérôme Meizoz. Voir notamment : Me (...)
  • 19 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, op. cit., p. 152.
  • 20 De Jonghe (Matthias), « “Jouer son propre rôle”. Michel Houellebecq dans L’enlèvement de Michel Hou (...)
  • 21 Oster (Daniel), Passages de Zénon. Essai sur l’espace et les croyances littéraires, Paris, Seuil, c (...)

5Il va dès lors s’agir d’analyser la manière dont, à l’instar d’Eugène Savitzkaya ou de William Cliff, Moreau va, depuis la marginalisation qu’il a connue, construire, renforcer et finalement revendiquer une identité d’écrivain maudit : « M’étant marginalisé moi-même, je ne pouvais attendre du pouvoir littéraire ses faveurs, donc ma légitimité17. » Nous étudierons ainsi la manière dont l’auteur belge a textuellement façonné cette posture18 d’« intrus des lettres19 », à la fois subie et endossée, à travers une pluralité de figurations réticulaires — intriquées les unes dans les autres et rimant donc entre elles —, dont le motif du monstre, extrêmement prégnant dans son œuvre, en constituerait le principe structurant, à la fois germinatif et terminal, c’est-à-dire duquel découlent les figurations autant qu’il les parachève. Il s’agira donc, en s’appuyant sur un matériel citationnel abondant, de mettre en lumière différentes représentations identitaires que Moreau s’est forgées au fil de son œuvre qui est nourrie par un auto-discours appuyé, et de saisir, par là-même, la logique de son auto-perception sans cesse renégociée autour de la figure fantasmée du monstre. Nous verrons donc comment cette dernière forme sa persona littéraire, ce masque de comédien qui, comme le note Matthias De Jonghe, « se confond avec [l]a face publique [de l’écrivain], et dont le modelage dépend pour une part non négligeable de l’ensemble des médiateurs qui assurent la cohésion du champ littéraire — médias, bien sûr, mais aussi lecteurs, éditeurs, universitaires, etc.20 ». Autrement dit, nous nous engagerons dans les écrits de Moreau, au cœur de son langage, afin de mettre en lumière les différentes facettes de ce que Daniel Oster nomme la « statue » de l’écrivain, c’est-à-dire cette « figuration de soi [mais de papier] travaillée par l’imaginaire dont il entend faire son statut véritable21 ».

Prolétaire

  • 22 Voir notamment Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein. De la danse du sens des mots dans (...)
  • 23 Voir Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 318.
  • 24 Voir Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 137 et 200.
  • 25 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 214.

6Le premier élément qui va permettre à Moreau de construire une identité posturale maudite est son origine prolétarienne, qu’il évoque à de nombreuses reprises dans ses textes22. Elle renvoie à un autre des trois topiques séculaires liés à la figure de l’écrivain maudit : la pauvreté. Celle-ci est vécue comme une blessure23, à la suite de quoi l’écrivain, originaire de Boussu, affirme dès lors s’être toujours senti illégitime, « pas à sa place », au sein du monde littéraire belgo-français, dont par ailleurs il dénonce et brocarde le snobisme et l’entregent, l’artificialité et le mercantilisme24. Aussi, dans la courte notice biographique qui apparait au début de La Pensée mongole et qui a vraisemblablement été rédigée de sa main, il termine par cette phrase : « Beaucoup de lacunes : par exemple, ne connaît pas le monde bourgeois. » De même, dans Une Philosophie à coups de rein, il s’exclame : « Je fus cette “cour des miracles culturelle”25. »

  • 26 Voir notamment ibidem ; mais aussi Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 92 ; et Morale (...)
  • 27 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 324.
  • 28 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 189 et 190.
  • 29 Ibidem, p. 200. Une phrase de La Terre infestée d’hommes vient parachever cette perspective : « Je (...)

7Néanmoins, Moreau retourne l’infériorité sociale qu’il ressent et en fait une force, une revendication : c’est ce qui lui permet de rester libre. Il en vient alors à dresser sa pauvreté26 et son « inculture27 », comme une chance, voire comme un sacre. Il parle en ce sens de « noblesse gueule-noire », dès lors que « [l]a grandeur va avec l’humilité28 ». C’est dans ce même mouvement qu’il a exploité la figure du mineur, à laquelle il a notamment consacré et dédié un long poème qui, associé aux photographies de son fils, compose Tombeau pour les enténébrés (1993). Il se fait mineur par métaphore : le minerai qu’il recherche est celui qui émane des instincts et des pulsions humaines, forces supérieures (car fondatrices) de la vie selon lui. Visant à mettre en lumière la richesse enfouie du pulsionnel humain — « le ventral » —, sa puissance vitalisante, il apparait comme un mineur (du) viscéral au contact duquel il s’élève : « Je fus tour à tour, par transmutation verbale, ce seigneur et ce mineur29. »

Barbare

  • 30 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 324–325.
  • 31 Voir Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, Bruxelles, Éditions Complexe, coll. L’ivre e (...)
  • 32 Voir http://www.cnrtl.fr/definition/barbare.
  • 33 Moreau (Marcel), Monstre, Paris, Luneau Ascot, 1986, p. 43 ; Mille Voix rauques, op. cit., p. 33 et (...)
  • 34 Ce sont ses « fonds inéduqués » (Mille Voix rauques, p. 13) qui nourrissent sa pensée, le rythme de (...)
  • 35 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 68.

8Moreau dans Une Philosophie à coups de rein se présente comme un « barbare interdit de séjour dans les hauts lieux de la pensée, là où la valeur d’une littérature se mesure à la notabilité de ses concepts30 ». Ce qualificatif qu’il revendique à son sujet31 et qui l’inscrit dans la lignée de Lautréamont, Jarry ou encore Artaud, il l’endosse dans toutes les acceptions que le terme comprend32. Il en drape sa malédiction. Ainsi, il se dit autant « étranger33 » que primitif34 ou « intempérant35 ».

  • 36 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 104.

Suis-je né barbare ? Sûrement. De la barbarie j’ai gardé le meilleur. La brûlure, l’indomesticable beauté de tout ce qui me rattache à la nature, aux énergies antérieures à la falsification36.

  • 37 Ibidem, p. 178.
  • 38 Ibidem, p. 151.
  • 39 Ibidem, p. 84.
  • 40 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 41.
  • 41 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 154.
  • 42 Ibidem, p. 88.

9Lui qui « [fut traité] de tous les noms : scatophile, porc et pornographe, imbibé d’alcool, figure de souillure37 », il ne cesse par ailleurs d’évoquer son « molosse du dedans38 » qui est à l’origine de sa littérature « battante, gonflée d’obsessions39 » et qui lui a permis de réaliser une « archéologie du vif et du cru40 ». Par conséquent, sa cruauté (caractéristique afférente à tout barbare) s’exprime dans son œuvre envers la littérature « fade, flasque et veule » — là où « tout est mou, en écoulement, en dégoulinement de veulerie41 » — face à laquelle il se présente comme un « lutteur désordonné42 », voire un « Grand Éventreur », à l’instar du personnage principal de son roman Bannière de bave :

  • 43 Moreau (Marcel), Bannière de bave, op. cit., p. 212, nous soulignons.

Lorsque la notion de littérature me vient à l’esprit, je pense à un congrès d’écrivains préoccupés par la question des aspects techniques du roman. Soudain s’ouvrirait la porte et apparaîtrait une espèce de colosse armé d’un poignard. Ce serait le Grand Eventreur. Affolés, les auteurs abandonneraient leurs notes et se cacheraient sous les tables. Alors, le Grand Éventreur aux cheveux roux, lui-même futur écrivain, se dévêtirait et sans cesser un instant d’être la haine et le mépris fondus dans une image ébouriffée et surhumaine, ferait sauter d’un coup son couvercle abdominal, puis, ô merveille, la rosace des tripes exploserait, créant ainsi dans toute la salle la plus bouleversante symphonie en rouge, tire-bouchonnante et crotteuse, que l’on puisse rêver. Des fontaines jailliraient de toutes parts, et retomberaient en ruisseaux pourpres et blancs jusque sous les tables où ils desserreraient de force les dents des terrorisés. Le Grand Eventreur, étant lui-même son sang et son sperme, les immergerait d’abord dans ses propres fleuves, les contraindrait à passer tout entiers dans ses veines et dans ses couilles et les rejetterait sur une plage faite du sable des mots vains. Enfin il essuierait son couteau à l’ensemble de leur œuvre. Bien des années plus tard, les écrivains se remémoreront cette séance solennelle où par la grâce du Grand Eventreur, ils renouèrent avec la vie43.

10L’extrait, où se brouille la distinction entre l’auteur et le personnage, convoque plusieurs traces posturales articulées autour d’un imaginaire de la violence et de la salissure. Moreau, qui apparait comme un colosse sanguinaire souhaitant ouvrir la puissance vitalisante d’une littérature imprégnée par les tripes, le sang et le sperme, s’y fait agresseur de ses juges littéraires ainsi que de ceux qui, plutôt que de s’adonner au poétique (et à sa matière viscérale), le discutent et le théorisent.

  • 44 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 47.
  • 45 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, op. cit., p. 159.
  • 46 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 83.
  • 47 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, op. cit.,, p. 18.
  • 48 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 234.
  • 49 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 120 et 121.
  • 50 Voir Moreau (Marcel), Orgambide. Scènes de la vie perdante, Paris, Luneau Ascot, 1980, p. 43.

11Barbare il l’est aussi par la vigueur et la force instinctive et pulsionnelle dont il insuffle ses œuvres qu’il souhaite similaires à un « jazz de sensations fortes44 ». Écrivain viscéral, « poète de la Violence-Mystique45 », il dit ses livres pétris de chair, de souffle, de sang et de sperme — d’une « exaltation, noire ; [d’une] fièvre, barbare46 ». Le tumultueux et le bouillonnant — qui procèdent notamment de la célébration du sexuel — sont constamment valorisés : « c’est en toute inculture, du fond d’un magma de sang, plus opaque que la nuit des temps, et où viennent s’emberlificoter furieusement nerfs et organes de truande origine, que j’écris47 », assure le personnage de La Terre infestée d’hommes, double de Moreau. Il a ainsi développé une écriture qu’il annonce comme « rageusement vitale48 », humorale, organique, à la syntaxe troublée, électrisée (et électrisante) ; une parole abrupte — « racée » et « charpentée49 » —, sauvage, qui témoigne d’une littérature « fauve50 ». Ces éléments, il les articule autour de la notion de « Rythme » qui, placée à l’origine de sa poétique, permet de faire émerger le corps charnel (au sein) du corps verbal.

  • 51 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 42.

12La fièvre qui anime ses textes donne lieu à une poétique de la secousse. Moreau, qui a « tellement conçu dans les entorses51 », peut dès lors également être vu comme un écrivain de l’explosion, du séisme. Son œuvre est d’ailleurs remplie de métaphores liées à ce phénomène géologique, qui a également investi et marqué son propre rapport à la vie.

  • 52 Moreau (Marcel), Morale des épicentres, op. cit., p. 11.

L’autre jour, je suis tombé sur le mot « Antécédence ». Larousse : Géogr. Caractère d’un cours d’eau maintenant son tracé malgré des déformations tectoniques. Cette définition, à elle seule, ma destinée pourrait la faire sienne52.

  • 53 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 334.
  • 54 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 25.
  • 55 Ibidem, p. 27.
  • 56 Ibidem.
  • 57 On pense tout particulièrement à son « Égobiographie tordue », qui compose une des parties de L’Ivr (...)
  • 58 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 105. Il rajoute dans Le Charme et l’ (...)
  • 59 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 64.
  • 60 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 65.
  • 61 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 246.
  • 62 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 324.
  • 63 Van Der Schueren (Éric), « Aperçu sur la fin de siècle », dans Littératures belges de langue frança (...)

13En ce sens, il décrit ses livres comme « denses et tumescents, à s’en faire sauter les ligatures syntaxiques ou grammaticales53 », composés de « grands mots bourrés d’explosifs54 », de mots possédant un « poids de sauvage volupté55 », « une charge détonante56 », qui donnent dès lors lieu à une œuvre de travers57, de guingois. C’est ainsi qu’il déclare gaillardement : « Je suis un épicentriste, du parti de toutes les secousses58 » ; « Je suis une terre à spasmes, à pulsations nettement exagérées. […] Tout [dans mon esprit] danse, tout trépigne, tout irradie59. » L’essai qu’il publie en 2004 est au demeurant intitulé Morale des épicentres. De plus, il surenchérit en se présentant comme un « penseur tellurique60 », comme « une trépidation qui pense61 » à la langue « éboulante62 », tandis qu’Éric Van Der Schueren l’évoque comme un « écrivain de l’éructation63 ».

Transgressif

  • 64 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 79.
  • 65 Macherey (Pierre), À quoi pense la littérature ? Exercices de philosophie littéraire, Paris, PUF, c (...)
  • 66 Moreau (Marcel), Kamalalam, Paris, Cistre/L’âge d’homme, coll. Lettres différentes, 1982, p. 205.
  • 67 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, Paris, Christian Bourgois, 1972, p. 134.

14Un barbare est également quelqu’un qui va à l’encontre du bon usage. Cette conjecture amène à un autre trait général de l’ethos que s’est forgé Moreau et dont il s’est fait le chantre : la transgression. Celle-ci possède selon lui un « pouvoir transmutateur des tabous en souffles dilatatoires64 ». En effet, son œuvre, à l’image de celle de Sade dépeinte par Pierre Macherey, « s’est inscrite dans la perspective d’une littérature de l’excès, soutenue par une logique de profanation à laquelle elle a emprunté ses principes destructeurs65 ». L’auteur belge, « pur poivrot des lettres66 » et « ENJOLIVEUR D’ABJECTION67 » selon ses dires, souligne lui-même le caractère transgressif de son entreprise littéraire, étrangère à toute bienséance :

  • 68 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 78.

Nous avons souvent dansé, [le mot « transgression »] et moi, du temps où j’écrivais des livres crus se conduisant comme des désentravants. Je l’ai connu levier, ressort, artisan ou artiste de ma volonté de jeter bas ceux de mes impedimenta qui me reliaient à l’éducation reçue, à la paralysante morale. Mais je transgressais sans vraiment le savoir : mon instinct et mon écriture, l’un dans l’autre, le savaient pour moi68.

  • 69 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 89.
  • 70 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 207.
  • 71 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 93.

15« Poète rustique et hérétique69 », allergique à tout conformisme, « [ayant] obéi davantage, tout au long de [sa] vie, aux pulsions [plutôt] qu’aux ordonnances70 », Moreau, par « [s]on amour, immémorial […] de l’interdit71 », ne dit tenir compte d’aucune prescription ou convenance :

  • 72 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 206.

Car tout ce que j’ai vécu jusqu’ici, je l’ai vécu contre les recommandations et avertissements de la Faculté, y compris contre les avis de ces hautes autorités, plus littéraires, celle-là, dont le rôle est de nous dire, sans vraiment le dire, les limites à ne pas franchir, en matière d’hygiène verbale72.

  • 73 Saint-Amand (Denis), « Sur la littérature sauvage », dans Hemmens (Alastair) et Williams (Russel), (...)
  • 74 Van Rossom (Christophe), op. cit., p. 8.
  • 75 L’on peut en effet retrouver dans ses textes de nombreuses références à des œuvres majeures de l’hi (...)
  • 76 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 289.
  • 77 Ibidem, p. 287.
  • 78 Moreau (Marcel), « Pour que le corps écrive ce que la pensée n’ose… », dans Lejeune (Claire), Morea (...)
  • 79 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 313.

16Auteur irrévérencieux d’une œuvre hybride qui échappe à l’espace des taxinomies génériques, il n’a cessé de prendre, selon la formule de Denis Saint-Amand, « entre résignation et provocation, les rouages de l’institution littéraire à contre-pied »73. En effet, comme le note Christophe Van Rossom, il a renvoyé « dos à dos tous les systèmes et vitupér[é] avec style contre toutes les institutions74 » par une écriture qu’il présente75 comme « à la fois flagrante et interstitielle, vierge ou à peu près de toute influence qui flairerait le panthéon littéraire, sauf comme broyats, et ayant pour effet de [le] rendre en quelque sorte révolutionnaire76 ». Il se définit donc dans et à partir de la rupture. Il s’est ainsi toujours soustrait aux normes : « [S]uis-je un écrivain “normal” ? Non, si j’en juge par ce qui fait norme dans les hauts lieux de l’eugénisme littéraire77. » En somme, dans une époque où se ressent un « pressant besoin de “résistants”, de “dissidents”78 », il incarne parfaitement, par son « esprit de trombe79 » et son ton vigoureusement gouailleur, le célèbre aphorisme d’Achille Chavée : « Je suis un vieux peau-rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne. »

  • 80 Voir Deleuze (Gilles), Différence et répétition, Paris, PUF, 1968, p. 182.
  • 81 Grossman (Evelyne) et Rogozinski (Jacob), « Deleuze lecteur d’Artaud — Artaud lecteur de Deleuze », (...)
  • 82 Moreau (Marcel), Les arts viscéraux, op. cit., p. 145.
  • 83 « L’image de l’anarchiste est associée pour longtemps au poseur de bombe qu’il fabrique lui-même » (...)

17La transgression dont s’est perpétuellement paré Moreau peut également être repérée dans l’ethos de misosophe qu’il a déployé et dont il s’est, à de nombreuses fois, revendiqué à travers ses écrits. Une misosophie est, en suivant le découpage étymologique de ce terme, une « haine de la sagesse », une anti-philosophie. C’est chez Deleuze80 que l’on retrouve ce terme qui renvoie, pour reprendre le commentaire qu’en a fait Évelyne Grossman, à « une pensée ennemie […], une pensée qui ne renvoie plus au sens commun, aux valeurs établies, à la récognition ou aux retrouvailles du sens mais qui fasse surgir du nouveau, qui fasse œuvre de création81 ». Moreau, dans Les Arts viscéraux, explicite ce qu’il entend par ce terme, qu’il relie par ailleurs à une démarche de « poseur de bombe82 », d’anarchiste83 donc en quelque sorte.

  • 84 Moreau (Marcel), Les arts viscéraux, op. cit., p. 154–155.

Le misosophe nous apprend que le problème de l’homme peut et doit être abordé autrement qu’il le fut jusqu’ici, en faisant entrer en jeu des effectifs verbaux et charnels sans précédent, toutes ces incandescences enfouies auxquelles ne fut jamais reconnu le droit à l’expression de la vérité. […] Il s’installe explosivement au cœur du ressassement savant84.

  • 85 Van Rossom (Christophe), Marcel Moreau. L’insoumission et l’ivresse, op. cit., p. 208.
  • 86 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 5.
  • 87 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 92.
  • 88 Moreau (Marcel), Amours à en mourir, Paris, Lettres Vives, coll. Entre 4 yeux, 1988, p. 31.
  • 89 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 35.

18L’« écrivain-penseur85 », assimilable à un Diogène contemporain, n’a cessé de critiquer vertement ce qu’il appelle « l’empire de la raison » qui étouffe depuis trop longtemps selon lui la société occidentale contemporaine et qui constitue « une des grandes maladie de la modernité86 ». L’auteur belge, opposé au « quadrillage de la pensée87 », a en ce sens plutôt promu une « philosophie en marge des philosophies […] convulsive et radieuse88 », « incarnée89 », marquée par la valorisation de l’instinct.

  • 90 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 103.

J’ai réhabilité un mot : « Irrationnel. » Je lui ai donné, contre tous, du poids, du sérieux, de la métaphysique90.

  • 91 Moreau (Marcel), Morale des épicentres, op. cit., p. 21.

Penser sanguin, philosopher vif et chaud, quoi de plus urgent91 ?

  • 92 Néologisme de Moreau que l’on retrouve à la page 272 d’Une Philosophie à coups de rein.
  • 93 Moreau (Marcel), Monstre, op. cit., p. 64.
  • 94 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 105.

19Sa misosophie se construit ainsi non seulement en opposition par rapport au rationalisme et au positivisme, qu’il considère comme un fatras mortifère, mais également par rapport au néo-libéralisme et à la « calculture92 » que ce dernier aurait mis en place, où seul compte le Chiffre. Il prétend par conséquent s’être peu à peu aménagé une « marginalité de la pensée, […] une vie secrète, créatrice, riche des grands désordres de l’esprit93 », de même qu’une « culture de substitution94 ».

  • 95 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 16, 20, 22, 17, 23, 28, 17, 31, 35, 85, 95.
  • 96 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 19.
  • 97 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire, op. cit., p. 373.

20Dans cet esprit, il a été amené à développer une « pensée mongole » — titre donné à l’un de ses essais — qu’il présente comme « une réfutation de la pensée rationnelle », « une connaissance sauvage des choses et de l’homme », ou encore « une riposte infernale du corps et de l’esprit à la machination de l’ordre », qui annonce « un nouveau spirituel ». « [F]idèle à l’immathématique », elle fait « entrer dans la poésie des fracassements » — « la rupture de frein, l’évasement vertigineux des perspectives, les horizons [y] volant en éclats ». « [B]ête de sang et de nerfs », « quasi animale », elle « annonce le temps de la poésie violente », étant une « poussée des fauves » mêlée à des « hordes oniriques95 ». Cette pensée est en outre maudite­ à l’instar de son élaborateur « inintellectuel […] [et] hérétiquement cultivé96 » car elle n’est pas, selon lui, à la portée de son siècle97, qui n’est pas encore prêt à l’entendre, à l’assimiler.

  • 98 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 16.

Les universitaires d’aujourd’hui ne la reconnaîtront pas, car il est dans l’ordre des choses qu’elle leur échappe. Ce n’est que lorsque l’université sera abattue que les premiers professeurs nés de ses ruines la feront passer de l’égout où ils l’auront ramassée à un ostensoir brillant de mille feux98.

  • 99 Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire, op. cit., p. 360.
  • 100 Voir Moreau (Marcel), Les arts viscéraux, op. cit., p. 9–28.
  • 101 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 44.
  • 102 Moreau (Marcel), Bannière de Bave, op. cit., p. 216–217.

21Dans la lignée d’autres écrivains maudits, Moreau se veut dès lors comme un « irréductible résistant farouchement à l’emprise du “système” et des “pantins” qui le régissent99 ». Ne se réclamant d’aucun cénacle ou école — il méprise même le surréalisme qu’il estime trop frivole, manquant d’ivresse et de gravité100 —, sa création se présente comme le fruit d’un travail individuel, acharné et avant-gardiste, sans tout le décorum qui entoure ce terme. Dans Mille Voix rauques, il déclare en ce sens qu’il s’est toujours voulu « [é]tranger aux écoles, aux hautes écoles. À tout ce qui fait pâmoison de salon, délices de casuistique101 ». Aussi, il dispose son œuvre à la marge du champ littéraire, affirmant qu’elle l’« exclut de toutes les façons de voir et de penser de ce temps, [qu’]elle érige haute et inviolable [s]a thébaïde »102.

  • 103 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 161–162.

[S]i se marginaliser, c’est refuser de paraître tant on a de comptes à régler avec son être, alors oui, je me suis marginalisé, par « pénurie » de frivolité103.

  • 104 Moreau (Marcel), Monstre, op. cit., p. 44.

[…] j’ai bien l’impression d’être trop profond pour le vernis dominant. […] Chaque jour m’éloigne un peu plus du dire des marionnettes104.

  • 105 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 96. Voir aussi Monstre, op. cit., p. 43.
  • 106 Dans La Terre infestée d’hommes, est évoquée la « difformité sans égale » (p. 17) des saules qui pa (...)
  • 107 Quaghebeur (Marc), « Cinquante ans de saulitude », dans Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, op. (...)
  • 108 Ibidem, p. 12.
  • 109 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 20.
  • 110 Ibidem, p. 122.

22C’est depuis la misosophie dont il se revendique que Moreau affirme et assoit sa singularité ainsi que sa solitude : « Solitaire par la pensée et dans l’écriture, je le fus d’un bout à l’autre du parcours105. » Cette affirmation se fait la plus forte dans son texte qui accompagne des photographies d’une saulaie106 (réalisées par Christian Calméjane), dont l’ensemble a formé l’ouvrage Saulitude (1982). Moreau se dit ainsi étranger au « babil ambiant et [aux] fadaises enrubannées du milieu littéraire107 », tandis que son écriture poursuit sa quête « loin des circuits et des pays108 ». Il évoque en ce sens sa posture apostasique dans La Pensée mongole109 car « la solitude parmi tous est le lieu privilégié de la libération110 ». Celle-ci est amplifiée par les personnages qu’il met en scène dans ses œuvres de fiction qui agissent comme des traces posturales, étant donné qu’ils apparaissent comme autant de doubles fictionnels et qu’ils sont toujours soit marginaux, soit appelés par la marginalité.

  • 111 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 33. Il a par ailleurs publié dans la revue d’art (...)
  • 112 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 112. Dans Mille Voix rauques, il évoque son « enra (...)
  • 113 Notons toutefois que celle-ci s’inscrit dans deux motifs récurrents et éculés de la bohème littérai (...)
  • 114 Roger (Alain), Bréviaire de la bêtise, Paris, Gallimard, 2008, p. 191.

23Aussi, se proclamant « idiot absolu111 » ou « seigneur du délire112 », il confirme sa marginalité113. En effet, le terme idiot, étymologiquement, relève du mot grec idios qui signifie « particulier, séparé, distinct ; spécial, singulier, original114 ». De même, le fou est celui qui, par ses élucubrations saugrenues, non seulement se retranche de la communauté, mais est, dans un même temps, mis au ban. Entre solitude et esseulement, ces deux figures font parfaitement écho à la malédiction qui a touché Moreau et que ce dernier évoque dans Kamalalam, à travers son personnage :

  • 115 Moreau (Marcel), Kamalalam, op. cit., p. 35, nous soulignons.

Il est dévoré par deux solitudes : l’une volontaire, l’autre subie. La volontaire parce qu’il croit qu’il ne peut écrire ce qu’il écrit sans se retrancher du monde. La subie parce qu’il ne peut écrire ce qu’il écrit sans s’exposer à l’incompréhension de ses contemporains. Et ses livres sont plus seuls que lui, parmi les livres… Si la solitude volontaire est un des plaisirs que procure l’intransigeance, la solitude subie n’est pas pour autant un drame inexpiable115.

  • 116 Ibidem, p. 211.
  • 117 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 161, 192, 166, 160 et 163.

24De plus, l’idiot et le fou sont les dépositaires d’une parole qui souvent les dépasse. Tous deux possèdent une « parole autre », une parole oblique, essentiellement spéculaire et largement non maitrisée, qui se fait savoir oblique, sorte de non-savoir. Cette parole oblique qui ouvre au non-savoir, Moreau, « bouffon visionnaire116 », la fait sienne et la dénomme lingua impetuosa : « langue incoercible chevauchant la langue maternelle », « libre », « pétulante [et] saltatoire » ; « elle surgit, comme un diable, syntaxe au vent et grammaire de même » venant « ébranler sur son passage la force bétonnante des lieux communs et des idées reçues117 ».

Monstre

  • 118 Son œuvre expose une sorte de théogonie au sein de laquelle les monstres abondent. Par ailleurs, «  (...)

25Dans le processus de fictionnalisation de soi qu’a édifié Moreau, le motif du monstre, extrêmement prégnant (et totalement fantasmé) dans l’œuvre de l’écrivain belge118, s’avère central. Il peut ainsi être appréhendé comme la cristallisation des différentes figurations évoquées ci-avant. En effet, le monstrueux est ce qui bafoue les normes, ce qui s’en écarte largement. Il est, bien plus, ce qui dérange, ce qui choque notamment la raison et/ou la morale ; ce qui fait rupture et qui est à part. On retrouve dès lors, par ces différents aspects, les motifs de la transgression, de la barbarie et de la solitude, ainsi que les principes misosophiques et séismiques propres à l’auteur de Julie ou la dissolution. Par ailleurs, le prolétaire, cet affreux, sale et méchant, pour reprendre le titre du film d’Ettore Scola, constituant la figure de l’écart social, fait écho à la mise au ban qui touche tout monstre. La deuxième instance touchée par un caractère tératogène est l’œuvre qu’il a accomplie, que l’on peut assurément dire hybride — entre le roman, l’essai, la poésie, le théâtre et la philosophie —, si ce n’est difforme, voire informe (car échappant au familier).

  • 119 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 97.
  • 120 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 35 et 53.
  • 121 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 35.
  • 122 Voir De Jonghe (Matthias), « “Jouer son propre rôle”. Michel Houellebecq dans L’enlèvement de Miche (...)
  • 123 Voir « Le Gouverneur de la ville MM », dans Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, op. cit., p. 19 (...)
  • 124 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 168.
  • 125 Moreau (Marcel), Oraisons charnelles et autres prières des corps en sens inverse du ciel, Paris, Le (...)
  • 126 Larochelle (Marie-Hélène), « Le dire-monstre », dans Tangence, UQAR/UQTR, no 91, automne 2009, p. 9

26Moreau, qui n’a pas tant fait de sa vie une œuvre, que de son œuvre sa vie, se veut donc monstre et se donne dès lors à voir comme tel. Dans La Pensée mongole, il soutient en ce sens que : « Tout au bas, dans le magma, [il est] une bête ébouriffée, […] un tableau inconnu, une musique inouïe119 », alors que dans Mille Voix rauques, il se définit comme un « belluaire zoomorphe au centre de l’arène culturelle » et se revendique « ptérodactylographe120 ». Aussi, sa laideur est vécue comme une consécration qui lui permet de prendre encore plus ses distances avec la superficialité et une certaine mondanité de la société : « “Victoire, je suis laid !” Ces mots m’ont échappé, devant le miroir. Fini le goût de plaire121. » Cette laideur dont il est fier et qu’il finit par performer participe de la dimension comportementale (hexis) de sa posture de monstre. À l’instar de Houellebecq122, Moreau finit par se comporter de manière à ratifier l’image et les valeurs qu’il prône dans ses écrits. Anti-dandy, il ne cesse ainsi de valoriser, entre autres choses, la saleté et la puanteur. Non seulement se présentant comme tel123, c’est son écriture, « énormité baroque, bulbeuse, insensée124 », qui se voit également accorder une propriété tératologique : elle est appelée ESCRITAURE (« créature indomesticable mi-verbe, mi-bestiaire ») dans Oraisons charnelles125. Hors-limite, elle est « dire-monstre » pour reprendre la formule de Marie-Hélène Larochelle, c’est-à-dire : « Parole qui se gonfle, qui prend un souffle monstrueux, mais dont le dynamisme ne va pas sans une certaine répulsion126. » La persona de monstre est ainsi également à l’origine de la voix de Moreau : tumultueuse, transgressive, dissensuelle.

  • 127 Voir Maingueneau (Dominique), Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Lou (...)
  • 128 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudit (...)

27Moreau est donc un monstre (au sein) du champ littéraire : c’est son « identité énonciative127 », sa « manière singulière d’occuper une “position” dans le champ littéraire128 ». Le monstre est l’image que Moreau donne de lui-même à travers son (auto-)discours et ses actes.

  • 129 Titre du neuvième chapitre de La Terre infestée d’hommes (op. cit., p. 9).

DIEUX ! JE ME DÉCOUVRIS L’ÉTOFFE D’UN MONSTRE ET DANS CETTE ÉTOFFE, SOYEUSE ET SILENCIEUSE, PRÉCIEUSE ET HASARDEUSE, JE COUPAI, FÉBRILEMENT, UN MANTEAU DE POURPRE POUR LA POÉSIE HUMILIÉE…129

  • 130 Elle lui permet d’occuper une position singulière et d’être nettement repérable.
  • 131 Moreau (Marcel), Morale des épicentres, op. cit., p. 116.
  • 132 Comme a pu le développer Pascal Brissette, le malheur de l’écrivain a acquis au fil du temps valeur (...)
  • 133 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 34.
  • 134 Ibidem.

28Par cette propriété qu’il s’accorde et qui dénote, à l’avenant, une extraction du champ du banal et de l’ordinaire, l’auteur belge octroie dès lors à son œuvre, consciemment ou non, une valeur extrêmement puissante dans le champ littéraire : l’anticonformisme, qui retient l’attention et fait parler de soi. Celle-ci vient par conséquent déjouer la malédiction qui le touche130, dont il a par ailleurs choisi, en dernière instance, de se dédire, refusant de s’inscrire (et d’être inscrit) dans une logique de la déploration : «  Inutile, à notre sujet, de s’attarder sur le mot maudit, comme le font certains, amis inquiets, ou veilleurs inattendus. Ce mot n’est pas de mise. Il ne peut plus l’être. La malédiction annule l’existence, ou la mine effroyablement. Ce n’est pas mon cas131. » Moreau, décelant aussi potentiellement le conventionnalisme132 et la coquetterie qu’on pourrait lui attribuer à se vouloir maudit, contrecarre au final l’assignation. Il opte, une nouvelle fois, pour l’informe, le mouvant, le disruptif : « Pour le reste, je suis nomade, errant. Houleux de ruptures133. » De ce trait de plume datant de 2004, Moreau oblitère donc la malédiction qu’on lui a rattachée mais qu’il s’est également construite durant plus de quarante ans. Il est possible d’envisager deux raisons supplémentaires à ce rejet : non seulement parce qu’être figé, c’est être mort, mais davantage encore puisque, en tant que monstre, il fait le choix de rester inclassable, jusqu’au bout, en parfait jouisseur de « la vie désentravée134 ».

Haut de page

Notes

1 Moreau (Marcel), Mandelbaum (Arié et Stéphane), Opéra gouffre ou S.M. assassiné, Bruxelles, La Pierre d’Alun, 1988, p. 15.

2 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante. Oscillations, Paris, Éditions de la Différence, 1992, p. 160.

3 Van Rossom (Christophe), Marcel Moreau. L’insoumission et l’ivresse, Bruxelles, Éditions Luce Wilquin, coll. L’œuvre en lumière, 2004, p. 7.

4 Ibidem, p. 23. Dans Le Charme et l’Épouvante, Moreau parle même d’« exécration » (p. 132) de la part de cette nomenklatura.

5 Ce que contredit peu à peu (depuis une dizaine d’années) les rééditions de ses œuvres dans les collections patrimoniales (chez Espace Nord ou bien dans la collection « des heures durant… » chez Denoël en 2005, aux côtés de Malcolm Lowry et J.G. Ballard), le prix de littérature francophone Jean Arp qu’il a reçu en 2006 pour l’ensemble de son œuvre ou encore les hommages officiels (voir la soirée d’hommage à l’écrivain organisée par le Centre Pompidou en 2009, avec le soutien très officiel du Centre WBI et la participation de l’artiste Pierre Alechinsky et du comédien Denis Lavant).

6 Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, Boussu, ASBL Grand-Hornu-Images, 1984, p. 61.

7 Ibidem, p. 14.

8 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. Socius, 2005, p. 28.

9 Moreau (Marcel), L’Ivre Livre, Paris, Christian Bourgois, 1973, p. 151.

10 Moreau (Marcel), Bannière de bave, Paris, Gallimard, 1966, p. 7 et 8.

11 Titre de l’unique chanson dont il dit se souvenir au sujet de son enfance/adolescence, ainsi qu’on l’apprend dans Morale des épicentres (Paris, Denoël, 2004, p. 276). Il est significatif qu’elle soit celle qu’il retient : il associe ainsi, dès son plus jeune âge, l’opprobre à sa vie.

12 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, Paris, Buchet/Chastel, 1989, p. 83. Il convient toutefois de noter que cette posture où la visibilité est considérée comme une antivaleur, une valeur factice, est une perspective assez traditionnelle, car il existe une « pathologie de la reconnaissance » propre à l’ordre intellectuel, ainsi que la nomme Judith Schlanger citée par Nathalie Heinich. L’invisibilité y est garante de grandeur [voir Heinich (Nathalie), De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 2012, p. 159].

13 Voir p. 39–40 de Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, op. cit.

14 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 162. Il dit abhorrer le clinquant et le tapageur.

15 Ibidem, p. 82.

16 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, Paris, Buchet/Chastel, 1966, p. 26. Dans le même roman, le personnage principal, double de Moreau, se faire connaitre comme « celui que l’invalidité littéraire frappe à 100 % » (p. 27).

17 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 161.

18 Le terme est ici compris à la suite des réflexions et travaux de Jérôme Meizoz. Voir notamment : Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007 et La Fabrique des singularités : postures littéraires II, Genève, Slatkine Érudition, 2011. Voir aussi COnTEXTES, n°8, La posture. Genèse, usages et limites d’un concept, 2001, url : https://journals.openedition.org/contextes/4692.

19 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, op. cit., p. 152.

20 De Jonghe (Matthias), « “Jouer son propre rôle”. Michel Houellebecq dans L’enlèvement de Michel Houellebecq », dans Captures, vol. 2, n°1, Écrivains à l’écran, mai 2017, url : http://revuecaptures.org/node/666/.

21 Oster (Daniel), Passages de Zénon. Essai sur l’espace et les croyances littéraires, Paris, Seuil, coll. Pierres vives, 1983, p. 118–119.

22 Voir notamment Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein. De la danse du sens des mots dans la vie organique, Paris, Denoël, 2007, p. 316. Yves Vasseur le note également dans Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes : « il est issu du prolétariat ouvrier » (p. 31).

23 Voir Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 318.

24 Voir Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 137 et 200.

25 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 214.

26 Voir notamment ibidem ; mais aussi Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 92 ; et Morale des épicentres, op. cit., p. 7.

27 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 324.

28 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 189 et 190.

29 Ibidem, p. 200. Une phrase de La Terre infestée d’hommes vient parachever cette perspective : « Je ne m’élève jamais que vers un souterrain » (p. 77).

30 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 324–325.

31 Voir Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, Bruxelles, Éditions Complexe, coll. L’ivre examen, 2001, p. 69.

32 Voir http://www.cnrtl.fr/definition/barbare.

33 Moreau (Marcel), Monstre, Paris, Luneau Ascot, 1986, p. 43 ; Mille Voix rauques, op. cit., p. 33 et 44.

34 Ce sont ses « fonds inéduqués » (Mille Voix rauques, p. 13) qui nourrissent sa pensée, le rythme de son œuvre.

35 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 68.

36 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 104.

37 Ibidem, p. 178.

38 Ibidem, p. 151.

39 Ibidem, p. 84.

40 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 41.

41 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 154.

42 Ibidem, p. 88.

43 Moreau (Marcel), Bannière de bave, op. cit., p. 212, nous soulignons.

44 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 47.

45 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, op. cit., p. 159.

46 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 83.

47 Moreau (Marcel), La Terre infestée d’hommes, op. cit.,, p. 18.

48 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 234.

49 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 120 et 121.

50 Voir Moreau (Marcel), Orgambide. Scènes de la vie perdante, Paris, Luneau Ascot, 1980, p. 43.

51 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 42.

52 Moreau (Marcel), Morale des épicentres, op. cit., p. 11.

53 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 334.

54 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 25.

55 Ibidem, p. 27.

56 Ibidem.

57 On pense tout particulièrement à son « Égobiographie tordue », qui compose une des parties de L’Ivre Livre (1973).

58 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 105. Il rajoute dans Le Charme et l’Épouvante : « Du parti des chocs, des soulèvements, des fractures » (p. 104).

59 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 64.

60 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 65.

61 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 246.

62 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 324.

63 Van Der Schueren (Éric), « Aperçu sur la fin de siècle », dans Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830–2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 277.

64 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 79.

65 Macherey (Pierre), À quoi pense la littérature ? Exercices de philosophie littéraire, Paris, PUF, coll. Pratiques théoriques, 1990, p. 129.

66 Moreau (Marcel), Kamalalam, Paris, Cistre/L’âge d’homme, coll. Lettres différentes, 1982, p. 205.

67 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, Paris, Christian Bourgois, 1972, p. 134.

68 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 78.

69 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 89.

70 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 207.

71 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 93.

72 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 206.

73 Saint-Amand (Denis), « Sur la littérature sauvage », dans Hemmens (Alastair) et Williams (Russel), dir., Autour de l’extrême littéraire, Cambridge, PU Cambridge, p. 22.

74 Van Rossom (Christophe), op. cit., p. 8.

75 L’on peut en effet retrouver dans ses textes de nombreuses références à des œuvres majeures de l’histoire de la littérature (Dostoïevski, Nietzsche, Sade, etc.), bien que celles-ci soient subreptices, voire dissimulées.

76 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 289.

77 Ibidem, p. 287.

78 Moreau (Marcel), « Pour que le corps écrive ce que la pensée n’ose… », dans Lejeune (Claire), Moreau (Marcel), Sojcher (Jacques) et Vaneigem (Raoul), Quatuor pour une autre vie, Bruxelles, Éditions Luce Wilquin, 2004, p. 76.

79 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 313.

80 Voir Deleuze (Gilles), Différence et répétition, Paris, PUF, 1968, p. 182.

81 Grossman (Evelyne) et Rogozinski (Jacob), « Deleuze lecteur d’Artaud — Artaud lecteur de Deleuze », dans Rue Descartes, n°59, 2008/1, p. 86.

82 Moreau (Marcel), Les arts viscéraux, op. cit., p. 145.

83 « L’image de l’anarchiste est associée pour longtemps au poseur de bombe qu’il fabrique lui-même » [voir Granier (Caroline), « La représentation du terroriste anarchiste dans quelques romans français de la fin du xixe siècle », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°96–97, 2005, p. 137–157]. Voir aussi Eizensweig (Uri), Fictions de l’anarchisme, Paris, Christian Bourgois, 2001.

84 Moreau (Marcel), Les arts viscéraux, op. cit., p. 154–155.

85 Van Rossom (Christophe), Marcel Moreau. L’insoumission et l’ivresse, op. cit., p. 208.

86 Moreau (Marcel), Lecture irrationnelle de la Vie, op. cit., p. 5.

87 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 92.

88 Moreau (Marcel), Amours à en mourir, Paris, Lettres Vives, coll. Entre 4 yeux, 1988, p. 31.

89 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 35.

90 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 103.

91 Moreau (Marcel), Morale des épicentres, op. cit., p. 21.

92 Néologisme de Moreau que l’on retrouve à la page 272 d’Une Philosophie à coups de rein.

93 Moreau (Marcel), Monstre, op. cit., p. 64.

94 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 105.

95 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 16, 20, 22, 17, 23, 28, 17, 31, 35, 85, 95.

96 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 19.

97 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire, op. cit., p. 373.

98 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 16.

99 Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire, op. cit., p. 360.

100 Voir Moreau (Marcel), Les arts viscéraux, op. cit., p. 9–28.

101 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 44.

102 Moreau (Marcel), Bannière de Bave, op. cit., p. 216–217.

103 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 161–162.

104 Moreau (Marcel), Monstre, op. cit., p. 44.

105 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 96. Voir aussi Monstre, op. cit., p. 43.

106 Dans La Terre infestée d’hommes, est évoquée la « difformité sans égale » (p. 17) des saules qui par ailleurs renouvèlent « l’histoire toute sacrée de la laideur se confiant à la poésie et se sauvant en elle » (p. 18).

107 Quaghebeur (Marc), « Cinquante ans de saulitude », dans Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, op. cit., p. 11.

108 Ibidem, p. 12.

109 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 20.

110 Ibidem, p. 122.

111 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 33. Il a par ailleurs publié dans la revue d’art et d’humeur Le fou parle.

112 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 112. Dans Mille Voix rauques, il évoque son « enracinement dans le fol. Dans le perturbé » (p. 40).

113 Notons toutefois que celle-ci s’inscrit dans deux motifs récurrents et éculés de la bohème littéraire : la solitude et la folie. Voir Heinich (Nathalie), Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, coll. Armillaire, 2000, p. 125. ss.

114 Roger (Alain), Bréviaire de la bêtise, Paris, Gallimard, 2008, p. 191.

115 Moreau (Marcel), Kamalalam, op. cit., p. 35, nous soulignons.

116 Ibidem, p. 211.

117 Moreau (Marcel), Une Philosophie à coups de rein, op. cit., p. 161, 192, 166, 160 et 163.

118 Son œuvre expose une sorte de théogonie au sein de laquelle les monstres abondent. Par ailleurs, « Monstre » est le titre donné à l’un de ses textes (1986).

119 Moreau (Marcel), La Pensée mongole, op. cit., p. 97.

120 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 35 et 53.

121 Moreau (Marcel), Le Charme et l’Épouvante, op. cit., p. 35.

122 Voir De Jonghe (Matthias), « “Jouer son propre rôle”. Michel Houellebecq dans L’enlèvement de Michel Houellebecq », op. cit.

123 Voir « Le Gouverneur de la ville MM », dans Marcel Moreau. Amis, démons et rythmes, op. cit., p. 19. Dans Bannière de bave, il évoque sa « souveraine monstruosité » (p. 217).

124 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 168.

125 Moreau (Marcel), Oraisons charnelles et autres prières des corps en sens inverse du ciel, Paris, Lettres Vives, coll. Entre 4 yeux, 2008, p. 45. Voir aussi Une Philosophie à coups de rein, p. 224.

126 Larochelle (Marie-Hélène), « Le dire-monstre », dans Tangence, UQAR/UQTR, no 91, automne 2009, p. 9.

127 Voir Maingueneau (Dominique), Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, coll. Au cœur des textes, 2016.

128 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007, p. 18.

129 Titre du neuvième chapitre de La Terre infestée d’hommes (op. cit., p. 9).

130 Elle lui permet d’occuper une position singulière et d’être nettement repérable.

131 Moreau (Marcel), Morale des épicentres, op. cit., p. 116.

132 Comme a pu le développer Pascal Brissette, le malheur de l’écrivain a acquis au fil du temps valeur de lieu commun.

133 Moreau (Marcel), Mille Voix rauques, op. cit., p. 34.

134 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corentin Lahouste, « MM le maudit », Textyles, 53 | 2018, 89-103.

Référence électronique

Corentin Lahouste, « MM le maudit », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2906 ; DOI : 10.4000/textyles.2906

Haut de page

Auteur

Corentin Lahouste

Université catholique de Louvain (cri)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals