Navigation – Plan du site
Varia

Jean Tousseul

Postures de soumission et stratégies d’affirmation
Maria Chiara Gnocchi
p. 125-140

Texte intégral

  • 1 Voir Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, (...)

1Tout individu ou groupe d’individus qui cherche à obtenir une place dans le champ littéraire doit développer des stratégies afin de se voir reconnaître une légitimité. Ces stratégies, qui s’imposent surtout aux écrivains débutants, prennent des formes différentes en fonction de la position initialement occupée, du capital des biens symboliques en dotation, des autres présences dans le champ, etc.1. Elles peuvent être plus ou moins manifestes et plus ou moins sciemment mises en place, et le rapport n’est pas nécessairement de cause à effet entre l’intention et l’effet obtenu ; elles ne restent pas moins, aux yeux du sociologue de la littérature, des stratégies.

  • 2 Sur le concept de posture, voir Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l (...)
  • 3 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, (...)

2Je vais présenter dans cet article les démarches mises en œuvre par Jean Tousseul pour se frayer une voie dans le monde littéraire belgo-français, de 1916 à la fin des années 1920. Ces démarches semblent participer d’une stratégie globale très déterminée et très efficace, qui lui permettra de s’affirmer en Belgique et à l’étranger. Comme on le verra, Tousseul profite largement de l’appui d’une série d’écrivains confirmés, vis-à-vis desquels il adopte des postures de soumission2 : d’abord celle de l’humble disciple, « simple » et modeste (qui convient au profil de l’écrivain pauvre, issu du peuple, auquel il s’identifie), puis celle de l’écrivain souffrant, voire martyr, qui n’est qu’une variante de la posture de l’écrivain maudit3. Ces dynamiques sont reconnaissables dans la correspondance mais aussi à l’intérieur des œuvres, dans le système des épigraphes et des dédicaces, et aboutissent à une stratégie particulièrement efficace parce qu’elles sont en phase avec le cadre et les thèmes des œuvres.

Des stigmates à exhiber, voire à exaspérer

3De nombreux « handicaps » semblent peser sur l’aspirant écrivain Olivier Degée (le vrai nom de Jean Tousseul). Né en 1890 dans un petit village wallon, dans un milieu ouvrier peu alphabétisé, il est de constitution fragile et ne quitte jamais la province liégeoise. Presque sans formation scolaire et dépourvu de ressources, il est obligé de travailler comme ouvrier, puis comme journaliste, pour vivre et faire vivre sa famille. Pendant la guerre 1914–1918, il prépare seul ses examens d’instituteur, qu’il réussit.

  • 4 Voir Ragon (Michel), Les Écrivains du peuple. Historique, biographies, critique, préface de Lucien (...)
  • 5 Voir, parmi les premiers, Depresle (Gaston), éd., Anthologie des écrivains ouvriers, préface de Hen (...)
  • 6 Voir Garguilo (René), dir., Poulaille et la littérature prolétarienne en France de 1920 à 1940, La (...)
  • 7 Voir Gnocchi (Maria Chiara), « Vers une pratique “primaire” de la littérature. La simplicité, valeu (...)

4Tant du point de vue géographique que du point de vue social, sa position est décidément marginale, donc a priori défavorisée. Ceci dit, depuis le début du siècle, il s’est créé au sein du champ littéraire un espace nouveau, expressément réservé aux écrivains « marginaux ». Les cas sont nombreux, surtout en France, d’écrivains autodidactes, provinciaux et d’origine très modeste, qui de leurs périphéries — à la fois géographiques, sociales et symboliques — se fraient un chemin vers Paris et ses instances littéraires les plus légitimes4. Le cas de Charles-Louis Philippe, fils de sabotier, est emblématique. Né dans l’Allier, Philippe participe d’abord à la renaissance culturelle des provinces et « monte » ensuite à Paris, où il est progressivement reçu dans les milieux littéraires les plus prestigieux. Dans le sillage de celui-ci, de nombreux autres écrivains acquièrent, au cours des premières années du siècle, une légitimité inespérée auparavant : c’est le cas, par exemple, de Marguerite Audoux ou d’Émile Guillaumin, eux aussi peu scolarisés, autodidactes, provinciaux et, qui plus est, travailleurs manuels. Et pourtant, aussi bien Audoux que Guillaumin manquent de peu le Prix Goncourt (Marguerite Audoux décroche pour sa part le Femina). Après la Première Guerre mondiale, la littérature ouvrière gagne progressivement la faveur des éditeurs et du public ; des concours littéraires réservés aux autodidactes sont lancés et différents recueils collectifs de nouvelles ou de poèmes sont édités5. Marcel Martinet, puis Henri Barbusse deviennent les promoteurs d’une « littérature prolétarienne » qui s’affirmera plus nettement dans les années 1930 grâce aux efforts d’Henry Poulaille et qui s’imposera largement en Belgique aussi6. De nouvelles « valeurs » littéraires s’affirment, liées à ces courants : la simplicité, l’authenticité, pour ne citer que les principales7.

  • 8 Voir Gnocchi (Maria Chiara), « Du paternalisme romantique aux “illégitimes légitimés” : stratégies (...)

5Dès lors, les anciens stigmates peuvent être affichés avec orgueil : les « marginaux » ont intérêt à se présenter en tant que tels afin d’être connus et reconnus8. Significativement, Olivier Degée choisit le pseudonyme de Jean Tousseul : Jean, parce que c’est l’un des prénoms les plus « simples » qui soient, et Tousseul, pour qu’on n’oublie pas sa marginalité — qui est donc autant une donnée qu’une posture. De manière tout à fait cohérente, l’auteur met au cœur de ses œuvres la périphérie qu’il habite et les paysans et prolétaires qu’il côtoie. Il tend même à exaspérer ses stigmates, d’abord aux yeux des écrivains susceptibles de le soutenir (responsables de la première étape de la réception, qui comporte l’accès aux instances de publication), à travers sa correspondance privée, ensuite face au public tout entier (deuxième étape de la réception), dans ses livres et dans les articles qu’il publie dans la presse. La description des principaux choix stratégiques opérés par Tousseul est d’autant plus intéressante qu’elle nous donne une idée assez précise des règles en vigueur dans le champ et des possibilités concrètes d’autopromotion dont un écrivain « marginal » peut disposer à l’époque.

Pour commencer : avec le « Maître » George Eekhoud

  • 9 Tousseul (Jean), Pour Mes Amis, Seilles-Andenne, Imprimerie Z. Laruelle, 1916 ; Les Carriers : gami (...)
  • 10 Lettre conservée, ainsi que le reste de la correspondance Tousseul-Eekhoud, aux Archives et Musée d (...)
  • 11 Voir aussi les premières dédicaces d’Émile Verhaeren à ses « maîtres », dans Les Flamandes. Verhaer (...)
  • 12 Dans ses lettres successives, Tousseul ira plus loin : ayant mis en avant quelqu’un d’encore plus « (...)

6Jean Tousseul débute par la publication, en 1916, d’un recueil de contes et de poèmes intitulé Pour Mes Amis et d’une nouvelle, Les Carriers : gamin9. Au début de l’année 1918, il apprend que Georges Eekhoud, écrivain très célèbre à ce moment-là en Belgique et de quelque renommée en France, a lu des extraits de ses Carriers à l’Université Nouvelle, où il enseigne. Tousseul y voit une occasion de percer dans le monde de la littérature. Il écrit par conséquent une première lettre, datée du 8 février 1918, à celui qu’il appellera toujours le « Maître10 ». L’appellation « Maître » est le signal que Tousseul assume la posture du disciple11. L’écrivain explicite ainsi les rôles qu’il reconnaît aux deux interlocuteurs : d’un côté le jeune débutant, dévot à l’égard de ses aînés, de l’autre un Maître qui, du haut de sa majuscule, daigne mentionner, voire louer l’impétrant lors de ses cours à l’Université. Dans cette première lettre, Tousseul fait allusion aux Carriers ; il souligne le caractère modeste, « rustique », de ces pages qu’il aurait « griffonné[es] ». Non seulement griffonnées : l’auteur sait bien que, dans la section du champ où il ambitionne de réussir, le contexte de l’acte d’écriture est aussi important que l’écriture elle-même ; voilà pourquoi il s’empresse d’ajouter qu’il a griffonné ces pages « au crayon — il n’y avait ni encre ni plume là-bas ! ». Ce faisant, il invoque des critères d’évaluation non seulement esthétiques, qui pourraient pallier un défaut de littérarité — ce qui, pour un débutant, est une façon excellente de se justifier d’une maîtrise encore imparfaite de l’ars scribendi — et il insiste en même temps sur sa condition d’indigence, ce qu’il fait encore lorsqu’il ajoute : « Maître, permettez-moi de vous serrer contre ma maigre poitrine12. » Le Maître pourrait-il changer cette situation ? Tousseul ne le demande pas ouvertement, pas encore. Il évoque par contre un nouveau recueil de nouvelles, à paraître, dont il suggère la clé de lecture :

Je termine un livre de nouvelles qui paraîtra en mars prochain. J’y défends les pauvres, les ouvriers, les infirmes, les ivrognes, les parias, les prostituées. J’y maudis les mauvais riches, les cabaretiers, les gazetiers. J’y parle surtout de mes frères d’ergastule, les Carriers. L’évangélique Auteur des Communions, des Kermesses, de la Nouvelle Carthage, d’Escal-Vigor, de Kees Doorik sera peut-être content de Jean Tousseul.

7Pour parler de son œuvre, l’auteur choisit d’en décrire les protagonistes, classés sous des étiquettes qui pourraient très bien être appliquées aux personnages des romans d’Eekhoud, et l’idéologie (il est prudent : il maudit les mauvais riches). Le parallèle avec les œuvres du Maître est très explicite : Tousseul cite, l’une après l’autre, les œuvres d’Eekhoud qui présentent davantage d’affinités avec son propre récit. Il est bien conscient que le Maître sera « content » de lui et il n’a pas tort : Eekhoud signera bientôt une préface pour un volume de Tousseul, y racontant précisément sa réaction positive aux lettres de l’auteur. Ce qu’il a apprécié en particulier, c’est le billet qu’il lui a envoyé pour accompagner Les Carriers, où il avait écrit : « Soyez indulgent : c’est un ouvrier qui a écrit ces pages. »

  • 13 Eekhoud (Georges), préface à Tousseul (Jean), La Mort de Petite Blanche, Hal, Imprimerie coopérativ (...)

Les termes de ce billet à la fois laconique et déférent, ce je ne sais quoi de modeste et de digne, un ton auquel le « muflisme » sévissant dans les actuelles régions littéraires insupportablement arrivistes ne nous a guère habitué, me prévenait d’emblée en faveur du signataire, Jean Tousseul.
Jean Tousseul ! Le choix de ce pseudonyme aussi valait toute une recommandation13.

  • 14 Voir sa carte postale du 22 avril 1918.
  • 15 Lettre du 22 mars 1918.
  • 16 Lettre du 22 juin 1918.
  • 17 Ibidem.
  • 18 De Gaulejac (Vincent), La Névrose de classe : trajectoire sociale et conflits d’identité, Paris, Ho (...)
  • 19 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire, op. cit., en particulier ch. 2, « De la pauvret (...)
  • 20 Céline (Louis-Ferdinand), Lettre à Élie Faure du 2 mars 1935, citée dans Meizoz (Jérôme), « L’authe (...)

8Dorénavant, Tousseul revendique systématiquement comme siens les traits principaux de ce type de production littéraire qui s’est affirmée dès le début du siècle et dont Eekhoud s’est fait le défenseur. Par exemple, toujours dans la correspondance avec le Maître, il insiste sur le fait qu’il est autodidacte et s’excuse des fautes qu’il commet en rappelant son parcours scolaire déficitaire14. Il met en avant l’authenticité de ses sujets, voire le caractère autobiographique de quelques-uns de ses écrits : « Vous avez compris, Maître, que Pierre Muraille c’est Jean Tousseul. (L’Enfant et l’Adolescent). On n’invente pas ces choses-là15. » Il avoue le peu d’arrangement littéraire de ses textes, tout en suggérant que ce qui compte dans ses écrits, ce sont les contenus (« mon art servira de cadre à mes idées ») et que le travail sur la forme lui est odieux, même si nécessaire (« Maître, je hais l’art, parfois ! mais je sais bien qu’on ne me lira pas si je n’ “arrange” pas mes idées16 »). Pour finir, il exprime le désir de conserver sa condition d’écrivain « près du peuple » tout en devenant un « artiste » : « Je suis bien content d’être un artiste », mais « Je ne suis pas à vendre », « je ne suis pas un vendu. Est-ce qu’on a faim, quand on est un vendu ? » ; « Je resterai pauvre toute ma vie17. » Ces quelques propos laissent transparaître d’une part un malaise et de l’autre une nouvelle posture. Le malaise, c’est ce que Vincent de Gaulejac a nommé la « névrose de classe », terme sous lequel il regroupe les conflits psychologiques vécus par les individus qui changent de position dans la structure de classe, notamment par ceux qui connaissent une promotion sociale : d’une part ils sont fiers de leur succès, de l’autre ils le vivent comme une trahison vis-à-vis de leur milieu de provenance18. Ce malaise se complique et s’exhacerbe dans le cas de Tousseul, puisque son succès est intrinsèquement lié à son milieu de provenance. Mais comme je le disais, en posant la question rhétorique « Est-ce qu’on a faim, quand on est un vendu ? », Tousseul assume également une autre posture, celle de l’écrivain maudit qui tire sa propre légitimité du fait même de son indigence19. C’est le même argument qu’utilise Céline dans sa phase « écrivain du peuple » : « Je serais fort riche à présent si j’avais bien voulu renier un peu mes origines », affirme-t-il en 193520.

Avec les autres parrains belges

  • 21 Lettre du 10 janvier 1925, conservée aux AML, ainsi que toutes les suivantes au même auteur.
  • 22 Lettre du 7 juin 1927.
  • 23 Lettre du 1er avril 1924.

9En Belgique, Tousseul met à profit ses dons de stratège non seulement avec Georges Eekhoud, mais aussi avec Hubert Krains et Edmond Picard, avec qui il correspond dès 1917–1918. Désireux d’intégrer la tradition des écrivains réalistes belges, Tousseul propose à Hubert Krains, écrivain « du terroir », une image de lui-même définie ad hoc : il se montre attaché à sa terre natale, à sa famille (à sa « brave femme » et à sa fille Yvette, qu’il évoque souvent dans ses lettres) ; il rappelle volontiers, comme il le fait avec Eekhoud, son état de pauvreté, que le succès récent n’a pas beaucoup altéré : « Vous comprenez que ce succès m’a fait grand plaisir : je vais m’acheter un poêle, un pardessus et un costume21 ». Il met également en avant le caractère véridique de ses récits (« Je n’ai pas tant de mérite que vous croyez du reste, puisque mes histoires sont presque authentiques : je n’ai fait que copier mes braves gens22 ») et suggère des critères externes à l’œuvre, de type biographique et sociologique, pour leur appréciation (il souligne, notamment, qu’il a été ouvrier carrier dans le passé). Il présente son métier comme étant à la fois manuel et spirituel : « Je suis un simple, […] je suis à l’établi comme un probe artisan — et un missionnaire23. »

  • 24 Lettre du 2 juin 1917.
  • 25 Genette (Gérard), Seuils, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1987, p. 8.
  • 26 Ibidem, p. 147. De même, Paul Aron a écrit à propos des dédicaces des œuvres de Verhaeren qu’elles (...)

10Ce n’est pas tout : en annonçant son prochain livre, il prévient Hubert Krains qu’il y trouvera « quelques épigraphes, profondes et douloureuses » empruntées au maître lui-même24. La stratégie impliquée par les épigraphes est double : d’une part, en citant son maître, Tousseul lui rend hommage ; de l’autre, il se situe dans son sillage, dans la mesure où il invite à lire ses propres livres à la lumière de ceux d’Hubert Krains. Comme Gérard Genette l’a expliqué dans Seuils, le paratexte est « une zone non seulement de transition, mais de transaction : lieu privilégié d’une pragmatique et d’une stratégie, d’une action sur le public au service, bien ou mal compris et accompli, d’un meilleur accueil du texte et d’une lecture plus pertinente25 ». Les épigraphes de Tousseul suggèrent d’une part, comme le dit Genette, « une lecture plus pertinente », ou du moins celle qui semble plus pertinente à l’auteur, et trouvent leur sens dans « l’identité de [leur] auteur, et l’effet de caution indirecte que sa présence détermine à l’orée d’un texte26 ».

  • 27 Les auteurs du réseau de Rolland sont cités même dans le texte, par les personnages, qui évoquent t (...)

11L’hommage par la citation ou par la dédicace est une des stratégies les plus élémentaires et les plus communes chez les écrivains débutants — ceux, précisément, dont les œuvres ont besoin d’être cautionnées par des auteurs plus légitimes. Tousseul a recours à ce système d’épigraphes et de dédicaces de manière hyperbolique, voire systématique. Par exemple, son recueil La Mélancolique Aventure (1920, voir aussi infra) est dédié à Georges Eekhoud, s’ouvre sur une citation d’Henri Barbusse et la plupart des contes qui composent le livre débutent soit par une citation, soit par une dédicace (dont une à Krains). Neuf ans plus tard, les treize parties qui composent La Veilleuse, ainsi que son prologue et son épilogue, commencent par des épigraphes ; les auteurs cités appartiennent tous au réseau de Romain Rolland que Tousseul a intégré depuis quelques années et au sein duquel il cherche à ce moment-là la légitimité27. On dirait que l’auteur pérennise le geste de l’impétrant : c’est précisément que la soumission est devenue une posture.

  • 28 Sur la figure d’Edmond Picard, à la fois écrivain, critique littéraire, animateur de revue, avocat, (...)
  • 29 Voir Deflandre (Maurice), « Deux lettres inédites de Jean Tousseul à Edmond Picard », dans Revue Na (...)
  • 30 Lettre du 18 janvier 1918.

12Si Tousseul appelle toujours Eekhoud et Krains ses « Maîtres », Edmond Picard, le fondateur de la revue L’Art moderne28, sera toujours, dans sa correspondance, le « Père »29. Les lettres de Tousseul à Picard ne diffèrent pas beaucoup de celles qu’il envoie à Eekhoud et à Krains. Tout d’abord, l’auteur affecte son humilité : « Vous êtes trop généreux, Père, et j’ai peur de vous ennuyer » ; « Humblement avec ma prose d’homme qui n’a guère été à l’école, j’ai essayé, moi aussi, dans un roman que je termine, d’exprimer mon amour pour les humbles. » Il parle de son indigence et de celle de son enfant : « Ma petite fille ce matin encore mangeait une bien maigre tartine […] Ah ! si ma garde-robe n’avait pas été en si piteux état, j’aurais été m’agenouiller devant vous et vous remercier. » Il rappelle qu’il n’a pas été à l’école ; il souligne la sincérité, le naturel, le spontané, la non-construction littéraire de ce qu’il écrit. Pour finir, il cherche à donner tant au « Père » qu’à soi-même un cadre (bien ambitieux !) de légitimité littéraire ; après avoir reçu la première réponse de la part de Picard, il lui écrit : « Je comprends la joie indicible de Romain Rolland lorsqu’il reçut une lettre de Tolstoy30. » Ambitieux, trop ambitieux ? A posteriori, la comparaison peut faire sourire ; force est d’admettre, toutefois, que les stratégies que Tousseul met en acte à cette période sont gagnantes, donc appropriées.

Le succès en France

  • 31 Certains de ces articles sont réédités en annexe à l’édition de 1990 de La Mélancolique Aventure (C (...)
  • 32 Voir aussi Hannotte (Michel), préface à Tousseul (Jean), La Mélancolique Aventure, op. cit., p. i–x (...)

13De plus en plus reconnu en Belgique, Tousseul essaie de percer en France aussi. Dès l’après-guerre, on parle d’ailleurs de lui au-delà de la frontière : il a participé activement à la campagne internationale de solidarité contre l’ostracisme subi par Georges Eekhoud (forcé de démissionner de ses cours de littérature pour ses déclarations en faveur de la neutralité de la Belgique et de la création d’une université flamande) et il a été incarcéré à cause des articles pacifistes qu’il a publiés dans la presse31. Edmond Picard et Paul Gilson sont poursuivis à la même époque pour des raisons analogues, ce qui permet à Tousseul de bénéficier de la campagne internationale que divers intellectuels mènent en faveur de ses compatriotes32.

  • 33 Voir Hannotte (Michel), « Jean Tousseul journaliste », La Vie wallonne, 1991, p. 45.

14Les résultats ne tardent pas à se manifester : en 1920, l’Imprimerie Coopérative de Huy publie un recueil de nouvelles de Jean Tousseul, intitulé La Mélancolique Aventure, avec une préface d’Henri Barbusse, écrivain très célèbre à ce moment-là en France : il a décroché le prix Goncourt en 1916 grâce à son roman antibelliciste Le Feu et a lancé en 1919 le mouvement Clarté, au nom de la résistance à la guerre et du rejet de l’ordre capitaliste. Dans sa préface, Barbusse fait ouvertement allusion au pacifisme de Tousseul et insiste en même temps sur le parcours biographique de l’écrivain (comme Eekhoud l’avait fait dans la préface à La Mort de Petite Blanche), ainsi que sur les sujets « simples » et « humbles » de ses récits. On remarquera que ce sont les années où Barbusse commence à ébaucher sa propre idée de littérature prolétarienne : le profil de Jean Tousseul et les sujets de ses œuvres s’inscrivent très bien dans le mouvement qui n’en est qu’à ses débuts. Tousseul flatte pour sa part Barbusse par une citation tirée de son roman L’Enfer en épigraphe de La Mélancolique Aventure et ouvre en même temps, à Liège, une section locale du groupe Clarté, auquel il avait adhéré en 191933.

15Heureux de profiter de l’appui d’un écrivain français de renom, Tousseul n’oublie pas pour autant ses premiers maîtres. Préfacée par Barbusse, La Mélancolique Aventure est dédiée « Au grand Georges Eekhoud, au parrain de La Mort de Petite Blanche ». Ce faisant, Tousseul remercie le maître qui l’a soutenu le premier et rappelle en même temps sa parenté avec sa veine littéraire.

16Dès le milieu des années 1920, les publications de Tousseul sont signalées dans des périodiques parisiens aussi prestigieux que Le Mercure de France, Les Nouvelles littéraires et, même si l’accueil y est tiède, La Nouvelle Revue française. Tousseul est également journaliste au Peuple de Bruxelles et collabore à différents périodiques belges.

17La première nouvelle de La Mélancolique Aventure est précédée par une épigraphe tirée d’une lettre de Romain Rolland à Émile Verhaeren, qui suggère la proximité intellectuelle entre Tousseul et les pacifistes français, mais aussi les liens étroits entre les écrivains français et leurs confrères belges, représentés par Verhaeren. Verhaeren n’est pas le seul écrivain belge en correspondance avec Rolland. Pendant son incarcération dans la prison de Saint-Léonard de Liège, Jean Tousseul lui-même a reçu des lettres de soutien de sa part. Et, bien entendu, il essaie profiter au maximum du contact avec la figure de proue des pacifistes de l’époque, voire le maître à penser de toute une génération.

18L’épigraphe de La Mélancolique Aventure ne fait qu’amorcer une série de démarches qui conduisent bientôt à des résultats tangibles : en février 1926, le nom de l’ancien ouvrier belge figure au sommaire du numéro spécial que la revue Europe dédie à Romain Rolland pour son soixantième anniversaire. Le nom de Tousseul côtoie ceux de Charles Péguy, Georges Duhamel, René Arcos, Marcel Martinet, Henri Barbusse, Waldo Franck, Maxime Gorki, Wilhelm Herzog, Anatole Lounatcharsky, Giuseppe Prezzolini, Miguel de Unamuno, etc. Sans devoir quitter sa province natale, l’ancien ouvrier wallon est déjà allé très loin.

  • 34 Selon plusieurs critiques, la lecture de Jean-Christophe a inspiré le cycle romanesque de Jean Clar (...)

19La contribution de Tousseul à ce numéro d’Europe vise à souligner l’apport des œuvres de Rolland aux ressortissants du peuple. Elle est construite comme un conte : dans une campagne dévastée par la guerre, des paysans pacifistes lisent des extraits de Jean-Christophe, « le plus grand roman de l’époque » 34, écrit par Romain Rolland, qui « est contre la guerre ». Les réactions sont enthousiastes :

  • 35 Tousseul (Jean), s.t. (section « Témoignages »), dans Europe, n°38, février 1926, p. 210.

Que c’était vrai et grand ! Jamais nous n’avions lu de pareilles pages vraies : c’était comme dans la vie ! Ah ! nous fîmes des kilomètres ces jours-là pour aller crier notre double joie d’avoir découvert un Homme qui était si grand, si près de nous, simples gens du peuple, et qui se dressait contre la guerre35.

20D’une part, Tousseul flatte son maître, garantissant que les « simples gens du peuple » (dont il est) admirent son œuvre ; de l’autre, il en parle dans des termes qui pourraient valoir également pour ses propres récits (il s’agit des « pages vraies », « comme dans la vie », d’un écrivain « contre la guerre ») et se situe, ce faisant, dans la même mouvance que cet écrivain célèbre.

  • 36 Gnocchi (Maria Chiara), Le Parti pris des périphéries. Les « Prosateurs contemporains français » de (...)

21Cette publication dans Europe portera, elle aussi, ses fruits. La revue est éditée, depuis son lancement et jusqu’en 1938, par les éditions parisiennes Rieder. Et c’est dans la collection de littérature française de cet éditeur, les « Prosateurs français contemporains », que Tousseul publie, l’année suivante, le premier volume de son cycle Jean Clarambaux (Le Village gris, 1927) ; le deuxième et le troisième tome, Le Retour et L’Éclaircie, y paraissent respectivement en 1930 et 1931 (refusés par Rieder, les deux suivants seront publiés aux Éditions de Belgique). D’autres récits, La Veilleuse et le recueil Au Bord de l’eau, paraissent encore dans les « Prosateurs français contemporains » en 1929 et 193236. Au cours de la même période, Tousseul intervient à plusieurs reprises dans Europe.

  • 37 Tousseul (Jean), dans Les Humbles, nos 7–8, juillet-août 1929, p. 25. Dans la dédicace autographe q (...)
  • 38 Bazalgette (Léon), Camille Lemonnier, Paris, Sansot, 1904, et Émile Verhaeren, Paris, Sansot, 1907.

22En 1929, Tousseul contribue à une autre publication importante, du moins du point de vue symbolique. En 1929 meurt prématurément Léon Bazalgette, l’un des fondateurs d’Europe, qui a lancé, chez Rieder, la collection « Prosateurs étrangers modernes ». Peu de mois après sa mort, la revue française Les Humbles, dirigée par l’instituteur pacifiste Maurice Wullens, lui consacre un numéro spécial. Seulement cinq contributeurs sont au sommaire, et Jean Tousseul est l’un d’eux. Si, dans le numéro d’Europe pour le soixantième anniversaire de Romain Rolland, Tousseul prend la posture de l’écrivain prolétaire, marquée donc d’un point de vue social, ici il se choisit une carte d’identité marquée d’un point de vue géographique : il est le Belge qui salue, en Bazalgette, le « grand serviteur des Lettres Belges37 ». Effectivement, Bazalgette a eu un rôle actif dans la promotion de différents auteurs belges en France, francophones et néerlandophones. Ami d’Émile Verhaeren, Camille Lemonnier, Cyriel Buysse, Émile Claus, il a écrit une biographie de Lemonnier et un essai sur Verhaeren38. En faisant l’éloge d’un critique qui a promu des écrivains belges, Tousseul tire l’eau à son moulin, d’autant plus qu’il a tendance à s’identifier à ses prédécesseurs que Bazalgette a loués et contribué à diffuser. Il s’agit, encore une fois, d’une opération stratégique : les liens entre Camille Lemonnier et Tousseul, par exemple, sont loin de sauter aux yeux, mais Tousseul fait en sorte de présenter l’auteur d’Un Mâle comme le « hardi ouvrier des lettres » (je souligne) qui défie la justice de son pays… L’article se conclut ainsi :

  • 39 Tousseul (Jean), dans Les Humbles, op. cit.,p. 28.

Or le fidèle serviteur des Lettres Belges est mort. Ses vieux amis Lemonnier, Eekhoud, Verhaeren n’étaient plus ici pour rappeler son nom aux hommes de ce pays qui gardent le culte des pionniers de la littérature nationale. Léon Bazalgette ne serait pas étonné de ce silence […]. Mais si, dans sa candeur d’ouvrier solitaire, resté simple et modeste, il a cru que son œuvre se perdrait, il s’est trompé : son Whitman et son Thoreau resteront. Et l’on devra veiller un jour à la réédition de son Camille Lemonnier pour le plus grand profit des Lettres Belges39.

23On remarquera d’abord que Bazalgette est décrit dans sa « candeur d’ouvrier solitaire, resté simple et modeste » (n’est-ce pas la description de Tousseul lui-même ?). Mais ce qui paraît le plus intéressant, dans ces dernières phrases, c’est le mouvement habile par lequel Tousseul se donne de l’importance tout en s’esquivant. Son raisonnement procède ainsi : Bazalgette, qui rappelait en France le nom de Lemonnier, Eekhoud, etc., est mort ; ces écrivains étant morts à leur tour, qui pourra lui rendre le service et faire résonner encore son nom ? On devine la réponse induite : Jean Tousseul prendra la relève de ces grands maîtres belges. Or cette réponse est savamment suggérée, mais non assumée ouvertement : le Wallon déclare que la renommée de Bazalgette sera assurée par les œuvres mêmes que le Français a laissées. Coup de bravoure, suivi par un appel très direct à l’intelligentsia littéraire à la fois belge et française, invitée à redécouvrir les écrits qu’un Français a consacrés à des Belges. Encore une fois, il fait d’une pierre deux coups.

  • 40 Comme André Baillon, qui avait lui aussi conquis le milieu de Rieder le premier, a fait avant lui, (...)
  • 41 Lettre à Georges Eekhoud du 5 avril 1923.
  • 42 Lettre à Hubert Krains du 31 mars 1926.
  • 43 Lettre à Hubert Krains du 19 décembre 1927.
  • 44 Lettre à Hubert Krains du 12 novembre 1930.

24Modeste quand il le faut, Tousseul fait valoir, à partir d’un certain moment, ses amitiés et sa renommée en France à ses premiers maîtres belges. Ayant conquis sa petite place dans le champ littéraire français, il se propose de faire le passeur pour ses compatriotes40. Déjà en 1923, il écrit à Eekhoud : « Je tâcherai de faire connaître votre travail patrial41. » En 1926, il qualifie le compte rendu d’un livre d’Hubert Krains, publié dans le journal belge Le Travail, d’« acompte », et il explique : « Je dis acompte parce que j’espère parler de tous vos livres42. » Toujours en 1926, il signale dans Europe le dernier livre d’André Baillon (qui est édité à Paris dans la même collection de Tousseul) ; il y rendra compte d’un autre roman du même auteur en 1931. En 1927, il annonce à Hubert Krains qu’il va essayer, depuis sa petite province wallonne, d’introduire son « œuvre populaire » en Russie, et il ajoute en connaisseur : « Parce que la Russie est accueillante et que son peuple aime les histoires originelles comme celles que vous avez écrites43. » Encore en 1930, il assure à Krains qu’il a collaboré à la diffusion du livre que Desiré Denuit lui a consacré44.

De la soumission à l’affirmation

25Pour se donner de l’importance, Jean Tousseul tend paradoxalement (du moins à première vue) à se présenter en position de passivité, comme l’objet tour à tour de l’admiration, de la haine, de la compassion. Par exemple, il opte pour des formes d’autolégitimation détournée, par le biais d’autres écrivains, plus affirmés que lui. Ainsi, pour convaincre Eekhoud de prendre sa défense lors de son incarcération, il fait la liste de ceux qui l’ont déjà fait (Picard, Krains, Rolland, etc.) et ajoute :

  • 45 Lettre à Georges Eekhoud du 10 février 1919, je souligne.

J’espère que le grand écrivain évangélique de mon Pays ne laissera pas mourir en prison un homme loyal et sincère — comme disent certains de ses juges — qui a lutté courageusement pour de grandes Idées, qui auront bientôt cours45.

Une semaine plus tard, il fait la même liste d’« avocats défenseurs » à Krains (en remplaçant son nom par celui d’Eekhoud) et se flatte des paroles que lui a réservées Romain Rolland :

  • 46 Lettre à Hubert Krains du 18 février 1919.

Vous connaissez peut-être la phrase de Romain Rolland. Après avoir dit que je suis un grand artiste, il ajoute : « Ce serait faire tort à la Patrie que faire tort à l’un de ses fils les plus généreux et les mieux doués, dont le nom sera bientôt connu et aimé dans toute l’Europe46. »

26Cette tendance à la passivité aboutit à des formes de masochisme parfois, et très souvent à une posture de martyr qui est une variante de celle de l’écrivain souffrant et maudit. Ainsi dans sa correspondance avec Edmond Picard :

J’ai beaucoup souffert et cela m’a rendu meilleur. […] Cela fait du bien de souffrir.

  • 47 Lettre à Edmond Picard du 18 janvier 1918, citée dans Deflandre (Maurice), « Deux lettres inédites (...)

On me croit méchant parce que je suis pauvre et que je fais enrager les gredins de chez nous. On me croit fou parce que je ne sers pas un dieu, que j’aime le Christ et que je défends les béguines de Seilles, les mamans de trente-huit petits orphelins. O je voudrais aimer tout le monde et ne jamais ennuyer personne47.

Ou encore, en écrivant à Hubert Krains, il se choisit des comparants pour le moins illustres :

  • 48 Lettre à Hubert Krains du février 1919.

On a mis en liberté les industriels prostitués et les journalistes financiers qui, grâce aux annonces des voleurs et des Allemands […] ont pu se payer de puissants avocats. Moi, qui ai lutté noblement, courageusement pour des Idées qui auront bientôt cours, on me tient. Jésus, Vanini, Galilée, Tolstoï : la croix, la roue, l’excommunication48 !

27Choisissant tour à tour son rôle (fils, filleul, disciple, objet de louanges, etc.), Tousseul affiche une certaine soumission qui, loin d’être passagère, correspond une posture déterminée. En 1917, on aurait pu penser que Tousseul faisait le modeste parce qu’il en était à ses débuts. Or, douze ans plus tard, c’est la même soumission que l’auteur met en avant, puisqu’elle correspond à un rôle bien précis pour lequel il a opté. « Tousseul », c’est le pseudonyme qu’il s’est choisi, pour toujours.

  • 49 « Je sens aujourd’hui, gravement, péniblement, cette infériorité — de n’avoir jamais eu à gagner mo (...)
  • 50 Eekhoud (Georges), préface à Tousseul (Jean), La Mort de Petite Blanche, op. cit., p. 3.

28Évidemment, le geste des « parrains », bourgeois pour la plupart, qu’il flatte et qui le légitiment en retour, n’est pas totalement désintéressé. C’est aussi pour cela que les stratégies de Tousseul sont gagnantes. J’ai dit que, depuis le début du siècle, la simplicité et l’authenticité sont reconnues comme de véritables valeurs, morales et esthétiques ; tenues pour « naturelles » chez les écrivains issus du peuple, ces qualités ne sont pas toujours à la portée des écrivains bourgeois consacrés (d’où, par exemple, le complexe d’infériorité d’André Gide vis-à-vis de Charles-Louis Philippe49). Cependant, ceux-ci voient dans leur action de soutien aux moins fortunés une occasion de rachat possible : en appuyant les « simples », même les « grands » se rapprocheront un peu d’eux. Les uns ouvrent les portes d’un monde aux autres et vice-versa. Dans la préface qu’il écrit pour La Mort de Petite Blanche, Georges Eekhoud explique qu’il accepta tout de suite d’écrire ce texte, et « presque avec reconnaissance », car si Jean Tousseul « voulait bien attacher quelque prix à [s]on patronage, [il] estimai[t], de [s]on côté, que le parrain aurait tout lieu d’être fier de son filleul50 ».

  • 51 Hannotte (Michel), « Jean Tousseul journaliste », op. cit., p. 37.

29Force est de constater que les stratégies de Tousseul sont deux fois gagnantes : il obtient la renommée espérée tout en préservant l’image de l’écrivain qui reste « tout seul » dans son coin de terre. Michel Hannotte le nomme le « Solitaire de Machelen », ayant « vécu dans ses songeries lointaines sans quitter son enclos51 ». C’est ce qu’écrivait déjà Raoul Couvreur dans les années 1940 :

  • 52 Couvreur (Raoul), « Une œuvre nostalgique », op. cit., p. 84.

Dans le calme et la solitude, loin des cénacles et des chapelles littéraires, ne recevant que quelques rares amis, effleuré à peine par les grands tourbillons de la vie du siècle, patiemment et laborieusement, Jean Tousseul édifie son œuvre52.

Ou encore, Désiré Denuit :

  • 53 Denuit (Désiré), Jean Tousseul. L’Homme et l’œuvre, Bruxelles, Office de publicité, 1945, p. 12–13.

Il ne participait pas du tout à ce qu’on nomme la vie littéraire. Il ne connaissait pas les clubs ni les salons, leurs intrigues, leurs papotages, leur vanité. Dans ses chroniques il ne s’occupait plus que des auteurs étrangers ou des morts ; ainsi il ne fut plus d’aucune utilité à ses confrères et n’attendit rien d’eux : cette conduite assurera définitivement sa solitude. […] Cela n’empêcha point le public et les jeunes intellectuels de le découvrir et d’apprécier son œuvre53.

  • 54 Voir ses lettres à Jean-Richard Bloch des 6 juillet 1926 et 1er décembre 1927 : « je ne suis pas l’ (...)
  • 55 Lettre à Hubert Krains du 19 novembre 1927.
  • 56 Voir aussi sa lettre à Hubert Krains du 10 janvier 1925 : « Il ne faut pas vous étonner si je ne vo (...)

30Il est vrai que Tousseul ne fréquente ni clubs ni salons, mais il ne participe pas moins à la « vie littéraire », et bien sûr il attend quelque chose de ses confrères. Évidemment, l’auteur est le premier responsable de la construction de cette image de soi désintéressée54. Même lorsqu’il évoque, avec Hubert Krains, ses rapports avec la Russie, il précise qu’il n’est pas affilié au parti communiste et il ajoute : « Je ne suis qu’un solitaire militant de pauvres55. » Le fait est que, étant donné son statut d’écrivain et le contexte littéraire qu’il se choisit, le fait de rester isolé et proche du peuple est bien plus stratégique que n’importe quelle fréquentation publique56.

Les limites de la stratégie

31Comme je le disais en ouverture de cet article, la stratégie de Tousseul est gagnante, du moins dans une première phase, parce qu’elle opère à plusieurs niveaux, non sans redondance : l’image de soi que l’écrivain promeut — dans la correspondance avec les « parrains », dans les articles qu’il publie dans les périodiques, etc. — est cohérente avec les thématiques de ses œuvres et avec le pseudonyme qu’il s’est choisi. Il faut pourtant reconnaître qu’elle a également des limites, aussi bien qualitatives que quantitatives.

  • 57 Bellotto (Bruno), « L’exclusion par l’hommage : poètes ouvriers et écrivains “socialistes” dans la (...)
  • 58 Senghor (Léopold Sédar), Hosties noires, Paris, Seuil, 1948.
  • 59 Voir Gnocchi (Maria Chiara), « Le barbare d’à côté (1900–1939) », dans Francofonia, n°70, printemps (...)

32Il y a d’abord, en effet, un revers à la médaille : la qualité de la position obtenue est par définition limitée, puisque c’est une position de dépendance. Pour définir la manière dont les écrivains romantiques appréciaient les œuvres des auteurs populaires, le critique Bruno Bellotto parle d’« exclusion par l’hommage » : leur reconnaître une valeur, mais les confiner dans une sorte d’espace « à part » rendrait ainsi l’accueil très ambigu, voire très proche d’un rejet57. Cela n’est pas sans rapport avec les « louanges de mépris » adressées aux Noirs que Léopold Sédar Senghor a stigmatisés dans le « Poème liminaire » d’Hosties noires (1948), pour les refuser58. Il est toutefois important de préciser que la situation dans l’entre-deux-guerres n’est plus la même qu’au xixe siècle, ni tout à fait assimilable à celle qu’évoque Senghor : la légitimité reconnue aux fils du peuple dans les années 1920 et 1930 n’a pas d’égale dans le passé59, ce qui implique qu’on peut nuancer cette dépendance, qui existe, mais elle est moins marquée qu’il n’y paraît, et le mépris en est sûrement absent.

  • 60 Voir sa lettre à J.-R. Bloch du 5 juin 1926, Bibliothèque nationale de France, Fonds Jean-Richard B (...)
  • 61 Ibidem, p. 103.

33La stratégie de Tousseul a des limites quantitatives aussi. À un moment donné, les opérations autrefois gagnantes que j’ai décrites dans la présente étude ont cessé de produire leurs fruits. L’écrivain est mis un peu à l’écart au début des années 1930, alors même que les vagues parallèles du roman populiste et du roman prolétarien étaient en plein essor. Comme on l’a vu, les éditions Rieder, qui publient les trois premiers tomes du cycle Jean Clarambaux, refusent les deux derniers. Que s’est-il passé ? Dans son essai consacré à La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900, Paul Aron explique que des contradictions apparaissent dans le parcours de Tousseul. Premièrement, tout en se présentant comme un écrivain ouvrier et comme un « solitaire », a priori illégitime, Tousseul commence à viser des formes de reconnaissance très importantes, comme le Grand Prix de Littérature de l’Académie française60. Mais surtout, ses œuvres entrent en conflit avec sa posture : on s’attend, à l’époque, à ce qu’un écrivain ouvrier et autodidacte écrive de manière « simple », recourant par exemple à un lexique peu fourni et privilégiant la parataxe, restant en quelque sorte en deçà de toute recherche esthétique et, encore plus, psychologique. Or, alors que les thèmes des œuvres de Toussseul sont tout à fait cohérents avec la vague de la littérature ouvrière, puis prolétarienne, son style est souvent chargé, les descriptions « poétiques » abondent et l’auteur s’intéresse à la psychologie de ses personnages. Comme l’a remarqué Paul Aron, « [c]es traits renvoient l’œuvre de Tousseul au modèle dominant de la littérature et semblent dénier toute pertinence à l’ancrage prolétarien et même populiste61 ».

  • 62 Ibidem, p. 104.
  • 63 Voir Gnocchi (Maria Chiara), Le Parti pris des périphéries, op. cit.

34Le déclin de Jean Tousseul a des raisons politiques aussi, dues à son éloignement progressif des positions d’Henri Barbusse et à son rapprochement de celles de Romain Rolland, qui impliquent un désengagement que l’auteur revendique haut et fort62. S’il est vrai que ce choix réduit ses possibilités de publier dans certains périodiques français et lui vaut l’ostracisme des milieux prolétariens belges, je ne suis pas sûre que ce soit là la seule raison, ni la principale, de la fin de sa parabole ascendante en France, d’autant plus que les éditions Rieder sont, elles aussi, plus proches de Rolland que de Barbusse63. Ce qui pèse lourd, à mon avis, c’est l’écart progressif entre la posture assumée (et donc la position recherchée) et l’esthétique des œuvres. Ceci prouve que les stratégies sont importantes, mais qu’elles ne sont pas opérantes si elles ne sont pas mises au service d’une œuvre qui les justifie et les soutient.

Haut de page

Notes

1 Voir Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

2 Sur le concept de posture, voir Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

3 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2005. Voir aussi le dossier consacré aux malédictions littéraires du présent numéro de Textyles.

4 Voir Ragon (Michel), Les Écrivains du peuple. Historique, biographies, critique, préface de Lucien Descaves, Paris, Jean Vigneu, coll. Germinal, 1947, et Thiesse (Anne-Marie), Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, coll. Ethnologies, 1991.

5 Voir, parmi les premiers, Depresle (Gaston), éd., Anthologie des écrivains ouvriers, préface de Henri Barbusse, Paris, Aujourd’hui, 1925.

6 Voir Garguilo (René), dir., Poulaille et la littérature prolétarienne en France de 1920 à 1940, La Revue des Lettres Modernes, nos 918–924, 1989, et Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900, Bruxelles, Labor, coll. Un livre une œuvre, 1995.

7 Voir Gnocchi (Maria Chiara), « Vers une pratique “primaire” de la littérature. La simplicité, valeur littéraire dans les premières décennies du xxe siècle », dans Prince (Nathalie) et Eichel Lojkine (Patricia), dir., La Simplicité, une notion complexe ?, dans Publije, n°3, 2013, url : http://revues.univ-lemans.fr/index.php/publije/article/view/92.

8 Voir Gnocchi (Maria Chiara), « Du paternalisme romantique aux “illégitimes légitimés” : stratégies de légitimation des écrivains populaires et autodidactes (1830–1939) », dans Amedegnato (Ozouf Sénamin), Gbanou (Sélom Komlan), et Ngalasso-Mwatha (Musanji), dir., Légitimité, légitimation, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Études africaines et créoles, 2011, p. 127–140.

9 Tousseul (Jean), Pour Mes Amis, Seilles-Andenne, Imprimerie Z. Laruelle, 1916 ; Les Carriers : gamin, Bruxelles, L’Églantine, 1916. Elle sera reprise dans le recueil Au Bord de l’eau que Tousseul publie aux éditions parisiennes Rieder en 1932.

10 Lettre conservée, ainsi que le reste de la correspondance Tousseul-Eekhoud, aux Archives et Musée de la Littérature de Bruxelles, désormais AML.

11 Voir aussi les premières dédicaces d’Émile Verhaeren à ses « maîtres », dans Les Flamandes. Verhaeren dédicacera ses poèmes et ses œuvres à différents écrivains, tout au long de sa carrière, mais l’appellatif « maître » n’apparaît que dans son premier recueil, voir Aron (Paul), « Dans le champ des honneurs », dans Jago-Antoine (Véronique) et Quaghebeur (Marc), dir., Textyles, n°11, Émile Verhaeren, 1994, p. 11–19, url : http://textyles.revues.org/2068.

12 Dans ses lettres successives, Tousseul ira plus loin : ayant mis en avant quelqu’un d’encore plus « petit », à savoir Yvette, sa fille, il écrit : « Maître, si vous vouliez parler de mon livre à Bruxelles, ma petite fille aurait du pain et elle vous le devrait » (lettre du 8 mars 1918). Désormais, le nom d’Yvette figurera dans presque toutes ses lettres.

13 Eekhoud (Georges), préface à Tousseul (Jean), La Mort de Petite Blanche, Hal, Imprimerie coopérative, 1918, p. 1.

14 Voir sa carte postale du 22 avril 1918.

15 Lettre du 22 mars 1918.

16 Lettre du 22 juin 1918.

17 Ibidem.

18 De Gaulejac (Vincent), La Névrose de classe : trajectoire sociale et conflits d’identité, Paris, Hommes et Groupes, 1986. Sur le partage de la personnalité de Tousseul, voir aussi sa correspondance à Hubert Krains, en particulier la lettre du 29 décembre 1925, où il évoque d’un côté le Tousseul « obscur employé du syndicat des cmptt », de l’autre le « littérateur ».

19 Voir Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire, op. cit., en particulier ch. 2, « De la pauvreté de l’homme des lettres ».

20 Céline (Louis-Ferdinand), Lettre à Élie Faure du 2 mars 1935, citée dans Meizoz (Jérôme), « L’authenticité comme posture : Henry Poulaille, C.F. Ramuz, Jean Giono », dans Postures littéraires, op. cit., p. 78. Dans cette phase de sa carrière, Céline déclare également, un peu comme Tousseul : « Je suis du peuple, du vrai… » (1932) ; « Je ne fais pas de “style” » (1937), voir Meizoz (Jérôme), « Variations sur une posture : Céline, la langue et la traduction », ibidem, p. 101–102.

21 Lettre du 10 janvier 1925, conservée aux AML, ainsi que toutes les suivantes au même auteur.

22 Lettre du 7 juin 1927.

23 Lettre du 1er avril 1924.

24 Lettre du 2 juin 1917.

25 Genette (Gérard), Seuils, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1987, p. 8.

26 Ibidem, p. 147. De même, Paul Aron a écrit à propos des dédicaces des œuvres de Verhaeren qu’elles « s’inscrivent dans un réseau d’échanges symboliques bien codifiés. À l’instar des préfaces ou des articles critiques, elles servent moins à assurer la publicité de l’œuvre en direction du public qu’à signaler l’existence de liens entre auteurs solidaires ou alliés » [Aron (Paul), « Dans le champ des honneurs », op. cit., p. 14].

27 Les auteurs du réseau de Rolland sont cités même dans le texte, par les personnages, qui évoquent tour à tour Knut Hamsun, Selma Lagerlöf, Johannes Linnankoski, etc., pour la plupart publiés dans les « Prosateurs étrangers modernes », la collection « jumelle » des « Prosateurs français contemporains » qui édite les livres de Tousseul (voir infra).

28 Sur la figure d’Edmond Picard, à la fois écrivain, critique littéraire, animateur de revue, avocat, homme politique, etc., voir Aron (Paul), Vanderpelen-Diagre (Cécile), Edmond Picard (1836–1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle. Essai d’histoire culturelle, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, coll. Thèses et Essais, 2013.

29 Voir Deflandre (Maurice), « Deux lettres inédites de Jean Tousseul à Edmond Picard », dans Revue Nationale, juin-juillet 1967 (une copie dactylographiée est conservée aux AML, cote ML 2763/1). Les citations suivantes sont toutes citées de cette source.

30 Lettre du 18 janvier 1918.

31 Certains de ces articles sont réédités en annexe à l’édition de 1990 de La Mélancolique Aventure (Cuesmes, éditions du Cerisier).

32 Voir aussi Hannotte (Michel), préface à Tousseul (Jean), La Mélancolique Aventure, op. cit., p. i–xix.

33 Voir Hannotte (Michel), « Jean Tousseul journaliste », La Vie wallonne, 1991, p. 45.

34 Selon plusieurs critiques, la lecture de Jean-Christophe a inspiré le cycle romanesque de Jean Clarambaux de Tousseul, voir Couvreur (Raoul), « Une œuvre nostalgique », dans Témoignages sur Jean Tousseul, réunis par Jean-Paul Bonnami, Liège, L’Horizon Nouveau, 1941, p. 88.

35 Tousseul (Jean), s.t. (section « Témoignages »), dans Europe, n°38, février 1926, p. 210.

36 Gnocchi (Maria Chiara), Le Parti pris des périphéries. Les « Prosateurs contemporains français » des éditions Rieder (1921–1939), Bruxelles, Le Cri-CIEL, 2007.

37 Tousseul (Jean), dans Les Humbles, nos 7–8, juillet-août 1929, p. 25. Dans la dédicace autographe qu’il écrit pour un exemplaire de La Mélancolique Aventure conservé aux AML, Eekhoud est « l’Amant du Peuple ».

38 Bazalgette (Léon), Camille Lemonnier, Paris, Sansot, 1904, et Émile Verhaeren, Paris, Sansot, 1907.

39 Tousseul (Jean), dans Les Humbles, op. cit.,p. 28.

40 Comme André Baillon, qui avait lui aussi conquis le milieu de Rieder le premier, a fait avant lui, voir Gnocchi (Maria Chiara), « Baillon passeur entre France et Belgique », dans Les Nouveaux Cahiers André Baillon, n°2, 2004, p. 13–23.

41 Lettre à Georges Eekhoud du 5 avril 1923.

42 Lettre à Hubert Krains du 31 mars 1926.

43 Lettre à Hubert Krains du 19 décembre 1927.

44 Lettre à Hubert Krains du 12 novembre 1930.

45 Lettre à Georges Eekhoud du 10 février 1919, je souligne.

46 Lettre à Hubert Krains du 18 février 1919.

47 Lettre à Edmond Picard du 18 janvier 1918, citée dans Deflandre (Maurice), « Deux lettres inédites de Jean Tousseul à Edmond Picard », op. cit.

48 Lettre à Hubert Krains du février 1919.

49 « Je sens aujourd’hui, gravement, péniblement, cette infériorité — de n’avoir jamais eu à gagner mon pain, de n’avoir jamais travaillé dans la gêne. […] Un temps vient où le bourgeois se sentira en état d’infériorité devant un simple travailleur. Ce temps est déjà venu pour certains », Gide (André), Journal 1889–1939, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1941, note du 8 mars 1935, p. 1221. Voir aussi Gnocchi (Maria Chiara), « Le rasoir d’André Gide ou l’histoire d’une quête entre simplicité et simplexité », dans Jollin-Bertocchi (Sophie), Kurts-Wöste (Lia), Paillet (Anne-Marie), Stolz (Claire), dir., La Simplicité. Manifestations et enjeux culturels du simple en art, Paris, Champion, coll. Bibliothèque de littérature générale et comparée, 2017.

50 Eekhoud (Georges), préface à Tousseul (Jean), La Mort de Petite Blanche, op. cit., p. 3.

51 Hannotte (Michel), « Jean Tousseul journaliste », op. cit., p. 37.

52 Couvreur (Raoul), « Une œuvre nostalgique », op. cit., p. 84.

53 Denuit (Désiré), Jean Tousseul. L’Homme et l’œuvre, Bruxelles, Office de publicité, 1945, p. 12–13.

54 Voir ses lettres à Jean-Richard Bloch des 6 juillet 1926 et 1er décembre 1927 : « je ne suis pas l’homme à faire la cour aux confrères » ; « je ne fais jamais la cour à personne : je suis un garçon très fier », Fonds Jean-Richard Bloch, BnF.

55 Lettre à Hubert Krains du 19 novembre 1927.

56 Voir aussi sa lettre à Hubert Krains du 10 janvier 1925 : « Il ne faut pas vous étonner si je ne vous écris pas plus souvent. Je n’écris à personne et personne ne me voit. »

57 Bellotto (Bruno), « L’exclusion par l’hommage : poètes ouvriers et écrivains “socialistes” dans la France de Louis-Philippe », dans Littérature populaire : peuple, nation, région, supplément de la revue Trames, 1987, p. 191–202.

58 Senghor (Léopold Sédar), Hosties noires, Paris, Seuil, 1948.

59 Voir Gnocchi (Maria Chiara), « Le barbare d’à côté (1900–1939) », dans Francofonia, n°70, printemps 2016, p. 17–34.

60 Voir sa lettre à J.-R. Bloch du 5 juin 1926, Bibliothèque nationale de France, Fonds Jean-Richard Bloch, et Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900, op. cit., p. 102.

61 Ibidem, p. 103.

62 Ibidem, p. 104.

63 Voir Gnocchi (Maria Chiara), Le Parti pris des périphéries, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Gnocchi, « Jean Tousseul », Textyles, 53 | 2018, 125-140.

Référence électronique

Maria Chiara Gnocchi, « Jean Tousseul », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2970 ; DOI : 10.4000/textyles.2970

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Gnocchi

Université de Bologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals