Navigation – Plan du site
Chroniques
La chronique des AML

Le fonds d’archives de Thierry Salmon

Un metteur en scène à (re)découvrir
Dominique Dewind
p. 167-170

Texte intégral

1Thierry Salmon (Bruxelles, 1957 – Strasbourg, 1998) est apparu comme une comète dans le monde du spectacle en Belgique et en Europe. Passionné, incroyablement talentueux, habité par une conception vivante des arts du spectacle, perpétuellement renouvelée par un bouillonnement d’idées et de réflexions, il a amené le théâtre jusque dans des lieux où il n’avait jamais pénétré. Or, le 15 juin 1998, à 41 ans, brutalement happé par un accident de voiture sur une route au retour d’Italie, il disparait, emportant avec lui tous les projets sur lesquels il était en train de travailler.

2Une vingtaine de caisses d’archives avec ses documents de travail arrivent alors aux aml, probablement ce qui se trouvait dans son bureau et sur sa table. Des notes, beaucoup de notes sur la pratique du théâtre, sur ce qu’est ou doit être le théâtre ou, plus concrètement, sur ses spectacles en répétition. Des lettres aussi, des petits mots d’amour écrits aux marqueurs multicolores, des contrats, des budgets, des notes techniques, des gribouillis sur des petits bouts de papiers, des croquis à main levée, beaucoup de plans de théâtre ou de lieux divers, des fax, des photos, des projets d’affiches ou de flyers, des livres qui l’ont inspiré, des programmes de spectacles qu’il a vus, des captations sur vhs… Le tout plus ou moins pêle-mêle, plus ou moins rangé. Des archives qui reflètent cette vitalité, cette énergie créatrice qui le caractérisait tant.

  • 1 Calabrese (Graziella), Thierry Salmon : regard sur une œuvre et approche d’une pratique de création (...)

3Quel est le théâtre de Thierry Salmon ? Tout son théâtre « était pour moi ce frémissement de la vie à travers la chair, le souffle, la rencontre intime avec l’autre, sa venue, sa souffrance1 », écrit Graziella Calabrese. En effet, Salmon déconstruit les codes, un à un, en procédant de manière intuitive, profondément authentique, sans suivre une approche calculée ou rationnelle. Rejetant toute forme de hiérarchie, il se rend perméable aux textes, aux lieux, aux acteurs, aux pays. Dans une espèce de mouvement permanent toujours connecté à la vie, il travaille sans construction préalable, en laissant aux choses, aux mots, à la mémoire, aux gens, aux lieux, leur chance d’exister. L’important étant simplement d’être humainement touché.

4L’idée que le théâtre serait l’endroit d’une rencontre entre la fiction et la réalité est peut-être l’une des caractéristiques majeures de ses réalisations. Son travail consiste à mettre de la vie dans le théâtre ou plutôt de remettre le théâtre dans la vie. Ainsi son approche des textes d’auteurs se base-t-elle sur le ressenti ou sur les traces laissées dans les mémoires, les spectacles sont représentés dans des lieux authentiques chargés d’Histoire, et il privilégie un rapport intime avec les acteurs au sein d’une troupe.

5Les textes d’abord. Son premier spectacle professionnel était une mise en scène de L’Oiseau bleu (1980) de Maurice Maeterlinck, au Rideau de Bruxelles. Il opte ensuite, avec Fastes/Foules (1983), pour le cycle des Rougon-Macquart, d’Émile Zola, et demande à ses acteurs de lire l’entièreté de l’œuvre afin de travailler ensuite à partir des impressions qui leur en restaient. Il en résulte un spectacle de presque quatre heures, quasiment sans texte. Chacun des spectacles part d’une œuvre littéraire pour laquelle il se passionne, abordant des auteurs tels que Rimbaud, Schnitzler, Marguerite Duras, Matthew Gregory Lewis, Euripide ou Fédor Dostoïevski. Ses livres de travail en témoignent.

6L’approche de l’espace est une autre caractéristique fondamentale de son théâtre qu’il veut nomade avant tout. Refusant de se lier à un lieu théâtral défini dans la cité, il préfère présenter ses spectacles dans des sites insolites et désaffectés, recherchant des endroits ou des bâtiments évocateurs en soi afin d’imprégner sa mise en scène et d’y ajouter du sens. Fastes/Foules, par exemple, est joué en Italie dans une usine encore partiellement en activité, puis à Liège dans l’ancien dépôt des bus de la stil à Cornillon et à l’Arsenal du Charroi à Bruxelles, dans un décor fait de draps pendus qui sentaient la lessive. On imagine aisément combien a pu être fort l’impact du bâtiment industriel abandonné, accueillant un spectacle inspiré de l’œuvre de Zola. Il ne s’agit pas juste d’un théâtre hors-les-murs, mais bien de trouver un lieu qui fasse écho au spectacle, en le reliant à l’Histoire réelle et à la vie des hommes, un lieu qui permette de ramener la fiction dans la réalité.

7L’aménagement exigeait parfois un travail conséquent. S’installer dans l’Arsenal du Charroi, par exemple, a nécessité le nettoyage des 27 000 m2 du hangar, une isolation minimale permettant des répétitions en hiver, la restauration des corniches, du toit, et des gouttières, 100 kilos de mastic pour remplacer 380 carreaux… [mlt 4346/4/1].

8Mais un théâtre nomade est aussi un théâtre qui traverse les frontières. Très vite, Thierry Salmon se prend d’amour pour l’Italie et y crée de nombreux spectacles avec des comédiennes italiennes. Il travaille aussi en France, aux Pays-Bas avec le Zuidelijk Toneel [sur La Passion de Gilles (1990), de Pierre Mertens] et avant de monter Des Passions d’après Dostoïevski, en 1992, il fera deux voyages en Russie l’année précédente pour s’immerger dans la culture.

9De nombreuses archives témoignent de ce voyage, notamment de très belles lettres manuscrites dans lesquelles il raconte ses impressions, ses observations. Il y parle de la vie des Russes, des mariages qu’ils font jeunes, du peu d’enfants qu’ils ont à cause du manque d’argent, des problèmes de logement, de nutrition parfois. Il y raconte aussi le caviar en couche épaisse sur le pain beurré. Il est touché par la nostalgie de la splendeur tsariste et par l’envers du décor, une femme toute simple qui l’invite dans son tout petit appartement [mlt 4351/5/10]. Il essaie aussi de saisir quelque chose de l’essence de l’esprit russe ; il note « Les Russes savent mourir », ou bien « En Russie, écrire et vivre est la même chose. En Occident écrire [est] à côté de la vie » [mlt 4351/5/1].

10On le voit, pour Thierry Salmon, le théâtre est d’abord une expérience, une aventure, un moyen de permettre des rencontres entre des personnes, entre des pays ou des cultures, et aussi entre les comédiens et le public. Ainsi, il travaille plusieurs années sur son projet Les Troyennes (1988) d’Euripide, joué et chanté en grec ancien par trente-six actrices belges, françaises, italiennes et allemandes, une des pièces les plus spectaculaires qu’il ait réalisée. Le projet est constitué de trois études, chacune avec son titre propre, jouées respectivement à Naples, Hambourg et Avignon, puis d’un spectacle représenté d’abord à Gibellina, et ensuite à Milan et Bruxelles.

11Les représentations à Gibellina en Sicile étaient emblématiques. Le village avait en effet été entièrement détruit quelques années plus tôt, en 1968, par un tremblement de terre et reconstruit quelques kilomètres plus loin pour éviter une nouvelle catastrophe. Le maire avait fait appel à des artistes pour reconstruire la ville. L’un d’eux, Alberto Burri, créa une œuvre dans les ruines de l’ancienne ville en hommage aux victimes. Pour Thierry Salmon, représenter Les Troyennes dans ce lieu n’était pas innocent ; il avait conscience que la guerre racontée dans le spectacle faisait écho, dans le public, aux victimes locales ; tout comme il éveillait, auprès des comédiennes allemandes, un sentiment enfoui de culpabilité. Le lieu choisi pour les représentations, une sorte d’hémicycle de terre sableuse ocre et sèche, rappelait la Grèce antique. Éclairé par des lampes à gaz imaginées par le scénographe Enrico Bagnoli, le site baigne dans une lumière froide, qui accentue le côté cru de la guerre tout en évoquant, d’une certaine manière, les feux des spectacles antiques [mlt 4349/12/1]. Le résultat est grandiose et magique à la fois, incroyablement beau.

12Mais la beauté plastique du spectacle n’oblitère en rien l’aspect humain, au contraire. Toujours présent, l’humain est véritablement au cœur de son travail. L’intérêt de plonger dans les archives est de pénétrer dans le processus de création et d’y trouver des traces des rapports développés entre Thierry Salmon et ses comédiens. Pour presque tous les spectacles, on trouve quantité de notes prises pendant les répétitions, des commentaires sur le travail de chacun, les difficultés, les personnages… À l’instar de Jerzy Grotowski et d’Ariane Mnouchkine qui l’inspiraient, il accorde une énorme importance au travail de l’acteur, et en même temps, il est toujours prêt à se remettre lui-même en question. Par exemple, à propos d’un comédien qui répétait Des Passions, il note : « Galope sur une nouvelle séquence en sautant les étapes. Je lui propose de recommencer. S’entête. 3e re-travail sur la séq[uence] 1. 3 heures sur sa réplique […] N’écoute personne, ni moi, ni les acteurs. N’est pas à l’écoute. Dans son trip. […] Discussion ensuite dans un café. Explication. Les acteurs reprochent aux metteurs en scène de vouloir absolument fixer après deux séances. Je crois de moins en moins à cet exercice, à ma capacité à le conduire » [mlt 4351/5/2].

13Au-delà du travail proprement dit, le théâtre était, pour Thierry Salmon, une manière de vivre, pleine de belles et multiples rencontres. À propos des deux actrices de A da Agatha (1985), d’après Marguerite Duras, il écrit : « Un jour nous nous sommes rencontrés, les jumelles et moi, disons plutôt Luisa-Silvia et moi ; Agatha est la théâtralisation de cette rencontre. Des premiers jours, je conserve le souvenir d’une complicité naturelle, évidente et puis ce désir d’en faire usage » [Lettre de Thierry Salmon à Ugo, mlt 4347/4]. Finalement, peut-être que le théâtre de Thierry Salmon était-il aussi impressionnant parce que, à tous les niveaux, il nous ramène chaque fois à la réalité, à la vie, à ce qu’il y a de plus vivant en nous, au souffle comme disait Graziella Calabrese. Pour nous aussi, ce fut une rencontre et ces archives, avec leur désordre relatif, les notes éparses, les réflexions perpétuellement remises sur le métier, nous rendent un peu de sa vie à lui, si brutalement interrompue.

Haut de page

Notes

1 Calabrese (Graziella), Thierry Salmon : regard sur une œuvre et approche d’une pratique de création, mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licenciée en études théâtrales. Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, août 2001, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Dewind, « Le fonds d’archives de Thierry Salmon », Textyles, 53 | 2018, 167-170.

Référence électronique

Dominique Dewind, « Le fonds d’archives de Thierry Salmon », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/2990

Haut de page

Auteur

Dominique Dewind

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals