Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Teklik (Joanna), dir., Studia romanica posnaniensia n°43/4, Pouvoir de la mémoire

Écriture de l’Histoire, 2016
Paul Aron
p. 173-175
Référence(s) :

Teklik (Joanna), dir., Studia romanica posnaniensia, n°43/4, Pouvoir de la mémoire. Écriture de l’Histoire, 2016.

Texte intégral

1Cette livraison de la belle revue de l’Université de Poznan commémore vingt-cinq années de coopération entre l’Institut de Philologie romane et les Archives et Musée de la littérature. C’est dire, comme l’indique d’emblée son titre, qu’elle porte la marque des préoccupations de Marc Quaghebeur et fait écho à d’autres collectifs animés par lui, comme Les Écrivains francophones interprètes de l’histoire (2003), Confluences, mythes et histoire (2012) ou Mémoires et antimémoires littéraires… (2008). Cette continuité permet une exploration en profondeur du corpus et donne lieu à de nombreuses monographies de qualité consacrées à des auteurs significatifs. Elle n’évite pas toutefois ce que l’on pourrait appeler un « effet d’évidence », reliant de manière un peu artificielle des interrogations plus hétérogènes qu’il n’y paraît. L’éditrice du présent volume le reconnaît d’ailleurs d’entrée de jeu, en soulignant les « convergences et divergences de méthode ou de questionnement » des différents contributeurs. J’y reviendrai.

2Dix contributions donc dans ce collectif, dont les titres énoncent clairement les objets et que je citerai dans leur ordre de parution. Ouvrant le volume, Marc Quaghebeur s’attaque aux « Traces mémorielles de la Première Guerre mondiale et mutations esthétiques après 1918 ». Son vaste panorama, qui peine un peu à se déployer dans les 32 pages de son article, le plus long du recueil cependant, met en évidence les effets du conflit sur l’imaginaire des auteurs. Passant du monde de « l’âme belge » à celui de la « civilisation latine », les écrivains auraient de plus en plus de mal à se reconnaître dans les réalités locales. Le bouleversement donne lieu à des approches pertinentes du premier Michaux, des auteurs du « fantastique réel », Hellens, Poulet et Thiry, au rappel des Affamés (1931) de Francis André ou à la nouvelle de Pierre Ryckmans, Barabara (1934). Julia Lukasiak s’intéresse ensuite à « La Première Guerre mondiale à la breughélienne : sur Breughel à l’Yser de Franz Hellens », un des six contes que l’auteur des Documents secrets consacre aux événements, et qui figure en annexe aux Réalités fantastiques (1923). Belle analyse de cette nouvelle peu connue qui témoigne d’une vision « de l’intérieur » des réalités du front. À mon sens, elle suggère qu’Hellens participe de l’antihéroïsation lancée par des récits comme ceux de Barbusse, et non pas, comme le dit l’auteure, d’une vision anticipant sur celle de Walter Benjamin.

3Joanna Teklik étudie « L’histoire d’une mémoire décalée. Grandes vacances en Angleterre d’Évelyne Pollet », très intéressante évocation d’un texte autofictionnel de l’amie anversoise de Céline. Comme sa belle-sœur Marie Gevers, avec laquelle une comparaison plus systématique pourrait être tentée, elle concilie difficilement son ancrage dans le monde flamand, son expression francophone, ses sympathies pour l’ordre nouveau, son nationalisme avec les rapports de forces de la Libération. Les « grandes vacances » anglaises de la famille apparaissent donc comme un écart significatif par rapport aux réalités vécues.

4Renata Bizek-Tatara consacre sa contribution à « Maud Frère, interprète de l’Histoire : Les Jumeaux millénaires et le conflit de 1940–1945 ». C’est à la même période d’ailleurs que s’attachent Joanna Pychowska (« Georges Thinès, Le Tramway des officiers — le jeu du miroir et de la mémoire ») et Judyta Zbierska-Moscicka (« La responsabilité historique de Véra Feyder »), trois analyses des échos plus ou moins intériorisés de la Seconde Guerre, entre malaise existentiel et mémoire douloureuse. On notera qu’il s’agit par ailleurs de trois romans urbains même s’ils ne sont pas également situés géographiquement, mettant en scène des parcours et des errances significatives.

5Dans « La mémoire du Moyen Âge et Thomas Owen », Bernard Ribémont étudie les « procédés médiévalisants » dont fait usage un auteur particulièrement bien informé de références peu connues de ses contemporains. Alicja Slusarska décrit finement le personnage de Sarah en nouvelle Pénélope dans le roman Sarah, feuille morte de Jean-Claude Pirotte. On la suit de la cathédrale de Reims à celle de Strasbourg, dans une dérive aux échos multiples. Ewa Grabowska évoque « Mémoire et filiation dans La Nuit d’obsidienne et Retour à Satyah de François Emmanuel », deux romans de la quête identitaire centrés sur une énigme jamais dévoilée mais obstinément présente dans la parole narrante. Enfin, Laurent Demoulin étudie le « Retour subreptice de l’Histoire chez quelques romanciers belges francophones (Baillon, Simenon, Savitzkaya, Toussaint) ». Il montre combien l’histoire est toujours présente chez les romanciers, mais qu’elle y fait son chemin par la bande, dans l’allusion, l’implicite, le décalage fécond, le portrait individuel ou le détail discret.

6Trois réflexions à l’issue de cette lecture.

7D’abord pour souligner la qualité d’ensemble des études, qui confirme combien l’Université polonaise a investi sérieusement le domaine littéraire belge, pour produire des analyses informées, pertinentes et problématisées du corpus. À l’heure où Wallonie-Bruxelles International repense le statut des lecteurs belges à l’étranger et veut en réduire le nombre, le présent volume contribue à l’impressionnant bilan de la politique antérieure.

8La perspective adoptée par la plupart des contributions, que l’on peut qualifier de monographique et de « belgo-belge », pose la question de l’insertion des œuvres dans leur contexte de production, et particulièrement pour les auteurs publiés en France. La référence fréquente, quoique discrète, aux travaux de Dominique Viart indique bien que ces auteurs s’inscrivent dans un champ francophone dépassant les frontières belges, et déterminant pour une part non négligeable l’espace des possibles de leur écriture. À aucun moment toutefois cette dimension n’est pleinement traitée, et cette restriction donne à certains auteurs le sentiment d’être revêtus d’un habillage critique un peu étroit.

9Reste enfin la question de l’ancrage historique des œuvres et de la manière dont les écrivains rendent compte du réel. C’est ici, on le sent bien, que la problématique est la moins partagée par les contributeurs. Entre les auteurs qui thématisent (ou renoncent à thématiser) les grands événements de l’histoire politique, et ceux qu’habitent en creux les réalités sociétales, de nombreuses approches du fait historique restent possibles, parfois d’ailleurs en parfaite contradiction avec les déclarations publiques des écrivains sur leur propre œuvre. Mais au-delà même de ces attitudes différentes, il y a sans doute un débat plus conceptuel. Que désigne-t-on exactement sous le mot « histoire » (avec ou sans majuscule), à l’heure où les historiens professionnels ont mis en doute presque tous les fondements de leur discipline ? S’agit-il des événements ou de la longue durée, des réalités politiques ou culturelles, des comportements ou des faits sensibles, d’inconnus ou de notables, d’êtres humains, d’animaux ou de paysages ? De sujets passés ou encore actuels, d’êtres situés dans un ailleurs soumis à notre jugement, ou d’émotions qui nous impliquent encore comme sujets ? Le rapport des œuvres littéraires à l’histoire est toujours le fait d’une construction, parce que l’histoire elle-même se pense au présent, par les questions qu’elle souhaite poser au passé. De ce point de vue, toutes les productions littéraires sont passibles d’une interrogation historique : l’auteur qui décrit les porcs sur le Front de l’Yser montre une sensibilité que l’histoire des animaux nous permet aujourd’hui de comprendre alors que l’histoire politique d’hier y verrait une dénégation du réel. Le dialogue entre littéraires et historiens demeure ainsi un chantier fécond.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Teklik (Joanna), dir., Studia romanica posnaniensia n°43/4, Pouvoir de la mémoire », Textyles, 53 | 2018, 173-175.

Référence électronique

Paul Aron, « Teklik (Joanna), dir., Studia romanica posnaniensia n°43/4, Pouvoir de la mémoire », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3019

Haut de page

Auteur

Paul Aron

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals