Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Martens (David) et Van den Bossche (Bart), dir., 1947. Almanach littéraire

Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2017, 368 p.
Fanny Lorent
p. 175-177
Référence(s) :

Martens (David) et Van den Bossche (Bart), dir., 1947. Almanach littéraire, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2017, 368 p.

Texte intégral

1Quoi de commun entre le roman La Sphère de l’auteur espagnol Ramón J. Sender exilé en Amérique du Sud, le récit picaresque et galant de Cecil Saint-Laurent, Caroline Chérie, et les Lettres de prison rédigées par Gramsci suite à son arrestation, en 1926, par le régime fasciste italien ? Sans doute ne peinerait-on pas si longtemps à identifier quelques traits ou thèmes rassemblant ses œuvres, mais retenons ici un seul élément : toutes ont été publiées en 1947. C’est en vertu de cette date partagée qu’elles se voient commentées dans 1947. Almanach littéraire, ouvrage dirigé par David Martens, Bart Van den Bossche et le groupe mdrn (KULeuven), rassemblant quarante-sept courts articles tous dédiés à un événement de la vie littéraire de l’année 1947 — année charnière, qui voit une reconfiguration de l’échiquier géopolitique suite à la fin de la Seconde Guerre mondiale et année seuil, qui porte les prémisses de la Guerre Froide et de ce qu’on nommera les « Trente Glorieuses ».

2Par événements littéraires, il faut entendre non seulement les parutions de livres, mais aussi les prix littéraires, les créations de collections, les conférences, les festivals culturels, les controverses, ou encore les étapes marquantes de l’itinéraire personnel de tel ou tel écrivain, etc. C’est ainsi qu’on trouve évoqués côté à côté, dans cet almanach publié aux Impressions Nouvelles, deux éditions, l’une new-yorkaise l’autre parisienne, du Cahier du retour au pays natal de Césaire, la collection de poche italienne « I coralli », le prix Nobel de Gide, la Conférence internationale du surréalisme révolutionnaire organisée par Dotremont à Bruxelles, la fondation du Piccolo Teatro de Milan, la polémique qui oppose Sartre et Bataille sur le rôle de la poésie, et le retour de Brecht en Europe après quatorze ans d’exil aux États-Unis, pour se limiter ici à quelques objets choisis parmi le large panel proposé par ce livre-mine.

  • 1 Sur ces motivations personnelles, on pourra lire la présentation de la dernière séance (le 29 mars (...)
  • 2 1947 s’inscrit ainsi dans un courant critique qui, depuis La République mondiale des Lettres de Pas (...)

3On le voit : ce panorama, ou cette « radiographie d’une année littéraire » (p. 5) ne se limite pas à un seul pays ou même à une seule langue. La littérature francophone belge n’y joue donc qu’un rôle secondaire, mais elle est présente çà et là et un chapitre est consacré à « Hergé dans la tourmente ». C’est de tout une aire géographique qu’on nous offre ici le portrait ondoyant et multiple : l’Europe est ainsi le point focal de ce zoom sur l’année 1947, mais le reste du monde n’est pas pour autant hors-champ. L’influence des États-Unis sur la vie culturelle européenne est également au cœur de ce livre, abordée par des voies aussi diverses que les amours transatlantiques de Simone de Beauvoir, ou le rôle du cinéma hollywoodien dans l’invention du roman-photo en Italie. Cette ouverture au monde est, comme le signalent à raison les directeurs de cet almanach, l’une des singularités qui distingue cette entreprise de celles qui la précèdent. En effet, Antoine Compagnon, par exemple, dans son cours sur « 1966, annus mirabilis », se concentrait exclusivement sur la société française — selon ses propres dires, la question de « l’identité française » était d’ailleurs l’une des motivations personnelles à l’origine de cette investigation1. Rien de tel ici : cet almanach littéraire n’est ni seulement français, ou belge, ou italien, ou allemand, il est tout cela à fois : il est « une invitation à la découverte d’un moment foisonnant de l’histoire littéraire européenne » (p. 12)2.

  • 3 Groupe mdrn (« Modern »), « Pour une nouvelle approche de la dynamique littéraire (Pense-bête) », d (...)
  • 4 Vaillant (Alain), « Pour une histoire de la communication littéraire », dans Revue d’Histoire Litté (...)

4Il s’agit bien, en effet, d’une entreprise d’histoire littéraire. Si ce livre a de quoi plaire et divertir, s’il est autant érudit que ludique, s’il mêle les genres du cabinet de curiosité et celui de l’anthologie, il est aussi, ou plutôt en même temps, une belle illustration d’une approche renouvelée de l’histoire littéraire, dans le sillon, notamment, des propositions menées en 2003 dans la Revue d’histoire littéraire de la France (vol. 103). Bien que les directeurs de 1947 insistent peu ici sur la portée méthodologique de l’histoire collective présentée, il est possible de voir dans cet ouvrage l’expression d’une sensibilité de plus en plus prégnante, dans les études littéraires, pour la « littérature en train de se faire » ou pour une « approche dynamique de la littérature » selon la formule proposée par le groupe mdrn dans un texte-programme auquel cet almanach répond pleinement3. En variant les objets (de Tintin au roman On Fine Day de Mollie Panter-Downes en passant par les liens entre art et publicité), en multipliant et croisant les points de vue (de l’histoire littéraire à l’histoire culturelle en passant par l’histoire du livre et de l’édition), en modulant les distances et focus (de l’échelle individuelle aux grands enjeux sociaux et littéraires d’une époque), ce livre invite le lecteur à tendre l’oreille au « brouhaha polyphonique4 » de l’année 1947 ou à scruter et faire jouer entre eux les fragments mobiles et colorés d’un véritable kaléidoscope littéraire, à voyager de texte en texte, de jour en jour, et à créer, à loisir, des combinaisons inédites.

Haut de page

Notes

1 Sur ces motivations personnelles, on pourra lire la présentation de la dernière séance (le 29 mars 2011) de ce cours donné au Collège de France, url : https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/course-2011–03–29–16h30.htm.

2 1947 s’inscrit ainsi dans un courant critique qui, depuis La République mondiale des Lettres de Pascale Casanova (1999), s’attache à produire une histoire de la littérature dépassant les frontières nationales. On pense ainsi, entre autres, à L’Espace culturel transnational d’Anna Boschetti (2010) et à Spectres de Goethe. Les métamorphoses de la « littérature mondiale » (2012). Dans le champ des études historiques, signalons également la très récente Histoire mondiale de la France dirigée par Patrick Boucheron (2017).

3 Groupe mdrn (« Modern »), « Pour une nouvelle approche de la dynamique littéraire (Pense-bête) », dans Fabula-LhT, n°11, 1966, annus mirabilis, décembre 2013, url : http://www.fabula.org/lht/11/modern.html (page consultée le 23/04/2018).

4 Vaillant (Alain), « Pour une histoire de la communication littéraire », dans Revue d’Histoire Littéraire de la France, vol. 103, 2003, p. 560.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Lorent, « Martens (David) et Van den Bossche (Bart), dir., 1947. Almanach littéraire », Textyles, 53 | 2018, 175-177.

Référence électronique

Fanny Lorent, « Martens (David) et Van den Bossche (Bart), dir., 1947. Almanach littéraire », Textyles [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3029

Haut de page

Auteur

Fanny Lorent

fnrs — Université de Liège (Laboratoire « Traverses »)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals