Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Măţel-Boatcă (Maria), Réécritures de La Légende de Thyl Ulenspiegel

Préface de Rodica Lascu-Pop. Casa Cărţii de Ştiinţă, Cluj-Napoca, 2017, 323 p. ISBN 978-606-17-1186-4
Vic Nachtergaele
p. 201-204
Référence(s) :

Măţel-Boatcă (Maria), Réécritures de La Légende de Thyl Ulenspiegel, Préface de Rodica Lascu-Pop. Casa Cărţii de Ştiinţă, Cluj-Napoca, 2017, 323 p. ISBN 978-606-17-1186-4

Texte intégral

1Dans la préface de l'ouvrage, Rodica Lascu-Pop, directeur de la thèse qui en est l'origine, signale avec fierté que ce travail inaugure la critique universitaire decosterienne en Roumanie. Il s’agit d’« une première version publiée de la thèse Réécriture et adaptation de l’œuvre de Charles De Coster. Versions éditoriales francophones pour la jeunesse de la Légende de Thyl Ulenspiegel, […] soutenue […] au mois de novembre 2014 à la Faculté des Lettres de l’Université Babeş-Bolyai dans le cadre de la collaboration avec le Centre d’Études des Lettres Belges de Langue Française de Cluj-Napoca. » Maria Măţel-Boatcă est enseignante-chercheuse et traductrice du français et de l’anglais vers le roumain. Elle s’est spécialisée en intertextualité et interdisciplinarité dans les littératures francophones. Actuellement, elle est chargée de cours à la faculté des Langues et Littératures Etrangères de l’Université chrétienne Dimitrie Cantemir de Bucarest.

2Pour sa thèse sur les adaptations françaises d’Ulenspiegel — tant à partir du livret de colportage allemand de Hermann Bote (1515) qu’à partir du chef-d’œuvre de Charles De Coster (1867) —, l’auteure a pu profiter des suggestions et de l’impressionnante bibliographie du professeur émérite Jean-Marie Klinkenberg (ULg), spécialiste de La Légende d’Ulenspiegel.

3On peut s’étonner qu’il ait fallu attendre le xxie siècle pour voir démarrer les études sur Ulenspiegel en Roumanie, car le farceur Thyl Ulenspiegel y était connu depuis des siècles, du moins dans la communauté germanophone de Transylvanie. La couverture porte une photo remarquable : elle montre l’intérieur du chœur d’une église à Biertan (département de Sibiu, Transylvanie), édifiée entre 1486 et 1524. Le site a été reconnu en 1999 comme patrimoine mondial par l’unesco. Mais la vraie raison pour le choix de cette photo est un détail inattendu dans une église. En effet, l’image de Thyl « est peinte sur le mur de l’église fortifiée […] ». Et le message est clair : « Le bouffon est puni pour ses moqueries et doit soutenir éternellement le plafond sur son dos. » (p. 54) Depuis plus de cinq siècles donc, Thyl Ulenspiegel est présent dans le folklore roumain, du moins dans la partie germanophone du pays. Pour des versions en roumain, il a fallu attendre le Tilu Buhoglindă de 1840 de Joan Barac, traduction en roumain du livret de colportage allemand. Ce n’est qu’au xxe siècle, et particulièrement sous le régime communiste, que les versions pour enfants abondent, les unes inspirées par La Légende d’Ulenspiegel de De Coster, les autres par le livret de Hermann Bote. Curieusement, ce n’est qu’en 1947 qu’a paru une première traduction du roman-épopée de Charles De Coster, par Joachim Botez. Une deuxième a paru en 1998, due à Traian Finţescu.

4Cet excursus sur les adaptations et les traductions en roumain n’est pas le seul dans l’ouvrage. L’auteure s’étend aussi sur les multiples adaptations non-littéraires qu’ont suscitées les histoires de Thyl, que ce soit sous forme de bande dessinée, de théâtre, de dessin animé, de film ou d’opéras. Elle n’a pas cherché l’exhaustivité, heureusement : ce genre d’adaptations de la Légende d’Ulenspiegel pourrait facilement fournir matière à un autre doctorat. Je signale seulement que la pièce de Hugo Claus, Dent pour dent (Tand om tand, 1969) est une deuxième pièce de théâtre que l’auteur flamand a tirée de La Légende d’Ulenspiegel selon Charles De Coster : il s’y prend violemment et sarcastiquement aux récupérations nationalistes flamandes de l’époque.

5Ce n’est que dans la deuxième partie de son ouvrage que Maria Măţel-Boatcă aborde l’étude proprement dite des adaptations en français pour les jeunes. Elle en retient sept. Mais comme les rééditions des versions de Huguette Chausson (1947/1953 et 2005) et de François Johan (1982 et 1992) présentent de légères variantes, cela lui donne en tout neuf versions à étudier.

6L’auteure analyse d’abord le traitement que les adaptateurs réservent aux scènes comiques. On peut constater qu’ils gardent presque toutes les scènes que De Coster a prises dans l’ouvrage en néerlandais de Caroline Van Paemel. Rien de mieux en effet pour attirer un jeune lecteur qu’une série de farces. Deux scènes comiques seulement tombent : la scène scatologique du « kennip/hennip » (chanvre/moutarde) et celle du cordonnier — l’une pour ne pas choquer la pudeur du jeune lecteur (Till devait « arroser » le chanvre tous les jours), l’autre à cause du jeu de mots difficile à traduire (le double sens de « loup »).

7Ensuite, Maria Măţel-Boatcă s’en prend à une douzaine d’autres topoï, tels la naissance de Thyl, son enfance, les supplices, la révolte, l’amour, etc. La Légende d’Ulenspiegel de De Coster, en effet, ne se limite pas à une simple succession de scènes comiques : son Thyl se bat aussi pour la liberté de son pays contre le suzerain espagnol, il se révolte contre l’injustice de l’Inquisition, il est capable de pitié à l’égard des démunis, il est l’amoureux de Nele et l’ami de Lamme. Une adaptation fidèle devrait en principe fournir un aperçu aussi complet que possible des divers thèmes de l’œuvre adaptée. Mais dans le cas d’une adaptation pour jeunes de La Légende d’Ulenspiegel, il s’agit d’un vrai défi. Lorsque, par respect pour la sensibilité des jeunes, l’adaptateur édulcore et simplifie outre mesure le texte original, il lui est difficile d’éviter, selon une citation de Jean-Marie Klinkenberg, « les pâles et châtrées Légende d’Ulenspiegel ». Elles ne fournissent plus qu’« une image exclusivement optimiste d’un monde débarrassé de ce qui gêne l’adulte » (p. 15). Ne risquent-elles pas de faire croire au jeune lecteur qu’il a pris connaissance du chef-d’œuvre de De Coster et qu’il est désormais dispensé de s’atteler à l’œuvre originale ?

8L’auteure est consciente de ce guet-apens qui menace les adaptateurs. Aussi dépiste-t-elle, dans l’analyse des topoï secondaires, les moindres indices d’un écart par rapport au texte original. Elle a un vrai talent pour révéler chaque fois la portée des interventions. Peut-être lui arrive-t-il parfois de pousser son propos un peu loin. Peut-on affirmer vraiment que Carlos Debeer (1992) fournit une adaptation « pro-protestante » parce qu’il souligne les défauts du clergé catholique, note que Luther et Calvin ont voulu vivre comme Jésus-Christ (p. 199) et remplace le terme « réformé » de De Coster par « protestant » (p. 205) ?

9Dans la troisième partie, l’auteure aborde les modulations narratives et stylistiques que les adaptateurs mettent en œuvre. Par le biais de leur narrateur — omniscient ou non, extra- ou intradiégétique, homo- ou hétérodiégétique, selon les catégories de Gérard Genette — , ils se permettent toutes sortes d’interventions. Celles-ci peuvent consister par exemple en l’adjonction de précisions historiques absentes chez De Coster, en des modifications sensibles de la durée des séquences narratives par des ellipses, des troncations et suppressions de toutes sortes, par des termes qui engagent la complicité du jeune lecteur (« Nos deux amis », par exemple).

10En fin de parcours, Maria Măţel-Boatcă se risque à une hypothèse concernant les interventions de ces narrateurs respectifs. Après la Première Guerre mondiale, il importait que la Belgique redécouvre son patrimoine national. Aussi, par respect pour le fondateur des lettres françaises de Belgique, Paul Lacomblez, le premier adaptateur (1924), reste-t-il grosso modo fidèle au texte original. Il se contente d’atténuer les violences et de supprimer au besoin la vulgarité. L’adaptateur (anonyme) de l’édition Sanderus (1952) agit de même après la Seconde Guerre mondiale et sans doute pour les mêmes motifs. Vers la fin du siècle, le souci de ménager la sensibilité des enfants diminue nettement. François Johan (1982 et 1992) ne recule plus devant les scènes charnelles ou de supplice. À cette époque aussi, Carlos Debeer (1993) et Jean Sadyn (1998) se permettent de grandes libertés par rapport à la teneur de l’ouvrage de De Coster. Debeer glorifie le nationalisme flamand alors que Sadyn se perd, selon l’auteure, dans une accumulation « de divagations anticonsuméristes, anticatholiques et anticapitalistes, sans rapport réel avec l’hypotexte narratif » (p. 173). Elle regrette que, chez ces deux derniers adaptateurs, le texte de De Coster devienne méconnaissable et, dans le cas de Debeer, parfois illisible. Ils dirigent leurs versions vers les motifs en vogue à l’époque dans l’espoir d’accroître la vente de leurs ouvrages. Est-ce là la meilleure façon d’engager les jeunes Flamands — à qui cette version est destinée — à lire un jour le chef-d’œuvre qu’est La Légende d’Ulenspiegel ?

11L’ouvrage se clôt sur une série d’annexes. Le premier tableau comparatif donne les variantes des deux premiers chapitres de La Légende d’Ulenspiegel chez les sept adaptateurs. Le 3e tableau met en regard les titres (ou le simple numéro) dans Caroline Van Paemel, dans la première version française (1532), chez De Coster et chez les sept adaptateurs. Une « sitographie » très utile indique les sites web où le lecteur intéressé trouve toutes sortes d’informations sur le sujet.

12J’ai souligné le talent de l’auteure pour fournir une lecture perspicace de la portée des écarts par rapport à De Coster. Était-il vraiment nécessaire d’encombrer l’exposé par les terminologies absconses qui sont de mise dans une thèse de doctorat ? Sans elles, ce livre pourrait atteindre un public bien plus large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vic Nachtergaele, « Măţel-Boatcă (Maria), Réécritures de La Légende de Thyl Ulenspiegel », Textyles, 54 | 2019, 201-204.

Référence électronique

Vic Nachtergaele, « Măţel-Boatcă (Maria), Réécritures de La Légende de Thyl Ulenspiegel », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 14 février 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3069

Haut de page

Auteur

Vic Nachtergaele

KuLeuven – Faculté de Lettres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals