Navigation – Plan du site
Relire La Légende d'Ulenspiegel

Introduction

Lectures de La Légende d’Ulenspiegel
Jean-Marie Klinkenberg
p. 7-11

Texte intégral

1À la fin de l’année 1867, à Bruxelles, chez l’éditeur Lacroix et Verboeckhoven, qui avait publié Les Misérables un peu auparavant, parait un gros et luxueux ouvrage, sous la signature d’un auteur que l’histoire littéraire n’aurait pas sans cela retenu : Charles De Coster.

2La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs constitue en effet une station originale dans le processus d’émergence de la littérature belge. Certains n’hésitent même pas à y voir le texte fondateur de cette littérature francophone, comme Les Lusiades le sont de la littérature portugaise ou le Kalevala de la finlandaise. Romain Rolland nous offre une audacieuse formulation de cette image : « L’œuvre a créé une patrie nouvelle. […] Le 31 décembre 1869 [sic] naquit la conscience de la race. » Que ce statut soit largement fantasmé, la chose n’est pas douteuse. Curieuse « Bible nationale », en effet, que cette œuvre qui n’est guère connue du public auquel on prétend qu’elle est destinée ! Peu lue du Belge francophone, elle est également tenue à distance par le public flamand, qui se reconnait mieux dans le roman historique Le Lion des Flandres. C’est que La Légende d’Ulenspiegel est tout sauf un énoncé consensuel. On peut même affirmer que c’est un texte de combat : un vaste hymne à la liberté, mais une liberté incarnée, celle des corps autant que celle de la pensée. Et si l’épopée de De Coster n’a pas toujours eu la diffusion qu’elle méritait, la faute n’en incombe pas à la seule hardiesse de son message. L’audace de sa forme y est aussi pour quelque chose : celle-ci a surpris et effarouché une bonne partie de l’intelligentsia de l’époque, attachée à des formules littéraires étriquées.

3Il n’en reste pas moins que le texte est peu à peu devenu un pivot pour l’historiographie des lettres belges, qui n’a cessé de l’interroger, pour en montrer la complexité foisonnante. Et c’est sans doute bien le caractère hétérogène et carnavalesque de l’œuvre, voire ses ambigüités, qui expliquent ses succès et ses insuccès, les dédains et les enthousiasmes dont elle a été l’objet, les refoulements et les annexions qu’elle a connus.

  • 1 Voir Gaspar (Camille), Centenaire de Charles De Coster 1827–1927. Catalogue de l’exposition organ (...)
  • 2 Voir Koninckx (Willy), Charles De Coster. Bibliographie, 1827–1927, I, II, Anvers, Uitgave stedel (...)
  • 3 La Renaissance d’Occident, Numéro spécial consacré au Centenaire de Charles De Coster et à Émile (...)
  • 4 Hanse (Joseph), Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, Bruxelles, La Renaissance du (...)

4Dans l’histoire de la réception de la Légende, l’année 1927 est assurément à marquer d’une pierre blanche : le centenaire de la naissance de Charles De Coster donne lieu à de nombreuses célébrations : des expositions se tiennent — à la Bibliothèque royale de Belgique1 et à la Bibliothèque communale d’Anvers2 —, des revues consacrent des numéros spéciaux à l’auteur3 ; l’Académie destréenne organise une séance d’hommage, des périodiques se font les hôtes d’une controverse sur les sources de l’Ulenspiegel… Toutes initiatives couronnées par la publication, en 1928, de la première étude universitaire d’envergure sur De Coster : celle de Joseph Hanse4.

  • 5 Voir Warmoes (Jean), Charles De Coster. Exposition organisée par le Musée de la Littérature, Préf (...)
  • 6 Gerlo (Aloïs), Charles De Coster en Vlaanderen, Anvers, Uitgeverij S.M. Ontwikkeling, 1959 ; Huys (...)
  • 7 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel (...)
  • 8 Trousson (Raymond), Charles De Coster ou la vie est un songe. Biographie, Bruxelles, Labor, coll. (...)
  • 9 Trousson (Raymond), L’Affaire De Coster – Van Sprang, Bruxelles, Académie de Langue et de littéra (...)
  • 10 Hanse (Joseph), Charles De Coster, avec une préface inédite de Raymond Trousson, Bruxelles, Palai (...)
  • 11 Voir Soncini Fratta (Anna), dir., La Légende d’Ulenspiegel di Charles De Coster, Atti del Centro (...)

5Suivront ensuite, régulièrement, des vagues d’hommage, jamais aussi spectaculaire que la première. En 1959, une riche exposition est organisée à la Bibliothèque royale, dans ce qui est à présent le Musée de la Littérature5 ; un nouvel hommage a lieu à l’Académie ; diverses études paraissent, en plusieurs langues6 ; et Hanse publie son édition définitive de la Légende7. En 1990 parait la biographie que Raymond Trousson consacre à De Coster8, et qu’il complète par une enquête de détail9. Ces deux ouvrages sont contemporains de la réédition du Charles De Coster de Joseph Hanse10 et du colloque qu’organise le Centre d’études des littératures francophones de l’université de Bologne11.

  • 12 Voir Boudart (Laurence), Hutsebaut (Jan), Nachtergaele (Vic), La Légende continue. Ulenspiegel 15 (...)
  • 13 Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, (...)
  • 14 Măţel-Boătca (Maria), Réécritures de La Légende de Thyl Ulenspiegel, Cluj-Napoca, Casa Cărţii de (...)
  • 15 De Coster (Charles), Légendes flamandes, Bruxelles, Communauté française de Belgique, coll. Espac (...)
  • 16 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel (...)

6Il est évident que le sesquicentenaire de La Légende d’Ulenspiegel ne pouvait passer inaperçu. Les Archives et Musée de la littérature montent une exposition bilingue La Légende continue. Ulenspiegel 150 ans après De Coster / 150 jaar legende. Uilenspiegel eeuwig jong, également montrée à Damme12 ; l’Académie royale de langue et de littérature française republie en un seul volume mon étude stylistique de 197313 ; une étude parait sur les réécriture de La Légende14 ; une nouvelle édition des Légendes flamandes voit le jour15 ; la collection patrimoniale « Espace Nord » publie ma nouvelle édition définitive du grand texte de Charles De Coster16. Et Textyles met en chantier le volume que le lecteur tient en mains.

7La spécificité de ce dernier est de se centrer sur le monde des continuateurs ou des proches de De Coster. Abondamment traduite — elle a fait l’objet d’une dizaine de versions distinctes en allemand, et a été diffusée à plus d’un million d’exemplaires dans une dizaine de langues de l’Union soviétique… — La Légende a en effet engendré son lot d’adaptations — théâtre, film, bande dessinée, adaptation pour enfants, opéra… — mais aussi inspiré maintes œuvres originales. Dans ces textes, on constate souvent le retour d’éléments emprunté à l’Uilenspiegel traditionnel — car Thyl n’est pas le fils de De Coster : depuis la fin du xve siècle existait une tradition farcesque originaire d’Allemagne qui se gagna un large succès populaire en latin, danois, anglais, polonais, français, flamand — mariés avec des éléments proprement costériens.

8Ces continuations et ces adaptations ouvrent largement l’éventail des interprétations de l’œuvre. J’ai parlé plus haut de refoulements et d’annexions. Ce dernier mot n’est pas trop fort, si l’on songe à toutes ces lectures de la Légende qui font d’Ulenpiegel tantôt un militant flamingant, tantôt un héros marxiste, ensuite un franc-maçon, ou le plus pur représentant de la race germanique, comme on en a fait le chantre de la « nation belge ».

  • 17 Bruylants Jr. (Jan), Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl Uilenspiegel, Anvers, Houtek (...)

9L’article que publie ici Marnix Beyen « Uilenspiegel cléricalisé par un libéral exemplaire ? Les adaptations de La Légende par Jan Bruylants Jr. (1904 et 1921 » — illustre à merveille ces tribulations. Le chercheur, à qui on devait un remarquable Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl Uilenspiegel17, revient au Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen d’Auctor (1904), adaptation au statut problématique, puisqu’on y a vu une opération pour transformer l’Ulenspiegel anticlérical de 1867 en un héros flamingant et catholique. Une lecture qui peut paraitre paradoxale, puisque l’auteur qui se cachait derrière le pseudonyme d’Auctor, Jan Bruylants Jr., était un libéral bon teint. Mais Beyen montre que le texte témoigne bien d’une transformation qui s’opérait alors au sein d’une fraction importante du monde libéral en Flandre : la montée en force d’un nationalisme ethnique, exploitant les thématiques rurales et religieuses. Et cette thèse se voit confirmée par le deuxième roman costérien de Bruylants : Tijl Uilenspiegel aan het Front en onder de Duitschers (1921). Mais un des intérêts de l’étude est aussi de souligner que la Légende de De Coster contenait déjà quelques germes de cette évolution, et donc de nous mettre en garde contre les lectures simplifiantes.

10Être attentifs à la complexité du texte, à son caractère composite, voire métissé : voilà bien à quoi nous invite la contribution de Rainier Grutman (« “Sors de mes yeux” : le flandricisme comme [effet de] traduction dans La Légende d’Ulenspiegel »). Ce dernier démontre en effet que la démarche de Charles De Coster comporte une part très réelle de traduction. La chose est particulièrement visible dans le traitement qu’il réserve au texte de la brochure Het aerdig leven van Thyl Ulenspiegel, sa principale voie d’accès à la tradition du Thyl populaire, mais c’est tout le texte qui contient des mots et des phrases faits pour donner l’impression d’avoir été traduits du flamand. Et cela non pas pour assurer la couleur locale ou pour susciter un effet de réel, mais pour établir un rapport dynamique entre langues, et ainsi contribuer à l’hybridité fondamentale de l’œuvre. Ce qui autorise l’auteur à voir en De Coster un précurseur des écritures postcoloniales et migrantes d’aujourd’hui, qui mettent en scène « la traversée des langues » pour mieux brouiller les pistes, et problématiser les identités.

11C’est la multiplicité des réceptions et des interprétations qu’illustre Anna Soncini Fratta dans « Quand la Légende retourne à la légende. Les éditions italiennes de la Légende et leur histoire ». Cette étude minutieuse peut apparaitre comme une parabole montrant d’une part que les lectures des grands textes sont toujours surdéterminées par leurs contextes, et, de l’autre, que les choix éditoriaux — et ce que Genette appelle les seuils — jouent eux aussi un rôle capital dans le processus de réception. Par exemple, le sort de la Belgique durant la Première Guerre mondiale a joué un rôle capital pour orienter les nombreux commentaires que la traduction originale d’Umberto Fracchia (1914) devait susciter. Et quand le même texte se vit réédité, à la fin des années 1960, par les soins du quotidien communiste L’Unità, c’est encore un tout nouveau visage que la Légende offrit au public italien.

12Comparer le texte costérien et The Lord of the Rings de Tolkien, ce que fait Julien Schoonbroodt (« La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster et The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien : deux œuvres nationales ? »), semblait tenir de la gageüre, tant ces œuvres appartiennent à des univers différents. Si la confrontation est audacieuse, elle projette toutefois des lumières inattendues sur les textes et leurs mécanismes : l’étude met en effet en évidence une série de traits thématiques et stylistiques qui ont pour effet de rattacher l’œuvre à un groupe historiquement et politiquement constitué, et dont elle propose une certaine représentation. Ce sont par exemple les procédures qui donnent des dimensions mythiques à un personnage, et le rendent propre à incarner la collectivité dont il est issu. L’étude de ces traits permet de comprendre les raisons pour lesquels ces deux œuvres ont pu donner lieu à des interprétations — voire à des annexions — dans un cadre national.

  • 18 Note du comité de rédaction de Textyles : la contribution de Jean-Marie Klinkenberg à ce dossier (...)

13Interprétations, réinterprétations, traductions, lectures, prolongements… Apparemment, ma propre contribution (« Une nouvelle édition définitive de La Légende d’Ulenspiegel. Les aventures d’un texte libre ») s’éloigne fortement de ces thématiques, qui font l’unité du présent numéro de Textyles. J’y expose en effet les principes qui m’ont guidé dans l’établissement de la nouvelle édition définitive publiée en 2017. Et, du même coup, j’y détaille les raisons que j’ai eues de m’écarter des solutions proposées par Joseph Hanse, le pionnier des études costériennes, dans sa première édition définitive de 1959, révisée en 1966. Quoique partant du même axiome que Hanse (il convient de choisir les leçons de l’édition originale, sauf quand elle se condamne elle-même), j’aboutis en effet parfois à des décisions pratiques très différentes des siennes. Mais le long travail philologique décrit aboutit, une fois de plus, au problème de la réception de la Légende : la version que je propose offre en effet de celle-ci un visage moins policé que celui qu’elle se donne dans les autres éditions récentes. Le chef-d’œuvre de Charles De Coster était déjà inclassable, et voilà qu’il échappe encore davantage aux efforts pour l’ordonnancer ; le voilà plus insolite que jamais, voire plus inquiétant18.

Haut de page

Notes

1 Voir Gaspar (Camille), Centenaire de Charles De Coster 1827–1927. Catalogue de l’exposition organisée à la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 1927. Cette bibliographie est aussi accessible dans la revue Archives et Bibliothèques, 4e année, no 9, novembre 1927, p. 129–164.

2 Voir Koninckx (Willy), Charles De Coster. Bibliographie, 1827–1927, I, II, Anvers, Uitgave stedelijke hoofdbibliotheek, 2 volumes, s. d. [1927]. La première partie de cette bibliographie est également accessible dans Vlaamsche Arbeid, tome XII, 1927, p. 274–309.

3 La Renaissance d’Occident, Numéro spécial consacré au Centenaire de Charles De Coster et à Émile Verhaeren, tome XX, n3, mars 1927 et Le Folklore brabançon, qui publie un volume intitulé Le Folklore dans l’œuvre de Charles De Coster, no 37–38, 1927.

4 Hanse (Joseph), Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, Bruxelles, La Renaissance du Livre, Louvain, Librairie universitaire, 1928.

5 Voir Warmoes (Jean), Charles De Coster. Exposition organisée par le Musée de la Littérature, Préface de Joseph Hanse, Bruxelles, Bibliothèque royale, 1959.

6 Gerlo (Aloïs), Charles De Coster en Vlaanderen, Anvers, Uitgeverij S.M. Ontwikkeling, 1959 ; Huysmans (Camille), Le Roman d’Ulenspiegel et le roman de Charles De Coster. Avec quelques aperçus sur sa vie et son œuvre, Bruxelles, Esseo, 1960 ; Mitskievitch (B.‑P.), Charl’ De Koster i stanovlenie realizma v bel’gijskoj literature, Minsk, Izdatel’stvo bielgosuniversiteta imeni B.‑L. Lenina, 1960.

7 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, édition définitive établie et présentée par Joseph Hanse, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1959 ; ce texte connaitra une deuxième édition, revue, avec de nouvelles notes et variantes, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1966.

8 Trousson (Raymond), Charles De Coster ou la vie est un songe. Biographie, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1990.

9 Trousson (Raymond), L’Affaire De Coster – Van Sprang, Bruxelles, Académie de Langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 1990.

10 Hanse (Joseph), Charles De Coster, avec une préface inédite de Raymond Trousson, Bruxelles, Palais des Académies, 1990.

11 Voir Soncini Fratta (Anna), dir., La Légende d’Ulenspiegel di Charles De Coster, Atti del Centro Studi sulla letteratura Belga di Lingua Francese, Terzo Seminario Internazionale, Bologna, Clueb.

12 Voir Boudart (Laurence), Hutsebaut (Jan), Nachtergaele (Vic), La Légende continue. Ulenspiegel 150 ans après De Coster / 150 jaar legende : Uilenspiegel eeuwig jong, Préface de Marc Quaghebeur, Bruxelles, Damme, Archives et Musée de la Littérature, Uilenspiegelmuseum, 2017.

13 Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, préface inédite de Rainier Grutman, avec une étude inédite et un épilogue inédit, Bruxelles, samsa, Académie royale de langue et de littérature, 2017.

14 Măţel-Boătca (Maria), Réécritures de La Légende de Thyl Ulenspiegel, Cluj-Napoca, Casa Cărţii de Ştiinţă, 2017.

15 De Coster (Charles), Légendes flamandes, Bruxelles, Communauté française de Belgique, coll. Espace Nord, no 359, 2017.

16 De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, nouvelle édition définitive établie et présentée par Jean-Marie Klinkenberg, Bruxelles, Communauté française de Belgique, coll. Espace Nord, hors série, 2017. Voir, dans le présent volume, mon article « Une nouvelle édition définitive de La Légende d’Ulenspiegel. Les aventures d’un texte libre ».

17 Bruylants Jr. (Jan), Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl Uilenspiegel, Anvers, Houtekiet, 1998.

18 Note du comité de rédaction de Textyles : la contribution de Jean-Marie Klinkenberg à ce dossier dépasse le nombre de signes habituel des articles de la revue. Cette longueur exceptionnelle n’ouvre nullement une nouvelle ère en la matière : elle s’explique non seulement par la nature philologique du propos, qui demande force exemples pour être compréhensible, mais aussi et surtout par le statut symbolique, au sein des lettres belges de langue française, de La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Klinkenberg, « Introduction », Textyles, 54 | 2019, 7-11.

Référence électronique

Jean-Marie Klinkenberg, « Introduction », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3103

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Académie royale de Belgique

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals