Navigation – Plan du site
Relire La Légende d'Ulenspiegel

Uilenspiegel cléricalisé par un libéral exemplaire ?

Les adaptations de La Légende par Jan Bruylants Jr. (1904 et 1921)
Marnix Beyen
p. 9-24

Texte intégral

  • 1 Voir Beyen (Marnix), Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl Uilenspiegel, Anvers, Houtekie (...)

1Parmi les sept péchés mortels que Charles De Coster met en scène dans les dernières pages de La Légende, l’Orgueil fait figure de proue. Écrire, à l’âge de 27 ans, un essai sur le rôle de Tijl Ulenspiegel dans l’histoire politique belge est sans doute une manifestation de ce péché. Bien que l’article académique ressortisse à un autre genre que la confession, j’utilise toutefois cette occasion pour avouer que j’ai commis ce péché il y a presque vingt ans1. Mais si, dans leur rôle de confesseurs, les lecteurs me demandaient si je regrette d’avoir commis ce péché, ma réponse ne serait pas purement affirmative. Aujourd’hui encore plus qu’au temps de la rédaction de mon essai, je crois que la figure d’Uilenspiegel se prête éminemment à l’exploration de l’histoire complexe de la Belgique et à l’appréciation du rôle actif que la littérature y a joué. Si j’avais attendu plus longtemps, je n’aurais probablement plus osé écrire ce petit livre. Le péché de jeunesse me semble donc avoir valu la peine.

  • 2 Voir entre autres : Simons (Ludo), « Was Tijl Uilenspiegel politiek correct ? », dans Ons Erfdeel, (...)
  • 3 Voir surtout Beyen (Marnix), « Un Tijl Uilenspiegel patriotique au Parlement belge : Louis Defré al (...)

2Or, très vite je me suis rendu compte que je n’avais obtenu ce résultat qu’en me permettant des attributions hâtives — parfois même erronées — et en négligeant une grande quantité de détails historiques. Dans ma volonté de raconter une histoire importante, je me rendais trop peu compte du fait que derrière chaque personne et chaque événement que je racontais se cachait une histoire, souvent plus riche et complexe que je ne le pensais. Plusieurs commentateurs alertes — auxquels j’exprime ma gratitude — m’ont indiqué des hiatus et des erreurs de détails2, et dans quelques articles ultérieurs j’ai moi-même essayé d’apporter quelques précisions3.

  • 4 Mail de Herman Luyckx à l’auteur, 28 septembre 2013.
  • 5 Beyen (Marnix), Held voor alle werk, op. cit., p. 41–42.
  • 6 Verhaegen (Maurice), « Auctor en Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen », dans ‘t Spiegelken. Contactblaa (...)
  • 7 Luyckx se réfère dans ce contexte à un article sur la petite fille de Bruylants, l’artiste Liane Br (...)

3Tout en étant importantes, voire nécessaires, ces précisions ne tendaient pas à altérer mes interprétations principales. Or, un commentaire que je reçus en 2013 de la part d’un de mes étudiants de premier Bac sembla me diriger vers une erreur plus fondamentale, puisqu’il s’agit d’un moment clé de mon petit livre4. Plus précisément, j’y insistais sur l’importance du livre Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen que publia en 1904 le journaliste anversois Jan Bruylants Jr. sous le pseudonyme d’Auctor dans le processus qui transforma l’Uilenspiegel anticlérical de Charles De Coster en un héros des flamingants catholiques5. Ce faisant, je présentais implicitement Jan Bruylants comme un journaliste et un auteur catholique, le seul article (très concis) que je connaissais à propos de ce livre ne s’exprimant pas sur l’idéologie de son auteur6. Or, comme me le fit remarquer mon étudiant érudit (et, il faut ajouter, mature), ce même Bruylants publiait des articles dans le journal libéral Het Laatste Nieuws et entretenait une amitié avec le rédacteur en chef de celui-ci, Julius Hoste Sr7. Dans un monde aussi pilarisé que le belge du début du xxe siècle, un tel comportement eût été impensable pour un auteur s’associant à une politique catholique. M’étais-je donc gravement trompé dans l’interprétation d’une source cruciale dans mon récit, réduisant dès lors considérablement la valeur de celui-ci ? Il est temps, donc, de redécouvrir un auteur oublié et de relire ses romans costeriens — et, ce faisant, de réévaluer ma propre analyse.

Un libéral convaincu

  • 8 Le parcours accidenté de Bruylants au sein de l’administration communale d’Anvers est très bien doc (...)
  • 9 Voir son De laatste lotgevallen van Robert en Bertrand, paru originalement en 1905 chez Opdebeek à (...)
  • 10 Bruylants Jr. (Jan), Lettre à Nestor de Tière, 15 juillet 1902, Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B1. (...)
  • 11 Bruylants Jr. (Jan), Lettre à Constant Simillion, 30 septembre 1901, ibidem. Simillion était un col (...)

4Si le nom de Jan Bruylants Jr. (1871–1928) est aujourd’hui quasi inconnu en Flandre, ses écrits surent captiver l’esprit de bon nombre de Flamands au tournant du xxe siècle. Ce fils de l’auteur de théâtre populaire et historien amateur Jan Bruylants Sr. devint employé de la ville d’Anvers à l’âge de seize ans, et se vit graduellement (mais non sans peine8) promu au poste de Directeur des Quais et Hangars. Suivant l’exemple de son père, il s’adonnait aussi à la littérature populaire. Il écrivit plusieurs romans de cette veine, dont certains seront réédités (dans des versions souvent altérées et/ou abrégées) jusque dans les années 1960. Souvent, dans ces romans, il récupérait des thèmes populaires comme Tijl Ulenspiegel (sur lequel je reviendrai) ou les vagabonds célèbres Robert et Bertrand9. Les ambitions littéraires de Bruylants semblent s’être situées plutôt dans le théâtre que dans la prose. Ayant horreur du « mysticisme enfantin et idiotement incohérent d’un Maeterlinck », mais non moins à cause de soucis pécuniaires, Bruylants écrivait expressément des pièces adressées à un public large10. En outre, son souci d’introduire des messages politiques et sociaux dans ses pièces paraît avoir fait obstacle à son objectif de se construire une réputation littéraire. Quand en 1901 il espéra obtenir le Prix d’État pour sa pièce De ziel des volks [La Voix du Peuple], le comité de lecture la refusa à cause de — selon les mots de Bruylants lui-même — « sa tendance socialiste ». Et Bruylants de se moquer de cette évaluation : « Les ânes n’ont pas vu que c’est au contraire un plaidoyer pour la monarchie11. »

  • 12 Bruylants Jr. (Jan), De ziel van het volk. Spel in vijf bedrijven, Antwerpen, Gust Janssens, 1901, (...)
  • 13 Cette pièce, et surtout la question de savoir si elle méritait le Prix d’État, a même été discutée (...)
  • 14 L’Indépendance belge, 30 novembre 1904.

5De la lecture de De ziel des volks émerge, un effet, un ton anti-républicain. Bien que les événements soient situés dans un contexte indéterminé, il est clair que Bruylants visait surtout les discours et pratiques rousseauistes selon lesquelles les libertés individuelles étaient subordonnées à une « république une et indivisible12 ». Dans une autre pièce controversée du même Bruylants, De Herder [Le Pasteur], ces mêmes libertés sont menacées par une autre force, celle du cléricalisme13. Pour cette raison, l’administration communale de Courtrai n’autorisa pas les représentations de la pièce. À Anvers, elles se heurtèrent à une vague de protestations. À Bruxelles, au contraire, De Herder connut un succès populaire considérable, ce qui fit dire au rédacteur anonyme du journal bruxellois L’Indépendance Belge que la pièce était « une excellente œuvre de propagande libérale14 ».

6Si Bruylants a lu ce commentaire, il l’aura certainement apprécié. Durant toute sa carrière professionnelle et intellectuelle, il se définit explicitement, et de façon ostentatoire, comme un libéral héréditaire et inébranlable. Quand ses tentatives de monter sur les marches de l’échelle administrative anversoise firent face à de multiples obstacles, il n’hésitait pas à écrire personnellement — et à plusieurs reprises — au bourgmestre libéral populaire, Jan Van Rijswijck. « Un libéralisme farouche », écrit-il dans une de ces lettres, « était le seul héritage que mon père m’ait laissé : je ne l’ai jamais perdu, je le possède de façon pure et sans dommage jusqu’aujourd’hui, je n’y ai jamais pris d’hypothèques ! J’ai toujours eu de tellement bonnes intentions avec notre parti, avec nos hommes ! » La référence à son père fut sans doute stratégiquement choisie, parce que celui-ci avait été un collègue du père du bourgmestre, le poète et journaliste Jan-Baptist Van Rijswijck, à la rédaction du journal libéral De Koophandel. Bruylants Jr. n’hésita pas à décrire les deux pères comme des « âmes-sœurs » au sein de la grande famille des libéraux flamands d’Anvers. Et lui de laisser peu de doute à propos des conséquences que ce parti — et donc le bourgmestre actuel — devait tirer de ces liens intimes. Dans une oraison funèbre à l’occasion de la mort précoce de son propre père en 1876, De Koophandel aurait, selon Bruylants Jr., proclamé « que le parti prendrait soin de la veuve et du jeune fils de cinq ans du défunt ».

  • 15 Voir, entre autres, Bruylants (Jan), Lettre à A.D. Musschoot, 29 mai 1900, amvc-Letterenhuis, B927/ (...)

7Bien que cela ne se fût pas réalisé et qu’il vécût en pauvreté relative, le jeune Jan Bruylants s’était vite mis au service du parti. Il militait dans l’Association Libérale de Berchem, mais prêtait surtout sa plume à la cause libérale. Comme son père, il écrivait des articles pour De Koophandel, et il collaborait régulièrement à Het Laatste Nieuws (depuis 1891) et au journal des libéraux flamands anversois, De Nieuwe Gazet. Outre ses propres contributions à ces journaux, il veillait d’un œil alerte sur l’orthodoxie de leur position libérale15. En outre, il créa lui-même une revue littéraire conçue pour promouvoir la culture libérale. Non sans provocation, il baptisa cette revue Lucifer.

  • 16 Comité de Propagande du 8e Quartier, 3e canton électoral d’Anvers, à Bruylants, 27 novembre 1920, a (...)
  • 17 « Sterfgevallen », De Nieuwe Gazet, 28 septembre 1928.

8Dès lors, rien de surprenant à ce que Bruylants soit perçu comme le libéral-type. Au moment où, en 1920, il fut nommé Chevalier de l’Ordre de Léopold, il reçut un grand nombre de félicitations d’associations libérales anversoises. L’une d’entre elles, le Comité de propagande libéral du 8e quartier d’Anvers, exprima à cette occasion sa fierté, « parce qu’enfin un des citoyens les plus méritants d’Anvers, un libéral convaincu, reçoit un signe de reconnaissance pour son travail littéraire, pour sa vie honnête et son aspiration continue à la perfection16 ». Quand Bruylants mourut huit ans plus tard, à 56 ans, « d’innombrables figures des luttes libérales » marchaient dans la procession qui traversa Anvers17.

  • 18 « Nederduitsche Bond », dans De Vrijheid, 3 juillet 1892. Je traduis (sauf le mot « mouchard », qui (...)
  • 19 « Sterfgevallen. Dood van M. Jan Bruylants », dans Het Handelsblad, 25 septembre 1928. Je traduis.

9Rien de surprenant à ce que ce positionnement univoquement libéral valait à Bruylants Jr. une mauvaise réputation dans le monde catholique. En 1892, le journal catholique anversois De Vrijheid dépeignit ce « sale fils de Jan » (vuilejanszoon) comme un « ennemi politique » et un « mouchard », qu’on devait pour cette raison éviter18. À sa mort, le monde catholique ne semblait pas encore prêt à trop pardonner à cet ancien ennemi. Bien qu’elle exprimât des « condoléances sincères » envers sa veuve et ses enfants, la rédaction de Het Handelsblad répéta les réserves qu’elle avait formulées plusieurs fois contre les pièces de théâtre de ce « propagandiste de parti19 ». Il est peu probable que ses proches ont éprouvé cette étiquette comme une insulte.

Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen : un roman libéral ?

  • 20 Auctor, Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen, Antwerpen, Opdebeek, s. d. [1904]. Pour une comparaison tr (...)

10Jan Bruylants appartenait donc incontestablement à la famille libérale et anticléricale. Comment est-il possible alors que j’aie lu dans son roman Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen une adaptation catholique de La Légende ? C’est l’occasion d’une relecture de la version originale de ce livre (dont des versions abrégées continuèrent à être publiées jusqu’en 1953)20.

  • 21 Selon Spillebeen (Willy), « Vertalingen en aanpassingen van La Légende d’Ulenspiegel », dans Uliede (...)
  • 22 Sur ce processus, voir Beyen (Marnix), « Le souvenir comme parricide. L’univers commémoratif en Fla (...)

11Une première source de mon interprétation erronée tient sans aucun doute au fait que Bruylants transposa l’histoire d’Ulenspiegel à la fin du xviiie siècle, et la situa donc au cœur de la Révolution Brabançonne et de la Guerre des Paysans. Dans ce contexte, Tijl agit d’abord comme un partisan des Vonckistes, mais il se transforme graduellement en Brigand. À l’époque où parut La Légende, une identification libérale avec les Brigands était peu surprenante, et il semble même que De Coster lui-même ait envisagé de situer son Ulenspiegel à la fin du xviiie siècle21. Au début du xxe siècle, au contraire, les Brigands représentaient tout autre chose que les Gueux, auxquels De Coster avait fait appartenir son Ulenspiegel. Tandis que les Gueux étaient perçus depuis les années 1860 — surtout dans l’Anvers de Jan Bruylants — comme les prédécesseurs des Libéraux néerlandophones flamands, les Brigands étaient bel et bien récupérés par les flamingants catholiques22. Ceci s’était manifesté surtout lors du bicentenaire de cette révolte antirévolutionnaire, en 1898. En transformant le Gueux Ulenspiegel en Brigand, Bruylants semblait donc adopter une démarche clairement catholique.

12Cette impression est renforcée en lisant le livre, même en sachant que l’auteur avait un profil libéral univoque. La première partie du livre, qui, comme dans La Légende, a un caractère ludique, ne contient pas de blagues anticléricales. La seconde partie, plus combattante, met en exergue le rôle positif de la religion et des prêtres. Bien évidemment, le père d’Ulenspiegel n’y meurt pas au pilori pour raison d’hérésie, mais sa mère devient victime des Français révolutionnaires. Au lieu du cri récurrent « Les cendres de Claes battent sur mon cœur », l’Uilenspiegel de Bruylants ne jure qu’une fois « sur les cendres de [s]a mère » et, en présence d’un prêtre, il déclare : « Je ne laisserai passer aucun Français vivant » (p. 393, je traduis). Tandis que De Coster se dressait d’une façon largement non-armée contre l’oppression despotique et cléricale du monarque et de l’armée espagnols, le héros de Bruylants proclame ouvertement la pertinence d’une violence anti-française, et donc nationaliste.

13Bien avant la mort de sa mère, Uilenspiegel avait déjà exprimé de tels sentiments anti-français. Ils se manifestent surtout aux moments où les armées révolutionnaires touchent aux traditions religieuses de la Flandre. Un moment-clé à cet égard est celui où le général (fictif) Verrières est enterré dans l’église Notre-Dame à Anvers. C’est surtout Nele qui exhorte Tijl à l’action contre « cette honte et ce sacrilège », auquel beaucoup d’Anversois, et même des prêtres, ont collaboré : « Ils ont enterré l’hérétique dans l’église, devant l’autel de sainte Lucie. Ce gars, qui a exterminé la religion à Paris et qui a noyé les prêtres, repose dans notre église Notre-Dame. » Pour cette raison, Uilenspiegel et ses amis ne tardent pas à enlever le corps. Après avoir entendu ces mots, Uilenspiegel ne peut dissimuler son admiration : « Nele, sois remerciée. Tu parles comme il le convient pour une femme flamande. Je suis fier de toi. Tu nous prescris le devoir ; nous le remplirons. Tu as raison, le torse de ce brigand ne peut plus longtemps désacraliser le temple de Dieu. » (p. 274, je traduis) L’association entre l’identité flamande et la foi catholique est donc tout aussi évidente pour Uilenspiegel que pour sa compagne.

14Cette même association reviendra plusieurs fois dans le reste du livre. Même sans que le mot « Flandre » ne soit exprimé, la notion est éminemment présente dans la description du début du soulèvement armé. Après qu’Uilenspiegel lui-même a exhorté au combat les troupes du baron de Meer (Bruylants se référait probablement au Baron Jean-Joseph de la Mer), un « prêtre gris » avance :

« Que Dieu nous aide ! » dit-il. « Mes enfants, je veux vous bénir, avant que vous n’abordiez le combat. »
Tous s’agenouillèrent. Le prêtre tendit ses mains vers eux.
« Que Dieu vous dirige », dit-il. « J’implore sa bénédiction sur vous. »
Tous prièrent avec lui, à mi-voix. Le prêtre se leva, et en prenant son fusil, qu’il avait confié à Uilenspiegel, il s’écria : « Courage, les hommes. Nous triompherons. » (p. 368, je traduis)

15Il semble significatif qu’Uilenspiegel lui-même, qu’on peut considérer comme le porte-parole des idées de l’auteur, n’exprime nulle part des idées explicitement religieuses. Tout au plus laisse-t-il échapper une expression figée comme « Au nom de Dieu ». Il n’en demeure pas moins vrai qu’il agit constamment en défendant les idées religieuses et qu’il est encouragé et accompagné par des personnages qui incarnent les valeurs catholiques. Quand Uilenspiegel parle, ces valeurs semblent être noyées dans un discours nationaliste, avec des connotations ethniques et régénératrices. Selon ce discours, le « sang de ces martyrs descendra comme une rosée douce sur le champ de la Patrie, où la révolte germe et fait fleurir celle-ci abondamment » (p. 378, je traduis). De telle phrases semblaient préluder aux vers célèbres que le prêtre ouest-flamand Cyriel Verschaeve écrivit quinze ans plus tard en l’honneur des soldats flamands du front de l’Yser (« Hier liggen hun lijken als zaden in ‘t zand, hoop op den oogst o Vlaanderland »). Dans d’autres parties du livre, la notion de « sang » apparaît dans un sens plus ethnique. À l’occasion de l’enterrement du général Verrières (mentionné plus haut), Uilenspiegel déclare que les Anversois qui y ont participé « ne sont pas des Flamands ». Un ami soutient cette thèse et l’explique en même temps : « C’est un mélange de tous les pays […]. Tous les étrangers ont mis les pieds ici. C’est un sang mélangé, une race dégénérée. » Cette analyse provoque un trouble profond chez Uilenspiegel : « Et si maintenant on y ajoute un peu de français, les choses ne s’amélioreront pas » (p. 275, je traduis).

Le libéralisme flamand catholicisé ?

  • 23 Deflo (Frederik), De literaire oorlog. De Vlaamse prozaliteratuur over de Eerste Wereldoorlog, Aart (...)
  • 24 de Smaele (Henk), Rechts Vlaanderen. Religie en stemgedrag in negentiende-eeuws België, Leuven, Leu (...)

16Cette nouvelle lecture du roman de Bruylants permet de comprendre pourquoi, dans son livre de 1991 sur la littérature flamande à propos de la Première Guerre mondiale, Frederik Deflo décrit le Tijl Uilenspiegel d’Auctor comme « un catholique exemplaire23 », et pourquoi sept ans plus tard — sans avoir relu le livre de Deflo depuis lors — j’arrivai à la même conclusion. Bien évidemment, cela n’excuse aucunement ma négligence au niveau des recherches biographiques, mais l’opposition apparente entre les données biographiques montrant une vie libérale et le contenu du livre suggérant une sensibilité catholique n’en demande pas moins une explication. S’agit-il d’une particularité idiosyncrasique de Jan Bruylants Jr., ou d’un phénomène plus large ? Une partie de la réponse semble être donnée par l’historien Henk de Smaele dans sa thèse de doctorat, défendue à l’Université de Leuven deux années après la publication de mon Held voor alle werk, et publiée en 2009 sous le titre Rechts Vlaanderen24. Dans ce livre, De Smaele décrit la façon dont, au tournant du xxe siècle, un discours associant la Flandre à des valeurs rurales et catholiques devenait de plus en plus dominant en Flandre, même chez certains intellectuels libéraux. Le statut presque hégémonique de ce discours explique selon De Smaele la domination électorale écrasante du parti catholique en Flandre durant cette période.

17Vu sous cet angle, il devient moins surprenant qu’un libéral tel que Bruylants ait pu écrire un livre qu’un lecteur actuel perçoit comme catholique. Plus généralement, cette interprétation rend moins énigmatique la transformation de l’Ulenspiegel anticlérical et libertaire de Charles De Coster en un héros catholique prônant un nationalisme ethnique dans la Flandre du xxe siècle. Il ne fut pas donc « volé » par les catholiques mais suivait et reflétait une transformation qui se déroulait alors au sein d’une partie considérable du monde libéral en Flandre. Dès lors, durant et après la Première Guerre mondiale, les nationalistes flamands catholiques n’eurent plus qu’à récolter ce que des libéraux comme Bruylants avaient semé auparavant.

Le Tijl Uilenspiegel anti-allemand, produit d’une fuite en avant ?

  • 25 Auctor, Tijl Uilenspiegel aan ‘t front en onder de Duitschers, Antwerpen, L. Opdebeek, 1921.
  • 26 Beyen (Marnix), Held voor alle werk, op. cit., p. 53–55. Cette description est reprise presque litt (...)

18L’approche biographique ne jette pas seulement une nouvelle lumière sur la première, mais également sur la deuxième adaptation que Jan Bruylants Jr. fit de La Légende. Dans celle-ci, parue en 1921 sous le titre Tijl Uilenspiegel aan het front en onder de Duitschers, il ne situait pas l’action de son héros à l’époque de la Guerre des Paysans, mais en faisait un soldat belge luttant sur le front occidental pendant la Première Guerre mondiale25. Dès lors, je n’y ai vu qu’une « transcription presque littérale » de la première version, adaptée au patriotisme de l’après-guerre, et je situais Bruylants clairement dans le camp anti-activiste, c’est-à-dire dans le camp de ces flamingants qui refusaient d’accepter les avantages que les occupants allemands leur proposaient en échange d’une collaboration active26. Non seulement cette interprétation néglige le remaniement assez profond que Bruylants a opéré entre la première et la deuxième adaptations (créant un Uilenspiegel encore plus anversois cette fois-ci, en faisant naître son héros dans cette ville), mais en outre elle ne considère pas les sources archivistiques, qui nous laissent à penser que la genèse du deuxième livre fut complexe.

  • 27 Bruylants Jr. (Jan), Lettre aux Membres du Conseil Communal, 30 décembre 1918, amvc-Letterenhuis B9 (...)
  • 28 Voir l’accusation dans ce sens dans « La vie à Anvers », dans La Métropole d’Anvers, paraissant pro (...)
  • 29 « Les journaux d’Anvers. Le cas de la “Vlaamsche Gazet”. Une protestation », dans La Métropole d’An (...)

19Les premières années de l’après-guerre s’avérèrent très difficiles pour Bruylants. Sa tentative de devenir secrétaire communal échoua, en dépit d’un long plaidoyer pro domo, adressé à tous les membres du Conseil communal, dans lequel il insistait sur l’accomplissement de tous ses devoirs patriotiques pendant la guerre27. Il n’est pas certain qu’il ait raté cette nomination en raison de doutes émis quant à son comportement pendant la guerre, mais de pareilles suspicions s’étaient déjà exprimées durant celle-ci. Ce qui était surtout mis à sa charge était sa collaboration à Het Vlaamsche Nieuws, un journal qui apparaissait d’abord comme l’édition anversoise et ensuite comme le successeur du Vlaamsche Gazet — Het Laatste Nieuws, le journal libéral et bruxellois qui était dirigé depuis 1912 par Julius Hoste Jr.28. Même si Bruylants quitta le journal avant que celui-ci ne devînt un organe ouvertement activiste, cette collaboration prolongée peut avoir été considérée comme une trahison de la cause libérale et patriotique défendue par ses anciens compagnons de route. Selon la rédaction du journal francophone anversois La Métropole, Hoste Jr. protesta même publiquement contre « l’apparition à Anvers d’une [sic] journal ayant usurpé un titre qui lui appartient29 ».

20Au cours de l’été 1920, Bruylants se plaignit auprès du rédacteur en chef du journal libéral anversois De Nieuwe Gazet d’être la victime d’une action concertée tendant à le dépeindre comme un activiste. N’arrivant pas à trouver la source de cette diffamation, il pria le journal de publier la déclaration suivante :

  • 30 Bruylants Jr. (Jan), Lettre à August Monet, 12 juin 1920, Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B1. Je tr (...)

Depuis l’invasion des Allemands en Belgique, j’ai été toujours anti-allemand jusqu’au fond de mon âme et je l’ai toujours montré et dit, aussi bien en tant qu’employé qu’en tant que citoyen. Je n’ai pas douté un seul moment de la victoire des Alliés et j’ai toujours essayé de faire partager cette vision par mes amis et connaissances qui étaient découragés par les triomphes des Allemands, et de les soutenir.
En tant que flamingant, j’ai continuellement combattu l’activisme partout où je le pouvais, parce que j’ai rejeté la collaboration avec l’ennemi et parce que je prévoyais la façon dont le mouvement flamand souffrirait plus tard de ce crime. Je peux faire corroborer tout ceci par bon nombre de témoins30.

  • 31 Femme de G. Parresse, Lettre à Jan Bruylants, 28 novembre 1920, Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B1. (...)
  • 32 De Schuyter (Jan), « Jan Bruylants Jz. », dans Het Tooneel, 13 octobre 1917, p. 3–4.
  • 33 Le personnel des Services secrets belges des Postes d’Anvers (signé : August Adriaensens, August Bu (...)

21Un tel témoignage, sans doute activement sollicité par Bruylants, se trouve dans le dossier Bruylants à la Letterenhuis. Dans ce témoignage, la femme d’un Anversois déporté en Allemagne pendant la guerre soulignait que Bruylants avait été le seul à l’encourager et à la consoler, tandis que d’autres l’avaient évitée « de peur lâche de l’agresseur31 ». En dehors de ce témoignage, Bruylants aurait pu, dans sa propre défense, citer un article que l’écrivain et folkloriste anversois Jan De Schuyter lui consacra en pleine Occupation dans la revue théâtrale Het Tooneel, dans lequel il fut souligné que Bruylants avait vite quitté Het Vlaamsche Nieuws, « parce qu’à propos de questions importantes du moment, il entretenait d’autres idées que ses co-rédacteurs32 ». Et il aurait pu reprendre une lettre qui avait été envoyée en décembre 1918 au Collège des Échevins et au Conseil Communal par les anciens membres anversois du Service Secret Belge des Postes en support de la candidature de Bruylants. Ce service avait été créé par le gouvernement belge afin de soutenir les contacts entre les soldats au front et leurs familles. Les auteurs de la lettre soulignèrent que Bruylants avait soutenu ce service en cherchant les adresses non-indiquées sur les enveloppes ou celles des personnes qui avaient déménagé entretemps, et en donnant aux Anversois l’occasion de rentrer en contact avec leurs proches au front. Pour les pétitionnaires, il était clair que Bruylants avait posé, au risque d’être puni « un acte de patriotisme véritable et silencieux33 ». Non seulement cette lettre ne contribua-t-elle pas à la nomination de Bruylants Jr. au poste de secrétaire général, mais elle ne semble pas avoir aidé à écarter tous les doutes à propos de son passé durant la guerre.

  • 34 Dans une lettre écrite le 27 novembre 1920 (amvc-Letterenhuis, B927/B2), Bruylants apprenait à l’éc (...)

22Le fait que Bruylants ait décidé, précisément pendant la période où il émit sa plainte, d’écrire un nouvel Uilenspiegel, doit probablement être interprété dans ce contexte34. En écrivant un roman explicitement anti-allemand et patriotique, il semble avoir voulu éviter toute suspicion le concernant. Cela devient manifeste au moment où il explique qu’Uilenspiegel, quand il arriva au front, comprit vite « que les Allemands s’étaient emparés du Mouvement flamand et qu’ils l’utilisaient afin de promouvoir leur sale politique » (p. 217) — phrase dans laquelle semble résonner sa déclaration publique dans De Nieuwe Gazet. Dans le discours qu’il attribue à Uilenspiegel, s’adressant aux soldats flamands du front, celui-ci reconnaît que les Flamands ont beaucoup souffert sous le régime belge, mais que pour l’heure il faut lutter en premier lieu contre l’oppresseur allemand.

En chantant “Le Lion Flamand”, vous devez chasser les Allemands, avec le même courage héroïque qui inspirait vos ancêtres quand ils effaçaient les Français du sol de la patrie, quand ils se soulevaient contre les Autrichiens, contre les Espagnols, contre tous les étrangers qui ont agressé notre sol natal. (p. 225–226, je traduis)

  • 35 Voir Vanacker (Daniel), De Frontbeweging. De Vlaamse Strijd aan de IJzer, Bruges, De Klaproos, 2e é (...)

23La Belgique, dans ce roman patriotique, apparaît comme secondaire vis-à-vis de la Flandre. De cette façon, Bruylants reproduisit un discours qui avait été dominant dans le mouvement flamand tel qu’il était répandu parmi les soldats flamands au front35.

Épilogue

  • 36 Copie de la lettre du Ministre de l’Intérieur à Édouard Pecher, 3 janvier 1924, dans le dossier de (...)

24Si le deuxième roman costerien de Bruylants peut en effet être vu comme faisant partie d’une stratégie de défense, il est très difficile de juger l’impact de celle-ci. Le fait est, toutefois, que Bruylants ne fut pas poursuivi par la justice, et qu’il fut — également en novembre 1920 — nommé Chevalier de l’Ordre de Léopold, ce qui montre que les diffamations ratèrent leur but. Néanmoins, la demande introduite quatre ans plus tard par le Représentant du Peuple Libéral Édouard Pecher afin de faire octroyer à Bruylants une médaille pour mérite de guerre ne reçut pas de réponse positive. La Commission de la Reconnaissance nationale estimait « que les titres de l’intéressé étaient insuffisants pour justifier un tel honneur36 ». Est-ce parce que les suspicions d’activisme poursuivaient encore à cette époque l’auteur populaire ?

  • 37 Voir Beyen (Marnix), « Le Piège de l’essentialisme. Thyl Uylenspiegel entre littérature et propagan (...)

25Si de telles suspicions semblent peu fondées, une analyse des romans costeriens de Jan Bruylants nous a montré pourquoi elles étaient au moins compréhensibles. Dans ces livres, l’auteur défend, à travers Tijl Uilenspiegel, une position comparable à celle qui avait convaincu bon nombre de flamingants (comme cet autre auteur populaire anversois et adaptateur du matériel costerien, Raf Verhulst) d’opter pour une position activiste : un nationalisme essentialiste, identifiant la Flandre avec des valeurs traditionnelles et religieuses, réfutant toutes les influences étrangères et désignant les Français comme les ennemis héréditaires. Dès lors, l’Uilenspiegel de Bruylants annonçait déjà celui qui deviendrait une figure de proue du nationalisme flamand extrémiste de l’entre-deux-guerres. Comme je l’indiquais déjà dans Held voor alle Werk, la voie vers une telle interprétation était déjà tracée par l’essentialisme nationaliste inhérent à La Légende d’Ulenspiegel37.

Haut de page

Notes

1 Voir Beyen (Marnix), Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl Uilenspiegel, Anvers, Houtekiet, 1998. Dans cet article, j’utilise le nom Tijl Uilenspiegel quand je me réfère à Jan Bruylants Jr. ou à d’autres écrivains flamands, celui de Thyl Ulenspiegel quand je me réfère à Charles De Coster et sa Légende. Quant à Jan Bruylants Jr., il apparaît souvent dans les sources comme Jan Bruylants Jz. (Janszoon). J’emploie systématiquement la nomenclature Jr.

2 Voir entre autres : Simons (Ludo), « Was Tijl Uilenspiegel politiek correct ? », dans Ons Erfdeel, 1999, p. 626628 ; Lampo (Jan), « De mysterieuze toneelschrijver r.r. graverson ontmaskerd », dans Zuurvrij, no 7, 2009 ; De Putter (Jan), « Reynaert als politiek dier. De lezing van Camille Huysmans », dans Tiecelijn, no 30, 2017, p. 171228, plus particulièrement p. 174175.

3 Voir surtout Beyen (Marnix), « Un Tijl Uilenspiegel patriotique au Parlement belge : Louis Defré alias Joseph Boniface (1814–1880) et l’aspect romantique du libéralisme », dans Herman (Jan), Engels (Steven) et Demeulenaere (Alex), éds, Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele, Louvain, 2003, p. 31–46.

4 Mail de Herman Luyckx à l’auteur, 28 septembre 2013.

5 Beyen (Marnix), Held voor alle werk, op. cit., p. 41–42.

6 Verhaegen (Maurice), « Auctor en Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen », dans ‘t Spiegelken. Contactblaadje van Uylenspiegl’s kring, no 3, 1992, p. 5–8.

7 Luyckx se réfère dans ce contexte à un article sur la petite fille de Bruylants, l’artiste Liane Bruylants : http://schrijversgewijs.be/schrijvers/bruylants-liane/. Entretemps, une page de ce même site Schrijvenderwijs est dédiée à Jan Bruylants Jr. (http://schrijversgewijs.be/schrijvers/bruylants-jan-jr-auctor/). Hoste a aidé Bruylants dans sa carrière littéraire en faisant paraître une pièce de théâtre sous leurs deux noms (De twee geheime politieagenten, 1898) et dans sa carrière professionnelle en le recommandant pour promotion dans les services de la ville d’Anvers. Voir la transcription d’une lettre de recommandation de Julius Hoste dans Bruylants Jr. (Jan), Lettre à Jan Van Rijswijck, 3 décembre 1900, Anvers, Archives Communales, dossier personnel de Jan Bruylants Jr.

8 Le parcours accidenté de Bruylants au sein de l’administration communale d’Anvers est très bien documenté dans son dossier personnel dans les Archives Communales d’Anvers.

9 Voir son De laatste lotgevallen van Robert en Bertrand, paru originalement en 1905 chez Opdebeek à Anvers.

10 Bruylants Jr. (Jan), Lettre à Nestor de Tière, 15 juillet 1902, Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B1. Voir aussi Bruylants Jr. (Jan), Lettre à Jan Van Rijswijck, 17 novembre 1898 : « J’ai dû en écrire beaucoup, que j’écrivais à contrecœur, parce qu’on ne gagne rien avec la littérature, mais on le fait avec les soi-disant romans populaires. » Je traduis.

11 Bruylants Jr. (Jan), Lettre à Constant Simillion, 30 septembre 1901, ibidem. Simillion était un collègue de Bruylants dans l’administration de la ville d’Anvers, qui écrivit avec lui la pièce de théâtre Burgemeester Van Stralen. Voir « Sterfgevallen », Geïllustreerde Zondagsgazet: Familieblad, 19 septembre 1915.

12 Bruylants Jr. (Jan), De ziel van het volk. Spel in vijf bedrijven, Antwerpen, Gust Janssens, 1901, p. 62.

13 Cette pièce, et surtout la question de savoir si elle méritait le Prix d’État, a même été discutée à la Chambre des Représentants. Voir les Annales Parlementaires, Chambres des Représentants, débats du 6, 11, 13 et 25 juillet 1905.

14 L’Indépendance belge, 30 novembre 1904.

15 Voir, entre autres, Bruylants (Jan), Lettre à A.D. Musschoot, 29 mai 1900, amvc-Letterenhuis, B927/B1.

16 Comité de Propagande du 8e Quartier, 3e canton électoral d’Anvers, à Bruylants, 27 novembre 1920, amvc-Letterenhuis, B927/B1. Je traduis.

17 « Sterfgevallen », De Nieuwe Gazet, 28 septembre 1928.

18 « Nederduitsche Bond », dans De Vrijheid, 3 juillet 1892. Je traduis (sauf le mot « mouchard », qui fut utilisé dans le texte original). Jan Bruylants ajouta cet article à la lettre précitée qu’il écrivit à Jan Van Rijswijck le 19 novembre 1898, pour montrer dans quelle mesure il s’était adonné à la cause libérale.

19 « Sterfgevallen. Dood van M. Jan Bruylants », dans Het Handelsblad, 25 septembre 1928. Je traduis.

20 Auctor, Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen, Antwerpen, Opdebeek, s. d. [1904]. Pour une comparaison très détaillée entre plusieurs éditions de ce livre, voir Verhaegen (Maurice), « Tijl Uilenspiegel in Vlaanderen — de verscheidenheid tussen de vele uitgaven », dans Ulieden Spiegel, no 8, 1999, p. 58–73.

21 Selon Spillebeen (Willy), « Vertalingen en aanpassingen van La Légende d’Ulenspiegel », dans Ulieden Spiegel, no 1/1, juin 1992, p. 18–23, plus spécifiquement p. 21.

22 Sur ce processus, voir Beyen (Marnix), « Le souvenir comme parricide. L’univers commémoratif en Flandre : produit et producteur d’histoire belge », dans Luminet (Olivier), Belgique-België. Un État, deux mémoires collectives ?, Liège, Mardaga, 2012, p. 75–92.

23 Deflo (Frederik), De literaire oorlog. De Vlaamse prozaliteratuur over de Eerste Wereldoorlog, Aartrijke, Uitgeverij Decock, 1991, p. 39.

24 de Smaele (Henk), Rechts Vlaanderen. Religie en stemgedrag in negentiende-eeuws België, Leuven, Leuven University Press, 2009.

25 Auctor, Tijl Uilenspiegel aan ‘t front en onder de Duitschers, Antwerpen, L. Opdebeek, 1921.

26 Beyen (Marnix), Held voor alle werk, op. cit., p. 53–55. Cette description est reprise presque littéralement sur http://schrijversgewijs.be/schrijvers/bruylants-jan-jr-auctor/. Sur l’activisme, voir entre autres, Wils (Lode), Onverfranst, onverduitst? Flamenpolitik, activisme, frontbeweging, Leuven, Davidsfonds, 2014.

27 Bruylants Jr. (Jan), Lettre aux Membres du Conseil Communal, 30 décembre 1918, amvc-Letterenhuis B927/B2.

28 Voir l’accusation dans ce sens dans « La vie à Anvers », dans La Métropole d’Anvers, paraissant provisoirement à Londres, 12 décembre 1914.

29 « Les journaux d’Anvers. Le cas de la “Vlaamsche Gazet”. Une protestation », dans La Métropole d’Anvers, paraissant provisoirement à Londres, 6 janvier 1915.

30 Bruylants Jr. (Jan), Lettre à August Monet, 12 juin 1920, Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B1. Je traduis.

31 Femme de G. Parresse, Lettre à Jan Bruylants, 28 novembre 1920, Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B1. Je traduis.

32 De Schuyter (Jan), « Jan Bruylants Jz. », dans Het Tooneel, 13 octobre 1917, p. 3–4.

33 Le personnel des Services secrets belges des Postes d’Anvers (signé : August Adriaensens, August Bus, Cornelius Tenys, Jules Tavernier, Constant Peynaerts, Aug. Daens, G. Van Ghelder, J. Beukelaer, K. Van Ghelder, J. Brack), au Bourgmestre et aux membres du Conseil communal d’Anvers, 30 décembre 1918, Anvers, Archives Communales, dossier personnel de Jan Bruylants Jr. Je traduis.

34 Dans une lettre écrite le 27 novembre 1920 (amvc-Letterenhuis, B927/B2), Bruylants apprenait à l’écrivain et critique Hendrik Coopman Thzn qu’il était en train d’écrire ce livre, et qu’il paraissait en feuilleton. Je n’ai pas su retrouver dans quel organe ce feuilleton était publié (ce n’était ni dans Het Laatste Nieuws, ni dans De Nieuwe Gazet, ni dans l’illustration libérale De Zweep).

35 Voir Vanacker (Daniel), De Frontbeweging. De Vlaamse Strijd aan de IJzer, Bruges, De Klaproos, 2e éd., 2015. Il est intéressant de noter que dans le journal principal de ce Mouvement du Front, Ons Vaderland. Tolk van het Vlaamsche Front, un Jan Bruylants écrit souvent des articles d’un ton similaire, se référant même à Tijl Uilenspiegel (Ons Vaderland, 4 avril 1918). Dans je même journal un « Auctor Jr. » répond à des lettres de soldats (Ons Vaderland, 13 novembre 1917, 8 avril 1918). Il s’agit probablement du fils de Jan Bruylants Jr., qui s’appelait Jan M. Bruylants. Si c’est le cas, il est surprenant que Bruylants ne semble le mentionner nulle part dans sa correspondance d’après-guerre.

36 Copie de la lettre du Ministre de l’Intérieur à Édouard Pecher, 3 janvier 1924, dans le dossier de Jan Bruylants Jr., Anvers, amvc-Letterenhuis, B927/B2.

37 Voir Beyen (Marnix), « Le Piège de l’essentialisme. Thyl Uylenspiegel entre littérature et propagande », dans Témoigner – entre histoire et mémoire, 2011, p. 85–98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marnix Beyen, « Uilenspiegel cléricalisé par un libéral exemplaire ? », Textyles, 54 | 2019, 9-24.

Référence électronique

Marnix Beyen, « Uilenspiegel cléricalisé par un libéral exemplaire ? », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3112 ; DOI : 10.4000/textyles.3112

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals