Navigation – Plan du site
Relire La Légende d'Ulenspiegel

« Sors de mes yeux » : le flandricisme comme (effet de) traduction dans La Légende d’Ulenspiegel

Rainier Grutman
p. 25-49

Texte intégral

1. De la transposition à la traduction

  • 1 Le titre complet de cette réimpression (qui ne fut pas à proprement parler une « deuxième édition (...)

1En 1869, à l’occasion de la soi-disant « deuxième édition » de La Légende d’Ulenspiegel1 chez Lacroix et Verboeckhoven (devenus célèbres par le succès des Misérables, ils impriment ces mêmes années Thérèse Raquin et Les Chants de Maldoror), Charles De Coster ajoute une importante « Préface du Hibou ». Le hibou en question signe « Bubulus Bubb ». Il n’est pas ici le sage oiseau de Minerve mais l’« uil » (haut all. Eule ; bas all. Ule) espiègle qui tend aux « manans & seigneurs, [aux] gouvernés & gouvernants, le miroir [nl. et all. spiegel <lat. speculum] des sottiſes, des ridicules & des crimes d’une époque ». De cette préface, on a surtout retenu l’ironique injonction finale. Tout en faisant semblant de réprimander le « poëte téméraire qui aim[e] tant Rabelais & les vieux maîtres » et de « dénoncer la crudité & les audaces de [s]on style », Bubulus Bubb y met en garde les « poëte[s] provincia[ux] » contre les excès du conformisme en matière de langue, car « ils finiront par uſer la langue françaiſe à force de la polir ».

  • 2 Reproduite par Francis Nautet dans le second tome de son Histoire des Lettres Belges d’expression (...)

2Je partirai d’un passage moins connu, celui où le hibou interpelle le « poëte écervelé » pour lui rappeler certain larcin : « Il était de ton intérêt de me réintégrer dans ton œuvre, dont vingt chapitres, au moins, m’appartiennent (1), je te laiſſe les autres en toute propriété. » On obtient des précisions dans une longue note, que le paratexte attribue aux « éditeurs » mais dont on sait qu’elle est de nul autre que Charles De Coster2. En voici le début :

  • 3 Cette énumération a été corrigée d’après les suggestions de Charles Potvin, qui a enlevé les ital (...)

(1) Cette aſſertion eſt exacte. Le poëte a emprunté à une petite brochure flamande de la collection Van Paemel, intitulée : Het aerdig leven van Thyl Ulenſpiegel, les chapitres VI, XIII, XVI, XIX, XXIV, XXXV, XXXIX, XLI, XLIII, XLVII, XLVIII, XLIX, LIII, LV, LVII, LIX & LX du premier livre de son ouvrage3. Les têtes de chapitres imprimées ci-deſſus en majuſcules italiques indiquent que ceux-ci sont plutôt créés que reproduits. Tous ont subi, d’ailleurs, d’importantes modifications, excepté les LXIIe, LXIIIe & LXIVe. Les autres, depuis le LXVe juſqu’à la fin de l’ouvrage, appartiennent en propre à M. Ch. De Coſter, comme auſſi, par conſéquent, les livres II, III, IV, V, qui sont de pure création.

3Le contraste entre le registre des deux textes est saisissant. Le hibou emploie un langage juridique pour revendiquer la « propriété » intellectuelle de certains chapitres, que l’auteur de la note lui cède sans ambages : « Cette assertion est exacte. » Mais aussitôt après, ce dernier invoque son droit de créateur ou plutôt de recréateur. La création occupe une part de plus en plus grande dans cette sorte de réponse à un acte d’accusation. De l’aveu initial d’un « emprunt » (avec mention de la source), on passe à la « reproduction », forme de copie déjà moins stricte, à une série de chapitres qui ont « subi […] d’importantes modifications », voire ont « plutôt [été] créés », pour finalement arriver à la « pure création » des livres II, III, IV et V. Faut-il en déduire que le Premier Livre serait moins « pur » au point de vue de la création ? Son texte en cacherait-il un autre ?

  • 4 Voir Genette (Gérard), Palimpsestes, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982.
  • 5 C’est dans cet article que sera lancée l’idée de la Légende comme « une sorte de bible nationale  (...)
  • 6 Nautet (Francis), « Histoire des lettres belges d’expression françaises. Les Romanciers. (Charles (...)
  • 7 Ibidem, p. 439.

4Rares sont les chercheurs à avoir exploré la piste du palimpseste. Bien au contraire : très tôt, on a voulu minimiser la portée de cette relation « hypertextuelle4 » entre « la brochure flamande de la collection Van Paemel » mentionnée dans le paratexte de la Légende et le texte de cette dernière. En 1892, Francis Nautet5 note que « pour la majorité de ses rares lecteurs, Ch[arles] De Coster n’est que le très artiste transcripteur d’une légende flamande ». Mais il ne rapporte cette rumeur que pour mieux la démentir : « À la vérité, la part de cette légende est l’élément tout secondaire de l’ouvrage : c’est un thème et rien de plus. Tout le reste est invention personnelle6. » Il suffit, poursuit-il, « de lire la légende toute crue » dans « l’édition si complète et si consciencieuse de M. Delepierre » (dont j’aurai bientôt l’occasion de reparler) pour « mieux savourer l’élan et l’impulsion de la transposition7 » faite par De Coster.

  • 8 Voir Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », dans La Belgique artis (...)
  • 9 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 155.
  • 10 Ibidem, p. 170–172.

5Notons le vocabulaire employé. Nautet écarte l’idée de la « transcription » d’un texte au profit de la « transposition » d’un « thème ». C’est dire qu’il sépare le contenu narratif de la légende de sa forme flamande. Il s’agirait donc d’une simple opération de transvasement, sans passage d’une langue à l’autre, sans la moindre dimension inter-linguistique. Ce point de vue est encore celui de Joseph Hanse dans la thèse magistrale qu’il soutient à l’Université catholique de Louvain en 1925. Très critique à l’égard de Paul Hamelius8, il salue néanmoins son « excellente étude des procédés par lesquels De Coster adapte la légende populaire et l’élargit9 ». Quand il montre à son tour « le parti que De Coster tira de la légende » flamande, Hanse10 insiste assez systématiquement sur ce qui sépare les deux textes : De Coster a « corrig[é] l’original » dans le sens « de la vraisemblance, de l’adoucissement [des mœurs], de l’enrichissement des détails, de l’apologue ». Pour Hanse, il s’agit d’« emprunts » « d’idées » ou de « détails », jamais de reprises textuelles. Les différences l’emportent, quantitativement et qualitativement, sur les ressemblances. Tantôt (nous dit-il au sujet du ch. I, 35) « le récit est vraiment créé […] malgré de nombreux emprunts », tantôt De Coster « recourt à son modèle » mais l’« améliore singulièrement » (dans I, 57). Ailleurs, on apprend que De Coster « élague des détails avec à-propos, tout en ne s’écartant guère de son modèle » (I, 63). Ce dernier mot, moins fort que le mot original, implique une plus grande distance (de l’ordre de l’adaptation) et un rapport plus vague, moins hiérarchique. Un peintre « s’inspire » de son modèle, le « reproduit » ou « l’imite », mais cette imitation n’implique aucune soumission, bien au contraire : il peut fort bien dépasser son modèle (comme c’est le cas ici).

  • 11 Léon-Louis Sosset reconnaît que les « emprunts » au petit livre gantois sont « assez textuels » [(...)
  • 12 Voir Nysenholc (Adolphe), « La pensée de Charles De Coster », dans Études littéraires, no 212 (19 (...)
  • 13 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 170–172.

6Depuis, la cause semble entendue : le petit livre flamand que De Coster a découvert chez le peintre Adolf Dillens est un prétexte plus qu’un hypotexte à part entière11. Ce point de départ a rarement été envisagé comme un « texte de départ », au sens où l’entend la traductologie. Généralement, on se contente de répéter que De Coster « reprend le recueil populaire édité par Van Paemel […], qui est en grande partie la matière du livre I de son épopée12 ». C’est encore et toujours la matière qui est reprise, sans plus (et sans que l’on ne sache trop comment interpréter le verbe « reprendre »). Et si De Coster n’avait pas seulement trouvé du contenu à copier dans l’édition flamande ? Il en respecte moins l’esprit — étroitement catholique, les imprimeurs flamands voulant se mettre à l’abri des foudres de l’Église — que la lettre. Pourtant, s’il arrive à Joseph Hanse13 de dire que la Légende « est fidèle à l’original » (au sujet de I, 49) ou le « suit de très près » (I, 62), que « l’imitation est stricte » (I, 41) ou la « reproduction assez fidèle » (I, 13), voire que tel chapitre (I, 47) est « très inspiré » de son équivalent dans l’édition Van Paemel, jamais le mot traduction ne franchit ses lèvres (ou plutôt, ne sort de sa plume).

  • 14 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit.

7Cette scotomisation du transfert traductionnel paraît d’autant plus troublante que, comme nous le verrons, plusieurs chapitres de la Légende ne font pas que « transposer » (Nautet) un thème (donc un contenu) traditionnel mais empruntent des phrases entières (jusqu’à une vingtaine dans I, 62 et dans I, 41) à un texte concret rédigé en flamand. Elles n’ont été ni vaguement « reproduites » ni artistement « imitées » mais bel et bien traduites. Voilà le premier fait que voudra rétablir l’étude qui suit : la démarche costérienne comporte une part très réelle de traduction. Il convient de souligner cet aspect, signalé en son temps par Paul Hamelius14 mais étrangement écarté depuis par la mémoire critique. Il convient d’autant moins de sous-estimer le recours systématique (du moins pour ce qui concerne le Premier Livre de la Légende) à un hypotexte flamand que cela ne faisait guère partie des habitudes (et encore moins de l’habitus) des gens de lettres francophones de la capitale belge.

  • 15 Voir Potvin (Charles), « Charles De Coster », dans Revue de Belgique, XI, no 10 (15 octobre 1879) (...)
  • 16 Voir Woodbridge (Benjamin Mather), « Some sources of Charles De Coster’s Ulenspiegel: Van Meteren (...)
  • 17 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 195–196.

8De Coster ne semble pas avoir fait exception. Alors même qu’il prétendait connaître le flamand « ancien, un peu mieux que le nouveau » (selon un témoignage rapporté par Potvin)15, il n’avait pas lu sa source principale, l’Historie d’Emanuel Van Meteren, dans une des éditions (celle de 1599 ou celle, définitive et posthume, de 1614) que ce chroniqueur et diplomate anversois avait rédigées et fait imprimer en néerlandais, mais bien dans la traduction française de Jean de la Haye. Ce fait a été établi depuis longtemps16, mais il est utile de le rappeler pour montrer que la consultation d’un original flamand n’allait pas de soi, même dans le milieu des « antiquaires » (comme on appelait à l’époque romantique les amateurs de monuments et manuscrits anciens). En même temps, l’usage qu’allait faire De Coster de la brochure Van Paemel concorde parfaitement avec les conclusions que tirait Hanse17 de son « examen détaillé des emprunts » faits à Van Meteren. Elles s’appliquent mutatis mutandis : « Pareille imitation n’a rien de déshonorant. De Coster enrichit singulièrement le trésor auquel il puise. » Hanse montre à la fois « combien nombreux, et peu scrupuleux parfois, étaient ces recours à la chronique » et à quel point « se sont précisées, en se limitant, l’originalité et l’ingénieuse habileté de notre auteur ». CQFD.

  • 18 Voir Simon (Sherry), Le Trafic des langues : traduction et culture dans la littérature québécoise(...)

9Non pas qu’il faille considérer la Légende tout entière comme une traduction, ainsi qu’ont pu le croire les lecteurs mal renseignés auxquels faisait allusion Francis Nautet. Il s’agit sans conteste d’une œuvre originale, écrite en français par un auteur francophone. Mais cette œuvre n’annonce pas moins les écritures postcoloniales et migrantes d’aujourd’hui en ceci qu’elle « utilise le rapport à la langue étrangère pour nourrir la création », qu’elle met en scène le contact et l’interférence linguistiques pour mieux brouiller les pistes, comme c’est souvent le cas « dans la littérature qui se crée aux frontières des identités nationales18 ». En accueillant le flamand dans un texte français, De Coster simule et stimule le rapport dynamique entre deux langues appelées à se côtoyer, à s’entrecroiser, à se mélanger. Qu’elle se situe en dehors du texte, dans un rapport d’antériorité hypertextuelle avec la Légende, ou qu’elle soit projetée à l’intérieur de cette dernière, la présence de la traduction sous ses multiples formes — y compris la non-traduction — confère à cette œuvre un caractère linguistiquement « hybride » (comme on dit aujourd’hui) qui en fait une construction interculturelle avant la lettre. Comme cette dimension de la Légende ne fait pas forcément l’unanimité, il me faudra faire un petit détour pour rappeler un certain nombre de faits objectifs, relatifs d’une part à la présence quantitative des flandricismes chez De Coster, d’autre part aux opérations sémiotiques que fait intervenir la traduction inhérente et même préalable (sur le plan de l’inventio et, en partie, de la dispositio) à son travail de réécriture de la fable flamande.

2. Les traces de l’hypotexte flamand

  • 19 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 259.
  • 20 Ibidem, p. 231–261.
  • 21 Hanse (Joseph). « Avant-propos », à Charles De Coster, La Légende et les Aventures héroïques, joy (...)

10La perspective ainsi ouverte permet de reprendre à frais nouveaux la question fort débattue des flandricismes. Parmi les procédés qui permirent à De Coster de donner une patine archaïque à sa Légende, on le sait, il y avait non seulement des mots français d’origine germanique (hallebardier, lansquenet, landgrave, margrave, etc.), mais aussi et surtout de véritables emprunts au néerlandais de Belgique. De Coster « veut faire flamand. Et c’est pour cela qu’il prodigue les mots flamands », observait Hanse19, qui ne les incluait pas pour autant dans son analyse de la langue et du style de la Légende20. Trente ans plus tard, le même critique semble regretter « la présence d’un trop [sic] grand nombre de mots du terroir21 ».

  • 22 Voir Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Cos (...)

11Leur nombre s’accroît encore si l’on tient compte de leur fréquence d’emploi : un calcul rapide donne plusieurs centaines d’occurrences. Jean-Marie Klinkenberg22 en constatera à son tour l’importance : « Plusieurs pages n’épuiseraient pas la liste d[e]s termes [appartenant au] lexique néerlandais, [qui] est d’une richesse remarquable. » Mais ils risquent fort de dérouter les francophones unilingues. Aussi De Coster cherche-t-il à réduire ce que l’on pourrait appeler leur coefficient d’altérité. En général, il traduit et commente les mots flamands, comme quand Thyl demande à Lamme d’aller « à Koelkerke, la fraîche égliſe, ainſi nommée parce qu’elle eſt battue des quatre vents à la fois » (II, 4). Il lui arrive même de les gloser avant qu’ils ne fassent leur apparition : le néologisme « vêtues landsknechtement » (mot hardiment imprimé en caractères romains) est ainsi dûment préparé par « vêtues comme des lansquenets » (II, 18).

  • 23 Simon (Sherry), Le Trafic des langues : traduction et culture dans la littérature québécoise, op. (...)
  • 24 Ibidem, p. 178.

12La Légende d’Ulenspiegel, telle une peinture, comprend en fait plusieurs couches. Tel xénisme est le résultat d’une retouche postérieure apportée en cours de rédaction à des fins de « couleur locale », garantissant cette « authenticité irrécusable » que le préfacier de 1869 revendiquait pour une œuvre située au pays de Flandres et ailleurs. Tel autre, en revanche, était déjà là avant que De Coster n’entame l’écriture de son roman et a été (partiellement) recouvert de mots français. Filant la métaphore de la peinture, on pourrait le comparer au canevas qui transparaît sous une mince couche de couleur voire apparaît tout simplement, comme chez ces portraitistes qui jouent du blanc pour ajouter du relief au visage de leur sujet. Souvent, ce sont des portraits inachevés ou du moins, faits pour donner cette impression. De la même manière, La Légende d’Ulenspiegel contient des mots et des phrases faits pour donner l’impression d’avoir été traduits du flamand. Ils évoquent ce que dans un autre contexte de contact interlinguistique (celui du Québec) on a appelé un « processus inachevé de traduction23 ». Pour Sherry Simon, que je viens de citer, le « texte plurilingue [est] pénétré d’effets de traduction [et] met en question les contours mêmes de ce que nous appelons traduction24 ». Dans le cas de la Légende, ces « effets de traduction » sont d’autant plus faciles à obtenir qu’il n’y a pas seulement apparence de traduction mais traduction réelle, du moins pour une partie du texte. Il n’y a pas de fumée sans feu.

13En effet, il suffit de la lire pour se rendre compte que la brochure flamande mentionnée dans la note de 1869 a bel et bien servi de texte-source. Son titre complet (dans l’édition sortie des presses d’Isabelle Caroline Van Paemel, à Gand, en 1850) est : Het aerdig leven van Thyl Ulenspiegel. Waer in verhaeld word, niet alleenelyk veel aerdige en klugtige Poetsen en Boeveryen, maer ook bezonderlyk zyne wonderlyke Avonturen, die hem gedurende zyn leven voorgevallen zyn, zoo in Belgie als in andere landen. Cette « drôle de vie » (comme on parlera en 1940 de « la drôle de guerre », aardig étant ici une forme abrégée de eigenaardig, « curieux, bizarre ») contient non seulement des « farces et escroqueries » (poetsen en boeveryen) mais aussi les aventures merveilleuses (wonderlyke) qui lui sont arrivées « en Belgique comme dans d’autres pays » (zoo in Belgie als in andere landen).

  • 25 Voir Simons (Ludo), Geschiedenis van de uitgeverij in Vlaanderen, vol. 1 : De negentiende eeuw. T (...)
  • 26 Joseph-Octave Delepierre fit connaître Thyl de la bourgeoisie francophone de Flandre et d’ailleur (...)
  • 27 Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, 1835, op. cit., p. 25 ; jugement répét (...)
  • 28 Van Duyse avait co-fondé l’association gantoise De Tael is gansch het volk (1836 : « La langue es (...)
  • 29 Van Duyse (Prudens), Étude littéraire sur Tiel l’Espiègle, Gand, Duquesne, 1858, p. xxxiv.

14Leander Van Paemel, sa fille Isabelle Caroline (épouse de Ceuninck) et son petit-fils Henri de Ceuninck formaient une dynastie d’imprimeurs gantois active pendant tout le xixe siècle25. Chacune des trois générations devait imprimer Het aerdig leven van Thyl Ulenspiegel : Leander en 1820 et en 1829, Isabelle en 1850, Henri en 1875. Le succès en fut très considérable, à en juger par les témoignages contemporains de Joseph-Octave Delepierre et de Prudens Van Duyse. Le premier26 souligne malgré lui l’importance d’une « édition populaire, avec de mauvaises figures en bois, imprimée à Gand, chez Van Paemel, et qui amuse les gens de la campagne27 ». Quant au flamingant gantois28, il rapporte en 1858 que Van Paemel « en débite annuellement 3 000 exemplaires, chiffre imposant, qui est propre à faire naître bien des réflexions au sujet de la civilisation des classes laborieuses à l’aide du flamand29 ».

  • 30 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, (...)
  • 31 Simons (Ludo), Geschiedenis van de uitgeverij in Vlaanderen, op. cit., p. 13.

15À la question de savoir si « la langue de ce que l’on a pu nommer la Bible des Flandres donne l’impression d’être traduite du flamand30 », il me semble donc devoir répondre par l’affirmative. Plusieurs flandricismes proviennent du texte fourni par Van Paemel. Ce sont des traductions, au sens habituel de reformulations en une autre langue. Ce qui ne revient pas à ériger en Original, en Ur-Text, une édition gantoise qui est plutôt un chaînon (d’ailleurs anonyme) dans une vaste tradition internationale. En Flandre même, les Van Paemel n’étaient pas les seuls à exploiter le filon du filou espiègle. Ils prenaient le relais des frères et de la veuve Gimblet, actifs à la fin du xviiie siècle, puis de Pierre Kemp, tous imprimeurs à Gand et tous responsables d’éditions populaires d’Ulenspiegel pour le public d’expression flamande. En revanche, les Van Paemel semblent avoir initié la conversion d’Ulenspiegel en héros belgo-flamand, évolution plus marquée chez Delepierre (en 1840) et chez De Coster. Dans l’édition Gimblet, les aventures de Thyl ont encore lieu « soo hier als in andere Landen » (« tant ici qu’en d’autres pays31 »), où le déictique hier / ici renvoie simplement au lieu d’impression. Son référent peut donc varier : la même formule orne par exemple la page titre de l’édition qu’impriment les calvinistes Johan Noman et Fils à Zalt-Bommel, dans la province septentrionale de Gueldre, soit bien loin des Provinces Belgiques.

3. Une vue d’ensemble

  • 32 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit.
  • 33 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit.

16Avant de regarder de plus près les emprunts faits par De Coster au texte flamand, il est utile d’avoir une vue d’ensemble. Car il s’agit d’une opération d’envergure : un peu plus de la moitié des chapitres (23 sur 41) que compte le recueil imprimé par Van Paemel (VP) a laissé des traces de traduction repérables dans le Premier Livre de La Légende. Le tableau suivant complète les examens faits par Hamelius32 et Hanse33. Il donne une bonne idée de la répartition des prélèvements faits dans Het aerdig leven van Thyl Ulenspiegel :

Van Paemel 1850

(nombre de lignes)

De Coster 1867–1869

(* = éléments de traduction ;

? = rapport ténu)

Source

(PH = Hamelius 1908 ;

JH = Hanse 1990 [1928])

(16)

I, 6*

PH + JH

(30)

I, 16*

JH

(18)

I, 13*

JH

(26)

I, 24*

JH

(16)

I, 2 (?)

PH

(21)

I, 19*

JH

(23)

I, 47*

JH

(32)

I, 43*

JH

(14)

I, 39*

JH

(50)

(14)

(31)

I, 62*

JH

(38)

I, 41*

JH

(36)

I, 42

JH

(18)

(54)

I, 57

JH

(13)

I, 59*

JH

(22)

III, 34 (?)

PH + JH

(29)

I, 63*

JH

(22)

I, 64*

JH

(13)

I, 60*

JH

(24)

I, 59*

JH

(21)

(37)

I, 49*

JH

(19)

I, 55*

JH

(35)

I, 53*

JH

(12)

I, 42 (?)

PH

(23)

(12)

I, 66*

PH + JH

(55)

I, 35*

JH

(29)

(43)

(25)

(16)

I, 42

JH

(60)

(50)

(19)

(46)

(10)

(20)

(35)

V, 10 (?)

PH + JH

  • 34 Selon Hamelius, cette sélection correspond à la logique suivante : « Ce sont les récits bêtement (...)

17Dix-huit chapitres ont donc été écartés34 par De Coster ou lui ont seulement fourni de la matière. Au chapitre 22 du recueil flamand on apprend par exemple que Thyl, de passage en Italie, y engendre un fils, «  un petit Ulenspiegelet » (een kleyn Ulenspiegelken — le double diminutif n’est pas ressenti comme un pléonasme en néerlandais). De Coster reprend le détail mais choisit l’orthographe du haut-allemand (Eulenspiegelken, I, 59) pour mieux distinguer le personnage médiéval, originaire du pays de Saxe, du sien, né en Flandre au siècle de Pieter Bruegel l’Ancien. Mais c’est la seule trace laissée par le chapitre en question. Si ces chapitres correspondent bien à l’idée que se faisaient Nautet, Hanse et Nysenholc du lien entre les deux textes, ce n’est aucunement le cas des vingt-trois autres chapitres, pour lesquels le lien hypertextuel est carrément textuel.

  • 35 Michel Ballard définit la traduction comme une « paraphrase synonymique interlinguistique » [Ball (...)

18Il est possible de s’en faire une idée plus précise encore. Dans l’édition Van Paemel, la vie de Thyl est racontée en 46 pages de 40 lignes. En retranchant la douzaine de pages qu’occuperaient les 36 gravures sur bois si on les regroupait, on obtient 34 pages × 40 lignes pour un total de 1 360 lignes. De ce tout, quelque 175 lignes ont été reprises mutatis mutandis, moyennant la « métamorphose inévitable » qui accompagne toute traduction, comme le rappelle Michel Ballard35. De Coster a donc traduit plus d’un dixième (13 % pour être exact) de son texte de départ. Mais c’est là une moyenne ; le pourcentage sera parfois (beaucoup) plus élevé. Un tiers des chapitres flamands (15 sur 41) a ainsi fourni plus de quatre lignes au roman français. Dans une demi-douzaine de cas (soit les chapitres VP 12, 13, 19, 24, 26 et 30), le nombre de lignes reprises telles quelles est supérieur à dix. La portion traduite peut aller jusqu’à représenter un quart, la moitié ou même les deux-tiers du texte original, comme dans les chapitres VP 9 (7 lignes traduites sur 14 = 50 % dans I, 39), VP 12 (19 sur 31 = 61 % dans I, 62) et VP 13 (27 sur 38 = 71 % dans I, 41).

3.1. Suppression, adjonction, substitution, permutation36

  • 36 Il me paraît tout à fait possible d’appliquer à la traduction la quadripartita ratio d’origine cl (...)

Il convient donc de nuancer l’hypothèse d’un élagage systématique (18 chapitres sur 41) de la part de Charles De Coster.

  • 37 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 167.

19D’abord, les 23 anecdotes retenues de l’Aerdig leven van Thyl Ulenspiegel se voient adjoindre de la matière narrative dans La Légende. Si les chapitres de cette dernière semblent courts pour une œuvre du xixe siècle, ils sont nettement plus longs que dans le livre flamand, où seulement sept épisodes occupent plus d’une page imprimée de 40 lignes. Il y en a même autant qui comptent moins de 15 lignes et le plus court (VP 39) en compte à peine dix. La longueur moyenne des 23 chapitres en question est de 27 lignes (614 : 23 = 26,7), de telle sorte que l’adjonction joue un rôle tout aussi important que la suppression. Comme le disait déjà Hamelius, « De Coster s’est bien gardé de sacrifier leur énergie concise ; il s’est contenté de les placer dans un cadre plus orné et plus large37 » .

  • 38 Groupe µ, Rhétorique générale, op. cit., p. 58.

20Ensuite, il n’est pas rare qu’un ajout s’insère à l’endroit même où a été supprimé un élément, de telle sorte qu’il s’y substitue. La substitution est décrite par les auteurs de la Rhétorique générale comme une « suppression-adjonction38 ». Si elle a lieu à deux endroits différents du texte (c.-à-d. lorsqu’un élément supprimé ici est réintroduit ailleurs), ils parlent de permutation, phénomène qu’on retrouve également ici. Dans La Légende, le chapitre I, 42 combine ainsi deux (voire trois) chapitres de l’édition Van Paemel :

a) l’histoire d’Ulenspiegel veilleur du château, non plus d’Anholt, en Westphalie (VP 14), mais d’Audenarde (Oudenaarde) en Flandre Orientale ;

b) l’anecdote, racontée au chapitre VP 34, de la pendaison imminente d’Ulenspiegel à Lübeck (au nord-est de Hambourg), transposée par De Coster à Luppeghem (Leupegem, actuellement une section de la ville d’Audenarde, autrefois un village voisin) et peut-être aussi

c) le chapitre VP 27, où Ulenspiegel, devenu opticien, fait la leçon au roi d’Espagne, ce qui a pu fournir le détail des « besicles ».

  • 39 Voir Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, 1840, chap. 30, p. 116–118.
  • 40 Ibidem, chap. 13, p. 52–53.

21On voit bien ici que la traduction linguistique s’accompagne d’une translation spatiale. Au cadre allemand se substitue un cadre géographique flamand, ce en quoi De Coster suit les brisées de Delepierre, chez qui Ulenspiegel avait certes failli être pendu à Lübeck39, mais se fit également engager comme guetteur au Brabant belge, à Héverlé-lez-Louvain (Heverlee)40.

22Sur le plan micro-textuel aussi, ce même chapitre (I, 42) combine plusieurs opérations. Deux épisodes (concernant le guet et la presque pendaison) au départ distincts y sont fusionnés, amalgame rendu plus vraisemblable par le rapprochement géographique entre Audenarde et Luppeghem. Thyl n’invoque pas non plus la clémence des mêmes autorités. Les « Nobles seigneurs » (Edel heeren) de la ville de Lübeck ont été remplacés par sa « Sainte Majesté ». L’ajout de Charles-Quint, personnage absent (et pour cause) de la fable médiévale, souligne le transfert de la fable aux Pays-Bas espagnols. Une trentaine de chapitres plus tard, les représentants de cette même justice impériale condamneront le père de Thyl au bûcher (ch. I, 69–74), péripétie qui transforme la farce en tragédie et pousse un fripon somme toute peu frondeur dans le camp des gueux.

4. Analyse micro-textuelle d’un chapitre : Ulenspiegel garçon boulanger (VP, 13> I, 41)

  • 41 Anonyme, Het aardig leven van Thijl Uilenspiegel, waarin verhaald worden, niet alleen vele aardig (...)

23Il faudrait une thèse pour donner une image complète des transformations qui accompagnent le transfert du flamand au français. Pour des raisons d’espace, je me concentrerai sur un seul chapitre : celui où Ulenspiegel se fait embaucher comme garçon boulanger (VP 13 ; I, 41 dans La Légende). On trouvera ces textes en annexe. J’ai ajouté l’édition de 1810 parue aux Pays-Bas41 pour montrer deux choses : d’une part, que l’édition Van Paemel (dont est parti De Coster) ne peut en aucun cas être tenu pour un original absolu, et d’autre part, que l’écart entre le néerlandais écrit aux Pays-Bas et en Belgique était beaucoup moins grand que l’on ne le croit généralement (la plupart des différences sont liées à des conventions ortho- ou même typographiques, telles aa vs. ae et ij vs. y).

24Le fait traductif occupe une place très considérable dans ce chapitre : les deux tiers du texte français (quelque 300 mots sur 487) s’avèrent avoir été traduits. La variété de procédés de transposition donne une bonne idée du modus operandi costérien. Elle permet aussi de tirer deux conclusions de valeur plus générale, car vérifiées de façon ponctuelle dans d’autres chapitres. La première a trait à la manière dont De Coster a transposé le texte flamand. Une fois son choix de chapitres fait, il procède surtout par adjonction. En même temps, certaines suppressions et substitutions témoignent de la réorientation qu’il entend donner à la fable folklorique. Le deuxième constat concerne la nature même de sa traduction. De par son caractère littéral, celle-ci peut parfois forcer la langue d’accueil et faire « entendre » le flamand en français, soit en laissant subsister des mots flamands (« Smaedelyke broeders » et « kennip/zennip » sont deux exemples que je regarderai de plus près), soit en calquant la syntaxe germanique du flamand / néerlandais.

4.1. Transformations textuelles

4.1.1. Adjonctions

  • 42 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 167.
  • 43 Ibidem, p. 165.

25Paul Hamelius, au moment de « contrôler l’emploi que De Coster avait fait de la brochure flamande », avait déjà cherché à « déterminer le sens des modifications apportées aux vingt chapitres que, de son propre aveu, il en avait traduits42 ». Il avait ainsi identifié une tendance à « entoure[r] sa traduction française d’embellissements et d’amplifications43 ». Dans le chapitre examiné, le texte de départ se voit adjoindre une bonne centaine de mots (de 373 mots dans la version flamande, on passe à 487 mots en français). C’est moins que dans d’autres chapitres qui comportent une part moins grande de texte traduit, mais le rôle de ces ajouts n’en est pas moins significatif. Il est de trois ordres : ils accentuent le caractère archaïsant de la Légende, tissent des liens avec d’autres chapitres (beaucoup moins décousus chez De Coster que ne l’étaient les anecdotes dans les recueils populaires) et finalement, rehaussent la « couleur flamande » de la manière paradoxale que nous verrons.

a) Accentuer l’archaïsme

  • 44 Potvin (Charles), « Charles De Coster », op. cit., p. 179 et Idem, Charles De Coster. Sa biograph (...)
  • 45 Potvin (Charles), « Charles De Coster », op. cit., p. 172 et Idem, Charles De Coster. Sa biograph (...)

26L’archaïsme est notamment créé par la multiplication de participes présents et de gérondifs sans « en ». Si la forme est attestée en français, sa fréquence peut être vue comme une interférence avec l’adstrat néerlandais, où elle est plus courante (quoique moins qu’en anglais, qui y recourt très volontiers). On sait que De Coster revendiquait une telle parenté entre l’archaïsme et le calque. Dans une conférence restée inédite sur ce qu’il appelait « le vieux langage français » — celui « du xvie siècle et du commencement du xviie » plutôt que l’ancien français à proprement parler — il trouva qu’il « se prêtait à la traduction presque littérale de toutes les langues44 » et notamment que ce fut « le seul qui traduise bien le flamand45 ». Comment ne pas voir par exemple que les « inversions charmantes » qu’aimait De Coster dans le langage archaïque lui permettent de créer l’illusion de tournures flamandes. L’antéposition de l’adjectif (effet stylistique dont les écrivains français du xixe siècle finissant — Huysmans en prose, Mallarmé en poésie — feront bientôt un large usage) est la norme dans les langues germaniques.

b) Tisser des liens intratextuels

27Plus frappante est la cohésion textuelle créée par les ajouts. Le « faux viſage » que montre Ulenspiegel à la fin de notre extrait fait ainsi écho à celui qu’il avait exhibé, jeune garçon, quand il était en croupe derrière son père au ch. I, 13 : « Ulenſpiegel […] retrouſſait sa chemiſe & leur montrait son faux viſage. » C’est là qu’apparaît cette métaphore insolite, absente du texte flamand, qui parlait plus prosaïquement de l’anus (« eers »). C’est là aussi qu’on trouve la raison pour laquelle De Coster n’a pas littéralement traduit « Ulenspiegel heft zyn kleed op » par « soulève sa robe » mais par « montr[e] son faux viſage ».

28De manière comparable, « l’aigre trogne » du boulanger s’inscrit dans une série d’« aigres trognes » dont De Coster affuble les adversaires de son héros, en particulier le roi Philippe II d’Espagne (I, 39), qui mettra à sang la patrie de Thyl, et « Josse Grypstuiver, l’avare doyen des poissonniers » (I, 56), qui fera verser le sang de Claes et bouillir celui de son fils. Un personnage mineur fournit la clef de ce sobriquet inhabituel en français, qui est, une fois de plus, une (trace de) traduction. Au chapitre I, 57, Jan de Zuursmoel a peut-être littéralement la « trogne » (smoel) « aigre » (zuur) parce qu’il aime trop la moutarde, mais il est plus probable qu’il soit « grincheux » ou « rabat-joie », car tel est le sens des mots zuursmoel ou zuurpruim en néerlandais. De manière étonnante, les traducteurs de La Légende d’Ulenspiegel (y compris le Flamand Richard Delbecq, en 1896) ne s’en sont guère rendu compte mais ont interprété le « de » comme une particule nobiliaire, alors qu’il s’agit tout simplement d’un article défini (comme d’ailleurs dans le nom de notre écrivain : « De Coster » veut dire « le bedeau »).

c) Rehausser la « couleur flamande »

29Mais revenons au poissonnier qui trahit Claes. Son nom de famille a valeur d’épithète. En néerlandais, il traduit son principal trait de caractère : l’avarice. Car Gryp-stuiver s’appelle littéralement « grippe-sou ». Le rapprochement est facilité du fait que le verbe français « gripper » a la même racine francique que le néerlandais grijpen (« saisir, prendre »). De Coster, on l’aura compris, aime donner à ses personnages flamands des (sur)noms transparents, à commencer par ceux de Thyl Ulenspiegel et Lamme Goedzak. « Ulieden Spiegel : votre miroir », glose le préfacier de 1869. Quant à Lamme Goedzak (dont le nom signifie à peu près « Guillaume la Bonne Poire »), il fait honneur à son sobriquet, car si sa sœur « le f[a]it travailler à sa place », « le doux niais le faisait volontiers ». Cependant, De Coster tire profit de l’homonymie entre la forme abrégée (par aphérèse) de son nom de baptême et le mot néerlandais pour agneau (lam, comme dans le Lam Gods [Agnus Dei] des frères Van Eyck) pour le décrire comme « bon [goed en nl.] & doux comme un Agneau » (I, 3).

30Dans le chapitre qui retient notre attention (I, 41), le boulanger est surnommé « le Kwaebakker, le boulanger fâché ». Le mot ne vient pas de Van Paemel et n’existe pas en néerlandais ; De Coster semble l’avoir inventé à partir de bakker (boulanger) et l’adjectif kwaad (qu’il traduit par « fâché », mais qui veut aussi dire « malin », comme dans le « malin génie » de Descartes). Or, le fait qu’il soit factice n’empêche pas le sobriquet flamand de faire mouche en faisant flamand (comme le faux flamenco peut sembler authentiquement andalou dans un tablao de Madrid…). Cet ajout vient également compenser une perte, celle de la langue traduite, forcément effacée par la langue traduisante, mais que De Coster réintroduit dans sa traduction. Il se servira encore huit fois du mot Kwaebakker (toujours avec majuscule) dans un chapitre d’à peine deux pages : tantôt, il substitue ce nom propre au nom commun (bakker) de l’original ; tantôt, il l’ajoute afin d’augmenter la couleur locale.

31Les exemples d’une telle amplification par la répétition de mots flamands sont légion. Au ch. 59 de la Légende, Ulenspiegel fait la connaissance « d’une troupe de Smaedelyke broeders, joyeux Flamands de Sluys qui mettaient tous les samedis quelque argent de côté pour aller une fois l’an voyager au pays d’Allemagne ». De Coster est encore parti de l’édition Van Paemel (ch. 17), mais sans traduire cette fois-ci. Sous sa plume, un épisode d’une douzaine de lignes à peine devient six fois plus long et change de sens : là où dans la brochure flamande, Ulenspiegel est le proverbial « arroseur arrosé », il se tire mieux d’affaire en français et arrive même à damer le pion à ses « frères en friponnerie ». Cette belle traduction de « smaedelyke broeders » (le mot smadelijk désignait en moyen néerlandais une conduite déshonorante, voire infâme) n’est pas signalée comme telle toutefois : seul le lecteur bilingue la reconnaîtra.

32Le texte flamand ne nomme qu’une seule fois les membres de cette confrérie, tandis que De Coster emploie l’expression Smaedelyke broeders une demi-douzaine de fois sans la traduire. Par cette traduction interrompue, il crée un résidu du texte flamand. Il l’affuble aussi d’une signification nouvelle. Son récit confirme le stéréotype (tiré des tableaux de Breughel l’Ancien) du Flamand joyeux drille et guindailleur, amateur de franches lippées bien arrosées. C’est pour l’écrivain francophone l’occasion de peindre des scènes de ripailles assaisonnées de mots exotiques : dikzak (« patapouf »), rommelpot (instrument de musique improvisé déjà décrit dans le très ethnographique ch. I, 21 mais qui revient en force ici), daelder (le thaler des Pays-Bas), baes (« patron »), sans oublier l’enseigne de l’auberge : « In den Ketele (Au Chaudron) ». Les « frères » de La Légende d’Ulenspiegel, dont la compagnie est plus joyeuse que dans le texte imprimé par Van Paemel, ne sont pas sans rappeler les « Frères de la Bonne Trogne » décrits dans les Légendes flamandes (1857) et déjà introduits au ch. I, 35.

4.1.2. Substitutions

33Une première substitution souligne la dimension magique et surnaturelle du roman costérien. Plutôt que de trouver sous le gibet des « côtes desséchées de voleurs » (drooge ribben van dieven), son Ulenspiegel ramène « une main de voleur desséchée ». Conformément à une croyance populaire répandue sous l’Ancien Régime par Le Petit Albert (et recyclée par des écrivains romantiques comme Walter Scott en Grande-Bretagne, Gérard de Nerval en France ou Philippe Aubert de Gaspé au Québec), cette « main de gloire […] rend invisibles tous ceux qui la portent ». L’ajout est habilement intégré, à la fois au chapitre même (le Kwaebakker est prié de se servir de cet anneau de Gygès pour « cacher [s]on mauvais caractère ») et à la suite de l’histoire. La scène possède en effet une dimension proleptique : à la fin du Premier Livre, Thyl verra le cadavre d’un autre supplicié, son père, dont le corps est livré en proie aux corbeaux. Quand il se lance sur le bûcher pour chasser les rapaces, il se fait interpeller par un sergent d’armes : « Sorcier, cherches-tu des mains de gloire ? Sache que les mains de brûlé ne rendent point invisible, mais seulement les mains de pendu comme tu le seras un jour » (I, 75).

34Une autre substitution nous ramène à des questions proprement interlinguistiques. Comme ceux du forgeron et du cordonnier (VP 19 et 20, transposés aux ch. I, 63 et 64 de la Légende), l’épisode du garçon boulanger renvoie à l’univers médiéval des métiers et des « guildes » (mot d’ailleurs d’origine flamande). Dans cet univers hiérarchisé, l’apprenti (nl. knecht) devient compagnon (gezel) puis, après avoir produit un chef-d’œuvre (meesterwerk), maître (meester). Aussi est-ce tout naturellement par ce dernier titre qu’Ulenspiegel s’adresse au boulanger, au forgeron et au cordonnier établis auxquels il offre ses services. De Coster fait fi de cette convention : plutôt que de traduire le « meester » de l’original, il lui substitue l’appellation plus générale de « baes » ou « patron ». Comme dans le cas de Kwaebakker, le mot flamand n’était nullement présent dans le texte de départ.

  • 46 Potvin (Charles), Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, op. cit., p. 212.
  • 47 Un siècle plus tard, on peut lire dans le Nouveau Dictionnaire des difficultés du français modern (...)
  • 48 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, (...)

35Cette substitution-ci est plus typiquement « belge » toutefois. Le mot baes (baas en néerlandais moderne) est attesté en français de Belgique dès le xixe siècle : Potvin46 trouve « l’expression assez familière » pour que De Coster puisse « lui accorder le droit de bourgeoisie47 ». Le mot apparaît très souvent dans La Légende d’Ulenspiegel : j’ai pu compter non moins de 77 occurrences, à quoi s’ajoutent 21 occurrences de la forme féminine (dont 4 orthographiées à l’ancienne : « baefinne »), soit une centaine d’occurrences en tout. Selon Jean-Marie Klinkenberg48, « baes » est progressivement intégré au texte : De Coster l’écrit en italiques jusqu’au ch. 32 du livre III et le naturalise par l’emploi de romaines trois chapitres plus tard, dans l’épisode épique du bouge de Courtrai (« ’t Is van te beven de klinkaert ! »).

  • 49 Ainsi Abraham Lincoln peut-il dire en 1858 : « As I would not be a slave, so I would not be a mas (...)

36Facile à comprendre pour un lectorat local, baes introduit encore une autre nuance. En effet, ce mot non strictement flamand mais pan-néerlandais est à l’origine de l’américain boss. Emprunté aux colons hollandais de New York (Nieuw Amsterdam), boss est resté parce qu’il exprimait la préférence américaine pour les relations sociales plus fluides, alors que le britannique master était ressenti comme dénotant une hiérarchie trop rigide49. Que De Coster ait ou non perçu cette nuance (réelle : baas exprime moins de respect que meester en néerlandais), le fait est que son Thyl, en refusant d’utiliser le titre auquel ont droit ses employeurs, montre qu’il se soucie peu des hiérarchies et conventions sociales.

4.1.3. Suppressions

  • 50 Le mot schalk, commun à l’allemand et au néerlandais, proche du Schelm, rapproche Ulenspiegel du (...)

37Ce détail vient souligner l’attitude picaresque du fripon farceur. C’est paradoxal si l’on sait que De Coster transforme l’image véhiculée par la légende populaire, dont le personnage unidimensionnel n’est pas une fin mais un moyen, la chrysalide du héros à l’esprit frondeur que l’écrivain belge placera au centre de son chef-d’œuvre. Dans le chapitre du boulanger, qui nous concerne ici, est pareillement supprimée une allusion au caractère trop espiègle d’Ulenspiegel : « Disparais de ma vue, car tu es un fripon » (schalk50), s’écrie le boulanger aussi bien dans l’édition néerlandaise que dans celle sortie des presses gantoises. Et Thyl de répondre : « Ainsi m’appelle-t-on souvent. »

– Gaet uyt myne oogen, want gy zyt eenen schalk, riep den bakker.
– Alzoo word ik dikmaels genaemd.

4.2. « Une traduction souvent littérale »

  • 51 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 167.
  • 52 Ibidem, p. 165 ; je souligne.

38Ce dernier exemple illustre bien le fonctionnement de la traduction chez De Coster, comme nous allons le voir. Hamelius avait déjà noté l’importance d’une « traduction souvent littérale51 », ajoutant que « De Coster ne dédaigne point de suivre pas à pas son modèle quand il y trouve un récit sobre et net, ou un dialogue rapide, difficile à surpasser en concision et en vivacité52 ».

4.2.1. Des traces de traduction

  • 53 Ce type de traduction est parfois vu comme un antidote à la traduction « fluide » et « naturalisa (...)

39Un examen serré des deux versions lui donne amplement raison ; on s’en convaincra en comparant les phrases que j’ai soulignées dans l’annexe, qui sont toutes traduites. Il arrive même que le texte-source flamand déteigne sur le texte-cible français, qui en accueille la trace et l’écho sous la forme d’interférences linguistiques, avant de se transformer lui-même en source d’exotisme. Non seulement De Coster transpose-t-il une part appréciable du livre flamand, mais il le fait encore de manière fort littérale, sans craindre de produire un texte qui « sente » la traduction. Son approche rappelle la démarche «  littéraliste53 » des romantiques allemands (mais aussi de quelqu’un comme Chateaubriand dans sa version de Paradise Lost) : ils faisaient travailler leurs lecteurs en leur rappelant qu’ils lisaient un texte étranger, écrit à l’origine dans une autre langue que la leur.

  • 54 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, (...)

40On vient d’en voir un exemple frappant. Le calque syntaxique « Sors de mes yeux » rend mot par mot l’ordre donné par le boulanger flamand à Thyl : « Gaet uyt myne oogen » (VP 13, p. 16). De Coster s’écarte des solutions idiomatiques qu’il avait à sa disposition (« Disparais de ma vue ! » ou « Ôte-toi de ma vue ! ») pour créer « un flandricisme manifeste54 », extravagant, voire (littéralement) exorbitant. C’est évidemment voulu. Les formalistes russes y auraient peut-être vu un de ces « effets d’étrangeté », d’« estrangement », de « désautomatisation » (ostranenie) qui rehaussaient à leurs yeux la teneur littéraire des œuvres avant-gardistes. L’effet ne se limite d’ailleurs pas à cette seule phrase. Dès le texte flamand (que De Coster suit de très près), la métonymie qu’elle contient est déconstruite par Thyl. En la prenant au pied de la lettre, il en souligne le caractère à la fois familier et inhabituel :

(Van Paemel, ch. 13)

(Légende d’Ulenspiegel, I, 41)

Zeyde Ulenspiegel [:] waer ik in uwe oogen, zoo moest ik uyt uwe neusgaten kruypen, als gy uwe oogen toe zoud doen.

Si j’étais dans tes yeux, répondit Ulenspiegel, je ne pourrais, lorsque tu les fermes, sortir que par tes narines.

  • 55 Cité par Klinkenberg (Jean‑Marie), ibidem, p. 278.

41Grâce au calque (calculé, en l’occurrence, et qui ne constitue donc pas une erreur de traduction), le texte français n’en devient que plus exotique. La phrase « Sors de mes yeux » fait assurément partie des « tournures germaniques » dont Louis Piérard disait qu’elles « dérout[ai]ent au premier abord le lecteur français55 ».

42Or, insistons-y une dernière fois, ce n’est pas un effet ajouté après coup mais la trace d’un texte antérieur, d’un hypotexte transformé par la traduction. Que cette traduction soit partielle, on en conviendra aisément. Qu’il s’agisse néanmoins d’une traduction au sens courant du terme, voilà ce qu’il ne faut pas se lasser de répéter. J’espère l’avoir montré en approfondissant les remarques formulées par Paul Hamelius il y a un siècle mais restées sans écho depuis.

  • 56 Berman (Antoine), La Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit., p. 54.

43Tout chercheur qui a étudié l’histoire et la poétique de la traduction littéraire reconnaîtra sans peine les procédés dont se sert De Coster, car ils correspondent à des tendances bien connues. Pour ne donner qu’un exemple : le chapitre du garçon boulanger illustre ce qu’Antoine Berman appelle la « rationalisation56 », tendance qui consiste à vouloir corriger la non-logique (perçue) du texte source. De Coster corrige ainsi l’ordre syntaxique : on prépare la pâte avant de pouvoir la cuire (alors que c’est l’inverse dans l’original). De même, l’incongruité grammaticale créée par les formes impersonnelle et personnelle dans « als men… moest hy » (quand on… devait-il) disparaît de la traduction (« quand onil faut »). Enfin, le Thyl flamand «  ramenait à la maison » (bragt hy thuis) les côtes desséchées trouvées sous le gibet, ce qui est moins logique que d’apporter la main-de-gloire chez le boulanger, comme il fera chez De Coster.

4.2.2. Une dimension métalinguistique

44Plusieurs chapitres de la Légende possèdent enfin une dimension métalinguistique. Au tout début du recueil flamand, on voit Ulenspiegel enfant se payant la tête d’un cavalier (« anderhalven man en een peerdshoofd », traduit comme « un homme & demi & une tête de cheval ») qui lui demande le chemin. À la fin de ce chapitre, De Coster ajoute cependant un effet de traduction de son propre cru. « Je ne t’ai point dit d’aller où les oies pataugent, mais où elles cheminent » (I, 16) correspond encore à « Gy moet ryden daer de ganzen gaen, maer niet daer zy zwemmen » (VP 2). Mais la suite a été inventée par De Coster :

Montre-moi du moins, dit l’homme, un chemin qui aille à
Heyſt.
En Flandre, ce sont les piétons qui vont & non les chemins,
répondit Ulenſpiegel.

45Le commentaire laisse entendre que le cavalier aurait commis une impropriété de langage. Se fait-il corriger par Thyl parce qu’il lui a adressé la parole en français ou parce qu’il s’est mal exprimé dans la langue du terroir ? Si la question doit rester sans réponse, on voit bien comment la Légende renforce l’illusion de la traduction : au niveau du discours, elle traduit un dialogue qui eut lieu (au moins en partie) en flamand dans l’univers du récit…

  • 57 Notons l’atténuation par rapport au verbe beaucoup plus rabelaisien (schyten) employé dans l’orig (...)
  • 58 Pour Antoine Berman, « l’exotisation prend deux formes. D’abord par un procédé typographique (les (...)

46Ailleurs, la traduction n’est pas un simple effet mais un fait accompli… ou parfois inaccompli, inachevé. Au ch. I, 47 (que même Joseph Hanse disait « très inspiré » de l’édition Van Paemel), Ulenspiegel entre au service de Jan de Zuursmoel, « capitaine de landsknechts » à l’aigre trogne. Comme il vient d’échapper à la potence, il a en horreur le « chanvre qui, en langage flamand, se disait alors kennip » (hennep ou encore kemp en nl. moderne). Le texte-source contient un calembour avec « zennip, welk mostaert is » (« sénevé, ce qui est de la moutarde », ma trad.), glose qui montre assez qu’il devait s’agir d’un mot peu courant, plus proche de l’allemand Senf (<lat. sinapis, cf. it. senape, fr. sénevé) que du néerlandais mosterd. Paronomase (et dans la Légende, mauvaise foi) aidant, c’est le pot de moutarde et non le plant de chanvre qu’Ulenspiegel ira « vilipender57 honteusement ». Tout ceci au grand dam du capitaine Zuursmoel, qui s’en va « criant comme un aigle & mêlant enſemble zennip, kennip, kemp, zemp, zemp, kemp, zemp ». On s’imagine à quel point il est difficile de rendre en français le calembour kennip/zennip. De Coster non seulement ne recule pas devant la tâche mais en remet. Il fait plus que conserver le parler vernaculaire de l’original, mais l’« exotise58 » dans une traduction « sur-flamandisante ».

Conclusion

  • 59 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, (...)
  • 60 Hanse (Joseph), « Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1959] », op. cit., p.xx- xxi.

47La traversée des langues prend plusieurs formes dans La Légende d’Ulenspiegel. La différence linguistique y est tantôt nette et explicite, ouvertement affichée, tantôt plus diffuse et implicite, sous-jacente et sous-entendue. Dans ce qui précède, nous avons vu qu’elle ne pouvait pas être ramenée à un procédé de couleur locale ou d’effet de réel. Un peu à la manière de l’archaïsme étudié par Klinkenberg59, qu’il vient d’ailleurs renforcer dans un double dépaysement, le xénisme rayonne. Mais le flandricisme n’est pas seulement un fait de style ; il est encore un fait de traduction. Car il existe un lien hypertextuel direct et non médiat entre une vingtaine de chapitres de La Légende d’Ulenspiegel et Het aerdig leven van Thyl Ulenspiegel. Par rapport au texte français qui en est en partie dérivé, le texte flamand possède un statut d’antériorité, de « source » si l’on veut, à condition de ne pas employer ce mot dans un sens positiviste pour réduire la richesse de l’œuvre costérienne. Il n’a jamais été question non plus d’insinuer qu’elle aurait été entièrement « traduite du flamand ou de l’allemand », selon une « opinion trop répandue » qu’a fustigée à plusieurs reprises Joseph Hanse60. De Coster a été beaucoup plus subtil en faisant entrer dans sa composition des bribes traduites du texte flamand découvert chez son ami Dillens.

  • 61 Tels The Voice (1964) du Nigérian Gabriel Okara ou Le Soleil des indépendances (1968) de l’Ivoiri (...)

48Insistons sur l’habileté avec laquelle De Coster fait courir la navette entre les deux langues — ici en interrompant le processus de traduction de manière à créer des îlots hétérolingues dans le texte d’arrivée, là en ajoutant des xénismes après coup, quitte à ce que son propre texte « sente » la traduction. Voilà un jeu très complexe et très moderne avec les langues qui permet de créer une illusion d’hybridité — un peu à la façon de ces romans postcoloniaux61 qui suggèrent la présence d’un vernaculaire sous la langue véhiculaire des (anciennes) colonies — mais aussi, inversement, de cacher l’hybridité linguistique bien réelle qui préside au transfert traductionnel. Autrement dit, le fait (avéré) de la traduction se voit assortir une série d’effets de traduction. Plus même, la mise en scène de la traduction, réelle ou feinte, comme processus ou comme produit, dans le texte et le paratexte — la soi-disant « note des éditeurs » — participe d’un ensemble plus large de stratégies textuelles visant à créer un texte troué, traversé par les deux langues que De Coster estimait constitutives d’une identité belge alors en pleine construction. Dans La Légende d’Ulenspiegel, le français et le flamand ne sont ni artificiellement juxtaposés (comme ils le seront dans le régime officiel de bilinguisme qui n’adviendra que vingt ans après sa mort), ni violemment superposés (comme ils l’étaient dans la société diglossique de son époque), mais imbriqués l’un dans l’autre de manière dynamique, se faisant écho l’un à l’autre.

Annexe : l’épisode du garçon boulanger

« Hoe Uilenspiegel een bakkersknecht werd »

(Noman, 1810, ch. 14, p. 19–20 [sic])

« Ulenspiegel wordt bakkersknecht »

(Van Paemel, 1850, ch. 13, p. 15–16 [sic])

De Coster, 1869, I, ch. 41

Op eenen tijd verhuurde zich Uilenspiegel bij eenen bakker,

en als men ’s morgens bakken zoude, moest hij des nachts het meel ziften ; hij een kaars vragende om te zien, kreeg van zijn meester voor antwoord,

dat hij het meel in de maneschijn zoude ziften.

Uilenspiegel nam den meelbuidel, en hong hem buiten het venster, zifte het meel in den hof op de aarde daar de maan scheen.

Des morgens als den bakker hem nog vond aldus staan ziften, riep hij :

Wat duivel doet gij, heeft het meel geen geld gekost, dat men alzoo op aarde ziften zal ?

Uilenspiegel zeide : Ik heb het meel in de maneschijn gezift, gelijk gij mij bevolen hebt. Den bakker zeide : Gij moet het ziften bij de maneschijn en niet daarin.

Op eenen tyd verhuerde hem Ulenspiegel by eenen bakker.

Als men des morgens wilde bakken, moest hy des nagts meel ziften ; hy eene keers vragende om te zien, kreeg hy van zynen meester voor antwoord :

dat hy het meel in de maeneschyn zoude ziften.

Ulenspiegel nam den meelbuydel en hangde hem buyten de venster, en zifte het meel op de aerde, daer de maen scheen.

Des morgens als den bakker hem nog vond staen ziften, riep hy :

Wat duyvel doet gy daer ? heeft het meel geen geld gekost dat men aldus op de aerde ziften zal ?

Ulenspiegel zeyde : ik heb het meel in de maeneschyn gezift, gelyk gy my bevolen hebt. Den bakker zeyde : gy moest het ziften by de maeneschyn maer niet in.

En temps-là pèlerinant il entra au service d’un certain Joſſe, surnommé le Kwaebakker, le boulanger fâché, à cauſe de son aigre trogne.

Le Kwaebakker lui donna pour nourriture trois pains raſſis par semaine, & pour logis une soupente sous le toit, où il pleuvait & ventait à merveille.

Se voyant si mal traité, Ulenſpiegel lui joua différents tours & entre autres celui-ci :

Quand on cuit de grand matin, il faut, la nuit,

bluter la farine. Une nuit donc que la lune brillait, Ulenſpiegel demanda une chandelle pour y voir & reçut de son maître cette réponſe :

– Blute la farine au clair de lune.

Ulenſpiegel obéiſſant bluta la farine par terre, là où brillait la lune.

Au matin, le Kwaebakker allant voir quelle beſogne avait faite Ulenſpiegel, le trouva blutant encore & lui dit :

– La farine ne coûte-t-elle plus rien qu’on la blute à préſent par terre ?

– J’ai bluté la farine au clair de lune comme vous me l’aviez ordonné, répondit Ulenſpiegel.

Le boulanger répondit :

– Âne bâté, c’était en un tamis qu’il le fallait faire.

Daar is niet veel verloren, zeide Uilenspiegel, ik zal het oprapen.

Het is nu te laat zeide den bakker, om te bakken en den deeg te maken.

Uilenspiegel zeide : meester ik weet raad, onzer geburen deeg leid al gereed in den trog, wil ik dien halen ?

Loopt na de galg en haalt dat daar is, zeide den bakker.

Het is wel meester, zeide Uilenspiegel, hij liep na het galgeveld, en daar vond hij drooge ribben van dieven, die bragt hij te huis, en zeide :

Meester, ik brenge hier dat onder de galg was, waartoe wilt gij het hebben.

Den bakker werd gram, en zeide :

Ik zal u beklagen dat gij het zien zult, dat gij het heeren geregt bestolen hebt.

Hij ging uit, en Uilenspiegel volgde hem tot bij den burgemeester, en als den bakker hem wilde aanklagen, spreide Uilenspiegel zijne oogen wijd open. Als den bakker dit zag, werd hij zoo gram, dat hij het klagen vergat, en vraagde :

Wat wilt gij hebben ?

Daer is niet veel verloren, zeyde Ulenspiegel, ik zal het oprapen.

Het is nu te laet, zeyde de bakker om te bakken en den deeg te maken.

Ulenspiegel zeyde : Meester ik weet raed, onzen gebuermans deeg leyd al gereed in de moelie, wil ik dien halen ?

Loop naer de galg en haeld dat daer is, zeyde de bakker.

Het is wel, meester zeyde Ulenspiegel.

Hy liep naar het galgeveld, daer vond hy drooge ribben van dieven, die bragt hy thuis, en zeyde :

Meester ik breng hier dat onder de galg was, waer toe wilt gy het hebben.

Den bakker wierd gram en zeyde :

Ik zal over u klagen, dat gy zien zult, dat gy heerens recht bestolen hebt.

Hy ging uyt en Ulenspiegel volgde hem tot by den burgemeester ; als den bakker hem wilde aanklagen, spreyde Ulenspiegel zyne oogen wyd open. Als den bakker dit zag, wierd hy zo gram, dat hy zyn klagten vergat en vraegde ?

Wat wilt gy hebben ?

– J’ai cru que la lune était un tamis de nouvelle invention, répondit Ulenſpiegel. Mais la perte ne sera pas grande, je vais ramaſſer la farine.

– Il eſt trop tard, répondit le Kwaebakker, pour préparer la pâte & la faire cuire.

Ulenſpiegel repartit :

– Baes, la pâte du voiſin eſt prête dans le moulin ; veux-je l’aller prendre ?

– Va à la potence, répondit le Kwaebakker, & cherche ce qui s’y trouve.

– J’y vais, baes, répondit Ulenſpiegel.

Il courut au champ de potences, y trouva une main de voleur deſſéchée, la porta au Kwaebakker & dit :

– Voici une main de gloire qui rend inviſibles tous ceux qui la portent. Veux-tu dorénavant cacher ton mauvais caractère ?

– Je vais te signaler à la commune, répondit le Kwaebakker, & tu verras que tu as enfreint le droit du seigneur.

Quand ils se trouvèrent à deux devant le bourgmeſtre, le Kwaebakker, voulant défiler le chapelet des méfaits d’Ulenſpiegel, vit qu’il ouvrait les yeux tout grands. Il en devint si colère qu’interrompant sa dépoſition, il lui dit :

– Que te faut-il ?

Uilenspiegel antwoordde : Ik wil niets hebben, maar gij zeide, dat gij over mij klagen zoud aan den burgemeester, dat ik zien zoude, en wil ik het zien, zoo moet ik mijne oogen open doen.

Gaat uit mijn oogen want gij zijt eenen schalk, zeide den bakker.

Alzoo worde ik dikwijls geheeten, zeide Uilenspiegel, maar waar ik in uwe oogen, zoo moestik uit uwe neusgaten kruipen als gij uwe oogen toedeed.

Den burgemeester, hoorende dat het lagcherij was, ging weg

en Uilenspiegel ligtte zijn kleed op, en zeide : meester, wilt gij bakken daar is de mond van den oven. En dit gezegd hebbende, liep hij weg en liet den bakker staan.

Ulenspiegel antwoorde : ik wil niet hebben ; maer gy zeyde dat gy over my klagen zoud aen den burgemeester, dat ik het zien zoud, en wil ik het zien zoo moet ik myne oogen open doen.

Gaet uyt myne oogen, want gy zyt eenen schalk, riep den bakker.

Alzoo word ik dikmaels genaemd, zeyde Ulenspiegel, maer waer ik in uwe oogen, zoo moest ik uyt uwe neusgaten kruypen, als gy uwe oogen toe zoud doen.

Den burgemeester, hoorende dat het lachmerkt was, ging weg.

Ulenspiegel heft zyn kleed op en zeyde : Meester wilt gy bakken, daer is den mond van den oven ?

Dit gezeyd hebbende, liep hy weg, en liet den bakker staen.

Ulenſpiegel répondit : Tu m’as dit que tu m’accuſerais de telle façon que je verrais. Je cherche à voir, & c’eſt pourquoi je regarde.

– Sors de mes yeux, s’écria le boulanger.

– Si j’étais dans tes yeux, répondit Ulenſpiegel, je ne pourrais, lorſque tu les fermes, sortir que par tes narines.

Le bourgmeſtre, voyant que c’était ce jour-là la foire aux billeveſées, ne voulut plus les écouter davantage.

Ulenſpiegel & le Kwaebakker sortirent enſemble, le Kwaebakker leva son bâton sur lui ; Ulenſpiegel l’évitant lui dit :

– Baes, puiſque c’eſt avec des coups que l’on blute ma farine, prends-en le son : c’eſt ta colère ; j’en garde la fleur : c’eſt ma gaieté.

Puis, lui montrant son faux viſage :

– Et ceci, ajouta-t-il, c’eſt la gueule du four, si tu veux cuire.

Haut de page

Notes

1 Le titre complet de cette réimpression (qui ne fut pas à proprement parler une « deuxième édition ») était La Légende et les Aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs. Cet article suivra le texte de la « nouvelle édition définitive » que vient d’établir Jean-Marie Klinkenberg pour la collection « Espace Nord » [De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs, nouvelle édition définitive établie et présentée par Jean-Marie Klinkenberg, Bruxelles, Communauté française de Belgique, coll. Espace Nord, hors série, 2017]. La « Préface du Hibou » y occupe les pages 9–12. Afin d’alléger un appareil de notes déjà lourd, les renvois seront dorénavant intégrés au corps du texte (avec mention du livre en chiffres romains et du chapitre en chiffres arabes).

2 Reproduite par Francis Nautet dans le second tome de son Histoire des Lettres Belges d’expression française, elle aurait été « collée sur la page de garde du volume » dédié par De Coster à Alphonse Vandenpeereboom, alors ministre de l’Intérieur, puis « adressée aux membres du jury du Prix Quinquennal de littérature française pour la période 1863–1867 » [voir Sosset (Léon-Louis), Introduction à l’œuvre de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1937, p. 179–180].

3 Cette énumération a été corrigée d’après les suggestions de Charles Potvin, qui a enlevé les italiques des chiffres LV et LVI sur la foi du manuscrit [Potvin (Charles), Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1894, p. 213], et de Joseph Hanse, qui a substitué au chapitre LVI, lequel ne devait rien à l’original flamand, le chapitre suivant (LVII), où « De Coster, en effet, recourt à son modèle » [voir Hanse (Joseph), Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1990 (éd. orig. Louvain, Librairie Universitaire Uytspruyt, 1928), p. 171].

4 Voir Genette (Gérard), Palimpsestes, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982.

5 C’est dans cet article que sera lancée l’idée de la Légende comme « une sorte de bible nationale », « flamande si l’on veut, mais [dont] le héros est familier aux deux races » [voir Nautet (Francis), « Histoire des lettres belges d’expression françaises. Les Romanciers. (Charles De Coster) », dans La Société nouvelle, 8e année, no 88 (avril 1892), p. 436]. Camille Lemonnier croit qu’il est « permis d’y voir la Bible même des Flandres. Si la littérature, dans un pays qui jusque-là n’en avait eu que la bonne volonté, avait suivi la leçon du grand écrivain, peut-être elle eût donné naissance à un mode d’expression autochtone où Flandre et Wallonie se fussent confondues. D’un esprit flamand, mais avec l’accent de l’ancienne langue d’oïl, Charles De Coster, en écrivant, concilia les deux âmes » [Lemonnier (Camille), Félicien Rops, l’homme et l’artiste, Paris, H. Floury / Bruxelles, Edmond Deman, 1908, p. 47 ; voir déjà Id., « Paroles prononcées par M. Camille Lemonnier » dans Inauguration du Monument élevé par l’administration communale d’Ixelles à Charles De Coster, le 22 juillet 1894, Bruxelles, Paul Lacomblez, 1894, p. 9–20].

6 Nautet (Francis), « Histoire des lettres belges d’expression françaises. Les Romanciers. (Charles De Coster) », op. cit., p. 438 ; je souligne.

7 Ibidem, p. 439.

8 Voir Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », dans La Belgique artistique et littéraire, XIII, no 35 (août 1908), p. 165–169.

9 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 155.

10 Ibidem, p. 170–172.

11 Léon-Louis Sosset reconnaît que les « emprunts » au petit livre gantois sont « assez textuels » [sic], mais les considère lui aussi « d’ordre secondaire ». Ils « ne forment en quelque sorte que le canevas sur lequel [De Coster] a brodé les joviales fantaisies de ses héros. Il accommode librement le texte à son goût, soit en fusionnant plusieurs anecdotes, soit en les abrégeant, soit en y introduisant des réflexions ou de rapides descriptions, soit encore en modifiant tel détail ou en corrigeant, par d’adroites suppressions, les maladresses de l’original. » [Sosset (Léon-Louis), Introduction à l’œuvre de Charles De Coster, op. cit., p. 180].

12 Voir Nysenholc (Adolphe), « La pensée de Charles De Coster », dans Études littéraires, no 212 (1988), p. 20.

13 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 170–172.

14 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit.

15 Voir Potvin (Charles), « Charles De Coster », dans Revue de Belgique, XI, no 10 (15 octobre 1879), p. 175 et Idem, Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, op. cit., p. 44.

16 Voir Woodbridge (Benjamin Mather), « Some sources of Charles De Coster’s Ulenspiegel: Van Meteren’s Chronicle », dans The French Quarterly, X (1928), p. 155–170 ; Rasmussen (Ole Wehner), « Emanuel Van Meteren et John Lothrop Motley, sources de La Légende d’Ulenspiegel », dans Revue Romane, XI, no 2 (1977), p. 297–324 ; Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 185–196.

17 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 195–196.

18 Voir Simon (Sherry), Le Trafic des langues : traduction et culture dans la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 1994, p. 20 et 25.

19 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit., p. 259.

20 Ibidem, p. 231–261.

21 Hanse (Joseph). « Avant-propos », à Charles De Coster, La Légende et les Aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs. Édition définitive établie et présentée par Joseph Hanse, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1959, p. xxi.

22 Voir Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1973, vol. 2, p. 280–281.

23 Simon (Sherry), Le Trafic des langues : traduction et culture dans la littérature québécoise, op. cit., p. 28.

24 Ibidem, p. 178.

25 Voir Simons (Ludo), Geschiedenis van de uitgeverij in Vlaanderen, vol. 1 : De negentiende eeuw. Tielt, Lannoo, 1984, p. 12 et Idem, Het boek in Vlaanderen sinds 1800: Een cultuurgeschiedenis, Tielt, Lannoo, 2013, p. 22.

26 Joseph-Octave Delepierre fit connaître Thyl de la bourgeoisie francophone de Flandre et d’ailleurs. Polygraphe et notable, ce Nodier belge publia à deux reprises (dans une édition confidentielle, imprimée à Bruges en 1835, puis à Bruxelles en 1840) une compilation des Aventures de Tiel Ulenspiegel. Elle était précédée d’une savante étude de la figure issue du folklore allemand mais connue en Flandre depuis le xvie s. Delepierre dit avoir suivi l’exemple de Jan-Frans Willems, l’éditeur-traducteur du Renard flamand, en voulant sauver de l’oubli « la vieille littérature flamande », partie intégrante de la « littérature nationale » que la jeune Belgique cherchait à se donner [voir Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, Bruges, Bogaert-Dumortier, 1835, p. 4]. C’est sans doute dans la même optique qu’il faut comprendre sa décision de naturaliser Thyl : en 1840, Delepierre change son lieu de naissance, substituant « Knesselare » [Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, Bruxelles, Société des Beaux-Arts, 1840, p. 12], bourg situé à mi-chemin entre Bruges et Gand, au toponyme allemand Kneitlingen (« Knetlinge », ibidem, p. 27). Delepierre brode son texte à partir de plusieurs sources (allemandes, latines, flamandes, françaises et même anglaises), qu’il ne se prive pas de réécrire. En plus de naturaliser Thyl, il atténue l’aspect scatologique des versions populaires, peu propice à convaincre son public bourgeois du bien-fondé de l’intégration de ce trésor du passé au patrimoine national belge.

27 Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, 1835, op. cit., p. 25 ; jugement répété en 1840 : Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, 1840, op. cit., p. 207.

28 Van Duyse avait co-fondé l’association gantoise De Tael is gansch het volk (1836 : « La langue est tout le peuple ») et le Nederlandsch Taal- en Letterkundig Congres (1849 : « Congrès linguistique et littéraire néerlandais »).

29 Van Duyse (Prudens), Étude littéraire sur Tiel l’Espiègle, Gand, Duquesne, 1858, p. xxxiv.

30 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., vol. 2, p. 277.

31 Simons (Ludo), Geschiedenis van de uitgeverij in Vlaanderen, op. cit., p. 13.

32 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit.

33 Hanse (Joseph), Charles De Coster, op. cit.

34 Selon Hamelius, cette sélection correspond à la logique suivante : « Ce sont les récits bêtement malpropres, les quelques passages édifiants ou romanesques maladroitement introduits à la suite des facéties, mais ce sont surtout les incidents qui font de Thyl un être malhonnête ou méchant : les actes de tromperie ou de cruauté envers les hommes ou les animaux. Tous ces traits qui ravalaient le caractère d’Ulenspiegel disparaissent, et seuls sont maintenus ceux qui le montrent ami de la joie et de la moquerie, ennemi de la morgue et de l’imposture » [Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 168].

35 Michel Ballard définit la traduction comme une « paraphrase synonymique interlinguistique » [Ballard (Michel), « À propos des procédés de traduction », dans Palimpsestes, Hors série, 2006, p. 128]. Alors même qu’elle implique une équivalence sémantique, cette synonymie « ne signifie pas identité » pour autant, car « la traduction comporte une part inévitable de métamorphose » (ibidem, p. 125).

36 Il me paraît tout à fait possible d’appliquer à la traduction la quadripartita ratio d’origine classique mais mise à jour par le Groupe µ [voir Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1982 (éd. orig. Paris, Larousse, 1970), p. 45–49 et 171–199]. Il s’agit de leur propre aveu (ibidem, p. 23) d’un élargissement de taxinomies classiques comme celle de Quintilien (Instit. Orat., I, 5, § 38–41), qui parlait déjà de detractio, adiectio, inmutatio (cum aliud pro alio ponitur) et transmutatio (qua ordo turbatur) au sujet des métaplasmes.

37 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 167.

38 Groupe µ, Rhétorique générale, op. cit., p. 58.

39 Voir Delepierre (Joseph-Octave), Aventures de Tiel Ulenspiegel, 1840, chap. 30, p. 116–118.

40 Ibidem, chap. 13, p. 52–53.

41 Anonyme, Het aardig leven van Thijl Uilenspiegel, waarin verhaald worden, niet alleen vele aardige en kluchtige poetsen en boeverijen, maar ook bijzonderlijk zijne wondere avonturen, die hem gedurende zijn leven gebeurd zijn, zoo hier als in andere landen. Zalt-Bommel, Johan Noman en Zoon, 1810.

42 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 167.

43 Ibidem, p. 165.

44 Potvin (Charles), « Charles De Coster », op. cit., p. 179 et Idem, Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, op. cit., p. 49.

45 Potvin (Charles), « Charles De Coster », op. cit., p. 172 et Idem, Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, op. cit., p. 34.

46 Potvin (Charles), Charles De Coster. Sa biographie. Lettres à Élisa, op. cit., p. 212.

47 Un siècle plus tard, on peut lire dans le Nouveau Dictionnaire des difficultés du français moderne : « Baes (féminin baesine), n.m., est du flamand : patron de café, homme robuste, logeur d’un étudiant » [voir Hanse (Joseph), Nouveau Dictionnaire des difficultés du français moderne, Paris-Gembloux, Duculot, 1983, p. 149]. Dans le jargon des étudiants en Belgique, on dit encore kotbaas (où kot désigne « une petite chambre louée à un étudiant », ibidem, p. 536). Voilà donc un mot que le public belge comprendra facilement — Simenon s’en souviendra au moment d’écrire Le Bourgmestre de Furnes (1939), où Joris Terlinck se fait constamment appeler « baas ».

48 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., vol. 1, p. 123, n. 112.

49 Ainsi Abraham Lincoln peut-il dire en 1858 : « As I would not be a slave, so I would not be a master. This expresses my idea of democracy. Whatever differs from this, to the extent of the difference, is no democracy » [cité par van der Sijs (Nicoline), Cookies, Coleslaw, and Stoops: The Influence of Dutch on the North American Languages, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2009, p. 182–183]. L’origine du mot boss est donnée dès 1945 par H.L. Mencken (Supplement to the American Language), qui le trouve d’abord dans les histoires hollandaises de Washington Irving.

50 Le mot schalk, commun à l’allemand et au néerlandais, proche du Schelm, rapproche Ulenspiegel du picaro et du trickster. Dans la fameuse chevauchée du « faux visage », De Coster l’avait traduit par « vaurien » (I, 13).

51 Hamelius (Paul), « La genèse de lUlenspiegel de Charles De Coster », op. cit., p. 167.

52 Ibidem, p. 165 ; je souligne.

53 Ce type de traduction est parfois vu comme un antidote à la traduction « fluide » et « naturalisante », critiquée comme une forme de « domestication » [par Venuti : voir Venuti (Lawrence), « Genealogies of Translation Theory: Schleiermacher », dans TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 4, no 2 (1991), p. 125–150] voire d’« ethnocentrisme » [par Berman ; voir Berman (Antoine), La Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, Paris, Seuil, 1999, p. 29–35, qui lui préfère le « travail sur la lettre » effectué par Hölderlin traduisant Sophocle, Chateaubriand traduisant Milton ou Klossowski traduisant l’Énéide (ibidem, p. 79–142)].

54 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., vol. 2, p. 279, n. 46.

55 Cité par Klinkenberg (Jean‑Marie), ibidem, p. 278.

56 Berman (Antoine), La Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit., p. 54.

57 Notons l’atténuation par rapport au verbe beaucoup plus rabelaisien (schyten) employé dans l’original pour désigner la défécation. La thématique scatologique explique sans doute pourquoi l’épisode est absent des deux versions fournies par Delepierre.

58 Pour Antoine Berman, « l’exotisation prend deux formes. D’abord par un procédé typographique (les italiques), on isole ce qui, dans l’original, ne l’est pas. Ensuite — plus insidieusement — on “en rajoute” pour “faire plus vrai” en soulignant le vernaculaire à partir d’une image stéréotypée de celui-ci. C’est la traduction sur-arabisante des Mille et Une Nuits [1899–1903] ou du Cantique des Cantiques [1925] par [l’orientaliste Joseph-Charles] Mardrus » [Berman (Antoine), La Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit., p. 64].

59 Klinkenberg (Jean‑Marie), Style et archaïsme dans La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, op. cit., vol. 2, p. 229.

60 Hanse (Joseph), « Avant-propos [à l’édition définitive de la Légende, 1959] », op. cit., p.xx- xxi.

61 Tels The Voice (1964) du Nigérian Gabriel Okara ou Le Soleil des indépendances (1968) de l’Ivoirien Ahmadou Kourouma. Pour une lecture critique de la poétique de la traduction qui y est mise en scène, on se reportera aux travaux récents de Myriam Suchet et de Claire Riffard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rainier Grutman, « « Sors de mes yeux » : le flandricisme comme (effet de) traduction dans La Légende d’Ulenspiegel », Textyles, 54 | 2019, 25-49.

Référence électronique

Rainier Grutman, « « Sors de mes yeux » : le flandricisme comme (effet de) traduction dans La Légende d’Ulenspiegel », Textyles [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/textyles/3116 ; DOI : 10.4000/textyles.3116

Haut de page

Auteur

Rainier Grutman

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals